Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Geoffroy Roux de Bézieux prend la tête du MEDEF

Un ancien de la Commission Attali, comme Macron

L’ancien vice-président du MEDEF prend la tête de l’organisation patronale pour les cinq prochaines années. Il a battu Alexandre Saubot en rassemblant 55,8 % des voix.

 

C’est une véritable course de fond que vient de terminer Geoffroy Roux de Bézieux. Mardi 3 juillet, l’ancien vice-président délégué du MEDEF a été élu pour cinq ans à la tête de l’organisation patronale avec 55,8 % des voix. Il a été élu avec 284 voix sur 555 inscrits par les fédérations professionnelles et les MEDEF territoriaux qui siègent à l’Assemblée générale de l’organisation patronale. Son opposant, Alexandre Saubot, ancien président de l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM), a obtenu 224 voix.

En décrochant l’or, cet adepte du triathlon, peu connu du grand public, aura presque fait oublier qu’il est en campagne depuis plus de cinq ans. Il y a encore quelques années, qui aurait parié sur celui que certains décrivaient comme un dilettante ? Surtout face au « M. Social » du MEDEF… L’ancien rugbyman, dont le nez cassé rappelle aussi sa passion pour la boxe, avait pourtant déjà marqué des points en 2013 face à Pierre Gattaz avant de rallier in extremis le patron de Radiall.

Cinq ans plus tard, Geoffroy Roux de Bézieux, qui vient de fêter ses 56 ans, tient enfin sa revanche. Pour l’emporter, le fondateur du groupe Notus Technologies, actionnaire entre autres d’Oliviers & Co, n’aura pas ménagé ses efforts. « La dernière fois, j’étais arrivé en outsider, raconte-t-il. J’avais une notoriété extérieure, mais pas du tout au MEDEF. J’ai appris sur le fonctionnement de l’organisation. » Nommé vice-président délégué en 2013, chargé de l’économie, « GRB », comme il est surnommé, profite de ses nouvelles fonctions pour travailler son image, en bossant ses dossiers et en labourant le terrain. « Les mauvaises langues disent que le seul dossier qu’il ait eu à gérer, c’est le prélèvement à la source », plaisante à moitié un soutien d’Alexandre Saubot. « Il a mûri, il a pris du poids politique, tempère un haut gradé du MEDEF. Il a intégré des préoccupations qui ne pesaient pas forcément dans son esprit. Il connaît le MEDEF et s’est chargé de sujets pas faciles. Il y a cinq ans, je n’avais pas voté pour lui. »

Lors de cette campagne 2018, Geoffroy Roux de Bézieux s’est présenté comme le « candidat de la transformation numérique ». Et mis en avant son expérience dans les nouvelles technologies. Après un diplôme de l’ESSEC et un job chez L’Oréal, le trentenaire, qui a effectué son service militaire dans les commandos de marine, crée en 1996 The Phone House qu’il revend huit ans plus tard. Autre succès dans la téléphonie mobile : Virgin Mobile, cédé depuis au milliardaire Patrick Drahi.

Lire la suite de l’article sur lemonde.fr

Voir aussi, sur E&R :

Tout savoir sur nos « élites » avec Kontre Kulture :

 






Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents