Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Israël avertit la Russie du déploiement éventuel de ses S-300 en Syrie

Alors qu’Israël fêtait son 70e anniversaire, rapporte Debkafile, un cargo russe a déchargé « une cargaison suspecte » au port syrien de Tartous. Le site, proche des milieux de renseignement de l’armée israélienne, exprime à mots couverts son indignation de voire la Russie « souhaiter ses vœux d’anniversaire à Israël » en « livrant des S-300 au régime syrien » !

 

Debka qui dit ne pas être sûr de cette livraison accuse la Russie d’avoir abusé des festivités en cours en Israël pour faire cette livraison, laissant supposer qu’Israël aurait bien pu en empêcher la Russie. En effet l’ancien Chef des renseignements militaires israéliens a menacé qu’en cas de livraison du système de défense russe à Damas, les avions israéliens le bombarderaient.

Mardi 17 avril, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que Moscou avait jusqu’ici refusé la demande de la Syrie pour les missiles avancés S-300, mais que l’acte d’agression des États-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne avaient bien motivé Moscou pour aider l’armée syrienne à freiner l’agression.

Lors des dernières attaques au missile de la coalition occidentale en Syrie, la Défense aérienne de l’armée syrienne avait pu détruire 71 des 101 missiles tirés vers des cibles syriennes.

L’agence de presse américaine Bloomberg rapporte les propos de l’ancien chef des renseignements militaires israéliens concernant l’annonce de Moscou. Amos Yadlin a mis en garde Moscou et a affirmé qu’en cas du déploiement des S-300 russes, les chasseurs israéliens les bombarderaient.

Il a précisé :

« Je connais bien la force aérienne ; nous avons déjà fourni des plans appropriés pour faire face à cette menace. »

Mais Israël est-il réellement capable de détruire les S-300 syriens ?

« Les experts russes croient que le déploiement des missiles S-300 sur le territoire syrien serait un atout pour la Russie », rapporte l’agence de presse américaine. Pour Jane’s Defence Weekly, « la Syrie a déjà de bons systèmes à courte et à moyenne portée. Les S-300 seraient en mesure de former un parapluie de défense aérienne à plusieurs couches assez complet sur la Syrie ». Or, ajoute l’expert, « pour détruire les nouvelles armes, Israël utiliserait probablement des avions furtifs américains F-35 et mènerait une guerre électronique ». Les F-35 déjà fournis à Israël sauront-ils relever le défi qu’est la destruction des S-300 syriens ?

Des avis experts sont partagés : alors que le Pentagone vient de cesser l’achat des F-35 à leur concepteur Lockheed Martin pour cause de nombreux défauts qui lui sont propres, Israël, lui, aurait du mal à défier la Russie avec un appareil qui a peu de chance d’échapper aux tirs antimissiles russes quand bien même il serait furtif.

 

Le régime israélien reste toujours dans la panique de l’équipement de la Syrie par la Russie. Qu’est-ce qui lui arrivera si l’armée syrienne s’arme de S-300 ?

Le website d’information Damasnow s’est penché, dans un article, sur la puissance balistique de l’armée syrienne qui s’est, de plus en plus, renforcée, tout au long des décennies, pour contrer toute éventuelle bêtise américaine ou israélienne.

« La Syrie a détruit le mythe de l’invincibilité de l’armée israélienne en écrasant ses escadres aériennes lors de la guerre d’octobre 1973, en interceptant, par ses systèmes de défense aérienne, plus de la moitié des avions fantômes d’Israël volant dans les ciels syrien et palestinien.

Il est vrai que tout pays qui puisse contrôler le ciel arriverait, de même, à maîtriser la guerre, aussi grande qu’elle soit. En 1973, la Syrie en était à la hauteur, mais la donne avait changé, ces quelques dernières années : les systèmes et brigades de défense aérienne syrienne ont subi des attaques terroristes, ce qui a affaibli ce système, permettant à l’ennemi israélien de pénétrer le ciel syrien et d’attaquer ses bases militaires. Il n’est pas donc surprenant que les attaques terroristes sur les bataillons de défense aérienne syrienne aient été toutes menées avec l’appui et les conseils d’Israël.

La Syrie ne s’est pas, toutefois, laissée vaincre par Israël. L’armée syrienne a résisté sur les champs de bataille et fini par reprendre, à l’issue d’intenses et difficiles combats contre les terroristes, la majeure partie du territoire syrien et éliminer des groupes terroristes. Les forces et les systèmes de défense aérienne, hors du service, ont été réactivés et ont fait face aux avions-agresseurs.

L’abattement de l’avion F-16 israélien, le 10 février, par le système de défense aérienne syrienne, alors qu’il survolait la Galilée, a changé le cours des événements : Israël ne fait plus cavalier seul dans la région. L’avion israélien a été abattu par une armée syrienne qu’on croyait désormais affaiblie et impuissante. Israël a tout fait pour dissimuler son échec, il a même procédé à un black-out médiatique pour réduire le taux de panique au sein d’Israël [Palestine occupée, NDLR]. Inutile puisque tout disait le contraire. L’armée syrienne a récupéré sa puissance d’antan et peut faire face aux agressions étrangères. Cela a été prouvé, de la meilleure manière, après l’agression tripartite USA/France/Grande-Bretagne, le 14 avril, contre les bases militaires syriennes, sous prétexte de l’attaque chimique à Douma qu’on imputait au gouvernement syrien. Des 103 missiles intelligents de divers types dont Tomahawk, tirés depuis les navires et les avions de ce trio, 71 ont été interceptés par la DCA syrienne.

La défense aérienne syrienne a tiré 110 missiles de ses anciens et nouveaux systèmes aériens pour faire de beaux missiles de Trump un tas de ferraille dans l’espace aérien syrien.

Le point qui mérite réflexion c’est que la plupart des systèmes de défense aérienne syrienne sont vieux mais que l’armée syrienne était arrivée à les rénover selon les critères des meilleurs systèmes de défense du monde.

Il ne faut pas, d’ailleurs, oublier la performance des soldats syriens dans l’utilisation de leurs défenses aériennes dans la mesure où l’abattement des missiles de croisière et des avions modernes leur est devenu un passe-temps.

Nous avons parlé de S-200, S-125, Pantsir, etc. Mais si la Syrie avait le S-300 ? Dans ce cas-là, est-ce que les avions israéliens auraient le courage de sortir de leurs bases ? », conclut l’analyste de Damasnow.

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 

La fin de la maîtrise de l’air israélienne, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

47 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Une question me taraude, quand un pays ne veut plus se laisser bombarder impunément et qu’il se dote de systèmes de défense anti-aérien est-ce antisémite ?

     

  • Même le déclenchement du 3° conflit global Est/Ouest ne peut empêcher la Syrie de se doter des armes Russes. Pire encore cela ne ferait qu’en accélérer l’acquisition/installation, sans parler du risque énorme de rayer de la carte l’état corsaire sans profondeur, sans surface, sans population, sans légitimité. Ceci dans un contexte général de révolte et de profond ressentiment des populaltions de l’Ouest prises en otage par les Pouvoirs qui les dominent par l’hyperviolence dans l’hypercontrainte. Une révolte que peut d’ailleurs soulager l’Est à la demande...


  • Comment détruire par des missiles des missiles anti missiles ? Trop fort les Y .


  • C’est sûr que lorsqu’on a pris une dégelée par quelques fantassins du Hezbollah, des S 300, ça ne doit pas les faire rire, les gars de l’armée "la plus morale du monde".

     

  • En gros israel exige le droit de bombarder la Syrie en toute impunité... et sans riposte !

     

    • Ils ont ce don de s’autoconcéder tout ce qu’ils interdisent aux untermenchen (race/racisme rudimentaire, identité, nation, pouvoirs régaliens, souveraineté, domination, agressivité, exploitation, ect...ect...ect...) L’impunité fait aussi partie des autoconcessions que se permettent ces nouveaux surhommes. Oui, en fait, juste un comportement d’hypernazis en plein délire.


    • C’est tout à fait ça mais ce n’est, bien sûr, jamais exprimé aussi directement :
      l’etat hebreu qui a beaucoup souffert, s’arroge le droit de se protéger d’un groupe qu’il a étiqueté terroriste ( Hezbollah) et qui, selon ses observations depuis la terre promise, trafficotte sur le territoire Syrien.
      Du coup, pour éviter de souffrir, l’état hébreu bombarde comme ça lui chante là où ça l’arrange. Ne pas être d’accord est antisémite.


    • " Les Syriens n’ont absolument pas le droit de se défendre " .


  • Le fait que ses S-300 russe soient déployés en Syrie emmerde les Israéliens, on sait d’où vient le problème, ils ne s’en cachent plus .


  • « pour détruire les nouvelles armes, Israël utiliserait probablement des avions furtifs américains F-35 et mènerait une guerre électronique »
    Alors ça c’est plus qu’improbable, les f-35 ne sont pas prés d’être utilisés en mission car cela révélerait leur médiocrité absolue.

     

  • Dans son testament politique, Pierre le Grand fixait à ses successeurs les grandes orientations pour l’avenir de la Russie .Parmi celles ci , qui dans l’ensemble restent toujours d’actualité , figurait l’implantation dans les mers du sud .Avec TARTOUS , c’est chose faite, il aura fallu près de trois siècles pour controler la méditerranée orientale et les détroits .Ce n’est pas cette écorchure à la surface du globe, avec son armée de boutiquiers et de tailleurs qui changera le fil de l’histoire , ou alors....à ses risques et périls !

     

  • La Russie amie d’Israël ?

    Progressivement mais surement,La Russie
    de Poutine assure sa fonction de protection
    d’une Syrie Libre et Indépendante .
    Le peuple Syrien a montré de grandes qualités
    face aux agressions multiples de l’Occident
    allié d’Israël et de l’Arabie Saoudite .
    La victoire du couple Russie/Syrie,est une
    défaite historique sans précédent,pour Israël .
    Il faudra que certains commentateurs nous
    expliquent la complicité qu’ils discernent
    de Poutine envers l’Empire !

     

    • Pierre Hillard, si c’est lui qui est visé, considére que la guerre froide USrael/Russie est une guerre intestine entre les loubavitchs Russes pour une hégémonie cabaliste/mondialiste lente, et les Rothchildo/cabalistes US pour un NOM immédiat.
      C’est sûr qu’en instaurant le foutoir partout, il leur faut un espace sécurisé entre le Nil et l’Euphrate pour échapper aux pertes collatérales et à la vindicte.


    • Pas super crédible comme théorie, s’il y a bien un endroit dans le monde qui ne sera jamais "sécurisable", c’est bien entre le nil et l’euphrate
      En patagonie par contre, éventuellement...


    • #1950793

      Les liens Russie-Israël sont extrêmement puissants (même s’il y a des frottements sur la ligne finance mondiale-H’abad Loubavitch (la secte qui veut réduire la population mondiale des goïm à 600 millions). Liens forts notamment depuis le pacte Perez-Medvedev de 2009 qui a, entre autres, aligné la politique historique des deux États dans la lutte contre "les deux négationnismes", celui de la Shoah et celui du rôle libérateur de l’Armée Rouge.
      Ce n’est pas un hasard que, lors de la 1re présidence de Poutine, son ami Berl Lazar soit devenu le grand rabbin de la Russie après la mort d’Adolf Chaïevitch. Cette "Kosher Nostra" est plus influente que jamais en Russie. Ce n’est pas pour rien que les Loubavitch appellent Poutine rabbi. On peut rappeler qu’adolescent, Vladimir Poutine (qui est aujourd’hui propriétaire d’un appart à Tel Aviv) a également fait un séjour en Israël en 1967, en compagnie de sa mère (nom de jeune fille Shalomova, c’est-à-dire Mlle Shalom), alors que la seule façon pour avoir un passeport à cette époque en URSS était de visiter une famille proche sur invitation expresse. Il existe d’ailleurs un scan du passeport de Poutine du 7 octobre 1968 où l’origine de sa mère Maria Chalomova y est clairement indiquée "evr."). Au début du "règne" de Poutine, la presse nationaliste russe a largement parlé de ses crypto-origines, évoquant son arrière-grand-père, activiste extrémiste du Bund, Mordko Blintchikov (publiant même son dossier de l’Okhrana tsariste). Des livres entiers existent sur Poutine et les Loubavitch (en Pologne, les livres de H. Pajak), il y aurait énormément à dire…
      En plus, depuis l’année dernière (2017) après un vote du parlement israélien, la Fête de la Victoire contre le nazisme sera le… 9 mai (comme dans toutes les démocraties populaires aux temps de l’URSS, et non le 8 mai comme en Occident).


  • Cette information conforte mes idées : la Russie n’a jamais vendu de S300 ni de S400 à la Syrie. Elle y défend ses seuls intérêts et se contrefiche du sionisme.

     

  • A travers l’article,on comprend ce que nous savons de la Russie soviétique et actuelle dans le domaine de son soutien militaire qu’elle apporte à ses"amis" : se limiter à la livraison des armes défensives et encore...c’est au compte goutte. Raisonnons logique. De quoi la Russie a peur si elle met à la disposition de ses alliés des armes offensives du même niveau,en quantité et en qualité,que les ennemis. De quoi ces russes ont peur si les syriens ou les iraniens,ou aujourd’hui les coréens du nord,disposent de l’arme atomique et d’armes conventionnelles de haut niveau ? Beaucoup"d’experts"donnent comme ridicule réponse : cela aboutirait à une guerre nucléaire totale avec l’empire états-unien. Mais alors,pourquoi cet empire lui ne prend aucune précaution pour éviter l’apocalypse ? Cette question,qui relève de l’irrationnel,mérite d’être examinée sous d’autres angles afin de comprendre,ou du moins,d’essayer de cerner-même approximativement-les ressorts qui commandent la peur-panique des russes et des chinois face à l’occident. Les questions qui se présentent à nous sont de cet ordre :
    - l’oligarchie occidentale suppose,par rapport à la confrontation avec russes et chinois,que la valeur de la vie de ces derniers est supérieure à celle des occidentaux et que,par conséquent, il est de bonne guerre de la leur faire perdre pour le moindre prétexte ?
    - ou que ce raisonnement soit tenu par les russes et les chinois,et alors ces derniers évitent à tout prix de sacrifier leurs vies,qu’ils supposent d’une essence sans le moindre rapport avec celle des occidentaux,sur l’autel de conflits qui ne méritent pas le sacrifice suprême.
    - ou alors ces mêmes russes et chinois,filtrent leur position à l’aune de leurs jugements de valeur vis à vis des arabes,musulmans,vietnamiens,cubains et coréens. Et que ce jugement de valeur aboutit à la conclusion que ces pays ne valent pas le sacrifice suprême,à savoir celui d’une guerre nucléaire totale.
    ( à suivre )

     

    • Oh, mais ils ont pris toutes les précautions durant la nuit du 14, le monde a vécu durant 30 minutes avec les silos russes ouverts... !

      Tu crois vraiment à toutes ces pannes et tires foirés ?
      Comme pour les missiles de Cuba, les historiens nous dirons dans 30 ans pour ceux qui seront là, que ça été la nuit la plus chaude du XXIe siècle, si d’ici-là, rein n’est venu rompre le fragile équilibre sur lequel repose le monde depuis le 14 avril 2018... Je te rassure, ça, c’est une utopie malheureusement.


  • ( suite et fin )
    - dans cette modeste analyse,il est une question qui n’est traitée que dans de rares occasions,celle de la livraison de l’arme atomique française à Israël et la position de résignation de l’URSS face à un événement historique majeur de dimension biblique comme celui-ci. Il est pour le moins étonnant que les dirigeants soviétiques,qui ne juraient que par la dialectique historique ,laissaient passer sous silence un aussi gigantesque et grave projet,depuis sa genèse jusqu’à sa phase opérationnelle finale.
    Évidemment qu’on peut pousser les questions et leurs hypothèses tirées,non pas d’une démarche théorique,mais prenant racine dans l’histoire récente des confrontations entre occident et monde asiatique. Naturellement,les psychologues,les sociologues et les spécialistes de
    l’histoire comparée ont leur mot à dire en la matière avec une autorité autorisée.
    Quant à nous,humbles citoyens,nous pouvons dire simplement que ceux qui souffrent d’une peur obsessionnelle par rapport à un événement menaçant,se comportent,malgré eux de façon,non pas pour
    l’éloigner,mais pour accélérer le déclenchement irrémédiable du désastre...( Fin )


  • Le Sionistan est une entité capricieuse qui désire que tout se fasse en fonction de ses desirata.Le Sionistan vit dans son monde chimérique ....

     

  • Franchement, j’étais déjà épaté par Trump pour la manière dont il a dupé tout le monde, y compris une bonne partie de ses partisans inquiets, en frappant des bâtiments vides après en avoir prévenu la Russie, pour déclarer ensuite un succès total (ce qui est un message clair envoyé aux néocons). Je pense qu’il savait en plus qu’il donnait de cette façon le feu vert aux Russe pour installer leurs S-300. Contrairement à beaucoup, je continue à penser que Trump joue très, très intelligemment. Même sa nomination de Bolton me semble devoir être lue à deux niveaux : car Bolton est en fait un exécutant, un peu comme Colin Powell : il était néoconservateurs quand il était dans le camp néoconservateur, mais Trump en fera ce qu’il voudra, tout en pouvant dire aux médias et aux Néocons : regardez, j’ai nommé l’un d’entre vous. Enfin, pour l’instant, c’est mon impression. Trump a foutu la trouille à tout le monde en donnant l’impression qu’il allait déclencher Armageddon, et maintenant, tout le monde, sauf les fou furieux, lui sont reconnaissant d’avoir seulement fait semblant. Et par son numéro de théatre, il a rendu un sacré service à la Russie, à la Syrie, et à la paix mondiale.

