Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Pierre Gattaz (MEDEF) veut davantage contrôler les chômeurs

Personnellement ?

Emmanuel Macron recevait les partenaires sociaux à l’Élysée, jeudi 12 octobre [2017]. Il a notamment reçu Pierre Gattaz, et le président du Medef a remis sur la table la question du contrôle des chômeurs.

 

Pour Pierre Gattaz, le problème numéro un des chefs d’entreprise aujourd’hui, c’est qu’ils ont des postes, du boulot, mais qu’ils ne trouvent pas les gens pour les pourvoir. C’est ce qu’il a dit devant l’AJEF, l’association des journalistes économiques. C’est en partie lié à des problèmes de formation : les gens n’ont pas les qualifications adéquates pour les jobs proposés et ne sont pas embauchés.

Mais pour Pierre Gattaz, c’est aussi parce qu’il y a des gens qui ne veulent pas chercher du travail. Pour le numéro un du Medef, « ce n’est plus possible d’avoir un tel taux de chômage, et de voir des gens qui utilisent le système pour partir en vacances, faire le tour du monde plutôt que de chercher un emploi… »

 

Droits et devoirs

Du coup, il demande au gouvernement plus d’incitations, plus de contrôles. Il propose même de suspendre les indemnités, par exemple pour un mois, si le chômeur est en vacances plutôt que de chercher un job.

Emmanuel Macron est favorable au contrôle des chômeurs. Pendant sa campagne, il avait promis d’ouvrir de nouveaux droits aux chômeurs, de mieux les former. En contrepartie, ils seraient tenus d’accepter les offres proposées. Dans son livre programme Révolution, il écrivait écrit qu’après une formation, « celui qui n’accepte pas une offre d’emploi raisonnable ne sera plus indemnisé ».

[....]

On estime à 12 000 contrôles par mois en moyenne à Pôle emploi. Et sur les milliers de radiations prononcées par an, à peine quelques dizaines sont liées à des refus d’offres raisonnables.

En fait, ça n’est pas dans la culture de Pôle emploi, c’est peut-être en train de changer. Des conseillers spécialement dédiés aux contrôles n’existent que depuis 2015. Et encore, ils sont à peine 200 sur les 54 000 agents de Pôle emploi. Autant dire une goutte d’eau dans un océan.

Lire l’article entier sur francetvinfo.fr

Comprendre la question sociale avec Kontre Kulture

Le social selon Gattaz, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

42 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1818894

    Le système est un peu laxiste ;quand j’explique mon job à des demandeurs,je les voie se dégonfler au fur et à mesure ;dommage,le soleil brille pour tout le monde,et celui qui veut se retrousser les manches à toutes les chances ;trop d’assistanat pousse à profiter du système

     

  • Simple question : Qui contrôle Pierre Gattaz pour savoir ce qu’il branle de ses journées et quelle est sa légitimité sur ce terrain comme sur le reste ?


  • « ce n’est plus possible d’avoir un tel taux de chômage, et de voir des gens qui utilisent le système pour partir en vacances, faire le tour du monde plutôt que de chercher un emploi… »

    Mais oui bien sur on sait tous que les chomeur sont les premier à pouvoir et partir faire le tour du monde avec les indemnité chômage qu’ils ont cotisé je le rappelle :D
    Voilà ce qu’a produit ce gouvernement de fiotte qui cède à tous les désirs de Bruxelles. On a un truc du syndicat patronnat qui parle en tant "qu’expert" d’un truc qu’il ne connait pas en bon héritier rentier/branleur qu’il est.


  • #1818934

    Ce type raconte des tissus de conneries. Et on va donc embaucher du personnel pour contrôler les chômeurs sur les finances de qui alors que les conseillers n’arrivent même pas à le suivre correctement ?
    Mais virez-le à Saint-Martin ou Saint-bart ! Il y a du boulot là-bas Gattaz !


  • Bientôt une étoile jaune pour les chômeurs ?

     

    • Ça dépendra de l’accord de branche.
      « Arbeit macht frei », qu’ils disaient : GATTAZ reprend le flambeau tout en prônant, avec son comparse du gouvernement « Uber macht frei » : où le dernier vole au premier.
      Tickets de rationnement et dénonciations à la clef sont à venir.

      « Moi j’voudrais tous les voir crever étouffés de dinde aux marrons... »

      Ça sent la période sombre.


  • 54000 employés Pôle Emploi...Donc en moyenne 540 par département...Bah dis donc, pour en arriver à une efficacité proche de zéro....

     

    • #1818997

      Oui, mais c’est comme les politiques, les députés, conseil économique et social, les sénateurs, les préfets, les hauts fonctionnaires (hors cadres armée) ou ceux employés dans les administrations territoriales, communautés de communes et autres, s’ils n’étaient pas là à ne servir à rien, ils seraient chômeurs puisqu’ils ne savent rien faire sinon parasiter, et comme un chômeur parait il coûte plus cher à la société qu’un "actif" inutile...


    • Parce que vous croyez que le rôle d’un employé de Pôle Emploi est de mettre les chômeurs au boulot ? Que le boulot existe déjà, caché quelque part, et que c’est à eux de le trouver et de le mettre en rapport avec les demandeurs d’emploi ?! Le chômage n’existe pas en fait, il n’est que le fait des fainéants (les chômeurs), et de ceux qui sont incapables (les salariés de Pôle Emploi) de les remettre au boulot alors qu’il y a d’évidence un stock de millions d’emploi en sommmeil qui n’attendent que d’être réveillés !


  • Le medef se transforme en guépéou, brigadistes des riches. Il veut pouvoir fliquer, espionner, dénoncer les pauvres. Ce n’est pas si étonnant et cela s’est vu historiquement, cette haine, ce mépris du riche pour les pauvres. Heureusement pour Gattaz (qui rime avec gaz donc qui peut être assez toxique), il ne prétend pas à la "noblesse" comme un vulgaire Giscard d’Estaing, le faux noble national. Il se cantonne assez franchement disons-le, dans le rôle d’affreux bourgeois, dégoulinant et dégueulant ses plats gastronomiques, et dégoisant à tout va, ivres de grands "crus bourgeois" comme leur domestique Macron, sur les "jaloux", et c’est tout. Ils ont supprimé la chaîne de montre et le haut-de-forme. Réforme profonde de la bourgeoisie ? Ils s’habillent comme des bobos franco-saxons (voir Edouard Philippe et son ridicule pantalon marron)

    Mais il faut que la population pauvre (qui garde en fait des traditions de dignité et même de noblesse vraie de notre France), se rende compte de l’immense lâcheté, du côté pétochard, de ces gras-du-bide (même relookés Zadig & Voltaire et au régime Dukan). A la moindre protestation, manifestation un peu forte, ils reculent comme des chiens. Mais protestez donc ! Et dans la rue ! Vous verrez, ils s’enfuiront comme des rats.


  • À quand le contrôle du patronnat ?
    Puis les sanctions à la hauteur des enjeux.


  • C’est le discours des années 1970, normal vu son âge.
    « ce n’est plus possible d’avoir un tel taux de chômage, et de voir des gens qui utilisent le système pour partir en vacances, faire le tour du monde plutôt que de chercher un emploi… »
    Il croit que chaque travailleur a la même paye que lui et donc qu’il va en croiser un à Miami ou à l’île Maurice, au Waldorf Astoria de New York. L’horreur, un sale sans-dents !
    "[...] le problème numéro un des chefs d’entreprise aujourd’hui, c’est qu’ils ont des postes, du boulot, mais qu’ils ne trouvent pas les gens pour les pourvoir. [...] C’est en partie lié à des problèmes de formation : les gens n’ont pas les qualifications adéquates pour les jobs proposés et ne sont pas embauchés."
    Parlons des ingénieurs qui ne sont pas embauchés car blancs et on fait venir des programmeurs roumains ou indiens pour les payer trois fois moins.
    "Dans son livre programme Révolution (sic), il écrivait qu’après une formation, « celui qui n’accepte pas une offre d’emploi raisonnable ne sera plus indemnisé »."
    Donc résumons en ce pays l’entreprise paye en cotisations patronales l’équivalent du salaire à l’état, les salariés payent plus de la moitié de ce qu’ils gagnent au même et on a quoi en échange ! Déjà qu’il y a 7 millions de chômeurs & 15 de pauvres, vos solutions sont de ne plus les indemniser, génial.
    Ces postes non pourvus, ces fraudes aux indemnités, ça concerne 40 personnes en tout, il y a tout simplement TROP D’HABITANTS DANS UN PAYS QUI NE FABRIQUE PLUS RIEN ET IMPORTE TOUT.


  • Les chômeurs, avec Gattaz, "Yvon" bientôt déchanter........

