Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Jacques Chirac (1932-2019) : l’ami des Arabes qui céda au CRIF

Le chaînon manquant entre de Gaulle et Sarkozy

Jacques Chirac a été président de la République française de 1995 à 2007, un septennat plus un quinquennat. Il est à l’origine de la fondation du RPR en 1976 (reversé dans l’UMP en 2002, puis LR en 2014), en héritier du parti gaulliste UDR. Chirac était de droite, pas encore complètement libérale, mais pas non plus sociale. Ses adversaires le présentaient plus comme un opportuniste que comme un homme de convictions. Celles-ci portaient plus sur l’image de la France, à l’intérieur et à l’extérieur, que sur une idéologie de droite. D’ailleurs, il a commencé sa carrière politique en tant que simple militant communiste. Il aura, à l’image de Mitterrand, couvert presque tout l’arc républicain, au-delà des partis, FN mis à part. Son « antifascisme » ne l’a pas empêché, par exemple, de rencontrer Jean-Marie Le Pen à quatre reprises, selon l’ex-président du FN, dont deux fois avant les deux tours de la présidentielle de 1988.

 

Le sémillant Chirac, dit le Grand Jacques, a été choisi par les barons gaullistes pour relooker un mouvement qui était dirigé par de vieux barbons, Debré (père), Messmer, Chaban et Guichard. Le vrai pouvoir appartenait à ces derniers, moins connus aujourd’hui que l’omnipotent Charles Pasqua, l’homme qui fera le lien entre la Corse et la métropole, le Milieu et la police, la Résistance et le pouvoir. Le noyau idéologique était à l’origine la chasse gardée de Pierre Juillet et Marie-France Garaud, lucide parmi les lucides, attaquée logiquement par toute la gauchosphère des années 70. Pour elle, l’État et la France n’étaient pas négociables. Ce que la gauche, Chirac compris, fera dans les années 80-90, pour finir par lâcher la politique de souveraineté nationale, symbolisée par le fameux contrôle du triptyque monnaie-économie-guerre.

La France a cédé à l’Europe, c’est-à-dire à l’Allemagne, deux de ces trois prérogatives fondamentales. En ce qui concerne la guerre, elle s’est arrimée aux intérêts israélo-américains, sauf peut-être en Afrique (et encore, nos soldats travaillent avec les GI’s à Djibouti pour contrer les déstabilisations djihadistes du Sahel). Conséquence, la France a reculé dans tous les domaines, et son étoile diplomatique, qui luisait encore dans les années 2000, a pâli à une vitesse dangereuse. La réputation monte par l’escalier, et descend par l’ascenseur. Le renoncement, annoncé et analysé par Garaud dans Impostures politiques (2010), montre aujourd’hui ses conséquences funestes.

Et Chirac, là-dedans ? Il aura conduit une politique de gauche non communiste, comme Mitterrand conduira une politique de droite non nationale, signe de l’alternance à la française. Une démocratie qui n’assume plus le Pouvoir et la Décision, les médias et l’opinion « faisant » de plus en plus l’agenda des politiques. Ces années de valse droite/gauche et de cohabitations – la fin objective de l’esprit de la Constitution de la Ve République, et le retour à l’instabilité de la IVe – auront montré une chose aux Français : que le pouvoir existe toujours, mais ailleurs. Dans les « instances » internationales, ce nuage lointain et bienfaisant, ce qu’il n’est évidemment pas. Le chant du cygne chiraquien aura été ce jour du 14 février 2003, où le dernier diplomate honorable de la République française saura s’opposer à la guerre d’extermination américaine en Irak, un pays ami, aux liens nombreux – et plus ou moins avouables – avec les derniers gaullistes.

 

 

Il ne reste donc pas grand-chose de la parenthèse chiraquienne, sinon l’impression d’un surplace, agrémenté de combines politiques internes (l’élimination des ambitieux quadras du RPR dans les années 90 par le « tueur » Pasqua, une petite nuit des longs couteaux à droite). Pour le punir définitivement, le mouvement dit gaulliste, qui n’avait plus que 10% de gaullisme en lui (la tendance Seguin), finira en sarkozysme, sa version libérale américano-sioniste, soit l’exact opposé idéologique de ses origines ! Une parenthèse d’indépendance nationale sera ainsi fermée, en 2007. Que les socialistes se garderont bien d’ouvrir en 2012.
Savoir si Chirac et ses gaullistes dits sociaux auraient pu s’opposer à la prise de pouvoir des sarkozystes est un autre débat. Ils ont probablement essayé, mais ont été éliminés. Des puissances extérieures et leurs obligés (Monnet, Delors, Klarsfeld) ont œuvré à la destruction de la souveraineté du pays, avec une efficacité redoutable, en droite ligne de Mai 68. Le successeur de Chirac achèvera la révolution orange française, qui couvre les années 1968-2007. La décennie suivante ne sera que renoncements et trahisons. Il aura fallu 50 ans pour faire d’un pays solide à tous points de vue, une flaque.

Au-delà de Jacques Chirac, qui a montré quelques soubresauts souverainistes, plus en paroles qu’en actes, la question se pose de la possibilité non pas de revenir en arrière, mais de reconstruire une France forte et unie. Pour cela, si l’on considère que l’Europe a été un plan américain à intérêts allemands, il faudra en passer par un détachement de l’UE, qui ne nous sert plus à rien, sauf à larguer notre industrie et ce qui nous reste de souveraineté. Ce que Garaud crie dans son livre et dans ses rares passages télé depuis son éviction du premier cercle chiraquien. Un constat lucide traverse le temps sans encombres ni rafistolages. La cassure entre les gaullistes historiques et les néo-gaullistes, prélude à la liquéfaction de l’État, aura lieu lors de l’agenouillement de Chirac le 16 juillet 1995 devant les « représentants » de la communauté juive, lorsqu’il reconnaîtra la responsabilité de la France dans la parenthèse politique de Vichy. En face de ce renoncement aux conséquences néfastes, la gifle à G.W. Bush le 14 février 2003, et la remontada stupéfiante de 1995, où Chirac déjouera tous les pronostics en renversant la vapeur balladurienne, grâce à une campagne… dans les campagnes. Cependant, il y a probablement moins de portraits de Chirac que du Général dans la France rurale.

 

Chirac avait-il les moyens de renoncer au renoncement ?

Question inutile, puisque nous y sommes. Nous retiendrons son passage à Alger en mars 2003, sa colère contre la sécurité israélienne en octobre 1996, son adoubement du futur leader libanais Hassan Nasrallah en 2004, son discours rassembleur après les émeutes d’octobre 2005, émeutes allumées par son ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy, qui n’aura de cesse de trahir les derniers souverainistes, pour parvenir enfin, lui le candidat financé par l’oligarchie bancaire supranationale, dans le fauteuil suprême, d’où il pourra appliquer la politique de ses sponsors (milieux d’affaires, États-unis, Israël). Sommes-nous si faibles et si aveugles que nous devions envoyer au pouvoir visible des traîtres à la Nation qui ne s’en cachent même plus ?

Honni par la gauche parisienne prosioniste – rayez les pléonasmes inutiles –, Chirac, en essayant de garder le cap sur la ligne diplomatique française neutre dans le conflit israélo-palestinien, passera pour un antisioniste propalestinien forcené. C’est dire à quelles forces le chef de l’exécutif français est soumis depuis deux décennies. Déboîté par l’intelligentsia de gauche, il aura été sauvé d’une disparition rapide par cet esprit frondeur des Français, qui préféreront envoyer à la place de Balladur, l’homme de Rothschild et des « noyaux durs », une sous-copie du Général. Petit baroud d’honneur des électeurs, qui suffira à emmerder les élites « culturelles » pendant un septennat. Néanmoins, Chirac était l’invité permanent du milliardaire Pinault, un modèle de collusion que Sarkozy reprendra avec Bolloré.

 

Chirac à Alger :

 

Chirac à Oran :

 

Pour finir, deux extraits d’articles. Le premier, daté de juillet 2010, tiré d’un site propalestinien à la gloire d’Hassan Nasrallah, permet d’appréhender la politique arabe de Chirac, un peu trop facilement appelé « l’ami des Arabes ».

Le Premier ministre socialiste français Lionel Jospin, qui avait qualifié de « terroriste » le Hezbollah, en a fait l’expérience à ses dépens, déclenchant le plus célèbre caillassage de l’époque contemporaine, terminant piteusement sa carrière politique, irrémédiablement carbonisé. Jacques Chirac qui avait préconisé des « mesures coercitives » pour brider le Hezbollah se ravisera après l’échec israélien dépêchant une escadrille française pour protéger l’espace aérien libanais lors du défilé célébrant la « divine victoire », craignant que la moindre anicroche atteignant Nasrallah, ne déclenche par représailles l’éradication politique et physique de la famille de son ami Rafic Hariri, assassiné en février 2005…

Le second est tiré du Figaro. Il dresse un bilan mitigé de cette même politique arabe.

En arrière-plan de l’activisme déployé par le chef de l’État dans cette partie du monde, il y a, d’abord, la proximité de la région avec l’Europe, mais aussi la perspective redoutée d’un affrontement entre l’Islam et l’Occident. Il fut parmi les premiers à voir venir le danger. « Rétablir, même fugacement, le lien entre l’Orient déchu de ses splendeurs et l’Occident claquemuré dans ses peurs aura été l’apport majeur de Jacques Chirac à la vie mondiale en ce début du XXIe siècle », reconnaissent les auteurs. Ceux-ci déplorent pourtant que l’aura que le président de la République en aura retiré au Maghreb comme au Proche-Orient n’aura servi ni à moderniser le monde arabe ni à y faire avancer la cause de la démocratie et des droits de l’homme. « Tout Chirac est là : une grande clairvoyance sur les transformations profondes en cours (dans le monde arabe), mais aussi une incapacité à en déduire autre chose qu’un immobilisme théorisé ». Un immobilisme qui, conjugué à un refus de jouer la carte européenne et à une incapacité à reconnaître le rôle écrasant de l’hyperpuissance américaine, va entraîner une série d’échecs : le traité d’amitié avec l’Algérie, qui aurait dû couronner la politique arabe du Président, n’aura finalement pas vu le jour ; le processus de paix au Proche-Orient, dans lequel Jacques Chirac aspirait à faire jouer un rôle important à la France, fait du sur-place. La politique arabe de la France se résume aujourd’hui à une politique libanaise, marquée par une vendetta personnelle du président de la République contre son homologue syrien, Bachar al-Assad.

 


 

Vous aimez les articles de la Rédaction ?
Soutenez-nous avec le financement participatif !

 

Chirac, Vichy, De Gaulle, Nasrallah, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

100 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • MF Garaud disait de Chirac quelque chose comme : nous pensions qu’il était du marbre dont on fait les statues, il n’était que de la faïence dont on fait les bidets.

    Ca ferait un bien bel épitaphe.

     

    • Un peu de respect quand meme : Chirac ne fut pas un salaud intégral.

      Si c’est pour être aussi bas de plafond que ceux d’en face... un " sous de Gaulle" ? Il est vrai que son action se rapproche grandement, a savoir, "Faire semblant que la France est encore un grand pays"..c’est PENDANT LA PRESIDENCE DE GAULLE que la France a été mise au pas, il est bon de le rappeler.


    • Dont on fait les chiottes plutôt !


    • C’est le CRIF qui donna l’ordre à Chirac de supprimer la Proportionnelle dès qu’il devint chef du gouvernement en 1986 : le FN qui avait 35 députés, n’en eu plus qu’UN après les législatives de 1988, faites à l’ignominieux scrutin majoritaire à deux tours . Le Pen n’est pas rancunier… Une salope décédée reste une salope .


  • Allez RIP Jacquouilles. Moi je t’aimais bien, même si t’as fait des conneries !

     

    • Il pouvait remercier les Guignols de l’Info d’avoir créer cette image de bonhomie qui lui collait à la peau. Je garderais de lui l’image de celui qui a refusé le débat d’entre deux-tours en 2002 face à JM Le Pen et celui qui a fait sortir les enfants des écoles (y compris maternelles) pour manifester contre l’extrême droite.


    • Jacques Chirac , un rentier de la politique française , premier ministre , Maire de Paris , président.
      En quoi à t il empêché la marée migratoire , la désindustrialisation ?On retient quoi ? L’opposition à la guerre américaine en Irak ? Elle a néanmoins eu lieu .Son discours sur le vel d’hiv ? Discours exigé par le lobby alors que Mitterrand avait résisté , refusant lui de s’excuser au nom de la France .Le refus de débattre avec Jean Marie Le Pen n’est pas à son honneur .Il savait que le menhir l’aurait mis en difficulté . Il fut un opportuniste sans convictions profondes


    • Les gens ne le connaissaient surtout que par sa marionnette des guignoles ... qui était bien plus sympathique que l’original.

      C’est une habitude qu’ont les présidents de la ’re-IVème’ république (et non de la Vème qui n’aura connu que De Gaulle) de faire ce qu’il faut pour nous faire regretter leur prédécesseur :

      - On peut détester Pompidou : mais lui, au moins incarnait encore la puissance de l’état qui ne se laissait pas encore marcher sur les pieds par tous les lobbies et n’avait pas encore inscrit la France dans la prison européenne.
      - On peut détester Giscard : mais lui, au moins, n’a été élu qu’une seule fois.
      - On peut détester Mitterrand, mais lui ne s’est pas couché et n’a pas fait de discours au Vel’d’hiv.
      - On peut détester Chirac : mais lui, il n’est pas arrivé au pouvoir via une émeute de 2005 dont tout laisse à penser qu’elle a été provoquée par des services secrets étrangers et de plus, il n’a pas bombardé la Libye.
      - On peut détester Sarkozy : mais lui, il nous a un peu moins ridiculisé sur la scène internationale et ne nous a pas mis la Russie à dos.
      - On peut détester Hollande : mais lui, il aurait dialogué avec les Gilets Jaunes et aurait utilisé autant la carotte que le bâton là où le peuple n’a eu le droit qu’à des coups de matraque.
      - Je crains celui ou celle qui nous fera regretter Macron !


  • Repose en paix, Jacquot !
    On te reproche d’avoir fait des conneries ... quel homme n’en a pas fait.
    S’il a fini par obéir au Crif comme le dit le titre ... probablement qu’il a été tenu par des moyens que l’on connaît.
    Quoi qu’il en soit ... le dernier Président français après De Gaulle.

     

    • Pais à son âme, c’est vrai, ce fut le dernier président avec certainement des travers et des moments forts, mais après lui nous avons eu des managers chef de l’Etat sans charisme réel remontés par des associations obscures , tout un programme.


    • Jacques Chirac est bien le dernier Président Français. Par rapport à lui Pompidou était bien plus inféodé à Israèl qu’il n’y paraissait.


    • Il a aussi été extrêmement vénal, s’est nourri sur la bête sans autre raison que son bon plaisir de parvenu jouisseur.

      Il ne faut jamais oublier ça, quoiqu’il ait pu faire de "prestigieux" ou "admirable", beau bouclier, tard façonné : c’était aussi un pur exemple (un produit ?) de la corruption des élites françaises (Urvoas, tendance du jour, si tu m’entends ...).

      Je cherche à comprendre pourquoi certains semblent le regretter.

      Il a pris du sursis, quand même ; au bout, du bout, du bout.

      Type super sympa, je ne vaux pas mieux que lui, mais : professionnellement, je l’embaucherai jamais.


  • Quand il était président, je le trouvais nul....puis lorsque j’ai vu ses trois successeurs, j’ai fini par penser qu’il n’était pas si mauvais que cela....

    Il aura au moins eu le mérite de ne pas suivre GW Bush en 2003 lors de la guerre en Irak....gardons-lui ce crédit....

    Je lui mets 18/20 en politique étrangère et 2/20 en politique intérieure.

     

  • Comparer à ceux qu’on a pu avoir à supporter sarkophage flamby micron , Jacques Chirac reste selon moi par bien des côtés le dernier président souverainiste .


  • #2285322
    le 26/09/2019 par requiem pour un drôle de zig
    Jacques Chirac (1932-2019) : l’ami des Arabes… qui céda au CRIF

    Et Jean-Marie est toujours là ! Bonne fin d’année, bonne santé à notre Jean-Ma national.
    Chirac fut très lâche ou très menacé, peut-être par un accident de type Seveso, en 1999, quand il abandonna la Serbie aux bombes et aux calomnies.
    Dieu lui pardonne (ou pas).


  • "ça m’en touche une sans faire bouger l’autre" dixit chirac lui même

     

  • Super-menteur est mort.

    Je vous conseille de lire la biographie de Chirac par Emmanuel Ratier.

    Vous comprendrez que lui aussi avait été choisi par le système dès sa jeunesse.

     

  • Une race à part : celle des zèbres du n’importe quoi. Un esprit de jouissance. Aucune conviction profonde. La franc-maçonnerie dans les veines et des "vous n’allez pas m’emmerder avec ces conneries".

    Un petit groupe de politiciens jouisseurs et paresseux se réservaient les circonscriptions de la Corrèze parce que là bas, quand on leur dit quelque chose, ils y croient. Pas de temps à perdre et à risquer une "carrière" avec des électeurs à la con.

    Noter qu’il a épousé une affreuse bourgeoise de la fausse noblesse (Chodron de Courcelles) antipathique comme il n’en est pas et trempant avec sa famille d’arrivistes dans des affaires assez louches ;.

    Encore un politicien que l’exercice du pouvoir a prodigieusement enrichi. Aujourd’hui, on trouve cela normal, voire bien..


  • Aucun regret ! si on en est là c’est bien parce qu’il a contribué à la décadence de la France .J’ai qu’un grand regret, c’est lorsque les Français ont voté pour lui faisant un score de 82 % faces à JMLP .Ce jour-là, on a raté le virage, et on est parti dans les décors .Ça en fait des cons qui doivent se manger le gilet aujourd’hui .


  • Garaud, elle a quel âge déjà ? 85 ans ? Quel dommage ! Une femme d’état, elle, une vraie.

    Quant à Chirac, il était de gauche.

    Tout le monde le savait. Preuve qu’il n’existe même pas l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette entre Mitterrand et lui, entre le social-libéralisme et la droite libérale, tout ce petit monde servant les intérêts des libéraux libertaires que l’on pourrait nommer progressistes.
    D’ou la minute de silence à l’assemblée, d’ou les hommages du front Républicain, parfois plus empressé de souligner que Chirac ne fut jamais tenté de fraterniser avec la bête immonde, ce qui est toujours garant d’une postérité éclatante, n’en doutons pas.

    A part cela, Chirac était intouchable lorsqu’il était en campagne électorale, personne ne suivait son rythme de dingue, certains de ses chauffeurs évoquent la blanche pour tenir la cadence, d’autres une énergie hors norme, peu importe.
    Il aura tué politiquement tout le monde dans son camp, sauf Sarko, E&R en fait l’explication, je rajouterais tout de même que Bernadette en pinçait pour De Nagy Bosca, il faut donc se pencher sur la possibilité d’une histoire de fesses avec l’une des filles Chirac, légende pour certains, réalité pour d’autres.

    Ceci expliquant sans doute cela.

    Pour le reste, il fut meilleur en opposant qu’au pouvoir, il fut surtout inégalable pour serrer les pognes lors des salons de l’agriculture.
    Ah oui, le refus de la France d’intervenir en Irak sur la base de pseudo armes de destruction massive, surtout la réflexion de De Villepin.
    Mais rendons à Cesar ce qui est Cesar, Chirac n’était pas obligé de suivre l’intuition de son ministre.

    RIP.

     

    • Garaud, elle a quel âge déjà ? 85 ans ? Quel dommage ! Une femme d’état, elle, une vraie.
      @goyband
      Je ne vous le fais pas dire, s’il y avait une femme à mettre au pouvoir , c’est bien elle, car nous n’en serions certainement pas ou nous en sommes .
      Mais le Français, une fois qu’il a chié dans son pantalon, il commence à serrer les fesses..Et ça fait plus de 15 ans qu’il sert le cul ,et bien continuons .


    • vous oubliez que Garaud était une atlantiste fanatique, qui jusqu’en 1991 nous annonçait l’arrivée prochaine des chars soviétiques sur les champs élysée


    • agri, vous avez raison de le rappeler, l’atlantisme, c’est un tropisme commun des élites nationales.
      Cela étant dit, son parcours démontre une vrai maturation, car elle partait de loin, si je puis dire : Pompidou, Veil et bien sûr Chirac.

      Puis la rupture post échec électoral, elle se lance dans l’analyse géopolitique, vote contre Maastricht, se rapproche de Seguin, Pasqua, De Villiers et enfin vote RN en 2017.
      Elle est aujourd’hui sur une ligne plutôt souverainiste, https://www.facebook.com/Ivan.Abbes...

      Après, je ne suis pas assez compétent pour affirmer si oui ou non, elle le fait par opportuniste, mais il y a une certaine constance dans sa critique de l’état et du fonctionnement de Bruxelles.
      Le fait qu’elle ait rapidement compris qu’elle ne sera jamais présidente de la République, malgré des qualités certaines, aide aussi à passer dans l’opposition systémique, c’est vrai.


    • On s’en bat les baloches, mec : c’est une femme.

      Les femmes sont INAPTES à diriger un pays. Le logiciel requis fait simplement défaut.


    • @ le malicieux

      Vous trouvez surement que les hommes succéssifs l’ont bien fait jusque là ?? Diriger le pays.


    • Monanarchie, étant donnée que MFG était l’éminence grise de certains futurs présidents ou premiers ministres, la remarque lapidaire de Le Malicieux peut tenir la route, indirectement s’entend.

      L’histoire se gargarise souvent de la formule éculée comme quoi derrière tout grand homme, se cache une (grande) femme.

      Maintenant, la sous représentation des femmes de pouvoir, que ce soit à la magistrature suprême ou à la tête d’empires commerciaux, a probablement des explications multiples dont l’une d’entres elles est que la mobilisation intellectuelle pour satisfaire l’ego, est supérieure chez l’homme, tout chose étant égale par ailleurs et à commencer par les compétences.

      Pour rester dans l’actualité du moment, l’équivalent féminin du meilleur Chirac en campagne électorale, n’est pas encore apparu.

      J’y vois là un début d’explication.


    • Marie France Garaud est de la race des Jeanne d’Arc  : à tous les misogynes primaires, je dis que j’aurai bien aimé que les chefs d’état français aient sa colonne vertébrale morale et intellectuelle, sa vision, son sens de l’état et de l’intérêt supérieur de la France.

      L’antithèse de MFG est Simone Veil, cette dernière ayant réussi ce tour de force de faire voter la légalisation de l’avortement de masse outre le regroupement familial. Je ne pleurerai pas Chirac, mais je pleurerai MGF !


    • "Et Dieu créa le chaos, les ténèbres et la femme" (les Saintes Ecritures)


    • A monanarchie

      A ce qu’on dit, Paris a déjà été mieux dirigée... vous savez, je ne fais que constater.

      J’y pense : blanche de castille,Isabelle la CATHOLIQUE...mais ça fait longtemps !


    • @Listener

      Pythagore, mathématicien (VIème siècle avant JC)
      "Il y a un principe bon qui a créé l’ordre, la lumière et l’homme. Il y a un principe mauvais qui a créé le chaos, les ténèbres, et la femme".

      Mon pauvre Listener...Attribuer aux " saintes écritures " les propos d’un païen grec, fallait oser...vous l’avez fait !!


  • Mine de rien peut être que Giscard enterrera aussi Macron ?


  • Le dernier président à incarner la France, son élégance, sa courtoisie , sa fierté. Et ceci malgré les affaires douteuses...
    Reposez en paix M. Chirac.

     

    • #2285695
      le 26/09/2019 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Jacques Chirac (1932-2019) : l’ami des Arabes qui céda au CRIF

      Rien du tout

      il n’a jamais roulé que pour lui-même, cet opportuniste

      quoi qu’il y a des fois, où malgré toutes les postures hypocrites,
      son visage trahissait une anxiété réelle, et du remords intense

      c’est là que tu te dis qu’il doit vraiment y avoir des trucs qui schlinguent, dans les placards...
      ou peut-être la conscience insupportable de n’être finalement pas plus que sa marionnette dans Les Guignols...

      il n’aura été qu’un escroc, habillé en président de la République française
      (que les autres soient "pires" n’y change rien)


    • Les Mauriciens disent que l’hôtel de luxe où il passait ses vacances lui appartient. Et c’est pas en retournant la terre qu’on se retrouve propriétaire de tels investissements immobiliers.


  • R.I.P mon Lieutenant ! "Il était Lieutenant à l’Armée"

    Depuis de Gaulle surement l’un des derniers grands présidents français ! Surtout si on le compare avec les 3 derniers pieds nickelés que sont grollande, sarkopipo et maquereau !


  • "Une flaque" ... le mot tombe juste.

    C’est exactement ce qu’est la France aujourd’hui : plus rien, une flaque.

    Et on peut être sûr que ça va continuer ainsi, c’est-à-dire en s’aggravant de plus en plus.

    Ce qui nous attend, c’est toujours plus de pillage, toujours moins d’industrie, toujours moins d’autonomie ...
    Et bientôt, la guerre civile, ou à minima la balkanisation du pays, où les territoires de "France de souche" seront - on peut en être certains - harcelés.

    ...

    Voilà ce qui se passe quand on transige, quand on baisse les yeux, ne serait-ce qu’une seconde :
    - on crève.... et on crève dans l’humiliation.

    > Que ça serve de leçon à travers le monde à ceux qui sont encore debout, et qu’ils sachent, eux, vaincre l’américano-sionisme, tueur de peuples, de nations, et de cultures.


  • Je me rappellerai surtout ses manipulations et ses crimes contre le peuple Kanak (Ouvéa 1988). Mais ça ne lui a pas réussi ...


  • #2285449
    le 26/09/2019 par Fiodor Vassilievitch Tokarev
    Jacques Chirac (1932-2019) : l’ami des Arabes qui céda au CRIF

    « Cela m’en touche une sans faire bouger l’autre »


  • De Villepint à beau sucer autre chose que des glaces, son discours avait une sacrée gueule !


  • Pardonnez-moi mais Degaule c’est le début de la chute de la France.
    PS : Résister au nazi et baisser le pantalon devant CohnBandit c’est le début de la fin. Je ne vais pas être sentimentale même si Chirac n’a pas commis de gros actes de trahison comme tous les autres depuis Degaule, mais c’est tous pourris pour moi et Sako étant le pire et Chirac le moins pire depuis la libératrion.

     

    • Sans oublier SA FUITE en Angleterre... Adolf, lui, n’a pas fuit. Faut dire qu’il n’était pas un pseudo général de salon, incapable de tenir une position.. qui devait la poursuite de sa carrière militaire a son beau-père...

      Les conférences de Ploncard-D’assac sont très instructives a son egard : j’attend encore que quelqu’un debunke ce qu’il dit, attente qui risque d’être longue puisque ce qu’il raconte est sourcé...

      A la libération, il a lâché ses meutes communistes ,avec le massacre qui s’en est suivi...la restauration de la maçonnerie... de la belle ouvrage.

      A mon avis, ceux qui se réclament encore de lui sont des crétins volontairement aveuglés. Qu’à t’il RÉELLEMENT accompli pour la France ( non, les discours ne comptent pas) ?

      Rien. Ah oui, l’instauration de la 5ème...


    • @malicieux

      Ah, les fameuses conférences de PlonPlon Dingo !


    • @ Anonyme

      Peut être avez vous autre chose à soumettre, hors fayotage ?


    • À Le Malicieux

      De Gaulle était un génie politique :
      - arriver à obtenir ce qu’il a obtenu des Britanniques et des États-Uniens alors que la France était vaincue et qu’ils voulaient placer qqun d’autre ;
      - remettre debout la France comme il l’a fait en seulement 10 ans ;
      - restaurer l’indépendance de la France (récupération de l’or, sortie de l’OTAN, chaise vide, etc.) ;
      - opposition frontale et claire à l’américano-sionisme et à la communauté organisée ;
      - ...

      Ce n’était peut-être pas un génie militaire, mais un génie politique, sans aucun doute.


    • Pourquoi ne pas vouloir admettre qu’il était l’homme des anglais ? Évidemment qu’il a obtenu quelque chose : cela s’inscrit dans la longue marche "du projet" !

      ON le dit SOUVENT que le projet mondialiste en est un de longue haleine, non ? Pourquoi,alors qu’on est si prolixe a propos de certains ( Chirac ces temps ci) alors que ça bloque du moment qu’on parle de de Gaulle ? Lui aussi à été choisi, vous savez pourquoi, et comment ils l’on manipulé ?

      L’orgueil. Ce type est L’instigateur d’une purge contre ses compatriotes, purge dont la férocité n’a rien à envier à celles de la VENDÉE...

      Ensuite, il a réinstauré la maçonnerie. Savez quoi ? On s’en fout un peu, "du génie politique", surtout quand il sert le mal. " je les ai bien roulés"... ça marche encore, faut croire. Le seul "heros" autorisé par le système : il supplante les Saint-Louis, les Jeanne D’arc, Bâtard, Du Guesclin... tous a l’index.

      Mais de Gaulle, c’est bon. Trouvez pas ca étrange ?

      Dieu se moque des hommes qui...


  • #2285461

    Je viens de commenter sur un autre article du site mais je veux rajouter ceci.

    Je n’ai jamais de ma vie, mais alors jamais voté pour le défunt président pas plus que pour le Giscard dont le père Edmond a fait partie de la PanEurope de Richard Coudenove-Kalergi, le grand machin chargé de dissoudre les nations européennes et de nous métisser "qu’on le veuille ou non"...

    Mais j’ai voté pour Marie-France Garaud car elle était une véritable femme d’état. Il y a encore trois ans, elle faisait une analyse de l’état de la France reconnaissant lucidement que nous n’étions plus une nation puisque nous ne battions plus notre monnaie, ne faisions plus nos lois ( à 80% elles sont européennes !) et que notre armée était réduite à une peau de chagrin. Et la faute à qui ?...
    Cette femme a fait partie avec Juillet, Pasqua et tant d’autres des déçus de Chirac.

    De toutes façons tout était plié dès le retour de De Gaulle de Londres en 44 quand il rapporta dans ses valises la franc-maçonnerie et laissa le culturel et l’éducation nationale entre les mains de la gauche. On voit ce que cela a donné.
    Je ne vois pas dans le parcours de Chirac la volonté de changer tout cela. Alors un peu de lucidité ne nous fera pas de mal...

     

  • #2285463

    (...) (et encore, nos soldats travaillent avec les GI’s à Djibouti pour contrer les déstabilisations djihadistes du Sahel). (...)

    J’ai bien ri en lisant cette phrase.

    Paix à Chirac qui n’était qu’un homme avec toutes ses complexités.


  • Ce que je retiens de Chirac, c’est qu’il y a 2 periodes : celle d’avant les lunettes carrees et celle d’apres
    La periode lunettes carrees, c’est celle ou il etait imite par Le Luron et representait avec le RPR, la droite dure. A cette epoque, des amis de mon pere votait pour lui en pensant qu’il allait mettre de l’ordre et ’mettre les arabes dehors’, cela fait sourire aujourd’hui
    Puis il y a eu ca periode sans les lunettes, mangeant des pommes, et il a utilise les services des memes publicitaires que Mitterrand, je ne me souviens plus du nom d’un des publicitaire, un gnome qui ressemblait a rien.
    A partir de la, la politique est devenue uniquement du marketing pour faire elire le representant du NOM et des interets de qui on sait
    Il a cohabite comme 1e sinistre avec Mitterrand et comme president avec Jospin. Il n’avait aucune vision pour la France et n’a rien fait pendant son mandat.
    Il est le symbole de la politique en France base sur le clientelisme, les interets personnels, et surtout aucun compte a rendre, mais on le trouve sympathique et ca suffit aux bon samaritains de France et de Navarre

     

    • Assez d’accord avec vous. Une personne certainement chaleureuse et pleine de bonhomie qu’il arrivait à transmettre à l’écran. Avec une voix grave, une allure élancée, une gueule d’acteur de cinéma, un peu d’humour, du charisme et vous avez un super produit market . Ce n’était pas une pourriture mais objectivement il n’a rien fait de positif pour le pays.


  • Que Chirac était raccord avec l’inconscient collectif gaulois, à l’ancienne, est une pure vérité : avec lui, on bouffe, on sniffe, on parle peuple, on tâte le cul des secrétaires et celui des vaches, et on reste classe !
    Cela étant, encenser un type qui est rentré en maçonnerie pour avoir l’Elysée, et qui a demandé à la population de la fermer dans les années 2000 ( abracadabrantesque ) face aux scandales d’infiltration maçonnique dans la justice de la République...Non je n’irai pas jusque là !


  • Quelle avalanche d’éloges pour un repris de justice !

    Et alors les journalistes ; hého ! hého ! On rappelle les affaires (11 au total et la condamnation à de la prison avec sursis dans une seule, miraculeusement épargnée par les prescriptions et les "maladresses" du parquet) ? Mais non, rien rien rien !

    A l’Hôtel de Ville, quand il ouvrait son coffre fort, des piles de billets s’écoulaient.

    Il y a des moments où je regrette le pauvre Cabu qui lui savait ce qu’il en était du bonhomme.

     

    • Sans oublier que c’était aussi "mon beauf à l’Elysée", survêt’ et Corona à la main et qu’il entame la dynastie des présidents qui ne lisent pas (de littérature, de penseurs, de philosophes, etc.).

      Une de mes rancunes les plus tenaces est le retour super gaullien dans le commandement intégré de l’Otan, que Narkozy achèvera.

      Enfin, si son immobilisme intérieur, tant décrié à juste titre par des Duhamel ("Conquérir le pouvoir, mais pour en faire quoi ?"), a joué un effet retardateur face au tsunami ultra-libéral qu’essuie la France, il nous a fait bouffer du Raffarin pendant 5 ans.

      Il faut se rappeler les lénifiantes années Raffarin, la journée des vieux (dont le fric est détourné), la pseudo-lutte contre le cancer (mais on touche pas aux lobbies industriels ni aux molécules qui circulent), la droite affairiste au pouvoir et ses renvois d’ascenseur, etc.

      C’est sûr qu’après tout ce qu’on a pris dans la gueule depuis son départ, et que parachève notre actuel beau gosse (encore que : 5 ans ne seront pas suffisants pour détruire tout-à-fait le pays, et ses successeurs à venir ont encore une belle marge), on peut se dire qu’on préférait la disette à la famine. Mais pas moi.

      Côté complotisme, Meyssan a livré bien, bien plus tard, une version toute autre de l’assassinat de Rafic Hariri et je ne comprends pas que Chirac ait réellement cru que Bachar El-Assad était le commanditaire (question : cui bono ?). Les services de renseignement français ont-ils fait leur boulot d’information du politique ou Meyssan délire-t-il (or : ce n’est pas un délirant) ? En tout cas, je me rappelle que même la presse grand public fuitait largement la fureur de JC, comme si nous avions l’habitude d’être dans sa confidence.

      Merci à la rédaction d’E&R pour cet article assez équilibré, somme toute (pas comme mon commentaire).


  • Au moins lui ( Chirac ) il avait de l’allure , pas comme ce nabot de Sarko et de Macaron ...

     

    • J’ai toujours le souvenir de la saillie de Jean-Marie Le Pen quand un journaliste lui demandait en 2007 ce qu’il pensait de Sarkozy fraîchement élu : "A côté de Sarkozy, Jacques Chirac ressemble à un chef d’Etat". Et pourtant Dieu sait que c’était son ennemi héréditaire !


  • #2285522

    Paix a son âme, cela dit, un salaire à vie de président de moins, reste encore Giscard et tous les autres escrocs qui continuent d’empocher des millions d’euros de salaire à vie !


  • Quelque soient ses erreurs et petites escroqueries entre amis, je garderai une pensée émue pour Jacques Chirac, son coup de gueule contre les agents de sécurité israëliens....un collector ! "Let them go, let them do..."
    https://www.youtube.com/watch?v=IvX...

    Mais surtout sa prise de position en 2003 contre la guerre en Irak même s’il en a payait le prix fort. Chirac aimait la France, il l’avait dans les tripes et surtout les français, les femmes et la bonne chair, il savait siffler une bonne bière et taper le sauciflard, un français tout simplement avec moins de filtre que les sous-m***** qui nous dirigent.

    Que Dieu te garde Jacques.


  • @yjack..........quand la politique intérieure est à ce point inféodée à une politique de réseaux d’influence connus et de sinistre réputation, elle cède le pas à une grande politique extérieure qui peut garantir aussi la souveraineté nationale ( l’exemple magnifique du discours de De Villepin )...à condition de tenir compte également des manoeuvres sournoises ourdies à l’intérieur m^me de nops frontières !...mon Chirac n’a pas été blanc bleu c’est certain - je pense à la mort et au calvaire de la famille de Robert Boulin, ministre du travail de Giscard - mais la responsabilité est sans doute davantage collective dans cette affaire honteuse ( elle n’annule pas pour autant la responsabilité individuelle de chacun ) et le grand Jacques a su avoir une tenue très digne par moments ( comme Mitterrand )...je lui en sais gré à titre personnel !...et les Français l’aimait bien, il leurs ressemblait à bien des égards : bière, tête de veau ( on pensera au fameux " les Français sont des veaux " du Général...monsieur Chirac, que Dieu vous garde .


  • Il nous aura acheté notre premier trophée de football en 1998, merci tonton !!!

     

  • #2285603

    Le numéro 2 des assassins d’enfants est mort. Il aura beau avoir été président de la république pendant douze ans, ç’aura toujours été l’éternel second.


  • Chirac, le soutien de l’immigration et du regroupement familiale. Lors de son dernier discours de fin d’année lors de sa dernière président, il appelait les français à la luttre contre le racisme et l’anti-sémitisme. Pendant ce temps, des millions d’immigrés s’installait en France et l’insécurité grandissait.

     

  • Hommages au bonhomme, mais :
    Son revirement sur l’Irak de 2005 dur à encaisser surtout pour les militants anti-impérialistes comme moi. Extrait d’un de mes articles de 2007 :
    " Parallèlement, une importante opération de lobbying auprès des décisionnaires irakiens est organisée. Des représentants des principales compagnies pétrolières étrangères (BP, Shell, ExxonMobil, Chevron, Total et Eni), réunies au sein d’une organisation appelée Centre International des Taxes et Investissements (ITIC, International Tax and Investment Centre), font part de leurs doléances au gouvernement britannique dès 2004. Ce dernier, après leur avoir indiqué sa stratégie visant à influencer le gouvernement irakien, transmet ces doléances au ministère des Finances irakien et organise une rencontre à Beyrouth, en janvier 2005, entre les représentants des majors et les ministères irakiens du Pétrole, des Finances et du Plan. [...] L’invitation faite à Total pour participer à ces décisions peut expliquer au moins en partie le fléchissement de la position de la France concernant l’occupation de l’Irak à partir du début 2005."
    (https://www.voltairenet.org/article...)
    Mais il y a encore plus, ça remonte à 1992, j’essaie de faire un article bientôt. Rendre à César, rendre à Dieu

     

    • Jacques Chirac gardera peut-être un certain prestige pour s’être opposé à la guerre en Irak, mais moi je pense que s’il l’a fait ce n’était pas par grandeur, ni pour la défense de l’intérêt national français.

      C’était pour une raison beaucoup moins glorieuse.

      Selon moi Chirac ne POUVAIT pas participer à la guerre contre l’Irak, tout simplement parce que Saddam le TENAIT.

      Et comment le tenait-il ? Je vous laisse deviner. Mais ne pensez-vous pas que Chirac avait reçu beaucoup d’argent de Saddam Hussein, en diverses circonstances : pétrolières, nucléaires (construction de centrales comme celle d’Osirak, surnommée Ochirac), etc.

      Vous nous dites que Chirac a fait un "revirement" en 2005. Taratata, pas de revirement du tout. Chirac se serait bien passé de son attitude courageuse en 2003. Mais il n’avait pas eu le choix. En revanche en 2005 Saddam était mort et enterré. Il n’y avait plus de risque. Chirac pouvait donc se coucher. Il l’a fait.

      Ce ne sont que des suppositions, bien sûr. Mais je prendrais les paris. Et je suis sûr que Dominique de Villepin comme Nicolas Sarkozy savaient tout cela, et tous deux en ont profité pour faire chanter le vieux Chirac, ce qui a permis à l’un de devenir premier ministre et l’autre président.


    • @Pierre Morin
      Pas du coup d accords avec toi l opposition à la guerre à l Irak était trop violente pour être une simple peur de révélations de Saddam ..une neutralité aurait suffit à un Saddam aux abois...
      Chirac s est opposé à cette intervention tous simplement parcequ elle allait à l encontre des intérêts de la France qui depuis De Gaulle était de soutenir les dictatures Arabes en échange de bénéfices économiques ....
      Dans ce sens Chirac a été fidel à cette politique gaullienne que son successeur Sarkozy trahira en aidant les américains à faire tomber un autre dictateur arabe Kaddafi malgré que ce dernier était censé le TENIR d après les révélations ultérieure....


  • Faut pas oublier une chose importante :

    Chirac doit sa carrière à Marcel Bloch dit Dassault

    C’est Dassault qui a financé les débuts politiques du jeune Chirac en Corrèze
    Chirac le lui a bien rendu une fois au pouvoir en dépensant plus de 100 MILLIARDS pour les avions militaires Dassault Rafale et Mirage
    Quand Marcel Dassault est mort Chirac premier ministre lui à rendu un hommage national


  • Quand on voit ses successeurs on ne peut que le regretter.
    Paix à son âme.
    Le dernier président français.


  • Chirac s’est glorifié "d’avoir en France les chômeurs les mieux payés du monde". C’est à ça qu’on reconnait en lui le génie de la gestion économique française qu’il était. Que de milliards de journées de travail perdues GRACE à Chirac. C’est pour ça que la France est devenue si riche.


  • #2285889

    Il me tarde de lire le tome II des Mémoires de J.M Le Pen pour connaître son analyse sur la période Chirac.

     

    • #2287141

      Il me tarde de lire le tome II des Mémoires de J.M Le Pen pour connaître son analyse sur la période Chirac.



      De quelle analyse parlez-vous ? Celle du théâtre démocratique ? Une critique du scénario, du point de vue d’un acteur de second rôle ?

      La République marchande fonctionne justement sur la division par le partis politiques. jeu de vases communicants, avec en bonus, la facilité déconcertante de truquer le dépouillement des votes, pour clore le spectacle LOL

      Un bon conseil, lis plutôt l’Esquimo International d’Henry Ford (et les Protocols of the Elders of Zion) la machine démocratique y est entièrement décryptée.

      “Les Protocoles” vous donnent en plus, la dimension "eschatologique" de ce vieille agenda, qui comme nous le savons, n’existe pas...


  • le comparant a ceux qui lui ont succédé, la panégyrie est de mise
    a bien étudier son action elle ne l’est plus
    comparaison n’est pas raison !

    je présume que beaucoup pleure leurs jeunesses perdue au travers de sa mort, avec le temps tout s’en va, 53 ans de vie public, ce n’est pas rien
    son action public peut se résumer ainsi, une pincée de déontologie, et une charrette de conséquentialiste
    l’humeur de l’époque font que seule cette pincée soit, pour l’instant, retenue
    l ’ histoire se chargera de faire l’inventaire

    bref, il fut il n’est plus, c’est le lot de chacun, humble ou puissant, ces dernieres 24/h
    en France, 1608 personnes sont décédés, 1608 compagnons de passage, et déjà 1608 comptes a rendre ! bonne chance


  • Chirac avait dit que l’immigration était trop importante et qu’elle était une immigration bas de gamme. Et qu’ il y aura en France de grave problèmes raciaux, par ce que les français ne veulent pas se laisser envahir puis ajoutant que toute race à le droit de se préserver.
    Il ne s’était pas trompé, il nous a trompé comme tous les autres "présidents" qui ont suivis. Des traîtres aux français trop dérangeants pour eux, c’est encore vrai aujourd’hui c’est ce que fait Macron, c’est de l’extermination de français, des têtes pensantes, en privilégiant les étrangers, du pur racisme Anti Français et Anti blancs européen, du racisme !

     

    • Les Gilets Jaunes représentent toutes ces personnes qui ont été trahi et pour toutes ces raisons ils seront dans les rues jusqu’au bout de tout !
      PS :
      J’aimerai connaître les origines, de tous les agriculteurs, paysans, policiers, gendarmes, militaires et tous ces braves gens qui se sont suicidés pour des raisons "professionnelles" pour les mettre dans la gueule aux salopards qui gouvernent et aux ordures de "journalistes".


  • Je reviens sur mon calcul du chômeur très bien payé GRACE à Chirac. Bien sûr il y a des coresponsables, en particulier Giscard et Mitterrand. Mais avant eux, il N’y avait PAS de chômage.
    Faisons un mini-calcul à la louche, et même à la hache.
    Prenons 1974 comme base de départ du problème budgétaire des chômeurs.
    Disons qu’il y a depuis cette date en France en moyenne 4 millions de chômeurs qui n’auraient jamais été chômeurs s’ils n’avaient pas eu des indemnités suffisantes pour survivre presque bien. Les chômeurs très courte durée obligatoires car ils passent pendant 2 ou 3 mois d’un job à l’autre ne sont pas comptés.
    Disons qu’une journée de travail de perdue, c’est en Euros d’aujourd’hui, une perte sèche de 50 Euros pour l’économie nationale.
    4 millions de chômeurs x 45 ans x 220 jours ouvrables par an x 50 euros = 1,98 milliards d’Euros.
    Tiens, c’est presque le déficit cumulé de la France depuis 1974 (première année de budget en déficit).
    Sachant que le travail est la plus sûre source de production de richesse en France, qu’en disent CGT, FO et consorts ?

     

    • ben ils te répondraient sûrement ,que,lorsque l’on ne sait pas de quoi on parle, mieux vaut se taire ...


    • @Henri kt, laisse les autres répondre par eux-mêmes, si toi tu n’as aucune qualification ni rien à dire sur le sujet.
      Je suis économiste "super" diplômé (Bac + 6). J’ai souvent remarqué que les calculs faits sur un coin de table de cuisine (avec des hypothèses simples mais réfléchies) s’avéraient être beaucoup plus justes que les tripotages sordides et ultra-coûteux de l’INSEE et des syndicats.


    • ce qui confirme , que tu ne sais effectivement pas de quoi tu parles...


    • @ Henri ki
      Et que tu n’en diras pas plus, non plus.

      Tu adhères à la CFDT ?


    • #2287101
      le 29/09/2019 par dédé l’ami d’henri
      Jacques Chirac (1932-2019) : l’ami des Arabes qui céda au CRIF

      pourquoi ?...y’a autre chose a faire que de polémiquer avec des Sheldons en carton ,mais bon une piste...ouvre le dictionnaire et regarde la définition ,d’Allocation , et d’Indemnisation , ensuite celle d’Assurance ,et d’Aide sociale , si après tu comprends toujours pas….ben on peut plus grand chose pour toi…...


    • Mon calcul était juste sauf la place de la virgule : il fallait voir que le total final est 1980 milliards d’Euros, ce qui est justement le déficit officiel de la France en 2019.
      Chirac était plutôt un brave type vis-à-vis des petits et des faibles, mais ce n’est pas ce qu’on demande à un bon président.
      Dans sa position, il aurait dû DIRIGER de façon à ce que l’économie nationale soit florissante et que les petits et les faibles puissent gagner de l’ARGENT, et non pas vivre des AIDES étatiques.
      Chirac était fondamentalement un incompétent COMPLET, sur toute la ligne. Il ne savait que se maintenir lui-même à la charge de l’Etat (avec brio).


  • Pourquoi personne ne parle de ce qu’il c’est passé à Rouen ?

     

    • C’est vrai.. Je suis choquée par ce qui se passe à Rouen.. les Zautorités prétendent qu’il n’y a rien de grave.. circulez y a rien à voir ! Je suis sûre que c’est trop grave et que les conséquences de cet incendie, sa fumée et ses particules (Séveso) sur Rouen et ses alentours, ses habitants petits et grands et l’environnement vont faire de nombreuses victimes !
      Lilirose


  • Chirac , c’est pendant son action publique :
    Le regroupement familial pour les immigrés et donc les conséquences sociales , culturelles de l’immigration de masse
    La loi Veil sur l’avortement
    L’acceptation de l’Europe de Maastricht
    Compromettre la France en la responsabilisant des événements de l’occupation .
    Avoir promis de faire cela s’il était élu au lobby alors qu’il ne décollait pas dans les sondages pendant la campagne présidentielle de 1995 (Voir livre d’Emmanuel Ratier).
    L’absence de toute conviction , un jour travailliste , l’autre libéral , un jour patriote , l’autre mondialiste .
    La trahison de ses pairs en politiques ( Chaban par exemple ).
    Les manœuvres , les affaires ( condamnation à 2 ans de prison avec sursis )
    Avoir fortement contribué à la diabolisation du Font National ( toujours sur ordre ).
    Enfin et sûrement le plus grave : l’ombre de l’affaire Boulin .Robert Boulin ministre du travail fut assassiné ,on le sait maintenant ,en 1979 car il menaçait de révéler quelques secrets scandaleux sur le financement des partis politiques .

     

    • la liste est infinie et préfigure LA MERDE dans laquelle se trouve la France et ses mono nationaux aujourd’hui :..
      il a aussi fait passer Mitterand,
      commandité le fiasco de Nouméa
      validé le projet EURO monnaie,
      conforté l’ état, ses personnels et autres accro à la dette dans la dépendance ...+70% !
      laissé les syndicats détruire 1 à 1 tout les services publics qu’ils cogèrent,
      abolit le service militaire obligatoire (au plus mauvais moment pour la cohésion sociale),
      présidé aux 35h hebdo aux frais de tous mais réservée aux privilégiés,
      institué le quinquennat présidentiel,
      a augmenté sans cesse les impôts et autre saignées obligatoires,
      laissé les lobbys et les doctrines communautaires prendre le pas sur l’ intérêt général et la liberté des français....etc


  • N’oublions pas que Jacques Chirac à soutenu la guerre civile au Congo-Brazzaville et le coup d’état en Côte-d’Ivoire contre Laurent Gbagbo.


  • Bien sûr on peut toujours détailler des points positifs et des points négatifs de son bilan mais tout de même il a su incarner et porter autant que possible une certaine idée de la France, de ses valeurs et de sa culture que j’aime et qui me manquent souvent depuis. Il y avait aussi une énergie communicative et de l’humanité. Qu’il repose en paix.

     

  • comme ça, juste pour rire, de la part d’un "ami des arabes", le bruit et l’odeur.
    https://www.youtube.com/watch?v=eER...

     

    • #2286563

      Et alors où est le problème ??
      Qu’il ait osé dire la vérité,ce que toute personne honnête ayant habité une cité ou ayant de la famille habitant certains quartiers/banlieues savait déjà ???
      Etre un "ami des Arabes" ne signifie pas cautionner l’immigration invasive actuelle ni refuser de voir la réalité en face quand au manque d’intégration,de savoir vivre et aux incivilités permanentes récurentes chez certains membres des diasporas extra-européenes vivant sur notre sol...
      "Le bruit et l’odeur" dans les cités ou certains HLM (sans vouloir généraliser automatiquement bien entendu),ça a existé et cela existe encore:je peux personnellement en témoigner !!!


    • @ Snake Plissken

      mais je suis d’accord !!!
      ....et comme diraient les Shadoks "s’il n’y pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème"


  • Jeune homme Jacques Chirac voulait être capitaine au long cours et il s’était d’ailleurs engagé pendant un an sur un navire marchand. Hélas son père qui était contre est venu le chercher sur un quai pour le ramener au bercail. Les parents ont tort de s’opposer aux aspirations de leurs enfants surtout lorsqu’elles sont parfaitement respectables. Tout ça pour faire Président au prix de luttes à mort, de drames personnels, et pleurer arrivé tout en haut. Inclure un peu de tirage au sort (avec de solides institutions) dans nos démocraties est une excellente idée.

     

  • Que signifie cette interminable file de citoyens voulant rendre hommage à Chirac ? C’est tout simplement l’expression de l’immense lassitude des français à l’égard de Macron. Comme l’a dit quelqu’un : " Chirac c’était notre dernier Président, après on a eu que des représentants de commerce de la haute Finance"... Quelques soient les conneries et les saloperies de Chirac, en comparaison de Macron et de ses acolytes il passe pour un grand humaniste .
    Ah, les joies du droit de vote...


  • "Nous retiendrons son passage à Alger en mars 2003, sa colère contre la sécurité israélienne en octobre 1996, son adoubement du futur leader libanais Hassan Nasrallah en 2004, son discours rassembleur après les émeutes d’octobre 2005, émeutes allumées par son ministre de l’Intérieur"
    C’est digne d’un maître quenellier ça ! En représailles, ils ont fait assassiner Hariri et paraît-il fait tomber le Concorde...


Commentaires suivants