Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Impôt sur la fortune : pourquoi les gauchistes, ces idiots utiles du grand capital, sont pour

« En 2017, Emmanuel Macron décide, conformément à une de ses promesses de campagne, de supprimer l’ISF pour mettre en place l’impôt sur la fortune immobilière (IFI), dès 2018. Celui-ci ne prend en compte que les biens immobiliers dans l’assiette de calcul, exonérant ainsi les actifs financiers, mais conserve le même barème d’imposition que l’ISF. Cette mesure encouragerait, selon le gouvernement, les foyers français les plus riches à investir dans l’économie. Cette mesure fut sujette à controverse puisque certains députés et journalistes s’élevèrent contre le fait que les valeurs mobilières telles que les yachts et jets privés n’entreraient donc pas dans l’assiette de calcul de l’IFI contrairement à l’ISF. » (Source : Wikipédia)

La démonstration qui suit en 8 points prouve la fausse opposition au système (libéral) de Mélenchon et ses troupes, mais surtout des trotskistes qui en ont forgé l’idéologie. Les apparences sont trompeuses, dit avec sagesse le (petit) peuple ! Ses amis ne sont pas toujours ceux qu’on croit.

 

Les agents trotskistes infiltrés dans les rouages de l’État ont fait en sorte que soit taxé le travail et non le capital, car les victimes de l’ISF n’étaient jamais les gros contribuables – qui contribuent si peu à la solidarité nationale puisqu’ils ont les moyens de défiscaliser massivement leurs bénéfices – mais les Français enrichis par leur travail ou par un héritage familial, qui vient toujours du travail quand on remonte un peu dans le temps. C’est de la sueur accumulée au cours des âges et des générations.

Et encore, « enrichis » est un grand mot : il suffit d’avoir un patrimoine immobilier équivalent à une baraque plus une maison secondaire ou un appartement (de rente, souvent pour les enfants en études supérieures) pour se voir taxés par la vindicte populaire, habilement manipulée par les Mêmes, de « sales riches » à la sauce hollandaise, ce fameux président qui n’aimait pas les riches mais qui une fois élu (en mai 2012) courait ventre à terre, comme un poney d’élevage avec un piment dans le fondement, chez les cousins londoniens pour rassurer la City...

 

 

Les Français non férus d’économie et majoritairement pauvres (ou non riches) ne pouvaient pas deviner ce tour de passe-passe fiscal, voire défiscal, qu’était l’ISF et qui sauvait les fesses des super riches en taxant les juste riches, les travailleurs du haut.

Là encore les gauchistes infiltrés dans les médias ont joué leur rôle de sociaux-traîtres en tapant sur le Travail et en épargnant le Capital, tout en se mettant démagogiquement les pauvres dans la poche. Qu’on se le dise : toujours le trotskisme bosse et bossera pour le Capital, et le grand, pas le petit, celui des épargnants !

L’hypnotiseur et homme de télévision Gérard Miller, qui vient de fracturer Le Média du couple Chikirou-Mélenchon parce qu’il commençait à pencher un peu trop à gauche, vers la gauche sociale et non la gauche libertaire, est l’exemple-type de cette fausse générosité qui ne profite jamais au peuple français.

Dans cette vidéo chipée sur le site du député La France insoumise, François Ruffin prouve qu’il n’a pas compris – ou alors trop bien compris, ce qui est plus grave – l’entourloupe oligarchique :

 

- La Rédaction d’E&R -

 


 

Pourquoi il fallait supprimer l’ISF

En 8 points, par Henrik Gunnarsson.

1) La suppression de l’ISF sur le capital, tout comme la Flat Tax de 30 % sur les revenus du capital, avait pour objectif de mettre la France au niveau de la concurrence fiscale des autres pays européens. Rendre notre économie compétitive et attractive pour les investisseurs, créateurs de croissance et d’emplois. L’ISF n’existe nulle part dans le monde et dans aucun pays des 27 membres de l’Union européenne, à l’exception de l’Espagne (où il a déjà été supprimé, puis rétabli). L’économie française ne pouvait pas rester avec ce boulet aux pieds.
En Suède, Ingvar Kamprad, le PDG d’IKEA, s’était expatrié à Londres à cause de l’ISF. Quand il a été supprimé, l’économie a décollé et Ingvar Kamprad est rentré dans son pays.

2 ) Contrairement aux inexactitudes qui sont répétées en permanence, la suppression de l’ISF n’a pas profité aux « très riches ». Ils avaient des holdings pour ne jamais payer l’ISF.
Cette suppression a profité aux petits millionnaires qui ont pour beaucoup d’entre eux un revenu de classe moyenne supérieure et composaient la majorité des contribuables ISF.

3 ) L’ISF n’est pas basé sur le revenu mais sur le patrimoine détenu. Il ne tient aucun compte du revenu. On peut gagner 800 euros par mois et devoir payer l’ISF. Conséquence ? Si on a pas d’épargne, pas de capital, on doit vendre son bien ou ses biens immobiliers pour pouvoir payer l’ISF. C’est donc une expropriation.

4 ) J’ai le souvenir de ces pauvres habitants de l’île de Ré, obligés de vendre leur terrain, donc expropriés de fait, dépossédés de leur terre familiale, pour pouvoir payer l’ISF, parce que leur revenu et leur épargne étaient largement insuffisants. Ensuite, le seuil de déclenchement de l’impôt a été relevé de 780.000 à 1,3 million, mais une fois que l’on était dans l’ISF, l’assiette commençait à 780.000. Le calcul de l’impôt commençait à ce montant, et non à 1,3 million.
L’ISF frappait aussi des gens qui gagnaient 2.000 euros par mois. Leur revenu était confisqué, avec l’addition de l’impôt sur le revenu et de l’ISF. Ils devaient puiser dans leur épargne pour payer l’ISF et pour vivre.

5 ) « Rendez l’ISF », nouveau slogan de Jean-Luc Mélenchon.
Une injustice (le racket des pauvres) ne doit pas être remplacé par une autre injustice (le racket des « riches »).

[...]

8 ) La France a conduit une politique anti-riches pendant 35 ans. Le résultat ? La tiers-mondisation de notre économie, et toujours plus de pauvres (9 millions en 2018).

Voir tous les arguments sur inutilejournal.blogspot.com

Un cours magistral de vraie gauche anti-oligarchique, sur Kontre Kulture

 

La merveilleuse épopée de François Oui-Oui Ruffin, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

50 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les dirigeants peuvent s’exiler fiscalement car leur pays le veut bien, en taxant à la source, ce serait impossible. Le problème ici, c’est ce que deviennent les taxes, depuis l’arrivée du dernier guignol en date, le taux de prélèvement en est à 60 % (record mondial) alors que l’état ne rend plus aucune prestation. Pour le devenir des énormes taxes salariales et patronales par exemple, quel en est l’emploi , ça représente annuellement une somme énorme.

     

  • On a une clique dans cette fausse opposition de Merduchon à François Ruffin à Alexis Corbière, jusqu’aux anti-France D.Obono ,Sonia Nour, Zoé Desbureaux, Philippe Poutou & Olivier Besancenot, Alain Krivine, Daniel Mermet et n’oublions pas les très idiot-utile de Frédéric Lordon & Franck Lepage et j’en passe
    Ils sont là pour nous voler notre lutte comme les L.Aliot, Collard, Marion Maréchal ,Robert Ménard, Nicolas Bay dans cette fausse extrême droite
    D’un Rouge/Brun catholique traditionaliste
    Ni droite, ni gauche la France, l’Eglise & le Christ-Roi


  • Ne vaut-il pas mieux demander un retour a la proportionnelle d’abord ?


  • Surprenant (pour l’ISF, pas venant des gauchistes) et intéressant

    Je manquerai pas de la ressortir à mes amis gauchistes celle la


  • Wikipédia :
    «  L’Institut Montaigne a tenté une synthèse des coûts directs et indirects de l’ISF pour l’économie française : ce sont 130 milliards € de capitaux qui ont quitté la France pour éviter l’ISF entre 1997 et 2006 et plus de 200 milliards depuis la création de cet impôt. Pour un bénéfice de 3,8 milliards € par an, l’ISF entraîne également selon l’Institut Montaigne des pertes fiscales cumulées de 15,9 milliards €, en TVA ou en impôt sur le revenu non perçus à cause de l’expatriation fiscale par exemple ».

     

  • Un peu comme Arlette qui en son temps crachait sur les patrons sans différencier ceux qui se gavent après avoir étaient nommés par le conseil d’administration alors qu’ils n’ont le plus souvent jamais rien créé et qui s’en iront avec un parachute doré en cas de gestion calamiteuse, contrairement aux patrons de TPE, souvent caution-solidaire, ne comptant pas leurs heures, ne roulant pas sur l’or, et qui eux sont à l’origine de la création d’un capitalisme vertueux.


  • Ce très pénible à écouter François Ruffin me fait penser à un post ado qui n’a pas fini sa mue.


  • Très mauvaise logique dans cet article, ce n’est pas parce que les plus riches y échappent qu’on doit renoncer à une justice fiscale... Il faut faire en sorte qu’ils n’y échappent pas ou le moins possible quel que soit le pays de refuge.
    La manipulation me semble plus concerner une coterie de possédants et d’élus serviables qu’un complot trotskiste fourre-tout.
    D’ailleurs ne pas imposer un patrimoine et d’autres actifs serait une autre forme d’échappatoire...



  • J’ai le souvenir de ces pauvres habitants de l’île de Ré, obligés de vendre leur terrain, donc expropriés de fait, dépossédés de leur terre familiale, pour pouvoir payer l’ISF, parce que leur revenu et leur épargne étaient largement insuffisants



    C’est tout à fait exact.... !
    La valeur de la maison et du terrain,acheté une bouchée de pain,il y a 50 ans ou plus,s’est mise à grimper sans qu’ils y soient pour rien....leurs proprios sont devenus des millionnaires pauvres et ont dû vendre à des millionnaires riches pour payer leur ISF....une expropriation de fait !


  • "On peut gagner 800 euros par mois et devoir payer l’ISF"

    On peut aussi gagner 15000 euros par mois et vivre dans une caravane... Comme dirait l’autre, les poissons volants existent mais ne représentent pas la majorité du genre.

    Cette mesure ne concerne pas les riches, elle concerne les très riches (au minimum 1.3 millions de patrimoine, et souvent au-delà grâce aux divers abattements et exonérations). Qu’on soit taxé à hauteur de 1% sur un patrimoine de 10 ou 20 millions d’euros, ça n’est pas ce qui me choque le plus dans notre pays...

    Quant à ceux qui disent que cet impôt fait "partir les riches", la question mérite réflexion... Exemple : A-t-on vraiment besoin de ceux qui quittent leur pays à cause d’une taxation annuelle de 0.5% de leur patrimoine (alors que, bien souvent, les revenus obtenus par ce capital dépasse très largement ces 0.5%) ?

    Je suis plutôt libéral économiquement, et pas vraiment de gauche, je n’ai pas de réponse définitive à la question... Mais connaissant quelques assujettis, et la "réalité du terrain", je reste à priori favorable à cet impôt.

     

    • Sauf que la majorité de ceux qui sont millionnaires en patrimoine le sont avec leur résidence principale. Donc payer plus de 9 K à l’année sur un bien qui ne te rapporte rien est simplement intenable pour des tas de gens qui se sont battus toute leur vie pour réussir à se créer un nid douillet. C’est le nivellement par le bas.
      Quand on a un pied, voire les deux dans l’entrepreneuriat, on réalise très vite que la plupart de ceux qui réussissent envisagent de se barrer ou se mettent à prôner l’offshore. Pas par vénalité, mais parce que l’état te taxe plus de la moitié de ce que tu gagnes, ce qui est une aberration. Et ils vont nous dire "vous voulez du social, faut bien trouver l’argent", escroquerie pure, c’est leur façon de répartir le budget qui pose problème. Avec les sommes astronomiques récoltées, ils ont largement de quoi redorer le pays et l’économie mais ils préfèrent servir d’autres intérêts.


    • D’accord avec vous. La question n’est pas evidente. D’un autre cote,si ni l’allemagne,les us,ni les russes ni les chinois ni les suisses n’ont cet impot,c’est que ce n’est surement pas une bonne idee. La tva etait une invention francaise il me semble ,qui s’est repandu dans le monde:donc c’etait peut etre une bonne idee. Il me semble que la csg prend ce chemin la egalement. Si on est les seuls a avoir l’isf, c’est peut etre quand meme que c’est pas super intelligent...


  • La gauche du capital n ’est pas l’ idiote utile du Capital, elle en est le laboratoire et l ’expression ultime.


  • L’ISF est un impôt hypocrite, en plus d’être imbécile !

    Je me rappellerais toujours de ce rapport du Sénat (publié il y a 15 ou 20 ans je ne sais plus) qui a montré que les contributeurs les plus importants sont entre la 1ere et la 2e tranche, en gros les membres de la classe moyenne supérieure ! Ca tranche avec la représentation concoctée par ces p*tes de journalistes qui montrent les diamants et les yachts.... Et tout le monde sait (enfin quand on cherche) que les plus riches ont une armée d’avocats fiscalistes, pour ne pas payer d’impôt. Et faut-il rappeler que quand on est soumis à l’ISF, on doit déclarer la totalité de ses biens ? Vous imaginez le casse tête, en plus d’avoir l’impression de faire un rapport à la gestapo...euh au Trésor publique.

    Donc honnêtement le remplacement de l’ISF par l’IFI n’est pas forcément une mauvaise chose - même si on pourrait y redire - mais de grâce qu’on arrête cette manie ! Et aussi l’hypocrisie : soit on taxe le capital (et c’est pour tout le monde) ou soit on ne taxe pas.


  • Pourtant, ils sont tellement nocifs ces petits riches (cadres, haut fonctionnaires, fils de...) qui correspondent totalement à la description du riche mais pas trop qu’il faudrait à ce point défendre. C’est pourtant eux qui bloquent sans cesse une vraie révolution car ils ont tellement peur de perdre leurs beaux apparts ou maison secondaire qu’ils ont tant mérités (comme si pour ce faire ils n’avaient pas exploité d’autres travailleurs, ou n’avaient pas suivi docilement ce qu’on leur demandait sur le plan hiérarchique).
    En lui permettant de garder son confort qu’il croit narcissiquement mériter, on le trouve en défenseur du système actuel

     

    • Petit con.
      La haine de la classe moyenne nationale, pour te venger de ton impuissance face au grand capital nomade, c’est exactement ce sur quoi table l’hyper-classe et ses serviteurs trotskistes.
      C’est aussi à cause des petits teigneux comme toi que cette classe moyenne est terrorisée par les mouvements sociaux animés par les mélenchons qui les montrent du doigt, à toi qui aboie !
      C’est avec ton raisonnement, qui confond justice et jalousie, patrimoine et parasitisme, qu’on en vient à vouloir la fin du statut des cheminots - autres privilègiés bien-sûr - pour que les salariés soient tous égaux dans la merde ! J’ai entendu ça combien de fois sur les quais de gare lors des mouvements sociaux...
      C’est à cause des cons comme toi, rarement productifs, encore moins entrepreneurs (ce que je suis), que les révolutions sociales, au lieu de partager les richesses produites, finissent par partager la misère, et voient le peuple lui-même finir par leur tourner le dos, lassé de faire la queue devant des vitrines vides.
      Tu te crois de gauche, tu n’es en fait qu’un gauchiste, un parasite exprimant haineusement ton mépris de la production et du travail accumulé dans le petit patrimoine : une habitation principale, puis secondaire, un bateau, tout ça après 30 ans de labeur utile et honnête... ça suffit pour payer l’ISF, petit con !
      Tu es le cancer des révolutions sociales et, finalement, par ta connerie haineuse, le meilleur allié du grand capital auquel tu ne t’en prends jamais, préférant plus facilement haïr et jalouser tes voisins, comme ces cons qui, quand ils voient une jolie bagnole, s’empressent de la rayer avec leurs clefs en pensant faire la révolution !
      Voilà pour toi petit con.
      AS.


    • @Alain SORAL
      Merci A.Soral, combien je vois de jeunes cons me dire toi, ta ferme, tes terres, ton camion, ton bétail, t’es un privilégiés
      Merci parce-que j’ai 5 enfants, une épouse, des crédits et je suis à la gorge ,pour essayer de garder ce que j’ai mis du temps à avoir , pour mes gosses
      Je bosse comme un dingue 2 ou 3 boulots, plus mon exploitation, qui vit au rythme des saisons, des problèmes, des ennuies (pluie, sécheresse, tempête, épidémie, vide sanitaire, grippe aviaire et toutes ces merdes venu d’ailleurs qui n’impacte que les petits)
      Merci parce-que c’est toi qui m’a donné l’envie de changer de vie en 2010/2011
      Et je me suis reconverti dans l’agricole
      Et aujourd’hui je trime comme jamais, mais je suis un homme, un époux un père heureux droit dans mes bottes
      Merci d’éveiller les conscience de petits gars comme celui là j’espère qu’il prendra acte et sans rancœur
      Tu es un grand homme


    • ces petits riches (cadres, haut fonctionnaires, fils de...)

      @xavisson
      Autrement dit, votre réflexion visait une toute autre catégorie que celles des entrepreneurs, c’est bien cela ?


  • Finalement, Ruffin n’est pas fin.


  • De toute façon tant qu’il y a liberté de circulation des capitaux ça ne sert à rien de discuter de tout ça... De fait seuls les biens immobiliers qui ne sont par nature pas délocalisables à l’étranger sont concernés par l’ISF et tout le reste peut être plus ou moins facilement défiscalisé.


  • l’ISF a toujours été un impôt pour les millionnaires, pas pour les milliardaires.
    Pour faire simple, celui qui achète à crédit son appartement à Paris sur 25 ans,
    quand il a fini de payer on crédit, il paiera l’ISF (aujourd’hui IFI).
    Le milliardaire, lui, s’installe en Suisse, au forfait fiscal.


  • L’ISF n’a pas été supprimé. Il a été transformé. Il est devenu l’impôt sur la fortune immobilière (IFI), pour lesquels les points 3 et 4 (au minimum) sont toujours valables. En fait, le nouvel ISF est encore plus injuste que l’ancien. Merci Macron !


  • Les copains de Wall Street,

    Trotski et ses amis de Wall Street et d’Hollywood,
    faisaient passer des valises de tableaux et de bijoux
    à la frontière finlandaise pendant la révolution de 1917 .
    Avez vous déjà vu un Marxiste dénoncer ce scandale ?
    Pas Moi et Vous ?

     

  • C’est tout de même dommage, l’iSF : il suffit de posséder un appartement à Paris, une maison dans le sud, et peut-être aussi quelques assurances-vie, et on y est assujetti !
    (je taquine)


  • l’isf et les droits de succession même combat finalement...les très riches y échappent les autres paient.


  • Jamais il ne met ça en perspective avec l’inféodation de l’Etat français à la superstructure européenne et des intérêts de Wall Street et de la City. Péché par paresse ?

    Plutôt que rendez l’ISF, Rendez-nous Jésus.


  • Celui qu’a pas encore compris que la République a été créé pour te déposséder de ton bien, alors continue à croire en ta République jusqu’à ce qu’il ne te reste plus rien.


  • Ruffin est allé à la même école que notre président mais il n’a jamais étudié l’économie. Seulement Marx.
    Cela dit distribuer l’ isf ça devrait faire 76 centimes d’euro chacun chaque année. De quoi s’offrir un chupa chups ! Cool. Vive la lutte des classes de CM1 !


  • L’ISF est un impôt inique dès sa création, crée par l’inévitable Fabius, lui qui vient d’une grande famille d’antiquaires, l’iSF exonérait de plein droit les œuvres d’art, sûrement simple fait du hasard...

    En réalité, les gauchistes n’ont strictement rien compris de l’ISF, impôt absurde, spécificité française, qui taxe le patrimoine (sur lequel des impôts ont déjà été payés), a entraîné un exode fiscal de masse au grand benefice de nos chers voisins, et participe à la logique de découragement pour tout jeune desireux de se mettre à son compte, créer une boîte, embaucher du personnel et essayer de s’en sortir, cette fameuse pensée ou l’on se dit finalement à quoi bon suer, prendre des risques en s’endettant pour ensuite payer des impôts sur notre gain, se faire emmerder par l’administration fiscale et se faire cracher à ma gueule..

    L’Isf n’était même pas payé par les plus riches, qui jouait sur le bouclier fiscal et les revenus perçus pour plafonner le montant de leur impôt, il est payé par des gens d’une classe moyenne un peu aisée qui a gagné ses sous avec la sueur de son front et qui bénéficie de l’augmentation des prix de l’immobilier.
    Et l’IFI est encore plus scandaleux puisque ne taxe que le patrimoine immobilier et pas les revenus financiers, alors que ce sont ces derniers qui sont les plus importants, en somme un cadeau fait à la finance au détriment du producteur et travailleur


  • Intéressant, et très juste.
    L’ISF était un impôt particulièrement stupide sur le plan économique. Pour commencer, il ne rapportait pas grand-chose. De ce pas grand chose il faudrait déduire le coût pour le percevoir. Sa perception et son contrôle monopolisaient trop de ressources.
    Surtout, c’est le point essentiel , cela a asséché les sources d’investissement dans les PME. C’est ce qui explique le déclin du tissu industriel français, qui se caractérise par un effondrement des PME, ce que nous ne retrouvons pas chez nos voisins.
    Pour maintenir des industries dans notre pays, les autorités multiplient les cadeaux fiscaux aux groupes internationaux.
    Concrètement, on a taxé les riches français. Ces derniers ont trouvé, souvent, des parades. Mais n’ont plus investi en France. Et cela a conduit à multiplier les cadeaux aux très riches, français mais surtout internationaux. Et cela a détruit des emplois.
    Tout ceci pour de l’affichage. Heureusement, ces dernières années, l’ISF a été modifié ; de manière à favoriser les investissements dans l’économie nationale. Mais le mal était déjà fait.

     

    • ah ah ah !!! des fois mieux vaut rire que pleurer en lisant certains trucs....
      Si on faisait table rase...ISF IFI ...Poubelle. Un impôt sur le revenu juste équilibré payé par TOUS en fonction des revenus. Stop aux actionnaires payés plus que les salariés. Halte aux magouilles aux exils fiscaux . Je propose de rayer toutes les lois crées depuis 1972 et de repartir sur un minimum de lois simples claires compréhensibles et sues (ou en tout cas possibles à savoir sans avocat ) par tous ? Stop aux usines à gaz pleine d’exceptions et de subventions.


    • Et ?
      Qu’est-ce qui vous amuse au juste ?
      Par ailleurs, ce que vous dites est bien beau mais assez peu réaliste. On peut rêver de lois simples. Mais tant que les lois seront faites par des juristes, ce ne sera pas le cas. Ils font effectivement des lois complexes pour aller à la gamelle, derrière. Mais ils feront toujours les lois.
      L’impôt payé par tous est une idée intéressante. Cela aurait au moins l’avantage de renforcer le civisme. Quand un individu est conduit à contribuer, ne serait-ce que symboliquement, il devient plus responsable.
      Maintenant, notre système, il est vrai complexe, comporte ses avantages. Il tient plutôt bien compte des réalités sociales, même si ce n’est pas parfait.
      Pour l’IFI, s’il est supprimé cela ne me fera pas pleurer. Je disais juste que c’était déjà une avancée par rapport à l’ISF.


  • Il y a mieux à faire que de dénoncer telle ou telle catégorie au FISC dans un des pays les plus taxé au monde, par exemple passer au crible les dépenses publiques ( ex : Musée des Confluences. Coût 330 Millions d’euros et entre 15 et 30 millions d’entretien). http://www.ifrap.org/etat-et-collec...
    Le pire étant quand même de faire financer par les français leur propre remplacement.
    Quant à l’IFI c’est un impôt qu’approuve la finance cosmopolite et leurs alliés sans-culottes.


  • L’impôt sur la fortune tout comme l’évasion fiscale ce sont les deux seuls arguments critiques du système qui sont autorisés à être exprimés ad nauseam dans les médias grand public. Pourquoi ? Parce qu’ils cachent le fond du problème. Certes on est d’accord que récupérer l’argent de l’évasion fiscale et de l’impôt sur la fortune apporterait une bouffée d’oxygène salutaire dans les caisses de l’état...toutefois le nœud du problème ne se trouve pas là mais au niveau de la souveraineté monétaire de la nation et tout ce qui s’en suit : dette, loi Pompidou-Giscard de 1973 sur la banque de France. La concurrence "libre et non faussée" nous contraignant à ouvrir nos marchés à des produits fabriqués dans des pays à très faibles salaires et protection sociale. La déréglementation financière et l’article 73B du traité de Maastricht instituant la liberté complète de la circulation des capitaux qui entraînera l’hémorragie de tout notre appareil industriel vers des pays à bas coûts en raison de l’impossibilité légale pour les gouvernements des pays membres de l’UE de contrôler le transfert des capitaux d’un pays à un autre. Autrement dit depuis Maastricht si Renault ou n’importe quelle entreprise décide de transférer 200 millions d’euros en Chine pour y construire des usines et délocaliser toute sa production vers ce pays et mettant ainsi au chômage des centaines voire des milliers d’ouvriers français l’état ne peut plus dire non. Et enfin tout ces traités et accords délirant obligeant tous les pays membres de l’UE d’accueillir des quotas gigantesques de migrants...Voilà où se trouve le nœud du problème !


  • "Cette suppression a profité aux petits millionnaires qui ont pour beaucoup d’entre eux un revenu de classe moyenne supérieure et composaient la majorité des contribuables ISF."
    .
    C’est bon , on a compris tu m’as déjà perdu...
    La defense des petits millionaires est un luxe que 90 % de la population francaise peut pas se payer.

     

    • Ces petits millionnaires sont indispensables à l’économie de la production réelle.
      Même les travailleurs modestes ont besoin de ces gens là pour avoir un emploi.
      Relisez les 8 arguments de l’article en bas, vous comprendrez.


    • Jay a raison. Qu’il y ait des riches n’est pas un problème C’est même plutôt une solution. Le drame de l’industrie française c’est que le tissu de PME a quasiment disparu, en comparaison avec nos voisins. Ce sont les riches qui investissent dans les PME. S’ils le font il y a des emplois. Des emplois moins facilement delocalisables.
      L’ISF, surtout dans sa première version , a tué le financement des PME. Le résultat c’est que pour maintenir des emplois industriels il faut accepter le chantage fiscal des multinationales. Cela profite au final à une caste réduite de très riches, souvent hors de France.
      C’est un système idiot. Tout ceci pour une posture faussement égalitaire.


  • Quand la France ne sera plus peuplée que de Zadistes et d’islamo-racailles,
    Ils mettront un impôts sur la 8.6 et le chichon !
    Pays de merde !


  • Bravo pour votre article ! l’ISF est un impôt injuste, pour faire court, il s’agissait d’un impôt qui devait être payé par les héritiers d’un bien immobilier, pourtant obtenu à la sueur du front des parents et grands- parents, aussi, tenez-vous bien, les Français qui ont hérité d’un bien dont ils ne peuvent pas payer l’ISF étaient et sont obligés de vendre leur héritage qui leur a été légué par leurs aïeux, très souvent des châteaux vendus à des Japonais ou des Chinois, voilà où va l’héritage des Français ! encore bravo pour votre article qui remet une fois de plus les pendules à l’heure.


  • Françoise Hardy : "Les gens ne se rendent pas compte du drame de l’ISF"

    "On parle du fait qu’il est très important de payer des impôts sur le revenu du capital. Je suis tout à fait d’accord, mais pas pour taxer un patrimoine qui vous a coûté des fortunes à acquérir, et qui vous coûte déjà des sommes folles en entretien, charges et assurance. Je paie 40 000 euros d’ISF par an. Si Hollande le multiplie par trois, qu’est-ce que je fais ? Je suis à la rue. Je comprends les gens qui quittent le pays à cause des impôts."

     

  • Il ne devrait exister q’un Seul impôt, l’lmpot sur l’enrichissement annuel. Zut , pas possible en usurocratie !


  • blablabla, blabla et reblabla !!
    le discours d’Etienne Chouard est inaudible dans tout ces divers galimatias autoritaires.
    pourtant c’est peut-être une occasion de passer à une 6eme république avec une nouvelle constitution élaborée par le peuple et non par des crapules.


  • Il faut reposer les problèmes un par un pour refonder les choses, ça n’est pas simple. Merci de montrer ce qui déconne ici. L’exemple de l’ile de Ré était très frappaltn à l’époque. Aujourd’hui on taxe les abris de jardin, c’est du délire.

    On reconnait la technique utilisée par le pouvoir de monter les uns contre les autres. C’est le but visé. L’esprit français est infecté par un virus.

    Je me rapelle un ami entrepreneur (avant que je le sois moi même) me dire qu’ici si on fait de l’argent il faut le cacher à cause de la jalousie. C’est clair qu’il n’est pas normal d’être jaloux souvent en n’ayant jamais pris le moindre risque (et quand on sait ce que génère comme stress de monter une entreprise et les investissements humains et en € avant que cela commence à rapporter un peu au début !)


  • On nous perd dans des formules de fiscalité, je me fous qu’un gus gagne dix millions par mois, si au retour je gagne assez pour bien vivre avec ma famille de mon travail. Si ce n’est pas le cas, qu’un actionnaire véreux vit mieux que moi de ses dividendes tout en optimisant sa part d’impôts, oui il y a un sérieux problème à résoudre et vite car c est un parasite planqué sous le saint sacro droit à gagner sa vie et pourrir celle des autres, la règle du capitalisme. C’est ma façon de concevoir la justice sociale financée par la fiscalité.


Commentaires suivants