    Même si l’article vient de l’humanité, on est quand même en droit de s’interroger sur les méthodes de Pierrot.

    https://www.humanite.fr/comment-pie...


  • #1818967

    Ce Gattaz est une honte ! Comment ose t’il parler de chômeurs qui profitent du système pour voyager dans le monde au lieu de chercher du travail ! Quelle âme damnée !

    Dire qu’un chômeur doit espérer qu’un tel abruti lui donne une chance d’emploi !

    Gattaz, apprend que :

    1. On ne reverse au chômeurs que les prélèvements qu’on leur a imposé sur leur feuille de paye, rien de plus ! C’est leur dû !

    C’est scandaleux que toi et ton pote Macron puissiez ensuite le voler encore en lui supprimant ce pourquoi il a déjà cotisé pendant des années ! Comme vos copains banquiers vous êtes des voleurs !

    2. Si une personne est au chômage c’est une victime du système, pas un profiteur !

    Figure toi que s’il travaillait avant c’est qu’il en avait besoin lui, à la différence de tes petits copains rentiers. Donc quand il perd son emploi c’est un drame et non pas une chance pour faire du tourisme !

    Dire que la France est menée dans le public comme dans le privé par ce genre de s..op..ds ! Comment voulez-vous que la Nation se relève !

     

    • Un vrai cri du coeur, j’adhère totalement.
      Laisser ce genre de type parler d’une situation, le chômage, qu’il ne connait même pas, c’est comme un aveugle spécialiste de la peinture : il ne sait pas de quoi il retourne, mais il parle !
      Gerbant !


  • #1819003

    Les chômeurs cotisent , les retraités ont cotisé , les chefs d’entreprises cotisent , et deux catégories parmi celles ci vont être saignées à blanc ...rien ne change , l’arnaque s’intensifie !
    quant aux formations défaillantes , même farce : l’état donc les contribuables , doit y remédier , les patrons n’encaissent que les bénéfices !
    Bien , notre rothschildien est droit dans ses bottes , s’il continue sur sa lancée , certes il ne sera plus président la prochaine fois , mais ses maîtres financiers vont le gaver pour 5 générations et le suivant reprendra le flambeau pour achever le taf de destruction massive du pays .


  • Dans un monde capitaliste, les prix sont basés sur l offre et la demande.
    Donc ce qui est rare est cher.
    La logique voudrais que les métiers dont on a du mal à trouver de la main d oeuvre soit les mieux payer. Mais au contraire cette logique de l offre et la demande ne s applique pas ici et on veut contraindre à travailler des personnes pour un montant qui ne reflete pas leur véritable valeur marchande. Ils veulent pas payer le prix fort et abusent de leurs pouvoirs (lois et taxes) pour forcer à la baisse des prix (salaire).

    Si vous voulez faire travailler les gens il faut augmenter les salaires et cela passe par baisser les cotisations qui sont prelevés sur le salaire brut par exemple.
    Le probleme est une nouvelle fois au niveau de l état qui vie sur le dos des autres et asphixie le marché du travail...


  • Il y a des fraudes à l’assurance chômage (par exemple faux bulletins de salaire etc...) et il y a aussi des abus. Mais comment faire la différence entre un chômeur qui fait "durer" son temps d’inactivité le plus longtemps possible et celui qui va au bout de ses droits car il n’y a pas de boulot ?
    Je connais des artisans qui sont prêts à embaucher, qui rencontrent des chômeurs en entretien, lesquels finissent par refuser le job avec une excuse bidon, ou même disent carrément qu’ils ne sont pas au bout de leurs droits... D’un autre côté, un chômeur doit-il accepter n’importe quel boulot pour ne plus être à la charge de la société ?
    Ce problème est le reflet d’une société individualiste, c’est-a-dire où la conscience de la responsabilité de chacun envers la société a largement disparu. C’est cette conscience qui peut faire que l’on accepte un travail, même si ce n’est pas l’idéal. Sinon, ne restent que des droits que chacun revendique de façon unilatérale. Comme pour beaucoup de nos difficultés, au bout du bout, il y a une question d’éducation morale que ni les abus des chômeurs, ni les excès de M. Gattaz ne pourront résoudre.
    Et en final, qui subira le plus durement les conséquences de cet état de fait ? Ceux qui sont vraiment en galère, vicimes de politiques de gribouille qui, depuis trop longtemps prennent des mesures CONTRE le chômage, alors qu’il aurait fallu oeuvrer POUR l’activité économique.

     

    • Quand on arretera de payer à peine 1000 boules pour un boulot usant qui viendra à bout de la santé des plus fort en moins d’un an, alors qu’à coté on est peu ou proue payé pas bcp moins, le boulot reprendra. Augmenter les salaires en arretant les ponctions qui n’ont pas de sens ou pas d’effet concret, autres que d’enrichir toujours les mêmes.
      Me concernant c’est la répartition et le niveau de salaire qui pose problème


    • L’on pourrait même conclure qu’il n’est à la charge de personne puisque, sur les résultats de son travail préalable, l’on a retiré les cotisations d’assurance chômage : le risque était donc prétendûment couvert.
      Ceux qui détournent le plus d’oseille sont les mafieux en charge de l’État, leurs donneurs d’ordre, ceux qui les corrompent ou les compromettent, les commissionnaires de tous ces trafics et passe-droits, ainsi que toutes celles et ceux qui, sous la houlette de lois votées « à bon entendeur », se trouvent la possibilité de défiscaliser ou d’optimiser selon les dictionnaires, ici ou là.
      Le travailleur se trouvant au même moment, dans le cadre du servage d’autrefois (auquel l’on a rajouté les intérêts de quelques crédits et autres dettes) à cette différence près que (pour faire de l’inclusive du genre), les « encuIés » qui ont fait tomber des têtes pour que cesse ce système, ont aujourd’hui fournit le même plus vérolé encore ; à la charge du serf de s’assurer des lendemains qui chantent et même de se protéger du malin en allant lui-même guerroyer.

      Aussi, quitte à devoir guerroyer, autant crever ces crevures : la destination de leur sort étant écrite dessus.
      Seulement, voilà, il y a la téléréalité qui offre l’apathie au panel de manipulés en guise de colonne vertébrale. Et chaque crétin et connasse de se rêver sur l’île de la tente à culs, à brasser des centaines de milliers d’euros cependant que, de l’autre côté de la scène, dans le réel, ceux qui s’estiment l’élite, leur subtilisent leur vraie économie.
      Heureux intermittents du spectacle de merde qui, pour quelques glorieuses turlutes à baiser leur contemporains, aspirent la majorité de la caisse d’assurance...lorsque le tatouage ou le silicone ne font plus recette.

      Enfin, comment les chômeurs, les travailleurs et autres syndicats ne vont pas tous manifester chez GATTAZ ?


    • #1819586

      Les fraudes faites par les pauvres, même si elles sont critiquables, ne sont qu’un pet de mouche à côté du braquage quotidien des états par les banksters & les upper-classes.
      Dois-je rappeler que le premier poste de dépense de l’état n’est pas dû aux dépense de santé ou aux allocations chômage mais bien au remboursement de la dette ? Et de loin !

      Avant d’emmerder le chômeur avec la paille qu’il a dans son œil, regardez la poutre qui est dans celui de Gattaz.


  • Bien que rejoignant M. GATTAZ sur certains aspects, entre autres sur le fait que certains demandeurs d’emploi abusent du système, il convient de rappeler que l’institution remise en cause n’est que l’exécutant du gouvernement qui, dans les textes, la soumet au respect d’une réglementation tout en lui demandant, dans les faits, de "maintenir la paix sociale".
    En clair, des agents au contrôle mais aussi au local dans les agences qui suivent les demandeurs d’emploi restent soumis à cette fameuse "paix sociale". Autant dire, qu’ils ont les pieds et poings liés.
    Aujourd’hui, on pourrait penser que les devoirs des demandeurs d’emploi s’effacent au profit de leurs droits et tout ceci sans que cela n’offusque personne.
    Si Macron avait promis des choses sur le sujet au moment des élections, c’était dans l’unique but d’être élu... Sur le volet "formation", on supprime les contrats aidés, les contrats de génération, l’aide aux embauches des PME qui avaient, entre autres objectifs de former les demandeurs d’emploi et de les accompagner vers le retour à l’emploi "classique". Or, plusieurs de ces possibilités ont été supprimées du jour au lendemain par un gouvernement qui n’a nullement mesuré les conséquences que cela aurait sur le fonctionnement de nombreuses structures, tributaires de ce type d’aide à l’embauche et sans aucune consultation des agents de l’institution, directement concernés par ces aides puisque prescripteurs.
    Alors, oui au contrôle des demandeurs d’emploi et aux sanctions à prendre à condition que cela soit justifié d’une part et que, d’autre part, les moyens et l’appui de nos décideurs soient réels et qu’ils en assument les conséquences (mouvements sociaux et autres manifestations).
    Faire de la politique, ce n’est pas, contrairement à ce que tous font depuis des dizaines d’années aussi lamentablement les uns que les autres, prendre des décisions pour s’assurer le vote des électeurs pour les suivantes ou travailler pour le compte des banques et autres requins du monde de la politique et des finances.
    Pour finir, ne vous leurrez pas, le gouvernement pourrait bien avoir en tête de faire tout bonnement disparaitre Pole Emploi et confier la « gestion et le suivi » des demandeurs d’emploi à des entités nouvelles dont, entre autres, des groupements privés à la botte de nos politiques et de Bruxelles et dont le fonctionnement pourrait s’avérer bien pire que ce que nous connaissons aujourd’hui avec Pole Emploi !

     

    • Il est déjà prévu dans les plus hautes sphères européennes, voire mondiales, de filer quelque menu fretin à tout le panel « occidental* » laissé sur le carreau aux bénéfices d’une petite clique, de sorte qu’il n’ose bouger, pour monter aux créneaux, du douillet de son intérieur, décoré de son dvd et de sa télé à kroum, : seules choses qui lui reste désormais à perdre.
      Tant que tout n’est pas verrouillé.

      * Pour les autres, ils sont bombardés à qui mieux mieux, sous de fallacieux prétextes.

      Vous verrez que demain il y aura un type pour oser dire qu’on flingue du monde de l’autre côté de la colline pour que les Pierpoljacks, de l’autre, puissent toucher leur obole.
      Déjà que l’on flingue par drone, sans procès, parce que trois mecs auraient loupé la piste d’atterrissage.


  • Avec Radiall, on ouvre un siège social après avoir fermé 2 établissements dont un en Isère, pour parler chômage, le monsieur doit être qualifié. ¨Parallèlement, le rôle éminent de patron des patrons sert plus que jamais. Pour le descendant d’esclavagistes, ça a été les montagnes russes pour initiés de Wendel auxquelles on peut penser que les fuites étaient fréquentes, pour Miss Rallyes des gazelles, ce fut l’apogée no-limit des faiseurs de pluie sondagière, et pour Pierrot gourmand, il faudra rajouter au bond stratosphérique de son entreprise familiale, un patrimoine notamment viticole de grand seigneur. Bel exemple en effet pour tous ces jeunes que le Medef invite à devenir aide-soignants, poissonier boucher charcutier en grande surface, ou même pourquoi pas à donner leur temps pour consoler les patrons depressifs.


  • #1819040

    « ce n’est plus possible d’avoir un tel taux de chômage, et de voir des gens qui utilisent le système pour partir en vacances, faire le tour du monde plutôt que de chercher un emploi… »
    Il y a en effet une catégorie de chômeurs bourrée d’allocs en tout genre (surtout braguette) qui cumulent suffisamment d’avantages ou de "mères isolées" en France pour pouvoir se la couler douce au (vrai) pays, huit mois de l’an, si ce pays est protégé par les pétrodollars et leurs cabots, bien entendu.
    Rien à voir avec le Français qui a du mal à terminer ses fins de mois. Et qui est de plus en plus payé au lance-pierre pour réaliser des boulots serviles pour le profit d’intermédiaires auto-proclamés "sociétés de services" (ou fournisseur d’esclaves) qui ne foutent rien, mangent la moitié de ce qui est dû au trimeur, se contentent de l’envoyer chez quelqu’un qui paie (cher) les services à l’intermédiaire, et se prennent pour l’employeur fliqueur ! Ces sociétés prétendent posséder les travailleurs, presque sans bourse délier, plus que la société qui les paie et utilise. Et je ne parle pas des sociétés d’intérim, encore relativement logiques et honnêtes, à côté.
    Vivement qu’on revienne à la petite entreprise individuelle généralisée ! Et à la dignité nationale.


