Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Jean-Christophe Averty, le bidouilleur de la télé, est mort

Il avait donné sa chance au Pr Choron dès 1963 dans Les Raisins verts

Averty ayant été un original bourré de talents, on va donc éviter la nécro pénible des titres de presse classiques : le précurseur du clip, le metteur en scène des yéyés, le truqueur habile des émissions de Maritie & Gilbert Carpentier, etc. etc.

 

On va juste dire que Jean-Christophe est mort à 88 ans, et c’est amplement suffisant. 88 ans, ça laisse le temps de faire des choses, quand on a l’esprit fertile. On va s’intéresser non pas aux commandes commerciales, c’es-à-dire aux figures imposées à Averty – illustrer les émissions de variétés avec Johnny et sa génération – mais à ce qui faisait kiffer le réalisateur : la déconne stylée dans la forme et dans le fond.
Le but n’étant pas de choquer, mais de produire du 100% original, quitte à désorienter le grand public de l’époque. Au final, ce qui reste, c’est ça : la création pure. Pas étonnant que les grands esprits de la déconne artisanale, Averty et Choron, se soient rencontrés pendant cette période bénie des 30 Glorieuses.

 

 

Méliès 2.0

De 1963 à 1964, Averty lance son émission Les Raisins verts. Une innovation tant dans la forme que dans le fond : la technologie életronique naissante y est utilisée à mort, faisant de l’artisan aux ciseaux et pot de colle le roi de l’incrustation dans l’écran. Averty se passe de présentateur, et met en scène l’humour noir, qui a défrisé la France trois ans auparavant avec la naissance du journal Hara-Kiri. Le format des Raisons verts sera le moule de toutes les émissions un peu décalées qui joueront sur l’image et le son, ce qui est la base de la télévision. Un clip, un sketch, un clip, un sketch.

Il y invitera des gens brillants, des déconneurs subtils, et sera le premier (et quasiment le dernier) à donner une lucarne au génial Professeur Choron. Averty était un visionnaire, il avait tout compris. Mais dans d’autres mains, la télévision est devenue ce que l’on sait, un organe de propagande et d’abrutissement. Il ne pouvait en être autrement, dans une France gagnée par l’américanisme tous azimuts.

 

 

L’ode à la création du Pr Choron

Vu qu’on est partis un peu sur la déconne, voici une interview brute de décoffrage de Choron par Dechavanne en 1992, il y a 25 ans, quand la bien-pensance n’avait pas encore tout tué.

« Le pastiche c’est vraiment la merde de l’esprit, c’est-à-dire que tu voles l’idée d’un autre, tu vois c’est trop facile, et ces mecs-là se disent humoristes... Les mimes, les imitateurs, les pasticheurs, les gars qui font des calembours tu vois ça c’est de la merde, trouvons une idée originale ! C’est plus difficile. »

Choron n’aimait pas non plus les femmes au pouvoir, parce qu’elles devenaient « plus vaches que les mecs ».

 

 

Sur les cons qui tiennent la télé, chez Kontre Kulture

 

Choron, sur E&R :

La télé d’aujourd’hui, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les débuts de la décadence (violences verbales et filmées pour abaisser le niveau de résistance, destruction des notions d’art, de beau etc) et de la manipulation journalistique (faux reportages, sujets convenus).


  • Autre epoque...

     

  • Hahaha, quoiqu’on puisse en penser, il y avait plus de libertés avec un Ministère de l’Information et une chaîne unique... Vla l’interview du Maître sinon, impossible de nos jours... Et Dechavannes qui se sent obligé de préciser que c’est du second degré :)


  • #1677806

    C’est Jean-Christophe Averti qui a fait connaître le Père Ubu d’Alfred Jarry à ma génération (Je suis de 52). Avant lui et ses raisins pas mûres il y avait La Boîte à Sel dans esprit plus proche du Caveau de la République.

    On le voyait rarement lui-même à l’écran. C’est peut-être parce qu’il zozotait comme un kazou.

    R.E.P.


  • Choron c’est de l absurde...C’est pour çà qu’on a le droit de trouver son humour très drôle et c’est mon cas...
    "Les baleines c’est des grosses vaches dans la mer, Van Gogh je lui en veux pas...." ...j adore...

     

  • Terrible.. Rarement autant ri !!


  • Jean-Christophe Averty était également un puit de science concernant la chanson française et le jazz. Ses émissions en radio (malheureusement sur une station de service publique infestée de sionistes, de francs-maçons et de "gens de gauche) sur le sujet étaient phénoménales !


  • Mireille Dumas avait eu l’intelligence de faire un portrait de lui récemment sur France Télévision.

    Mélies 2.0... Hum, pas vraiment, car il pouvait créer des images très graphiques à l’aide d’accessoires et de décors sans forcément faire appel à ses appareils électroniques.
    C’était plutôt un surréaliste.
    Et un précurseur du clip vidéo.

    De ce documentaire, on retiendra qu’il ne regardait jamais la télé, à part ses émissions.
    On se demande d’ailleurs si certains les revoient aujourd’hui.
    Ils devraient !

    Épilogue par Jean-Christophe Averty à ce documentaire :
    "La télévision doit effectivement donner à rêver, donner à penser, doit faire réfléchir, doit faire sourire, et ne doit pas faire s’marrer (sic). Autrement dit la télévision ne doit pas être vulgaire, ne doit pas se ravaler au niveau du commun. La télévision c’est le sel d’une nation. Quand elle est bonne, ça prouve qu’elle est en bonne santé"

    Averty était un artiste authentique.


  • #1677901

    Aujourd’hui ce n’est plus de faire n’importe quoi, du vulgaire à l’original qui est subversif, puisque toute la connerie humaine est stockée sur les serveurs de YouTube.

    Si dans les années 45-65 les moeurs d’après-guerre se basaient à nouveau sur la morale et qu’il fallait des trublions pour remuer tout çà, aujourd’hui les trolls ont envahi la planète et c’est plutôt de la morale qu’il faudrait remettre.

    Cela dit la question reste la même : comment ne pas s’emmerder ? comment faire de "l’original" mais tout en restant cette fois dans la qualité pour ne pas sombrer de nouveau dans le vulgaire et l’immoralité ?

     

    • #1678136
      le 05/03/2017 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Jean-Christophe Averty, le bidouilleur de la télé, est mort

      "comment faire de "l’original" mais tout en restant cette fois dans la qualité"

      Sans parler de la télé, qui est un support mort, aujourd’hui, et encore davantage demain, il faut une base culturelle solide, sinon, tu ne vas pas loin.
      Ensuite, selon ce que tu as à "dire", utiliser des cadres définis et éprouvés, que tu vas faire se rencontrer, se croiser, pour s’enrichir mutuellement, et ainsi recadrer, ce qui présentera fatalement un point de vue inédit, sous réserve que tu maîtrises ce qui fait l’intérêt profond de chaque élément singulier, en vue de leur compatibilité : c’est un travail de chimiste.

      Il n’y a pas de "haute" et/ou "basse" culture : il n’y a que de la culture bien ou mal comprise.
      C’est le problème du sage qui montre la lune, qu’est-ce que tu vas regarder ?
      Y’a un nombre de galaxies infinies, ’faut s’en donner les moyens, le talent n’étant pas "financier".


  • "Je ne regarde plus la télévision depuis 10 ans...j’aime bien la poussière sur la télévision" Jean-Christophe Averty