Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Gerhard Schröder : "Nous ne pouvons pas tolérer d’être traités comme un pays occupé"

L’ancien chancelier Gerhard Schröder s’était opposé, en 2003, à la destruction de l’Irak par les États-Unis prétendument en raison de son rôle dans les attentats du 11 septembre 2001 et son intention de bombarder les États-Unis avec des missiles balistiques chimiques.

 

Il a rapproché son pays de la Fédération de Russie et lancé la construction du gazoduc Nord Stream en mer Baltique. Son objectif était d’approvisionner l’Allemagne en gaz russe en contournant l’Ukraine (qui était déjà instable).

Lorsqu’il quitta la vie politique l’ancien chancelier devint le président du consortium de construction de Nord Stream, puis en 2017 il rejoignit Gazprom.

Dans un entretien qu’il vient d’accorder à la télévision allemande N-TV, Gerhard Schröder a déclaré :

« Nous ne pouvons pas tolérer d’être traités comme un pays occupé. Lorsque j’observe les actions de l’ambassadeur US en Allemagne [Richard Grenell], j’ai l’impression qu’il se prend pour un officier d’occupation et non comme l’ambassadeur des États-Unis dans un État souverain ».

M. Grenell avait revendiqué dans une interview à Breitbart prendre parti dans la politique intérieure allemande et favoriser un camp particulier.

Voir aussi, sur E&R :

Passé et avenir de l’Allemagne, lire chez Kontre Kulture :

 






Alerter

36 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents