Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Haine contre haine : Alain Finkielkraut rejeté par les antifas de Sciences Po

Au-delà du drame personnel du faux philosophe qui professe depuis peu la haine des musulmans – assimilés au terrorisme – après avoir longtemps professé la haine des Français – assimilés au racisme – il y a quelque chose d’ironique à voir des étudiants antifas se dresser contre leur propre père spirituel.

« Je leur ai dit : “Les fascistes, c’est vous ; les années 1930, c’est vous ; les autodafés de livres, c’est vous” » (Finkielkraut aux antifas)

Car c’est bien le gaucho-sionisme de Finky dans les années 80 qui a formé idéologiquement toute la génération post-SOS Racisme. Ce qui arrive à l’académicien c’est exactement ce qui arrive aux profs gauchistes dans leurs bahuts quand ils se font secouer le prunier par les enfants de leur idéologie : un retour de bâton, un feed-back cybernétique tout ce qu’il y a de plus logique.

Finkielkraut a changé, il est passé du socialo-sionisme au national-sionisme. Mais ses victimes, celles de l’idéologie antiraciste, n’ont pas encore compris l’arnaque, elles en sont restées aux méchants Blancs racistes et aux gentilles victimes racisées. La réalité est un peu moins simple mais quand on est simple d’esprit, tout est simple. S’attaquer à la complexité demande du recul, du doute, de la culture et de la modestie.

Eugénie Bastié s’indigne dans Le Figaro du 24 avril 2019 de la nouvelle agression anti-Finky :

« Faut-il s’habituer à de telles scènes ? Après avoir été chassé de Nuit debout, puis agressé en marge d’une manifestation des Gilets jaunes, c’est désormais en plein Saint-Germain-des-Prés, dans l’une des écoles les plus prestigieuses de France, que le philosophe Alain Finkielkraut a été pris à partie. Une poignée d’étudiants “antifas” du groupuscule Sciences Po en lutte – Institut Clément Méric (sic) – ont voulu empêcher la tenue d’une conférence organisée à l’IEP de Paris par une association d’étudiants souverainistes de l’école, Critique de la souveraineté européenne, qui avait convié l’auteur de L’Identité malheureuse. »

Alain Goebbels Finkielkraut

Eh bien oui on s’habitue à de telles scènes, car elles sont générées par Finkielkraut lui-même et ses écrits ou interventions médiatiques permanentes. Le sioniste déguisé en philosophe nous fait la promo en 40 ans de la haine des chrétiens et soudain, de la haine des musulmans, donc il est normal que certains réagissent avec incompréhension et même violence. Car Finkielkraut, ne nous leurrons pas, est violent en paroles. Il jette de l’huile sur le feu intercommunautaire, déteste la France et les Français – il l’a dit, même si c’était avant – quelles que soient les couleurs de ses habitants.

« L’islamo-gauchisme n’est pas comme on le prétend un concept polémique, c’est un concept descriptif »

Cela permet à Finky de s’étonner de la réaction de violence contre sa propre violence :

 

Ayant aujourd’hui besoin du soutien des chrétiens, les sionistes tentent de les retourner contre les musulmans, ceux-là mêmes qui étaient décrétés intouchables il y a 35 ans. Mais n’ayons pas peur des mots : après avoir roulé les blancos dans la farine, les sionards les repêchent comme dans un tournoi et les envoient ferrailler contre les bicots, qui ne respectent pas le game en se foutant de la Shoah : eh ouais, à eux on ne peut pas faire le chantage Vichy, ils s’en tapent les merguez. Tout ceci est dit assez trivialement, mais la dynamique relationnelle y est.

Les victimes du racisme français seraient devenues racistes à leur tour, mais d’un racisme interdit puisqu’il viserait les juifs. Les apprentis-sorciers, aussi malins soient-ils, se prennent parfois des explosions intempestives dans la poire. C’est ce qui arrive actuellement à Finky, qui s’emmêle les pinceaux dans le tapis de ses haines successives : le haï d’hier est désormais un allié, et l’allié d’hier contre le haï d’hier est désormais un ennemi. La poule sioniste n’y retrouve plus ses œufs, et se prend dans le bec les deux haïs... qui sont devenus alliés de fait ! Car l’ennemi de mon ennemi est mon ami, dit-on.