  • #1819044
    le 14/10/2017 par EnEuromacronieCaVaSeGattez
    Pierre Gattaz (MEDEF) veut davantage contrôler les chômeurs

    Bientôt, avec la paire infernale mondial-bruxelloise et fiscal-optimisée "Macron et Gattaz", les chômeurs seront contrôlés (c’est à dire : surveillés, fliqués, sanctionnés, rééduqués, "optimisés" ?), traqués (et éliminés !) jusqu’au bar PMU du coin (qui n’existe plus, surtout dans les petits villages "périphériques") : l’on s’assurera qu’ils exercent bien leur "travail". A moins que ces saugrenus reliquats d’un monde où la nonchalance et la lascivité le disputait à l’oisiveté, ne se décident à déguerpir, définitivement ou non, dans leur repère paradisiaque situé sur une île à l’autre bout du monde ou plus près et pensent à assurer leurs vieux jours en développant l’économie "émergente" de tant de pays et lieux déshérités, qui n’attendent que la venue de leurs revenus pour les mettre à l’abri, les dorloter, chauffés par le soleil.

    Le travail, c’est la liberté (n’est-ce pas vieux Georges ?), ou plutôt, le travail rend libre (ou presque), non ? A moins que nous ne nous soyons trompés d’époque. J’aurais pourtant juré avoir entendu cela quelque part, il n’y a pas si longtemps. En attendant, nous qui ne sommes rien (et peut-être encore plus ces chômeurs qu’Emmanuel Ier ne saurait voir ni encore moins approcher), nous n’avons pas réussi à reprendre le contrôle de l’état et du patronat. Nous ne valons moins que rien, c’est dire ! Comment pourrions-nous nous payer de si magnifiques costumes sans bosser ? Il est vrai que, maladivement jaloux, fainéants à souhait, extrêmes dans notre inaptitude à nous "transformer", nous rêvons en toute circonstance de foutre le bordel plutôt que de chercher du boulot. Quelle clairvoyance de la part de cet admirable dirigeant ! Enfin un être supérieur qui ose dire la vérité éternelle des "Français" , qu’ils se sont toujours ingénié à se cacher à eux-mêmes. Auparavant, la face du territoire "France" était voilé des pieds à la tête, mais désormais, la lumière l’a transpercée de toutes parts. La délivrance est finalement arrivée, et la rédemption ne saurait tarder ! Il suffit seulement que ces illettrés, pauvres, demeurés, pas suffisamment "cosmopolitisés" acceptent leur sort, ce n’est pas grand chose. La victoire est au bout du renoncement !


  • Le patronyme Gattaz, porté par une trentaine de foyers français est manifestement polyphylétique. Au nombre de ces noms de famille alpins, terminés par des ’z’ qui n’étaient localement jamais prononcés, et avait manifestement été un surnom signifiant gâté

    Les racines paternelles sont concentrées dans l’Isère, avec les inévitables patronymes doubles à évolution constante, comme les BROTEL-CITRAS – la grand-mère maternelle – et les GATTAZ qui avaient eux-mêmes donnés les GATTAZ-PONTET et les GATTAZ-MERCIER.

    Si Yvon Gattaz (père de Pierre) était fils et petit-fils d’instituteurs – et d’institutrices – les racines sont évidemment classiques, et les recherches conduisent très vite dans la commune de Fitilieu, le véritable berceau des GATTAZ, où la famille est connue depuis au moins un Jean Gattaz, vivant dans la seconde partie du XVIe siècle et où l’arrière grand-père, comptable, était né sous le Second Empire (principaux patronymes présents dans l’ascendance : GATTAZ, COLOMB, BROTEL-CITRAS, HYVRIER, ROGET, MILLION, SEIGUE-FERRAND).Un cousin assez proche de Nathalie Kosciusko-Morizet

    Les Roux étaient bien établis à Lyon, dans les affaires et la banque, depuis Claude André, qui avait été échevin de la ville sous Louis XV. Marié à une VOUTY de LA TOUR, celui-ci était né en 1710 à Chomérac, dans l’Ardèche, où ses ancêtres, négociants en soie étaient arrivés au début du XVIIe siècle, avec un André Roux, que l’on s’accorde à dire natif de Besse-en-Oisans, dans l’Isère.

    Par un couple d’ancêtres communs, de Chatellerault - Adrien Treuille (1842-1917) et Jeanne-Delphine de la Fouchardière (1856-1937) -, Geoffroy Roux de Bézieux un cousin assez proche de Nathalie Kosciusko-Morizet par le grand-père maternel NKM, Hubert Treuille.

    Le patron du Medef et sa famille possèdent 87 % du fabricant de composants électroniques RADIALL (CA : 290 millions) en 2016.

    Pierre Gattaz a augmenté son salaire de 29%. Le patron du Medef a touché 420 000 euros en 2013 en tant que n°1 de Radiall. "Un paradoxe alors que le même homme prône, en tant que représentant du patronat, l’appel à la modération salariale et à l’exemplarité. Les salaires de ses employés ont augmenté de 3,3% seulement.Mais pour Pierre Gattaz, pas de problème. "Quand on crée de la richesse, on la distribue" a indiqué le patron des patrons sur son blog. Il aura perçu 102 000 € de part variable sur son salaire.

    Qui créé la richesse ? Les 3000 salariés ou la famille GATTAZ ?

     

    • Personnellement, je suis moins choqué par les 420 000 Euros/an de M. Gattaz que par les 370 000 euros payé pour 6 mois de "travail" par la SNCF à la ministre des armées, Florence Parly...


    • Bonjour,
      La moindre des choses lorsque l’on copie/colle un travail fait par d’autres en quise de commentaire, c’est de le faire en mode citation et de donner la source.
      https://www.rfgenealogie.com/s-info....


    • Moi les deux me choquent de manière égale @eric. Mais je serais intéressé de savoir ce qui fait que l’un vous choque moins que l’autre. Vous avez oublié de le mentionner.


    • @ barbara #1819159

      Bien voilà vous l’avez fait : donner la source ! Les commentaires sont limités à 2500 caractères donc parfois, je ne mentionne pas l’url espérant que le lecteur attentif pourra lui-même aller vérifier au besoin : on ne peut pas non plus tout apporter sur un plateau ! Quant aux mentions d’état-civil, que peut-on faire d’autre que les recopier à partir des documents originaux ? S’il y a erreur la signaler. Les addenda post commentaires ne servent-ils pas aussi à cela.

      Votre remarque est justifiée. Merci pour votre ouvrage si vous en êtes l’auteure.


  • #1819078
    le 14/10/2017 par Pipo & Pompo & Conversano à la fête de la saucisse
    Pierre Gattaz (MEDEF) veut davantage contrôler les chômeurs

    Quand t’en a mare y’a Pierre Gattaz !

     

  • Gattaz est un ....

    J’ai 53 ans et je me suis expatrié pour pouvoir travailler. En France on m’a dit que j’étais trop vieux et trop chère. J’ai postulé dans l’hôtellerie, ils voulaient des personnes ayant fait le CFA. Alors que c’est un secteur qui manque de bras
    A l étranger on vous donne votre chance malgré l’âge et ils forment. En France les entreprises ne veulent pas former et les critères de recrutement sont débiles. Il faut un diplôme d’ingénieur pour torcher le cul des poules. Ils critiquent les chômeurs alors qu’ils regardent pas les offres qui sont indignes. Pour exemple un recrutement d’une assistante de direction trilingue payé au SMIC. Le patronat a provoque ce chômage de masse afin de détruire la protection sociale et maintenant il veut des esclaves sous la férule des ANPE et de l’État
    Pauvre France
    Bon courage au chômeur et n’hésitez pas à quitter ce pays. La vie est possible ailleurs et autrement.


  • On balance les gens de leur boîte pour aller faire du tourisme .C’est vrai que je n’y avais pas pensé .On gagne tellement de frics quand on est au chômage qu’il y en a juste assez pour faire le tour du monde, on ne doit pas avoir les mêmes salaires Mr Le nase, quelquefois voyez, quand vous avez payé le loyer, il en reste tout juste pour aller faire les courses Mr Le -nase .Arrêtez de dire n’importe quoi et surtout payez les gens à leur juste valeur en évitant de les virer, et vous verrez, ils pourront partir juste pour aller faire du camping en France et se payer quelques voyages, Mr Le -nase . Donnez juste du boulot aux gens en évitant de délocaliser et surtout payez-les , et vous n’aurez pas besoin de vous inquiéter de savoir s’ils fraudent. Et dire que vous êtes président du MEDEF ,mon Dieu ,il ne faut pas s’étonner du résultat du chômage dans ce pays ,après de tels idées.


  • Pierre Gattaz omet de dire que lui et ses compères propriétaires lucratifs s’accaparent chaque année de 30 % du PIB de la France, soit 700 milliards d’euros...

    Que Bertrand Bony, pilier du Réseau Salariat décédé le 10 octobre, repose en paix.


  • il aime faire marner les gens ce guignol. méme avc un rsa ce type de charlots hargneux essaiera tjrs de vous culpabiliser avec l’aide du porte voix des medias.

    ce méme mesquin continue de faire rentrer des migrants pour nous mettre en compétition du baissage de froc et continue d’essayer de mettre la pression de ceux qui ne profitent pas comme lui de l’exploitation des autres.
    réveillez vous car ils ne s’arreteront pas .
    ils ne comprennent que le face à face physique , et actuellement ils se montent le bourichons entre bras de lézards.

    entre quatre yeux sans personne autour ce genre de sadique peut revenir rapidement à la raison.

    ne jouons pas son jeux de gamin et laissons le parler à notre cul.


  • La baisse du niveau scolaire est le boomerang que le MEDEFAGATTAZ du grand patronat est en train de se prendre dans la gueule allant pleurnicher chez micron des mesures inapplicables à moins de mettre un bracelet électronique chez tous les demandeurs d’emplois pour vérifier s’ils ne font pas le Tour du monde en 80 jours, ou le Tour de France ce qui leur permettrait au moins d’aller voir ailleurs, s’il disposait d’une rémunération identique à celle du premier patron très gâté de France !

    Pour l’année 2014, sa rémunération chez Radiall a atteint près d’un demi-million d’euros. Depuis qu’il à la tête du Medef, Pierre Gattaz, qui s’est toujours déféndu de toucher un salaire mirobolant, se targue de ne pas être plus gourmand qu’un patron d’entreprise publique. Mais en augmentant sa rémunération de 8,31 % en 2014, soit au total 496 705 € l’an dernier (contre 458 570 € en 2013) (source Le Parisien) soit l’équivalent de 40 fois le montant moyen mensuel de l’allocation chômage = 1.058 € net en 2016 (source La Tribune).

    En effet, une formation générale de qualité des jeunes français était garante d’une formation professionnelle de qualité avec le désir de réussir comme par exemple prendre des cours du soir aux Arts et Métiers !

    Comme le prestige de l’école est terminé pour la majorité des enfants du peuple vu que les fondamentaux ne sont pas acquis et que la culture de masse les abrutit, il y aura de moins en moins d’adultes sérieux disposant d’une culture de base sinon des êtres conditionnés, inconstants sans aucune qualité humaine, le respect du travail bien fait d’autant qu’ils sont payés à coup de lance-pierre et désormais avec la loi travail une protection réduite à pas grand chose !

    Pas sûr que les migrants fassent le taf ? Et leur formation ça va demander du temps car leur intégration dans la population française de souche et de branches n’est pas acquise au contact des choses concrètes de la vie de tous les jours que le grand patronat ignore complètement.

    Vous avez échoué depuis toujours pourtant c’est pas faute d’avoir été alerté par des rapports, des essais et des ouvrages spécialisés sur l’articulation de la formation générale et de la formation professionnelle !

    Quant à la vie spirituelle des êtres humains ça vous dépasse évidemment ....vu qu’il y a que les profits qui vous préoccupent sauf qu’il y a de l’eau dans l’gaz !


  • en controlant les chomeurs, Pierre Gattaz va mettre à jour que beaucoup de patrons paient des salariés au black pour que ceux-ci continuent de toucher leurs allocations chômage.....
    l’état ne ferait-il pas son boulot de controlleur ? Pierre Gattaz en veut-il personnellement aux commerçants et artisans (qui le lui rende bien) ?
    Les profiteurs du CAC40 en veulent-ils encore plus ?



  • En contrepartie, ils seraient tenus d’accepter les offres proposées.



    Ha ? Parce que quand un CV + LM terminent sans réponse ou qu’un entretien d’embauche ne termine pas par un emploi (en CDD ou CDI) c’est la faute du seul chômeur et non le refus (à tort ou à raison) de l’employeur ? Grande nouvelle !
    Il faut vraiment que les français souffrent pour qu’ils cessent de voter aussi stupidement (Macron) et comme toutes les familles du pays comptent un voir plusieurs chômeurs : cela sera pas mal.


  • Pierre Ga---z

    Il m’inspire. Pourquoi ne pas les gazer ? Radical et d’apparence acceptable. Le Système s’en portera mieux, certainement. Ceci fait, on pourrait aller plus loin... En quoi ces mesures seraient bonnes ? Car il n’y a pas de brute blonde derrière elles ! - On est dans un racisme inaperçu...


Commentaires suivants