Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

En bref

Samedi 6 mars de l’an de grâce 2021

On va commencer en douceur avec Lucile Peytavin, et après on va monter en tension. Oh et puis non, on va s’énerver tout de suite. Pourquoi ne pas battre l’affaire pendant qu’elle est chaude ?

 

Lucile Peytanvin, une gentille perruche jamais sortie de sa chambre sauf pour faire pipi ou acheter un cookie bio en uber, membre du Laboratoire de l’égalité (ça existe ce job ?), nous explique du haut de ses 14 ans (à vue d’œil) qu’être un homme c’est dangereux. Mais ça, cocotte, on le savait, comme quand on intervient quand une gauchiste dans ton genre se fait emmerder par un connard dans la rue. Le machisme, c’est une prise de risque. Après, si tu préfères te faire agresser, tu nous préviens avant qu’on intervienne, OK ?

 

 

On dit ça mais le cas arrive rarement. Cela arrive pourtant. Le plus souvent, il suffit de se placer entre le connard et la personne de sexe faible, et ça marche sans verser de sang. Car en général le connard est lâche : s’il a envie de mettre une main au cul à une fille ou de l’insulter, parce que c’est facile, il n’a pas envie de se lancer dans un combat de MMA pour une fille qu’il n’aurait de toute façon pas attrapée.

Après cette leçon de choses, on va rester dans la gonzesse, avec la tendresse d’une épouse Daech qui veut revenir au pays.

 

 

On a trouvé le parallèle avec l’Inde assez sympa. C’est vrai, quoi, couper des têtes de chiens infidèles et prendre un trip de LSD à Goa, quelle différence ? Tout est Amour...
Un qui s’y connaît en amour des gens, c’est le petit dictateur de l’Élysée.

 

 

On a une pensée pour Bigard (ne cherchez pas la transition, sauf si vous en voulez une, par exemple un jour Macron a appelé Bigard) qui, mis au ban de la société du spectacle socialo-sioniste, se retrouve à devoir jouer à Dubaï.

 

 

On n’est pas sûrs d’aller le voir là-bas, car on pourrait y rencontrer Magali (Berdah) flanquée de son troupeau d’oies de télé réalité. C’est un clin d’œil en forme de teaser, car on prépare un sujet chaudissime sur cette nouvelle Mimi Marchand.

En attendant Godot et Berdah, on doit avouer qu’un truc nous a rendus pas contents, mais pas contents du tout : on s’est abonnés au site de Michel Onfray, on paye 4€ par mois, et... on n’y a jamais mis les pieds, à part la première fois ! Si ça c’est pas une preuve de connerie ! Si encore on était riches, mais même pas. On finance le pote de Zemmour, son aile gauche, son faire-valoir, son écuyer, son Sancho Panza, et on joue les anti-Zemmour devant tout le monde... Autant donner ce fric à Marcel.

Quand on est tristes, ou en colère, on cherche toujours un cas plus grave pour relativiser. Nos sous perdus dans la poche d’Onfray ne sont rien face à la vie des mangeurs de rats :

 

 

C’est drôle, on a vu quasiment le même reportage il y a quelques années mais sous un autre angle : celui des pauvres qui ne crèvent pas de faim grâce à la viande de rat !
Aujourd’hui, on apprend que ces villageois sont malheureux, alors qu’ils semblent péter la santé. Les médias, faut vraiment s’en méfier, car ils sont versatiles. Ils peuvent vous raconter tout et son contraire du jour au lendemain.

 

 

On vous donne des nouvelles de Michel (Drucker, Onfray c’est fait), car personne ne nous en demande jamais. Eh bien Michel, qui n’arrive pas à être viré de France Télévisions comme tous les vieux hommes blancs, malgré son ancienneté préhistorique et ses émissions ronflantes où il invite ses amis de la communauté de loupiote, a perdu dix kilos. Si vous avez une idée de où ils peuvent être passés, envoyez un message à La Rédaction. Attention, on ne parle pas de dix kilos d’or, mais de viande.

Michel, c’est fait, passons à Jean. Jean c’est l’adjudant Cruchot qui, à chaque fois qu’il prend la parole, c’est pour nous rajouter une pierre dans le sac à dos. On ne sait pas si ce type a vécu un trauma gravissime dans son enfance ou si il a eu une enfance, mais il incarne ce que Macron ne veut ou ne peut pas être : celui qui délivre les mauvaises nouvelles. Macron se réserve les bonnes (mais y en a pas beaucoup, ou beaucoup moins que les mauvaises).

 

 

C’est bien, le niveau de conscience monte, même si le processus est assez lent chez certains.
On parlait de France TéléSion et de la chasse aux sorciers lancée par la vieille sorcière blanche Ernotte. À moins de changer de sexe in extremis, les hommes sans couleur semblent foutus sur le service public audiovisuel. Leur race va disparaître, du moins de la télé. On pourra se consoler avec les émissions de femmes, comme Thé ou Café.

 

 

Mince, l’émission a été arrêtée ! Elle aura duré 22 ans, quand même, de 1996 à 2018. Bon, ben, on oublie ce passage sans intérêt, chacun a droit à l’erreur.

On va se faire plaisir avec le plus grand maso de Twitter, un certain Jean-Michel Aphatie. Ce Nosferatu doté d’un humour étrange provoque chez ses adversaires un déchaînement de réactions désobligeantes. C’est sa façon d’exister. Les uns prennent leur pied en se faisant fouetter par maîtresse Alexandra, les autres se font maraver sur Twitter...

 

« La vieillesse est un naufrage...l exemple personnifié »

« Quel naufrage intellectuel. Il est plus à plaindre qu’autre chose. Faudrait pas vieillir... »

« L’âge n’a rien à voir... Jeune c’était pas la classe non plus... »

« C est tjrs bien d avoir quelqu un de médiocre à côté de soi ! Avec lui j ai l impression que je pourrais être une gde journaliste !!! »

« Complètement con comme remarque. Mais ça lui va bien. »

On va achever (à coups de pelle) cette rubrique désolante avec une espèce d’hommage à Serge Gainsbourg, qui est mort il y a déjà 30 ans (2 avril 1928 – 2 mars 1991). Toute la presse a déroulé le tapis rouge à l’homme à tête de chou avec une culotte de fillette dans la poche.

Depuis l’arrivée du vaisseau #MeToo en France, la perception d’un type comme Gainsbourg a quelque peu changé. En 1991, tout le monde encensait le génie de la pop française, malgré les contrefaçons et la frime. En 2021, c’est le procès avec au moins 15 charges lourdes au cul.

 

 

 

 

Eh bien eh bien, si Serge entendait ça. Heureusement, tout le monde n’est pas devenu juge, et sa fille Charlotte, la chanteuse (qui nous laisse) sans voix, nous promet un super musée de 12 m2 dans l’appart rue de Verneuil où Serge a vécu avec femme et enfants. Il y aurait d’ailleurs pas mal tarté la Jane, mais quand on est le Tarzan de la chanson, on peut se permettre quelques écarts de conduite avec les guenons.

Vous vous rappelez cet échange que Birkin transcrit dans son journal intime, après la séparation du couple : « Gainsbourg disait : “J’étais un salaud, je t’ai frappée”, et j’ai dit : “Non, non, pas un salaud” et je m’en foutais d’être frappée… [...] Mais voilà que Gainsbourg avoue tout : « Jane est partie par ma faute, lisez-vous. Je rentrais complètement pété, je lui tapais dessus. » (L’Obs)

Contre le vent dominant, comme toujours – on se demande si c’est pas une stratégie –, Philippot y a été de son hommage assez courageux :

 

 

Le Nouvel Obs, en pleine phase de dégauchisation (une sorte de décompensation), a sorti un papier incendiaire sur le bonhomme (Serge, pas Philippe), où on en apprend de belles.

Sa fille Charlotte avait 13 ans quand elle susurrait « Lemon Incest », sur l’air de l’étude n° 3 en mi majeur op. 10 de Chopin. Treize ans quand elle gémissait « Je t’aime plus que tout » à ce père qui se mettait en scène torse nu avec elle dans un lit. Gainsbourg aimait à se définir comme un « monogamine ». Comment se dépêtrer de cette embarrassante fascination pour les « Lolycéennes » et autres « sexy little pisseuses » ?
Vous faut-il appeler le 119 pour venir en aide à Melody Nelson, « quatorze automnes et quinze étés » ? À Samantha, l’égérie du disque « You’re Under Arrest », « une petite Noire de 13 ans », précise l’auteur dans une interview, et la destinataire de la chanson « Suck Baby Suck » ? À Abigaïl, l’amante sourde et muette de 11 ans d’Evguénie Sokolov, le peintre pétomane et « hyperabstrait » du roman de Gainsbourg ?

Oh mazette, du Matzneff dans le texte ! Plus loin on peut lire ça :

Dans « No Comment », l’artiste ne fait rien pour faciliter votre fiévreux devoir d’inventaire : « Si je baise ? Affirmatif […]/Des salopes ? Affirmatif […]/Des gamines ? Affirmatif/De quel âge ? Ooh ooh ooh. » Votre premier réflexe serait de vous cacher derrière l’excuse de la chanson-fiction. Mais vous ne pouvez oublier que sa nympholepsie était réelle. Qu’il a eu, à la fin de sa vie, quelques amantes insuffisamment âgées, lui qui chantait en 1959 « Jeunes Filles et vieux messieurs ».

On apprend des mots. Au fait, la nympholepsie, c’est une maladie ou un vice ? Il faudra demander à Viguier.

Conclusion : pour Gainsbourg, la séparation de l’homme et de l’œuvre a joué, puisqu’il est mort il y a 30 ans et que son procès posthume n’a pas censuré ses chansons. N’est pas Céline qui veut.

Ne manquez pas l’épisode précédent sur E&R :

 






Alerter

66 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2680718
    Le 7 mars à 11:05 par Ezra
    En bref

    A lire certains dans les commentaires on s’demande où on est...
    C’est la réunion des white knight anonymes chez madmoizelle.com ?

    Gainsbourg dans la chanson pop française c’est un monument.
    La chanson de Prévert, Je suis venu te dire que je m’en vais, Ballade de Melody Nelson, ou Initials BB... c’est quelque chose.
    Aujourd’hui, le moindre négro qui utilise un sample tout le monde applaudi comme des demeurés, mais un mec qui fait passer en contre bande du classique dans la pop, là on parle de plagiat. Allons bon !

    Gainsbourg a tiré Brigitte Bardot. La grande classe.
    Il aimait les jeunes femmes, comme tout homme sainement constitué. Même Aristote conseillait aux hommes de prendre une femme avec 10 ans de moins qu’eux au minimum. On nous ressort la polémique Lemon Incest... et quoi, écouter Bonnie & Clyde ça vous transforme en braqueurs ?

    Il va falloir aussi faire passer un message à toutes les gourgandines #MeToo.
    Il faut faire la différence entre les réseaux à la Epstein, et la jeunette en chaleur qui va à la rencontre d’un artiste en mini jupe et la tronche repeinte comme une voiture volée... dans le second cas, c’est rarement pour jouer aux échecs.

     

    Répondre à ce message

    • #2680813
      Le 7 mars à 13:57 par Corneüs
      En bref

      @ Ezra

      Un sample est déclaré, pas un plagiat. Guetta Gainsbourg même combat. Non juif on ne l’aurait jamais connu, aucune voix et il pue trop le vice.
      Si à 40 ou 50 balais t’as un attrait pour les ados, c’est qu’t’as une tare, mentale et/ou physique.

       
    • #2680817
      Le 7 mars à 14:04 par miles davis
      En bref

      ça c’est envoyé... et tellement vrai.

       
    • #2680847
      Le 7 mars à 14:49 par Eric
      En bref

      « Gainsbourg a tiré Brigitte Bardot. »
      La grande classe en effet, surtout formulé ainsi !

       
    • #2681502
      Le 8 mars à 13:31 par paramesh
      En bref

      qui n’a pas tiré BB ? aucune classe à le faire, c’était une fille hyper facile, une marie couche toi là. comme on disait à l’époque. tous les vieux tropéziens le savent ; ce qui ne l’empêche pas d’être une brave fille avec un putain de tempérament.

       
  • #2680725
    Le 7 mars à 11:17 par kantor
    En bref

    Petit sondage (07/03 à11h) chez Télérama....

    Donnez votre avis !
    Avez-vous hâte de retrouver Michel Drucker le 24 mars dans un Vivement dimanche inédit ?
    31067 participants.
    16% de oui.
    84% de non.
    LOL

     

    Répondre à ce message

    • #2680824
      Le 7 mars à 14:12 par Eric
      En bref

      Il y a quand même toujours de bonnes nouvelles, y compris dans le marasme !

       
  • #2680736
    Le 7 mars à 11:38 par kéwin ladame
    En bref

    Comment Bigard a-t-il pu quitter le territoire hors UE ? C’est interdit sauf motif impérieux.
    Black Sabbath ou Gainsbourg sont assez commerciaux, chaque année une édition luxe, de luxe, super de luxe de leurs oeuvres immortelles apparait.
    La femme au début doit recevoir sa feuille de route de sorosse né schwartzy, anti-blanc comme toujours.

     

    Répondre à ce message

    • #2680801
      Le 7 mars à 13:31 par De Roville
      En bref

      Moi suis parti au Maroc mais de Madrid, copain parti en Afrique noire mais de Genève ect.ect.

       
    • #2680852
      Le 7 mars à 14:56 par Eric
      En bref

      « Comment Bigard a-t-il pu quitter le territoire hors UE ? C’est interdit sauf motif impérieux. »
      Les motifs dits impérieux peuvent être d’ordre sanitaire, familial ou professionnel. Ici c’est donc professionnel. Dommage que cette logique ne s’applique pas ici pour tout le monde, restaurateurs, etc.

       
    • #2681203
      Le 8 mars à 01:39 par denis
      En bref

      Et moi je suis parti au Maroc... depuis la France.

      Vous êtes ridicule, n’importe qui peut quitter la France, il suffit d’avoir un motif qui ne sera jamais vérifié.

       
  • #2680750
    Le 7 mars à 12:08 par Sedetiam
    En bref

    Du voile aux nymphes il n’y a qu’une transition dans les mailles de laquelle il faut prendre les sylphide, seules belettes à même de gambader avec les cheveux « à l’air », mais pas seulement. Ronsard les prenait aussi dans ses filets de poésie : par les mots seulement ?
    La problématique étant d’emprunter les termes à la Grèce antique sans en transposer les mœurs et de leur appliquer une pseudo morale moderne quand on sait que 30 ans suffisent désormais à faire plonger tout Pierpoljack...

     

    Répondre à ce message

  • #2680773
    Le 7 mars à 12:46 par De Roville
    En bref

    Excuses moi DIEUDONNÉ mais entre Chalençon et Castaldi pour la quenelle d’or moi je n’arrive pas à faire la différence nous avons besoin de tes compétences merci bien Respectueusement.

     

    Répondre à ce message

  • #2680839
    Le 7 mars à 14:37 par Peter Töpfer
    En bref

    Je pense Lucile Peytanvin a raison. Ne vous êtes jamais posé la question pourquoi ce sont plus de femmes qui se révoltent en ce moment alors les hommes restent chez eux ?

     

    Répondre à ce message

    • #2680915
      Le 7 mars à 17:23 par anymosa
      En bref

      ah bon ! .... je me pose la question de savoir pourquoi des professions pourtant très "féminisées"
      imposent le port de masques a des gosses
      pratiquent la rivotrilisation sans ciller
      se font les avocats du remdesivir et les avocats généraux de l’HCQ
      inoculent avec complaisances

       
    • #2681064
      Le 7 mars à 21:28 par Eric
      En bref

      Je n’ai pas compris sur quoi reposait votre commentaire et si c’est une blague ou pas.

       
    • #2681474
      Le 8 mars à 12:56 par Peter Töpfer
      En bref

      Bonjour Eric, non ce n’était pas une blague. Une longue histoire... Très bref : Le rôle des hommes est très lourd, ils en meurent 15 ans plus tôt que les femmes. Les suicides sont plus nombreux etc. Bien sûr c’est en rapport avec leurs taches, leur rôle. Ils en sont étouffés au point qu’ils ne sont pas capables de réagir comme ils le montrent maintenant, ils ne font moins que les femmes - en tout cas en Allemagne, en France je ne sais pas trop mais il me semble que ce sont aussi beaucoup de femmes chez vous qui manifestent et se battent - plus que les hommes. Une crise comme celle-ci (je nomme seulement l’immigration et le mensonge du corona) devrait susciter une réaction des hommes plus fort, alors il n’en est rien, pas grand’chose en tout cas.

       
    • #2681477
      Le 8 mars à 12:57 par Peter Töpfer
      En bref

      @anymosa Là, par contre, je vous donne raison.

       
    • #2681649
      Le 8 mars à 17:53 par Eric
      En bref

      Bonjour à vous @Peter Töpfer. Ok.
      En tout cas ici ce n’est pas le cas et j’ai d’ailleurs peine à croire que cela soit différent ailleurs. Et de toute façon, comme à un moment donné il faudra bien aller un minimum se confronter plus ou moins physiquement, je pense que même si les femmes sont importantes ce sera un problème d’homme et de testostérone (je parle en tendance bien évidemment).
      Enfin, de manière générale, je me dis que ce genre de fausse dichotomie pour pointer du doigt tel ou tel, est au mieux inutile et au pire et plus souvent contre-productive car non contente de ne rien régler elle crée en plus du dissensus supplémentaire dont on n’a vraiment pas besoin en ce moment. Il y assez de vrais dissensus pour ne pas en rajouter d’artificiels. Enfin, je suis d’accord avec vous sur la fin quand vous dites que la réaction est insuffisante mais 1) Il ne faut jamais dire jamais et rester optimiste car ça viendra peut-être (il faut l’espérer et se tenir prêt, déjà à résister personnellement et comme on le peut) et 2) Cette tolérance que l’on peut juger excessive (parfois pour des motifs qui peuvent se comprendre) concerne chacun d’entre nous sans considération de sexe ou de quoi que ce soit d’autre. Une autre chose est qu’à mon avis il ne faut pas forcément s’attendre à des mouvements de masse, même si ce serait bien.

       
    • #2681800
      Le 8 mars à 21:06 par Peter Töpfer
      En bref

      Bonsoir @Eric, ce n’était pas mon intention d’amenuiser la résistance ou voire de propager du défaitisme – bien au contraire, je déplore justement la faiblesse et l’inactivité des hommes. Même si les femmes ne sont pas majoritaires – il est curieux de les voir au moins si nombreuses alors que les hommes – qui sont habituellement beaucoup plus intéressés par la politique et dont on dit qu’ils voient plus loin que le bout de leurs lorgnons – sont pas nettement majoritaires. En tout cas, les hommes laissent faire les régimes en Europe, ne se révoltent pas assez, ratent en ce moment. La grande présence des femmes à des manifs est frappant, je voulais juste faire remarquer des possibles causes pour ceci et que Madame Peytavin les montre – sans doute malgré elle.
      Sur le reste, je suis d’accord avec vous.

       
    • #2681869
      Le 8 mars à 23:09 par Eric
      En bref

      Je ne pense un seul instant que vous soyez malintentionné bien sûr. Pour le moment je ne vois personne bouger personnellement, ou si peu. Et je m’y inclue. Par contre je crois que les gens sont majoritairement très critiques, même si ce n’est pas toujours de manière suffisamment radicale et conséquente. Le temps fera son œuvre et on verra bien.

       
    • #2683431
      Le 11 mars à 15:03 par Ezra
      En bref

      @Peter Töpfer
      Votre observation est juste, mais il ne s’agit que d’une "cohérence culturelle".
      Le travail de sape de L’école de Francfort a amorcé tout le courant progressiste-victimaire dégénéré en attaquant "la personalité autoritaire", c’est-à-dire la figure du père de famille blanc, afin de lutter contre le "fascisme" (Adorno & co, 1950, publié par l’American Jewish Committee) .

      Aujourd’hui il est bien plus facile pour une femme de se mettre en scène sur des sujets subversifs que ce ne l’est pour l’homme blanc hétérosexuel qui est la tête de turc et l’élément unificateur de toute la horde progressiste-victimaire dégénérée (qui d’ailleurs se bouffent entre eux dès qu’ils n’ont plus l’ennemi commun : affaire Mila etc).
      Le dernier exemple en date en Fronse était la jeune Thaïs d’Escufon mise en avant par Génération Identitaire, mais vous vous doutez bien que de nombreux hommes on un niveau plus élevé qu’elle. C’est juste plus efficace pour la communication à grande échelle après plus de 50 ans d’influence délétère de L’école de Francfort dans le monde blanc.

       
  • #2680925
    Le 7 mars à 17:50 par anymosa
    En bref

    gainsbourg frappait plus faible que lui, mais prenait facilement une beigne en publique en criant :
    " je suis un nain soumis !" 1979 strasbourg

    toutes les heures une chopine
    tous les mois un chopin

    le mec qui traita de pute rita mitzouko, alors que lui même avait dans la mise en scène d’un scénario improbable, demandé a son épouse, au prétexte d’un "camion a benne", d’apparaitre dans une situation de même nature
    la pornocratie formelle insultant la pornographie réelle

     

    Répondre à ce message

  • #2681398
    Le 8 mars à 11:19 par Contempor
    En bref

    Gainsbourg toujours saoùl ou camé devant une camerà... m’a toujours paru ’’con’’ et ’’archi-nul’’, en particulier quand il s’est mis à agresser les autres people et en particulier l’excellent Guy Béart...qui avait plus de rayonnement et de capital de sympathie que lui.
    Gainsbqr est le prototype du mec moche laid comme un poux qui ne supporte pas lui même, et qui pense que pour être une vedette il faut tricher en effaçant le côté tricard avide de fric et se clochardiser...un pitre !

     

    Répondre à ce message

  • #2681607
    Le 8 mars à 15:50 par xmut001
    En bref

    Désolé ER,

    J’aime bien Gainsbourg.
    Quand aux reprises, qui n’en fait pas pour se lancer.

     

    Répondre à ce message

  • #2682855
    Le 10 mars à 15:50 par Angélique
    En bref

    Les hommes prennent des risques. C’est pour paraître ’’ hommes’’...

    Alcool, drogue, vitesse... Ils ont trois fois plus de risques de mourir avant les femmes...

    Heu... On parle d’ hommes là, ou de jeunes cons pré-pubert ?

    Ha oui. C’est vrai que l’étape après 18 ans, chez un homme, c’est pas le travail, c’est la prise de risque...

    Je vois vachement un homme de 40 ans faire le connard en scooter pour emmerder sa voisine afin de lui montrer sa virilité...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents