Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Huit cadres sur dix envisagent de quitter la région parisienne avant 2021

Si la ville de Paris a des atouts aux yeux de ces cadres, comme la vie culturelle, l’accessibilité rapide à tous les services et l’intérêt de leur travail, cela ne suffit pas à leur bien-être : ils sont 55 % à se déclarer non satisfaits de leur vie actuelle.

 

Le coût de la vie, trop chère pour 77 % d’entre eux, constitue leur première récrimination. Le temps de transport en fait également partie : en moyenne, c’est plus d’une heure et demie quotidienne pour près de la moitié d’entre eux (49 %), qu’ils sont 56 % à trouver excessif.

Viennent ensuite dans leurs reproches, le manque de proximité avec la nature (54 %), l’environnement dégradé (48 %) et les problèmes de logement (48 %). Parmi les plus mécontents figurent les cadres qui vivent et travaillent en banlieue : ils représentent 57 % des insatisfaits alors qu’ils constituent seulement 33 % de l’échantillon de total de personnes interrogées. Les cadres franciliens s’accordent par ailleurs pour dire qu’ils trouvent les Parisiens stressés (94 %), désagréables (61 %) et hautains (60 %).

Lire l’intégralité de l’article sur 20minutes.fr

Voir aussi, sur E&R :

Libéralisme et mort de la France, lire chez Kontre Kulture :

 






Alerter

72 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Qu’ils restent là où ils sont.
    Il y en a plein mon village en résidence secondaire, et je ne les supporte plus, heureusement que la fin des vacances est là, on va enfin pouvoir respirer.

     

    Répondre à ce message

  • #2032277

    Personne ne veux vivre à Paris, c’est quand même une évidence... La ville est sale, les gens y sont stupides, l’insécurité et les impôts y sont en hausse, les pratiques dégénérés se propagent et l’on se croit de plus en plus à Bamako... Il est donc logique que la classe moyenne cherche à fuir ce cloaque cosmopolite.

     

    Répondre à ce message

  • #2032286
    Le 29 août à 06:55 par parigot-tête-de-veau
    Huit cadres sur dix envisagent de quitter la région parisienne avant (...)

    Huit cadres sur dix envisagent de quitter la région parisienne avant 2021
    Ne me dites pas qu’ils vont venir en province putain !

     

    Répondre à ce message

    • Ouais, au lieu de voter en conséquence pour ne plus avoir à subir, ils préfèrent comme des lâches s’enfuir en province - où ils épandront leurs manières détestables : irrespect, indifférence et "boboïte".

       
    • #2033110
      Le 30 août à 09:38 par Pompier Migrant et cent Papiers
      Huit cadres sur dix envisagent de quitter la région parisienne avant (...)

      La dictature du Bobotariat bientôt dans nos campagnes !

       
    • #2035613

      @vélo @Pompier Migrant et cent Papiers
      Ce sont ces fameux bobos qui ont un gazon vert de 3 cm de haut dans leur jardin, régulier partout, sans une mauvaise herbe, une piscine chlorée , une voiture électrique au lithium dont l’extraction en Amérique du sud, comme dans le désert d’Atacama au Chili est un désastre écologique et des smartphones Apple, qui viennent envahir nos provinces de plouc que nous sommes ??
      Oufff j’ai eu peur , tout va bien alors ,nos maires vont les recevoir comme des princes, alors qu’ils nous emmerdent de longue pour une haie, un fossé et un nid de pigeon
      Bienvenue les bobos , on vous attend et emmenez aussi vos potes migrants LGBT , on sait jamais les nuits d’hivers sont froides ................................. à la campagne

       
  • Il y a de beaux coins en région parisienne, préservés. Mais le problème reste les transports. Aucune solution. La voiture individuelle est bloquée dans les bouchons soir et matin. Le train, c’est plus rapide mais pas français : on y souffre du sans-gêne des importés et de l’impossibilité de les remettre à leur place de simples voyageurs, sans risquer l’injure ou la blessure.
    Les gens qui bossent encore jeunes finissent par souhaiter leur espace pollué, minuscule, en ville. Ils compensent dans les bars, et en s’échappant le ouikène.
    En fait on ne vit en France qu’à mi-temps, le reste du temps, c’est zone occupée. Ces Parisens-là ne sont pas si antipathiques que vous le dites, ils sont plutôt sociables et a priori bien disposés. Ils partagent le malheur de la dépossession, et le savent quelque part, même boboïsés.

     

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    A la lecture de plusieurs commentaires, je suis un peu offensé de voir l’agressivité envers les parisiens ou les habitants d’Île de France.

    Je suis Breton de naissance, et j’ai vécu en province mon enfance (dans l’ouest).
    Le travail que je pratique n’étant presque que disponible qu’en région parisienne, j’y habite et je déteste cela.

    Le travail de ma compagne n’existe lui uniquement à la Défense.

    Ce qui m’offense est de toujours constater une opposition "provinciaux versus citadins de métropoles". Je trouve cela injuste d’être rabaissé à son lieu d’habitation, qu’on ne choisit pas forcément, et qu’il n’est pas toujours possible de quitter, matériellement ou familialement parlant.

    Les "habitants d’Île de France" ne sont pas la cause ou le problème de la situation politique. Le problème, c’est l’inaction de chacun, le fait de se laisser faire à chaque loi liberticide.
    Que certains citadins soient cosmopolites et sans attaches ni valeurs, c’est une chose, mais généraliser la situation n’est pas très intelligent.

    C’est un peu comme dire "les bobos à vélo". J’ai les permis voiture et moto, mais je vais au travail en vélo, pour éviter de côtoyer la crasse, les transports en communs, les bouchons. Cela fait-il de moi un bobo ? J’ai mon potager, je m’entraîne depuis de années à comprendre les interactions entre les plantes, les insectes, en vue de retourner en province et de produire une bonne partie de ma nourriture. Cela fait-il de moi un "bobo" ? Pourtant, je suis pro-défense, j’aime faire les choses par moi-même, et je suis plutôt dominant... Pas vraiment des traits de "bobos".

    Et mon but, en repartant en province, n’est clairement pas de continuer un boulot dans le salariat (ou j’y suis actuellement très bien payé), mais d’essayer d’obtenir ce qu’il manque dans la vie de la majorité des salariés : de l’espace, du temps.

    Bref, pour moi, la réconciliation passe également par le fait que certaines personnes (certainement beaucoup) ne sont si simplistes que des "bobos parisiens cosmopolites votant macron". Ranger les personnes dans des cases sur des critères arbitraires, c’est trop simpliste et relève de raisonnements simplistes.

     

    Répondre à ce message

    • bonjour,

      merci pour votre commentaire mais bon nombre de commentaires de "provinciaux" ici montrent qu’ils n’ont jamais vécu en île de france...

      des "parigots" pure souche ça n’existe plus, la proportion de gens venant de province est largement majoritaire.

      ça tant qu’on n’y a pas vécu on ne peut pas le savoir...

      les commentaires haineux que l’on voit ici, à l’instar d’un om-psg, prouve que la réconciliation sera impossible dans ce pays, la proportion de décérébrés a hélas atteint un point de non retour

       
    • Je vous comprends tout à fait. Les raisonnements simplistes ne mènent à rien.

       
    • Ce n’est pas le "parisien" en lui même, c’est l’état d’esprit qu’il apporte avec lui. Comme ils viennent chercher le calme il faudrait que tout s’arrête quand ils sont là (le chant du coq, les tracteurs et même les enfants qui jouent dans la rue).

      Comme le dit Trident : qui est actuellement "très bien payé", le "parisien" a un pouvoir d’achat bien supérieur au "provincial". Moi qui vit dans un beau village médiéval et qui est proche d’une gare TGV (1h00 de Paris) je peux vous garantir que ces gens font monter les prix de l’immobilier et ça c’est un vrai problème pour les locaux qui finiront par vivre dans des cités autour des petites villes.

      Je vais régulièrement à Paris pour mon boulot et je peux vous garantir que les parisiens ne sont pas du tout sympa avec les provinciaux, que ce soit dans les transports ou en voiture, alors si on peut leur rendre la monnaie de leur pièce quand ils sont chez nous on va pas se gêner ;-)

      En résumé c’est comme pour les "immigrés", si tu t’intègres y a pas de raison que ça se passe mal.

       
    • Ce n’est pas une question de "Parigots" et de "provinciaux"...c’est une question de classe. On en a plein le cul de ces bobos, qu’ils soient de Paris, Lyon...On habite à la campagne dans l’espoir égoïste d’échapper en partie à cette société de merde, mais voilà que les bobos après avoir voté pour des Bertrand Delanoë, Anne Hidalgo...qui ont saccagé Paris viennent maintenant nous faire chier à la campagne ! Ils nous méprisent autant que nous les méprisons, ils ont un mode de vie différent, quand ils sont tes voisins ils t’emmerdent parce que ton coq les réveillent trop tôt le matin...par contre cela ne les dérange pas de saccager les chemins forestiers, de faire fuir les animaux sauvages... en s’amusant avec leur quad...ni de faire chier le monde en faisant la nouba jusqu’à 4 heures du matin parce que c’est le vacances et les campagnards on les emmerde...

