Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Élections régionales en Allemagne : la droite nationale (AfD) double son score

« Nous sommes très satisfaits. Nous avons plus que doublé notre résultat de 2014 en Saxe et dans le Brandebourg » (Jörg Meuthen, co-dirigeant de l’AfD)

Deux élections avaient lieu ce dimanche 1er septembre 2019 dans des régions de l’ex-RDA. Il y a 5 ans, les scores de l’AfD (l’Alternative pour l’Allemagne) tournaient autour des 10 %.

 

 

En Saxe, qui est un bastion traditionnel de la droite dure, la CDU étant considérée comme la droite molle (c’est le parti de la chancelière), le candidat de l’AfD réalise le score étonnant de 27,5 %, à 4 points derrière le parti de Merkel. Les faits divers générés par les migrants, qui sont arrivés depuis 2015 à plus de un million et demi, y sont pour beaucoup. Seconde élection, dans le Brandenbourg, l’AfD fait 22,5 %.

Naturellement, la CDU et les sociaux-démocrates du SPD sont devant en cumulé (pour avoir une majorité), mais la percée au-delà des 20 % rappelle les scores importants du FN chez nous aux régionales de 2015, qui totalisait 28% des suffrages, un record... national. Mais l’abstention avait été de 50 %. On remarque l’effondrement des socio-démocrates allemands à l’instar du PS chez nous, le score ridicule de la gauche de la gauche, dont un tiers de l’électorat est passé dans le camp national, et le non-décollage des écolos, dont les électeurs de l’Allemagne périphérique n’ont pas grand-chose à faire.

L’Allemagne vit une période charnière, après le tsunami migratoire des trois dernières années qui a coûté sa popularité à la chancelière. Son Allemagne multiculti (multiculturelle) n’a pas tenu la route, sachant que dans des villages de moins de 2 000 habitants, des paquets de 600 migrants ont été imposés. Les locaux ont donc puni les partis au pouvoir, tous immigrationnistes (CDU et SPD), les uns pour des raisons humanitaires, les autres pour des raisons patronales, et la question est de savoir si la droite nationale peut crever son plafond de verre. Chez nous, le parti de Marine Le Pen n’a pas réussi à transformer ses excellents scores des élections secondaires en victoires dans les élections majeures (présidentielle, législatives), mais ce n’est peut-être qu’une question de temps.

Les deux élections allemandes ne concernaient que 12 % du corps électoral, mais c’est un signal fort envoyé à la coalition gouvernementale. Heureusement pour les démocrates allemands, les dirigeants de la droite classique ont déclaré qu’ils ne formeraient jamais de coalition avec la droite nationale, exprimant par cela une préférence extranationale...

 

JPEG - 102.8 ko
Une affiche anti-immigration en Saxe (2016)

« Depuis cinq ou dix ans, on dit aux gens d’ici qu’il n’y a pas assez d’argent, que les écoles et les crèches doivent fermer. Et tout d’un coup ils voient qu’il y a de l’argent pour accueillir des milliers de réfugiés... » (Le Monde)

On rappelle que le Land de Saxe souffre encore de la désindustrialisation enclenchée par le grand patronat (dont Merkel est le jouet) après la chute du mur de Berlin, et accepte difficilement l’ouverture des frontières aux centaines de milliers de migrants qui entrent en concurrence avec eux sur un marché du travail tendu. Beaucoup de jeunes Saxons vont alors chercher fortune à... l’Ouest.

Si une entente à droite est exclue pour prendre le pouvoir dans ces deux Länder, une entente de l’AfD avec la gauche anti-oligarchique (Die Linke) est encore moins envisageable : un scénario à l’italienne (même si la coalition Maio-Salvini a vécu) est impossible en Allemagne. L’interdit des années 30 plane toujours sur les mentalités, un interdit alimenté par la presse mondialiste.

 

 

Pour la petite histoire, afin de conserver son leadership dans les régions, la droite classique devra s’allier avec la gauche classique, ce qui renforcera encore outre-Rhin le sentiment du parti unique de l’alternance. Parfois même, les forces démocrates auront besoin de la gauche de la gauche, qui ainsi trahira son électorat, résolument anti-oligarchique.

 

Bonus

Le HuffPost d’Anne Sinclair montre qu’il est contre le retour du fascisme en se moquant des leaders nationalistes :

 

La nouvelle Allemagne, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

33 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants