Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

Prenons la question du logement, comme dirait Engels. Les nouvelles se suivent et se ressemblent. Toutes les grandes villes coûtent entre dix et trente mille du mètre, et l’espace disponible par pipe ne cesse de diminuer. Yahoo.es vante les raisonnables trente mètres carrés zen de New York qui coûtent 800 000 dollars, en ajoutant sans rire que ça suffit comme ça d’exiger plus – de mètres carrés, pas de dollars.

 

Sur Paris (plus de onze mille en moyenne, un trente mètres carrés dans le quartier latin vaut 600 000€), on pouvait lire ceci :

« Les Parisiens doivent se contenter de peu. Un habitant de la capitale dispose en moyenne d’une surface de 31 mètres carrés pour vivre, selon une étude de l’Insee, publiée mardi. »

En comparaison, les personnes vivant en province sont logées dans plus de 42 mètres carrés chacune. Une différence qui s’explique notamment par les prix élevés et la forte densité de studios, qui représentent une habitation sur cinq intra-muros.

Plus généralement, 99 % des Parisiens vivent dans des immeubles, ce qui représente environ 1,2 million de logements. Un appartement moyen dans la capitale fait 59 mètres carrés, une surface divisée en 2,7 pièces, et occupée par deux personnes.

Je connais comme cela la nièce d’un ami qui vient de s’acheter un dix-neuf mètres carrés dans la capitale pour 200 000 euros. Elle passera sa vie à rembourser un pigeonnier. Victime comme toute cette jeunesse de cette bougeotte si utile au système, elle décide d’aller au Canada où l’immobilier a explosé depuis des années. Ce pays compte trois habitants au km2 mais on s’y loge au prix de Monaco.

Le renforcement de la dystopie planétaire se fait dans la mauvaise humeur. À Londres les gens meurent comme des mouches et la ville est plus dangereuse que New York. Le maire Sadiq Kahn (quel nom tout de même) ajoute que le terrorisme fait partie des grandes villes. Dans ce pays de fous, la police ne résout plus les cas de criminalité mais affole le populo en évoquant les empoisonnements commis par les Russes aux quatre coins de la Tour de Londres. C’est du folklore, on l’a compris en France depuis le trop mystérieux attentat bâclé du Bataclan et c’est pourquoi le peuple pas très malin et pas très exigeant a élu le ministre des phynances d’Ubu-Hollande, qu’on lui a présenté trois mois durant comme un homme neuf. Les plus mécontents reliront mon texte sur Étienne de la Boétie. Dans la dystopie la victime est contente et consentante. Relisez The Long Tomorrow du génial Moebius aidé du scénariste d’Alien o’Bannon.

À Amsterdam, devenue hors de prix elle aussi, on ne peut plus sortir la nuit à cause des émeutes et des destructions. On sait ce qu’il en coûte de vivre en Allemagne où l’immobilier raisonnable jadis a doublé sous Merkel – comme en Autriche ou en Hongrie du reste (+16 % par an à Budapest). Cette cherté s’accompagne partout comme à San Francisco d’un effondrement des services. On défèque, on se pique, on plante la tente comme on sait dans cette cité où l’appartement vaut deux millions en moyenne.

Car pourquoi se gêner ? Les gens continuent de tweeter, de s’endetter et de s’embêter. Alors…

La dystopie gagne tous les terrains, éducatif (les garçons transformés en filles en Suède) et tout le monde se la ferme. Je lis dans Wikipédia cette perle :

« À une époque plus contemporaine, ce type de critique a été produit à l’encontre de 1984 de George Orwell. Ainsi la critique Nadia Khouri estime-t-elle qu’Orwell se situe pleinement dans la tradition de la dystopie qui est par nature nihiliste et réactionnaire. »

Et on rajoute dans l’encyclopédie comme il faut :

« À l’instar des autres anti-utopies, 1984 organise toute sa rhétorique pour s’en prendre aux forces historiques montantes qui menacent de détruire les structures et les principes traditionnels. »

Elle me fait bien ricaner celle-là avec ses forces historiques montantes. Qu’elle demande aux employés grévistes d’Amazon ce qu’ils en pensent, aux cent-dix mille parisiens logés à la rue et aux millions d’américains disséminés dans les bidonvilles. Mais elle s’en fout bien sûr : il faut lutter contre les isthmes – et oublier le reste. Le sexe des anges (ou leur absence de sexe) ou de Zabulon importe plus que la vie concrète de milliards de personnes !

La dystopie a un tour bien féministe et gynécocratique. Je l’ai dit et je le répète en suivant mon maître Chesterton :

« L’extension du féminisme signifie qu’il n’y aura pas plus de lois ou de libertés dans un État qu’il n’y en a dans une pépinière. »

Dans la nurserie mondialisée en effet nous disposons de peu de droits, surtout si nous sommes des mâles blancs (je n’envie pas les Chinois non plus, victimes des soins d’un parti communiste devenu sybarite qui saccage et surendette la plus ancienne civilisation du monde). Nous sommes poursuivis et enfermés pour tel crime, y compris et surtout si nous ne l’avons pas commis. Le racisme en Italie ou le sexisme ici (750 euros pour siffler une fille dans la rue, mais qui siffle encore ? Alors qui va nous dénoncer et nous emprisonner si nous ne sifflons pas ?), la critique sociale ensuite, tout sera mal vu comme dans ces romans de dystopie dont on vient de voir qu’ils sont fascistes de toute manière…

L’économie fait souffrir tout le monde ou presque. Mais les gens subissent sans broncher. À Biarritz où je veille ma mère malade, je vois que les gens fauchés par leur loyer, leurs impôts et leur bagnole s’entassent sur les plages, se brûlent sans crème et bronzent idiots comme jamais – douze heures par jour. Le reste plonge le nez toute la journée dans le portable et un copain me fait observer que les jeunes, sa fille y compris, ne parlent plus, ne téléphonent plus. Ils tweetent six cents fois par jour. C’est comme ça. La société est devenue la Grande Muette à son tour, toute aussi lâche et dégénérée que l’autre transformée en mercenariat à la solde du mondialisme.

Comme je l’avais rappelé à la suite de Shaffer Butler le nazisme avait créé un peuple de zombis en augmentant toujours les taxes, et en légiférant sur tout le détail (le bétail) de la vie quotidienne : fumer tue, le tri sélectif, le recyclage, la limitation de vitesse à 80 ; le harcèlement sexuel et le reste. Et comme le dit toujours Tocqueville :

« Après avoir pris ainsi tour à tour dans ses puissantes mains chaque individu, et l’avoir pétri à sa guise, le souverain étend ses bras sur la société tout entière ; il en couvre la surface d’un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient se faire jour pour dépasser la foule ; il ne brise pas les volontés, mais il les amollit, les plie et les dirige ; il force rarement d’agir, mais il s’oppose sans cesse à ce qu’on agisse ; il ne détruit point, il empêche de naître ; il ne tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint, il hébète, et il réduit enfin chaque nation à n’être plus qu’un troupeau d’animaux timides et industrieux, dont le gouvernement est le berger. »

Le nazisme soft que nous vivons en occident mondialisé repose sur des monstruosités économiques. Je vais citer dans cet esprit cyber punk la remarque marrante de l’économiste de gauche Michael Hudson : une exigence pour travailler à la FED est ne pas comprendre comment fonctionne vraiment l’économie. C’est de la science-fiction, ils vivent dans un univers parallèle dans lequel tout le monde paie ses dettes.

Le monde réel est devenu en effet un écran d’ordinateur géant, simulacre qui recouvre le monde nié-pollué.

Voir aussi, sur E&R :

Libéralisme et mort de la France, lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

67 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2023210

    Un régal cet article.
    Et l’occasion inattendue de raconter cette authentique et récente anecdote :
    Il y a deux ou trois semaines, je croise dans le centre-ville de Rouen, une manifestation du DAL (Droit au logement pour ceux qui ne connaissent pas), d’une vingtaine de gens, pour protester contre la loi ELAN, de mémoire. Un monsieur d’une petite soixantaine qui traverse la rue pour m’interpeller, le pauvre ne savait pas encore sur qui il était tombé... Il me tend son papier, m’explique leur "démarche", et ayant rejoint leur petit groupe, j’ouvre le feu en contrant l’homme par ce cas de cette dame en Gironde, qui s’était absenté de chez elle un moment et se retrouve squatté à son retour, sans recours possible (relayé par ER il y a quelques années si je ne m’abuse). Voyant tous leurs regards pointés sur moi, quelque peu hostile, je me dis "rien à perdre", et j’y vais de ma rhétorique, exprimant que leur action consistait à mettre un pansement sur une jambe de bois, que c’était se donner bonne conscience, qu’il fallait regarder la situation dans son ensemble, et de conclure "venez voir dans ma rue si certains ne se complaisent pas dans leur situation" (Précision : j’habite derrière l’Hôtel de Ville, ou la mendicité ressemble à un balisage avec bornes kilométriques, sauf que c’est des bornés et tous les 100 mètres. Sans parler du trafic de crack qui se passe tous les jours sous mes fenêtres...)
    C’était magique. Les uns après les autres sont venues me donner change, et j’ai eu droit à tous les clichés du gauchisme maladif : "Les hommes qui dominent les femmes" ; "Toute façon je suis contre les frontières" ; "En 2018, c’est inadmissible d’être raciste" ; "Tout ça c’est à cause du capitalisme" ; "Que les enfants héritent des propriétés de leurs parents, c’est pas normal" ; et la cerise, venant d’une leader de ce DAL, et qui m’a explicité qu’ils étaient encartés NPA, :"ça c’est un discours de fachos..."
    Je rappelle que je les interpellais strictement sur le problèmes des SDF, des logements vides, des prix qui flambaient, de l’assistanat programmé... Et on m’a rétorqué ce que je vous ai énuméré. C’est pas gagné, mais y a moyen de se marrer !
    C’était un petit résumé d’une authentique anecdote vécue dans la joie et la bonne humeur... En ce qui me concerne en tout cas... C’est vrai que certains faisaient la gueule après...

     

    • #2023423

      Ah ça me rappelle mes jeunes années parisiennes et mon sport favori : démonter un à un les arguments des gauchistes que je rencontrais. Un régal...Évidemment ils ne gagnaient jamais tant leur inculture était immense. Les indécis se posaient de bonnes questions après coup et les autres criaient au fachisme. Ce à quoi je répondais un "ben oui" qui clôturait le débat.


  • #2023211
    le 12/08/2018 par Call of duty
    Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

    Merci pour le texte et l’analyse.
    Concernant le sifflement, il dénote soit la joie de vivre soit l’interpellation d’un animal. Du coup la société crée des animaux pour au final étouffer la joie de vivre par la judiciarisation tout azymut, ne faisant plus la distinction entre le beau et le laid, le bon et le méchant, le vice et la vertue, le mâle et la femelle.


  • #2023215
    le 12/08/2018 par Identité effacée
    Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

    On vit dans des petites boites, toutes exiguës , on se cogne partout et ça coute 1000 euros par mois pour avoir un vingt mètres carrés . Notre vie n’a plus de sens puisqu’elle est indexée sur le prix de l’essence et des loyers. On en peut que contempler la mediocrité dans laquelle on s’est tous vautrés. Nos rêves ne sont plus rien. J’en connais un, son rêve c’est d’avoir un quarante mètres carrés. C’est dire la grandeur de ses projets.

    La soumission aveugle du peuple n’est due qu’a la violence et a l’étendue des supplices qu’ils nous infligent. Ils nous sucent tout, nous vident de tout. Ils ont effacé notre vie, notre identité, notre pays. Notre espace vital. Mais soyez en sûr, il y a un truc qui n’est pas interchangeable et qui n’est pas périssable, c’est notre combat

     

  • #2023220
    le 12/08/2018 par Le Malicieux
    Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

    hum, un Québec, le prix d’un appartement decent(5 pieces) tourne autour de 500, 600 euros par mois... a Montréal !

    pas très cher,quand même.


  • #2023222

    Point de vue interessant sur l’abetissement de la société,

    Parcontre de mon petit point de vue de commentateur (hein), il faut se séparer quand même d’un certain aspect du vieux monde qui autorise des libertés illogiques : l’exemple du fumer tue, le recyclage et le tri sélectif, qu’y a t-il de mal à cela ?

    Il faudrait trouver des exemples plus parlant de compression des âmes car au contraire ces regressions pour toi sont des avancées pour moi.
    Vivement un monde sans clopes, que l’on arrete de se polluer le sang ! et que l’on arrete de vivre en produisant des déchets constamment. ! Et s’il faut faire quelques efforts comme être restreint par le prix ou être doucement obligé avec des poubelles de tri partout, c’est salutaire... Y’a qu’à voir les pays ou les déchets ne sont pas traités, c’est juste l’horreur.

     

    • #2023484

      tiens c’est marrant mais on payait les gens en 1980 pour des tris de dechets( papier, bouteille de vin, etc)
      par contre en allemagne oui on peut meme circuler avec de l’huile pour sa propre voiture


    • #2023522

      Un monde sans clopes oui bon bien sûr...Mais déjà on pourrait obliger les fabricants de tabac à ne mettre que du tabac dans leur marchandise...(j’ai arrêté de fumer il y a plus de 30 ans)

      Par contre le tri des déchets , là je rigole. Vu comment il est fait je me tape le cul par terre plutôt. Et pourquoi ne pas obilger tous les industriels à fabriquer des choses et des emballages non polluants, avec des consignes ETC ETC

      Cet article est très juste et en lisant la citation de Tocqueville cela me rappelle que je me faisais d’ailleurs la réflexion il y a peu que vu le nombre d’obligations ’débiles) mises dans les pattes des entreprises, à part les grosses boites ayant une équipe spécialisée pour chaque tâche, les autres, soit ferment soit ont la tête dans le guidon et n’ont plus le temps pour rien d’autre que faire face à des idioties....Et que cela n’était certainement pas dû au hasard.

      Quand va t-on renverser la table ?... Mais je crains que cela ne serve pas à grand chose vu le mélange nocif de naïveté et de paresse intellectuelle et de total manque d’intuition de la majorité.


    • #2023590

      @Tatiebaba
      Je souhaite réagir à votre conclusion.
      Je ne pense pas qu’il faille renverser la table... Mais plutôt créer des alternatives à la base. Vous évoquez une majorité passive, dépourvue d’intuition et paresseuse, je confirme. C’est donc à la minorité éveillé de créer le changement. Retour au réel, à la proximité, à l’intelligence, la vertu, etc. C’est par l’exemplarité et la compassion qu’on remettra un peu de bon sens les cœurs et les esprits. Ça prendra sûrement beaucoup de temps, mais à force, les pieds de cette table, ses fondations élimées, s’effondreront et la table avec.


    • #2024125

      @ceslaoui OUAIP.... Je le pensais il y a encore peu (peut-être jusqu’aux dernières élections)....Aujourd’hui j’ai un sérieux doute. Un très sérieux doute.


  • #2023258
    le 12/08/2018 par France occupée
    Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

    « Nazisme soft » ne signifie pas grand-chose, ou alors au contraire, stigmatise une période révolue pour qualifier un post-modernisme tellement dilué qu’on se croit obligé de prendre en référence ce qu’il y a eu de plus marquant dans l’histoire récente pour faire accrocher le maximum de lecteurs.

    C’est faux : l’époque moderne a commencé bien avant le nazisme, et par ailleurs les Traditionnalistes véritables (Guénon, Evola...) l’ont parfaitement nommée à l’aune du temps très long, il s’agit du matriarcat !

    Contrairement au patriarcat olympien et viril, le matriarcat tellurique et féminin opère le grand renversement du monde vers le pôle féminin, c’est comme çà et on n’y peut rien, c’est la tendance imposée par les cycles historiques...

    Le monde moderne matriarcal est en effet :
    - tellurique : idéologies matérialistes, systèmes de pensée vitalistes, exaltation de l’irrationnel, nivellement ;
    - dionysiaque : romantisme (amour de l’illimité, de l’informe) > transhumanisme ;
    - lunaire : culte de l’abstraction dans les sciences, les arts, sens critique développé, prédominance de tout ce qui est nocturne, atavique, sexuel, instinctif ;
    - aphrodisien : culte des stars et du corps, érotisme diffus et cérébral ;
    - amazonien : femmes "viriloïdes" et hommes efféminés, diffusion de l’homosexualité, présence des femmes en politique (féministes, amazones des temps modernes).

    Bref, on néglige trop la métaphysique traditionnelle, parce que notre sens critique en opposition au monde nous empêche d’accéder à cette explication véritable d’ordre supérieur : principes féminin et masculin se succèdent par cycles.

    C’est de ce constat qu’il faut partir. Être dans la négation ou l’analyse ne suffit plus, c’est renverser la table qu’il faut - si toutefois l’on refuse ce matriarcat, ce sentimentalisme, et que l’on ne supporte plus de ne pas être homme, ou de faire partie des "derniers hommes".

     

    • #2023549

      Tout à fait d’accord avec toi. Nous sommes dans une métaphysique à tous les niveaux. Une alchimie s’opère dans nos corps physique, mental et éthérique à notre insu. Nous sommes contemporains de notre époque, pas moyens de passer au travers des gouttes : subir son influence. Nous terminons un cycle et d’autres suivront.

      L’Homme blanc, l’occidental doit tirer enseignement de cette époque. Réapprendre à être à l’écoute de son côté oriental sans tomber dans l’excès. L’autre côté d’Adam, prototype (Ish en hébreu) est son Isha qui a donné en arabe Aîcha.

      L’Homme blanc est privé de son Isha intérieure dont il se sent orphelin, un nostalgique inguérissable ? Il transporte cette puissance divine vers l’extérieur dans des réalisations matérielles parfois sublimes mais d’autres meurtrières.

      La civilisation trop matérialiste (mater = matière) nous ENFERme dans la matrice. Nous en sortirons par la Verticalisation sur la Croix.

      Pas pour rien l’expression nique ta .... ! Le populo, rude dans son langage traduit bien cette Puissance des vertus (=viriles) transcendantes que le PÈRE en chacun de nous inonde constamment en l’Arbre de Vie dans nos différents corps. Il y a transformation.

      Non encore consciente, elle s’opère évidemment très douloureusement par des crises personnelles/collectives à savoir des séquences ininterrompues de morts-naissances, de prises de conscience, s’accélérant de + en +.

      Les femmes, nos mères, sœurs, épouses, concubines, amies, collègues ... + images publicitaires, cinéma, pornographies, etc ...accélèrent le processus en pénétrant et suscitant par des images y compris violentes, l’âme des Hommes.

      L’aspect féminin de leur âme est anima , passif tel un lac apaisé, calme, dans lequel elles jettent en permanence des pierres de différentes tailles. Des ondes se forment et déforment sa surface y compris dans ses profondeurs.

      Telles les Sirènes chez Homère. « Musiciennes dotées d’un talent exceptionnel, elles séduisaient les navigateurs qui, attirés par les accents magiques de leur chant, de leurs lyres et flûtes perdaient le sens de l’orientation, fracassant leurs bateaux sur les récifs où ils étaient dévorés par ces enchanteresses ».

      « Le chant des Sirènes est comme ce rêve auquel succombent les âmes en descendant s’incarner dans ce monde de la corruption. C’est comme une tromperie sur la nature du corps » Emmanuel d’Hooghvorst, Le Fil de Pénélope.

      suite à venir si commentaire approuvé ?


    • #2023557

      @ France occupée

      Vous faites bien de ramener les rapports homme-femmes sur le tapis. C’est bien la clé pour comprendre notre société. Par contre, je trouve que vous parlez des mondes féminin et masculin comme s’ils semblaient opposés alors qu’ils ont toujours été complémentaires*.

      Le patriarcat et le matriarcat n’ont jamais existé, c’est une invention des esprits malades, de ceux qui cherchent à toujours rejeter la faute sur le sexe "opposé". Les hommes ont toujours représenté 50% de la société et les femmes ont toujours représenté l’autre 50% de la société, ainsi en a décidé le Bon Dieu**. Il suffit de savoir quels sont nos devoirs selon notre genre*** et la société s’organisera naturellement d’elle-même.

      Moi je pense savoir quels sont mes devoirs d’homme envers Dieu, je pense savoir quels sont mes devoirs d’homme envers les femmes, je pense savoir quels sont mes devoir d’homme envers la société ET PLUS IMPORTANT QUE TOUT, JE LES ACCEPTE. Que chacun d’entre nous se pose ces questions, aille à SA place et on aura une bonne société "patrio-matrialo-humaine" (appelez ça comme vous voulez).

      (*) Des opposés se repoussent, des complémentaires s’attirent (hétéro), des semblables s’annihilent (pd).
      (**) Si le Bon Dieu avait mis sur Terre 20% d’hommes et 80% de femmes, là, je vous l’accorde, il y aurait eu suspicion de sexisme.
      (***) Pour moi, il n’y a que 2 genres sur Terre : les hommes et les femmes, ne me parlez pas des LGBT et autres "non-genré", ça va m’énerver.


    • #2023683
      le 13/08/2018 par France occupée
      Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

      Jalon : oui, féminin et masculin sont complémentaires, mais il y a des époques (ou plutôt "ères") qui sont dominées par l’un ou l’autre.
      Aujourd’hui, l’âge sombre, celui du Kali Yuga, fait référence à la déesse Kali... et correspond au matriarcat : à la dominance du principe féminin... et donc de la psyché féminine sur l’ensemble de la société !

      Donc on peut bien parler de patriarcat ou de matriarcat dans le sens où l’un de ce deux principes domine l’autre - ce qui ressort nettement si l’on regarde en arrière (les chevaliers ont été remplacés par des fiottes de technocrates etc...)

      Or il est plus difficile d’être un homme à l’ère matriarcale car les valeurs ne lui correspondent pas... et pourtant il faut bien vivre et tenter d’être homme véritable !

      Face à ce chaos en cours, il ne s’agit pas de déprimer face à des femmes libérées pour lesquelles cette société n’a jamais été autant à leur écoute, mais de savoir que la tendance va se renverser, que ce principe masculin refera surface !
      C’est ce qu’on appelle avoir la foi, croire au retour du Christ (symbole patriarcal), comme il est annoncé dans la Bible.

      En attendant, faire ce qu’on peut, limiter les dégâts, dans le temps qui nous est imparti.

      Donc nous sommes d’accord, j’attirais juste votre attention sur le fait que nous sommes bien sous principe féminin, qu’on n’y peut rien (loi des cycles), cela nous dépasse mais on doit faire avec, cela dit un changement positif est devant nous - çà ne peut pas être pire qu’aujourd’hui !

      C’est en partie métaphysique et "irrationnel", mais les gens trop rationnels finissent au ras des pâquerettes et deviennent ennuyeux et fatalistes.


    • #2023743

      @ France occupée

      Je comprends bien ce que vous dites, votre explication est très "séduisante" mais pour moi, elle s’apparente à un gros piège. Croire que l’Histoire de l’Humanité est une sorte d’alternance tantôt "Masculin dominateur", tantôt "Féminin dominateur" est une sorte d’affrontement gauche-droite alors que ce qui se joue, c’est un affrontement Bien-Mal. Pour moi, les hommes n’ont jamais dominé par le passé et les femmes ne dominent pas plus aujourd’hui. Nous nous sommes toujours répartis les tâches selon nos aptitudes respectives.

      Celui qui est entrain de dominer en ce moment, c’est le Diable. Hommes et femmes n’ont jamais été aussi éloigné l’un de l’autre. C’est pour déjouer les pièges du Malin que j’invite chacun et chacune d’entre nous à se demander quels sont ses devoirs envers sa complémentarité. Les hommes ont LEUR place dans la société et les femmes ont LEUR place dans la société et quand chacun sera bien à SA place, on verra clairement l’intrus qui essaie de nous diviser.

      PS : Pour moi, le retour de Jésus ne sera pas un retour du patriarcat, ce sera le retour du Bien sur Terre.


  • #2023263

    Paris est surtout devenu une ville de marchants (du temple) de sommeil.
    Beaucoup achètent pour de l’investissement locatif et ceux là ont déjà une résidence principale.

    Quasiment impossible de sortir de l’équation lorsque vous travaillez dans le tertiaire, donc dépendant des grandes villes et sans apport familial pour s’acheter un appartement tout en n’étant pas asphyxié financièrement, même avec un bon salaire.
    C’est ça le drame, vous avez fait tout comme on vous a dit de faire, longues études, etc.. Et même avec 3500 nets par mois, vous finissez proprio d’un 15m2 dans le 7eme.

    Le père Attali répondrait que les apparts, c’est comme les pantalons.. Ce qu’il oublie de dire, c’est que celui qui ne fait que acheter et vendre a déjà un pantalon sur lui.
    En France, quid du scandale des successions et frais d’héritage, ce qui limite les primo accédants ?

    Enfin, concernant l’amende pour un regard soutenu, les filles ne regardent que leurs écrans de portables et tirent la tronche (sur Paris) constamment, les mecs ont peu de chances de finir au poste


  • #2023269

    "nazisme soft"...
    Essayons de sortir définitivement de la rhétorique adverse, tant qu’on y est.


  • #2023276

    A Barcelone, impossible de louer un studio de 30m2 pour moins de 1000€ /mois, hors charges.
    D’un autre coté les multinationales et autres startups continuent de venir s’implanter afin de continuerr de jouir de salaires bas entre 15K€ et 25K€ par an (sauf les développeurs qui continuent de demander 50-80K€/an).

    Depuis 2016, les locaux ainsi que la classe moyenne, sont contraints de se reloger en dehors de la ville parfois jetés à la rue par des propriétaires qui préfèrent suivre le marché et augmenter jusqu’à 50% les prix des loyers aux plus riches ou en appartement à touristes. Quand le tout libéral n’est pas encadré par des lois cela devient n’importe quoi.


  • #2023290

    Car l’espace a été accaparé par les HLM et personne ne souhaite y vivre.
    Prenez l’exemple de Paris : les parisiens acceptent de se tasser pour y vivre ou alors se prennent une baraque à 50 km de leur lieu de travail. Tous ça pour fuir les chances.


  • #2023294

    « Ce pays compte trois habitants au km2 mais on s’y loge au prix de Monaco. »

    Uniquement à Vancouver et Toronto : très forte immigration (asiatique) friquée.

     

    • #2023667
      le 13/08/2018 par Homard rouge
      Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

      Je confirme : dire "le Canada", c’est comme dire "l’Europe". Ça revient à mettre Londres et Bucarest dans le même sac. Je vis dans l’est du Canada, près d’une ville de 130 000 habitants et ma maison de 240m² avec vue sur mer m’a coûté 175 000 euros. Pour le même prix, à Vancouver ou Toronto tu as un placard. À Montréal tu peux espérer un 2 pièces correct.


  • #2023296

    Sans parler des prix excessif....la quasi totalité des logements en location ne sont plus aux normes d isolation et doivent être réparer et une bonne partie des propriétaires ne veulent plus payer.....Ils attendent juste que le prochain pigeon locataire sorte sa thune pour réparer et après ils se plaignent de ne pas trouver preneur pour un logement dont ils ne passeraient même pas une nuit ( quotidien d un agent immobilier dans une grande ville)

     

    • #2023560

      Autrefois les propriétaires subissaient moins de contraintes et respectaient davantage leur locataire (en général bien sûr, il y a toujours eu des gens cupides).
      L’évolution du prix des loyers a un responsable principal : l’Etat. L’Etat qui est intervenu pour réglementer avec un parti pris pour le locataire comme si ce dernier était toujours vertueux. L’Etat qui a créé des avantages fiscaux dont la principale conséquence a été l’augmentation des prix. L’Etat qui a réduit le foncier partout, ce qui mécaniquement, fait monter les prix. Ajoutons les multiples taxes et contraintes sur les syndics dont l’effet pèse sur les charges. Et enfin la ville de Paris qui préempte à tour de bras pour créer des logements sociaux, ce qui a le même effet.
      Dans une économie de marché, il faut des règles, mais simples et équitables. Sinon, les taxes, réglementations et autres interventions sont toujours reportées sur le consommateur final.
      Les sbires qui nous administrent ont l’art de détourner les responsabilités sur des cibles faciles (propriétaires, patrons...) alors que ce sont eux qui ont mis par terre le logement, la santé, l’Education, l’industrie, l’agriculture et le reste.


    • #2023599

      Il y a aussi des locataires qui prennent un logement en bon état à prix correct et qui rendent un taudis dévasté bon pour la démolition ...C’est du vécu.


    • #2023974

      "Parfois les propriétaires louent des endroits dans lesquels ils ne passeraient même pas une nuit".

      Vécu rien qu’aujourd’hui, où j’ai visité deux chambres dans des colocations, horriblement mal entretenues, vieillottes, croulantes et sales, le tout dans de grands ensemble, pas forcément bien placés, à Strasbourg (pas Paris ni la Côte d’Azur donc), pour 450 € le mois !

      Les gens n’ont vraiment honte de rien de nos jours...


  • #2023298

    Travailler dans l’immobilier apprend la réelle nature de l’homme...
    L’argent...toujours plus..
    PS : je suis agent co en immo.

     

    • #2023346

      @Matador
      Allez travailler dans les champs, vous découvrirez une toute autre nature de l’homme.


    • #2023448

      A cestaoui..
      j ai travaillé dans des parcs ostréicoles et et dans des fermes en Bretagne ( prépa Bac agricole), petit-fils de paysans ... le monde " rural ’ je connais..Rien de moins écolo qu’un " paysan " actuel...Ce monde est comme les autres...


    • #2023518

      Une bonne rasade de Roundup et au boulot !


    • #2023596

      @CESLAOUI

      Je suis agent immobilier en milieu rural (c’est mon luxe !) et je peux vous garantir que les ""paysans"" ne sont pas non plus les personnes parfaites que vous semblez porter au pinacle..
      .Un peu de mesure en tout ne nuit pas.
      Dans toutes les professions il y a des gens honnêtes et travailleurs, et d’autres pas...


    • #2023600

      @Matador
      Il semblerait dans ce cas que vous transféreriez vos propres projections sur chaque "monde" qui vous entoure (ce qui est assez courant).
      J’ai côtoyé les deux milieux que vous évoquez, et je ne peux être aussi catégorique que vous : l’immobilier est un aquarium géant infesté de requins, mais on peut y croiser quelques dauphins (qui n’y restent généralement pas) ; l’agriculture, pour le peu que j’ai baigné dedans, à son lot de corrompus (au sens très large du terme) mais aussi de gens bienveillants et soucieux de leur environnement.
      La nature de l’homme n’a rien à voir avec l’homme contemporain.


    • #2023636
      le 13/08/2018 par Identité effacée
      Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

      Hé bien moi je trouve que c’est un beau métier agent immobilier. J’ai 42 ans , je ne suis pas riche, et j’ai acheté ma toute première maison il y a deux ans. Mon agent a été formidable et compréhensif . On sillonné les routes à la recherche de la perle rare, car mon budget était petit, et malgré le peu d’argent que j’avais, il ne m’a jamais dénigrée, au contraire !

      Il m’a déniché une maison en pierre (qui ne ressemble à aucune autre), à qui j’ai redonné vie avec ma patience, et avec mes petites mains . Oui, les femmes savent faire quelques travaux de force, j’en suis la preuve vivante , et cet agent m’a accompagnée tout le long de mon projet. Il m’a aidé, il a surveillé l’évolution, m’a donné des trucs et astuces. Bref, il est devenu un ami ! Pas du tout un arnaqueur, loin de là. Cet agent a été très important dans ce projet de vie. De ma vie. Et je le remercie.

      J’avais une citrouille , j’en ai fait un carosse ! Grace à lui.


    • #2023703

      @Identité effacée..JE VOUS AIME :) !!!!

      Elisabeth (Un agent immobilier qui tente de faire son boulot de façon équitable)


    • #2023705

      @Tatiebaba
      Un peu d’honnêteté s’il vous plaît, ne me faites pas dire ce que je ne dis pas.
      Mon commentaire suivant (qui a croisé le vôtre) explicite la nuance que vous n’avez pas décelé dans le premier commentaire.


    • #2023736
      le 13/08/2018 par Identité effacée
      Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

      Tatieblabla,

      Un grand bonjour aux agents immobiliers honnêtes qui font leur métier avec passion.


    • #2024174

      Je confirme pour avoir donné aussi, des agents immo il y a de tout, des bons et des pourris.
      Après on ne peut pas tout leur mettre sur le dos non plus, pour ma part le plus gros du panier de crabe n’est pas tant à ce niveau, ou on peut encore voir venir les coups fourrés.
      Le plus gros des arnaques viennent des financiers et des gens d’influence qui gravitent autour de l’immobilier, du maire peu scrupuleux aux chefs d’agences franchement pourris, et surtout aux grosses entreprises (edf, telephone, eau,...) qui sont incontournables.
      Là c’est dramatique.
      Ma maison fut sortie de terre en quelques mois, mais il m’a fallu plus de 4 ans pour pouvoir l’habiter, au bon vouloir des escrocs de tout poil.
      A partir de là, mieux vaut avoir les épaules...


    • #2024233

      @ceslaoui 13 h 42 Effectivement pourtant j’arrive généralement à déceler le décelable... pour les miracles passez commande :)


  • #2023306

    Dans la dernière phrase de l’article tout est dit, tout est résumé ...

     » le monde réel est devenu en effet un écran d’ordinateur géant, simulacre qui recouvre le monde nié-pollué. »


  • #2023396

    Bonjour, pour ma part, je suis dans le Sud aveyron, maison de 74m² +50m² de caves.
    Jardin de 300m² plus 1500m² loués derrière, pour cultiver tranquillement.
    Mon loyer 590 euros + 50 euros pour le terrain, donc 640 euros/mois.

    Ma manière de voir les choses : il vaut mieux un petit 1200euros/mois ici qu’un 2000 euros en ville, non seulement on vit mieux mais si on s’organise intelligemment on gagne autant voir plus.
    (Une petite entreprise individuelle agricole sur le terrain et hop vos charges d’investissement pour votre autosuffisance sont defiscalisées).

    Je crois beaucoup en ce modèle : un travail sans prise de tête au SMIC cumulé avec une entreprise agricole.
    Pas de besoin de rentabilité sur votre entreprise car salaire déjà assuré par votre SMIC, possibilité de défiscaliser (donc gratter des APL et zéro impot), et surtout votre job n’est plus un fin en soi mais un simple moyen de financer votre autosuffisance, puis une petite activité annexe.
    Un peu de math pour démontrer l’éfficacité :
    Sur l’année 2016 je gagne 14 500 euros en salaires >>> 0 APL, et un peu d’impot. Sauf que, j’ai dépensé 5700 euros dans mon jardin, et je n’ai rien vendu, donc j’ai un déficit 5700 euros, ce qui me fait un revenu 2016 de 8800 euros >>>>> 253 euros APL, 0 impot.
    Conclusion : sur 5700 euros dépensés, 3000 euros m’ont été remboursés sous forme d’APL. Pensez y.
    Par contre les agents de la CAF pètent un plomb car c’est un cas qui ne rentre dans aucune de leurs cases ou plutôt dans toutes à la fois... Mais le fait est que ca fonctionne, si vous avez le porte monnaie qui permet d’avoir des interrutions/régularisations des APL (car votre dossier fais des aller-retour CAF/MSA) en gros vous êtes payés 6 mois d’APL tous les 6 mois.

     

    • #2023620

      Je ne vis plus en France depuis très longtemps, donc je n’ai pas suivi l’évolution des prix...et je suis sidéré par le montant de ton loyer ! Plus de 500 boules pour une petite maison dans l’Aveyron ?! Donc si tu fais un job basique rapportant 1500 boules net par mois, dans l’Aveyron tu dois cracher plus d’un tiers de ton salaire pour te loger ! Et c’est sans compter les assurances, taxes...Tu m’étonnes que de nos jours dans un couple à petits revenus les deux sont contraints de bosser !


    • #2023843

      @goypride
      Je te l’accordes c’est assez cher, après je vis dans le chef lieu du Sud Aveyron (2eme ville après Millau) je suis certes dans le trou du cul de la France mais il y a 3 lycées et une dizaine de collèges/primaires/martenelles , 3 supermarchés, des grandes surface de bricolage/jardinage, tout ce qu’il faut en bar/restaurants commerces, un hopital des médecins et mêmes des spécialistes, banques etc.
      Disons que ca regroupe toutes les activités sur 2-3km pour les 25km à la ronde...

      Effectivement si tu t’éloignes de 10km le loyer est divisé par 2, mais il n’y a plus rien !


  • #2023469

    Alain, Jure George Vujic se prononce Youré George Vouyitche


  • #2023491

    Je connais comme cela la nièce d’un ami qui vient de s’acheter un dix-neuf mètres carrés dans la capitale pour 200 000 euros.



    D’un autre côté j’ai du mal à m’apitoyer sur quelqu’un faisant preuve d’un tel niveau de stupidité et de snobisme. Claquer une telle somme pour une piaule d’étudiant juste pour être à Paris !

     

    • #2023960

      Comme le dit Frank Lepage dans une de ses vidéos " pour le prix d’une demi chambre de bonne à Paris, j’ai un moulin en pierre au bord d’une rivière ,avec de la terre à Carhaix "


    • #2023961

      S´il te plaît un peu de respect pour mon superbe studio dans un endroit recherché, bobo XI pas un arbre en vue, clair et calme, 16.41 m carrés, qu´une jeune personne va acheter à ce prix. 6 sans ascenceur, escalier cage à poule, la classe.

      Heureusement comme je l´ai acheté il y a moins de 30 ans, je vais devoir laisser une plus-value à l´état, qui va bien employer mon argent pour payer un journaliste, un député, ou un camp de migrants ; et qui m´aurait donné unecompensation si mon bien avait chuté pour sûr.

      Pour ce prix, tu peux presque acheter un château en province. Mais c´est Paris Monsieur.


    • #2024134

      @ Gilles ...Si vous avez ce bein depuis plus de 22 ans plus aucune plus-value seulement de la csg...Etes vous propriétaire de votre résidence principale, est ce votre première revente ? Dans certains cas aucune plus value... Enfin disons plutôt aucun racket ...Sauf pour l’acheteuse qui va douiller chez le notaire...


  • #2023515

    Quand ont pense que dans certain pays tu construit ta maison en 3 mois avec ce que tu trouve dans la nature et après tu l’améliore au fil du temps tranquillement
    et qu’en France les esclaves s’endette comme des cons pendant 30 ans pour encore payé des taxes d’habitation

     

    • #2023867

      Tout à fait d’accord , je pense la même chose depuis des décennies.
      Personnellement j’ai suivi les lois sur les terrains non bâtis avec l’interdiction des caravanes ( j’en fut victime dénoncé par ma propre famille et menacé par la mairie et la dde à l’époque)
      puis la destruction des cabanes dans le Gard et l’Hérault.
      alors que pendant les annees 60 mon grand pere a construit de ses mains une petite maison comme ce que vous dites : sans architecte avec eau et electricité et permis de construire très simple à obtenir.
      Aujourd’hui la france est devenue un enfer !! que de lois et de réglementations.
      Et on continue malheureusement à subir tout ça manière exponentielle ! Aurons nous le courage de nous dresser devant l’oppression ???Je crains que nous ne soyons plus en mesure de nous dresser car le système nous a rendu esclave de l’economie mondialisée et du marché.
      Il existe pour ceux qui le peuvent ceux qui n’ont pas charge de famille surement des endroits encore préservés. En France la liberté est morte et la dictature est quasiment arrivée a son but.


  • #2023534

    Je me faisais à peu près la même remarque dans mon coin.
    J’habite une commune où se trouve une des plus importantes technopoles européennes sans que la dite commune et l’armée de politiques et de fonctionnaires qui s’en occupent n’ait pensé à faire croître l’offre de logement en proportion des jobs créés et attribués très souvent à des nouveaux venus sur le territoire. Résultat, les loyers sont non seulement délirants et les proprios ne se gênent même plus pour louer des trucs innommables. Les médias aux ordres regardent ailleurs.


  • #2023535

    le probleme de l’immobilier decoule en grande partie du credit cree par les banques privees et les banques centrales. au bout d’un moment,les mecs qui ont tout ce fric "synthetique" c’est a dire cree a partir de rien,qu’on ne peut distinguer du fric cree sur de la "vraie richesse travail",doivent en faire quelque chose.c’est a dire qu’ils savent que leur fric vient du neant et repartira au neant quand il y aura crise.donc ils vont essayer de le transformer en quelque chose de "reel",par exemple en achetant de l’immobilier.mais comme ils recoivent tres vite et en continu beaucoup de ce fric,qu’il ne "vaut pas grand chose" pour eux,ils sont pret a monter les prix pour un acaht immobilier dans une zone ou le droit de propriete est garanti.de plus ils se font concurrence entre eux,alors que les biens en vente sont assez rare,car le fric est produit plus vite que les "richesses reelles".
    de plus,l’etat et les banques ne peuvent permettre aux prix de l’immo de baisser,sinon leur balance comptable va etre desequilibre et il y aura des risques de faillite.bref on est dans la merde et "ils" cherchent les couillons qui vont accepter de payer les pots casses...


  • #2023559
    le 13/08/2018 par Yves-Sans-Logement
    Les loyers explosent et tout le monde se la ferme

    Les loyers explosent et tout le monde se la ferme
    Il n’y a pas que les loyers qui augmentent, le foncier, taxes, impôts, nourriture, essence, gas-oil, électricité, gaz, vêtements, bref la vie augmente
    Et pour tout le monde, ruraux ou citadins, jeunes ou vieux
    Moi sur ma maison et mes terres, je paye un loyer, alors que je suis propriétaire et partir en vacance m’est impossible, sur mon salaire on est 7 (femme et enfants) + crédits et charges (voiture, camion, école, cours, impôts, etc...)
    Alors j’entends toujours les proprios sont des bourgeois les paysans des nantis etc.... etc...
    « la nièce d’un ami qui vient de s’acheter un dix-neuf mètres carrés dans la capitale pour 200 000 euros. Elle passera sa vie à rembourser un pigeonnier »
    Un ami recherche vers chez moi de la terre pour son activité agricole
    En cherchant il a trouvé 8 hectares avec une vieille battisse en pierre avec des dépendances, immense,vieille d’au moins 250 ans avec juste le toit à remanier, électricité et deux ou trois bricoles pour tout juste 100 mille euros un truc qui à l’époque aurait coûté plus du double ça c’est certain peut-être même le triple , il y a mis ses deux garçons qui vont se refaire la maison et lui faire tourner son activité, inutile de vous dire que les deux gaillards (17 & 22 ans) sont aux anges et ils ont- les gosses et leur père- la modique sommes de 300euros par mois de crédit à trois ,l’équivalent même pas d’un loyer
    Mais rien dans le coin zéro boulots, zéro commerces, désert médical, zéro écoles, aucune, desserte en transports en commun presque 100% de chômage, et une population vieillissante (ils sont les deux seul jeune de leur village d’une moyenne d’age de 65 ans)
    Voilà, ici les paysans, les jeunes ou les vieux sont à la CMU souvent au RSA ou en dessous du seuil dit de pauvreté (? ???) et pourtant tout le monde se débrouille (mais zéro crimes, si ce n’est quelques vols régulier par les gitans, quelques bagarres rugby ou bal , quelques toxicos, des petits cons et rien de plus ça ennuie mais rien de comparable avec Aulnay ou Porte de la Chapelle) faut malheureusement vivre avec des connards partout
    Donc faut arrêter avec les a priori sur les proprios les paysans ou autres
    On survie , on vit comme on peut
    Et venez en milieu rural on vous attend vaut mieux vivre heureux comme un pauvre en campagne qu’en ville non ?? (voir Azim E&R https://www.egaliteetreconciliation...
    https://www.egaliteetreconciliation...)

     

    • #2025454

      Respect aux agriculteurs mais à côté de ceux qui survivent d’autres touchent chaque année des primes/ subventions de Bruxelles net d’impôt entre 80000 et jusqu’à 140000 selon la taille de l’exploitation et à ce jour je n’ai entendu aucun agriculteur publiquement dénoncer cette injustice. Qu’en pensez-vous ? Certains « paysans « de mon coin sont des gros propriétaires immobilier sur leur secteur et au bord de l’eau... et je l’écris à nouveau ça tombe tous les ans chez les mêmes ???!!!!


  • #2023571

    Non, « pas tout le monde se la ferme » puisque cet article est paru et qu’il a fait l’objet d’une publication sur E&R et qu’il sera lu par une certain nombre de personnes.

    « Le monde réel est devenu en effet un écran d’ordinateur géant, simulacre qui recouvre le monde nié-pollué. »

    Cette distorsion du réel par le virtuel produit son contraire à savoir une prise de conscience générale, implosive puis explosive du RETOUR au réel comme un Retour aux Sources ....

    Nous y contribuons sans vraiment le réaliser encore.

    Laissez vomir ceux-icelles qui ont le cul assis sur des branches mortes d’un arbre en décomposition intérieure mais dont l’aspect est encore illusoirement et temporairement solide.

    Utiliser votre argent comme moyen provisoire lui laissantcroire qu’il est le maître. Vous le renforcez dans ses illusions, ils s’en nourrit pendant ce temps, l’arbre, ses branches, ses fruits se délitent !

    Trompez l’ennemi comme il vous trompe.

    Nous cultivons et entretenons par la dissidence d’autres arbres qui porteront des fruits dont nous ne sommes peut-être pas bénéficiaires car nous marchons sur des ponts que nous n’avons pas construits


  • #2023801

    Humains trop nombreux. No solution !

     

    • Les humains ne sont pas trop nombreux partout, pas en France par exemple.

      Mais partout ils se concentrent dans des mégalopoles, les bourgs et les villages se désertent.

      Il y a un processus de concentration urbaine et de désertification des campagnes : Lagos, Mexico, Paris.


    • #2024130

      En milieu rural des quantité de maisons de village et de hameaux sont vides et à vendre pour peu d’argent. Evidemment il faut se créer son moyen de subsistance car les offres d’emplois ne sont pas légion. Mais un changement de vie implique des risques. Il faut aussi revenir au mode de vie de nos parents ou plutôt grand-parents, Dans des maisons de village, mitoyennes pour la plupart, quelquefois avec un petit jardin ou juste une cour attenante et le vrai jardin un peu plus loin...Pas dans une villa de plain-pied avec baies vitrées et ""gazon""...Un village qui se repeuple veut dire une école, une épicerie qui vend de tout avec un petit bistrot...etc etc la vie qui reprend quoi...
      Ce serait sympa d’investir un gros hameau les E& R ? Et de le faire revivre vraiment avec une épicerie associative (style bio coop) .... Allez j’attends des réponses et si j’en ai suffisamment je me mets à la recherche du lieu idéal !


    • #2026271

      @Tatiebaba Tout à fait d’accord avec toi
      Et pourquoi pas passer par l’espace membre des adhérents ? On devrait pouvoir se retrouver aussi par les sections locales.. à suivre, c’est noté la réunion avec les modérateurs section modélisme ferroviaire et je vous remercie pour votre réponse cordialement envoyé depuis mon smartphone BlackBerry device driver pour le moment de détente


  • #2023870

    L’auteur de cet article est Nicolas Bonnal, un très bon ami de feu S. de Beketch. Il a commis un bon nombre de livres très intéressants qui donnent des clefs de compréhension sur les rouages profondéments maléfiques du monde contemporain. Il a un blog : https://nicolasbonnal.wordpress.com/
    Et ses livres sont disponibles sur amazon.
    Je le suis depuis pas mal d’années maintenant. Grâce à Dieu.


  • #2023901

    Les centres villes, quelle Bénédiction de ne pas y habiter ! Les gens vivent entassés les uns sur les autres, sans réel espaces vitaux, payes un fric fou le petit peu de place qu’il y a encore à y gratter, sans parler de la mentalité ultra conformiste qui y règne, un enfer !!!


  • #2024055

    Personnellement j’habite dans la Loire, dans une immense ferme, et j’ai 280 m2 de surface habitable pour moi tout seul (et ma fille de 7 ans) dans un confort de ministre. J’ai un métier modeste, sans fioritures, mais pourtant j’ai un confort de vie remarquable. Je paye des taxes dérisoires (TF : 500, TA : 490), et un crédit immo très modique (550). Je pense que ceux qui cherchent coute que coute à vivre à Paris dans 10 m2 comme des chiens, sont des maso aveuglés qu’ils sont par les paillettes d’une vie parisienne qu’ils espèrent mais qu’ils n’auront jamais. Ma soeur est partie chercher la gloire à Paris en 1978 : résultat, elle s’est usée la santé dans une cantine d’entreprise, et se morfond comme une clodo, avec deux enfants devenus des voyous, au 14 sème étage d’une horrible tour à Argenteuil, avec un loyer qui fait deux fois mon prêt immo. Bref, elle a bousillé sa vie. Quand je pense que plus des 3/4 de leur salaire à ces creuvards de Paris part dans ses loyers de cages à poule, je ne sais pas si je dois en rire ou en pleurer. Dans une ville (Paris) qui déborde de rats, de violence, de migrants, de crottes de chiens, de pollution, de bruit, d’attentats, et de caille-ra.


  • #2024152

    J’ai un 50m2 en plein centre (a 50m du centre du département), dans un batiment style ancien, que je paye en moyenne 335€ par mois a Szombathely en Hongrie.
    Mon salaire d’ingénieur net d’impot est 1200 ( 1250 en comptant les bonus anuels)
    Szombathely : 80.000 habitants, 10eme ville du pays, centre administratif du département du Vas.
    235km de Budapest, aucun autre aéroport qui dessert bien la France.
    Mais l’autre prix a payer c’est l’environnement a supporter, je me fais super chier, les gens sont ultra tradi et conformiste, meme en parlant la langue locale je n’ai jamais réussi a m’integrer apres 1an et demi, contrairement a Budapest et Szeged qui sont plus dynamiques, cosmopolites et ouverts.
    La population ici est clean, calme, polie, mais xénophobe et froide. Je ne reve que d’en partir, pour me retrouver dans Budapest avec 1,5 fois moins de surface pour 1,5x plus cher de loyer.

    Il y a un prix et une difficulté a payer partout.

     

    • #2024195

      @Amny
      Revenez en France, on a besoin de toutes les intelligences et de toutes les bonnes volontés !


    • #2024248

      C’est la depression qui m’attend en France. Ici au moins la difference culturelle me propose un challenge permanent qui m’occupe l’esprit, et j’ai un projet de création d’entreprise en cours.
      En France je n’ai rien a part un boulot a...Paris, ou dans un coin tres éloigné de ma famille.

      Je n’ai pas votre courage désolé, j’ai préféré fuir.


    • #2024503

      @Amny
      Je ne sais pas si je peux me targuer de courage, j’ai pas eu l’occasion de m’expatrier, et puis j’en ai tout simplement jamais éprouvé l’envie... Même pour 15 jours de vacances, c’est vous dire !
      Je me suis permis de vous dire ça car je constate que pas mal de commentateurs "éclairés" d’ER sont des expat’ ou des francophones de l’étranger, et l’idéaliste que je suis aimerais croiser un peu plus ces personnes aux propos et idées intéressantes et intelligentes dans mon quotidien ;-)
      Bien à vous et puissent vos projets et rêves se réaliser


  • #2024625

    J’ai quitté une grande métropole , vendu mes parts sociales d’une entreprise à mon associé, loué mon appartement , je vit actuellement dans une petite ville rurale au sud de l’Espagne. Mon loyer me permet de louer une grande maison avec jardin et potager, je roule moi et mes enfants en velo électrique , l’école est à 5 minutes à pied, ma journée semble interminable . Je profite pleinement de mes enfants. Que du bonheur.......
    ps : il faut juste un peu de courage pour améliorer son mode de vie.


Commentaires suivants