       
  • Mouais... Quand ils verront le prix de l’eau dans certaines régions (le Doubs par exemple)... Et l’accueil exécrable qui est réservé aux parisiens (à peu près partout en France...)... Mais enfin et surtout, on croirait que ces gens oublient que Macron est président de tout le pays, ce qui, pour ma part, m’inciterait plutôt à me mettre au vert loin, très très loin. Hélas je suis française de souche, mariée à un français de souche, ça n’aide pas (pas de double nationalité et tout le tralala)

     

    Répondre à ce message

  • #2032727

    Pour résumer : Ils s’installent à paris et adoptent un mode de pensé mimétique et stockolmien totalement irrationnel qui les conduit à voter pour les salopards qui vont créer le chaos et c’est seulement quand ils seront arrivés à saturation du fruit de leur bétise qu’ils quitteront paris pour répéter l’opération dans une autre ville ou il fait bon vivre ... et ainsi pourrir ce qu’il reste de viable ! ça sent vraiment la fin de civilisation ...

     

    Répondre à ce message

  • C’est ça, barrez vous les cadres de mon cul sur la commode, et restez y a Bordeaux !
    Allez à Marseille ou à Toulouse sinon !
    Du vent ! Bon débarras ! Ne revenez jamais et surtout n’oubliez pas d’ouvrir un compte fessebouc pour envoyer à Papy et Mamie des photos de vos rejetons à cheval ( ou à poney si c’est moins cher !)

     

    Répondre à ce message

    • #2033213

      @Fabien
      Ça va lui en faire de la peine à mamie Jacqueline , du haut de ses 74 printemps, faudrait pas qu’elle se suicide d’ailleurs
      Il y a encore un ou deux trentenaires qui se la taperaient bien
      Oh les cadres vous allez pas laisser mamie toute seule

       
  • Un article complètement débile :



    Le coût de la vie, trop chère pour 77 % d’entre eux, constitue leur première récrimination.



    C’est partout pareil ! Le cout de la vie et l’immobilier sont proportionnels à l’offre d’emploi.
    Si c’est pas cher, y’a pas de boulot, ni de services...



    Le temps de transport en fait également partie : en moyenne, c’est plus d’une heure et demie quotidienne pour près de la moitié d’entre eux (49 %), qu’ils sont 56 % à trouver excessif.



    A Paris, vous pouvez habitez à 50 kms (voir plus) de l’hypercentre intra-muros, vous aurez toujours in R.E.R ou un train de banlieue, à partir de 22h30 vous avez taxi, VTC (et autobus pour la proche et moyenne banlieue)
    Essayez de prendre un train à 50 km de Grenoble ou Toulouse le matin !
    Comparez au nombre de gens qui prennent le train de Normandie pour venir sur la capitale ...
    Dans les grandes villes de provinces, il y a aussi beaucoup d’embouteillages et les gens sont obligés de prendre leur voiture.



    Les cadres franciliens s’accordent par ailleurs pour dire qu’ils trouvent les Parisiens stressés (94 %), désagréables (61 %) et hautains (60 %)



    Paris est bien la ville là moins raciste et la plus accueillante de France.
    Nous acceptons tous le monde ( de gré ou de force !), Lyonnais ou Ch’tis, maghrébins ou asiatiques.
    Je travaille avec des provinciaux (cadres ou pas) qui en ont marre de leur région ou les rumeurs, l’ennui, la paupérisation, la "consanguinité intellectuelle" et le travail inintéressant font des ravages.Et je préfère un antillais ou maghrébin qu’un toulousain ou Berrichon bas du front !
    Les cadres provinciaux ne serait-ils pas stressés chez Airbus industries ?
    Les agriculteurs qui se lèvent à l’aube pour des clopinettes ne sont pas stressés ?
    Enfin,
    un Parisien de souche ne sera accepté nulle part ! Surement parce qu’il est plus ouvert et plus intelligent....(on parle des cadres donc des CSP+ et pas des Rmistes !)
    Combien sont remontés vivre à Paris car le rêve à tourné au fiasco et dise n’avoir jamais été accepté en province.

     

    Répondre à ce message

  • #2033743
    Le 31 août à 08:56 par Je suis un optimiste
    Huit cadres sur dix envisagent de quitter la région parisienne avant (...)

    Vivre dans un bain d’ondes EM 24/24, c’est délétère... il y a un lien entre mal-être ressenti et développement des technologies sans fil.
    Comme la conscience de ce lien n’est pas reconnue, il faut trouver un bouc-émissaire : le voisin ou son chien, l’étranger, ce satané patron exploiteur, son compagnon de vie qui ne correspond plus aux critères hollywoodiens de départ etc...
    La 5G accélérera le processus.
    Le problème : combien voudront se passer de la technologie sans fil ?
    La solution : combien savent que l’on peut s’en préserver avec des moyens très simple ?
    Je suis un optimiste !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents