Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Frapper un État souverain est contraire au droit international" : la diplomatie russe réagit aux frappes israéliennes en Syrie

Les raids aériens effectués par Israël contre des sites militaires en Syrie vont à l’encontre du droit international et contribuent à l’escalade des tensions dans la région, estime la diplomatie russe.

 

« Tout cela est très mal », a dénoncé ce mercredi 20 novembre le vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov, commentant les frappes en Syrie revendiquées plus tôt dans la journée par Israël.

« Bien sûr, nous sommes en contact avec tous nos partenaires, nous enquêtons sur les circonstances. Frapper le territoire d’un État souverain est totalement contraire aux principes du droit international et conduit à une escalade des tensions dont personne n’a besoin », a-t-il souligné.

 

Des frappes de « grande ampleur » en Syrie

Le 20 novembre au matin, Tsahal a revendiqué des frappes de « grande ampleur » en Syrie, « en réponse » à des tirs de roquettes la veille depuis le territoire syrien.

Dans un communiqué, les militaires israéliens ont dit avoir frappé « une dizaine de cibles militaires des forces iraniennes Al-Qods et des forces armées syriennes, incluant des missiles sol-air, des quartiers généraux, des entrepôts et des bases militaires ».

À son tour, l’agence Sana a fait état de deux blessés dans ces raids.

 

Ne manquez pas sur ERTV !

En lien, sur E&R :

 






Alerter

53 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents