Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Fin de non-recevoir de Berlin aux appels français à soutenir la croissance

"Berlin ne voit aucune raison de modifier sa politique économique", a déclaré mercredi une porte-parole du gouvernement allemand, en réaction à un appel lancé par le président français François Hollande pour plus de soutien à la croissance en Allemagne.

"Les déclarations très générales en provenance de Paris ne fournissent aucune raison pour de quelconques corrections dans la politique économique du gouvernement allemand", a déclaré la porte-parole Christiane Wirtz, interrogée lors d’une conférence de presse régulière sur des propos tenus par M. Hollande au quotidien français Le Monde.

"L’Allemagne est déjà une locomotive importante, la plus importante même pour la conjoncture de la zone euro", a-t-elle affirmé.

M. Hollande avait déclaré attendre de l’Allemagne un soutien plus ferme à la croissance dans une interview publiée lundi. "Ses excédents commerciaux et sa situation financière lui permettent d’investir davantage. C’est le meilleur service que l’Allemagne peut rendre à la France et à l’Europe", avait argumenté le président.

Sur fond de crise en zone euro, l’Allemagne s’est souvent vu reprocher de ne pas en faire assez pour stimuler la croissance chez elle, et par ricochet chez ses partenaires, alors qu’elle les soumettait à de rudes exigences de discipline financière.

Le gouvernement actuel de la chancelière Angela Merkel, qui associe conservateurs et sociaux-démocrates, a promis des investissements dans les infrastructures et l’éducation, et mis sur les rails un salaire minimum généralisé en Allemagne, qui pourrait dynamiser un peu la demande intérieure.

Mais Berlin continue à tenir fermement les cordons de la bourse pour arriver l’an prochain à un budget fédéral à l’équilibre.

Dans un éditorial mercredi, le quotidien de centre gauche Süddeutsche Zeitung a estimé que le président français attendait à tort le salut de l’extérieur.

"Le danger d’une aide de l’extérieur est qu’elle ne masque que temporairement l’arriéré de réformes à l’intérieur", poursuivait le journal, résumant assez bien le sentiment allemand. "Et on peut se demander si les Allemands achèteraient des Renault et des Peugeot si leurs salaires augmentaient".

Le quotidien Die Welt (conservateur), souvent critique à l’égard du socialiste François Hollande, a réagi de façon encore plus dure, voyant dans l’interview au Monde un document étonnant car il s’agit finalement de l’aveu du président français que sa politique économique a échoué. Le seul espoir que Hollande caresse encore, c’est qu’Angela Merkel le sorte de là, ironise Die Welt.

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • C’est l’hopital qui demande la charite .


  • y’a un truc qui me fait marrer, c’est que partout on met en avant l’ allemagne dans l’europe genre c’est la loco, alors que sauf erreur de ma part, la France est le premier wagon donc très important également pour faire suivre la loco !!! et on ne parle jamais de la France !! peuple Français qu’est ce que t’attends pour te barrer de cette europe de m.... et rejoindre les BRICS avant l’Allemagne ??? hein ??? on nous prend pour de la merde et on dirait que tout le monde est content, j’aimerais une grosse éclaircie là dessus merci !!!

     

    • salut ..

      Il y a une énorme différence entre l’économie Française et Allemande ...

      L’une est (principalement) à base de produits à forte valeur ajoutée
      l’autre est à base de produits à (relativement) faible valeur ajoutée .

      cela fait un monde de différence , en effet quand l’Euro prend de la valeur = les produits Allemands deviennent plus chers à l’esportation , mais les consomateurs "Veulent" ces produits , donc cela amoindri le renchérissement ...
      à contrario , les produits Français quand l’euro prend de la valeur deviennent juste TROP chers et sont allègrement remplacés par des produits Sud-Américains ou d’autres provenances (d’ailleurs c’est ce que les producteurs de porc bretons vont très vite comprendre avec la fermeture des frontières Russes = on va se taper une éniène crise des producteurs ...)

      cela est une des raisons principales qui poussent les Allemands à vouloir un Euro fort ( ce qui leurs avait d’ailleurs été promis en échange du DMark !) et POURQUOI ils n’ont absoluement pas envie d’un Euro faible ...(leurs produits se vendant très bien sans avoir à bricoler les taux de changes )

      La faute à qui ? R = aux instances Européennes qui avaient jurés une monnaie forte (en petite partie) MAIS SURTOUT aux pays qui ont préférés avoir une économie basée sur la faible valeur ajoutée , car cela sous-entends uen main-d’oeuvre sans besion de qualification spécifique et une certaine interchangabilité des employés
      en un mot = mettre Mr n’importe qui à serrer toujours le même boulon , pour ça le payer à coup de lance-pierre et si il n’est pas content le changer pour un autre qui restera jusqu’au moment où il fera pas chier .. !

      ce qui est d’autant plus frappant ou rageant = les produits français d’execptions n’ont AUCUN mal à se vendre à presque n’importe quel prix ... mais ils ont TOUJOURS le fruit de gens très particuliers ! (Vins , Luxe , Champagne , etc)

      donc la plus grande partie de la faute revient à nos gouvernants pour avoir choisit "La masse" aus dépens de ’La Qualité" ...


    • @fred

      Très bonne analyse. C’est pourquoi les souverainistes qui pointent la dévaluation comme la solution à tous nos problèmes sont dans l’erreur, puisque cette dynamique reviendrait à renouveler les mauvais choix de stratégie économique effectués depuis 40 ans. Ce sont nos gouvernants et les patrons français qui nous ont conduit dans l’impasse en faisant le choix de la compétitivité par les prix, ce qui s’est traduit concrètement par des dévaluations successives et par l’importation massive et constante d’une main d’oeuvre sous qualifiée, pour pouvoir continuer à exporter nos produits, au lieu d’investir massivement, comme l’ont fait les Allemands depuis années 70, dans la technologie, les machines, les produits à forte valeur ajoutée et la formation des salariés. Résultat, les Allemands peuvent vendre très cher des produits spécifiques qui s’exportent très bien.
      Disons que l’euro n’a fait que révéler les défauts structurels de l’économie française qui ont été compensés depuis 40 ans par la dette, la dévaluation et l’acceptation du chômage de masse comme "régulateur" du système.

      Il est vain dans la mondialisation de vouloir entrer en concurrence avec des économies émergentes à faible coût de production sur des produits moyen de gamme, on ne peut pas lutter.

      Les solutions ne sont pas miraculeuses, il faut miser sur nos quelques points forts restants (aérospatiale, agriculture, luxe, etc.), investir dans la recherche, la formation des jeunes et des chômeurs, mettre la pression sur les industriels français pour qu’ils investissent et qu’ils cessent de sponsoriser l’immigration, tout en taillant dans les dépenses publiques.

      L’ultime lâcheté de nos politiques consiste à ne pas vouloir affronter les conséquences de leurs choix et à demander à l’Allemagne de s’adapter à notre situation. Les Allemands recueillent les fruits de leurs bons choix économiques et de leur travail, et il est d’autant plus difficile de les accabler que c’est Mitterrand qui a voulu à tout prix la création de l’euro, les Allemands fixant comme condition de garder la valeur du mark.


    • Merci ...

      mais c’est tellement evident que j’ai souvent du mal à comprendre pourquoi nos politiques sont bouchés à ce point ! ;-))

      l’exemple franco-allemand (pays que je connais assez bien , j’y ai passé toute mon enfance ) est pourtant l’archétype même d ’une super-occasion ratée ...

      Les Allemands ( attention je généralise) sont d’excellents maitres d’oeuvres ... très bon pour quantifier et bonifier l’excellence de quelques chose mais en revanche plus long à la détente coté conception-idée-création ...
      Nous sommes beaucoup trop brouillon pour la plupart des qualités Allemandes citées ci-dessus , mais nous sommes genéralement beaucoup plus créatifs ... manque de chance ... le "Court-termisme" de nos politiques n’a eu aucun mal à exploiter pleinement ce coté relax-pieds en éventail , avec le résultat que l’on sait !

      un peu à la manière du mariage de la carpe et du lapin , la relation Franco-allemande aurait du être basée sur nos forces et faiblesses respectives ... Nous sommes beaucoup fiers de notre propre bétise pour pouvoir avoir accepté nos mauvais cotés (honnétement) pour les compenser ensemble par la force de l’autre ...

      Mais dans ton commentaire , il y a une petite imprécision = Le patronnat , si il a trouvé son n’a pu le faire QUE et UNIQUEMENT que par la faiblesse et la courte-vue des syndicats ...

      en effet les syndicats étant SURTOUT forts dans la fonction publique , ils se sont insatllés dans une situation de rente complice qui n’a rien à voir avec une quelconque forme de progrès sociale ...
      Là où les syndicats auraient du pousser l’éclosion d’un syndicalisme de masse , représentant la plupart des employes , ils ont optés pour la petite vie pépére de fonctionnaire de la contestation ..

      donc ils ont fait le lit des erreurs gouvernementales à répétition ET ont gentiment laisser faire le travail "à faible valeur ajoutée" car leurs intérets se trouvaient ailleurs ...

      la situation d’aujourd’hui est donc une interaction de tout le monde , aux dépens de tout le monde et pour avoir essayé de "tirer les marrons du feu" chacun dans son coin en prennant les autres pour des idiots ...
      à la très grande différenced e l’Allemagne , où il n’y a presque jamais de grève , Beaucoup de négociations où les parties cherchent un consensus (au lieu de se jeter à la face les poubelles de l’histoire ) mais où les syndicats ne se font pas "achetés" avec des statuts de "Rois fainéants"

      désolé pour les fautes de frappes ! ;-))


  • Les Allemands en ont rien à foutre de l’économie Française !


  • En plus de subir la honte de voir nos dirigeants s’aligner comme des caniches à la politique d’ingérence étasunienne, il faut en plus qu’il nous en recolle une tartine en allant mendier chez les Allemands.
    Et on se demande après, pourquoi les Français picolent..


  • #926072
    le 06/08/2014 par Yéti_déporté_au_Benêtland
    Fin de non-recevoir de Berlin aux appels français à soutenir la (...)

    Bon ... ben Normalito fait même pas un bon gigolo ...

    "Poupou interdit différents burgers de McDonalds. (Royal Cheeseburger, Filet-o-Fish, Cheeseburger and Chicken Burger), à cause de « leurs paramètres physico-chimiques non appropriés ». Il se préoccupe de la ligne des femmes russes." Revue des diététiciens de Crimée


  • Rien d’extraordinaire. La potiche Périklitès, empereur des bobos, comme ces complices et prédécesseurs, applique la stratégie habituelle ; faire payer ses erreurs aux autres. Voilà quelqu’un qui s’acharne sur la France depuis des décennies et est un des responsables du marasme et de la médiocrité où elle est descendue, qui se retourne vers une tierce Nation infiniment plus efficace afin d’essayer d’y trouver des remèdes que lui et sa clique, qui ont vraiment tout fait pour mettre la France en difficulté et qui continuent, sont incapables même d’envisager (et qui serait d’ailleurs leur propre perte) Ces gens-là n’ont jamais rien assumé, ils sont juste capables de se goinfrer sur le Pays et d’échanger des discours contre des dettes. Oui, en fait, des bons à rien inscrits, qui plus est dans la trahison.


  • La pauvre France a vraiment finit par toucher le gros lot, en voilà un de la plus belle eau, et qui va pleurnicher à l’international, c’est un monument à l’incompétence et à l’inconséquence, taillé dans de la guimauve. Rien. Il nous aura tout fait, sa clique et lui nous auront tout fait. Quel acharnement, quelle punition, quelle plaie !


  • #926189

    Notre président est un mendiant !


  • #926282

    Il y a un crétin à la tête de l’État,
    qui barricadé dans ses dogmes socialigos-maçonniques, et du haut de son infatuation abyssale, n’admettra jamais s’être trompé.
    Un général De Gaulle avec un score de popularité d’à peine moins de 50% remet les clefs de l’Élysée, ce que cet incapable, avec certainement moins de 13% ne fera jamais, sans emploi de force légitime.
    Voilà la différence entre un Grand et Honnête Homme d’Honneur et ce mollusque invertébré.

     

  • Est-ce que cela étonne t-il encore quelqu’un ?
    Comme dans les mauvais films "business", nous connaissons la fin avant d’en être à la moitié. Une seule chose à faire : rideau !


  • Nathanyahu nous pisse à la raie (affaire Merah), Obama nous pisse à la raie (affaire de l’amende colossale pour la banque, j’ai oublié laquelle, pour la vente d’une barque militaire à la Russie), et désormais Merkel ... mais quel est ce couard de président ? Rappelez vous de la colère d’un Chirac en Israël envoyant chier leur service de sécurité, l’amitié en Schmitt et Giscard, Mitterand et Kolh ... la France doit taper DU POING SUR LA TABLE ET FORT : Il nous faut un dirigeant digne de ce nom, je dis ça en dehors de toute opinion politique (pas le moment).La France doit redevenir la France et puis c’est tout !


  • L´Allemagne a vu sa production industrielle chuter de 3% au mois de juin 2014 et vient de valider, à contrecoeur pour satisfaire les éminences grises bruxelloises de l´UE, la mise en place de sanctions à l´égard de la Russie, qui est un de ses principaux partenaires économiques. C´est un crève-coeur pour Merkel, qui vient d´ex-Allemagne de l´Est, qui entretien d´habitude d´excellentes relations avec Poutine (NE SURTOUT PAS OUBLIER que Poutine parle couramment allemand et qu´il y a travaillé très longtemps en Allemagne). La problématique allemande est qu´elle est l´étendard économique de l´UE, profitant d´une construction européenne atlantiste qui lui est très favorable, et qu´elle est encore un partenaire privilégié de la Russie, dont elle est et sera toujours dépendante. Les problèmes de la France, c´est bien le cadet de ses soucis. Les allemands n´ont pas sourcillé quand les économies greque, espagnole, portugaise et italiennen ont vacillé. Ils ne seront pas plus émus du sort de la France. Le grand problème francais, c´est qu´on nous rabache la fable du couple franco-allemand comme si c´était une histoire d´amour. C´EST FAUX ! On s´est fait du mal par le passé, on a fait la paix, on est bon copains, mais chacun ses emmerdes. Les politiques francais ont échoué par leur immobilisme, leur inefficacité, un sentimentalisme déplacé (chaud ananas, calin réconciliateur) et une naiveté de gamine pré-pubère. Pour l´Allemagne de l´UE, la France est tout juste un pays du sud un peu plus coriace que les autres, mais c´est tout. La seule solution pour nous sortir de cette mouise, c´est de se détacher de la monnaie unique et de retrouver notre souveraineté. Sinon, point de salut à l´horizon pour notre pauvre France. L´Allemagne se prépare a des temps plus durs avec les bulles spéculatives qui vont certainement éclater début 2015 et la limitation de ses exportations vers son grand partenaire russe. Les choses vont se corser et il est hors de question pour eux de se mettre en position de faiblesse pour satisfaire les supplications pathétique d´un incapable reconnu comme Hollande. Quand la secousse arrivera, les allemands seront prêt. Par contre, en France, il faut se préparer à un truc très très grave. Le survivalisme va revenir en force en 2015, je vous le garantie sur facture.

     

    • Le couple franco-allemand est une fiction française vendue par notre classe politique qui ne conçoit plus son rôle qu’en termes de symbolique. Les Allemands n’utilisent jamais cette expression et envisagent nos relations essentiellement sous un angle pragmatique, comme deux voisins contraints de vivre en bonne intelligence. Mais leur terrain économique reste principalement à l’est et c’est toujours de ce coté-là qu’ils vont rechercher la croissance et la profondeur géostratégique, jamais du côté français. S’y rajoute aujourd’hui l’excellente relation commerciale avec la Chine.
      La fameuse poignée de mains avec Kohl dans les années 80, que tous les écoliers français ont dû assimiler comme l’alpha et l’omega de la politique étrangère européenne, n’était qu’une facette de ce pragmatisme teuton, consistant à donner aux Français les symboles d’amitié dont ils sont friands tout en affichant une totale intransigeance dans les domaines qui comptent, comme la monnaie par exemple...

      La presse allemande ironisait récemment sur les "bisous" échangés entre Hollande et leur président potiche chargé des inaugurations et autres commémorations secondaires. Ils ne sont pas dupes et se complaisent à offrir à la classe politique française les preuves d’amour qu’elle quémande. Eux sont sortis de tout ça depuis les années 60, mais les Français restent figés dans l’imaginaire de la seconde guerre mondiale.


  • Hollande a fait cette démarche ridicule pour faire croire aux Français que décidemment les Allemands sont des européens peu solidaires .

     

  • Il est con ce président c’est à peine croyable. Il atteint des sommets. Il n’aurait jamais dû quitter le secrétariat du PS déjà qu’en Corrèze il fut catastrophique alors là !!!
    Le système veut que nous tombions tôt ou tard dans un tel merdier ; FAUT EN TIRER LES CONCLUSIONS QUI S4IMPOSENT D4ELLES-MËMES.


  • Moi ce qui me fait rire .. C est que nos élites savent mieux que nous et nous disent que ont n’y comprend rien.. Ensuite ça va chialer quelques quelques années après .. Mais la douille c’est qu’ils se sont remplis les poches, qu’ils ont creusé les déficits comme les satanistes leur ont demandé de le faire et rebelotte jusqu’au prochain président. Bref c’est toujours le même film, seul les acteurs change.


  • Angela Merkel défend les intérêts allemands, ce que devrait faire tout dirigeant digne de ce nom dans tous les pays du monde mais ce n’est pas le cas de notre oui-oui mécano de l’Elysée croyant toujours au miracle qui tarde à venir. Par une incroyable incompétence notre oui-oui mécano de l’Elysée, s’imaginant plus intelligent avec sa nouvelle monture de lunettes à la chirac, pense réussir à duper les dirigeants des autres nations autant qu’il a trompé son peuple avec ses mensonges éhontés. Pour reprendre le terme employé par L. Louis lors d’une interview récente (même si j’apprécie moyennement cette personnalité belge), ohllandouille "a enculé le peuple de France" il sert servilement les intérêts d’israHell". Cela m’étonnerait que les dirigeants européens aident ohllandouille, même par simple amitié. En période de crise, chacun son problème.
    La France devrait avoir à sa tête une Angela Merkel qui oeuvre pour son peuple, rien que pour lui. Actuellement, en France, ce dirigeant n’existe plus : il faut juste remonter 55 ans auparavant, il s’appelait Charles de Gaulle. Le seul dirigeant français qui se préoccupait de son pays. Les suivants ont servi docilement la soupe aux ricains pour vendre la France en pièce détachée puis au final l’ont acquis pour un "euro symbolique".


  • j’ai vraiment mal pour mon beau pays trop c’est trop. La France que l’on m’a enseigné à l’école était dans les 5 premiers rang mondial dans les années 80 et voilà ce que notre France est devenu aujourd’hui avec ce flageolet comme président à quémander. BRAVO pour ceux qui ont voté Hollande. Avec Sarko c’était dure mais celui il la nous fait vomir.


Afficher les commentaires suivants