Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

En fin d’année, l’état de santé des Français et du personnel hospitalier s’est dégradé

L’état de santé des Français s’est dégradé en novembre et en décembre 2017, tout comme celui du personnel hospitalier. Un sentiment de dégradation du climat social se fait sentir des deux côtés.

 

Le sondage Odoxa [1], réalisé pour le Figaro Santé et France-Inter, dévoile le carnet de santé des Français et des personnels hospitaliers. En dehors de maladies chroniques et affection de longues durées, les maladies et les problèmes de santé des Français ont augmenté en fin d’année.

[...]

Parmi ces malades, la majorité est allée consulter un médecin, qu’il s’agisse d’un généraliste ou d’un spécialiste. Cependant, le recours aux conseils du pharmacien reste faible, il en va de même pour les passages aux urgences qui sont même en diminution. Cependant, un chiffre reste inquiétant : 17% des malades français ont eu recours à l’automédication sans aucun conseil. Une pratique qui peut être dangereuse, souvent responsable de surdosages ou d’interactions médicamenteuses.

[...]

Le personnel hospitalier est également touché par ces pathologies hivernales, il l’est même davantage avec 32% de malades pour la même période. D’après le rapport, cela pourrait s’expliquer par une surexposition aux affections en milieux hospitaliers. Mais malgré leur profession médicale, rares sont ceux qui ont attendu que « cela passe » ou qui ont eu recours à l’automédication.

[...]

Seule ombre au tableau : infirmièr(e)s et surtout aides-soignant(e)s, même s’ils se sentent aimés, ils estiment qu’ils « manquent de temps pour accomplir leur travail et n’ont pas de moment de pause ». Des facteurs qui sont sources de stress, le travail n’étant pas, selon eux, reconnu à sa juste valeur. Le rapport indique donc que c’est sur ce volet clés de la reconnaissance, y compris financière, qu’il faudrait renforcer les efforts afin de motiver ces acteurs et garantir la pérennité de notre système de soins.

Lire l’article entier sur sante.lefigaro.fr

Notes

[1] 1028 Français de plus de 18 ans et 1288 membres du personnel hospitalier, soignants et non soignants réunis, ont été interrogés. Cette étude porte sur la période de novembre et décembre 2017 comparée à septembre de la même année.

Prendre soin de sa santé avec Kontre Kulture :

Les excellents articles de la Section Santé d’E&R :

 






Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • Pas étonnant qu’avec ce qu’ils ont bu, bouffé et fumé pendant les fêtes ces tubes digestifs à pattes, surchargés, soient sur le flanc .

     

    Répondre à ce message

  • Ce paragraphe m’interpelle : "Seule ombre au tableau : infirmièr(e)s et surtout aides-soignant(e)s, même s’ils se sentent aimés, ils estiment qu’ils « manquent de temps pour accomplir leur travail et n’ont pas de moment de pause ». Des facteurs qui sont sources de stress, le travail n’étant pas, selon eux, reconnu à sa juste valeur. Le rapport indique donc que c’est sur ce volet clés de la reconnaissance, y compris financière, qu’il faudrait renforcer les efforts afin de motiver ces acteurs et garantir la pérennité de notre système de soins."

    Bon, je n’ai rien contre le personnel soignant (encore que....bref) mais il s’agit d’un copier-coller de 90% des professions. Si chacun arrêtait de se regarder le nombril et levait la tête pour s’apercevoir qu’il y un problème général ? Enfin, des dizaines de problèmes.... A partir de là, on pourrait peut-être jeter tout ce qu’il y’a jeter et repartir à zéro ?
    Au fait, ça existe dans l’histoire humaine une société ayant dépassée ses contradictions ? Je n’ai pas cette impression...

     

    Répondre à ce message

    • Certains disent que l’on voit l’état d’une société à la qualité de ses soins, ce sont de très beaux métiers, (selon mon point de vue), mais la qualité des soins tend à disparaître, comme certains spécialistes qui ne sont pas remplacés...

       
    • Je vous invite à exercer le métier d’infirmier (comme moi) ou d’aide soignant pour vous rendre compte des difficultés que l’on peut rencontrer. Le manque de temps est énorme, la pression aussi. Avec un salaire de 2000€ en moyenne, avec deux week-end travaillés, en ayant la vie des patients entre nos mains, la charge de boulot qui a augmenté, on peut être secrétaire, ambulancier, pharmacien, brancardier en même temps sur une même journée, les exigences des patients ont également augmentées tout leur est dû, les familles sont de plus en plus "violentes"etc ... Permettez aux soignants d’en avoir plein le cul ! ce sont des métiers humainement enrichissant mais extrêmement difficiles, de plus en plus difficiles et l’état ne fait rien au contraire ils aggravent la situation. Ceci à cause de l’endettement des hôpitaux grâce à l’état qui a autorisé les emprunts toxiques qui maintenant détruisent notre système de santé. je vous souhaite de ne jamais tomber malade...

       
  • Notre système de santé est malade de la bureaucratie qui pompe une part très importante des ressources. Le personnel médical doit se préoccuper de suivre des procédures avant de se mobiliser pour soulager les malades. Cette médecine technocratique, dont les consultations à distance sont la dernière invention ( seules les interprétations de données et la suveillance à distance en complément de vraies consultations ont un intérêt) finira par tuer malades et personnels médicaux.
    Il ne faut pas compter sur l’énarque Macron pour alléger tout cela (et supprimer par là-même quelques postes dorés pour ses potes hauts fonctionnaires

     

    Répondre à ce message

    • C’est exact ! Des procédures de plus en plus contraignantes et stupides... mais ça crée des emplois dans le tertiaire, de plus en plus de bureaux pour que nos administratifs puissent contrôler et vérifier, faire des statistiques etc... de plus en plus de bureaucrates, de plus en plus de malades et de moins en moins de lits, de soignants et médecins... telle est la tendance actuelle.

       
  • Le niveau de compétence des médecins semble baisser. Ils deviennent de plus en plus des représentants en médicaments (concours de ventes déguisés, organisés par les Laboratoires) dont les effets croisés rendent encore plus malade...

    Prenez soin de vous et vous éviterez de tomber dans la dépendance médicamenteuse !

     

    Répondre à ce message

  • Seul compte l’état de santé des actionnaires. Les autres peuvent crever.

     

    Répondre à ce message

  • En 2018 il seront sauvés, vu qu’ils vont pouvoir bénéficier des onze vaccins obligatoires par dérogation ministérielle compte tenu de leur âge(ou usage ) avancé !

     

    Répondre à ce message

  • L’important c’est la santé des élus, le reste (celle des gueux) n’intéresse pas vos maîtres.

     

    Répondre à ce message

  • Je connais parfaitement le milieu hospitalier et ce personnel qui se plaint si souvent de surcharge de travail peu ou pas de temps à passer avec le patient....etc.... c’est ce même personnel dans son intégralité à tous les niveaux hiérarchiques qui m’a harcelée, quotiennement et essayant d’entraver la bonne marche de mon travail et la prise en charge de mes patients plus qu’exemplaire.
    Alors quand on a le temps d’harceler une collègue de travail qui elle bosse (moi) c’est qu’on est payé à rien faire ce qui n’était pas mon cas je courais à tous les étages hospitalisation consultations HDJ hôpital de jour etc pharmacie etc pour gérer mes patients.

     

    Répondre à ce message

  • Les hôpitaux sont ruinés, c’est dû aux emprunts toxiques contractés pour rénover le secteur hospitalier vers 2007, je crois.
    Après, l’autre cause c’est le numerus clausus pour les étudiants (Français).

     

    Répondre à ce message

  • Voilà ce qui arrive lorsque l’on gère un hôpital, c’est à dire un bien publique, comme une entreprise à but lucratif ! Nous vivons une époque ou tout est mélangé puis confondus avec ce laisser faire de la loi loi du dieu argent et maître marché et ce n’est pas prêt de s’arranger vu qu’ils veulent encore mettre les hôpitaux en concurrence avec les cliniques privées !

     

    Répondre à ce message