Mais Eugénie Bastié, elle, sait où est l’ennemi :

« Ces fondamentalistes d’extrême gauche avaient appelé sur Facebook au “rassemblement contre la venue” d’un homme “dont les propos ouvertement racistes et sexistes sont aussi dangereux qu’intolérables”. “Il ne peut pas exister de dialogue lorsque des individus aussi profondément réactionnaire qu’Alain Finkielkraut, par leur propos et leurs idées, mettent nos vies et nos existences en danger”, soutenaient ces activistes. Heureusement, la conférence eut bien lieu grâce à la détermination des organisateurs, et le soutien de l’administration de Sciences Po, qui, il faut le souligner, fut à la hauteur des enjeux de la liberté d’expression. Avec dignité, Finkielkraut exprima son désarroi : “Je suis fatigué, bouleversé, de ne pas pouvoir mettre le nez dehors sans que des gens veuillent me faire la peau”. »

Pascal Bruckner, qui ne représente rien, a son rond de serviette au Figaro. Il passe peut-être là-bas pour un penseur essentiel. Pas chez nous, et pas parce qu’il est juif : c’est juste une voix sioniste de plus dans le concert des médias qui parlent d’une seule voix, la voix sioniste, avec évidemment quelques nuances : sionisme soft ici, sionisme hard là, sionisme gauchisé ici, sionisme natio là.

Donc Bruckner a volé au secours de son coreligionnaire et de la liberté d’expression, ce qui fait d’une pierre deux coups. La défense de Finky par Bastié sur la liberté d’expression d’un mec qui passe partout et qu’on entend partout est à la limite de l’escroquerie : la liberté d’expression existera en France quand Soral sera invité au JT de France 2 pour donner son avis sur Israël et quand Dieudonné pourra jouer à l’Olympia et au Stade de France avec grosse promo mainstream, pas avant. La deuxième couche brucknérienne valide sans le vouloir notre analyse : personne pour s’en prendre idéologiquement à Finky dans les médias, tout est verrouillé. Et c’est pour ça que ça pète !
Pourquoi croyez-vous que l’Acte XXIV à Paris a lancé une charge contre les médias ?

 

 

Finky, dont la parole venimeuse passe partout, voudrait que toutes les portes lui soient ouvertes, même celles de ses ennemis idéologiques. C’est la définition sioniste de la liberté d’expression. Bientôt la loi va nous obliger à passer ses élucubrations racistes sur E&R si ça continue !

En face, évidemment, quand on n’est pas d’accord avec le finkielkrautisme, – on écrira sionisme, c’est plus court –, on n’a pas le droit de le dire, sous peine d’emmerdements sans fin. Mais qu’il est cocasse de voir les antifas, qui ne sont pas notre tasse de thé, importuner un prêcheur de haine. Les antifas ne font qu’appliquer le logiciel avec lequel on leur a souillé l’esprit... Ils sont innocents !

 

« Ce pays mérite notre haine » (Finkielkraut, 2005)

On ne touche pas à un cheveu de Finky, qui peut dégueuler sa haine sur la France et les Français comme il l’entend. Tous ceux qui s’opposent à ce torrent d’invectives seraient des ennemis de la liberté d’expression, compris ? Le plus marrant, car on n’arrête pas le progrès dans l’humour involontaire de cette dominance gorgée de contradictions, c’est que la conférence a pu être tenue sous la protection de la police ! C’est comme pour Macron, il ne leur reste plus que ça pour tenir.

 

 

En d’autres temps, ce sont les policiers qui sont venus déloger Alain Soral qui avait été invité à faire une conférence à Sciences Po. On a donc eu droit, dans les colonnes du Figaro, réduit à dérouler le tapis rouge aux agents sionistes du moment, à une leçon de liberté d’expression mais surtout de répression de la part du juge Bruckner :

« Qu’est-ce que cela dit de notre époque ? Que nous vivons une inversion complète des valeurs. Que le fascisme nouveau se drape dans les atours de l’antifascisme, que la nouvelle peste brune se déguise en ennemi de la peste brune et celle-là irréfutable puisqu’elle comprend déjà sa propre critique. Les black blocs, anticapitalistes et antisystème, n’ont-ils pas adopté la chemise noire, l’uniforme mussolinien ? J’avais moi-même été, en août 2018, lors d’un colloque sur l’islamophobie, en Bretagne, la cible de ces groupes camouflés sous le logo de l’anarchie qui avaient tagué les murs de l’école où je devais intervenir. »

Les penseurs de l’antiracisme se retrouvent Gros-Jean comme devant :

« De la même façon, comme l’a bien noté Pierre-André Taguieff, lors de la conférence de Durban en 2000, l’antiracisme est devenu la courroie de transmission d’un nouveau racisme, inattaquable celui-là puisque paré du bouclier de la vertu. Un renouvellement du racisme d’hier reconverti dans son contraire apparent : une aubaine. N’a-t-on pas vu apparaître, en 2015, un nouveau venu dans la lutte politique, “l’antifasciste antisémite”, comme l’étaient les profanateurs d’un cimetière juif de Sarre-Union qui promettaient de combattre le nazisme…
Jusqu’au dernier juif. Voilà qu’il est permis et même recommandé d’être antisémite pour mieux tuer la bête immonde. Il y a quelque chose de pourri dans le monde de l’antiracisme qui voit l’alliance de la bêtise et du fanatisme prendre des proportions considérables. »

La fin de la défense de Finky est un sommet d’hypocrisie rhétorique :

« Alain Finkielkraut n’est pas seulement un ami cher, il est un intellectuel majeur de notre époque. Que l’on soit d’accord ou non avec lui, sa parole est essentielle dans le débat. C’est la divergence qui est fondatrice de la vie de l’esprit et non le consensus béat. Derrière cette agression, c’est la liberté d’expression qui est en jeu ; demain n’importe quel intellectuel, en butte au politiquement correct, pourra être interdit d’accès aux universités, comme c’est déjà le cas sur de nombreux campus américains. »

C’est déjà le cas en France, cher ami, on en sait quelque chose. Mais c’est quand ça tombe sur « un ami cher et un intellectuel majeur » que ça devient emmerdant... La liberté d’expression, elle n’existe que pour le camp des « saints », des intouchables.
Le dessert de ce nouvelle finkielkrautade nous est servi par la charmante servante Eugénie, décidément très en verve (si avec ça elle a pas du galon) :

« Chaque année d’ailleurs, l’association conservatrice William F. Buckley Jr, à Yale, honore une figure publique qui a été “désinvitée” d’un campus. Hasard du calendrier, l’association recevait justement il y a deux jours son lauréat de l’année, qui n’était autre que l’ancien secrétaire d’État américain Henry Kissinger. À 95 ans, le diplomate a été réduit au silence par des étudiants de la New York University (NYU) qui l’ont traité de “nazi” et de criminel de guerre, lui qui a pourtant fui l’Allemagne hitlérienne pour échapper aux persécutions et a pourchassé des officiers de la Gestapo à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les étudiants lui reprochaient d’être le symbole de la “domination blanche”, par son implication, notamment, dans la guerre du Vietnam. »

Bof, être juif n’empêche pas d’être fasciste et raciste, donc « nazi » selon l’acception générale du terme, Eugénie. Réfléchis un peu, regarde Netanyahou, Liberman, Sharon !

Sinon, ces gauchistes des campus américains, aucun respect pour l’homme qui a le sang de millions d’Asiatiques sur les mains, du Viêt Nam au Timor Oriental ! Liberté d’expression pour le massacreur Kissinger ! Non au nazisme anti-nazi ! Vive Finky et Henry !

 

Bonus historique

En 1977, quand Finky commence à écrire (contre le communisme et le nationalisme français), il oublie les massacres indonésiens soutenus par les Américains au Timor... Nous lui rappelons ces pages sanglantes.

Le rejet unanime d’Alain Finkielkraut, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

30 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • vivement qu’ils s’annihilent entre eux et nous foutent la paix !


  • "Ayant aujourd’hui besoin du soutien des chrétiens, les sionistes tentent de les retourner contre les musulmans".

    Après qu’ils aient brûlé Notre Dame, comme soutien de ma part, ils auront un bras d’honneur et des crachats, rien d’autre......
    J’ajoute que si brûler des "torchons puants" en 1242 a amené à l’incendie de la cathédrale, alors le jeu en valait la chandelle. Détestons les plus qu’ils nous haïssent. En ce qui me concerne, c’est déjà fait !!! Je veux bien être charitable avec les pauvres, pas avec les criminels.


  • Y’à guère besoin de remonter au Timor de l’est.
    Récemment, pleins feux sur la Syrie alors que ce qui se passe en Égypte est passé sous silence (la junte de colonel Al-Sissi s’amuse bien), le bordel sanglant en Libye n’existe que par spasmes tous les trimestres, la boucherie en Syrie c’était la faute à Al-Assad, encore et toujours, le massacre du Bahrain au début des "printemps arabes" commis par les Saoudiens a été un maintient de l’ordre efficace, et les tueries au Yémen, guerre de proxy entre l’Iran et les Saoudiens, ne sont que des évènement abscons.
    La liste est longue, mais cet extrait parle de lui-même : le projecteurs des média est contrôlé par les gouvernements ou leurs amis oligarches et n’éclaire et ne donne vie qu’à l’actualité qui leur sied.
    Des cours de média devraient être donnés en classe, très tôt. On peut rêver, non ?


  • Depuis le temps que l’ami Finky joue le boute feu, certes avec un certain talent, métier oblige, est-ce qu’il ne commencerait pas à être un peu grillé ?

    Car son erreur, et peut-être celle des ses thuriféraires, c’est sans doute de croire qu’en face, il n’y a que des beaufs bas du front, manipulables à loisir.


  • Les antifas de "chie en ce pot", blackblocks à leurs moments perdus, sont nos "élites" de demain !


  • "il y a quelque chose d’ironique (et de jouissif) à voir des étudiants antifas se dresser contre leur propre père spirituel."


  • Toute personne attaquée par les milices du système libéral-libertaire est pour moi une personne honnête.
    Oui je n’adhère pas au sionisme, mais pour le reste je suis d’accord avec Mr Finkielkraut, notamment sur les questions de l’islamisation de la société et la montée du racisme anti-blanc.

     

    • Il te reste à hiérarchiser les effets et les causes.


    • Et donc ce monsieur serait attaqué par les « milices du système libéral-libertaire », ce même système qui passe plus sûrement la majeure partie de son temps à lui donner de l’audience. Quant à la dénonciation de « l’islamisation », je rappelle aux personnes sujettes aux pertes sérieuses de mémoire, que cette personne, et d’autres à sa suite (dont beaucoup de sa communauté d’ailleurs), fit partie de l’organigramme de l’association immigrationniste SOS racisme (lol). J’en passe et des meilleures. Donc sur une échelle de 0 à 100, on peut dire 0 de crédibilité et 100 de responsabilité coupable. Sans même parler de ses déclarations « d’amour » à la France. Crachats qui ne l’ont pas empêché de finir à l’académie française toute honte bue.


    • @Titus.

      Ah oui ? Et honnêtement, vous pensez que nommer celui qui tire les ficelles aura une influence sur le résultat ? Comme le dit le rav Touitou : "L’islam est le balai d’israel". Personne n’oblige les musulmans à balayer, sauf à penser qu’ils y trouvent leur intêret qui, bien entendu, n’est pas le nôtre.......


    • #2187814

      Un peu court comme raisonnement....


    • Donc tu es aussi d’accord avec Zemmour, j’en déduis. Mais à quoi ça sert que E@R se décarcasse à t’expliquer !


    • @Vivachavez



      Et honnêtement, vous pensez que nommer celui qui tire les ficelles aura une influence sur le résultat ?




      Savoir hiérarchiser les effets et les causes est une compétence qui sert dans de multiples domaines. En matière politique, cela peut éviter de voir plus loin que le bout de son nez et de se faire berner par des faux-amis et vrais escrocs.


    • @ juju laprostate
      votre pseudo lol.
      J’aime bien Zemmour aussi, même si je ne le suis pas sur sa ligne nationale-sioniste. Cependant il est rare de trouver une personne avec laquelle on soit d’accord à 100%.
      Je suis par exemple en désaccord avec E&R sur sa bienveillance envers la religion musulmane, que je juge incompatible avec les valeurs du patriotisme français.
      Cependant vu que j’approuve E&R sur la plupart des autres sujets, je tolère en soupirant le rapprochement avec le Cheikh Imran Hossein et prie pour qu’un jour Majid Oukacha prenne sa place parmi les guides intellectuels de ce site.


    • @VIVACHAVEZ Il a pas dit le contraire, seulement pointer la responsabilité des marionnettes sans s’en prendre aux marionnettistes est stérile.


    • Ton Majid Oukacha, outre qu’il ne veut jamais débattre avec un musulman et un grand admirateur et soutien d’Israël !


    • @ juju laprostate :)
      Je dirais plutôt que ce sont les musulmans qui ne veulent pas débattre avec lui.
      Mr Oukacha apprécie Israël pour avoir octroyé une relative liberté de conscience à ses citoyens. Les femmes notamment y bénéficient de par la loi de droits équivalents à ceux des hommes.
      Les pays arabes aux alentours ont des progrès à faire dans ces domaines, notamment l’Egypte qui peine encore à faire interdire l’excision.
      Pour le reste, il parle très peu d’Israël.


  • Génial ! Quand on verra un antifa on pourra lui gueuler : "antisémite !".


  • Il récolte sur ce qu’il sème. Il est répugnant.


  • Excellent article.
    J’adore les passages "triviaux". :)


  • 22.20 " de nos morts... il y a un nous qui se révélait à travers l’incendie de notre dame"
    Et oui finki nous, la nation Française.
    Il y a 47 ans déjà, sous le règne du Président Georges Pompidou, dans un entretien accordé à la revue "Entreprise" (ancêtre de la revue l’"Expansion") et publié en page 62 à 65 du n°775 de cette revue en date du 18 juillet 1970, Edmond de Rothschild, aujourd’hui décédé, quatre ans avant qu’il ne fonde la section européenne de l’aujourd’hui célèbre "Commission Trilatérale", créée aux Etats-unis par David Rockefeller et Zbignew Brzezinsky, et quatre mois avant le décès brutal et inopiné (rupture d’anévrisme) du Général de Gaulle à Colombey, déclarait déjà (en haut de la seconde colonne de la page 64 de cet entretien :

    " Le verrou qui doit sauter à présent, c’est la nation ! " et par là notre conception de la République.... Un authentique visionnaire !

    30.51 " l’invention de la croisée d’OVIGE"
    Moyen pour un académicien.



  • dans l’une des écoles les plus prestigieuses de France




    science po , école prestigieuse ? ha ha ha, dans ma jeunesse, science po c’était pour les super branleurs, les fils à papa incapables de faire une prépa, ou même un cursus en fac : Science po c’était l’école ou on t’apprenait a avoir un avis sur tout, en donnant l’illusion d’être compétent. une véritable couveuse à politiciens.(d’ailleurs il me semble qu’on pouvait y rentrer sans le deuxième bac)


  • Les cons se neutralisent entre eux ... c’est bon ça :-) !


  • Si c’est un intellectuel majeur, qu’a t’il apporté au débat concrètement ?
    Quelles notions, quels concepts ?

    A quel moment ses idées ont-elles fait sens ?
    C’est malheureux pour lui, d’autant plus qu il a été fait académicien, mais voilà.
    Il n’aura su qu’accompagner mollement la ligne politique et idéologique dominante.


  • hum...c’est plutôt bon ça pour le procès en appel d’esteban morillo...on va peut être avoir droit à quelques révélations croustillantes sur l’affaire Meric...


  • Chomsky est le digne successeur de Descartes et de la raison. C’est un universaliste, non un communautariste ... à l’instar des "intellectuels" Juifs français.Dans l’échelle de Dieudonné, il est moins proche du soleil qu’Attali, BHL ou Finkie. Ce qui fait tout honneur à son humanisme.


  • "Ce pays qui mérite notre haine" Finkielkraut en parlant de la France, ce pays qu’il "aime" tant aujourd’hui ...


  • Et c’est là que les Athéniens s’atteignirent !


  • Je le surnomme affectueusement, le... "conteur Finky" Il parle merveilleusement, ce qui ne démontre en rien, qu’il ne trompe pas son auditoire. Mais,qu’est-ce qu’il jacte !


  • Ces individus qui ne se fatiguent jamais,leurs vies durant,à embêter les citoyens par leurs harengs sur la"haine","liberté","patati-patata phobe","anti-X,anti-Y",etc,etc,..
    doivent,un jour,trouver des panneaux qui leurs intiment l’ordre : STOP,ASSEZ,...
    Le jour où le peuple reprendra pleinement son destin en main,et c’est inéluctable,il déciderait de ceux qui auraient le droit,et l’honneur de s’adresser aux citoyens pour éclairer,déblayer,baliser les sentiers de l’avenir de la nation. Et encore,les textes, expressions de la volonté populaire,seraient à même de lister quelles compétences,quels profils,quels contenus,quels thèmes,quelles durées imparties aux discours,quels excellents citoyens seraient inscrits sur les listes de ceux qui auraient l’insigne privilège de s’adresser au pays. Soyons attentifs : des clignotants de l’Histoire émettent déjà des signaux annonçant,malgré l’épaisseur des ténèbres de la tyrannie,la fin de l’époque,la très longue et absurde époque,de l’infamie,de l’insolence et de l’imposture...
    Les univers du Mal se fracasseront les uns après les autres,les voies fermes et sûres du Bien s’ouvriront larges et lumineuses devant nous,ainsi le veulent les immuables Lois de la Providence.


Commentaires suivants