Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

Logement, saleté, pollution, crise des migrants, insécurité : Paris ne fait plus rêver. Selon une étude, 8 cadres sur 10 sont prêts à quitter Paris. C’est encore plus vrai chez les jeunes actifs, 74 % des cadres franciliens de moins de 30 ans se disent prêts à quitter la capitale, soit près de 25 points de plus que les cadres âgés de plus de 50 ans. La capitale a perdu en moyenne 11 900 habitants par an entre 2011 et 2016, selon le dernier recensement de l’Insee...

 

 

En complément : Charles Gave – Faut-il craindre une bulle immobilière ?

 

Paris pourri (par qui ?), sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

48 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2309863

    Les HLM,c’est pour les amis d’Hidalgo comme se fût pour ceux de Chirac...Les priorités d’accès se faisant sur le nombre d’enfants...Les français de souche sont bons derniers !
    Le vrai scandale,c’est que ceux qui bossent à Paris n’ont de droits que s’ils y habitent.
    Si la proche couronne de l’ex département de la seine avaient un droit de regard,les socialos-bobos seraient laminés complètement !


  • #2309898
    le 29/10/2019 par pierrot
    Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

    J’adore Sapir. Rien à voir avec le Doze toxique qui a pris sa place à bfm ou le gros Lechypre qui raconte n’importe quoi pour mieux ramper devant ses maitres et recevoir son petit nonos.


  • #2309903

    Aller ! encore un petit effort .Aux prochaines municipales remettez-nous Hidalgo, ou les mêmes truffes de gauches qui se présentent pour finir le travail .
    Çà changera d’appellation," Paris la ville glauque " avec des couvre-feux tous les soirs et lorsqu’on fera tomber ses clés parterre on osera les ramasser, en les ramenant avec le pied jusque chez soi .Putain le rêve !


  • #2309923
    le 29/10/2019 par culturovore
    Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

    Avoir Hidalgo comme Maire, en soi est déjà une bonne raison de quitter la capitale. Ajoutez Macron et les parasites de Bruxelles et vous avez les autres pour quitter la France et l’Europe.

     

    • #2310639
      le 30/10/2019 par La Faux Fraîchement aFFûtée
      Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

      Nahh, avouez donc que c’est par une absence de burnes que vous
      fuyez car si vous fuyez à la vue d’une hidalgo ou autres ... je ne donne
      pas cher de votre peau.

      À force de tout railler vous finirez incompris de tous !!
      Exit d’urgence pour les sarcasmes, ironies ou toutes autres
      formes humoristiques. À moins bien sûr que vous souhaitiez
      passer pour joker ...


  • #2309948
    le 29/10/2019 par Paris sera toujours pourri
    Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

    Les bobos parisiens pris à leur propre piège : ils votent à gauche et surtout antinational, la ville se dégrade et coûte cher et ils se barrent comme des rats pour aller parasiter ailleurs !


  • #2309952
    le 29/10/2019 par ne m’appelez plus jamais Fraaaance
    Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

    600 balles pour 9m2 au bord du périph, Paris est magique... (je ne pense même pas à devenir proprio un jour d’ailleurs).

     

  • #2309971
    le 29/10/2019 par Salut respectueux Monsieur Gave
    Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

    J’aime bien Gave. Sur ce sujet, il est courageusement honnête, reconnaissant qu’il a du fric (qu’il a gagné, respect) pour des transactions « Parisiennes ». Je crois que « hors Paris-mondice », acheter un « petit immobilier » (pour les gens du Peuple, enfin les gens comme moi, en gros) est encore « jouable ». Le jour où « ils » s’en prendront aux cailloux que « nous » avons mis une vie à acquérir en les enrichissant, alors il y aura des têtes au bout des piques. Et, pour ma part...

     

  • #2310010
    le 29/10/2019 par Philippe
    Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

    Même schéma à Bordeaux. Classement au patrimoine mondial UNESCO. Envolée des prix de l’immobilier, installation massive de bobos et de Parisiens avec l’effet TGV. Les classes moyennes et populaires chassées en périphéries, parfois lointaines, qui sont condamnées aux perpétuels bouchons de cette ville qui, à force de vouloir péter plus haut que son cul, est devenue un petit enfer pour les salariés et employés. Pour ces derniers, surtout ceux issus des catégories modestes de la population, c’est la triple peine :
    1-Expulsion de facto du centre ville par une politique désastreuse en matière de mixité sociale.
    2-Condamnation à tous les inconvénients des déplacements pendulaires forcés.
    3-Mépris social de la part des bobos-écolos et aussi des droitards traditionnels bordelais. Bref, mépris de la part de tous ces bourgeois, tendance foulard rouge ou bobo-écolo moralisateur.
    Ce n’est pas pour rien que les manifestations des Gilets jaunes y ont eu autant de succès, mais il n’y avait quasiment pas de Bordelais dans ces manifs. Et puis Juppé a déserté la ville car, à mon sens, il a compris qu’il y avait un très fort ressenti contre lui et ce qu’il a fait de Bordeaux. Ville musée boboïsée.

     

    • #2310086
      le 29/10/2019 par culturovore
      Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

      Non, Juppé a déserté Bordeaux depuis qu’il a été appelé aux plus hautes fonctions de l’état, le Conseil Constitutionnel réservé uniquement aux repris de justice. Par exemple moi, comme vous très certainement n’aurons aucune chance d’y accéder un jour, puisque nous n’avons pas de casier judiciaire et n’avons pas comme lui été nous mettre au vert au Canada pour nous faire oublier. Du moins c’est ce qu’il a dit aux français, alors qu’en réalité il était à Washington à se faire former par la CIA en vue du Bilderberg et de la présidentielle selon le journaliste Meyssan.


  • #2310060
    le 29/10/2019 par VIVACHAVEZ
    Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

    Quand je pense au temps béni où Dutronc chantait Paris s’éveille. Aujourd’hui, les chanteurs ont changé. Le groupe "Panthéon à une jambe" chante, Paris, c’est Veil......

     

  • #2310061
    le 29/10/2019 par Thamayan
    Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

    Je me souviens d’une vidéo où AS disais que Paris sera une ville musée avec des acteurs pour jouer des rôles genre le vitrier avec sa cloche.

     

    • #2310107
      le 29/10/2019 par ducegabbana
      Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

      J’ai connu un vitrier dans le quartier Beaubourg qui n’était pas acteur, mais un bel escroc. Suite à une bagarre on avait pété une petite vitre de la fenêtre dans un appart d’un pote au centre de Paris. Il y avait ce gars qui criait ; vitrier ! vitrier ! On pensait que c’était un char mais on descend quand même pour le choper et lui proposer le taff.. Le mec était perché..Il nous suit sans dire un mot, on parle pas d’oseille. Il prend les mesures, sort son diam’s et découpe sa vitre, pointes, mastic..Toujours pas un mot..Le boulot est fait, ça a l’air de tenir. Et là il annonce la couleur : 300 Fr..en 1981 et en cash siouplé ! On râle un peu, on essaie de marchander, qu’on est raide, et qu’il y a des chomedus parmi nous..Le type menaçant, dit qu’il a des relations, des durs qui peuvent revenir nous éclater la gueule si on casque pas... On s’est cotisé en faisant les fonds des poches, et on l’a carmé, avec des petites insultes pas piquées des hanneton en guise de pourliche..Le gars a disparu ensuite, On l’a plus jamais revu.


    • #2310127
      le 29/10/2019 par VIVACHAVEZ
      Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

      Je me souviens surtout d’une vidéo où il disait : "C’est beau le multiculturalisme ? Vas donc voir à Barbès si c’est beau !!!".


  • #2310077

    C’est bien joli de disserter pendant 10 minutes sur des phénomènes constatables par tous. Sauf que la "stratégie" politique n’a rien à voir là dedans.

    Qu’est-ce qu’une ville ? C’est une concentration d’individus, qui n’ont rien à voir les uns avec les autres, réunis autour d’un ensemble d’activités marchandes. Que la merde capitaliste s’y accumule et s’y manifeste est parfaitement naturel, ce n’est pas un problème de mauvaise gestion ("New York, Los Angeles, Boston ou... Sarcelles... c’est le même destin !" chantaient les Inconnus en 1992).

    Ça fait 9 mois que je vis à Toulouse. Toute la merde y est : bobos, bourgeois, immigrés clientélisés, campements de sans-abris dans tous les quartiers, poubelles qui débordent, métro puant, écologisme débile, étudiants ignares et suffisants, bourriques Uber...


  • #2310090

    Ma femme et moi avons, pour nos enfants également, franchi le cap Haute-de-Seine -> Eure-et-Loire et ça fait du bien. Jeune cadre de 27 ans et déjà rassasié du parisianisme.

     

  • #2310154
    le 29/10/2019 par goy pride
    Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

    Paris n’est plus Paris. Ce qu’il reste de Paris c’est l’image fantomatique de son passé qu’il subsiste dans nos cœur et esprit. Les dernières fois où je me suis rendu à Paris quand je marchais seul plongé dans mes pensées je ressentais "Paris", je me remémorais des souvenirs...mais dès lors où je sortais de ma rêverie le réel s’imposait à moi ! Paris ce n’est plus Paris ! C’est une ville moderne qui n’a même pas l’avantage d’être propre et sûre comme Tokyo ou Singapour !


  • #2310161

    C’est très bien Paris. Je revends mon studio de charme avec poutre apparente dans un quartier prisé 4,5 fois le prix que j’ai payé, déjà du vol.
    Une chiotte au 6eme sans ascenseur.

    À part ça effectivement Paris, des flottes humiliees par leurs femmes hystériques qui vivent dans un château de 60 m carrés en pleine pollution.
    Comme toujours relire Céline sur le parisien encore avec de la paille dans le nez et son air supérieur sur les boulevards.

    Paris reste merveilleux pour des ballades toute la journée, hormis sa fabuleuse architecture, on y voit des quartiers djellabah et d’autres bobo, ceux qui ont voté pour Hidalgo et Delanoë -ah la Nuit Blanche et la Nuit des musées - Le parisien à ce qu’il mérite.


  • #2310248

    L’Idéologue et le Scientifique,

    Sapir,nous fait du Social-autoritarisme à la mode Attali,
    Gave étudie les flux monétaires comme en thermodynamique,
    Le premier est l’héritier de Troski massacreur du peuple russe,
    L’autre le défenseur de la liberté et de la dignité humaine par le travail.
    Sapir gémit et ordonne,
    Gave se retrousse les manches .
    Sapir est partisan de l’hélicoptère monétaire et du logement nomade,
    Gave dénonce l’irresponsabilité monétaire,et la spéculation oligarchique,
    Sapir ou la "Gôche" migratoire ,Gave la Droite des valeurs et du travail.


  • #2310254

    Toujours drôle de constater le ‘depart’ sous des cieux plus cléments de parisiens gâtés. J’en entends dans mon bar favori du 10eme expliquer partir, par exemple, à Rennes ou Nantes pour bénéficier d’un cadre de vie plus reposant.
    Sachant que tout le territoire est maintenant à la même enseigne, avec des villes comme Nantes encore pire que Paris, on rigole.
    ‘Le temps où il suffisait de changer de région est révolu.
    Il faut changer de pays. Jusqu’au jour où il faudra changer de continent.

     

  • #2310257
    le 30/10/2019 par ohaitieaqui
    Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

    Sapir a complètement raison sur les transports j’ai connu la poubelle de Londres dans les années 80 et Paris et les trains régionaux français faisaient rêver les Anglais depuis cela c’est inversé à 200% il suffit de partir de Saint Pancras et d’arriver à Gare du nord on passe du premier au tiers monde
    Exemples à l’infini aucune ligne sauf la 14 construite depuis les années 80 et lignes non entretenues matériel au mieux des années 70 ...allez tous à vélos ou trottinettes.


  • #2310278
    le 30/10/2019 par Philippe
    Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

    Le problème est que tous ces braves Parisiens, et citadins en général, qui fuient les villes, viennent envahir d’autres endroits où on était bien tranquilles entre nous. Ils y arrivent avec leur mentalité de m... et font souvent chier les locaux avec leur arrogance et leur complexe de supériorité. Le pire c’est que, après avoir vendu à prix d’or leur bien immobilier de la ville, ils débarquent ici et font s’envoler les prix. Ainsi, les autochtones les plus modestes n’ont plus les moyens de vivre sur la terre de leurs ancêtres. Je vous parle d’un cas très précis, celui que je vis ici sur la côte basque et landaise ou la substitution de population est en cours. Le grand remplacement nous on connaît déjà. En fait, ces gens tuent la qualité de vie qu’ils étaient venu chercher.
    Une demande à tous ces braves citadins. Restez dans vos villes, y compris le weekend SVP.

     

    • #2310430
      le 30/10/2019 par Le Chêne
      Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

      Ce que vous dites est incorrect Monsieur. Tous les Parisiens exilés ne sont pas forcément des cons pour commencer. Ensuite comprenez que le Sud Ouest où vivez vote largement pour le PS ou LR dans une moindre mesure. Partis très immigrationnistes. Immigration qui est la cause première du départ des Parisiens justement dans le sud ouestépargné par ce phénomène. En d’autres termes prenez-vous en à vous-même. Dernière chose il ne me semble pas que lesParisiens soient mals accueillants avec les provinciaux bien au contraire. Car les provinciaux envahissent aussi Paris pour les études, le boulots et ils sontrjrs bien accueillis. La réciproque est loin d’être égale. Ils pourraient se mettent à votre niveau et considérer que vous êtes des ploucs arriérés uniquement bons à manger l’axoa, le jambon séché ou encore que vous n’êtes que des gros beaufs avinés avec vos bandas et autres paquitos. Mais non, les Parisiens ont bien des défauts mais ils sont accueillants et aime nt leurs regions.


    • #2310565
      le 30/10/2019 par Isadusud
      Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

      Votre commentaire , très correct , est de surcroît très vrai !
      Et franchement , l’arrivée des parisiens est vécue comme un enfer
      Des l’arrivée, à peine les valises posées , ils réclament : la fin des mouettes-ça crie - la coupe des muriers centenaires -ça fait des saletés qui tombent dans leurs jardins -La fin des cloches du clocher du village-ça sonne trop- la fin de nos vieux alignés en rang d’oignon et devisant en langue autochtone sur le banc de la place-ils seraient mieux à l’ehpad -la fin du coq chanteur de l’unique paysan restant-il chante trop fort et trop tôt - la fin des cigales-le crissement leur est insupportable-y’en a même qui réclament la fin du mistral car c’est invivable !
      Repartez chez vous !
      Ça nous fera des vacances !
      Voilà, c’est dit !


    • #2310713
      le 30/10/2019 par Philippe
      Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

      Au Chêne

      Ben on vous aime pas, c’est aussi simple que ça. Et c’est pas nouveau. Ne serait-ce que pour tout le mépris dont vous nous gratifiez avec le simple terme de "provinciaux" (vous allez vomir quand vous le prononcez ?). Quant au vote du Sud-Ouest, venant de la part de l’habitant d’une ville qui va de Delanoë en Hidalgo, comme on va de Charybde en Scylla, c’est assez coquace comme reproche. Ensuite, si les "provinciaux " sont obligés, parfois, de passer par la case Paris, c’est bien parce que cette ville a quasiment tout accaparé et vampirise le pays depuis des siècles. Quant à la légendaire gentillesse des Parisiens...méthode Coué sans doute.
      Que les Parisiens croupissent dans leurs ordures, dans leur métro à l’odeur de vomi et de transpiration ainsi que dans leurs crottes de chien mais, de grâce, restez dans la Ville Lumière qui éclaire l’univers de sa supériorité éternelle et daignez nous foutre la paix de manière tout aussi éternelle en vous baignant, l’été, dans la Seine.
      Paris est une ville en état de putréfaction avancée, à tous les points de vue et ni l’axoa, ni les bandas, ni le vote des pignoufs de Gascogne ou du Pays Basque (Sud-Ouest j’sais pas ce que c’est) n’y sont pour grand chose.
      Enfin si, malgré tout ça, vous persistez à venir en "province", ne garez pas votre voiture n’importe où parce qu’on vous crèvera les pneus.
      Amitiés plouquesques.


    • #2311032
      le 31/10/2019 par rutabagarre
      Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

      c’est bien dommage que d’étailler ainsi les propos d’AS sur les tensions horizontales.
      vous n’êtes pas sans savoir que la plupart des parisiens sont des provinciaux éxilés ; il en existe des tarés commz il en existe des intelligents ; après la guerre pro anti goys, la guerre pro anti migrants vous nous vendez la guerez pro anti parisiens... c’est du grain à moudre pour le grand capital qui finira par tous nous bousiller à force de divisions.


    • #2311388
      le 31/10/2019 par Philippe
      Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

      Enfin si, malgré tout ça, vous persistez à venir en "province", ne garez pas votre voiture n’importe où parce qu’on vous crèvera les pneus




      Bien dit !!
      J’ajouterais juste :
      "... dès que vous aurez le dos tourné bien entendu."


    • #2311451
      le 31/10/2019 par Philippe
      Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

      Ah non ! Parce que si vous avez le dos tourné, on vous enc... en prime. Vous avez vu Delivrance ? Pareil, le banjo en moins.


    • #2311661

      Ce que les "anti-parisiens" ne pigent pas, c’est que le parisien comme ils l’imaginent n’existe quasiment pas.
      A.Soral est d’ailleurs un bon exemple de ça : il est originaire de Savoie où il a passé enfance et adolescence, arrivé à Paris pour les études puis y est resté assez longtemps dans sa période jeune adulte et maintenant (si j’ai bien compris) il y a toujours un pied-à-terre rive gauche, mais par ailleurs il habite du côté de Bayonne et s’investit dans une ferme en Bourgogne.
      Du coup, il est parisien ou pas ?

      Et ben je vais vous apprendre un truc, à vous les gros débilos qui voulez crevez des pneus : 80% des "parisiens" ont ce profil-là. Les parisiens purs nés à Paris, élevés à Paris et vivant à Paris à temps plein et toute leur vie, j’en ai personnellement jamais rencontré. Et même si on en trouvais un, il te dirait surement que ses parents sont venu du Limousin avant sa naissance dans les années 50 et qu’il y a la majorité de ses ancêtres, ou alors que sa fille parisienne s’est marié avec un basque et qu’elle a fait souche là-bas. (Du coup, quand il ira rendre visite à ses petits-enfants basques, tu lui crèveras les pneus ou pas, guignol ?).
      Moi personnellement je passe la moitié de ma vie à Paris (en semaine pour le boulot) et l’autre moitié (le week-end et les vacances) dans ma campagne, chez mes parents, dans le village de 500 habitants où j’ai été élevé. Du coup je suis parisien ou pas ? C’est quoi qui compte : la domiciliation fiscale ? Le lieu de vote ? Là où on est né ? Là où on a été élevé ? La plaque d’immatriculation ? Nos opinions politiques ? Ou peut-être notre taux de boboitude ? Les pires spécimens de bobos que je connais viennent de villes de province du genre Rennes ou Nantes, alors ne me fait pas croire qu’il n’y en a aucun vers chez toi...

      Si la France est dans un état aussi déplorable, ce n’est pas uniquement à cause du vote des électeurs de Paris intra-muros car ils représentent à peine 5% du corps électoral. Et d’ailleurs même les "élites" politico-médiatiques que beaucoup associent au "parisianisme" et qui manipulent les français viennent souvent de province eux-même : F.Hollande né à Rouen et ex-maire de Tulle, Macron né et élevé à Amiens, Benoît Hamon (pape des bobos) vient de Bretagne, Anne Hidalgo vient d’Espagne mais a été élevée à Lyon, Laurent Ruquier est originaire du Havre, Jean-Michel Aphatie vient des Pyrénées-Atlantiques (tiens, tiens...), comme d’ailleurs Bayrou et Alain Lamassoure (autre saloperie mondialiste), etc...


    • #2315922

      Tout à fait d’accord, Toulousain de naissance, je ne reconnais plus ma ville.

      Je déplore l’arrivée massive de tout ces parisiens qui débarquent ici parce que "Toulouse, c’est la fête, le soleil, le rugby, la bonne bouffe..." ! ou bien "J’adore votre accent, ça me rappelle mes vacances et le soleil !"...Comme si on ne bosse pas ici. Et quand ce n’est pas du foutage de gueule en imitant "l’accent" du sud. Non, mais va te faire voir ! Repars dans ton enfer où les gens ne rêvent que de se casser !

      Je déteste aussi cette expression parisienne dédaigneuse de "province", comme si Perpignan ou Lille, c’est la même chose !

      Du coup, Toulouse ne ressemble à plus rien, ville saturée par les embouteillages...totalement déchue en partie par les parisiens qui transportent leur malheur partout où ils passent.

      Pitié, pas de TGV à Toulouse, on ne veut pas que ça devienne comme Bordeaux.


    • #2317573
      le 09/11/2019 par Philippe
      Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

      Je compatis avec vous Bruno.

      D’autant plus qu’il faut vraiment qu’ils soient bêtes ces "parisiens" pour passer leurs vacances d’été dans le centre-ville de Toulouse.

      En revanche, on peut comprendre qu’ils aillent casser les noix de l’indigène des côtes basques et landaises, et au besoin, on doit même les y encourager.
      (un petit bonjour au passage à Fifi le sodomite des roues d’bagnoles immatriculées 75)

      Petite réponse à toi Fifi : reste chez toi aussi, ne t’avise pas de venir taquiner l’champignon dans NOS bois des Charentes, tu pourrais réellement prendre une sifflante là où ça te démange.

      De toutes façons, tu n’as rien à faire en Charentes, on ne veut pas de toi, on ne t’aime pas.
      Tu comprends ? On ne t’aime pas ! (comme tu dis)
      On ne met pas les pieds chez toi dans les Landes, alors tu ne mets pas les tiens chez nous en Charentes. Jamais ! D’accord ?
      Pour nous, le "parisien", c’est toi.


  • #2310282
    le 30/10/2019 par communardscommunards
    Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

    Mr Sapir n’évoque pas les causes et effets de la facilité mobilité Roissy- centre de Paris les décideurs d’intérêts pour les secteurs qui tournent et rentables à qui profite les plus cette orientation en ville pour les touristes : les Hotels , le secteur HOreca , les magasins de luxes , .....et tout çà à qui appartient il ?
    Ou sont les communards de Paris ......devenue capitaliste par effervescence du marché touristique en premier plan . derrière la mauvaise gestion de Paris il faudrait voir les groupes d’intérets marchands qui veillent à leur grain privé .


  • #2310302

    Les conséquences de la politique de ville-mondialisation de Paris amenant les parasites du haut et du bas du monde entier. Paris n’a que de l’histoire la France et la langue, je suis dans un amour déçu vis à vis de celle-ci ; les politiques de Chirac et du PS ayant produits leur fruits désastreux.

    Je fais parti de ces jeunes cadres de moins de 30 ans qui souhaitent partir de Paris et j’ai eu l’opportunité de Partir que j’ai saisis : Je pars à Toulouse en mai prochain.

    A mon avis, si on veut reprendre Paris, il faudra impérativement soutenir le premier candidats qui appliqueront les préconisations de Jacques Sapir en matière de gestion du parc social locatif ; ça permettrait à des banlieusards de revenir sur Paris et à des travailleurs de remettre pied là bas.
    Autre solution, que Jacques Sapir n’évoque pas : réglementer les prix de l’immobiliers sur Paris en autorisant qu’un montant maximal de revalorisation à la hausse ou de minoration des prix afin de permettre à des ménages de classes moyennes de devenir propriétaire dans Paris.

    Au final, pour que Paris redevienne la France, il faut remettre en cause le statut actuel de Paris et permettre à l’Etat de gérer les grands projets - axes stratégiques de la capitale en prenant à la fois en compte les intérêts des parisiens et des banlieusards. De même, en retirant les compétences de transports au Conseil Régional et de Planification Urbaine.


  • #2310352
    le 30/10/2019 par Jean-jacky
    Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

    Sapir dit qu’il faut loger les migrants... Pourquoi ?

    Pourquoi loger des personnes qui arrivent sur notre territoire sans autorisation ?

     

    • #2310626
      le 30/10/2019 par culturovore
      Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

      Parcequ’il fait l’hypocrite pour faire bonne figure. Il n’a qu’a commencé à donner l’exemple en les acceuillant chez lui, il a bien une chambre pour entasser une famille et lui épargner les morsures de l’hiver ? C’est ce que je préconise toujours à tous ces crétins promigrants.


  • #2310442

    un peu comme le titre du roman de houellebecq "la carte et le territoire",
    Paris n’est plus que le souvenir de ce qu’il a été.

    Je suis pourtant né ici. Dans cette ville qui reste une des plus belle du monde d’un point de vue touristique. Mais y vivre est devnu un cauchemar.

    Et je pense que pleins de gens (dont je fais partie) préfèrent la quitter plutôt que de la voir mourir à petit feu.


  • #2310971
    le 31/10/2019 par berutureb
    Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

    Le problème de Paris, c’est la connerie des gens qui y habitent et la gouvernance municipale.
    Ils veulent à la fois une ville productive et symbolique, on supprime les voies sur berge pour des raisons environnementales, ce qui a laissé place à une file constante de bagnoles collées au cul les unes les autres qui polluent et consomment encore plus.
    On veut en faire une ville symbolique, ville historique, mais les rues sont dégueulasses entre les merdes de chien, la pisse des clodos, les rats, les poubelles par terre, les toxicos migrants de La Chapelle.
    Paris, c’est aussi de plus en plus de racaille, allez faire un tour sur notre soi-disante plus belle avenue du monde le samedi soir, que de la racaille qui roule dans des bagnoles à 100.000 euros et se croient dans un rodéo.
    Et pourtant, malgré ce constat, malgré le départ de 10.000 personnes par an, les prix de l’immobilier s’envolent, va falloir m’expliquer.
    Voilà ce que c’est que d’avoir été dirigé par une fiotte et une folle pendant des années, quand on pense, et c’est le pire, que Madame Hidalgo est en tête des sondages de vote, on se dit que le combat est perdue, que l’on laisse Paris tomber


  • #2311021

    Ahah j’adore ce genre de personnalité...
    Tellement ’’géniale’’... Ce génie... Qui pose la question du pansement sur une jambe de bois...
    Soral voit la fuite en avant c’est lui le méchant...
    Soral vous dit que ... C’est un illuminé...
    Des villes aussi inhumaines, sont simplement voués à disparaître... Il est encore difficile de le constater mais Sapir parle comme un économiste... À moins d’un bond technologique comme le dit DRAC... Et tout est déjà prêt ... Il n’y aura qu’un changement par la violence... Les traumatismes permettant l’évolution de l’espèce humaine doivent être lourd et tout aussi calculé par une certaine oligarchie...
    Les villes dans l’Antiquité sont bien décrites dans la littérature... Et devinez comment cela s’achève ?

    Rajoutez à cela, l’individualisme, le transhumanisme, la connerie et le manque de liens sociaux... C’est évident que des villes comme ça... N’ont qu’un attrait basé sur la réputation... Et sur le surfait...


  • #2311185

    Il n’y a pas besoin de discuter de pourquoi on quitte Paris, les causes sont tellement énormes et évidentes !

    Il a raison de se barrer, quand il sera à la campagne, il va pousser un sapir de soulagement. ;-)

     

    • #2311427
      le 31/10/2019 par SamTitiyé
      Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

      A aucun moment de l’intervention, J. Sapir n’annonce quitter la capitale, la question porte sur l’émigration des jeunes actifs parisiens.


  • #2311647
    le 01/11/2019 par Rogiero_In
    Jacques Sapir – Pourquoi je quitte Paris

    Ces interventions sont bien intéressantes. Voici deux économistes senior de la Bastille parisienne qu’on localiserait plutôt dans la constellation des économistes hétérodoxes et que d’aucuns considèrent volontiers comme l’élite de la dissidence...

    Sapir voudrait remettre en cause le développement d’une approche libérale de l’économie résidentielle - celle-ci s’est beaucoup développée ces 20 dernières années grâce à l’apport des SIG, mais son inventaire de directives à suivre me semble tout aussi poétique que celui de Prévert. Une description technique du monde matériel et de grands principes d’organisation décalqués sur son inconscient du réel.

    Les relations entre la planification urbaine, l’aménagement du territoire et finalement les stratégies individuelles d’accès au foncier me paraissent un peu légères...
    La transition urbaine qui s’est accélérée ces 50 dernières années a produit un éclatement des territoires. Nous observons à peu près partout des centres villes musée, des proches périphéries qui concentrent les zones commerciales ou artisanales, des villes dortoirs, ces pôles natures et loisirs... les mêmes laideurs un peu partout.
    Mais ce que l’on observe moins, surtout dans les débats BFM-WC, ce sont les conditions dans lesquelles doivent se réaliser la circulation des biens et des personnes. Aucune critique de la bagnole et du système auto...

    La recherche a produit une imposante littérature scientifique sur ces questions depuis plus de 50 ans. Toutes les grandes métropoles françaises pilotent un réseau d’acteurs publics/privés (région, agence d’urbanisme, université, etc.) dans les secteurs dont ils ont reçu la compétence. Le transport figure parmi ces compétences clés. Le gouvernement a entrepris, dès 2017 d’ailleurs, de gros travaux de réflexion au sujet de nos mobilités quotidiennes.

    Que Monsieur Sapir n’ait pas vu venir les Gilets Jaunes ne m’étonne pas. En revanche, je ne peux pas en dire autant de ces experts et de ces élus qui se gavent à tous les étages du mille feuilles institutionnel français et qui commandent sans mandat nos destinées, sous le regard bienveillant du matron.

    On éborgne et on mutile la France, mais la Loi d’Orientation des Mobilités sera adoptée sans que personne ne s’en émeuve.


Commentaires suivants