Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Francis Cousin et le collectif Guerre de classe – Crise du spectacle de la tyrannie sanitaire perpétuelle

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

58 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Déjà
    Avant d’écouter l’emission
    Un régal musical d’introduction
    De, New Celeste, On The Line de 1979.


  • Et la ruse de l’histoire ? derrière le grand remplacement se profile l’être universel aliéné qui préfigure la révolution mondiale.Le creuset de substance radicale que sont l’Europe et son histoire ne manquera pas de convertir les diallo et ben slimane des générations ultérieures en communards de radicalité incendiaire ! La preuve est qu’une grande partie de l’auditoire actuel de Cousin est d’origine immigrée, surtout maghrébine. Cette communauté, par son héritage coranique souterrain sait dans sa tripe que le destin de l’homme est de s’épanouir dans l’être en fraternité avec l’ensemble de l’humanité contre tous les despotismes de la falsification de la marchandise. Lorsqu’elle sera dialectiquement activée par la pensée hégélienne et l’analyse marxiste, cette tripe "immigrée coranique" prenant conscience d’elle-même et de sa puissance opératoire, dans le cadre des conditions objectives de la crise terminale de la baisse du taux de profit, constituera sans conteste une partie de la nouvelle avant-garde d’action révolutionnaire européenne contre l’état, l’argent et le fétichisme moderniste de la marchandise.

     

    • J’ai l’impression que ta ingurgité toute la critiques radical de Marx a Debord pour en sortir une bouillie hors du réel mais qui t’arrange, sans trop comprendre ce que tu raconte. Il n’y a et aura aucun sursaut a espérer des populations immigrés. Marx le dis lui même, dans la compréhension dialectique de l’histoire, les populations du Maghreb sont et ont toujours été les plus soumises.

      On comprend très bien que les populations immigrés du Maghreb en europe servent et s’imbriquent parfaitement dans la logique du capitalisme. On remplace une population française historiquement communarde avec une adn proprement radical par des salarié immigré bien soumis et docile à la logique marchande. J’ai vue aucun immigré soutenir les gilet jaunes.

      Marx dis au contraire que si il doit avoir un Sursaut révolutionnaire, il viendra du peuple de France. Parler d’un sursaut radical en France des populations immigrés originaire du Maghreb c’est strictement rien connaître tant de l’histoire que du présent. Et fantasmer par une pseudo envolé lirique un délire coupé du réel qui est un peu ridicule.


    • "cette tripe "immigrée coranique" prenant conscience"

      Je me demande comment elle va faire ça : l’arabe ne lit point. La production littéraire dans le monde arabe est quasi nul.


    • On doit bien avouer que lors du prémices de la révolte des gilets jaunes, on a pu voir :
      - s’activer les gardiens du capital pour protéger leur maître
      - les médias menteurs raconter des fables en nazifiant les gaulois ( diabolisation du blanc)
      - une très grande majorité de gaulois authentiques vouloir reprendre leur vie en main
      - une violence décomplexée s’exercer sur ces « méchants » blancs

      Mais on n’a pas vu des immigrés sortir de leurs enclaves pour prêter main fort à l’effort d’émancipation du terroirs , comme on ne voit jamais cette violence organisée s’orienter aussi radicalement contre les délinquants du lumpenprolétariat importé par le capital pour se cacher derrière.

      Après plus d’un millénaire d’islam, le principe de « soumission » est probablement programmé jusqu’à l’ADN.... voilà aussi peut-être une explication au soutien de l’islam radical par ce grand capital.

      L’analyse de F. Cousin est parfaite, la lutte des races pour étouffer la lutte des classes.
      La Grand Capital est en fin de vie, c’est palpable, ça va peter en Occident , puissent les secousses sortir de leurs torpeurs, les peuples enfermés dans temps immobiles.


    • @Yann
      T’es resté coincé dans les années 60/70, ton image des maghrébins plus soumis que d’autres, à je ne sais qui ou quoi d’abord ? Faudra que tu nous éclaires sur ce point.
      Ensuite, n’oublie pas une donne importante, Marx est né environ un siècle après la révolution française, bien évidemment malin comme tous les siens, sa référence ne pouvait être que française pour le futur(t’as l’air de croire qu’il encense le français). La colonisation a battu son plein Marx vivant...
      J’ai été Gj durant des mois et des mois, j’ai vu quelques maghrébins, en tout cas la souche française, celle en mesure de contre balancer par son poids démographique était absente, c’est factuel. Je veux juste te dire de ne pas trop accabler des gens dont tu penses qu’ils n’ont rien à foutre ici et les désigner comme des coupables en l’absence de tous les français à une réactivité face à ce merdier de gouvernement oligarchique. Je n’ai même pas besoin de te raconter ce que j’ai entendu à propos des Gj par des gens du peuple, certains sur ce site pourraient en dire autant, et ce n’était pas des maghrébins.


