Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’Italie rackettée et mise à sac par le système bancaire en faillite

Avec la complicité du pouvoir politique

La presse commence, enfin, à s’inquiéter de la crise bancaire en Italie. Plusieurs grandes banques sont en crise et sont rachetées par des concurrentes. C’est le cas notamment pour le sauvetage des deux banques italiennes, la Veneto Banca et la Banca Popolare di Vicenza, Ce qui aura nécessairement un coût pour le contribuable italien, un coût probable total estimé à 17 milliards d’Euros, soit 1% du PIB. La situation économique de l’Italie est ainsi très grave.

Invité de Jacques Sapir : Fabio Massimo Castaldo, député européen et membre du Mouvement 5 étoiles.

 

Changer de modèle économique avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le rackette, en France, c’est pour quand ?
    Où en sont les banques Françaises...

     

  • La véritable richesse d’un peuple est la maîtrise de son destin, le reste... de la merde (voir la résolution de la crise islandaise pour ceux qui font de l’argent l’alpha et l’oméga de la santé d’une nation) !
    Sommes-nous véritablement mieux placé que l’Italie de ce point de vue ?

     

    • « La véritable richesse d’un peuple est la maîtrise de son destin, le reste... »

      C’est la raison pour laquelle sans sortie ferme et définitive de l’U.E. nous rétablirons jamais « la nation française » !

      Désormais, la théorie des dominos s’appliquera à ce qui reste de notre pays par simple effet de contamination.


  • Les banques , après le coup de semonce de 2008 , ont repris leur "business " comme avant cette crise , puisque renflouées par les États via les contribuables , donc il était impossible qu’ils redressent la barre . ( je l’avais fait remarquer il y a quelques semaines ) . Le même scénario est de retour ! Y avait il des contrôles sérieux opérés par les preteurs ? ...j’en doute .


  • #1757841
    le 01/07/2017 par Vladimir Vladimirovitch Poutine
    L’Italie rackettée et mise à sac par le système bancaire en faillite

    Suivront ensuite l’Italie, l’Espagne et le Portugal.


  • Ça peut arriver chez nous ce soir : tous les grands acteurs sont faillibles et fragiles.


  • Si ces banques sont en faillite c’est qu’elles ont magouillé en prêtant à des entreprises qu’elles savaient insolvables, sachant que les contribuables italiens épongeraient les pertes . Escrocs en bandes organisées .

     

  • Pour ma part, j’aimerais bien qu’on m’explique une chose :
    Après avoir découvert que le système bancaire n’était pas ce que je croyais, et que les banques fabriquaient de l’argent pour le prêter contre du travail véritable, je me demande comment un tel système, à priori sans limite puisque reposant sur une "matière première" gratuite et quasiment inépuisable, et même en considérant que certains investissements sont perdants, comment un tel système peut-il être en faillite ??? Je ne comprends pas... Si quelqu’un a la réponse...

     

    • C’est en faillite dans la mesure ou les États doivent constamment rattraper leurs budgets en remettant de l’argent.

      Mais les États, eux, ne sont pas en faillite.

      Du moment que les PIB tournent, pas de faillite.

      Il faut voir les États comme des sociétés.

      Après il y a les fameuses dettes nationales.

      Mais tu peux avoir des dettes sans être en faillite.


    • En 2002, le président de la Fed Ben Bernanke, avait laissé échapper ceci en l’honneur de Milton Friedman :



      “Je voudrais dire à Milton et Anna : en ce qui concerne la Grande Dépression, vous avez raison, nous l’avons fait. Nous sommes vraiment désolés.”




      Et il ajoutait avec un sourire :



      “Mais grâce à vous, nous ne le ferons plus.”



      Les crises de liquidité sont voulues. C’est le meilleur moyen de chantage sur les gouvernements.
      La preuve : depuis 2008 l’oligarchie a considérablement resséré son contrôle sur le monde : Suisse, Italie, Irlande, Libye, Grèce, Argentine, Brésil... et on ne cite pas les pays attaqués militairement.


    • Question très pertinente "anonyme". Cela montre bien la grande illusion dans laquelle nous vivons.

      La vérité est que l’argent ne vaut pas plus que le coût du papier et de la main d’oeuvre qui le produit, et que la dette n’existe pas, elle est créée articiellement par des lois, des systèmes et des jeux d’écriture par les créateurs de ce grand jeu.

      Une illusion une fois de plus !