Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Élections générales en Hongrie : victoire écrasante de Viktor Orbán

Dimanche 8 avril, Viktor Orbán et sa coalition Fidesz-KDNP ont remporté les élections générales et atteint la majorité constitutionnelle des deux-tiers du parlement. Viktor Orbán commence ainsi un troisième mandat consécutif qui doit durer jusqu’en 2022.

 

Après une campagne longue, lourde et très violente (verbalement et symboliquement), les Hongrois ont voté dimanche 8 avril pour choisir de nouveaux représentants au Parlement national – monocaméral, qui élit le Premier ministre.

Malgré la réorganisation de l’opposition, les tentatives de coopération des divers partis, la mise en place de tactiques électorales visant à se désister en faveur du candidat d’opposition favori contre le Fidesz… malgré les appels de résistance à la dictature, et malgré les appels à aller voter de la part des anti-Orbán, l’opposition dans son ensemble n’a pas amélioré la somme de ses scores et son nombre de députés.

Alors que normalement, Budapest favorise les partis libéraux, le Fidesz a fait de bons résultats à Budapest : et les circonscriptions budapestoises où l’on a le plus voté sont celles gagnées par le Fidesz. En plus de cela, la forte participation a également été due à la mobilisation des petites villes de province, presque toutes acquises au Fidesz.

 

 

Résultats

Les Hongrois ont deux votes. L’un pour un député local – dans chaque circonscription, le gagnant du tour unique devient député – et l’autre pour une liste nationale, autrement dit, un parti politique.

Pour les votes de listes, le Fidesz fait 49,51 % (44,37 en 2014), et récupère 133 sièges, (dont 91 de gagnés sur les 106 circonscriptions). Le Jobbik, deuxième avec 19,61 % des votes de liste, obtient 27 députés, alors que les socialistes du MSZP-P arrivent à 12,3 % sur les listes, et gagnent 20 députés. Le DK de l’ancien Premier ministre socialiste Ferenc Gyurcsány a fait 5,55 %, et gagne 9 députés et le LMP avec 6,87 %, récupère 7 sièges. Le Président du Jobbik, Gábor Vona, démissionne, ainsi que la direction du MSZP. Un candidat indépendant et un député de la minorité allemande entrent également au parlement, ainsi qu’un député du micro-parti libéral-libertaire Együtt (dont la direction démissionne).

L’opposition voyait la forte mobilisation comme un signe fort d’une vague anti-Orbán : au final, il s’agit en effet du plus haut taux de participation depuis 2002. Pour le Fidesz, il s’agit d’un « soutien incontestable, et d’une légitimité énorme ». Le Fidesz récupère la majorité constitutionnelle des deux-tiers du parlement.

« Nous avons gagné », a dit Orbàn. C’est un véritable plébiscite pour Orbàn et sa politique économique à succès et son opposition à la vision cosmopolite de Bruxelles (migrants, métissage, multiculturalisme, destruction des identités et rejet de la religion).

Dans la circonscription de Péter Márki-Zay, le candidat sans étiquette devenu maire avec le soutien de l’opposition unie, la participation a été plus forte que la moyenne et s’est soldée par une victoire écrasante du Fidesz, en élisant János Lázár.

« Une grande bataille est derrière nous » a déclaré le Premier ministre durant son discours de victoire tout juste avant minuit. « Nous avons remporté une victoire décisive. Nous nous sommes donné la possibilité de protéger la Hongrie ». Mais le Fidesz voit plus loin et très vite, dans la presse, on entend que « cette élection ne concerne pas que la Hongrie, mais aussi toute l’Europe ».

« Aujourd’hui, la participation ne laisse aucun doute » a-t-il dit en taclant ceux qui prophétisaient un coup dur pour le Fidesz du fait d’une importante participation.

« Aujourd’hui, la Hongrie a connu une grande victoire » a dit Viktor Orbán, avant de rappeler, à l’issue d’une victoire à plates coutures, que « l’on doit être humble car il y a de quoi être humble ».

« J’aimerais aussi remercier ceux qui ont prié pour nous…pour moi. Soli Deo Gratia ! » a conclu le Premier ministre avant d’inviter la foule à chanter la marche de Kossuth, suivie par l’hymne national.

 

Et maintenant ?

Avant toute chose, il faut noter que plusieurs porte-paroles de l’opposition estiment que l’élection n’a pas été libre. Des observateur de l’OSCE ont prévu pour lundi 9 avril une conférence de presse pour parler des irrégularités qu’ils ont enregistrées. Une vingtaine d’étudiants ont tenté de bloquer un carrefour de Budapest pour protester contre les résultats. Mais aucun heurt ou trouble sérieux n’est à déplorer.

Le Visegrád Post publiera dans les jours qui viennent une analyse plus poussée des perspectives de ce début de mandat. Ce qui est certain, c’est que Viktor Orbán jouit d’une légitimité incontestable et que cette victoire va démoraliser encore plus une opposition désunie, épuisée par sa lutte longue et tenace durant des mois durant, et saignée par les démissions en série suivant les résultats du 8 avril.

La Hongrie insoumise, sur E&R :

 

Le retour des nations ?
Lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

41 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Comme quoi, parfois une bonne nouvelle peut arriver, même en Europe...

     

    • Si les sionistes avaient réussi à imposer le scrutin majoritaire à deux tours à leur législative, les patriotes hongrois représenteraient 1% de leur Parlement , comme "chez nous" .


    • #1940088

      @Bébert
      Le mode de scrutin ne fait pas tout ; si une majorité de zombies lobotomisés votent pour des tocards, on sera toujours gouverné par des tocards, indépendamment du mode de scrutin qui ne sert qu’à "corriger" l’attribution des sièges de façon à créer artificiellement des majorités quand le paysage politique est trop morcelé. Donc si vous avez une majorité franche et indiscutable comme à Moscou ou à Budapest, avec n’importe lequel des modes de scrutin qu’on peut inventer vous raflez mécaniquement la quasi totalité des sièges... Le seul problème avec notre mode de scrutin, c’est qu’il faudrait que le FN seul fasse le score d’Orban pour arriver au pouvoir ; mais si vous parvenez à avoir 50%, vous raflez tout d’un coup ! Il n’y a pas de miracle, et pour le coup les sionistes n’y sont pas pour grand-chose, si ce n’est qu’ils font avancer leur intérêts communautaires puisque personne ne leur résiste ; en quoi peut-on le leur reprocher dans l’absolu ?


    • Bébert répond à social : Marine a fait 33% à la présidentielle, son FN n’est représenté que par 1% des députés, et vous dites que le mode de scrutin n’est pas tout ? Alors pourquoi les sionistes ont-ils supprimé la proportionnelle en 1958 sinon pour exclure les patriotes français de la représentation nationale ? Les patriotes sont réduits en France à la totale impuissance législative, la loi se fait sans que les patriotes aient leur mot à dire !


  • J’envie les hongrois ! Quand je pense à tous ces français lobotomisés qui n’ont même pas conscience du combat à mener. On demanderait à 10 passants dans une rue ici s’ils pensent que la France va bien, qu’il seraient bien 7 à répondre que oui.

     

    • A Juanito,

      Imaginez : La télé raconte que les Hongrois sont des Huns
      et Orban Attila .Il y en a 9 sur 10 qui crient "au secours",
      sans savoir qui sont les Huns d’Attila ..
      Si vous ajouter qu’Orban Attila est le copain de
      Poutine Staline,alors c’est la panique !


  • Arrêtons d’idéaliser les Hongrois ! Ce sont les peuples slaves qui donnent l’exemple, maintenant ? Dés lors qu’on remet son destin entre les mains étrangères, qu’elles soient russes, américaines, hongroises ou qataris, on est déjà foutus...

     

    • Les Hongrois ne sont pas des Slaves mais des Magyars.
      Ce qui est le plus dévastateur et de ne pas savoir de qui on parle.
      Prenez les Serbes par exemple.
      Si vous saviez qui est le Serbe.
      Si seulement vous saviez.
      C’est "le Gaulois" du Russe.


    • Ns n’idealisons personnes nous faisons un constat...


    • #1939877

      Les Hongrois NE SONT PAS des Slaves (c’est un peu comme dire que les Iraniens sont des Arabes, ou les Roumains sont des Slaves : ce n’est pas rare de l’entendre en France malheureusement), et puis quand bien même, c’est quoi le problème avec les Slaves ?

      Ce n’est pas idéaliser les Hongrois que d’avoir de l’admiration pour un peuple (quel qu’il soit) largement conscient de sa culture, qui vote pour des dirigeants qui s’en soucient. Chaque nation "joue avec les cartes qu’elle a en main". La Hongrie EST un pays absolument admirable, par son histoire et par son présent.


    • Ben oui, ils donnent l’exemple. Je ne vois pas le problème à s’inspirer des actions courageuses de son voisin.
      Chez nous le problème c’est madame Le Pen qui a trahit ses idéaux.
      Avec le duo Florian Philippot, Bruno Golnish, le FN serait bien plus puissant.


    • Slave, Madayars ou ce que vous voulez : c’est du pareil au même : ce ne sont pas les pays de l’Est qui vont montrer la voie ou prendre le leadership d’un mouvement d’émancipation - surtout quand les dits pays sont financés d’une main par l’UE...


    • @Drago
      @Szczebrzerzyszczykowski

      Il faut voir, linguistiquement les roumains sont des latins et les hongrois des magyars, mais culturellement et ethniquement ils sont en fait très liés aux peuples slaves qui les entourent...

      On ne peut pas dire qu’il existe une différence fondamentale entre eux même combien même il faut éviter de tout confondre et d’amalgamer des peuples possédant bien évidement leurs caractéristiques propres.

      @Juju

      Golnish encore je veux bien mais Philippot... Comment dire rien que sur le plan des discours et des idées il n’a pas grand chose à voir avec des hommes comme Poutine ou Orban.


    • Revoir la culture générale,
      les hongrois ne sont pas des slaves. C’est aussi à cause d’une manque de culture générale que les français sont manipulés et dominés dans leurs propre pays par des esquimaux.


  • Une magnifique quenelle à la sauce Magyar, après celle à la Worcestershire du Brexit et celle à la Bolognaise des législatives italiennes.
    Vous en reprendrez bien un peu ? A qui le tour ?


  • Un coup dur pour Monsieur Soros... et encore des millions dépensés pour rien. Il lui restera bien assez pour financer une maison de retraite, où il retrouvera ses amies cruches Mesdames Albright et Clinton.

     

  • En Hongrie la moitié des députés sont élus à la proportionnelle, l’autre moitié au scrutin majoritaire à un tour : c’est pourquoi les patriotes hongrois sont majoritaires au Parlement . En France ils représentent UN POUR CENT des députés (les 7 FN) , car ils sont presque tous éliminés au deuxième tour - qui est une escroquerie sioniste .

     

    • Au scrutin sioniste "majoritaire à deux tours", Orban ne serait jamais passé, il en serait comme JMLP puis MLP à ronger son frein .


    • @Xavier
      Attêtez avec MLP svp !


    • C’est faux Xavier.
      Le score du FIDESZ aurait été sensiblement le meme. Dans la plupart des cas le JOBBIK est arrivé 2eme derrière le FIDESZ.
      J’arrive maintenant à comprendre quand mes collegues discutent entre eux en Hongrois, voici la dernière que j’ai entendu lundi au boulot (de mon collegue à notre chef d’équipe), une grande lecon pour nous, ou toutes discussion de ce genre en entreprise est verouillée par la pudeur et bien pensance :

      "- Je sais pas...Pour moi aussi c’est "La Hongrie d’abord", mais j’ai voté FIDESZ un peu par défaut..A par eux j’hésitais à voter JOBBIK peut etre..."


  • Dans le Fig de ce jour, le presbyte en charge du dossier a choisi comme titre qque chose comme : "Orban perd de sa superbe"...sans déconner...

     

    • Comment ? Qui est l’imbécile ayant osé commettre une pareille horreur ? Orban perdrait de sa superbe ? Par quel moyen ? Non seulement il augmente son score de 4 points par rapport aux élections précédentes, il conserve sa majorité qualifié constitutionnelle, mais en en plus il se permet le luxe de faire augmenter la participation électorale dans toute la Hongrie...

      On voyait les gauchistes et les ennemis du peuple à la solde de Soros se réjouir de la hausse de la participation en se disant qu’elle était bénéfique pour eux et finalement ils l’ont eu dans l’os pour parler ainsi, vous ne savez pas ce que je serais prêt à donner pour obtenir le privilège d’observer leurs sales tronches de dégoûtés à la vue des résultats.


  • C’est bien beau mais ils sortent quand de l ue et de l otan

     

    • Ben oui !

      C’est le moment où jamais !


    • Nos médias n’en font pas trop la publicité, mais aujourd’hui il y a de fait, dans la moité Est de l’Europe, une chaine de nations, reliant la Baltique à la Méditerranée, qui ont élu des gouvernements nationalistes.
      Pour autant personne n’y parle sérieusement de sortir de l’OTAN ou de l’Europe.
      Très probablement parce que toutes ont peur de se retrouver seules face aux descendants de l’URSS.
      L’Histoire a laissé des traces, qui sont déterminantes.


    • Probablement parce qu’ils n’y voient pas l’utilité... Pourquoi sortir de l’UE quand on peut contrôler cette organisation avec une relative facilité et la réorienter en conséquence.


    • Le Fidesz, parti d’Orban, intégra en 2014 le groupe du PPE au parlement européen, c’est-à-dire celui qui avalise toutes les lois migratoires, traités (Ceita), directives (travail, déréglementation...).

      Si les dirigeants du Fidesz avaient une dose de sincérité, ils devraient quitter à la fois le PPE et l’UE au lieu d’attendre les subsides de l’UE pour la critiquer ensuite. Mais Orban ne souhaite pas quitter l’UE mais accepte, en douce, des immigrés d’Allemagne. Certes, proportionnellement, ils n’atteignent pas le niveau de l’Italie, la Grèce, la France mais il y en a.


  • Excellente nouvelle, ça bouge en Hongrie, en Italie, en Autriche.....Comme quoi, le combat n’est pas perdu......Et oui, les peuples européens ne veulent pas perdre leur identité et se laisser submergés.


  • encore une quenelle de 150 ...

    dans la tronche de l europe

    une double quenelle de 300 ...

    Pour les pseudos médiats de propagande Français .. de l immonde , à Rance TV infos , à BFMChiotte ..

    Et une spéciale quenelle platinium pour

    à De la Villardiere ... après ton émission de propagande d hier soir ..

    Orban te l’a mise bien prof.....d

    - après le Brexit
    - après Trump
    - après le vote Autrichien
    - après le vote Italien
    - desormais le vote Hongrois ..

    Allo ,allo ... on entends pas le résultat de cette élection en europe sur les chaines de fakes news h24 de Itaré , à BFMChoitte , Rance Infos ..

    Soros , BHL , ATTALI .. vont devoir envoyé de plus gros chèques ..


  • « cette élection ne concerne pas que la Hongrie, mais aussi toute l’Europe »

    Malheureusement, cette phrase prononcée dans l’euphorie de la victoire est fausse.
    La réalité est beaucoup plus sombre, hélas :
    Nous avons une Marine qui a coulé corps et biens suite à ses trahisons familiales et idéologiques, et suite à son débat ridiculissime face à Macron, et maintenant, nous sommes faits comme des rats.
    L’allemagne est aussi tenue par les roubignoles, par la finance internationale qui ne laissera pas un si gros poisson lui échapper.

    Le Système laisse filer des p’tits poissons, par des trous de filets vétustes, comme la Hongrie, une législative italienne, un ptit Brexit pas si significatif que ça (ils n’étaient pas dans l’euro), mais dès que les choses sérieuses commencent, ils serrent le jeu : pour la France, l’Allemagne, c’est pêche à la dynamite, serrage de roustons, et couché médor.

    On est grillé comme des sardines portugaises...


  • C’est dans ces moments là que l’on peut être fier d’avoir des origines slaves...

    Il n’y a pas à dire lorsque l’on regarde ce qui se passe dans toute l’Europe que ce soit en Hongrie, en Russie, en Autriche, en Italie et même en Suède ou en Allemagne, on commence a se demande qu’est ce qu’attende les français pour se jeter dans le bain ? Après tout cela ne demande pas un courage particulier que de cesser de voter pour des traîtres et des parasites et de donner le pouvoir à des gens normaux qui défendront vos intérêts...

    Une question se pose dès lors, le français est il masochiste ?

     

    • La Hongrie n’est pas un peuple d’origine slave.


    • Amy m’a devancé, effectivement les Hongrois sont une nation finno-ougrienne, rameau qui regroupe les Hongrois donc, avec les Finnois (pas Finlandais, vu qu’il y a des gens d’origine scandinave qui parlent le suédois et qui sont citoyens finlandais) et les Estoniens...

      Tous ces braves gens parlent une langue aux règles grammaticales originales et déroutantes pour nous, avec cette originalité d’assembler en un mot un article, un mot, un adjectif : on écrit en un seul mot par exemple : la petite maison...

      Mais pour revenir à la courageuse Hongrie, j’espère que d’autres nations, après la Pologne, l’Autriche et l’Italie, vont emboîter le pas à ce mouvement anti-UE et toutes les cliques parasitaires qui la soutiennent !



    • Amy m’a devancé, effectivement les Hongrois sont une nation finno-ougrienne, rameau qui regroupe les Hongrois donc, avec les Finnois (pas Finlandais, vu qu’il y a des gens d’origine scandinave qui parlent le suédois et qui sont citoyens finlandais) et les Estoniens...




      Linguistiquement c’est exact mais culturellement et génétiquement parlant la différences entres slaves, magyars et baltes et déjà moins évident...

      Mais personnellement j’avais à l’esprit l’ensemble de l’Europe de l’Est car que ce soit la Hongrie, la Pologne ou la Russie, les tendances politiques sont très parlantes.


  • Quelle bonne nouvelle !
    J’aime voir les mines consternées de nos journalopes...


  • Eh bien moi je pense que les gouvernements au moins depuis Sarkozy ont tellement violés, mentis, et pillés leur pays qu’il serait légitime pour le peuple de se défendre, de défendre son pays, et d’exiger le renvoi du gouvernement en place.

    Je suis conscient que le boulot de la haute politique est de diviser au maximum le peuple, mais de voir ses voisins se réveiller (Italie, Hongrie, Pologne..) ça donne un coup de fouet.
    Je n’étais pas nationaliste pour un sous il y a deux ans.
    Voilà qu’aujourd’hui à 30 ans, je découvre le pire des tirans - Kim Jong un - comme un père pour sa nation, veillant à ce que son peuple ne manque de rien, l’inverse de nos politiciens qui s’en cachent à peine.
    Je vois que le peuple Italie, voisin direct, se bat directement contre des migrants venus vendre de la drogue et piller des aides.

    Bref, réjouissons nous de tout allié contre l’aliénation. Car ils participent à des prises de conscience.


  • Excellente nouvelle.

    Soros va te rhabiller !

    "Eljen a haza", hajts rà Orbàn !

    Salut à Csidu (le gars sur la photo).


  • C’est parfait ! Maintenant le prochain.


  • Maintenant sortir de l’Europe ou plutôt de Leurre-Hope !


Commentaires suivants