     

  • En passant, les dernières nouvelles ne sont pas très optimistes pour la colonie sioniste en Palestine. Nous allons assister à une montée en puissance de la résistance yéménite avec risque de fermeture du détroit de Bab el Mandab. La dernière agression américano-saoudo-sioniste au Yémen a laissé sur le carreau 88 morts dont le président du Conseil Politique Suprême du Yémen Saleh Ali al-Sammad qui partait assister à une cérémonie de mariage. Trois jours de deuil national ont été décrétés ainsi qu’un état d’alerte maximal.
    Par ailleurs, selon les différents analystes sérieux l’Arabie Saoudite va subir une réponse "sismique" et "douloureuse" selon ce qui se dit. On risque de voir après l’enterrement du dirigeant une pluie de missiles sur les sites stratégiques et sensibles du pays (probablement également américains) ainsi que l’utilisation de nouvelles armes et l’ouverture éventuelle de nouveaux fronts en Arabie. Bref, le Yémen, qui dans la stratégie de l’Empire est le pendant de la Syrie va faire accélérer la résolution de toutes les crises au Moyen Orient entrainant dans la chute des Al Saoud la colonie en Palestine qui ne peut survivre qu’avec la survie d’une Arabie sioniste...

     

  • Que l’occupant sioniste ferme sa grande gueule....


  • Je suis malgré tout assez inquiet sur l’avenir .Aux USA , le bombardement du 14 avril, le premier émoi passé , laisse plutot l’impression d’une entourloupe de TRUMP qui ménagerait prudemment les russes .L’establishment, l’état profond, le Pentagone et les multiples services de renseignement , ainsi que nombre de sénateurs ne semblent pas décidés à lacher le morceau . Pour eux, la déclaration de TRUMP visant à se retirer de SYRIE est inacceptable ( déclaration de RICE ex ambassadrice à l’ONU ) .Avec ou sans TRUMP ils veulent une occupation permanente et d’une durée indéterminnée du nord et de l’est de la SYRIE( zones pétrolières) , un controle des frontières avec la Turquie, avec les kurdes et al Qaida, et un renforcement des troupes US au sol . Le but , conforme avec les désidérata d’israel , c’est le démembrement de la SYRIE, l’élimination de B .Assad, et l’occupation préparatoire à un conflit avec l’IRAN ( qui représenterait une menace pour la sécurité des USA )...et la RUSSIE .


  • N’oublions guère andrei gromyko en 1947


  • Quand Poutine fait un cadeau, c’est des S-300. La classe !


  • Bon anniversaire.....BOUM !
    C’est curieux cette manie de toujours prendre les autres pour des imbéciles. Les russes NE SONT PAS des abrutis et Pout’ sait très bien ce qu’il fait. A bon entendeur...


  • D’après l’agence officielle russe TASS de ce lundi :
    - il faut au moins un mois avant de pouvoir livrer les S-300 http://tass.com/defense/1001329
    - Lavrov a déclaré que la décision n’était pas encore prise http://tass.com/defense/1001272

    Je suppose que l’info prétendue par debkafile était peut-être juste destinée à provoquer la mise au point officielle russe ci-dessus, et pousser le sujet au menu des discussions Trump/Macron/Merkel de cette semaine.

    Je maintiens mon jugement antérieur, Poutine peut extorquer beaucoup de choses à Israël, en échange, s’il s’abstient finalement de livrer les S-300.

    Dans l’immédiat, cette décision attendra probablement de savoir si les relais israéliens à la Maison Blanche ont persisté et réussi à détruire l’accord nucléaire iranien.


  • Quand le chat Azraël n’est pas là, les souris de casse noisette dansent. Déjà qu’ils font pas le poids avec des missiles datant de l’ère soviétique, alors essayer de contrecarrer des missiles S300 dernier cris c’est même pas la peine. La Syrie est bien partie pour être l’équivalent de la Corée du Nord au Moyen-Orient. Viva Assad !


Commentaires suivants