Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Et si l’hôpital devenait une usine biomédicale ?

Pour améliorer les performances de l’hôpital, optimiser le fonctionnement des équipes et augmenter la satisfaction des patients, les décideurs politiques s’orientent toujours davantage vers un hôpital-entreprise converti aux méthodes du « lean management ». Pourtant, avec la tarification à l’activité et la bureaucratisation des soins, l’hôpital semble plutôt se transformer en usine tayloriste. Dans ces conditions, un système de santé purement biomédical et techniciste est-il viable ?

[...]

Tarification à l’activité

« Quels systèmes pourraient naître de politiques publiques qui distinguent la santé des soins ? » s’interroge Frédéric Pierru, sociologue spécialiste des politiques publiques de santé, à partir de la fiction d’anticipation proposée par Alexia Jolivet. La piste la plus crédible semble être l’utilisation, de plus en plus prégnante, des instruments de gestion dans la prise en charge médicale — des outils comme la tarification à l’activité (T2A), issue du « Plan hôpital 2007 », qui alloue les ressources aux établissements en fonction du volume de leur activité.

« Avant l’avènement de l’hôpital-entreprise, on assiste à l’émergence de l’hôpital-usine : la politique de gestion est importée de la pensée des ingénieurs et appliquée au soin des méthodes appliquées à la production de biens industriels de masse : optimisation de la production d’un bien ou d’un service, réduction des activités complexes, interchangeabilité des producteurs, disparition de la singularité de la relation thérapeutique, et obsession du chiffre », analyse le sociologue.

« Avec la tarification à l’activité, les gestionnaires cherchent à piloter à distance le monde médical et les pratiques de soin, plus qu’à être efficaces », constate Frédéric Pierru. Il s’agit, ni plus ni moins, que de l’utilisation de la bureaucratie comme outil de pouvoir ainsi que l’a décrit brillamment l’anthropologue David Graeber dans son essai Bureaucratie (Les Liens qui libèrent, 2015).

 

 

« Les effets de la gestion redoublent les effets déshumanisants de la biomédecine »

Dans cette perspective centrée sur l’acte technique et immédiatement curatif, la logique du résultat repousse toujours plus la notion de soin de l’hôpital, créant ainsi des usines à soins techniques, où la dimension humaine n’existe plus. « Les effets de la gestion redoublent les effets déshumanisants de la biomédecine », déplore le sociologue. Mais si les logiques gestionnaires sont compatibles avec la biomédecine ou les actes chirurgicaux bénins, elles sont beaucoup plus difficiles à mettre en œuvre par les soignants qui prennent en charge les maladies chroniques, processus de soins dans lesquels le patient est central en tant qu’individu, comme dans le cas du diabète et des troubles psychiques. Dans ces spécialités, les logiques gestionnaires et le dénombrement du nombre d’actes entravent une dimension du soin et de la prise en charge qui ne peuvent pas être quantifiés, décomposés, standardisés ou homogénéisés.

Lire l’article entier sur usbeketrica.com

Sur la santé capitaliste, chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1677877

    le taylorisme à l’hôpital fait que les soins sont de moins en moins bien assurés, sécurité de la patientèle et des soignants faillit. quand il faut du personnel spécifique pour s’occuper exclusivement d’un malade contagieux, et bien ... démerdez-vous, on a pas les moyens de ses ambitions. Les protocoles de sécurité sont passé à la trappe.
    Le personnel soignant est au bord de la rupture.


  • #1677891

    Il est urgent de mettre un terme au mondialisme, et à ses effets pervers.


  • #1677910

    Pour voir les conséquences désastreuses que peut avoir la tarification à l’activité sur un système de santé public, regardez ce qui s’écrit et se dit à ce sujet dans les médias du Québec. Un tel système y est en place depuis un bon moment, et avec le temps ses aspects les plus pervers ont été aggravés par une surenchère bureaucratique faisant la joie de médecins-escrocs qui s’en mettent plein les poches.


  • #1678069

    "La bureaucratie comme outil de pouvoir..."
    c’est très exactement le problème. Nous avons dabs les hôpitaux 35% de lersonnel administratif en plus que dans les pays similaires au nôtre. De plus, on n’a jamais soigné un malade correctement avec l’objectif premier de respecter des procédures et des textes. Il faut rendre aux directeurs d’hôpitaux et à tous les acteurs de la santé leur responsabilité au lieu de les transformer en exécutants du Plan.
    Les politiques de numerus clausus sont emblématiques : diminuons le nombre de médecins, on fera des économies. Le problème est que la baisse du nombre de médecins n’a pas enraîné celle du nombre de malades (c’est ballot), d’autant que la population augmente.


  • #1678156

    Puisqu’on critique beaucoup l’hôpital un peu partout je voudrais dire ceci : ma sœur, de santé fragilisée après une greffe du rein, a été admirablement soignée au cours des séjours multiples qu’elle dû faire à l’hôpital : elle disait de la Pitié Salpétrière que c’était devenue sa résidence secondaire . Les médecins, les chirurgiens, le personnel se montrèrent parfaits . Cessons de calomnier ces hôpitaux qui nous sont enviés un peu partout .