Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

Prenons la question du logement, comme dirait Engels. Les nouvelles se suivent et se ressemblent. Toutes les grandes villes coûtent entre dix et trente mille du mètre, et l’espace disponible par pipe ne cesse de diminuer. Yahoo.es vante les raisonnables trente mètres carrés zen de New York qui coûtent 800 000 dollars, en ajoutant sans rire que ça suffit comme ça d’exiger plus – de mètres carrés, pas de dollars.

 

Sur Paris (plus de onze mille en moyenne, un trente mètres carrés dans le quartier latin vaut 600 000€), on pouvait lire ceci :

« Les Parisiens doivent se contenter de peu. Un habitant de la capitale dispose en moyenne d’une surface de 31 mètres carrés pour vivre, selon une étude de l’Insee, publiée mardi. »

En comparaison, les personnes vivant en province sont logées dans plus de 42 mètres carrés chacune. Une différence qui s’explique notamment par les prix élevés et la forte densité de studios, qui représentent une habitation sur cinq intra-muros.

Plus généralement, 99 % des Parisiens vivent dans des immeubles, ce qui représente environ 1,2 million de logements. Un appartement moyen dans la capitale fait 59 mètres carrés, une surface divisée en 2,7 pièces, et occupée par deux personnes.

Je connais comme cela la nièce d’un ami qui vient de s’acheter un dix-neuf mètres carrés dans la capitale pour 200 000 euros. Elle passera sa vie à rembourser un pigeonnier. Victime comme toute cette jeunesse de cette bougeotte si utile au système, elle décide d’aller au Canada où l’immobilier a explosé depuis des années. Ce pays compte trois habitants au km2 mais on s’y loge au prix de Monaco.

Le renforcement de la dystopie planétaire se fait dans la mauvaise humeur. À Londres les gens meurent comme des mouches et la ville est plus dangereuse que New York. Le maire Sadiq Kahn (quel nom tout de même) ajoute que le terrorisme fait partie des grandes villes. Dans ce pays de fous, la police ne résout plus les cas de criminalité mais affole le populo en évoquant les empoisonnements commis par les Russes aux quatre coins de la Tour de Londres. C’est du folklore, on l’a compris en France depuis le trop mystérieux attentat bâclé du Bataclan et c’est pourquoi le peuple pas très malin et pas très exigeant a élu le ministre des phynances d’Ubu-Hollande, qu’on lui a présenté trois mois durant comme un homme neuf. Les plus mécontents reliront mon texte sur Étienne de la Boétie. Dans la dystopie la victime est contente et consentante. Relisez The Long Tomorrow du génial Moebius aidé du scénariste d’Alien o’Bannon.

À Amsterdam, devenue hors de prix elle aussi, on ne peut plus sortir la nuit à cause des émeutes et des destructions. On sait ce qu’il en coûte de vivre en Allemagne où l’immobilier raisonnable jadis a doublé sous Merkel – comme en Autriche ou en Hongrie du reste (+16 % par an à Budapest). Cette cherté s’accompagne partout comme à San Francisco d’un effondrement des services. On défèque, on se pique, on plante la tente comme on sait dans cette cité où l’appartement vaut deux millions en moyenne.

Car pourquoi se gêner ? Les gens continuent de tweeter, de s’endetter et de s’embêter. Alors…

La dystopie gagne tous les terrains, éducatif (les garçons transformés en filles en Suède) et tout le monde se la ferme. Je lis dans Wikipédia cette perle :

« À une époque plus contemporaine, ce type de critique a été produit à l’encontre de 1984 de George Orwell. Ainsi la critique Nadia Khouri estime-t-elle qu’Orwell se situe pleinement dans la tradition de la dystopie qui est par nature nihiliste et réactionnaire. »

Et on rajoute dans l’encyclopédie comme il faut :

« À l’instar des autres anti-utopies, 1984 organise toute sa rhétorique pour s’en prendre aux forces historiques montantes qui menacent de détruire les structures et les principes traditionnels. »

Elle me fait bien ricaner celle-là avec ses forces historiques montantes. Qu’elle demande aux employés grévistes d’Amazon ce qu’ils en pensent, aux cent-dix mille parisiens logés à la rue et aux millions d’américains disséminés dans les bidonvilles. Mais elle s’en fout bien sûr : il faut lutter contre les isthmes – et oublier le reste. Le sexe des anges (ou leur absence de sexe) ou de Zabulon importe plus que la vie concrète de milliards de personnes !

La dystopie a un tour bien féministe et gynécocratique. Je l’ai dit et je le répète en suivant mon maître Chesterton :

« L’extension du féminisme signifie qu’il n’y aura pas plus de lois ou de libertés dans un État qu’il n’y en a dans une pépinière. »

Dans la nurserie mondialisée en effet nous disposons de peu de droits, surtout si nous sommes des mâles blancs (je n’envie pas les Chinois non plus, victimes des soins d’un parti communiste devenu sybarite qui saccage et surendette la plus ancienne civilisation du monde). Nous sommes poursuivis et enfermés pour tel crime, y compris et surtout si nous ne l’avons pas commis. Le racisme en Italie ou le sexisme ici (750 euros pour siffler une fille dans la rue, mais qui siffle encore ? Alors qui va nous dénoncer et nous emprisonner si nous ne sifflons pas ?), la critique sociale ensuite, tout sera mal vu comme dans ces romans de dystopie dont on vient de voir qu’ils sont fascistes de toute manière…

L’économie fait souffrir tout le monde ou presque. Mais les gens subissent sans broncher. À Biarritz où je veille ma mère malade, je vois que les gens fauchés par leur loyer, leurs impôts et leur bagnole s’entassent sur les plages, se brûlent sans crème et bronzent idiots comme jamais – douze heures par jour. Le reste plonge le nez toute la journée dans le portable et un copain me fait observer que les jeunes, sa fille y compris, ne parlent plus, ne téléphonent plus. Ils tweetent six cents fois par jour. C’est comme ça. La société est devenue la Grande Muette à son tour, toute aussi lâche et dégénérée que l’autre transformée en mercenariat à la solde du mondialisme.

Comme je l’avais rappelé à la suite de Shaffer Butler le nazisme avait créé un peuple de zombis en augmentant toujours les taxes, et en légiférant sur tout le détail (le bétail) de la vie quotidienne : fumer tue, le tri sélectif, le recyclage, la limitation de vitesse à 80 ; le harcèlement sexuel et le reste. Et comme le dit toujours Tocqueville :

« Après avoir pris ainsi tour à tour dans ses puissantes mains chaque individu, et l’avoir pétri à sa guise, le souverain étend ses bras sur la société tout entière ; il en couvre la surface d’un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient se faire jour pour dépasser la foule ; il ne brise pas les volontés, mais il les amollit, les plie et les dirige ; il force rarement d’agir, mais il s’oppose sans cesse à ce qu’on agisse ; il ne détruit point, il empêche de naître ; il ne tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint, il hébète, et il réduit enfin chaque nation à n’être plus qu’un troupeau d’animaux timides et industrieux, dont le gouvernement est le berger. »

Le nazisme soft que nous vivons en occident mondialisé repose sur des monstruosités économiques. Je vais citer dans cet esprit cyber punk la remarque marrante de l’économiste de gauche Michael Hudson : une exigence pour travailler à la FED est ne pas comprendre comment fonctionne vraiment l’économie. C’est de la science-fiction, ils vivent dans un univers parallèle dans lequel tout le monde paie ses dettes.

Le monde réel est devenu en effet un écran d’ordinateur géant, simulacre qui recouvre le monde nié-pollué.

Voir aussi, sur E&R :

Libéralisme et mort de la France, lire chez Kontre Kulture :

 






Alerter

66 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2023534
    Le 13 août à 08:30 par toto
    Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

    Je me faisais à peu près la même remarque dans mon coin.
    J’habite une commune où se trouve une des plus importantes technopoles européennes sans que la dite commune et l’armée de politiques et de fonctionnaires qui s’en occupent n’ait pensé à faire croître l’offre de logement en proportion des jobs créés et attribués très souvent à des nouveaux venus sur le territoire. Résultat, les loyers sont non seulement délirants et les proprios ne se gênent même plus pour louer des trucs innommables. Les médias aux ordres regardent ailleurs.