    • Tradition initiatique de soumission aux principales injonctions divines de la loi du Livre vs contre Tradition révolutionnaire basée essentiellement sur la rebellion à ces injonctions.
      Laquelle de ces deux doctrines fondamentalement opposées a le soutien de l’Etre Suprême, là est la question.


    • Nous pouvons qualifier les analyses géo éco historico politiques de Messieurs Soral et Cousin d’un niveau thermosphèrique ! Bri llan tis sime ! On est à des années lumières des débatteurs de BFM, LCI, etc...

      @ anonyme,

      Plus qu entièrement d accord vous. Meilleurs vœux également . Sachez aussi que vos interventions (commentaires) chez E.R sont très estimables.


    • « Je me demande comment elle va faire ça : l’arabe ne lit point. La production littéraire dans le monde arabe est quasi nul. »
      Ah ouais ! Quand même ! La vraie question est de savoir si sa nullité est égale à la vôtre. L’arabe ne lit point, à faire encadrer celle-là. Réfléchit-il seulement cet arabe ? Et l’anonyme ?


    • @ Yann. Je suis vraiment désolé que tu ne comprennes pas ce que je raconte. Peut-être devrais-tu relire plus posément sans te crisper sur ton fétiche génético-identitaire que tu confonds avec tradition insurrectionnelle européene.
      Nier la capacité de cette tradition à se transmettre, c’est nier cette tradition elle-même bien plus que la capacité des allochtones à se l’approprier dans leur trajectoire historique d’acculturation.
      En venir à la nier pour la préserver est une contradiction qui n’est pas étonnante car plutôt que de comprendre cette tradition comme une dynamique historique tu l’immobilises dans un fétiche d’impuissance culturelle où cette tradition ne devient plus rien d’autre qu’un fantasme génético-identitaire.
      Marx lui-même est une démonstration de ce que j’avance. A ce que je sache, il ne descend pas de souche européenne. Sa trajectoire radicale est une trajectoire d’acculturation. Idem pour le Christ radical souvent cité par Cousin. Etre immigré n’est pas une qualité essentielle. C’est un rapport social en mouvement... Après, en tout bon marxiste que tu ne manquerais certainement pas de devenir si tu faisais des commentaires moins méprisants et plus intelligents, tu comprendras ce fait social non pas dans sa surface mais dans la profondeur de sa trajectoire de renversement de ce qu’il semble être à priori, dans son rapport actuel au temps présent.


    • @ anonyme : Heureusement pour toi, tu as consacré tout ce qu’il te reste comme bon sens à te choisir un pseudo dont l’insignifiance va à ravir avec le contenu de tes commentaires. Je veux pas être méchant, franchement, je suis certain que t’étais mignon quand tu étais bébé, mais pour dire des conneries pareilles faut vraiment avoir un don naturel.


    • @faisal et Eric

      J’ai retrouvé un interview de Tahar Ben Jelloun au sujet de la production littéraire dans le monde arabe. Extrait de l’article : "D’ailleurs, il y a un problème de lecture dans le monde arabe en général, et qui ne peut pas être dissocié de la crise politique que nous vivons, ni de la crise culturelle et identitaire, car tout est lié. En Egypte, pays de 80 millions d’habitants, un best-seller tourne autour de 3 000 exemplaires vendus. C’est insensé."

      Que cela ne te fasses pas décourager pas Faisal. Je trouve que tu es bien parti avec tes petites phrases si jamais ton but inavoué était d’écrire un jour bouquin. Si je peux te donner un conseil. Essaie d’abord par te comprendre toi-même et laisse, pour le moment, des choses un peu par trop compliquées ou complexe de côté. Et puis ça générera moins de tensions aussi pour tes neurones. Tu peux aussi parler du temps par exemple, sujet de surcroît très populaire.

      https://www.courrierinternational.c...


    • On est passé de « l’arabe » (sic) à l’Egypte ! Et quand bien même ! Une pauvre déclaration de Tahar Ben Jelloun (qui ne doit pas trop stimuler l’envie de lire pour le coup), « l’argument » ultime et définitif sur lequel vous vous êtes appuyé pour l’amplifier et sortir un truc de beauf. Vous devriez plutôt penser à les mettre un minimum sous tension les neurones (il y a de la marge avant d’inviter à se frotter à des choses compliquées) en commençant par éviter de nous sortir des énormités. Le jour où @Faisal, dont le commentaire est à la fois drôle et plutôt juste, en craquera du niveau des vôtres, là il aura un vrai motif de découragement.


    • @ Anonyme. Tes efforts pour donner plus de consistance à tes commentaires sont touchants, il faut bien l’admettre. Je suis content que mon dernier message a eu sur toi une si vertueuse influence, continue ! Tu écriras des choses dignes d’intérêt un jour...


    • @ Eric : Merci camarade ! J’essaie surtout de contribuer à la réflexion soralienne autour du concept de "Front de la foi" en essayant de comprendre comment un tel front ontologique radical pourrait, à un moment donné de la crise terminale de la marchandise, se présenter comme une nécessité historique, inshAllah :)


    • @ Eric

      Il précise bien "du monde arabe en général" donc pas besoin de passer par l’Egypte. Enfin soit. A propos y a mon bouquin qui sortira au mois de mars. J’espère que vous en ferez la préface. J’écris comme il m’est difficile de fonctionner dans cette vie de tous les jours dû à mon peu de neurones. Je n’en doute pas que ça va vous intéresser et vous réconforter dans le jugement que vous portez à mon égard. En fait, j’espère qu’il sera encore plus implacable. Je veux être méprisé, monsieur Eric. Je suis l’être le plus con du monde et je ne tolère aucune concurrence.


    • @ Anonyme. Puisque tu fais des efforts pour te montrer un peu plus intelligent, je ne vais pas te laisser t’égarer hors-propos plus longtemps. Relis le premier message que j’ai écrit et auquel tu as réagis si médiocrement : Je parle des immigrés et de leurs descendants en Europe. Je ne parle pas des populations arabes en pays arabe qu’effectivement, le fétichisme de la marchandise n’a pas réussi à aliéner au point qu’ils doivent se ruer sur des livres pour compenser leur non-vie quotidienne dans le récit fantasmatique littéraire d’une avant-garde dégénérée (comme ceux cités par ton lien vers Le Courrier qui regrettent que la modernité de la marchandise et ses spectacles fallacieux ne prennent pas dans leurs pays d’origine). Les populations de ces pays sont effectivement des gens qui bossent dur, dans le réel et le concret, pour subvenir aux besoins de leur famille, avec qui ils passent du temps, plusieurs générations sous le même toit, ils rient, invitent les voisins, chantent, dansent, font l’amour se querellent, se réconcilient, prient ensemble tous les jours...bref ils sont dans la vie, la vraie, l’immédiate ! Ils n’ont pas besoin de récit fantasmatique compensatoire, au grand désarroi de l’industrie de l’édition et du marché du livre dont toi ici, idiot utile à ton insu - comme c’est souvent le cas - tu te fais le porte-voix.


    • @Faisal, de rien camarade ! Je suis sincère, c’est tout.
      @anonyme : « Du monde arabe », j’avais bien lu merci !
      J’ai bien aimé le « Il précise bien "du monde arabe en général" ». Un modèle de contradiction mais on n’est plus à ça près.
      On imagine s’il avait été moins précis !!! Il est vrai que généralement la précision et la finesse vont de pair, et là on a vraiment les deux pieds dedans.
      Tout le monde peut éditer n’importe quoi aujourd’hui, c’est un problème et ça correspond bien à l’époque. Votre Tahar par exemple a édité un « livre » qui devrait vous ravir et dont le titre est : « Le racisme expliqué à ma fille ». On imagine les explications ! Passons.
      Pour le reste, même si votre conclusion est ironique elle dit sans doute quelque chose de juste finalement et malheureusement. Par contre et pour que les choses soient claires, je juge les comms et pas leurs auteurs, même si les apparences sont trompeuses, car nous ne nous connaissons pas et que les gens peuvent évoluer. Les gens sont vraiment trop cons de ne pas faire de tous les livres de Tahar Ben Jelloun des best sellers. Que voulez-vous, les sans-dents « arabes » sont comme tous les sans-dents, des abrutis dénués d’intelligence et du goût le plus élémentaire qui permet de reconnaître le génie qu’il soit littéraire ou autre. Bref, le mépris vous heurte ou vous sied selon qui il vise.


    • @Faisal, de rien camarade ! Je suis sincère, c’est tout.
      @anonyme : « Du monde arabe », j’avais bien lu merci !
      J’ai bien aimé le « Il précise bien "du monde arabe en général" ». Un modèle de contradiction mais on n’est plus à ça près.
      On imagine s’il avait été moins précis !!! Il est vrai que généralement la précision et la finesse vont de pair, et là on a vraiment les deux pieds dedans.
      Tout le monde peut éditer n’importe quoi aujourd’hui, c’est un problème et ça correspond bien à l’époque. Votre Tahar par exemple a édité un « livre » qui devrait vous ravir et dont le titre est : « Le racisme expliqué à ma fille ». On imagine les explications ! Passons.
      Pour le reste, même si votre conclusion est ironique elle dit sans doute quelque chose de juste finalement et malheureusement. Par contre et pour que les choses soient claires, je juge les comms et pas leurs auteurs, même si les apparences sont trompeuses, car nous ne nous connaissons pas et que les gens peuvent évoluer. Les gens, peut-être plus accaparés par les nécessités d’un quotidien difficile, ne font pas des livres de Tahar Ben Jelloun des best sellers. Que voulez-vous, il faut croire que les sans-dents « arabes » sont comme tous les sans-dents, des abrutis dénués d’intelligence et du goût le plus élémentaire qui permet de reconnaître le génie qu’il soit littéraire ou autre. Bref, le mépris vous heurte ou vous sied selon qui il vise.


    • @ Anonyme : Hé anonyme ! On t’aime quand même camarade :)
      Evite le mépris la prochaine fois, c’est tellement plus facile de trouver plus fort que soi à ce petit jeu...


  • Derrière cette ruse historique évoquée dans le commentaire précédent il faut comprendre la mise en mouvement d’une dialectique mondiale Temporalité immobile -Temporalité d’insurrection. La révolution mondiale sera le résultat de cette dialectique qui permettra à une conscience originelle sacrale de l’être immobilisée et conservée dans le temps immobile depuis des siècles, sur des territoires où le capital n’a jamais pu ni se développer ni passer au stade de domination réelle, de se réactiver et de s’épanouir au contact de la tradition insurrectionnelle européenne du temps historique du capital. Le grand remplacement participe de manière dialectique à cette mise en mouvement de synthèse mondiale. Car effectivement le monde est une substance historique unique : On ne peut pas dire d’un côté du monde il se passe tout, et dans l’autre, il ne se passe rien. Le mouvement de l’histoire mondiale est une globalité. La vérité est que toutes les parties de cette globalité s’activent et s’invalident réciproquement dans une dialectique contradictoire qui met en mouvement ou immobilisent (immobilité méthodologiquement impossible, on devrait plutôt parler d’histoire lente ou plate) des formalisations historiques différenciées de la contradiction fondamentale Etre - Avoir. Ce sont aussi ces formalisations historiques différenciées et contradictoires qui mettent en mouvement dialectique toute l’émancipation historique mondiale. Sans la vitalité spirituelle d’une ontologie sacrale originelle préservée dans les formes froides, malgré la circulation de la valeur d’échange dans les continents dits immobiles, la tripe insurrectionnelle européenne arrivée au bout de sa trajectoire d’aliénation ne peut accomplir aucun saut qualitatif révolutionnaire de séparation radicale réelle. Après l’oubli de l’être, sa perte. Le retour de l’Etre en Europe se fait par l’importation de l’immobilité asiatique et africaine. Immobilité qui aura su préserver dans sa profondeur, à l’abri des tumultes de l’histoire aliénatoire de la valeur d’échange, une ontologie originelle sacrale où tout Est radicalement.

     

    • LOL
      Belle manière insidieuse de justifier le grand remplacement
      Certains disent maintenant que le 68 ouvrier fut l’oeuvre essentiellement de travailleurs immigrés
      ils ont gagné la guerre, ont reconstruit la France, ont fait 68, et ils vont aujourd’hui détruire le Capital. Ils sont décidemment fortiches ces immigrés.


    • " à l’abri des tumultes de l’histoire aliénatoire de la valeur d’échange, une ontologie originelle sacrale où tout Est radicalement."

      Je crois qu’il est temps d’aller te coucher. Il se fait tard. Il est certes tjs louable de vouloir faire montre d’une certaine érudition si tant est qu’on arrive d’abord à se comprendre soi-même, et autre facteur pas moins négligeable et déterminant, que l’on ait l’étoffe pour pouvoir exactement faire ça. Dans le cas, cela devient du charabia.
      .


    • Un iPhone et deux films de cul et tout cela n’existe plus.
      Tant qu’il y a matière à « fabriquer » et esprit à formater.


  • Fabuleux Cousin !!
    Moi je veux une dictature éclairée avec le trumvirat Cousin-Cerise-Soral !!!
    La prodondeur idéologique-l’intelligence visionnaire-la faculté d’adaptation et les burnes !!
    Voilà les leaders naturels de la dissidence française trans-courants et populaire !!!

     

    • @Gauthier perlouze
      Cousin/Soral : l’huile et l’eau !
      Les deux courants ont très peu de visions communes (peut-être des ennemis communs ?)... L’un phagocytera l’autre et connaissant l’extraordinaire faculté d’hypnotisation de Cousin (dans le digne héritage de la "gauche" d’où qu’elle vienne), je ne parierai pas sur Soral et E&R (se souvenir du P.C.F. vidé de la substance par les trotskystes à partir des années 80) !
      Enfin, on peut toujours rêver...


    • « Cousin/Soral : l’huile et l’eau »
      C’est loin d’être le cas puisque tous deux ont au moins en commun une solide culture marxiste. F. Cousin l’a apparemment sérieusement bûché, c’est le moins que l’on puisse dire tellement c’est impressionnant. Ajouté à ça Hegel, et sans doute d’autres.


  • À 6mn12s : "La banque n’a pas de pouvoir...."

    En voilà un qui a tout compris au monde d’aujourd’hui.

     

  • Excellente conférence. Merci à Francis Cousin et à E&R.


  • Ça alors , qu’elle explosion lyrique !!
    wow du grand Francis Cousin !

    En ce moment tout ceux qui veulent pousser ce qui ne tient plus debout, me semblent se revigorer joyeusement....
    ... on pourrait avoir l’impression que les amateurs du beau, du grand et du vrai ont hâte de se jeter dans la bataille historique de la Libération des vieilles âmes européennes


  • Merci E&R et à Mr Soral de relayer Guerre de Classe.

    Je fais ici-même mon coming out en m’avouant communiste mais sachez que comme Cousin qui était invité par feu Ratier, j’ai un profond respect pour des personnes dites nationalistes et apparentées. Je prends un grand plaisir à écouter Mr Bourbon, Mr Soral, Mr Jovanovic, Mr Vernochet, etc.

    La force d’E&R est justement de laisser la libre parole à des gens qui théoriquement peuvent paraître différents voir profondément irréconciliables mais dont la démarche profonde est le bien commun.

    Encore Merci Monsieur Soral, vous tapez juste et fort.


  • Content de revoir Francis Cousin ici.

    Francis Cousin : Mystifications étatiques du coronavirus sans fin et autres impostures...

    https://www.youtube.com/watch?v=pMR...


  • Il a sa radicalité il devrait être content.


  • Crise du spectacle de la tyrannie sanitaire avec mise en scène symbolique d’un rituel satanique

    Le monde entier est soumis à des mesures politiques que les gouvernements ont mis en place, depuis le début de l’opération Coronavirus, telle que la quarantaine, le blocus, le lavage des mains, l’utilisation du masque, l’allocation sociale.

    Toutes ces mesures font en fait partie d’un rituel d’initiation occulte, habilement adapté à la « pandémie » actuelle, déguisé, imposé par des décisions de « santé publique ».

    Cette pandémie est minutieusement planifiée depuis des décennies. Les puissants du monde, qui se sont depuis longtemps fixés comme objectif un Nouvel Ordre Mondial, laissent peu de place au hasard. Ce sont des magiciens noirs qui manipulent l’opération Coronavirus comme un rituel d’initiation occulte, de la même manière qu’ils effectuent leurs rituels sataniques secrets, à seule fin de détruire l’ancien mode de vie, le briser, le remodeler, générer la soumission et le remplacer par un nouveau mode de vie, établi par ces puissants, pour créer une nouvelle normalité à partir de laquelle il sera impossible de revenir à l’ancien mode de vie.

    Lockdown et quarantaine

    Chaque « bon » rituel demande une préparation. La partie du rituel initiatique est l’isolement qui sert à séparer l’initié des affaires mondaines de sa vie. Cela se fait souvent en coupant tout lien avec le monde extérieur. Parfois, l’initié peut être enfermé dans un endroit plutôt sombre ou dans une grotte (symbole d’une nouvelle renaissance).

    De nos jours, cet isolement nécessiterait également une séparation de la technologie et de tout ce qui en découle (téléphones, ordinateurs, e-mails, médias sociaux, etc.). La privation sensorielle conduit l’initié à se détacher de sa façon de croire et de se comporter. Dans l’opération Coronavirus, le « lockdown » (« confinement-état d’urgence ») et la quarantaine expriment cet aspect de l’isolement ritualisé.

    Ceux qui ont imposé ces règles d’isolement savaient aussi qu’il fallait mettre en quarantaine les personnes saines, quand bien même si cela était en contradiction avec la définition du mot « quarantaine » signifiant « un état, une période ou un lieu d’isolement dans lequel sont gardées des personnes ou des animaux venus d’ailleurs ou ont éxposées à des maladies infectieuses ou contagieuses »
    ...

     

    • Ainsi, par définition, les personnes en bonne santé et non infectées ne peuvent pas être mises en quarantaine. Mais, dans le cadre du Coronavirus, il ne s’agissait pas par l’isolement de résoudre un problème de « santé publique ». Par cet isolement, il est question d’obtenir par tous les moyens nécessaires, la première étape de l’initiation.

      Lavement des mains

      Un autre élément du rituel est l’attention obsessionnelle et compulsive au lavement des mains. Si, en général, ce geste est un choix hygiénique correct, afin de limiter la propagation d’une maladie, l’opération Coronavirus a amené le lavement des mains à un niveau d’imposition qui génère une anxiété, évidemment intentionnelle.

      Symboliquement, le lavement des mains de Ponce Pilate, qui ne veut pas assumer la responsabilité du sort de Jésus de Nazareth, symbolise la manifestation d’un refus. Dans notre cas, associé au Coronavirus, le lavement des mains peut signifier le refus de « l’ancienne façon de vivre en liberté ».

      Le masque symbole de soumission, déshumanisation, renforce par ailleurs une fausse idée de danger et de personnalité alternative.

      Le port d’un masque, en tant que protection contre le coronavirus, est non seulement inutile d’un point de vue médical, mais il est potentiellement nocif. Il existe cependant des raisons beaucoup plus profondes lorsqu’il s’agit des aspects rituels associés à des masques.

      1. les masques sont la réalisation de la censure et la suppression d’une voix libre. Il suffit de penser au nombre d’images illustrant la censure montrant une personne avec du ruban adhésif sur la bouche. La censure a joué un rôle important avant même le coronavirus, avec tous les participant à « Event 201 » pratiquant des simulations pendant des heures sur la façon dont ils pouvaient contrôler le récit officiel, censurant les points de vue alternatifs.

      2. Les masques symbolisent la soumission et le renoncement à respirer un air non vicié. Or, le but ultime de l’opération Coronavirus n’est pas de résoudre un problème de « santé publique », mais d’obtenir un contrôle social.

      En d’autres termes, il s’agit de forcer les gens à se soumettre à la volonté de ceux qui veulent établir un Nouvel Ordre Mondial, même lorsque c’est juridiquement et médicalement injustifié.

      3. Les masques conduisent à une notion de robotisation de l’être. Les masques sont déshumanisants, ils suppriment la capacité de voir pleinement le visage d’une autre personne, éliminant l’individualité,


  • Il n’y a pas de "baisse tendancielle du taux de profit". C’est un concept qui ne rejoint aucune réalité. La crise de 1929 n’est pas "arrivée" suite à la baisse du taux de profit ; elle a été déclenchée pour "casser" les Républicains US comme auj. le Corona casse Trump. Les années 20 sont les années de l’automobile, de l’aviation, de la chimie, de l’électricité, etc. Une formidable création de richesses, les"roaring twenties" qui a été stoppée net par l’arrêt brutal du crédit. A l’inverse, Hitler a sorti l’Allemagne de la plus profonde misère en 2 années. Il a recréé la circulation monétaire. Cousin affirme que Giscard n’avait pas le choix de la loi du 6 janvier 73. Ce n’est pas vrai, Giscard était un dogmatique, comme Thatcher, toujours Aristote , Euclide, proches des façon de penser des temples Grecs qui frappaient la monnaie, déjà. Il pensait que l’industrie allait fortement dminuer et qu’il fallait la remplacer par la Finance. Il est vrai que pour produire 1 millions de télés, il faut seulement 15 ouvriers...comme pour l’agriculture, qui n’a plus besoin de bras.
    Ces crises sont créées de toutes pièces, non pas pour sauver le système en dernier recours, mais pour le mettre à terre sciemment. L’argent n’est pas le but, seulement le moyen.
    Giscard ne savait pas lire correctement un texte ; relisez son "roman d’amour". Et Pompidou, qui était un véritable littéraire a été assassiné.

    Bravo à F. Cousin, belle dialectique, et les faits qu’il relate sont passionnants. Mais toujours Aristote, contre Platon.

     

    • @ Bobo
      A votre place je serais moins péremptoire, pour comprendre 1929, il faut remonter à 1918 et lire les classiques qui expliquent le marasme économique d’après-guerre et l’endettement qui nuit au commerce international. Tout faux sur votre démonstration du Corona, LA CRISE SANITAIRE PERPETUELLE dans laquelle nous entrons est la suite logique de la baisse du taux de profit, Renault -84% Peugeot idem n’évoquons pas le reste hein ! La valeur produite par Big Pharma est supérieure au secteur pétrolier, vu l’hècatombe du secteur productif, le capital ne va pas se priver d’un des dernier secteur hautement productif, c’est à coup de muselière et de picouze que vous finirez par comprendre ?


    • A Bebert
      Quel marasme d’après guerre ? En 1929, chez Ford, un ouvrier sur deux a une voiture. Il y a déjà 91 ans ! Et les femmes ne travaillaient pas, normal avec une famille de 6 gosses ! C’est du marasme ? Vous êtes comme un covidé, toujours à tordre les faits et à nier ce qui ne va pas dans votre sens. C’est une maladie !
      Par contre, l’Allemagne de Weimar (1919/1933) a été tout du long un immense brâme de souffrance. Les gamins des villes en 1923 accusaient des déficiences en taille de 20%. Les grands-mères se prostituaient et les mineurs de fond attaquaient les fermes. Le cinéma de ces années-là est tout aussi sombre et déjà immonde dans sa forme, comme aujourd’hui. Pour la Russie, idem. Leurs chefs ? Ben tiens.. ! Il a bonne mine, Karl Marx, à couvrir ses coreligionnaires avec sa "baisse tendancielle" pour adolescents. C’est vrai que c’est facile à comprendre comme concept. Marx, le beau-frère du chef de la police de Berlin.
      Comme disent les maos "d’où parlez-vous"


    • Naze/Bobo
      Je répondrais à ta fausse diatribe, par une question simple, puisque tu nous expliques que la baisse tendancielle est un concept creux, pour quelles raisons le Taylorisme et le Fordisme ont disparus ? Weimar n’explique qu’en partie (faiblement d’ailleurs) l’origine de la crise de 29 et pourquoi l’industrie est en train de s’effondrer sous nos yeux ? Vas y qu’on se marre un peu.
      Quand à la référence du beau frère de Marx, c’est une réflexion vile stupide et sans intérêt.
      Si tu ne sais pas d’où je parle, moi je sais en deux temps trois mouvement que toi tu parles du fin fond de ton néant !


    • Bobo et Naze, la baisse tendancielle du taux de profit ne se contredit pas par le confort matériel des ouvriers sans que la femme travail à partir d’une meilleur redistribution de la richesse suite au développement historiques des forces productives du Capital. Cela, les groupes et penseurs à la suite de Marx, l’avaient anticipés et formalisés en s’appuyant sur les textes même de Marx... Cela prouve que vous ne l’avez pas lu, et que c’est toute votre argumentation pour tenter de contrecarrer ce qui sous-tend ce concept majeur de baisse tendancielle du taux de profit, ainsi que toute votre pauvre réflexion sur l’autonomie des complots indépendamment des nécessités de la dialectique des forces productive de l’aliénation capitaliste, de même que votre regard sur les crises et le crédit qui relève de la ’’pensée’’ d’adolescent.
      C’est justement tout l’accroissement du développement de la technique, de la productivité machinique, de la part du capital constant qui s’immiscent au fur et à mesure dans le taux de profit qui vient amoindrir au fur et à mesure la part de travail humain (seul créateur de valeur) dans le procès de production qui vient réduire ainsi le taux de profit (et non l’augmentation de la quantité de profit, ni sa redistribution...).
      _


    • Pour terminer et lever les quelques illusions, sachez que si l’Allemagne s’est redressée, c’est en appliquant le modèle Fordiste à toute son industrie, cela reste valable également pour le capitalisme Etatique Soviètique. Aujoud’hui ce modèle est obsolète et archaïque, du fait de la robotisation des tâches, la micro électronique remplace le travail humain (capital variable) et c’est le coeur de la crise structurelle que nous vivons, le capital a besoin du travail humain pour faire sa valorisation "réussie" nous ne parlons pas de la valorisation chimérique la spéculation.Mais la baisse tendancielle du taux de profit, oblige le capital à détruire sa substance même "capital variable" le travail humain !


    • A La roturière et Bebert.
      L’Allemagne ne s’est pas redressée par le simple Fordisme. En plein Fordisme, les USA se sont crashés en 1929 en une année. Et l’Allemagne s’est redressée en 2 ans. Les témoignages des Français prisonniers dans le Reich sont unanimes : Ce pays avait 20 ans d’avance en termes d’infrastructures, de confort, cadre de vie. Les usines étaient propres, les villes claires et aérées, des autoroutes, des piscines, une population saine. En France, un atelier était sale comme un bagne en comparaison. C’est vrai, le peu de Marx que j’ai lu ne m’a pas engagé plus loin mais la baisse tendancielle du taux de profit était bien étudiée par nombre de profs d’éco et d’histoire que j’ai eus. C’était la grande mode dans les années 70 et 80. Si vous ne tenez pas la monnaie, vous ne faites rien, peu importe le nombre d’ouvriers qualifiés et d’ingénieurs que vous formez. Aujourd’hui, si l’Occident tout entier est à la ramasse, c’est que toute création de richesse supplémentaire, toute hausse de productivité (x4 en 50ans !) n’est pas distribuée, mais annihilée par la dette, les impôts, l’ouverture des frontières et une énorme population devenue désoeuvrée et impropre à toute production. Mais tout ceci a été VOULU ! Relisez Sutton, Ford,déjà à son époque.Et non la conséquence inéluctable de je ne sais quelle "baisse tendancielle". Ce n’est pas "le sens de l’histoire". Relisez Sauvy, simple et excellent, beaucoup plus clair que la logorrhée marxiste que vous utilisez. Et relisez Voltaire, jeunes gens, le style c’est le minimum !


    • Oui mais il reste les empois de services hein ? Les emplois de services ne sont producteurs de valeurs car largement tributaires des subsides de l’Etat, spectacles, médias, santé, communication, enseignement, nettoyage etc !


    • Bonjour Bebert, bonjour bonjour.

      C’est bien de tutoyer les gens, et de les insulter. Mais ce n’est pas la peine d’utiliser le pseudo du chat de Céline pour montrer qu’on en a que les puces.


    • Vous êtes obsédé du dernier mot, et vous n’avez aucune chronologie, dans votre loghorrée ce qui transparaît en filigrane, c’est que le système est en crise à cause des hommes qui dirigent et qu’il peut être géré voire amélioré par la volonté humaine et qu’il a des gentils et des méchants et sur ce point entre vous et moi il y a un désaccord total.
      Le système a sa propre logique, le capital s’est dématérialisé il créer lui même la valeur dont il a besoin, ce n’est pas parce que des peignes culs comme vous et moi en faisons les frais que le capital est fini, toutefois la partie n’est pas encore gagnée par le capital, j’en reste là et ça sera bien assez !


  • Cousin nous donne une bonne raison au "grand remplacement". Faire une population d’Européens déracinés, cons, et adeptes du culte de la marchandise.


  • "La démocratie est une contradiction dans les termes , une imposture, et,au fond,une pure hypocrisie-une théologie, comme diraient les allemands.Et cela vaut, à mon avis,de toutes les formes de gouvernement. La liberté politique est un simulacre et le pire des esclavages possible ;cette liberté fallacieuse est le pire asservissement. Il en va de même de l’égalité politique :c’est pourquoi, il faudra réduire en pièces la démocratie aussi bien que n’importe quelle autre forme de gouvernement.
    Engels.
    Progrès de la réforme sociale sur le continent, 1843.


  • Mon Dieu que c’est beau... mais que c’est creux !
    Il me revient une phrase que j’aimais répéter pour me faire l’intéressant :
    "Comment votre vision onirique à tendance kafkaïenne coexiste-elle avec l’idée sublogique que vous vous faites de l’existence intrinsèque"...

     

    • Mon Dieu que c’est beau... mais que c’est creux ! Et donc c’est avec cette bafouille que vous avez "débunké" F. Cousin ?

      On peut trouver à redire, discuter des thèses de F. Cousin mais de là à dire que c’est "creux", c’est faire preuve d’une mauvaise foi outrancière. Ses références à l’histoire, à l’étymologie, à la philosophie... rendent ses interventions très riches.


    • Yul
      Ce n’est absolument pas creux bien au contraire, j’admets qu’il n’est pas évident de prime abord, il faut lire et avoir un petit soubassement, ensuite tout se déploie.
      Il faut que vous ayez à l’esprit que votre subjectivité comme la mienne d’ailleurs, est totalement colonisée par le système dominant, au point où il n’est nul besoin d’implanter une micro-puce dans nos cervelles, tout le boulot est déjà fait, en revanche il faut réellement faire un effort pour pouvoir s’extirper de ces chaînes invisibles mais bien concrètes.


    • A Yul ,

      C’est creux .
      Peut - être que vous n’êtes pas séduit ...
      par le "fétichisme de la marchandise " !
      Rejeté ainsi le produit d’un génie ,vous expose à la radicalité
      d’un jugement sans appel et vous conduit à l’hôpital psychiatrique .
      En 1917 ,une balle aurait réglé votre cas .


  • Continuez à partager Francis Cousin ! Quel bonheur et quel qualité de revoir Guerre de Classe ici ! Merci et vive la révolution.

     

  • Toujours très pertinent, novateur, surorganisé. La rabbinat revu et corrigé dans le bon vieux Marxisme comme prophétie. Deux voies parallèles de haute sophistication/tenue intellectuelle, qui ont seulement l’inconvénient majeur de servir des Fictions. Dommage de ne pas disperser une si précieuse énergie dans le Réel...


Commentaires suivants