Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Génération Covid : la jeunesse sacrifiée

La tribune de Jordan Bardella dans Causeur

Lorsqu’Emmanuel Macron a déclaré en octobre qu’il était « dur d’avoir vingt ans » en 2020, les réactions n’ont pas manqué, souvent moqueuses, répondant qu’avoir vingt ans en 1914 était une autre paire de manches. À l’évidence, la jeunesse française n’est pas sommée de monter au front, mais cette comparaison est malvenue et interdit de saisir toutes les formes de détresse qui s’accumulent gravement au sein de cette « génération Covid ».

 

C’est certes le lot de toute la population que d’être soumise aux mesures et aux contraintes motivées par le contexte sanitaire et que l’accoutumance nous ferait presque considérer comme « normales » si l’on n’y prenait garde. Pourtant, la jeunesse mérite une attention toute particulière. Elle que l’on sait être très largement protégée des formes graves du virus prend de plein fouet les dommages collatéraux économiques, sociaux, psychologiques et, disons-le, anthropologiques de l’épidémie.

Quelles perspectives pour l’apprenti en filière professionnelle qui espérait décrocher rapidement son premier CDI, mais qui voit les entreprises plus frileuses que jamais à l’idée d’embaucher ? Alors que les bars et restaurants ne rouvriront finalement pas fin janvier, que devient l’étudiante qui ne parvenait à financer ses études et payer son loyer qu’à l’aide de son emploi dans la restauration, et désormais obligée de demander l’aide des Restos du Cœur ? Quelles possibilités de rebond pour ce jeune indépendant qui venait fièrement de « se lancer » et qui restera des années durant dépendant d’aides de l’État ?

Il y a ces tristes réalités matérielles, qui viennent d’ailleurs se superposer à un phénomène déjà installé de chômage de masse et de précarité tous azimuts. Il y a aussi une détresse psychologique qui s’est aggravée et dont on ne mesure certainement pas encore le caractère inédit. L’étudiant du supérieur, à peine diplômé du Baccalauréat, censé vivre « les plus belles années de la vie », est bien souvent claquemuré dans ses neufs mètres carrés, obligé de vivre sa « vie étudiante » par procuration et n’aura siégé dans les amphithéâtres que le temps d’un examen.

Les chiffres sont là, inquiétants : selon un sondage Odoxa-Dentsu, c’est pour les 15-30 que le second confinement et les mesures qui l’accompagnent ont été le plus dur à vivre. L’enquête nationale réalisée par l’Observatoire de la vie étudiante montre que la moitié des étudiants ont déjà souffert de solitude ou d’isolement au cours du premier confinement. Si l’état psychologique des Français dans leur ensemble s’est considérablement aggravé, la situation de cette jeunesse qui sera la France de demain doit nous préoccuper au plus haut point.

Lire la tribune entière sur causeur.fr

Bardella, sur E&R :

 






Alerter

33 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2636809
    Le 8 janvier à 12:06 par paramesh
    Génération Covid : la jeunesse sacrifiée

    les petits enfant sont très certainement sacrifiés mais les jeunes, laissez moi rigoler, ils ne risquent strictement rien sanitairement, ils n’ont même pas l’excuse de la peur, donc ils ont toutes latitude pour envoyer chier ce gouvernement , ses masques et ses délires. (quant à l’amende, t’es pas solvable)
    donc qu’ils se sortent les doigts du cul, ils ont tous les atouts en main ( mais c’est sûr qu’avec une jupe et un cerveau atrophié par le gauchisme c’est plus dur de courir

     

    Répondre à ce message

    • #2636911
      Le 8 janvier à 13:45 par alex1737
      Génération Covid : la jeunesse sacrifiée

      Et toi tu fais quoi mis à part déverser ta haine et ton impuissance totale sur de pauvres jeunes qui pour certains n’ont plus que la soupe populaire pour bouffer sérieusement ? Tu te souviens comment tu étais à leur âge, avec des rêves plein la tête, envie de bouffer la vie à pleines dents, de construire, tout simplement d’être heureux.
      C’est ça la réconciliation ? Avec des types dans ton genre ?

       
    • #2637142
      Le 8 janvier à 17:13 par mordicus
      Génération Covid : la jeunesse sacrifiée

      Commentaire débile.

      Je t’assure que j’aurais pas aimé revivre mes 15 ans en étant coincé chez moi.
      Je ne porte pas de jupe pour autant..

      Un peu d’empathie avec les jeunes... qui sortent de l’oeuf, du cocon.

       
    • #2637230
      Le 8 janvier à 19:16 par paramesh
      Génération Covid : la jeunesse sacrifiée

      je réponds à Causeur, comme je répondrais au CRIF et toi à part la HAINE, c’est quoi tes arguments ? on n’est pas devant un jeune précis mais devant une catégorie sociale (les jeunes) et une empreinte idéologique le boboisme djeun de Causeur.
      or les jeunes, comme les vieux, les bien portants ou les malades, en ce moment, tout le monde il souffre. il n’y a pas une couche de la population qui ne s’en prend pas plein la gueule.
      les jeunes ni plus ni moins que les autres, certains jeunes plus d’autres moins, dans la réalité aussi il y a des jeunes cons et des jeunes très bien . j’attaque les jeunes en tant que catégorie du spectacle que nous vend Causeur : (les jeunes c’est l’avenir, ils ont tous les atouts, ils dépassent les préjugés, ils sont le progrès qu’on assassine), je n’ai rien contre les jeunes réels, je l’ai été comme tout le monde, tu saisis la différence ? après si je t’ai blessé par ce que tu es jeune, je fais humblement techouva puisque c’est à la mode (la HAINE)

       
    • #2637495
      Le 9 janvier à 01:38 par Adélaïde
      Génération Covid : la jeunesse sacrifiée

      On oublie que une majorité jeune ont papa, maman pour les aider pendant leurs études même avec des revenus moyens... J’ai élevé 3 enfants j’en sais quelque chose et aujourd’hui que je suis en retraite, je les aide toujours car ils sur les 3, il y a un chômeur et 1 avec un travail partiel et 1 enfant à élevé seule... Personnellement je n’ai pas pu aller bien loin en étude (le bac) dans une famille de 6 enfants avec petit revenu des parents et aucune aide quand j’ai quitté la maison familiale pour m’émanciper...Par ailleurs on n’avait pas la possibilité d’avoir une garde robe comme les enfants d’aujourd’hui car il n ’y avait pas pléthore de magasins comme actuellement et les vêtements étaient plus chers. Je me souviens qu’on nous achetaient des vêtement une fois dans l’année avant la rentrée scolaire et à crédit dans un magasin de la ville ou pas mal de familles allaient à ce moment là car ils étaient bien achalandés. Pas mal de jeune de ma génération dans la cité où j’habitais étaient dans le même cas...Je dis qu’aujourd’hui les enfants même dans les famille à petits revenus, ont bien plus que ce que nous avons pu avoir.. Mes enfants ont toujours eu de beaux vêtements pas chers car j’allais en solderie ou magasins dégriffés, choses qui étaient rare à mon époque.
      Autre chose, en parlant des masques, je vois bien plus de personnes d’un certains âge ne pas les porter ou sous le menton que des jeunes qui le portent au dessus du nez et n’ont pas l’air d’être dérangés par cela, mais je pense qu’ils s’y sont habitués et ne s’en rendent plus compte. C’est devenu une normalité pour eux un peu comme d’avoir un portable...
      Je pense qu’il est du devoir des plus anciens de les aider à sortir de ces habitudes et c’est ce que j’ai fait avec mes jeunes et mon petit-fils qui apparemment n’a pas attendu que je le briefe, sa mère l’ayant fait. Nous avons été jeune et devons nous rappeler comment nous étions vulnérables. En avançant dans l’âge nous avons pris de l’assurance qu’ils n’ont pas encore et je me dis qu’ils vont devoir apprendre vite à en avoir pour résister, vu la conjoncture actuelle..

       
    • #2637652
      Le 9 janvier à 11:19 par paramesh
      Génération Covid : la jeunesse sacrifiée

      Alex , autant ton commentaire sur ce restaurateur est très juste, autant tu me fais un procès d’intention, je n’attaque aucun jeune en particulier mais la catégorie " les jeunes" de Causeur (cette incarnation du progrès , cette avant garde qui a tout compris, qui est notre seul espoir et que les méchants adultes assassinent. ben non, toutes les catégories sociales s’en prennent plein la gueule en ce moment, et les jeunes comme les autres et comme les autres ils ont ont la capacité de se révolter (ce qui n’est pas le cas des tous petits,des séniles des déments et autres Alzheimer
      Et puis la HAINE comme unique argument, c’est plutôt léger.

       
    • #2637738
      Le 9 janvier à 13:30 par paramesh
      Génération Covid : la jeunesse sacrifiée

      Un peu d’empathie avec les jeunes... qui sortent de l’oeuf, du cocon




      j’ai de l’empathie pour tout le monde qu’ils soient jeunes juifs ou bourgeois, c’est quoi cette catégorisation du jeune (le cocon, l’oeuf ?, tu veux faire pleurer Margot ? mais le jeune c’est aussi le suiveur de Greta ou celui qui se branche sur E&R ou celui qui se passionne pour l’astronomie).

      Oui ils s’en prennent plein la gueule, (comme les professions libérales, les vieux dans les EHPADs, les pauvres etc) mais ils peuvent aussi se défendre merde, il n’existe plus le mouvement lycéen ?nuit debout ?les assos étudiantes, l’UNEF que sais je encore.
      A mon époque aussi on en avait ras le bol , on a fait mai 68, on est parti sur les routes.
      j’ai l’impression que beaucoup oublient qu’ils ont été jeunes. Après si les jeunes de maintenant commencent à penser et agir comme des vieux. j’y suis pour rien et là, si c’est vrai, je compatis.
      oh les jeunes vous n’avez jamais chahuté des profs ou foutu le bordel pour le plaisir ? ben alors faites le aujourd’hui pour votre survie. les profs c’est pas des crs qui vont vous éclater les yeux, ce sont des mauviettes genrée pour la plupart et les autres sont déjà de votre côté. (quant aux étudiants, la plupart sont déjà des adultes au moins par la loi, on vote à 18 ans merde)

       
    • #2637773
      Le 9 janvier à 14:03 par alex1737
      Génération Covid : la jeunesse sacrifiée

      @paramesh : désolé, je me suis un peu emporté en effet, surtout que j’apprécie également tes commentaires sensés et justes en général.
      C’est juste que je suis encore relativement jeune (33 balais quand même) et que je me revois en train de galérer dans ma chambre miteuse du crous avec ma seule petite bourse et mes cours particuliers pour financer mes études (toujours refuser de m’endetter pour cela et de toutes façons ma pauvre défunte mère n’aurait pu être garante auprès des banques), donc quand j’entends que les étudiants sont tous des nantis privilégiés (il y en a ceci dit), et bien ça me rappelle des souvenirs pas très désagréables.
      Après, c’était aussi le temps de l’idéalisme, refaire le monde, des rêves, de la vie ensemble, des copines, des fêtes improvisées, de l’apprentissage pur, des sorties en loucedé, du sport à peu de frais, des découvertes de la vie, des w-e fauchés mais en dehors du cadre, des embrouilles dans les bars, bref d’une vie plus simple et peut-être heureuse quelque part avec moins de besoins et plus de liberté....
      Surtout vu la situation actuelle, je pense qu’il faut les soutenir plutôt que les enfoncer. J’essaye d’aider la banque alimentaire à mon faible niveau chez moi, et nous avons de plus en plus d’étudiants entre autres. Plus la prostitution étudiante qui a explosé, je vois de plus en plus de "petites annonces", j’ai filé un peu de blé à une pauvre fille qui faisait le .... près de l’IUT l’autre jour, bref.
      Prends soin de toi et des personnes que tu aimes malgré tout.
      Alex.

       
  • #2636899
    Le 8 janvier à 13:38 par Riri, Fifi et Loulou
    Génération Covid : la jeunesse sacrifiée

    Jordan Bardella dans Causeur et pourquoi pas dans Picsou Magazine.

     

    Répondre à ce message

  • #2636960
    Le 8 janvier à 14:25 par rigodon
    Génération Covid : la jeunesse sacrifiée

    Il n’y a pas de " chômage de masse " il est de 9% . On a connu un taux de chômage de 14% et on n’en est pas mort . Arrêtez d’être catastrophistes, vous serez plus crédibles . De plus la Bourse s’est requinquée, le CAC 40 est à 5600 points . Le gouvernement parle de crise pour effrayer les gens, majoritairement couards .

     

    Répondre à ce message

  • #2636984
    Le 8 janvier à 14:35 par Alea jacta est
    Génération Covid : la jeunesse sacrifiée

    Jeunesse sacrifiée ? Que dalle oui, génération de zombies hypnotisés par leur smartphones H24, jour et nuit nez sur la petite lucarne, extension vitale de leur non être, addicts à leur miroir aux alouettes, ivres de selfies, de paraître, de non réalité et de virtualité, malheureusement ils n’ont même plus l’intelligence de la conscience de leur non existence, l’école désastreuse de l’analphabétisme et inculture républicaine et gauchiasse étant passée par là ainsi que la lobotimisation de leurs parents infantilisés, génération Dorothée et Goldorak. Crever comme un vieux con lucide dans ce monde putride.

     

    Répondre à ce message

    • #2639826
      Le 11 janvier à 21:52 par Paul
      Génération Covid : la jeunesse sacrifiée

      il est clair que la subversion culturelle a maintenant eu lieu... les baby-boomeurs yéyés ont fait des enfants goldorak-dorothée... et tout ça engendre la génération actuelle... la norme c’est devenu ça... et la marge est la culture classique... c’est grave.

      bon, tout n’est pas noir quand même... et tout le monde n’a pas "muté"... mais c’est clair que ça fait des ravages.

       
  • #2637004
    Le 8 janvier à 14:46 par vieux con
    Génération Covid : la jeunesse sacrifiée

    Il est très bien Bardella, beau gosse, grand, de l’allure, souriant, il s’exprime très bien et déringardise le RN .

     

    Répondre à ce message

  • #2637131
    Le 8 janvier à 16:54 par VIVACHAVEZ
    Génération Covid : la jeunesse sacrifiée

    "Jourdain" Bardella dans causeur, tout est dit !!!! Jourdain, en hébreu, ça signifie rivière de "la peine". Amusant.......

     

    Répondre à ce message

  • #2637243
    Le 8 janvier à 19:30 par Domino
    Génération Covid : la jeunesse sacrifiée

    Le plus terrible est de faire croire à cette génération sacrifiée que c’est pour sauver les vieux. Lesquels n’ont rien demandé.
    https://docteur.nicoledelepine.fr/l...

     

    Répondre à ce message

  • #2637587
    Le 9 janvier à 09:04 par Alloi
    Génération Covid : la jeunesse sacrifiée

    Vous avez dit Covid ? Toujours rappeler ce dont il s’agit : grippe saisonnière combinée à des faux positifs de tests PCR, afin de produire des chiffres alarmants évidemment bidon.

     

    Répondre à ce message

  • #2637645
    Le 9 janvier à 11:14 par lefoutagedegueulepermanent
    Génération Covid : la jeunesse sacrifiée

    Le grand problème de tous les "patriotes" dirigeants, c’est qu’il n’y en a pas un qui aime les femmes, ils préfèrent les costauds moustachus... Qu’on ne s’y trompe pas, c’est ça qui fera tomber la France...

     

    Répondre à ce message

    • #2639849
      Le 11 janvier à 22:14 par Sylvestre
      Génération Covid : la jeunesse sacrifiée

      passionnant sujet au-delà de la caricature. C’est vrai que beaucoup de patriotes semblent de la jaquette. Observons déjà que ce n’est pas nouveau dans l’Histoire. Et que d’Alexandre aux SA, l’homosexualité masculine (car c’est de celle-là qu’il s’agit) a une branche commune avec la virilité, la révolution réactionnaire, la culture classique, etc.

      Ca serait bien qu’E&R fasse un dossier là-dessus. Car c’est une réalité. Et que l’homosexualité masculine ne doit pas être entièrement abandonnée au système. Il existe aussi une éthique guerrière de l’homosexualité.

      Il y a beaucoup d’hétérosexuels déculturés qui votent PS et qui font trois marmots formatés. Il y a plein d’hétéro à demi dégénérés, punk à chiens ou drogués gavés de culture rap. D’autres qui deviennent des ingénieurs blafards et soumis, qui essayent de se détendre en s’arrêtant dans le bois de boulogne. Etc.

      Dans le contexte actuel (culturel et économique), le couple hétérosexuel avec une pimbêche c’est pas forcément un rêve viril pour tout le monde. Tout ça pour faire des mômes qui seront formatés par l’idéologie scolaire et facebookienne. Et sacrifier ses jours dans un travail alimentaire aliénant.

      L’idéologie dominante voit l’homosexualité comme une vérité biologique, hormonale. D’autres comme un "progrès" sociétal efféminé. Mais il existe une homosexualité national-révolutionnaire, il existe une homosexualité masculine de choix. Un choix d’une forme de liberté radicale par rapport au système.

       
  • #2638066
    Le 9 janvier à 19:35 par un Évolutionnaire
    Génération Covid : la jeunesse sacrifiée

    « Aujourd’hui l’homme occidental arrive au monde dans une mise en scène scientifique et rationnel : il nait dans un théâtre chirurgical . (…). Un biologiste à la télévision sort d’un bocal le cœur humain et le montre à des milliers de spectateurs. Sait-il qu’il assassine une métaphore. La Big Medecine – la technocratie médicale – nous doit des comptes car elle écrase le pathétique et s’empare de l’homme pour expérimenter un monde qui ne serait plus confronté à l’Abîme, un monde délivré de la pensée, mais gouverné par les violents » . P. Legendre
    « Long est le temps de détresse de la nuit du monde. Celle-ci doit d’abord, longuement, accéder à son propre milieu. Au milieu de cette nuit, la détresse du temps est la plus grande. Alors, l’époque indigente ne ressent même plus son indigence. Cette incapacité, par laquelle l’indigence même de la détresse tombe dans l’oubli, voilà bien la détresse elle-même de ce temps. Ce qui achève de rendre l’indigence opaque, c’est qu’elle n’apparait plus que comme besoin demandant à être satisfait ». M. Heidegger : Pourquoi des poètes ? Chemins, p.335 (Edition de poche)

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents