Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Iran : Ahmadinejad appelle le président Rohani à démissionner

L’ancien président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, actuellement en résidence surveillée, a appelé dans une vidéo – diffusée via son compte Telegram – à la démission de son successeur, cheikh Hassan Rohani.

 

Le président Rohani avait réagi au retrait US de l’accord 5+1 (JCPoA) en assurant qu’il maîtrisait la situation. Mais c’est le contraire qui s’est passé : son gouvernement avait tout misé sur un rapprochement économique avec Washington et avait liquidé le système de contournement des sanctions mis au point par le président Ahmadinejad.

Depuis le début de l’année, la monnaie iranienne s’est effondrée de 60 % par rapport au dollar et le taux de chômage approche les 40 %. Plusieurs services publics ne fonctionnent plus : en de nombreux endroits du pays, l’eau est devenue impropre à la consommation, etc.

Des manifestations anti-gouvernementales ont débuté il y a huit mois, en décembre 2017, et se sont progressivement étendues à presque tout le pays. Les mots d’ordre sont d’abord dirigés contre le soutien financier au Hamas et à certaines milices irakiennes, parfois mais beaucoup plus rarement contre le soutien à la Syrie et au Hezbollah. Les manifestants exigent le départ non seulement du président Hassan Rohani, mais aussi et c’est nouveau du Guide de la Révolution Ali Khamenei.

L’ayatollah Ali Khamenei était entré en conflit avec Mahmoud Ahmadinejad à la fin de son second mandat. Il l’avait qualifié de « mauvais musulman » ; raison pour laquelle, son candidat à sa succession n’avait pas été autorisé à se présenter à l’élection présidentielle.

Mahmoud Ahmadinejad entend poursuivre la Révolution anti-impérialiste de l’imam Khomeiny, mais sans le clergé.

Voir aussi, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2023192

    J’ai lu un article sur al manar qui disait que l’ancien président avait appelé à stopper l’hégémonie du dollar et à utiliser les autres monnaies notamment pour le pétrole pour enfin que le monde ne soit plus dépendant des USA.
    Étrange d’appeler à la démission... ?! D’autant que l’Iran fait face au terrorisme et l’ingérence étrangère qui outre les revendications légitimes sociales du peuple elles sont dans tous les cas et forcément manipulées par la main de l’étranger (révolution de jasmin en tunisie, Égypte, la Libye etc etc ...).
    Aller à l’encontre du clergé iranien c’est aller à l’encontre de l’Iran et des iraniens.
    Surprenant de la part d’Ahmadinejad d’autant que si tel est le ces ce dont je doute il tire une balle en pleine tête de l’Iran et des iraniens avec cet appel.

     

    • Concernant la volonté que l’on prête au clan Ahmadinejad de chasser les ayatollahs des affaires politiques, je ne crois pas qu’il y ait eu de déclaration publique allant dans ce sens. Mais je me rappelle que la chaîne BBC Farsi, citant une source anonyme au sein des services de renseignement iraniens, avait rapporté il y a plusieurs années qu’Esfandiar Rahim Machaï, conseiller et guide spirituel d’Ahmadinejad, avait été enregistré à son insu dans son bureau en train de tenir des propos de cette nature, et que cela serait la véritable cause de la campagne virulente appelant à sa démission qui s’était ensuivie. Officiellement, les causes de la disgrâce de Machaï, qui avait été farouchement défendu par Ahmadinejad, étaient un détournement de fonds publics et ses déclarations selon lesquelles les Israéliens ne sont pas les ennemis des Iraniens.

      En tout cas le Réseau Voltaire pourrait au moins citer ses sources, surtout s’il s’agit bien d’une source aussi douteuse que BBC Farsi.


    • @AF



      le Réseau Voltaire pourrait au moins citer ses sources




      Le Réseau Voltaire a le droit de protéger ses informateurs, comme tous les autres agences de presse.


    • Les agences de presse citent normalement la nature de la source en disant que celle-ci a gardé l’anonymat. C’est ce qu’avait fait la BBC en cette affaire.

      Le Réseau Voltaire ne cite aucune source. C’est donc à nous de deviner si c’est quelque chose qu’une personne bien informée leur a confié, si cela provient d’une déclaration publique ou s’ils se contentent de relayer comme quelque chose d’établi l’information douteuse de la BBC.


    • @AF



      Les agences de presse citent normalement la nature de la source en disant que celle-ci a gardé l’anonymat.




      Tu n’es pas plus avancé avec ce type de source. Autant ne rien dire puisqu’une source anonyme n’est pas vérifiable.


  • " Mahmoud Ahmadinejad entend poursuivre la Révolution anti-impérialiste de l’imam Khomeiny, mais sans le clergé. "
    On peut penser qu’il a le soutient des Gardiens de la Révolution ou qu’il attend leurs réactions .
    Sinon, c’est un coup d’épée dans l’eau .
    _

     

    • J’ai aussi un peu tiqué à la lecture de cette affirmation. En Iran on ne peux pas faire sans le clergé, il est inévitable de trouver un terrain d’entente à moins de procéder à des bouleversements du type "révolution française" ce qui n’est pas souhaitable pour les Iraniens. Un antagonisme frontal qui mènerait à un conflit ouvert entre le clergé et la société civile affaiblirait considérablement l’Iran, sèmerait le chaos et ouvrirait une brèche dans laquelle s’infiltreraient toutes les forces hostiles à l’Iran.


  • #2023214

    Je me demande si ce cheikh Hassan Rohani, n’est pas membre de la communautée du peuple élu.


  • un grand homme que celui la.
    courage,vertu... le forfait complet.


  • Reviens Mahmoud, avec tes quenelles ballistiques de 500 !


  • Je me demande si ce type n’est pas un domné


  • Il me faudrait une bonne vidéo pédagogique sur l’Iran pour comprendre les luttes de pouvoir là-bas et qui dirige quoi, car je suis assez confus.


  • L’Histoire des révolutions populaires confirme que les contre révolutionnaires refont surface,en se dissimulant ,sous le masque de ces prétendus"réformateurs",pour saper la révolution. On l’a vu dans la glorieuse révolution bolchevique. Après deux authentiques leaders révolutionnaires,Lénine et Staline,est tombé comme un venimeux serpent le débile khroutchev qui,avec son rapport de trahison par lequel il attaquait l’héritage stalinien,avait préparé le terrain au traître gorbatchev.
    Aujourd’hui,en Iran,avec le courant"réformateur",c’est-à-dire contre révolutionnaire, représenté par Rohani,ce sinistre scénario de trahison refait surface. Les traîtres iraniens croyaient qu’ils pouvaient cacher leur jeu,en procédant,obliquement,à la liquidation de la révolution en recourant à la tactique Kissingerienne des"petits pas",testés avec le traître Sadate en Égypte. Cette tactique de Rohani a visiblement périclité sous la méthode brutale et frontale de Trump.
    Il n’y a qu’un choix qui s’offre à l’Iran,recarder ses relations avec les puissances russe et chinoise-elles mêmes visées par l’empire états-unien-et consolider le front intérieur par la justice sociale. Cela signifie que le sacrifice doit être équitablement réparti,sans la moindre discrimination. Centrer les efforts et les ressources de la nation sur toutes les branches du savoir et,enfin,habituer et former la population au vraisemblable affrontement avec l’ennemi. Bref,la dure épreuve avec l’implacable ennemi doit structurer l’ensemble de la stratégie iranienne. Toute omission,ou illusions,à ce sujet risque de coûter cher à la nation.
    Le monde entier fait face à un prédateur sanguinaire et impitoyable. Tout ce qui palpite de vie dans les règnes humain,animal,végétal,ou même minéral est placé dans le collimateur de la Bête.L’Iran,comme le reste des nations qui tentent de sortir du joug,ne fait pas exception. Sa survie dépend largement de tout repenser à partir de cette dure réalité.