Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le modèle économique et social allemand : une tragédie

Que le libéralisme et ses thuriféraires veulent imposer à toute l’Europe

Guillaume Duval est rédacteur en chef du mensuel Alternatives Economiques. Il a travaillé pendant plusieurs années dans l’industrie allemande et est notamment l’auteur de Made in Germany : Le modèle allemand au-delà des mythes, paru en 2013.

 

LVSL : Les débats autour de la loi Travail font rage en France. Au cœur des discussions, on retrouve régulièrement la référence au « modèle allemand » et aux politiques menées par le chancelier social-démocrate Gerhard Schröder dans les années 2000. Les réformes du marché du travail connues sous le nom de « lois Hartz » sont régulièrement érigées en exemples à suivre. Quels sont les principaux aspects de ces réformes ? Quel a été leur impact sur la société allemande ?

Au cœur des lois Hartz, on trouve la réduction de la durée d’indemnisation du chômage et le renforcement de la pression sur les chômeurs pour qu’ils acceptent des boulots. Après un an au chômage, les demandeurs d’emploi tombent dans une sorte de RSA allemand beaucoup plus contraignant qu’en France : il faut donner des informations sur son patrimoine, on n’a pas le droit de le toucher si on a un trop grand appartement ou une grosse voiture, etc. C’est ce qui a été très mal vécu.

L’autre aspect le plus important de ces réformes, en dehors des lois Hartz, c’est le développement des « minijobs » : lorsque l’on touche moins de 450 euros en Allemagne, on ne paie quasiment pas de cotisations sociales mais on n’a pas non plus de protection sociale. Aujourd’hui, 7,8 millions d’Allemands sont sous ce statut. 5,4 millions ne font que cela et ne pourront percevoir de retraite alors qu’ils ont travaillé. Ce sont essentiellement des femmes qui sont concernées. Les réformes Schröder ont provoqué une forte augmentation de la pauvreté en Allemagne. Elle est aujourd’hui supérieure de trois points à ce qu’elle est en France. Les inégalités ont beaucoup augmenté en Allemagne, davantage qu’en France. L’Allemagne est un des pays de l’OCDE où elles ont le plus augmenté depuis 15 ans. La pauvreté, en particulier, touche beaucoup plus les salariés : 9% de salariés allemands sont pauvres, contre 6% en France. Elle touche aussi particulièrement les retraités, dont 18% sont pauvres.

Une réforme des retraites passée après Schröder – mais également menée par un social-démocrate – a repoussé l’âge de départ à la retraite à 67 ans en 2030 et a réduit les taux de remplacement. Il y a d’ores et déjà beaucoup plus de retraités pauvres qu’en France.

Les minijobs se sont beaucoup développés dans les services à la personne, dans les bars, les restaurants, etc. Les salariés allemands sont donc beaucoup moins couverts par des conventions collectives : seuls 56% d’entre eux sont couverts par une convention collective contre 98% en France. Mais en Allemagne, le droit du travail d’origine étatique est très faible, c’est-à-dire que tout vient quasiment des conventions collectives. Les réformes Schröder ont donc eu pour effet majeur de renforcer les inégalités, et en particulier les inégalités hommes-femmes, car ce sont surtout les femmes qui occupent ces petits boulots à temps partiel.

 

LVSL : Comment les réformes Schröder ont-elles impacté concrètement le travail des femmes ?

L’un des effets de ces réformes a consisté à amener massivement les femmes sur le marché du travail dans un pays où elles étaient davantage au foyer qu’en France. On a l’habitude de considérer que l’Allemagne est un pays social-démocrate, mais ce n’est pas vrai. L’Allemagne est un pays conservateur, reconstruit par des conservateurs durant tout l’après-guerre et qui se caractérise par le fait que les femmes sont restées beaucoup plus longtemps et beaucoup plus souvent à la maison qu’en France. Guillaume II résumait au début du XXe siècle la place des femmes dans la société allemande par l’expression : enfants, cuisine, église (Kinder, Küche und Kirche). Mais si on demandait à Adenauer au début des années 1960, ce n’était pas très différent.

Cela a beaucoup changé, mais de manière très inégalitaire : un homme salarié allemand travaille une heure de plus par semaine qu’un homme salarié français. Mais une femme salariée allemande travaille trois heures de moins qu’une femme salariée française. L’écart entre les hommes et les femmes en Allemagne est de neuf heures en moyenne chaque semaine. Il est de 4 heures en France, il s’est réduit grâce aux 35h qui ont davantage baissé le temps de travail des hommes, car les femmes étaient plus à temps partiel et n’ont pas vu leur temps de travail diminuer. Ce temps de travail des femmes a augmenté avec Schröder car les réformes ont fait entrer beaucoup de femmes sur le marché du travail, mais à temps très partiel.

Lire la suite de l’article sur lvsl.fr

Changer de modèle économique et social avec Kontre Kulture :

 

L’Allemagne, sur E&R :

 






Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1807580
    Le 25 septembre à 10:07 par raslebol33
    Le modèle économique et social allemand : une tragédie

    Il faut savoir qu’en Allemagne,les travailleurs qui ont bénéficié de "mini boulots" touchent aujourd’hui 200e a la retraite et sont obligés de reprendre un boulot pour pouvoir survivre...Le marché financier,avec l’ouverture a la concurrence pour certains secteurs n’a fait qu’asservir le peuple,le travailleur,éternellement,pour pouvoir survivre.Dans 10 ans,il faudra travailler jusqu’à 70 voire 75 ans...Et en france,le libéralisme a tout va,nous y mène a grands pas !!

     

    Répondre à ce message

    • #1807633
      Le 25 septembre à 12:01 par France31
      Le modèle économique et social allemand : une tragédie

      Ben c’est pas grâve ! Maintenant ils vont nous mettre en place une euthanasie à la carte pour "partir dans la dignité" (sic). Donc c’est génial tu auras le droit de trimer comme un esclave toute ta vie et aprés tu pourras te terminer tout seul devant les hourras ébahis d’une foule en délire. Cout pour la société ? Tout benef. Allez Attali encore un petit effort et tu vas y arriver.

       
  • #1807585
    Le 25 septembre à 10:19 par machin
    Le modèle économique et social allemand : une tragédie

    L’Allemagne est une démocratie véritablement représentative : toutes les opinions sont représentées au Parlement car ils ont la PROPORTIONNELLE, leurs législatives ne sont pas truquées comme en France . Merkel vient d’obtenir 33% des sièges au parlement, donc comme d’habitude il y aura gouvernement de COALITION : en France le "Président" s’appuie sur une majorité absolue de députés, mais cette majorité est toujours ILLEGITIME . Tant que les Français ne l’auront pas compris rien ne changera . Pas de chômage en Allemagne, les gens ne peuvent profiter du système français où c’est à qui tirera le plus sur la corde des indemnités chômage . 250 milliards d’euros d’excédent commercial pour l’Allemagne, 50 milliards de déficit pour la France ! Le seul point noir c’est le taux de fécondité des Allemandes : 1,5 ce qui implique que la population germanique diminue . Deutschland Erwache !

     

    Répondre à ce message

    • #1807645
      Le 25 septembre à 12:21 par reymans
      Le modèle économique et social allemand : une tragédie

      Aucun souci donc à retourner bosser à 70 piges passés, pour des cahouètes qui imposent de cumuler les emplois afin de survivre selon vous ?
      Je ne connais pas le sens de la vie, personne ne le connait probablement. Mais le but d’une vie, je doute que ce soit le travail forcé jusqu’à ce que mort s’en suive.
      Ca ne peut que pousser ceux qui ne sont pas au plus haut de l’échelle à tout faire pour en sortir quelque soit le moyen (ultra compétitivité malsaine conduisant aux etrêmes).
      Et ceux qui sont au plus haut à continuer de regarder vers le bas la plèbe qui crève et trime pour leur confort.
      Un modèle de société qui laisse songeur, mais surement pas rêveur.
      Je n’adhère pas en tout cas, ca ne me parait pas un exemple à suivre.

       
    • #1807701
      Le 25 septembre à 13:45 par Biffin
      Le modèle économique et social allemand : une tragédie

      @machin
      geniale tout vos chiffres,j’ai l’impression d’être devant BFM.
      et sinon le peuple y gagne quoi avec tout cet excédent commerciale ?? Que dalle comme d’habitude,si il va quand même bosser jusqu’à 67 ans lol
      mais bon tout va bien ,la croissance est la ,peu être qu’en 3000 les allemands auront droit à une retraite à 60 ans. Ou pas...

       
    • #1807753
      Le 25 septembre à 15:23 par reymans
      Le modèle économique et social allemand : une tragédie

      Désolé, mon commentaire était destiné à répondre à The Médiavengers plus bas...

       
  • #1807586
    Le 25 septembre à 10:19 par The Médiavengers
    Le modèle économique et social allemand : une tragédie

    Excusez-moi mais en lisant l’article, je ne vois pas de tragédie. Evitons de comparer les carottes et les navets. Visiblement, l’Allemagne a su éviter nombre de tares et dérives françaises, ce qui peut expliquer une certaine "apathie" des allemands. Si malaise Allemand il y a, il me semble assez éloigné du malaise français, même si ses origines sont identiques.

     

    Répondre à ce message

  • #1807602
    Le 25 septembre à 10:49 par dixi
    Le modèle économique et social allemand : une tragédie

    Ces gens la sont des assassins, des criminels .Le pire c’est qu’il y en est qui cautionnent . rien à rajouter..

     

    Répondre à ce message

  • #1807690
    Le 25 septembre à 13:23 par Jules
    Le modèle économique et social allemand : une tragédie

    Dans l entreprise que je dirigeais en Allemagne il y avait 2 Hartz4 sur 450 personnes. En France elles auraient été a la rue car inaptes a tout. Les salaires des travailleuses allemandes en 3x8 non qualifiées étaient de 2600 euro brut, et elles venaient travailler en Mercedes en Basse Saxe. Cet article est très partial. Pourquoi ne parle t il pas du syndicat unique en Allemagne avec 80% de membres ? C est ça qui manque a la France !

     

    Répondre à ce message

    • #1808186
      Le 26 septembre à 10:55 par Domino
      Le modèle économique et social allemand : une tragédie

      Merci pour ce témoignage. Une chose est encore pire que d’être travailleur pauvre, c’est de ne pas avoir de travail du tout. Quand un pays a des excédents comme l’Allemagne, il peut se permettre de compléter des revenus trop bas par des allocations. D’autre part, le logement est beaucoup moins cher qu’en France car l’Etat n’y a pas imposé des piles de lois stupides.
      En France, on a la précarité ET le chômage...

       
  • #1807691
    Le 25 septembre à 13:26 par Richy
    Le modèle économique et social allemand : une tragédie

    lisez l’intégralité de l’article , très intéréssant

     

    Répondre à ce message

  • #1807698
    Le 25 septembre à 13:40 par Biffin
    Le modèle économique et social allemand : une tragédie

    Quand on a perdu 2 guerres mondiales et surtout après la 2 éme ,on baisse la tête et on travail pour trois fois rien,comme des esclaves. Si le taux de natalité en Allemagne est si bas c’est bien que les gens sont trop épuisé pour avoir envie de s’occuper des enfants,et qu’ils ne gagnent pas assez bien leur vie,femmes compris,mais avant d’avoir ce genre de constat aux infos ou de la bouche des politiques ,il va s’en passer du temps..super modèle.

     

    Répondre à ce message

  • #1807765
    Le 25 septembre à 15:59 par Caro
    Le modèle économique et social allemand : une tragédie

    Entendu aux infos hier que le salaire moyen en Allemagne serait de 3600 euros et des brouettes. Après quelques recherches rapides sur le net je retrouve cette même info ; en France en comparaison il serait de 2130 euros nets/mois. Je veux bien croire qu’en Allemagne ça ne roule pas fort, mais quand même... Qu’est-ce qui m’échappe ? Qu’est-ce qu’ils font - vraiment - mieux que nous, pour qu’on ai une telle différence à la fin... ?

     

    Répondre à ce message

  • #1807848
    Le 25 septembre à 18:22 par agga
    Le modèle économique et social allemand : une tragédie

    Article fantastique, grande qualité. C’est vraiment rarissime. Merci ER de l’avoir proposé.

     

    Répondre à ce message

  • #1807871
    Le 25 septembre à 19:07 par Albert
    Le modèle économique et social allemand : une tragédie

    A priori je me méfie de tous ces chiffres, nécéssairement fournis par les Lânder eux-mêmes.

     

    Répondre à ce message