Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Israël a tenté d’empêcher Ahed Tamimi de venir à la Fête de l’Humanité

« Les efforts de notre journal pour faire venir Ahed Tamimi en France ont produit leurs effets. La jeune Palestinienne sera bien à la Fête de l’Humanité pour témoigner du sort des milliers de prisonniers de son peuple enfermés dans les geôles d’Israël. Elle en a reçu l’autorisation hier. »

La Fête de l’Huma, qui n’est plus ce qu’elle était, a réussi un joli coup en invitant la star palestinienne, celle qui fait rager les sionistes d’Israël et de France.

 

Après l’article désolant de Causeur (voir les renvois en bas de page) qui qualifiait Ahed de « Jeanne d’Arc du pauvre », ce qu’elle est, mais dans le sens noble des termes, et dans cette expression qui se voulait humiliante il y avait toute la morgue des nationaux-sionistes, c’est la petite Noémie Halioua qui tente la sentence du jour :

 

 

Traduction : dès qu’on ne sert pas la soupe à Israël et à ses soutiens, on devient tout de suite islamiste et gauchiste, cet élément de langage BHLien, ce qui est le contraire de national-sioniste.

Tamimi rend dingues les sionistes car ils ne peuvent pas l’assassiner comme ils en ont assassiné tant d’autres dans le mouvement de résistance palestinien, militaires et politiques mélangés. Les services américains ont liquidé 40 000 cadres communistes au Viêt Nam avant d’intervenir militairement et massivement (en 1965), on a vu le résultat.

L’opposition politique légitime, c’est-à-dire populaire, tu peux lui couper la tête, il en repoussera dix. Les Israéliens sont confrontés à ce problème insoluble, croyant même avoir gagné la guerre de l’image en faisant des résistants palestiniens des « terroristes » et en ayant importé leur système d’attentats « islamistes » en France.

Peine perdue, on sait tous qu’Israël a perdu le combat moral, le seul qui vaille sur la durée, et la puissance de la répression n’y changera rien, bien au contraire. Il ne reste alors qu’une solution à l’État hébreu : l’extermination des Palestiniens sur le sol qui leur a été volé, ou l’expulsion de tous les Arabes possibles, Druzes et bédouins compris.

C’est vers la solution de la déportation qu’on se dirige, depuis la déclaration de primauté (de la « race ») juive par les dirigeants de Tel-Aviv, tout en incluant quelques massacres de civils ici et là, histoire de garder la main pendant les périodes électorales, où chaque camp politique israélien accuse l’autre de laxisme.

On dirait le Blut und Boden des nazis des années 30, qui s’entendaient d’ailleurs très bien avec les sionistes allemands. Sauf que là, il s’agit du sang et du sol des Palestiniens...

« L’idéologie Blut und Boden s’est construite à partir des théories racistes et pangermanistes qui se sont développées à la fin du XIXe siècle en Allemagne, et a constitué un élément central de l’idéologie nationale-socialiste.
Cette idéologie peut être considérée comme une des sources des crimes de guerre nazis, en affirmant que l’origine raciale est à la base de la nation allemande, et en justifiant son maintien et son expansion par la destruction d’autres peuples et l’appropriation de leurs territoires. » (Source Wikipédia)

Tiens, ce résumé fonctionne toujours quand on remplace « nazi » par « sioniste » :

« L’idéologie Blut und Boden s’est construite à partir des théories racistes et expansionnistes qui se sont développées à la fin du XXe siècle en Israël, et a constitué un élément central de l’idéologie sioniste.
Cette idéologie peut être considérée comme une des sources des crimes de guerre sionistes, en affirmant que l’origine juive est à la base de la nation israélienne, et en justifiant son maintien et son expansion par la destruction d’autres peuples et l’appropriation de leurs territoires. »

Lundi 10 septembre 2018, L’Huma relayait les tentatives grossières du pouvoir militaire fasciste et raciste israélien d’empêcher Ahed de venir à la fête communiste en France.

- La Rédaction d’E&R -

 


 

La jeune fille de 17 ans, qui a passé huit mois en prison, ne peut sortir de Cisjordanie alors qu’elle a obtenu son visa et doit participer à la Fête de l’Humanité ce week-end.

 

Après huit mois de prison, pendant lesquels elle a tristement fêté ses 17 ans, la jeune Ahed Tamimi, dont le seul crime a été de s’opposer à la présence de soldats israéliens devant sa maison, devait venir en Europe et, notamment, participer, le week-end prochain, à la Fête de l’Humanité. Avec ses parents, visa Schengen obtenu, elle comptait partir jeudi ou vendredi pour Bruxelles puis se rendre à Paris, à l’invitation de notre journal et du PCF, participer à des débats organisés par l’Association France Palestine Solidarité (AFPS), avant de partir pour Madrid et être reçue par le Parti communiste espagnol.

Pour l’heure, elle ne peut honorer ses engagements. Les autorités israéliennes ont fait savoir à la famille Tamimi qu’elle ne quitterait pas la Cisjordanie, où elle réside, pour des raisons de sécurité (sic). S’ajoute à cela la fermeture totale des territoires palestiniens et des frontières terrestres jusqu’à mardi en raison de la fête juive de Roch Hachana. Si la protestation ne s’amplifie pas, il est à craindre que les participants à la Fête de l’Humanité ne puissent pas accueillir Ahed Tamimi, comme cela était prévu. Pas plus qu’ils ne verront Salah Hamouri, toujours emprisonné.

 

C’est toute la politique de Netanyahou qui se dévoile

«  Le gouvernement français et le chef de l’État doivent (…) intervenir pour que Ahed et ses parents puissent voyager librement, et se rendre à Paris, Madrid et Bruxelles, comme prévu », a immédiatement réagi le Parti communiste français dans un communiqué.

Rien, en effet, ne justifie une telle mesure si ce n’est l’arbitraire le plus total et la volonté, de la part des forces d’occupation, que ne soit pas entendue, dans le monde et singulièrement en France, la voix de celle qui symbolise la révolte de la jeunesse palestinienne. Quand on voit Ahed, quand on l’entend parler, difficile évidemment de lui accoler l’étiquette de « terroriste », sauf à tomber le masque. Pour Israël, est terroriste toute personne opposée à l’occupation et à la colonisation, qui se prononce pour la création d’un État palestinien.

À travers l’interdiction faite aux Tamimi de se déplacer, c’est bien toute la politique de Netanyahou qui se dévoile. Au cours du seul mois d’août, 19 Palestinien(ne)s ont été tué(e)s, pour la plupart des jeunes. Même les personnels médicaux sont visés. Manifester pacifiquement en Cisjordanie ou dans la bande de Gaza, c’est s’exposer à la mort. Ahmad Aboutoyour n’avait que 17 ans. Il est mort samedi, après avoir été touché par un sniper israélien dans la bande de Gaza. La veille, Bilal Moustafa Khafaja, 17 ans également, était abattu de la même manière.

Lire l’article entier sur humanite.fr

 

Les journalistes harcelés

Le journaliste palestinien Ali Dar Ali a été arrêté et détenu depuis le 15 août pour avoir posté une vidéo montrant l’armée en opération dans un camp de réfugiés. Mardi, cette même armée a tiré avec des balles en caoutchouc sur les journalistes venus le soutenir. La Fédération internationale des journalistes (FIJ) et le syndicat palestinien (PJS) appellent Israël à cesser «  ces crimes qui ne décourageront pas les journalistes  ».

Rendez-vous sur la boutique Kontre Kulture !

 

Ahed Tamimi, une tâche indélébile sur Israël, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants