Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

En se soumettant au culte de la Shoah, Mahmoud Abbas renie son passé

Le président palestinien Mahmoud Abbas qui a condamné le 27 avril dernier le génocide juif, tente de faire oublier les années où il publiait des écrits révisionnistes.

« Ce qui est arrivé aux juifs durant l’Holocauste est le crime le plus odieux qui soit survenu contre l’humanité pendant l’ère moderne », a ainsi déclaré Mahmoud Abbas dans un communiqué de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), prenant le contre-pied d’une thèse universitaire qu’il avait lui-même produite en 1984, intitulée « L’envers du décor : les relations secrètes entre le nazisme et le sionisme ».

Dans ces travaux historiques Mahmoud Abbas, dit Abu Mazen, discutait des liens secrets qui avaient existé entre le pouvoir national-socialiste allemand et la direction du mouvement sioniste. Présentée au Collège oriental de Moscou, cette production sera publiée deux ans plus tard en arabe par les éditeurs Dar Ibn Rushd à Amman, en Jordanie. Dans les deux versions de la thèse, l’actuel président de l’Autorité palestinienne prenait des positions très clairement révisionnistes.

En effet, selon lui, le nombre de victimes de l’Holocauste avait été volontairement exagéré par les organisations juives pour obtenir le soutien de l’opinion internationale et des dirigeants du monde entier, dans le but de voir se réaliser le projet sioniste. Il accusait également l’Agence juive d’avoir collaboré avec les nazis.

Vingt-six ans plus tard, le même Mahmoud Abbas est devenu le président de l’Autorité palestinienne et a mis beaucoup d’eau dans son vin, déclarant par exemple le 1er juillet 2010 à Ramallah (Cisjordanie) :

« Comment peut-on nous accuser de nier l’Holocauste ? »

La semaine dernière, Mahmoud Abbas a donné encore plus de gages en exprimant donc sa « sympathie pour les familles des victimes et [pour les] nombreux autres innocents tués par les nazis » lors d’un entretien avec le rabbin américain, Marc Schneier.

Des déclarations qui n’ont pas suffit à Efraim Zuroff, directeur du Centre Simon-Wiesenthal à Jérusalem, qui a déclaré :

« Je suis toujours heureux quand quelqu’un qui a nié l’Holocauste dans le passé fait une telle déclaration, mais dans ce cas j’ai l’impression que c’est surtout lié aux problèmes politiques du Moyen-Orient. »

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il doit se dire que Paris vaut bien une messe à Yad Vashem.


  • Abbas est dans la soumission pure et simple...aucune vision stratégique, il fait juste ce qu’il faut pour assurer sa tranquillité. Si des concessions peuvent être un élément utile s’inscrivant dans une stratégie en ce qui concerne Abbas ce n’est pas le cas. 20 ans que le léchage de cul en vain ! Je peux tout à fait comprendre que l’on ait pas l’âme d’un guerrier et que l’on est pas les épaules assez large pour assumer le fardeau d’une lutte authentique, mais dans ce cas l’honnêteté imposerait de démissionner de ses fonctions. Ce type en a rien à foutre de peuple palestinien, ce qui compte pour lui ce sont les avantages matériels que lui confèrent son statut de pseudo président.


  • Il a 79 ans et visiblement guetté par le ramollissement . Il est temps de prévoir un déambulateur et des couches anti-fuites .


  • Etudier l’histoire avec un grand H , est simplement le travail d’un historien , comme l’aurait dit la Palice, ce n’est pas prendre une position politique ,c’est la recherche de la vérité , qu’on soit pas d’accord avec la version oficielle , ne veut pas dire qu’on renie tout en bloc , le processus par contre qui consiste à reprocher cette recherche de la vérité est tres grave , pour n’importe quel fait !


  • Le sionisme maçonnique et son instrumentalisation de la Shoah est bel et bien devenue la pire des dictatures de tous les temps...
    Si ça continue comme ça on verra bientôt les plus grands leadeurs religieux de ce monde baiser les pieds de Satan, si ce n’est pas déjà fait...

     

  • Premièrement quand on a la fonction qu’il a on ne peut plus se permettre de dire ce qu’on pense.

    Et deuxièmement je vois pas en quoi ce qu’il a dit traduit un retournement de veste, il peut toujours admettre que l’Holocause est vraiment arrivé et que ce fut un crime horrible tout en suspectant une collaboration et un chiffre gonflé.


  • « Au cours de la Deuxième Guerre mondiale, quarante millions de personnes appartenant à différentes nations du monde ont été tuées. Le peuple allemand en a perdu dix millions, le peuple soviétique vingt millions. Et les autres victimes étaient originaires de Yougoslavie, de Pologne et d’autres pays. Mais après la guerre, on a avancé le nombre de six millions de victimes juives, affirmant que la guerre d’extermination avait visé les Juifs en priorité. Le fait est que nul ne peut prouver l’exactitude de ce nombre, ni le nier. En d’autres termes, le nombre de victimes juives pourrait être de six millions ou de beaucoup moins, s’élevant à moins d’un million. (Toutefois), débattre du nombre de Juifs (NdA : exterminés) ne diminue en rien la gravité du crime commis contre eux, vu que le meurtre –même d’une seule personne – constitue un crime inacceptable pour le monde civilisé et l’humanité (NdA : dans son ensemble). Il semble que le gonflement du nombre de victimes par le mouvement sioniste ait eu pour but de lui assurer des gains importants. Cela l’a poussé à confirmer le nombre de (NdA : si millions), à l’officialiser auprès de l’opinion publique, et ce faisant à attiser la mauvaise conscience et la compassion générales. De nombreux érudits ont remis en question ce nombre, formant des conclusions déroutantes, selon lesquelles le nombre de victimes juives s’élèverait en fait à quelques dizaines de milliers. […] En discutant des idées sionistes officielles, épousées avec une profonde conviction et une grande foi par les partisans du mouvement (NdA : sioniste), on découvre que ces derniers croient en la pureté de la race juive, tout comme Hitler croyait en la pureté de la race aryenne, et que ce mouvement cherche une solution définitive au « problème Juif » d’Europe, via l’immigration en Palestine. »

    Mahmoud Abbas, La connexion secrète entre les nazis et les chefs du mouvement sioniste, Moscou, 1984 (cité d’après la traduction de Memri, The middle East media & research institute, Washington, n°95, 4 juin 2002), in Paul-Eric Blanrue, Anthologie des propos contre les juifs le judaïsme et le sionisme, Kontre Kulture, p. 11-12.


  • Abbas ne se soumettra jamais assez aux regards des sionistes,quoi qu’il fasse ils lui en demanderont toujours plus et quand ils ne lui serviront plus,ils le feront tomber ou assassiner et c’est tout ce qu’il mérite !!