     

    Répondre à ce message

  • #2023535
    Le 13 août à 08:31 par calal
    Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

    le probleme de l’immobilier decoule en grande partie du credit cree par les banques privees et les banques centrales. au bout d’un moment,les mecs qui ont tout ce fric "synthetique" c’est a dire cree a partir de rien,qu’on ne peut distinguer du fric cree sur de la "vraie richesse travail",doivent en faire quelque chose.c’est a dire qu’ils savent que leur fric vient du neant et repartira au neant quand il y aura crise.donc ils vont essayer de le transformer en quelque chose de "reel",par exemple en achetant de l’immobilier.mais comme ils recoivent tres vite et en continu beaucoup de ce fric,qu’il ne "vaut pas grand chose" pour eux,ils sont pret a monter les prix pour un acaht immobilier dans une zone ou le droit de propriete est garanti.de plus ils se font concurrence entre eux,alors que les biens en vente sont assez rare,car le fric est produit plus vite que les "richesses reelles".
    de plus,l’etat et les banques ne peuvent permettre aux prix de l’immo de baisser,sinon leur balance comptable va etre desequilibre et il y aura des risques de faillite.bref on est dans la merde et "ils" cherchent les couillons qui vont accepter de payer les pots casses...

     

    Répondre à ce message

  • #2023559
    Le 13 août à 09:23 par Yves-Sans-Logement
    Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

    Les loyers explosent et tout le monde se la ferme
    Il n’y a pas que les loyers qui augmentent, le foncier, taxes, impôts, nourriture, essence, gas-oil, électricité, gaz, vêtements, bref la vie augmente
    Et pour tout le monde, ruraux ou citadins, jeunes ou vieux
    Moi sur ma maison et mes terres, je paye un loyer, alors que je suis propriétaire et partir en vacance m’est impossible, sur mon salaire on est 7 (femme et enfants) + crédits et charges (voiture, camion, école, cours, impôts, etc...)
    Alors j’entends toujours les proprios sont des bourgeois les paysans des nantis etc.... etc...
    « la nièce d’un ami qui vient de s’acheter un dix-neuf mètres carrés dans la capitale pour 200 000 euros. Elle passera sa vie à rembourser un pigeonnier »
    Un ami recherche vers chez moi de la terre pour son activité agricole
    En cherchant il a trouvé 8 hectares avec une vieille battisse en pierre avec des dépendances, immense,vieille d’au moins 250 ans avec juste le toit à remanier, électricité et deux ou trois bricoles pour tout juste 100 mille euros un truc qui à l’époque aurait coûté plus du double ça c’est certain peut-être même le triple , il y a mis ses deux garçons qui vont se refaire la maison et lui faire tourner son activité, inutile de vous dire que les deux gaillards (17 & 22 ans) sont aux anges et ils ont- les gosses et leur père- la modique sommes de 300euros par mois de crédit à trois ,l’équivalent même pas d’un loyer
    Mais rien dans le coin zéro boulots, zéro commerces, désert médical, zéro écoles, aucune, desserte en transports en commun presque 100% de chômage, et une population vieillissante (ils sont les deux seul jeune de leur village d’une moyenne d’age de 65 ans)
    Voilà, ici les paysans, les jeunes ou les vieux sont à la CMU souvent au RSA ou en dessous du seuil dit de pauvreté (? ???) et pourtant tout le monde se débrouille (mais zéro crimes, si ce n’est quelques vols régulier par les gitans, quelques bagarres rugby ou bal , quelques toxicos, des petits cons et rien de plus ça ennuie mais rien de comparable avec Aulnay ou Porte de la Chapelle) faut malheureusement vivre avec des connards partout
    Donc faut arrêter avec les a priori sur les proprios les paysans ou autres
    On survie , on vit comme on peut
    Et venez en milieu rural on vous attend vaut mieux vivre heureux comme un pauvre en campagne qu’en ville non ?? (voir Azim E&R https://www.egaliteetreconciliation...
    https://www.egaliteetreconciliation...)

     

    Répondre à ce message

    • #2025454
      Le 16 août à 16:00 par Messas
      Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

      Respect aux agriculteurs mais à côté de ceux qui survivent d’autres touchent chaque année des primes/ subventions de Bruxelles net d’impôt entre 80000 et jusqu’à 140000 selon la taille de l’exploitation et à ce jour je n’ai entendu aucun agriculteur publiquement dénoncer cette injustice. Qu’en pensez-vous ? Certains « paysans « de mon coin sont des gros propriétaires immobilier sur leur secteur et au bord de l’eau... et je l’écris à nouveau ça tombe tous les ans chez les mêmes ???!!!!

       
  • #2023571
    Le 13 août à 09:52 par noel
    Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

    Non, « pas tout le monde se la ferme » puisque cet article est paru et qu’il a fait l’objet d’une publication sur E&R et qu’il sera lu par une certain nombre de personnes.

    « Le monde réel est devenu en effet un écran d’ordinateur géant, simulacre qui recouvre le monde nié-pollué. »

    Cette distorsion du réel par le virtuel produit son contraire à savoir une prise de conscience générale, implosive puis explosive du RETOUR au réel comme un Retour aux Sources ....

    Nous y contribuons sans vraiment le réaliser encore.

    Laissez vomir ceux-icelles qui ont le cul assis sur des branches mortes d’un arbre en décomposition intérieure mais dont l’aspect est encore illusoirement et temporairement solide.

    Utiliser votre argent comme moyen provisoire lui laissantcroire qu’il est le maître. Vous le renforcez dans ses illusions, ils s’en nourrit pendant ce temps, l’arbre, ses branches, ses fruits se délitent !

    Trompez l’ennemi comme il vous trompe.

    Nous cultivons et entretenons par la dissidence d’autres arbres qui porteront des fruits dont nous ne sommes peut-être pas bénéficiaires car nous marchons sur des ponts que nous n’avons pas construits

     

    Répondre à ce message

  • #2023801
    Le 13 août à 16:14 par anonyme
    Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

    Humains trop nombreux. No solution !

     

    Répondre à ce message

    • #2023806
      Le 13 août à 16:45 par PL
      Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

      Les humains ne sont pas trop nombreux partout, pas en France par exemple.

      Mais partout ils se concentrent dans des mégalopoles, les bourgs et les villages se désertent.

      Il y a un processus de concentration urbaine et de désertification des campagnes : Lagos, Mexico, Paris.

       
    • #2024130
      Le 14 août à 07:44 par Tatiebaba
      Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

      En milieu rural des quantité de maisons de village et de hameaux sont vides et à vendre pour peu d’argent. Evidemment il faut se créer son moyen de subsistance car les offres d’emplois ne sont pas légion. Mais un changement de vie implique des risques. Il faut aussi revenir au mode de vie de nos parents ou plutôt grand-parents, Dans des maisons de village, mitoyennes pour la plupart, quelquefois avec un petit jardin ou juste une cour attenante et le vrai jardin un peu plus loin...Pas dans une villa de plain-pied avec baies vitrées et ""gazon""...Un village qui se repeuple veut dire une école, une épicerie qui vend de tout avec un petit bistrot...etc etc la vie qui reprend quoi...
      Ce serait sympa d’investir un gros hameau les E& R ? Et de le faire revivre vraiment avec une épicerie associative (style bio coop) .... Allez j’attends des réponses et si j’en ai suffisamment je me mets à la recherche du lieu idéal !

       
  • #2023870
    Le 13 août à 19:02 par Drazha
    Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

    L’auteur de cet article est Nicolas Bonnal, un très bon ami de feu S. de Beketch. Il a commis un bon nombre de livres très intéressants qui donnent des clefs de compréhension sur les rouages profondéments maléfiques du monde contemporain. Il a un blog : https://nicolasbonnal.wordpress.com/
    Et ses livres sont disponibles sur amazon.
    Je le suis depuis pas mal d’années maintenant. Grâce à Dieu.

     

    Répondre à ce message

  • #2023901
    Le 13 août à 19:39 par Tom France
    Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

    Les centres villes, quelle Bénédiction de ne pas y habiter ! Les gens vivent entassés les uns sur les autres, sans réel espaces vitaux, payes un fric fou le petit peu de place qu’il y a encore à y gratter, sans parler de la mentalité ultra conformiste qui y règne, un enfer !!!

     

    Répondre à ce message

  • #2024055
    Le 14 août à 00:12 par Christian
    Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

    Personnellement j’habite dans la Loire, dans une immense ferme, et j’ai 280 m2 de surface habitable pour moi tout seul (et ma fille de 7 ans) dans un confort de ministre. J’ai un métier modeste, sans fioritures, mais pourtant j’ai un confort de vie remarquable. Je paye des taxes dérisoires (TF : 500, TA : 490), et un crédit immo très modique (550). Je pense que ceux qui cherchent coute que coute à vivre à Paris dans 10 m2 comme des chiens, sont des maso aveuglés qu’ils sont par les paillettes d’une vie parisienne qu’ils espèrent mais qu’ils n’auront jamais. Ma soeur est partie chercher la gloire à Paris en 1978 : résultat, elle s’est usée la santé dans une cantine d’entreprise, et se morfond comme une clodo, avec deux enfants devenus des voyous, au 14 sème étage d’une horrible tour à Argenteuil, avec un loyer qui fait deux fois mon prêt immo. Bref, elle a bousillé sa vie. Quand je pense que plus des 3/4 de leur salaire à ces creuvards de Paris part dans ses loyers de cages à poule, je ne sais pas si je dois en rire ou en pleurer. Dans une ville (Paris) qui déborde de rats, de violence, de migrants, de crottes de chiens, de pollution, de bruit, d’attentats, et de caille-ra.

     

    Répondre à ce message

  • #2024152
    Le 14 août à 09:15 par Amny
    Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

    J’ai un 50m2 en plein centre (a 50m du centre du département), dans un batiment style ancien, que je paye en moyenne 335€ par mois a Szombathely en Hongrie.
    Mon salaire d’ingénieur net d’impot est 1200 ( 1250 en comptant les bonus anuels)
    Szombathely : 80.000 habitants, 10eme ville du pays, centre administratif du département du Vas.
    235km de Budapest, aucun autre aéroport qui dessert bien la France.
    Mais l’autre prix a payer c’est l’environnement a supporter, je me fais super chier, les gens sont ultra tradi et conformiste, meme en parlant la langue locale je n’ai jamais réussi a m’integrer apres 1an et demi, contrairement a Budapest et Szeged qui sont plus dynamiques, cosmopolites et ouverts.
    La population ici est clean, calme, polie, mais xénophobe et froide. Je ne reve que d’en partir, pour me retrouver dans Budapest avec 1,5 fois moins de surface pour 1,5x plus cher de loyer.

    Il y a un prix et une difficulté a payer partout.

     

    Répondre à ce message

    • #2024195
      Le 14 août à 10:35 par Ceslaoui
      Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

      @Amny
      Revenez en France, on a besoin de toutes les intelligences et de toutes les bonnes volontés !

       
    • #2024248
      Le 14 août à 11:55 par Amny
      Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

      C’est la depression qui m’attend en France. Ici au moins la difference culturelle me propose un challenge permanent qui m’occupe l’esprit, et j’ai un projet de création d’entreprise en cours.
      En France je n’ai rien a part un boulot a...Paris, ou dans un coin tres éloigné de ma famille.

      Je n’ai pas votre courage désolé, j’ai préféré fuir.

       
    • #2024503
      Le 14 août à 20:20 par Ceslaoui
      Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

      @Amny
      Je ne sais pas si je peux me targuer de courage, j’ai pas eu l’occasion de m’expatrier, et puis j’en ai tout simplement jamais éprouvé l’envie... Même pour 15 jours de vacances, c’est vous dire !
      Je me suis permis de vous dire ça car je constate que pas mal de commentateurs "éclairés" d’ER sont des expat’ ou des francophones de l’étranger, et l’idéaliste que je suis aimerais croiser un peu plus ces personnes aux propos et idées intéressantes et intelligentes dans mon quotidien ;-)
      Bien à vous et puissent vos projets et rêves se réaliser

       
  • #2024625
    Le 15 août à 08:24 par Happydays
    Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

    J’ai quitté une grande métropole , vendu mes parts sociales d’une entreprise à mon associé, loué mon appartement , je vit actuellement dans une petite ville rurale au sud de l’Espagne. Mon loyer me permet de louer une grande maison avec jardin et potager, je roule moi et mes enfants en velo électrique , l’école est à 5 minutes à pied, ma journée semble interminable . Je profite pleinement de mes enfants. Que du bonheur.......
    ps : il faut juste un peu de courage pour améliorer son mode de vie.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents