Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Édition des mémoires de Jean-Marie Le Pen : Amélie Nothomb a fait pression sur Albin Michel

Décidément, la France n’est pas encore sortie de son maccarthysme. Valeurs actuelles révèle que la maison d’édition Albin Michel qui voulait publier les mémoires de Jean-Marie Le Pen a cédé aux pressions de certains de ses auteurs :

« Après avoir lu l’ouvrage, Robert Laffont a préféré décliner l’offre. Idem pour Albin Michel, contraint pour sa part de céder à la pression de certains de ses auteurs phares, telle Amélie Nothomb, menaçant de changer d’éditeur… »

Jusqu’où va se nicher l’antifascisme de pacotille ? Avec les représentants de la gauche culturo-mondaine, tout est possible, le fond n’est jamais atteint. Les tribulations des mémoires du Menhir le prouvent.

Amélie Nothomb, qui publie un roman par an – en général une histoire à mourir d’ennui – depuis deux bonnes décennies chez Albin est un poids lourd maison. Elle vend des centaines de milliers d’exemplaires et à ce titre, peut être considérée comme l’un des gros actionnaires de l’immeuble de la rue Huyghens, située dans le XIVe arrondissement parisien.

Mais Nothomb, dont la bien-pensance dégouline à chaque page, n’est pas la seule antifasciste du clan des donneurs de leçons mondains : Yasmina Reza, Éric-Emmanuel Schmitt et Bernard Werber en font partie. Reza, Werber et Schmitt ne sont pas apparus en première ligne lors de cette opération de censure. On n’est pas en train de les accuser de faire partie du complot nothombien mais les auteurs Albin de poids ne sont pas 36.

Quel est le point commun de ces très gros vendeurs ? Ils sont archi bien-pensants. Ils correspondent aux jugements de valeurs de l’époque, les habillent de mots, de leurs mots, et les renvoient aux foules qui sont ainsi rassurées sur leurs (pseudo) choix de pensée.

Après l’attentat de Charlie Hebdo, les représentants de la gauche culturelle sont montés en première ligne. À cette occasion, il fallait faire deux choses très simples : à la fois condamner les méchants, et louer les gentils. Ce qu’Amélie a réussi, non sans difficulté : on a en effet retrouvé un de ses livres dans la planque de Coulibaly !

 

 

Amélie raconte son expérience de feuilletoniste à Charlie Hebdo en 2007 :

« C’est un merveilleux souvenir. L’ambiance était bon enfant, chaleureuse, on rigolait sans arrêt. Un journal est constitué de beaucoup de gens, on n’a pas forcément des affinités avec chacun de ses membres, mais dans les locaux de Charlie, on ne pouvait pas rencontrer quelqu’un d’inintéressant. »

Quant à Bernard Werber, lui, il est tout simplement pour un gouvernement mondial :

 

Un discours assez attalien, non ?

Mais revenons aux mémoires de Jean-Marie Le Pen. Elles devraient sortir, selon L’Express, le 1er mars 2018 chez un éditeur courageux.

« Comme prévu, ce premier tome, publié aux éditions Muller, couvrira la période qui va de sa naissance, le 20 juin 1928 à la Trinité-sur-Mer (Morbihan), à la création du FN en 1972 avec les néo-fascistes d’Ordre nouveau. L’éditeur, davantage spécialisé dans les mémoires militaires, a prévu de publier le premier tome à 40 000 exemplaires, selon son gérant Guillaume de Thieulloy, qui entend publier un deuxième tome en 2019. »

Dans une interview au même hebdomadaire en 2017, Le Pen déclarait :

« Je perçois la brièveté de la vie. On arrive à un moment donné où les rives se rapprochent, se resserrent et où l’on entend au loin le bruit des rapides... On rame, on rame... Mais personne n’y a échappé. »

Parole de marin.

Découvrir l’histoire politique française chez Kontre Kulture :

 

Jean-Marie Le Pen, sur E&R :

 






Alerter

69 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Bernard Werber fait partie des auteurs que j’ai suivi pendant mon enfance.
    Je me rappelle précisément avoir délibérément laissé son "Livre Du Voyage" (que m’avaient offert mes parents) dans le CDI de mon collège, tant horrifié par l’idée de jeter un livre que par le contenu de ce livre ci en lui même.
    Un début d’éveil littéraire, renvendiquerais-je.
    Quand à Nothomb, j’ai toujours trouvé ridicule la couverture de "Stupeur Et Tremblements", qui m’a découragé de lire une seule de ses lignes : j’y ai perçu, l’espace d’une photographie, un narcissisme exacerbé reprenant une idée de l’esthétique Japonaise pour mieux la démolir.
    À la Björk, mais sans le talent, ni le sex-appeal...

     

    Répondre à ce message

  • #1888533

    Tous ces écrivains ou éditeurs qui se disent démocrates mais qui boycottent un patriote qui ne pense pas comme eux...normal, il aime son pays, lui.
    Que Kontre Culture s’en occupe, et nous soutiendrons ce combat pour la liberté, la démocratie et la France...

     

    Répondre à ce message

  • J’adore toutes ces petites putes du système, imbues de leur personne, qui tantôt l’encensent, le lendemain le dénoncent et le surlendemain le menacent.
    Toute cette bien-pensance qui balance le pseudo fascisme-nazisme et qui pratique l’autodafé « à priori » : ce qui est plus fort encore que de brûler les bouquins, après-coup.
    J’imagine, d’ici, le Menhir se fendant d’un ashtag #Metoo... Non, le bonhomme, lui, a trop d’honneur pour savoir que le rôle national qu’il s’offre, sans en tailler aucune dans la bruyère, coûte le nombre de coups (de pompes) dans le cul qu’il a pris et prend encore. Certaines donzelles et autres fiotes duplices le savent aussi, mais préfère chouiner à postériori, une fois qu’elle ont quitté le stage des spécialités de Saint Claude et obtenu le schibboleth vers les hautes sphères.
    Néanmoins, adorant ces petites putes, disais-je, pour les faire connaître au plus grand nombre, ce que préfère quant à leurs oeuvres, c’est d’en refiler le lien - pour qui aime la guimauve - libre de droits, lorsque je tombe dessus : car c’est bien de cela que l’on cause ; la liberté, loin des carcans des devoirs et des droits. Les anglo-saxons ayant déjà établit le lien, que free se traduit par chez eux, autant libre que gratuit. Allons donc jusqu’au bout.
    Et comme les petites putes dont il est question, usent à filer leur pensée, pour rien, alors que personne ne la leur demande, qu’elle la file vraiment : pour rien, sans aucun droit.

    Cependant, il est fou que la petite Amélie ait pu penser, un instant, qu’une âme saine aurait pu faire l’amalgame d’elle et du Menhir, au gré du même panier de crabes que se veut l’édition. Quelle prétention !
    Et quel antagonisme : car, comme aurait pu dire Heinrich Heine : « Là où on fait interdire des livres, on finit aussi par faire interdire des hommes. »

     

    Répondre à ce message

  • Pourquoi JMLP ne s’est pas tourné vers KK ? Une histoire d’argent peut être...

     

    Répondre à ce message

    • Quand on ne comprend pas quelque chose c’est qu’on a intégré un mensonge comme une vérité. Ce mensonge empêche de comprendre ce qui se passe.

      Cela peut aussi provenir de l’ignorance de quelques vérités.

      Dans les deux cas il faut faire quelques recherches, réfléchir et ne pas croire au Père Noël, Croire au père Noël c’est comme par exemple croire qu’on peut être élu plus jeune député de France en ne faisant pas partie du système.

      Après il y a la sagesse populaire : on juge l’arbre à ses fruits.

      Vous connaissez l’arbre, que penser de ses fruits ?

       
  • Le lectorat de Nothomb ce sont des femmes, le même lectorat que d’Ormesson, des secrétaires et des bonniches parfaitement conformistes dont il ne faut surtout pas heurter l’exquise "sensibilité", elles seraient effrayées d’apprendre que le monstre de Montretout cohabite dans le même boxon (albin michel) qu’Amélie, prénom orléaniste qui lui va à ravir .

     

    Répondre à ce message

  • Mais je ne comprends pas. Pourquoi JM Le Pen ne s’est pas fait éditer chez KK ? E&R le supporte et héberge ses videos depuis un sacré bout de temps. Les retours d’ascenseur chez les Le Pen, ça n’existe pas ? Qui achète aujourd’hui, un bouquin parce qu’il est édité chez X, Y ou Z ? Moi, j’achète un bouquin parce que je veux le lire et n’ai jamais acheté un livre parce que trucmuche l’éditait !

     

    Répondre à ce message

  • Des « jugements de valeurs », écrivez-vous (« Ils correspondent aux jugements de valeurs de l’époque ») : ne mettez pas de s à valeur. Un jugement de valeur, des jugements de valeur.

     

    Répondre à ce message

  • Ah oui, Amélie Nothomb, voyons, c’est celle qui arbore un grand chapeau noir et qui mange des fruits pourris... Une héroïne de jeux video, hein, c’est ça ?

     

    Répondre à ce message

  • Décidément ça pue de plus en plus, bientot nous seront arreter puis enfermer en camp de rééducation,"avantage", on fera plus ample connaissance, à bientot...

     

    Répondre à ce message

  • il y a une sorte de jubilation, quelque chose de jouissif, à voir s’étriper des uns en mal de reconnaissance et des autres réclamant le pouvoir au nom d’un quelconque hypothétique bonheur dans la jouissance de la marchandise.
    je sais ! c’est mal d’avoir de telles pensées, mais que voulez-vous, chez certains, l’insoumission est congénitale, remugles d’un passé d’avant le grand basculement du néolithique marqué par de profondes mutations techniques, sociales et politiques.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents