Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Face à l’empire marchand, deux possibilités : se retirer ou se soumettre

Le 15 avril 1994, à l’appel du FMI et de la Banque mondiale fut signée à Marrakech, par 121 pays, « l’Organisation mondiale du Commerce », première pierre d’un futur gouvernement mondial commençant (comme au XlXe siècle les nations avec le zollverein) par une réglementation du commerce assortie de conditions politiques, pudiquement appelées « ajustements structurels ». C’est ainsi que les plus généreux projets sur une unité méditerranéenne sont rejetés dans le royaume des rêves. Le nouveau gouvernement mondial, qui n’ose pas dire son nom, interdit les initiatives partielles et même nationales.

L’article XVI-4 de l’accord de Marrakech dit expressément :

« Chaque membre assurera la conformité de ses lois, réglementations et procédures administratives avec ses obligations telles qu’elles sont énoncées dans les accords. »

Et ceci sans limite dans le temps. L’article XVI-5 stipule :

« Il ne pourra être formulé de réserves en ce qui concerne les dispositions des présents accords. »

Voilà qui est clair. Et les sanctions sont faciles : il a suffi d’un coup d’ordinateur pour que, pour punir le président Zedillo [président de la République du Mexique de 1994 à 2000, NDLR], l’argent des spéculateurs internationaux soit rapatrié de Mexico à New York. De toute manière, l’article 301 de la loi américaine permet aux États-Unis des mesures de rétorsion pour faire tomber toutes les protections et les barrières douanières, sauf les leurs.

Il est remarquable que l’Union soviétique avait refusé de signer les accords de Bretton Woods en 1944. Eltsine, solidement encadré par les experts du FMI et de la Banque mondiale, qui font la politique russe à sa place (Sachs, puis le trop fameux Soros) s’est aligné depuis 1991. Il n’y a donc plus d’exception à cette domination mondiale sur toutes les nations, recolonisêes au Sud, vassalisées au Nord.

La seule possibilité de réaliser notre rêve méditerranéen, qui serait le prélude à un changement radical des rapports Nord-Sud à l’échelle du monde, serait de rompre radicalement avec les institutions nées de Bretton Woods, c’est-à-dire de nous retirer du FMI, de la Banque mondiale, de l’« Organisation mondiale du commerce », de nous retirer en un mot de toutes les instances globales, non pas pour opérer un repli nationaliste et protectionniste sur notre nation, ou sur un groupe de nations, mais au contraire de reconquérir la liberté de nous ouvrir sur le monde entier.

Nous pourrons ainsi réaliser non pas une unité impériale, qui prétend être une « mondialisation » et n’est en réalité qu’une marchandisation et une américanisation du monde, mais une unité symphonique où chaque peuple, à titre égal, apporte la contribution de sa propre culture en un véritable dialogue des civilisations. Cinq siècles d’expérience du système marchand ont montré, que par une libéralisation croissante des échanges, l’on n’aboutissait pas, comme le croyait Adam Smith, à ce que chacun poursuivant son intérêt personnel, l’intérêt général soit satisfait.

Tout au contraire, ce système, dont certains continuent à nous vanter les mérites jusqu’à voir dans son triomphe universel la « fin de l’histoire » (le titre du livre de Fukuyama) a conduit en fait à une accumulation de la richesse à un pôle de la société et à la misère des multitudes : selon les chiffres du PNUD, aux Nations unies, 80% des ressources naturelles du monde sont contrôlées et consommées par 20%. Ces 20% les plus riches disposent de 83% du revenu mondial, et les 20% les plus pauvres de 1,4%. Il en résulte que le modèle occidental de croissance coûte au monde chaque année 40 millions de morts de malnutrition ou de faim, c’est-à-dire l’équivalent de morts d’un Hiroshima tous les deux jours.

Pour atteindre ce résultat, la dette et les échanges inégaux sont plus meurtriers que les armes : il suffit, pour maintenir l’esclavage et la mort, d’imposer le « libre-échange » et d’abandonner au seul marché la régulation de tous les rapports humains. Comme l’écrivait déjà au siècle dernier le Père Lacordaire :

« Entre le fort et le faible c’est la liberté qui opprime. »

Il est ainsi chimérique, en maintenant les règles de la « mondialisation », c’est-à-dire du marché libre à l’échelle mondiale, tel qu’il est imposé par l’Organisation mondiale du commerce, de spéculer sur une unité méditerranéenne autonome. Instaurer les réglementations nécessaires pour créer une communauté méditerranéenne est en contradiction radicale avec la loi d’airain de l’OMC, qui en son principe même ne peut subsister que si elle ne comporte aucune exception.

Il n’est donc que deux possibilités : se retirer ou se soumettre.

Monsieur Bush disait : « Il faut créer une zone de libre échange de l’Alaska à la Terre de Feu », et son secrétaire d’État ajoutait : « Il faut une zone libre de libre échange de Vancouver à Vladivostok. »

Laisserons-nous crucifier l’humanité sur cette croix d’or ? Tel est le débat du siècle.

 

Roger Garaudy
Lisbonne, mai 1995

 

Lire l’intégralité de l’article sur rogergaraudy.blogspot.fr

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Roger Garaudy, un Grand Monsieur !


  • Sans souveraineté propre, les dirigeants des pays européens ne peuvent qu’assister impuissant à la destruction de leurs économies et au démantèlement de leurs nations, comme le souhaite George Soros. La solution consisterait à ce que les responsables d’état organisent « eux-mêmes » un coup d’État dans leur propre pays, une sorte de plan « Truman réactualisé » contre les lobbys yankees et les sectes sionistes qui s’évertuent à pérenniser le pillage et la destruction des nations dont-ils ne sont encore que des invités. Vladimir Poutine a montré que dire « non » aux « appétits extérieurs », ainsi que faire un virage politique à 180° dans une reprise de souveraineté était possible.
    Poursuivre une stratégie politique de l’autruche en Europe, qui plus est, basée sur un mensonge permanent n’est pas simplement néfaste pour les populations, mais aussi suicidaire pour leurs dirigeants et leurs chefs militaires qui risquent fort de se réveiller un beau matin à la rue, « démunie de tout » comme le furent avant eux leurs homologues irakiens ou libyens.

     

    • #1232224

      @Antidote,
      La solution consisterait à ce que les responsables d’État organisent « eux-mêmes » un coup d’État dans leur propre pays,

      Nous, nous n’avons pas Poutine, mais Flamby !
      Avec un arriviste pareil, san foi ni loi, vendu au lobby (qui n’existe pas), cet incapable qui se vantait d’être payé à ne rien faire, et bien payé ! Là, je dis chapeau, car, avec lui nous avons atteint... les sommets de l’incompétence (premier ou trente-troisième niveau) ? Petit personnage insignifiant et sans envergure. Pôvre France ! Tes dirigeants t’ont prostituée, Jeanne reviens !


  • Les Grecs auraient pu "se retirer" et retourner à l’indépendance et à la drachme : ils ont préféré faire semblant de "se soumettre", signer n’importe quel "accord draconien" uniquement pour toucher à nouveau une centaine de milliards, se jurant in petto de ne jamais respecter ne serait-ce qu’une seule ligne de l’accord . Le bougon Schäuble avait raison .


  • "Face à l’empire marchand, deux possibilités : se retirer ou se soumettre"

    Un peu comme avec l’Islam quoi... D’ailleurs Roger Garaudy était musulman je crois.

     

  • Dans l’UE la BCE peut faire plier n’importe quel Etat en lui fermant le robinet à Euros : c’est en bloquant les distributeurs d’euros du Vatican que "l’Europe" a forcé Benoit XVI à démissionner, évènement INOUI dans l’histoire récente de l’Eglise catholique . Quant à la Grèce, même tabac : elle n’a pas résisté à quelques jours de fermeture du robinet à euros . A qui le tour ? Si la France "désobéit", elle va subir le même sort : voilà ce qui pend au nez de ceux qui n’ont plus de monnaie nationale .

     

    • Vous dites vrai

      C’est pas la démission de Benoit XVI qui a été scandaleuse ; ni le fait qu’il a été démissionné quoiqu’aparamment démissionnaire .

      C’est la CAUSE de la démission comme vous le soulignez justement : c’est l’oligarchie financière (occulte) internationale qui privant le Vatican de ses moyens de paiment a conditionné le rétablissement des fonctionnalités bancaires à la démission de Benoit XVI.

      C’est cela le scandale.

      C’est Mamon qui a subjugué le Saint des saints, la Victoire du veau d’or sur le Vicaire du Christ, l’installation par cet ukaze, ce putsch de la banque, de Mamon sur le Trône de Saint Pierre, fait SANS PRECEDENT

      St Jean dans l’Apocalypse a nommé ce coup de main : "le comble de l’abomination"

      A moins que nous ne soyons qu’au début de l’Abomination ( Mamon) et que son comble soit à venir (l’Antéchrist sur le trône de Saint Pierre) après que le Vatican se sera agenouillé devant Asmodée (l’antichasteté) et Belzebuth (l’antihumilité) comme il s’est agenouillé devant Mamon ( l’anti pauvreté)

      Quand l’Eglise ne sera plus ni Pauvre, ni Chaste, ni Humble et vouera culte et obéissance à ses contraires, Mamon, Asmodée, Belzebuth, l’Antéchrist (comble de l’Abomination) s’installera sur le trône de Saint Pierre