Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

En pleine révolte populaire, le pouvoir en perdition amplifie sa propagande LGBT

C’est à se demander si de leur vie les ministres concernés ont déjà mis un seul pied dans la rue, même avant les événements des 17 et 24 novembre 2018, ces samedis rouges pour la circulation mais aussi pour le pouvoir. Depuis deux semaines, le délirant le dispute au déconnecté dans la communication gouvernementale.

 

PNG - 622.2 ko
L’image officielle de la campagne du gouvernement LGBT (mais pas QI)

 

Pour preuve, le 27 novembre, alors que l’urgence est à l’extinction de l’incendie social – et là on n’appelle pas le pouvoir à la répression mais à la négociation –, voilà ce que nous dit le site officiel du gouvernement (on a vérifié, ce n’est pas un fake) :

« Faciliter le signalement des violences sexistes et sexuelles et accompagner le dépôt de plainte : c’est l’objectif de la plateforme lancée ce mardi 27 novembre par les ministres Christophe Castaner et Nicole Belloubet et les secrétaires d’État Marlène Schiappa et Laurent Nunez. »

Les violences sociales, on s’en fout. Seules comptent les violences sexistes ou sexuelles, homosexuelles et transsexuelles (mais pas hétérosexuelles visiblement). la souffrance d’un travelo moqué dans la rue par trois racailles vaut largement celle de mille employés mis au chômage par un contrôleur de gestion formé au management américain !

« La plateforme s’adresse également aux témoins de telles violences. "Quand vous avez connaissance d’une violence sexiste ou sexuelle, votre devoir de citoyen, c’est d’appeler la police ou la gendarmerie, ou désormais de vous connecter à cette plateforme", a insisté la secrétaire d’État chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations.

En cas d’urgence, un bouton de couleur permet aux victimes de se déconnecter à tout moment du tchat et d’effacer l’intégralité de la conversation. »

Et si on est témoin de violences sociales, on s’adresse à quelle plateforme ?

 

 

Pour pouvoir bénéficier de toute la bienveillance de nos gouvernants, on conseille donc à nos Gilets jaunes soit de devenir homosexuels, auquel cas les coups de matraques des CRS et autres infiltrés du pouvoir seront compris comme autant d’actes discriminatoires et violences envers une noble communauté souffrante et seront jugés – sévèrement – comme tels.
Sinon, le meilleur reste évidemment d’arborer une étoile jaune sur le gilet, mais celle-ci risque de ne pas se voir dans l’action (loi dite du ton sur ton). De plus, les propriétaires de la marque pourraient porter plainte, une fois de plus, pour exploitation illégale d’une marque déposée. On oublie.

Le sujet est sérieux. L’aveuglement de nos gouvernants est un signe de détresse mentale au sommet. Pendant que les Français se révoltent à juste titre contre une direction devenue folle, dans tous les sens du terme, la propagande bat son plein. Les cris d’en bas sont couverts, croient-ils, par les injonctions d’en haut. Le résultat est désastreux : les Français crient dans le vide des médias corrompus et partiaux (à part le gentil Ruffin qui a voté Macron en 2017 et qui est invité partout), et les gouvernants se bouchent les oreilles en hurlant les ordres que le pouvoir profond leur refourgue. Les passe-plats vont mal finir...

 

 

On assiste donc en pleine tempête sociale à une offensive LGBT totalement incongrue, comme si la soi-disant discrimination contre les homos pouvait remplacer dans la tête des gens le racket libéral macrono-européiste. Une lubie de dominants déconnectés, plus que déconnectés en vérité, déjà rejetés qu’ils sont dans les poubelles de l’histoire par un peuple qui n’en peut plus du mensonge généralisé. Loi numéro un : la colère populaire est directement indexée sur le mensonge oligarchique.

Ce ne sont pas seulement les hausses de taxes qui énervent, mais le vice profond, inaltérable, de dirigeants qui sont mandatés par des forces supérieures qu’ils ne peuvent dénoncer et auxquelles ils ne peuvent désobéir. Sinon c’est la campagne de presse, la salissure, la chute, la fin des palais et des banquets. Du fond de la fosse, ces gouvernants de pacotille – Macron, Castaner, Griveaux, Darmanin, Schiappa et (mauvaise) compagnie – nous enjoignent une fois de plus de nous calmer et de les croire, mais leurs phrases ineptes n’ont plus le caractère assoupissant d’autrefois. Non seulement ils mentent, mais ils mentent mal ! Avec l’Internet, un môme de 12 ans les met à l’amende.

Le discours somniférien ne prend plus, car le discours luciférien apparaît derrière.

Derrière le « progressisme », lire chez Kontre Kulture :

 

La religion LGBT est basée sur la haine de l’hétérosexualité,
voir sur E&R :

 






Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • En 1789 Internet n’existait pas, et pourtant...

    Mais ces révolutionnaires n’étaient guère comparables aux Gilets Jaunes. Ils ressemblaient beaucoup plus aux élus de la Ripoublique, aux patrons des grandes entreprises, aux actionnaires et aux journalistes des médias de masse. Le peuple va-t-il prendre sa revanche en 2018 ?

     

    Répondre à ce message

  • Ils provoquent la haine. C’est eux qui devraient disparaître (ces assos de merde). Mais quelle société lamentable.

     

    Répondre à ce message

  • "Au lieu de vous s’acharner sur cette pauvre femme, qui milite pour sa survie... acharnez-vous plutôt dans les banlieues.. il y en aurait grand besoin"

    Non Monsieur, il faut taper dans le lourd. Taper dans la verticalité. Taper sur les VRAIES ordures. La guerre des prolétaires des villages de France contre les prolétaires des banlieues est votre opium.

    Les ordures du sommet rient bien de tout cela....

     

    Répondre à ce message

    • Deux remarques :
      1) Ne pas tomber dans le piège de l’opposition banlieue - reste de la France, car la banlieue ne vit pas mieux que le reste de la France ;
      2) La banlieue est certainement moins dangereuse que le reste de la France, car la paix y a été achetée à coup de milliards.
      C’est au reste de la France de se réveiller ... C’est lui qui trime et subit. La banlieue vit de subsides et de trafic autorisé. Il est faux de croire qu’elle est un danger. Le joint endort, la cigarette éveille !

       
  • "Le Gouvernement est pleinement mobilisé face à l’antisémitisme."

    Justement, castagnette, ce qu’on lui reproche c’est de ne se mobiliser que pour ça et jamais pour rien d’autre.....

     

    Répondre à ce message

  • A parler d’antisémitisme dès que le peuple souverain essaye de communiquer avec ses "élus", le peuple de France risque de faire des raccourcis légitimes sur ceux qui détiennent réellement le pouvoir... le gaulois réfractaire fainéant et alcoolique va commencer à se poser des questions, les ficelles étant décidément trop grosses.

     

    Répondre à ce message

  • Ces immondes salauds amplifient la propagande LGBT pour hâter notre dégénérescence au point que nous ne devenions plus que des corps passifs incapables d’une révolte virile ! Seulement les gilets jaunes que l’on voit à la télé n’ont pas l’air du tout d’être des fiotes ! Ce sont pour la plupart de braves gens et des travailleurs, pas du tout des sodomites ou des gérontophiles amateurs de vieux cougars pluri liftés et squelettiques !

     

    Répondre à ce message

  • Il y a quelque chose que vous ne saisissez pas : comme le risque est grand pour eux de se faire emmancher par le peuple (empaler disait-on autrefois), les voici qui préparent leurs arrières (si l’on peut dire) de sorte que toute enfilade ou autre quenelle soit vue comme une agression sexuelle homophobe et antisémite, si tant est que quelques-uns décident de s’en prendre aussi au système bancaire, dans sa branche spéculative à intérêts et frais variables et, s’agissant de leur botter le cuI.
    Les Padamalgames en font toujours pour eux.

     

    Répondre à ce message

  • Que demandent ces gus de la photo d’introduction ? La pitié ?
    On ne dit pas STOP quand on réclame l’amour des gens.
    Forcément, ça agace le passant. Il entend "STOP mon pote", tout le temps !
    Pitié, amour... Il obtiendra l’inverse, le stoppard.

     

    Répondre à ce message

  • #2091763

    Faut vraiment croire que tout ces loufias sont aux abois car il n y a effectivement que l esbroufe antisemite et LGBT pour faire oublier que ça tourne au roussis sur tous le reste ! Ça en devient pitoyable tant c est grossier et enorme

     

    Répondre à ce message

  • « L’hétérophobie est un terme inventé ici pour désigner ceux qui ont une peur irrationnelle de l’hétérosexualité et de l’hostilité à son égard. L’hétérophobie est souvent mise en évidence par des activistes homosexuels, des féministes radicales et des pédophiles qui mènent une campagne active contre les normes sociales relatives aux relations hétérosexuelles, à l’institution du mariage et à la structure fondamentale de la famille nucléaire. Ce nouveau mot contre l’expression de HgayspeakH, homophobie, qui avait été à l’origine inventé comme impliquant une peur irrationnelle de l’homosexualité et qui a fini par être utilisé comme un flou pour intimider ceux qui s’opposent aux objectifs des activistes homosexuels » Judith Reisman

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents