Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

L’affaire Jonathann Daval est-elle le procès de l’humiliation sociale et sexuelle d’un homme ?

Que s’est-il passé ce soir-là ? Un « effet cocotte-minute », comme le suggère son avocat Me Randall Schwerdorffer, dans le cadre d’une dispute ? « C’est tout à fait envisageable », selon Tony Arpin. « Un mot de trop a pu le renvoyer à des agressions quand il était enfant et déclencher cette fureur qu’il avait sans doute depuis longtemps ». Alexia n’aurait-elle pas plutôt envisagé le divorce ce soir-là, une hypothèse privilégiée par sa famille ? « Jonathann Daval ne supporte pas la rupture, il a un besoin de protection permanente », abonde le psychologue. Malgré ses multiples versions – l’avocat général Emmanuel Dupic en a décompté jusqu’à sept – jamais l’accusé n’a évoqué cette éventualité. (Le Parisien)

Il y a trois ans, le 30 octobre 2017, le corps d’Alexia Fouillot, une jolie jeune femme blonde de 29 ans, était retrouvé en forêt, à moitié calciné. Après avoir joué à l’innocent et pleuré pendant une déclaration en public, son mari, Jonathann Daval, avoue le crime. Ensuite, tout se complique : on a une victime, on a un meurtrier, mais quel est le mobile ? Et nous voilà repartis pour une nouvelle affaire Grégory...

 

Deux versions s’affrontent, dont l’approche est essentielle, car elles vont accorder ou non au mari les circonstances atténuantes. Pour info, la perpétuité (30 ans) a été requise contre lui ce samedi 21 novembre 2020 [1], ce qui a fait hurler l’avocat de Jonathann, pour qui la perpétuité s’inflige aux individus considérés comme dangereux pour la société. Jonathan, dangereux ? Au fait, comment peut-on, si l’on n’est pas fou – et Jonathann n’est pas fou –, frapper, étrangler, brûler sa femme et abandonner son corps sous des branchages en forêt, comme dans un crime passionnel en noir et blanc ? Et d’abord, y avait-il passion ?

 

« T’es impuissant, tu bandes pas, t’es une merde »

Nous allons vite passer sur la généalogie des deux êtres. L’un est issu d’une famille pauvre et nombreuse (7 enfants, décès prématuré du père), l’autre d’une famille aisée (une brasserie-PMU, une implication dans la vie sociale) et heureuse. Jonathann a un complexe social quand il arrive dans la famille Fouillot, une famille très unie, sous-entendu pas comme la sienne. Il est considéré comme un fils par ses beaux-parents, qui l’accueillent avec un certain paternalisme. Jonathann ne se remettra jamais de ce différentiel social, mais ce n’est pas un mobile : ça arrive tous les jours lors d’un mariage inter-classes sociales, quand un pauvre se marie avec une riche (rare) ou une pauvre avec un riche (moins rare). Dans le sens Daval-Fouillot, le gendre est nécessairement dominé et par le père (on le voit sur la photo), et par l’épouse (Alexia). Et c’était le cas dans la famille Fouillot : Alexia décidait de tout.

 

 

On arrête ce récit simplifié une minute, qui ne cherche pas à se substituer à la justice, mais qui montre jusqu’où peut aller un homme humilié dans un univers qui n’est pas le sien (classe sociale supérieure), et avec une femme qui le domine à la fois socialement, et sexuellement. Parce que les « troubles de l’érection », révélés pendant le procès, de Jonathann, incapable de donner un enfant et du plaisir à sa femme, sont au cœur du débat. Naturellement, on va nous accuser de faire du masculino-centrisme, du machisme ou de l’antiféminisme. N’empêche qu’il ne faut pas aller chercher bien loin le mobile du meurtre dans ce cas : un homme qui ne peut pas être un homme, socialement et sexuellement, soit devient homosexuel, soit fait une dépression (alcool, drogue, désespoir), soit il cogne sur celle qui fait de lui un non-homme. D’ailleurs, la maman d’Alexia ne s’y est pas trompée, en sortant du procès le jour où Jonathann a fait un malaise, elle a déclaré :

« Il voulait rester le fils auprès de nous, sans doute. Il voulait remplacer Alexia. Ça fait froid dans le dos. Heureusement que tout ça est fini parce que je n’ose même pas imaginer la suite. »

 

On peut voir les choses comme ça, de loin, comme un remplacement, où Jonathann voulait être le fils chéri des Fouillot, cette famille parfaite, mais sans l’humiliation générée par sa femme qui en plus se donnait du plaisir avec des sextoys, c’est-à-dire sans lui. Elle s’enfermait dans sa chambre et le trompait, en quelque sorte, avec des godemichés.

Pour le psychologue, « tous les signes indiquent un traumatisme archaïque vécu dans la petite enfance ». Et si l’intéressé ne s’en souvient pas, les experts penchent tous pour un trauma d’origine sexuelle, en raison des troubles obsessionnels compulsifs (TOC) développés par Jonathann Daval à l’adolescence : lavage des mains intempestif, douches longues d’une heure pour se frotter… L’expert fait à ce titre le rapprochement avec ses troubles persistants de l’érection à l’âge adulte, en dépit de médicaments prescrits à la dose maximale. Une défaillance qui le mettrait ainsi « face à l’impossibilité de devenir un homme en devenant lui-même père », relève le Dr Carpentier. (Le Parisien)

La plupart des hommes qui vivent ces situations de soumission socialo-sexuelle, en général, boivent ou cognent sur leur femme. Ou font les deux. Ils rétablissent ainsi la hiérarchie « naturelle » que l’homme a perdue suite au bouleversement socio-économiques des années 60 et à l’apparition de la pilule, deux événements qui ont donné aux femmes le moyen d’échapper à la domination du mâle. Les femmes, 50 ans après leur « libération » (mettons 1970), travaillent, décident de leur vie, de leur(s) amour(s), de leurs amants, de leur mari, et personne ne peut rien y faire. Il faut alors revoir son logiciel de séduction pour non seulement les attirer, mais aussi pour fonder un couple harmonieux. Le féminisme coûte plus cher, à tous points de vue, à l’homme d’aujourd’hui. Il est plus difficile de dominer une femme en 2020 qu’en 1950, où c’était la norme. Mais beaucoup d’hommes n’ont pas saisi ce changement, et considèrent la femelle comme un droit, un droit de domination et de jouissance. Jonathann n’avait aucun moyen de retenir sa femme, de contrôler sa vie, ses désirs, et il ne pouvait pas satisfaire son désir d’enfant (à elle). Ce sont les psychiatres qui le disent : il aurait voulu être son seul enfant, à elle... Mais ça ne tient pas trop debout.

Plus réaliste, la venue d’un enfant, qui plus est d’un fils, l’aurait peut-être évincé définitivement de la vie de sa femme : une fois l’héritier venu, l’inséminateur peut disparaître. À ce propos, il n’est pas rare de voir des épouses ne plus désirer leur mari après un ou deux enfants, une fois que leur désir d’enfant est accompli. Le mâle ne sert plus à rien, à part déboucher l’évier et payer les factures. La domination historique de l’homme sur la femme s’est transformée en lutte sourde pour le pouvoir dans le couple, chacun avec ses arguments. Et là où l’homme a encore l’avantage physiquement, il l’a de moins en moins économiquement et ne l’a jamais eu psychologiquement.

 

 

Quand Aude Barietety, auteur d’un livre sur l’affaire, avance que ce qui a touché les Français, c’est d’abord la mort d’une joggeuse, puis le mensonge du veuf éploré pendant trois mois, elle se trompe. Quand un fait divers devient un phénomène de société, c’est qu’il touche à la structure des choses, et selon nous ce fait divers a pris l’importance qu’il a prise parce que c’est le procès de la nouvelle relation hommes/femmes, le procès de l’homme qui n’accepte pas de perdre le pouvoir sur la femme et au profit de la femme.

Notes

[1] Jonathann Daval a finalement écopé de 25 ans de prison.

Comme prévu, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

181 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il y a toujours eu et il y aura toujours deux sortes d’hommes : les clients et les maquereaux . Le client en a une petite et est à moitié impuissant . Le maquereau en a une belle et est surpuissant . Ex : Bonaparte : il en avait une petite et sa trainée Joséphine l’a immédiatement fait cocu avec Hippolyte Charles, capitaine, qui en avait une grosse . Au point qu’elle a attendu des semaines pour finalement se décider à aller rejoindre son général en Italie . Aujourd’hui les femmes vivent un âge d’or : elles peuvent se débarrasser de leurs vieux maris en devenant de très respectées " hébergeuses solidaires " de MMA (Mineurs non accompagnés) ou d’autres allogènes, jeunes et ardents ! Elles sont les premières à profiter du grand remplacement - avec aussi les vieux pédés . Ce sont les premières à réclamer toujours plus de migrants - pour pouvoir baiser avec des jeunes . Et elles ont de plus en plus de pouvoir économique : sur les 6 premières capitalisations boursières du CAC 40, 3 fabricants de sacs à main : LVMH, HERMES, KERING . En ce moment même de plus en plus de mâles blancs sont passés par dessus bord pour être remplacés par des "naufragés" venus du sud de la Méditerranée .


  • Si elle l’a épousé malgré ses tares, elle devait en avoir aussi...
    Quant aux parents de la fille, comment expliquer leur aveuglement ?
    Bref, c’est la tragédie de la stupidité...

     

    • Bien vrai ce que tu dis ; on dit le mec immature , elle l ’était autant ; en fait le couple le plus courant ou chacun se rassure à travers l ’autre et soigne ses peurs et bobos sur le dos de l ’autre , le couple " sado maso , le plus courant : " je suis nulle mais tu l es encore plus que moi ! "


  • Je me trompe peut être mais ce Jonathan Daval m’avais pas l’aire de porter la culotte dans le couple,ça m’as l’aire d’un petit homme fragile semi-gay probablement qui ce faisait ’’manger’’ par sa femme et qui un jour a craqué,d’où l’extrême violence du crime.

     

    • Vous en connaissez beaucoup des hommes qui portent la culotte dans leur couple ?


    • C’est aussi mon impression. Certains disent qu’il n’a pas la gueule pour faire cela, or je trouve que c’est plutôt le contraire ! Comme tu l’as bien dis certaines personnes par lâcheté, faiblesse caractère... endurent la soumission et les humiliations jusqu’au moment où cela explose...Il y a deux types de soumission : celle passive et subit fruit d’une faiblesse de caractère, et celle active issue d’un choix stratégique calculé qui est en réalité une forme de domination et manipulation très subtile. Les femmes excellent dans cette forme de soumission. Quant aux hommes ils se soumettent plus souvent par lâcheté, de ce fait rongent leur frein, n’en pensent pas moins...et quand la pression finit par dépasser les inhibitions cela explose !

      PS : je ne parle pas de l’homme réel mais de l’image que l’on n’en a au travers des médias. Je ne connais pas ce Jonathaan, ni ne connais parfaitement le dossier de son affaire donc je ne porterais pas un jugement définitif sur cet homme.


  • L’affaire Daval ne semble pas être l’histoire d’un "homme humilié" victime de violence psychologique qui, par accident, tua sa femme.
    Non, rappelons-nous qu’il l’a cramé et a caché son corps... on est loin de l’acte passionnel ou accidentel.
    ER vous glissez... voici mon premier désaccord absolu avec le directeur de publication.

     

    • Ben, il a caché le corps pour ne pas se faire choper, c’est un réflexe naturel chez les meurtriers...


    • Je ne sais pas pourquoi il a tué sa femme, il aurait pu avoir le courage d’en trouver une autre, ou se faire pédé, je n’en sais fichtre rien de leur merdier.
      Ce dont je suis certain, comme l’atteste les faits ajoutés aux aveux pendant le procès, c’est un assassin, à ce titre c’est la peine de mort, point.
      A aucun moment il n’est question de légitime défense, ou de menace de mort envers ce Jonathan de la part de son ex ou de sa belle famille.
      Oui il est humilié, dominé et je ne sais quoi encore, tout ça est certainement vrai ou faux, peu importe, la vie est donnée comme un cadeau par le puissant, il ne lui appartient qu’à lui de l’enlever. Celui qui enfreint cette réalité depuis la création en ôtant la vie d’autrui sans avoir été menacé pour la sienne, devra mourir par la loi des hommes.


    • Bardamu c’est pourtant bien ce qui EST. L’histoire d’un homme fragile humilié et rabaissé par sa femme. Ce type n’est pas un assassin, il n’a pas prémédité son acte. Ton commentaire est celui d’un aveugle.


    • @ Benichou

      On ne tue pas quelqu’un qui vous humilie, on le/la quitte !!

      Et par ailleurs, abuser de sa force sur une personne physiquement plus faible que soi - femme ou enfant - est la dernière des lâchetés, et rien ne peut l’excuser, absolument rien !


    • Quand il y a une charge émotionnelle lourde, une fois que tu commences à cogner, tu ne sais pas jusqu’où ça peut aller... Et après faut improviser...


    • Benichou, t’es un peu à court d’arguments, selon toi un assassin est celui qui prémédite son crime, celui qui ne le prémédite pas aurait tué avec des circonstances atténuantes...
      Quand on se ballade avec un corps pou aller ensuite le faire disparaitre, t’appelles ça comment ?
      Faut arrêter avec ces considérations sans fondement, la victime n’aurait elle pas voulu tout simplement rester encore en vie ? C’est la seule question à laquelle on devrait se référer en dehors de la légitime défense.


    • C’est justement la différence entre un meurtre et un assassinat la préméditation.
      Ce que le type fait après son pétage de plombs ne fait pas de son acte un assassinat. Ce n’est pas très difficile à comprendre.


    • @ béni chou, il l’a assassiné donc c’est un assasin point, je ne le jette pas au feu , je lui souhaite juste un long et douloureux chemin de repentance pour alléger son âme, mais la bêtise est faite et elle est très très grave, on peut débattre des jours et des jours sur le pourquoi du comment ça changera rien, il a enlevé une vie, détruit celle des proches , qu’il assume.


  • Peine de mort et on passe à autre chose, y’a pas à chercher à comprendre.
    Pauvre femme !

     

  • Je viens de recevoir Sexe et Caractère de O. Weininger (merci KK) : très à propos !


  • Daval impuissant, sa nana qui joue du sex toy... C’était foutu, il aurait dû divorcer . Ou se faire poser une prothèse pour tenter de rigidifier la chose . Pour sa défense il aurait du dire qu’il était un pédé (chose crédible vu sa gueule et sa petite taille) qui refusait de s’assumer comme tel, le jury, les tantouses et les gouines des médias se seraient montrés indulgents . " Je suis un homosexuel refoulé, je refusais de l’admettre, je voulais m’accrocher à elle mais mon corps s’y refusait, je l’ai étranglé dans un moment de confusion mentale " . Acquitté .

     

    • Pardonnez-moi mais la sphère homosexuelle masculine offre un spectre bien plus large que celui que vous proposez. La "gueule" et la petite taille de Daval ne déterminent pas son orientation.
      Allez vous promener la nuit dans certains quartiers d’Amsterdam, vous les verrez ’les petits pédés" aux gueules d’anges mal nourris. 1m95, des bras comme vos cuisses. De quoi vous faire passer pour un chaton et vous apprendre à réfléchir avant de parler. Suis hétéro et bien dans cette peau. Cordialement


    • "il aurait du dire qu’il était un pédé (chose crédible vu sa gueule et sa petite taille)", et quand il chiale comme une gonzesse ce type donne l’impression d’être une petite fiotte avec une toute petite, c’était clair que c’était un minable. Sa mère (Martine Henry) est à son image, insignifiante, inculte, piteuse. Alexia et Jonathann c’était le mariage de la carpe et du lapin, ils n’allaient pas ensemble. La mère d’Alexia (Isabelle Fouillot) trop lisse, trop froide, une cachottière, faut se méfier de l’eau qui dort, c’est elle qui mène le bal. Le père d’Alexia (Jean-Pierre Fouillot) est sous la domination totale de sa femme, c’est évident, mais c’est le plus sympa de la bande. Alexia était probablement une copie conforme de sa mère, même tronche, même coiffure, même lunette, et si l’on veut la comprendre faut regarder la mère. Le gendre (Grégory Gay) pas mieux, un petit rancunier sans envergure sa femme (Stéphane) est une emmerdeuse qui en rajoute toujours une couche.
      Quelle famille ! et tout ce beau monde jour après jour a joué une petite comédie médiatique bien orchestrée ou tout le monde avait son rôle, à croire qu’il y eut des répétitions.


    • A mon avis, il s’est marié avec cette femme parce que les parents de celle-ci étaient gentils avec lui. Je pense qu’il n’aimaient pas vraiment sa femme, qu’il l’a trouvait trop exigeante et caractérielle. Je pense que son impuissance était psychologique comme pour quasi totalité des hommes de moins de 60 ans atteints d’impuissance. Et les insultes de sa femmes n’ont rien arrangé à ses problèmes.
      Il aurait dû divorcer et se trouver une petite femme, pas forcément belle mais plus timide et plus "simple" au lieu d’aller jusqu’à tuer sa femme.


  • Les femmes actuelles méprisent au plus point les hommes comme ce Jonathan, tête de gamin, attitude de gamin et bande mou ; elle l’aurait certainement foutu dehors s’il ne l’avait pas tué.


  • Quelque soit l’analyse psycho de ce type, il n’a aucune excuse. Faire la folie de tuer sa femme sur un coup de colère n’en fera pas le premier, mais aller jusqu’à bruler le corps d’une jolie femme qui l’a choisi parmi surement d’autres prétendants, fait de ce type un fourbe, un minable et pas très malin par dessus le marché, qui croyait que cacher le corps allait l’absoudre de tout soupçons.
    J’avais trouvé d’ailleurs très bizarre de le voir pleurer à si chaude larmes depuis 3 mois. Les gendarmes non plus n’ont pas été dupes.
    La "pauvreté" de sa famille, ses troubles d’érection n’aurait jamais du exclure la dignité de cet assassin.
    Un simple divorce l’aurait peut être ramené à sa liberté. Pourquoi a t il menti a lui même jusqu’au meurtre ?

     

    • tu tues quelqu’un tu veux pas te faire gauler, tu fais disparaitre le corps, c’est de la logique basique.

      si il avait tenté de dissoudre le corps ça aurait pire ou mieux ?

      ça change quoi qu’elle soit moche ou jolie ?

      beaucoup de candaule vaginocrate se révèle avec cette affaire...


    • un exemple du côté néfaste de la société du spectacle : combien de films violents a-t-il vu pendant que son psychisme se construisait ? ça peut donner des idées.
      Quel est son mode alimentaire ? (voir les recherches sur les liens entre troubles du comportement et alimentation).
      Quelle a été son exposition et sa sensibilité aux ondes électro-magnétiques ?
      Etait-il a jour des vaccins ? a-il donc des métaux lourds et autres produits merdiques dus aux injections vaccinales qui pourrait s’ajouter au reste ?

      Tout cela n’excuse pas son acte, mais pourrait l’expliquer.


  • N’empêche (complexité des cas mis à part), ça doit se bousculer dans la tête de nos « justiciers ». Affaire Cantat, affaire Sauvage et là ce type. Bon, n’étant pas analyste de ces cas, je note que si cet homme a fait un malaise vagal au procès, il n’en a pas fait pour aller le lendemain du meurtre s’occuper du corps de la victime (par exemple). L’article aurait du mentionner le palliatif qui était évoqué jadis dans ce genre d’affaire intime de couple : « L’amant légitime » (libertin disait-on).
    Je suis outré par le rôle des médias dans cette affaire. BFM a mis un bandeau à la TV faisant publicité sur « La série Daval en 4 épidodes » (en plein procès). Je ne vais pas m’étendre sur mon point de vue concernant la famille (interventions, mère soigneusement pimpante, etc), je suppose qu’ils sont sous thérapie euphorisante lourde et que ça joue.
    Alors, pauvre famille ou pauvre Daval c’est selon. Et, finalement pauvre Aléxia surtout. Que n’a-telle largué cet émasculé de fait pour se trouver un homme.


  • C’est surtout le procès d’un meurtrier. Point.
    La différence entre l’homme et l’animal, c’est de maitriser son impulsivité et d’éviter l’irréparable en se séparant par exemple.
    Ce qui est frappant cependant c’est de constater, sur les photos de ce couple, qu’elle est clairement un cran au-dessus de lui (comme décrit dans l’article).
    Les unions entre une femme supérieure à son mari ( socialement, intellectuellement,...) sont rares à tenir sur le long terme.

     

    • si elle l’avait pas mordue (qui parlait de maitriser ses pulsions ?) après l’avoir acculé contre un mur pendant la dernière embrouille il aurait peut être pas pété un plomb, il a essayé de se barrer elle l’en a empêché.
      elle a provoqué son propre assassinat, ils sont responsables tous les 2.


    • Finement observé. J’ai déjà vu ça (Et je suis « vieux »), un collègue de travail (salaire moyen disons) dont la femme, supérieure, montait les échelons hiérarchiques avec maestria (et grand mérite). A un moment elle en a eu plein le Q (dixit entre elle et moi - simple amitié) de son pégreleux. Non pas pour du sexe ou de la différence de classe, juste parce que ce con se tenait mal dans les mondanités (voire agressif dans le verbe ou simplement en dessous du lot). Des fois le mâle n’est pas à la hauteur.


    • @Marc.
      Les couples ou les différentiels socio-culturo-économiques entre les deux personnes sont très marqués à notre époque.
      Il est très rare que ceci se traduise par un meurtre ou bien un homme qui bat sa femme (cf. chiffres de l’insee).

      Cette femme avait deux atouts : mignonne et socialement intégrée. Pas de quoi la distinguer des autres.

      Pour le reste elle m’avait tout l’air d’être une cruche, suffisamment pour ne pas avoir divorcé et lui certainement très perturbé. Cruche car si une personne, homme comme femme, passe son temps à te mépriser, on est dans la définition contraire de l’intelligence.

      Est-ce que la sur la surmédiatisation de cette affaire ne cherche pas au contraire à vouloir rabaisser les hommes en général qui subissent une pression énorme dans la "conception" moderne du couple et faire passer le message subliminal de la généralisation aux femmes ?

      Je précise que je trouve cet acte particulièrement odieux.

      Stéphane


    • Je corrige une grossière faute d’orthographe : " les couples où" bien entendu qui remplace ma faute lorsque j’ai marqué :" les couples ou".


  • Ca me fait penser au sketch de Blanche Gardin : "Démerde toi ! Prend un chausse pied et fous la moi dedans !"



  • Et si l’intéressé ne s’en souvient pas, les experts penchent tous pour un trauma d’origine sexuelle, en raison des troubles obsessionnels compulsifs (TOC) développés par Jonathann Daval à l’adolescence : lavage des mains intempestif, douches longues d’une heure pour se frotter



    Et moi qui croyais que l’hygiène en général, et le lavage des mains en particuliers, était des gestes-barrières indispensables... Et là maintenant, c’est un signe de trouble mental ?

     

    • Sans compter le rapport bucco-génital masqué qui pour certains (ou plutôt certaines) doit être pesant.


    • L’un n’empêche pas l’autre .


    • Les gens qui nous infligent ces "gestes barrière" (anglicisme) ressemblent à cet homme : petits, incapables de se donner, de donner, de procréer, de créer, et même de gérer une situation quelle qu’elle soit. Aussi prompts à la pleurniche qu’à l’assassinat...
      Echangeons Jonathan contre Emmanuel ou plutôt sa bande de fous dangereux ?
      Jonathan ira se cacher loin du monde, l’autre (les autres) enfin cessera (cesseront) de nuire à 65 millions de Français.
      Il est possible que les problèmes de Jojo viennent du coeur. Un coeur malade, c’est un homme diminué sexuellement.
      Et alors, pas grand chose à faire. Les stimulants donnés pour remédier à la situation doivent entraîner des effets cocaïne, qui exagèrent les pulsions et donnent un sentiment provisoire de surpuissance.


  • Mon pronostic : il est blanc, hétéro, chrétien ... il va prendre le max.
    (Max, c’est le nom du gros black qui dort avec toi en cellule).

    Eeeet oui ! Si t’avais été noir ou d’une autre confession : ton avocat(e) aurait pleuré sur tes malheurs de racisme ou d’homophobie, on t’aurait collé en psychiatrie et tu serais ressorti au bout de 2 ans, aussi innocent que le rat qui vient de naître.
    Mais voilà, mon pauvre Johnatan, t’as fait la connerie de ne pas être de la bonne communauté. Dommage !

    Après, je peux me tromper. Peut-être qu’il va prendre légèrement moins ... peut-être.

    En tout cas, s’il avait pris la pilule rouge et s’il avait connu le mouvement MGTOW, lui, il serait toujours libre (dans tous les sens du terme) et elle, elle serait encore assez vivante pour faire chier un(e) autre.

    Mais bon, le plus important, c’est que les féministes puissent fêter la mise-à-mort d’un "ennemi de genre".

    Vivement la charia !

     

    • Ne mêlez pas la chrétienté avec ce genre d’individu.


    • Pitoyable ,pleurnicher comme le font les minorités ça nous grandira pas !!
      Pour info la charia ( mot d origine arabe et ourdou ) qui veut dire loi en francais , un ensemble de loi divine et humaine mélangées dans cette loi que ce soit l’homme ou la femme qui tue c ’est la peine de mort sauf si la famille du tueur pardonne et demande un dédommagement pour le préjudice subi comme on le voit dans les affaires de terrorisme ou autre sinon c la peine capitale comme c’était avant dans le catholicisme et même y a pas si longtemps en République française on décapité pour ça !!
      Avant de balancer des mots dont vous n’avez aucune idée de leur signification ,instruisez vous ou informer vous un peu vous serez plus crédible !


    • @ Juah

      Désolé, mais il fait partie de la communauté dont il fait partie.

      @ Kamika

      Pitoyable ,pleurnicher comme le font les minorités ça nous grandira pas !!

      Rester "grand" et "fier" sous les crachats non-plus, la dissidence reste dissidente et même lorsqu’elle arrive au pouvoir, comme ce fut le cas aux USA, rien empêche le système libéral-libertaire de tricher pour reprendre le pouvoir ... il faut l’accepter, l’occident crève du cancer de sa liberté (entendez par là : les libertés que se permettent ses "élites") et il faut bien lui trouver de nouvelles normes, non ? La nature a horreur du vide.

      Concernant la charia, ben, justement, si elle était appliquée : Daval paierait de sa tête, c’est sûr ... mais tous les Moussa / Mohammed / Piotr qui représentent 99 % des tueurs "féminicides" (Dieu, que je déteste ce mot) en France, auraient également vu leur tête séparée de leur corps ... sans parler de tous les cas de femmes qui tuent leur mari avant de pleurnicher dans les médias (voir le cas Jacqueline Sauvage) et de se faire reconnaitre comme folles.

      instruisez vous ou informer vous un peu vous serez plus crédible !

      Excellent conseil, j’en attends votre exemple.


    • @andré-pierre

      Waouh quel ramassis de conneries.


  • Ceux qui n’ont pas les codes violent, et ceux qui les ont finissent comme Jonathan, ou comme Macron & Cie.
    Force et honneur


  • Les médias en font des tonnes sur cette affaire pour la bonne et simple raison que le coupable pour une fois est un "bon petit français", ni plus ni moins. Ça fait un peu écran de fumée sur toute la racaille qui gangrène en France, alors ils remplissent "leur" écran avec cette affaire sordide. Ça me paraît tellement évident de la part de ces minables médias... On verra si ils parleront autant du procès du meurtrier de Victorine...

     

  • Mais que pouvait bien trouver Alexia, à ce triste individu ?. Pourquoi ce choix ? Il est même plus petit que la mère d’Alexia. Dominé sur tous les points par sa femme qui de plus n’avait aucune satisfaction sexuelle. Pourquoi vivaient-ils ensemble ?
    L’aurait-elle utilisé comme soufre douleur ? Comment se sont-ils rencontrés.

     

  • Condamné à 25 ans, il sortira dans 11 ans et demi pour bonne conduite (excellente conduite...)

     

    • Non, ça, ça ne marche que si t’es "non-blanc" et/ou "non-chrétien" et/ou "non-hétérosexuel" et/ou "non-français-de-souche".

      Lui, il purgera sa peine à fond ... s’il survie à ses premiers jours en taule.
      Un souchien au milieu de toutes ces chances pour la France ... la prison, en France, pour quelqu’un de normal, c’est déjà une forme peine-de-mort.

      S’il s’était appelé Moussa ou Mohammed : il passerait les 3 ou 4 prochaines années à performer le matin (c’est-à-dire à 14h) sur PES ou FIFA, en début d’après-midi sur le Coran, en fin d’après-midi à la salle de muscu et le soir, il pourrait éventuellement se faire sucer par une surveillante pénis-tencière ou se mater du prono sur son téléphone portable ou passer la nuit à se dandiner sur du aya nakamura.

      Ceux qui se plaignent que la prison est trop douce oublient bien souvent que la prison sait faire vivre l’enfer qu’aux souchiens qui ont le malheur d’y finir. Pour les autres, ce n’est, ni plus ni moins, qu’une énorme garderie.

      Au moins, en Chine (et en Tchétchénie), leurs islamo-sionistes, ils les font tous prier dans la même direction : à genoux et à coup de schlag 5 fois par jour devant le drapeau Chinois et le portrait de Xi Jinping avant de retourner bosser gratuitement sur la chaîne d’assemblage d’Apple ! Ça, c’est de la vraie prison comme on aimerait (comme on devrait) en avoir chez nous ! Une prison qui punisse les coupables, indépendamment de leur couleur de peau, de religion ou de leur sexualité.


    • Certes, mais quel est l’interêt d’enfermer les gens pendant 25 ans ?
      En quoi ca protège la société dans de pareils cas ?
      En quoi ca apporte la moindre réparation à la victime et à ses proches ?
      Enfin quelle est le sens de la sanction pour le coupable et la société ?
      Sa valeur pédagogique, d’exemple ou de repentance ?

      La prison et la justice n’ont plus beaucoup de sens... on refuse d’enfermer les gens condamnés a de courtes peines, les multirécividistes et autres apprentis terroristes sont relachés... et on fait semblant de vouloir enfermer des gens pendant 25 ans ... au nom de quoi ?
      au bénéfice de qui ?
      Philosophiquement c’est totalement absurde.


    • On va pas se plaindre qu’un assassin purge sa peine non plus
      Moi je serais pour la peine de mort
      J’ai plusieurs enfants dont plusieurs filles
      Donc si on le pendait ça me dérangerait pas
      Mais je pense pareil de Jacqueline Sauvage ou Ludovic Bertin, l’assassin de Victorine Dartois ou même Dan Lampel ou l’autre violeur de la LDNA
      Un peu d’ordre et de justice pour les victimes innocentes et leurs familles qui prennent perpéte, elles !!


    • #bayin quelqu’un de normal serait blanc selon toi ?


    • @ Maxus 1

      1) On est en France, non ?

      2) Le blanc / souchien / chrétien est quand-même la population la moins criminogène, la plus accueillante et la plus pacifique en France ... ce qui laisse donc à penser que les autres populations sont moins bien acclimatées quand elles sont présentes en trop grand nombre et sont donc à classer comme anormales car ne se sentant pas dans leur environnement propre. Les diasporas minoritaires (asiatiques, slaves, sud-américaines, Français des DOM-TOM etc.) ne posent pas (ou moins) de problèmes car ce sont avant tout des diaspora minoritaires qui ne posent pas problème et nous rappelles qu’un étranger qui s’installent en petit nombre sur un territoire, en respectant la tolérance du peuple autochtone à voir des étrangers s’installer ici ne saurait être classé comme envahisseur.


    • #2601150

      En quoi y a-t-il un problème, de dire que les problèmes viennent des banlieues zup et autres ?
      Est-ce que tu as les mêmes problèmes au Mirail qu’à Samatan, les mêmes problèmes a Camon qu’à la Castelane, les mêmes problèmes à Rocamadour qu’à Aulnay sous Bois ?
      Est-il possible de dire que l’agriculteur béarnais est moins criminel que le wesh wesh de Venissieux, peut-on dire que l’artisan de Teulat est moins dangereux que le dealer des Izards, sans se faire traiter de quoi que ce soit, sans que l’on présuppose une pensée quelconque ??


  • Le problème de l’homme blanc (moderne) c’est qu’il psychologise à mort...
    Pourquoi vous posez vous toutes ces questions ??

    Choisissez mieux votre femme à l’avenir et soyez prêt à sacrifier de faux rêves :
    Renoncez à toucher 2 salaires
    Renoncez à sur consommer pour rien
    Renoncez à satisfaire les caprices consuméristes de vos femmes et vos enfants.
    Renoncez à vous unir avec des femmes qui sont sur « le marché de la séduction ».

    En 1 mot devenez des hommes, leadez dans votre couple et épousez des femmes à l’ancienne, même moins belles.

    Je suis marié depuis des années et des années, et quand je vois ou j’entends les couples autour de moi, je souris et je me dis que j’ai bien fait de choisir la mère de mes enfants avec mon cerveau.

    Quel bonheur de vivre dans un couple traditionnel. Je plains sincèrement les gens qui se battent avec une traine savate, et qui supporte un job de merde et des contraintes uniquement pour payer à leur femme des rêves de capricieuses : maison à crédit, vacances inutiles, resto en tout genre et consumérisme maladif...

     

  • quand dans une famille la mère et la fille ont la même dégaine avec 20 ou 30 ans d’écart c’est qu’il y a un soucis, c’est forcément louche.

    la daronne et sa fille ont le même genre de lunette, le même genre de carré, ça sent la mère toxique et potentiellement la fille toxique.


  • #2600765
    le 21/11/2020 par FeministoMasculiniste 2 mes 2 couilles
    L’affaire Jonathann Daval est-elle le procès de l’humiliation sociale et (...)

    Moi j’te le foutrais dans la même cellule que l’assassin Jacqueline Sauvage, mérite pareil, la même peine

     

  • #2600783
    le 21/11/2020 par Diseur de vérité dure à entendre et avaler
    L’affaire Jonathann Daval est-elle le procès de l’humiliation sociale et (...)

    Il découvrira son côté féminin dans les douches et préférera faire les pipes et le café plutôt que de se faire casser la gueule.

     

  • Une façon de sortir par le haut de la lutte de pouvoir dans le couple : l’amour chevaleresque.
    Le don de soi plutôt que le contrôle de l’autre.

    Plutôt que de tomber dans la revanche incel (façon Rochedy / Peterson), s’élever par la Métaphysique du sexe (Julius Evola) que Kontre Kulture réédite.

     

  • peut-être une femme perverse-narcissique...cela use...allez donc savoir. certains P.N font de la tauromachie avec leur victime, mais parfois, c’ est le toréador qui perd ses couilles.

     

    • Je suis assez surpris de l’indécence médiatique concernant cette affaire. Ce type d’affaire par respect pour tous les pour les proches de l’accusé, mais également pour la personne jugée , et la sérénité de la Justice ne devrait aucunement être déversée dans notre salle à manger entre la soupe et la pizza ou les nouilles du dîner : écoeuré par la presse et les journalistes charognards .. De la peine pour cet homme brisé et toute la famille concernée mais mépris immense pour ceux dont le métier est celui de vendeurs de chair humaine !


  • Le crime est terrible mais fallait il humilier ainsi cet homme ? Je le plains,oui je le plains d’aller en prison si faible,si féminin,il va en baver. Pourquoi n’est il pas parti ? Si c’était simple un couple ! Mais je trouve ce déballage sur leur sexualité malheureux ,même si c’est sûrement le noeud du problème. Parfois les mots sont comme des coups et une femme peut détruire un homme ainsi,surtout en pointant sa virilité défaillante.

     

    • ".../...une femme peut détruire un homme ainsi,surtout en pointant sa virilité défaillante."

      Tout à fait d’accord - il n’y a effectivement rien de pire à dire à un homme ! - mais on ne reste pas, on part à la première réflexion, et surtout, on va se faire soigner !

      Et si on choisit de rester - pas d’enfant et une situation correcte - on assume, et on la ferme, la lâcheté impliquant toujours un prix à payer...


  • Chouette article. Je m’en fichais un peu, de ce sujet, je jetais un oeil par curiosité... et finalement le propos est riche et fichtrement prenant. Bravo ER !


  • Très bonne analyse : on attend celle de Stéphane Édouard.
    La vraie perpétuité existe donc : pas pour les violeurs meurtriers récidivistes en tout cas ...


  • "Je ne suis pas votre mari, Madame, alors parlez moi autrement" est une réplique à l’adresse des cheftaines au comportement fâcheux.
    Les actes de violence conjugale ne sont pas à sens unique.


  • Mais comment il a fait pour la porter, morte ?
    Il est minuscule.
    Quelqu’un sait ?
    C’est tous des anormaux dans cette histoire.


  • Quand je lis certaines réactions sur E&R, on a l’impression que l’homme blanc n’a jamais de tares. Il ne faudrait pas tout confondre ici. Ce Jonathan, c’est un meurtrier, qui ne contrôle pas ses nerfs, mais qui a assez de sang froid pour cramer un cadavre. On ne parle pas d’un rat, ni d’un chien, on parle bien ici d’une femme. Donc, la justice a très bien fait son travail. Qu’il aille se faire soigner, et j’espère qu’en prison, il va bien se faire sodomiser, pour comprendre l’usage des sex-toys par la défunte. Si dans cette société on n’arrive plus à prendre du recul sur rien, tout devient un problème identitaire, autant se laisser vacciner. Certains ont complètement perdu le sens critique. Bonne soirée à tous.


  • Aucune compassion pour le meurtrier. Si ta femme dépasse les bornes tu l’abandonnes. D’autant qu’ils n’avaient pas d’enfants. C’est un faible et ceux qui le soutiennent doivent impérativement se remettre en question. Pour certains la race a plus d’importance que les valeurs. C’est grave.

    Je ne commenterais même pas la chouinerie du type "si il s’appelait Boubakar il aurait pris moins blabla..." : pathétique...


  • Si cette histoire a occupé les médias pendant des années, avec le retour du moustique tigre, le confinement, la maladie de Lyme, c’est pour faire passer au second plan des informations plus sensibles. Ce sont les médias qui ont décidé de porter cette affaire au premier plan, pas le public.


  • Ça n’est pas très convaincant : présenter les propriétaires d’un PMU comme appartenant à la bonne bourgeoisie, c’est assez étrange.


  • Sauf que lui est informaticien et elle employée de banque... donc à priori c’est lui qui a la meilleure situation économique.

    Pourquoi essayer de donner des raisons socio-économiques à une affaire de meurtre dont le mobile le plus plausible est l’impuissance physique et l’humiliation qui en résulte ?

     

  • Cette famille Fouillot me met mal à l’aise depuis le début de cette histoire et je ne sais pas pourquoi… Cette mère qui sonne faux, le père bon toutou , la sœur sinistre, et Alexia qui devait être une sacrée chieuse. Jonathan qui était traité comme leur fils : ouais… au niveau psycho, ça fait rapports incestueux, leur ‘fils’ Jonathan marié à leur fille Alexia, et vous comprenez pourquoi le couple ne pouvait pas fonctionner, coucher avec sa sœur ça le fait pas. Je n’excuse pas son geste, mais ça devait être insupportable pour lui cette situation même s’il y contribuait malgré lui.
    Et puis, à 20 ans, la méga baraque avec piscine, les parents à côté qui devaient leur faire un petit chèque en plus à la fin du mois... ils vivaient déjà comme des vieux.
    Moi, mes 20 ans avec mon petit copain, c’était (très) loin des parents, dans des piaules pas possibles, à manger des conserves ou pizzas, écouter la zique à fond, refaire le monde, et faire l’amour tout le temps !!

     

    • effectivement l’attitude peu discrète des parents Fouillot ( la mère en particulier), au cours de ce procès , m’a posé question .
      Mais ce qui m’a choqué le plus, c’est l’avocat général qui a requéri la peine maximale, comme si c’était le pire crime qui puisse exister et de plus il s’est exprimé dans les médias avant le verdict final, comme s’il avait besoin d’une approbation médiatique pour appuyer son réquisitoire et influencer le jury


  • Je crains que pour une fois sa petite taille lui sera un avantage plutôt qu’un inconvénient. Je ne vois pas en quoi ce type ait pu être humilié par sa femme. Il y a des hommes qui aiment bien se faire dominer par leurs femmes ; mieux vaut ça que rien du tout comme marque d’affection. Y a des gens qui feraient quand même mieux de revoir un peu leurs prétentions. Cette histoire me fait penser au sudaf qui n’avait pas de jambes mais s’était tapé une beauté. Qu’est-ce qu’il croyait ce clown que sa femme allait rester fidèle à un tronc ? Concernant Jonathan. Dire qu’il serait pédé me paraît bête. Je connais pas mal de femmes qui aiment ce genre d’hommes. C’est souvent le type d’hommes (genre coiffeur) qui parle autant que des femmes et partage les mêmes intérêts qu’elles, bref, le genre d’homme qui vienne pas les faire chier avec le foot et avec qui elles peuvent regarder des télés-réalités et autres merde dont les femmes raffoles.


  • L’homme blanc commet aussi des erreurs parfois, ca peut arriver, ce ne sont pas des anges. Sa plus grande faute a été de lire son discours en pleurant ttes les larmes de crocodiles de son corps. Impardonnable !

     

  • C’est une histoire bien triste...
    Mais ce n’est qu’un fait divers....
    Pourquoi on nous bassine déjà 1 semaines avec ce fait divers ?

     

    • Je pense comme vous.
      On s’en fout de cette histoire. La seule chose qui importe c’est pourquoi les médias en parlent.


    • Tres simple, s’ est une façon de dériver l’ attention du français qui se trouve sure une chaine d’ info, donc interessé par la vie réelle du pays (sujets sérieux économiques, sociaux, sociétals, sanitaires et..) , et de Le télétransporter dans un fait divers, une suite de " Faites entrer l’ accuser", pendant que l’ on s’ approche d’ une réasession historique qui sent la guerre à plein nez et un puch de l’ hyperclasse ethno supremassiste pour affaiblir, et stériliser dans les 2 sens le petit peuble tels des moutons drogués qu’ on amène a l’ abattoir, aans qu’ il ne s’ en rendent compte.


    • Exactement. Les faits divers ne devraient que concerner les proches et connaissances par rapport aux protagonistes de l’affaire.
      Le fait que la population s’en imprègne ne peut qu’engendrer de la haine vis à vis du bourreau (ce qui est plutôt compréhensible) puisqu’elle se mettra dans la peau de la victime.
      Bref, les faits divers n’apportent rien à part des sentiments de colère et d’angoisse.


    • Pour faire diverSion, pardi !!
      Pour ne plus parler du documentaire HOLD UP,
      qui expose les médias mainstream pour
      ce qu’ils sont. Des putes du système qui répandent
      le virus de la peur pour manipuler les glands qui
      croient encore la messe merdiatique.
      Minimum une Fake news par jour balancé par
      l’AFP.
      Preuve qu’il n’y a pas de diversité d’opinion des médias.
      Coluche il y 40 ans :
      https://mobile.twitter.com/silvano_...
      Aujourd’hui :
      https://mobile.twitter.com/silvano_...

      Lisez les protocoles des sales du fion.
      Tout y est dit.


  • Quel est le mobile ?
    Honnêtement ça change quoi pour les victimes ?
    C’est là où la justice fonctionne à l’envers.


  • Alexia avait jeté son dévolu sur Jonathan .Elle a sûrement immédiatement perçu sa personnalité timide , introvertie. C’était une jolie femme.Elle avait le choix parmi d’autres hommes .Alors pourquoi lui ? Probablement pour déjà assouvir un instinct maternel et une tendance a dominer ( ce que d’autres hommes auraient refusé ) .Oui mais voilà ce qui a pu au début la séduire l’ a à un certain moment irrité .Elle voulait dominer et en un même temps avoir un mâle dans le lit et parfois décideur dans la vie sociale. C’est le cercle carré .Pas de solution .Alors la violence verbale et même physique s’est abattue sur Daval .Lui-même s’est enfermé dans le piège. Orphelin de père, enfant psychologiquement fragile il a besoin de cette seconde famille , d’une femme qui chapeaute sa vie .Face à l’adversité d’Alexia il contourne le problème, évite le conflit, préfère la fuite , refoule les mini-traumatismes accumulés .Ce soir là Alexia anticipe .Semble t-il elle prend les clefs de l’automobile de Jonathan qui donc ne peut plus partir .Tout le refoulé surgit. Violemment .Helas.Une vie s’en va .Les autres sont brisées.

     

    • On est d’accord, parce que je le vois tout les jours, ce mal être du cercle carré, je suis indépendante mais en réalité c’est l’homme homme que je voudrai, cette femme, comme trop de femmes aujourd’hui à trop de pouvoir dans ses mains, et ne contrôle plus rien en réalité ! C’est la raison du pourquoi elles contrôlent le ménage, la baise, cette folie amazone, cette connexion aux réseaux sociaux, ce petit garçon était juste un de ces amoureux complètement perdu de ce qu’on lui a fabriqué, il a cédé à ce que beaucoup d’hommes faibles et dominé en cédant à un pétage de plomb, feraient sûrement !?


    • Je souscris tout à fait à votre analyse.
      Maintenant le verdict est énoncé... À l’info suivante !


  • Moi ce que je trouve étrange dans cette affaire c’est que notre pays part en fumée et les médias ne se concentrent que sur ce procès. Nous on a pris 5 ans de Macron dans la geule, Autant dire qu’on a pris perpète ....

    Sinon, je voudrais me permettre une critique car je ne suis pas du tout d’accord avec la philosophie de cet article. L’auteur se garde bien de nous dire que l’affaire Daval se joue en deux temps.D’abord il y’a une engueulade, un homme "humilié" qui frappe sa femme . Bon ! On pourrait aussi se demander qui est le plus humilié dans cette affaire, car une femme qui reçoit des coups dans la gueule jusqu’à tomber dans les escaliers et qui se fait étrangler ne m’a pas l’air très dominante pour le coup. Jusque là c’est un meurtre banal. Puis après, dans le deuxième temps, on rentre vraiment dans un truc sordide et sinistre ! Car c’est là Daval se met en scène en pleurnichant pour manipuler les gens, les médias, la famille, son village , et la France entière . On dit des psychopathes que ce sont des gens "charmants"....Daval remplit parfaitement le profil et je ne crois pas qu’il soit équilibré mentalement, contrairement à ce que dit l’article. Je trouve que ce texte ne va pas assez loin pour décrire cette deuxième mi-temps qui est loin d’être banale.

     

    • Très juste. L’analyse de l’article est trop superficielle. Le sentiment profond de la maman était que Jonathan voulait remplacer sa fille et devenir l’enfant chéri. Certains prédateurs excellent dans l’art du camouflage. Il aura même pu mettre en scène cette histoire d’homme humilié a posteriori.


    • Une virilité contrariée est une virilité dangereuse même chez la dernière des fiottes.
      Je vois tout a fait le genre de manipulatrice que devait être cette Alexia.

      Il a voulu lui prouver que c’était un homme, ça lui a échappé et basta.

      Le reste c’est de la gestion de crise. Quand t’as 25 ans de prisons qui te pendent au nez, soit, quasiment l’intégralité du temps que t’as déjà passé sur terre...

      Je pense pas que ce type soit un manipulateur. Il est pris dans un truc qui le dépasse.

      Je le vois comme ça en tout cas.


    • Aino Corona a tout dit.


    • Aino Corona,

      C’est clair qu’il a été pris dans un tourbillon et qu’il ne s’attendait pas à voir toute sa ville présente à la Marche Blanche , mais faut-il être un tordu et un maniaque pour après ça mettre en scène un jogging collectif à la mémoire d’Alexia .... Le procédé est assez immonde . Et puis rien ne l’empêchait après le meurtre d’appeler la police, comme un homme ! Pour crime passionnel il se serait pris moins de 4 ans . Il voulait lui prouver qu’il était un homme ? Je ne suis pas certaine qu’étrangler une femme et lui mettre des coups de poings dans la gueule prouve qu’il est un homme.


    • les coups que reçoivent Alexia sont apparemment le résultat de l’humiliation qu’a subit Jonathann. Donc de ce côté il n’est pas correct d’affirmer qu’Alexia ai pu subir un quotidien d’humiliation. Elle a subit un pétage de plomb sur l’instant. Maintenant concernant cet homme, c’est pour moi un paumé dont l’univers semblait n’avoir pour univers que le professionnel et cette famille d’adoption derrière laquelle il était un sujet soumis. Un sujet soumis mais aussi devenant la source d’une frustration collective en direction de laquelle tous les regards étaient braqués. Le renforçant a chaque occasion a se conforter dans l’idée qu’il est une merde faute de pouvoir bander et faire un gosse. Dépendant de cet univers il n’a jamais eu le courage de fuir cette situation beaucoup trop inconfortable (à ce sujet l’idée qu’il soit homosexuel est très crédible compte tenu de la femme devant laquelle il avait un problème d’érection). Ce qu’il fait qu’il était sans cesse exposé à des tirs nourris de la famille, on s’imagine sans peine des silence géné durant le sujet abordés en repas de famille une fois le sujet évoqué ou les prises de tête ou déprime a répétition de sa femme.
      Maintenant une fois expliqué tous ça, cet homme pour moi est une merde fini. Il n’a de courage à rien, absolument rien. Il n’a pas le courage de se soustraire à son problème en changeant d’air, sa femme est la seule personne apparente pour qui il a porté des coups dans sa vie (selon ses dires). A la suite de ça il n’a ni la décence de se rendre ou de se suicider. Pire, il manipule son entourage en passant pour une victime. Jonathann est un fourbe, criminel et un lâche d’une immoralité de la pire espèce.


    • Je suis assez d’accord avec vous ! Après la mise en scène du jogging il a accusé son beau frère pendant six mois, participé aux recherches et à pleurniché dans le giron de la belle mère, donc mensonge et jeu de rôle, double personnalité (caméléon), manque totale d’empathie (plusieurs minutes pour étrangler, cramage des parties génitales), et victimisation : j’ai des pbs érectiles et je suis humilié, vampirisme (a voulu prendre la place d’Alexia dans le cœur des parents) et intérêt (ne voulait pas tout perdre avec un divorce).
      Il ne fera que 10 ans avec les remises de peines, pendant que les parents d’Alexia, eux, ne se remettront jamais de la mort de leur fille, jusqu’à leur mort.
      Psychopathe manipulateur ? La graphologie pourrait peut être y répondre.
      L’impuissance ne justifie en aucun cas la haine et l’absence de père non plus.


    • @Identité effacée

      Je me suis pas passionné pour cette affaire.

      Ce que je sais c’est que je vois surtout un pauvre type, un peu efféminé, un profil de victime facile à humilier.

      Évidemment que tuer sa femme prouve pas qu’il est un homme, c’est pas la question.

      Il a juste voulu la faire taire. Le problème c’est qu’il a perdu le contrôle, et qu’elle est morte. Je crois pas qu’il ait eu l’intention de la tuer, il a jamais été question de préméditation.

      Ensuite tu parles de manie et de sadisme pour avoir organisé une marche pour sa victime( ou une course )..

      Ce type est tout sauf un meneur. L’affaire devient médiatique, y’a du monde autour de lui, y’a forcément un couillon qui a soumis l’idée à la famille, il a abondé dans ce sens et puis voilà.

      C’est pas le genre de type à dire non, ce qui d’ailleurs devait pas plaire à sa compagne.

      Les femmes aiment qu’on leur mette des limites et qu’on les cadre.
      Sinon, tu finis comme un canard, et si la femme abuse de sa position dominante, ça peut finir très mal.

      J’ai des tas de cas de ce genre autour de moi. Souvent des types qui comprennent rien aux femmes, qui ont peur de se retrouver seuls parce qu’ils ont du mal à séduire et qui osent jamais franchir le cap de la séparation.

      Les femmes sont jamais aussi dociles que lorsqu’elles sentent que t’auras pas de mal à t’en trouver une autre si elle dépasse les bornes.


    • Corona, parfaitement d’accord. Il s’est laissé bouffé , mais plusieurs zones d’ombres sont encore à éclaircir, notamment les opiacées qu’on a retrouvé dans le corps de sa défunte femme. Si vraiment c’est lui qui a drogué sa propre femme à son insu, alors là on atteint des sommets dans l’engeance. La drogue perturbe tout l’équilibre d’un être, la drogue est un poison qui rend fou (à tous : n’en prenez pas ! Petit message hors sujet mais nécéssaire) . En tout cas quand ça sent le roussi à ce point dans un couple, il faut se barrer . C’est la plus sage des solutions, et je vois moi aussi pas mal de couples qui partent en vrille autour de moi.


  • Je comprends mieux pourquoi de plus en plus de nanas se tournent vers les vigoureux queutards des cités ou vers ces jeunes migrants possédant un 250 mm magnum lové dans le caleçon et capable dégainer en une fraction de seconde ! Ces mecs ils ne connaissent pas la soumission socialo-sexuelle ! Ou plutôt cela ne les empêche pas de dégainer ! D’ailleurs les mâles français jusque dans les année 60/70 ne connaissaient pas non plus ce problème. Je vous garantie que quand ils avaient l’opportunité de se lever du gibier haut de gamme ils ne perdaient pas l’occasion et ne faisaient pas de complexe, au contraire ! Leur amour-propre et assurance en eux mêmes étaient d’autant confortés que leur capacité à séduire et baiser une femme d’une classe sociale supérieure étaient un témoignage de leur puissance sexuelle et capacité de domination sur les femmes. C’est valorisant ! J’exclue bien entendu le cas des laiderons imbaisables qui sont contraintes de se rabattre sur les hommes d’une classe inférieure afin de pouvoir fonder un foyer contre la promesse d’une promotion sociale pour l’homme. En gros c’est "Tu me baises, me fais des gosses et mon papa t’achètes le fond de commerce d’une boucherie charcuterie afin que tu passes d’employé du rayon boucherie à Carrefour à patrons indépendant." Dans ce cas là le mec accepte le contrat par calcul, et la femme consent à s’unir avec un crevard tout simplement parce que les mecs de sa classe ne s’intéresse pas à elle. D’ailleurs n’était-ce pas la situation de ce Jonathaan ?


  • Bon alors j’explique la vérité de ce qu’il s’est passé : Jonathann Daval est homosexuel, pas besoin d’être grand physiognomoniste pour le voir. Mais c’est un homosexuel refoulé qui s’est donc acoquiné d’une fille mieux que lui, esthétiquement et socialement.

    Sauf qu’il est homo donc il ne peut pas la satisfaire. Dès lors elle s’en plaint, puis se débrouille autrement (tout cela a été dit au procès).

    Pris dans un engrenage avec une femme qu’il ne désire pas, qui ne le fait pas bander (elle le dit), humilié par elle et incapable de s’avouer son homosexualité et partir pour trouver un mec (surtout que la situation financière avec les beaux-parents semblaient pas mal), et bien la seule porte de sortie tragique était de tuer sa femme. Ce qu’il fit !

    C’est tout, le reste est de la littérature bêtement misogyne (petit homme humilié par une femme vampire) ou raciste (soit-disant "s’il avait été noir ou arabe on en aurait pas parlé", alors que si on en a parlé c’est parce qu’il avait fait son cinéma lors de la marche blanche pour sa femme et que ça les médias adorent (et les spectateurs aussi)).

     

  • maintenant qu’il a été jugé , de quoi vont nous parler les MERDIAS ??
    quel sujet vont ils trouver pour noyer le poisson mondial

     

  • Je n’y crois pas une seconde à cette histoire. Jonathan n’a pas une tête de tueur, son visage est celui de quelqu’un de gentil. Pendant un temps, il avait dit que ce n’était pas lui et qu’il s’accusait du crime pour couvrir les autres. Moi j’imagine bien Alexia avoir des rapports avec un autre membre de la famille proche, delà éclate une querelle familiale qui dégénère. Chez les bourgeois on ne veut pas que la famille soit humiliée, ternie ou séparée alors on demande à Jonathan brave mec soumis de porter le chapeau. Jonathan qui a une affection parentale profonde pour eux et qui de toute façon se retrouve seul sans sa femme, accepte.


  • Je ne suis pas d’accord avec la finalité de cet article en terme d’extension de la nature du procès,même si cette tragédie est révélatrice de dynamiques non visibles,non pensées,dans la sphère publique.
    Au mieux ,elle permet des analyses pour élaborer une chaîne de causalités
    Elles ne retirent en rien le pouvoir du libre arbitre.(=se saisir ou non du miroir tendu ,involontairement ou non, par autrui sur ses propres failles et /ou quoi faire des compromis dans une relation de couple)
    Cela reste le procès d’un homme qui a tué sa femme et,hélas,de la matière pour capter et détourner l’attention ,activer des ressentis intimes.
    Mais faut-il s’attendre à autre chose de la part des médias que du "spectacle" ?
    Cet homme n’aura pas,de toute façon, assez de cette vie pour racheter l’explosion de ses colères et frustrations.
    Et mes impôts vont contribuer à payer son logement.


  • On est responsable de ses choix. Il n’était pas obligé de faire une alliance contre nature à tout point de vue ( probablement un homo pas assumé) ; tout ça pour se construire une illusoire respectabilité. Sa femme "coupable" aussi, pourquoi s’entêter à construire une vie avec un "avorton" ? La flemme de chercher plus loin ? D’autre part je pense que la police et la justice ont fait traîner l’enquête pour "arranger" un peu l’histoire. J’ai dans l’idée qu’il avait un amant et que dans notre société qui combat à toute force l’homophobie, ça risquait de faire des "dégâts" dans l’opinion publique.


  • Je ne comprends pas pourquoi ce meurtre ne tombe pas dans la catégorie crime passionnel ? On libere des femmes comme Jacqueline Sauvage alors qu’elle a tué son mari de 3 coups de fusils dans le dos !

     

    • Mais parce que ce n’est pas un crime passionnel !

      Un crime passionnel suppose le coup de folie instantanée - du coup de couteau au coup de fusil - qui laisse en état de sidération, et certainement pas de frapper à mains nues si fort et à de si nombreuses reprises que les traces en resteront visibles malgré la crémation, et de passer ensuite 4 minutes - c’est long, quatre minutes à serrer la gorge de quelqu’un qui se débat - pour l’étrangler, sans compter tout ce qu’il a fait ensuite pour tenter d’échapper à la Justice.

      Ce pervers manipulateur est une bombe à retardement susceptible de recommencer, un danger pour n’importe quelle femme - ses pulsions étant essentiellement le résultat de son impuissance sexuelle - et un lâche de la pire espèce refusant d’assumer ses actes ignobles, au point d’accuser son beau-frère de son crime !

      Il est seulement dommage qu’il n’ait pas pris la perpétuité, qu’il puisse demander la conditionnelle dès 2029, et donc ressortir de prison dans 8 ans, ce qui n’est pas cher payé pour la totalité de ce qu’il a fait...


    • Je suis totalement en accord avec les auteurs de cet article d’E&R qui psychologiquement semblent avoir bien cerné cette sordide affaire.
      Pauvre Jonathan,avoir du supporter pendant des années à la foi la pimbèche lubrique et vaniteuse qui se mettait des godemichets dans la fion et s’en vantait devant lui et la famille de cafetiers petit-bourgeois hautains,franchement y a de quoi tourner gay ou impuissant...
      C’esr vrai qu’il n’a pas l’air très viril mais c’était pas une raison pour l’humilier ainsi pendant des années ;victime de la cruauté mentale de sa femme au point d’en perdre la boule,il aurait du être acquitté ou du moins écopper d’une peine plus legère.
      Liberté pour Jonathan !!!


  • C’est là qu’on voit le dérèglement et la féminisation complète de notre société : lors de l’affaire Jacqueline Sauvage, le féminisme tout entier s’est levé pour la faire libérer. Là, le mouvement masculiniste, ou de ras-le-bol contre le féminisme, n’a pas l’appui du pouvoir, certes, mais pas un pour relever l’hystérie de la victime, le caractère manifestement dominateur et manipulateur de sa maman, ou certaines zones d’ombre, comme le fait qu’aucune trace de lutte par la victime n’ait été retrouvé sur le corps de Jonathann Daval. Au contraire, tous ces mouvements ont couché les oreilles et fait caca-culotte, ou pire, ont hurlé avec la meute. Les mecs veulent mener un combat, mais ont peur de prendre des coups.

     

  • milieu socieaux differents, ca s’appelle une mésalliance.

    homme complexé socialement, sexuellement et psysiquement = enorme danger de passage a l’acte violent a force d’humiliaton.

    les faibles sont dangeureux, comme les caniches qui ont plus tendance a mordre que les bergers allemands et les terre-neuve.


  • #2602095

    dans le cas de Jacqueline Sauvage,

    c’est de la légitime défense :
    pour une fois qu’il y en a une qui fait preuve de bon sens...

     

  • #2602101

    « T’es impuissant, tu bandes pas, t’es une merde »

    ce couple s’est laissé déborder par les injonctions de "performance"
    exigées par la société actuelle
    complètement égarés

    c’est comme l’obligation de porter un masque, alors qu’on ne sait rien des virus

    ils se sont tous trompés mutuellement, dans cette affaire
    c’est la parabole des aveugles

    c’est le procès de la Misère, qu’il aurait fallu faire :
    mais là, trop dangereux, dans les ramifications


  • cette histoire est tout simplement passionnelle point. On ne veut rien savoir de ce qu’il se passait dans leur couple, c’est personnel. Faut arrêter de psychologiser toutes les histoires et les ramener à la sociologie actuelle. cette histoire est en fait le cas d’une hystérique avec un soumis et ce soumis a juste pété un câble point. Comme c’est un gentil de nature, il a été dépassé par ce qu’il venait de faire.


  • Excellent article de d’E&R !

    Peut-être souligner, en ce qui me concerne, ce comportement de plus en plus courant chez les jeunes femmes aujourd’hui qui est de rabaisser, mépriser, insulter, les hommes pour compenser leur profonde frustration d’être des « femmes dominantes »... Car pour les petites filles gâtées qu’elles ont souvent été, celles à qui rien n’était refusé, qui ont très tôt connues les petites jouissances immédiates et vite répétitives, ces petites jouissances qui se confondent immanquablement avec leurs sexes abonnés à l’excitation facile et récurrente ; pour ces petites filles gâtées, disais-je, s’apercevoir que l’homme qu’on a choisi et qu’on croyait contrôler de A à Z ne parvient pas à bander quand on le lui demande, quand on le veut, est terriblement frustrant et humiliant pour elles ! Car le corps de leur amant leur dit - en dernière instance et malgré l’amant lui-même - qu’elles ne sont pas suffisamment désirables, au moment crucial où elles devraient l’être (c’est à dire nues et s’offrant à lui), pour que l’afflux de sang émanant du désir de celui-ci soit suffisant pour durcir le pénis. Alors bien souvent tout cela vire à l’hystérie verbale et insultante puisqu’il faut pouvoir gérer émotionnellement cette humiliation en tant désormais que « dominante »... La raison à l’impossibilité du coït étant d’autant plus futile que l’impatience de devenir maman est grande. Alors oui, on peut aller voir un autre homme, puisqu’on en a le droit aujourd’hui et qu’on en est fière, puisqu’on est libre, mais ça restera en réaction à une intimité blessée parce qu’on s’était dévoilée (la nudité féminine) et qu’on n’a pas réussi à « toucher » l’autre, son intimité ; en tout cas pas suffisamment pour que ce corps se dévoile à son tour en assumant la virilité qui lui est dévolu (l’érection). C’est que ce désir sincère de l’homme pour le corps de la femme, qui cherche même à s’embraser en renouant avec une certaine sacralité immanente à ce corps féminin, disparaîtra, s’amoindrira, à mesure qu’elle prétendra l’offrir à un autre ; et pour des raisons aussi futiles que « bander mou » ou que « impuissant sexuellement »...

    Bref, n’oublions pas que dans cette histoire, il y a surtout deux victimes : un homme et une femme ; et que si il y a humiliation sociale et sexuelle chez les hommes, il y a sans doute humiliation affective et sexuelle chez les femmes...

     

    • #2602126

      "en ce qui me concerne,"

      sympa, ton commentaire post-branlette : humaniste

      mais n’oublie pas pour autant d’aérer ton propos :
      ça sent le foutre abandonné

      on organise en paragraphes, on respire


    • Jonathann (paraît qu’il aurait demandé à ce que son nom soit orthographié de la sorte pour qu’on dise bien jonathannE et non Jonathan) est un petit pédé de province refoulé et ou inassumé,pervers narcissique et manipulateur,son numéro de veuf fiotasse éploré qui jette des coups d’oeil furtifs à la caméra quand il lit une lettre pathétique entourés de beaux parents aussi impudiques en dit long sur sa manipulation....

      On parle de la mort d’une femme,conasse ou pas elle ne méritait pas ça et encore moins d’être à moitié calcinée...

      Alors l’analyse sous l’angle economico social ou ethnique dans un des commentaires que j’ai pu lire d’un obsédé de la race....

      Heureusement que c’était pas un arabe hein...on aurait encore eu droit à la polygamie,le voile,la charia,Zemour sur cnews"oui c’est écrit dans le Coran"

      Moi la chose qui me saute aux yeux quand je le vois c’est qu"il est homo pas gay mais homo(efféminé c’est un detail)et vu comment ils nous ont bassiné avec cette affaire comment se fait-il que cet aspect de sa personnalité,de sa sexualité est été à ce point occultée ?
      Ceci n’excuse pas cela et n’explique pas non plus son geste mais fait partie des éléments pouvant permettre de comprendre et pourtant blackout total... Pas bon pour la "cause" gay ?


    • @Palm Beach

      En tout cas, merci de me l’avoir astiqué, ça change des mouchoirs papiers... En même temps, t’es une pro il me semble, vu le nombre de tes réactions à cet article... car tu sembles renifler le foutre même quand y en a pas...

      Bon allez, c’était juste pour te montrer que pour la rhétorique débile, tout le monde en est capable.

      Et pour le coup, t’as raison car je reconnais que c’est désagréable à lire, la prochaine fois, promis, j’aère, j’organise... ça te fera moins de travail...

      Et puis quand tu veux critiquer, argumentes... c’est l’idée ici.


    • Je lis ces messages.c est incroyable la haine des propos qui circulent.il a tué c est un déséquilibré tres certainement.il sera jugé.point.apres vos deductions que les homosexuels sont des tueurs en serie vous pouvez vous retourner la question.si un homme est sur de sa virilité il ne peut etre gêné par des homosexuels au contraire il aura plus de femmes pour lui.voila juste pour contrebalancer et questionner des gens qui ne comprennent rien et crois penser.a bon entendeur salut


  • ".../... Mais beaucoup d’hommes n’ont pas saisi ce changement, et considèrent la femelle comme un droit, un droit de domination et de jouissance.../..."

    Effectivement, mais ces hommes-là vont-ils pour autant jusqu’à tuer de façon
    - aussi brutale : les ecchymoses dues aux coups portés seront encore visibles malgré la crémation partielle du corps
    - aussi éloignée du coup de folie saisissant un individu sous l’emprise de la colère, de la drogue ou de l’alcool, et qui attrape un couteau/une arme à feu pour commettre l’irréparable en une poignée de secondes : il va l’étrangler pendant 4 (! !) minutes, jeter son corps dans le coffre de sa voiture, le balancer dans la forêt comme un vulgaire animal, y mettre le feu, et collecter des branchages pour dissimuler son horrible forfait
    - aussi manipulatrice : il va jouer les maris éplorés des semaines durant, et ira même jusqu’à accuser son beau-frère du crime ?!!

    Et quand on pense que cette distorsion de la nature """humaine""" va pouvoir demander sa libération conditionnelle en 2029 - dans 8 ans seulement - on ne peut que craindre le pire pour les femmes dont il croisera la route...

    ".../...La domination historique de l’homme sur la femme s’est transformée en lutte sourde pour le pouvoir dans le couple, chacun avec ses arguments. Et là où l’homme a encore l’avantage physiquement, il l’a de moins en moins économiquement et ne l’a jamais eu psychologiquement..../..."

    Effectivement aussi, mais n’oublions pas les si nombreuses femmes faisant alors les frais de cette domination masculine : absence du droit de vote, de faire des études choisies, d’avoir un compte en banque personnel, de divorcer d’un mari brutal ou volage, et de ne ne pas avoir une dizaine d’enfants dans sa vie, ne datant que de peu de temps à l’échelle de l’Humanité, et qui font toujours partie de la virtualité pour des millions d’autres dans le monde...

    Et si le féminisme outrancier d’aujourd’hui n’est que l’odieux/stupide/lâche renversement de cet état de fait qui a duré des siècles, il faut espérer qu’il ne s’étale pas de la même façon dans le temps, car ce serait au détriment et des hommes et des femmes...

    "L’affaire Jonathann Daval est-elle le procès de l’humiliation sociale et sexuelle d’un homme ?"

    Probablement, mais ceci n’excuse en RIEN l’abus de domination par la force physique sur plus faible que soi - femme ou enfant - ce qui restera, définitivement, la plus insigne de toutes les lâchetés...

     

    • @FREDERIQUE Schiappa

      Alors toi, t’es une synthèse.

      Après avoir sorti le fameux ’’ Pervers Narcissique ’’ de la rubrique psycho de Marie-Claire, t’es tellement en colère que tu nous déballes tout l’attirail, le coup de chéquier, du droit de vote, le divorce...

      Surtout ne lis pas Vers la féminisation tu vas te brûler les yeux.

      - Le chéquier personne en avait au sein des classes populaires dans les années 50’s. Mon grand-père bossait à l’usine, et crois moi, ma grand-mère a jamais rêvé de prendre sa place 10h par jours, avec toutes les saloperies qu’il a inhalé pendant plus de 40 ans.

      - Absence du droit de vote, les femmes votaient au Moyen-Âge. Comme les hommes, tu vois, c’est pas si vieux.
      Ensuite vient le XIXème, le suffrage censitaire, et finalement on file pas le droit de vote aux femmes parce qu’elles sont à la botte des curés c’est tout.

      - Le Divorce, c’est marrant cette manie de prendre toujours l’exemple de la femme battue.
      Aujourd’hui, 75% des divorces sont demandé par les femmes. Tu crois qu’elles prennent toutes sur la gueule ?

      Tu crois vraiment que la caissière de Leclerc qui élève seule ses gosses avec un SMIC elle y a gagné quelque chose ?
      Le divorce de masse est une régression objective.

      Faut arrêter avec cet exemple des femmes battus, on fait le même coup avec l’avortement avec l’argument du viol.
      Alors que ce sont des cas minoritaires.

      - Le droit de faire des études, tu crois qu’au moment où la femme se libère ( deviens une consommatrice autonome, la meilleure dont puisse rêver le système) le prolétariat envoie ses garçons à la Sorbonne et laisse les filles à la maison ?

      Je viens d’une petite famille prolétaire de province.

      PERSONNE NE FAISAIT DES ÉTUDES. À 16 ans on commençait à bosser, et à la fin du moins on filait une partie de la paye aux parents.

      D’ailleurs la seule qui a pu faire des études pour devenir prof dans ma famille c’est.. Ma grand-mère maternelle parce qu’elle était issue de la bourgeoisie.

      Bref tout ça pour dire que t’es encore totalement dominée par les catégories que t’ont imposé Libé’ et Canal +.

      À se demander comment t’as pu atterir sur E&R.


    • @ Aino Corona (?)

      Alors, vous, vous auriez intérêt à lire plus lentement, voire même à relire ou à vous faire expliquer ce qui est écrit...

      - Je n’ai jamais parlé de chéquier, mais de compte bancaire, si vous ne voyez pas la différence, faite-vous expliquer, perso, je n’ai pas trop le temps.

      - Pour le divorce, j’ai écrit "brutal ou volage", si vous ne comprenez pas le sens du second mot, prenez un dictionnaire, quant à celles qui le demandent, elles ne sont pas toutes caissières chez Leclerc, loin s’en faut.

      - Le droit de vote n’a été accordé aux femmes qu’en 1944 par De Gaulle, quant à ce qui se passait au Moyen Age, c’est tout à fait hors de propos : au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, nous sommes au XXIème siècle.

      - Les filles étaient quasi exclusivement cantonnées aux études littéraires, renseignez-vous un minimum, merci !

      - Je n’ai jamais regardé Canal+, ni lu, et encore moins acheté, le torchon de July, l’ancien mao devenu bobo, Schiappa, beurk, les féministes re-beurk, les pervers narcissiques existent aussi au féminin, et il n’y a aucune colère dans mon texte, qui n’est que factuel.

      Quant à la dernière phrase - le pompon ! - de cet insignifiant petit pamphlet, je pourrais être grossière dans le genre f*** o**, mais je me contenterai de vous dire qu’elle est dénuée de toute pertinence et relève davantage du verbe rEsoner que de celui de rAIsonner, mais parfaitement raccord avec tout ce qui la précède : bravo !

      Voili-voilà, et je vous souhaite une bonne journée ! ;-)


    • @ Frederique et @ aino corona
      Un peu chaud votre débat ! mais bon, du choc des idées naissent parfois des réflexions qui nous font avancer.
      Personnellement je compare le féminisme au syndicalisme : ces deux mouvements sont des réactions à des abus de position dominante, d’un côté les abus patronaux, de l’autre, les abus de certains hommes vis-à-vis des femmes. Ce sont des contre-pouvoirs qui ont permis de nombreuses avancées telles que l’arrêt du travail des enfants, les congés payés, les 35h...et aussi, une certaine émancipation logique des femmes ( droit de vote, études, travail,...). Cependant, ces mouvements doivent évoluer au risque de perdre leur crédibilité en devenant excessifs et hystériques, donc contre-productifs.
      Il me semble un peu réducteur d’opposer la femme moderne, éduquée, émancipée...qui serait une castratrice assoiffée de pouvoir, de consommation et de domination à l’homme "traditionnel" et musclé qui ramène la paie et a droit au repos du guerrier après son repas du soir.


    • @ marc

      Tout à fait en accord avec vous !!

      Le discours féministe d’aujourd’hui m’insupporte totalement, tant ils est tombé dans l’outrance - stupidement nuisible aux hommes comme aux femmes - sa misandrie n’étant que le pitoyable copié-collé de la misogynie...

      Quant à l’olibrius qui s’est permis de me traiter de Schiappa - il aurait certainement mieux fait de s’en dispenser :-D - c’est pour moi une affaire close. ;-)


    • « Je n’ai jamais regardé Canal+, ni lu, et encore moins acheté, le torchon de July, l’ancien mao devenu bobo, Schiappa, beurk, les féministes re-beurk, les pervers narcissiques existent aussi au féminin, et il n’y a aucune colère dans mon texte, qui n’est que factuel. »
      @FRÉDÉRIQUE.
      AH AH AH,toi tu n’es pas un menteuse mais une synthèse...
      Je te laisse le bénéfice du doute pour l’Ibère à Sion mais Canal ++++ ???
      Moi je ne regarde plus Anal+ depuis 10 ans ,je trouvais les Guignols un peu lourdingue et même les Deschiens je trouvais ça limite,y avait pratiquement que Groland qui me faisait marrer...
      Mais de là à n’avoir jamais regardé Canal ???!!!!
      Franchement tu serais bien la première que je connaisse en France...attention ici je parle de visionage et pas d’abonnement.
      Que celui (ou celle) qui n’a jamais péché...euh regarder au moins à moitié une émission de Canal+ me lance la...euh me fasse la leçon...


    • Je n’ai jamais compris a quoi cela sert d’avoir un compte en banque pour chaque membre du couple à part pour avoir deux fois plus de frais bancaires. Quand on se marie avec quelqu’un c’est qu’on l’aime et qu’on lui fait confiance, non ?
      Quand une femme demande le divorce, c’est rarement parce que son mari est violent, car les comportements abusifs de tous types (violence et jalousie entre autres) ne représentent que 15% des divorces. L’une des causes de divorce les plus souvent invoquées est que l’homme ne ramène plus assez d’argent pour cause de perte d’emploi (10% alors qu’à mon avis, les femmes qui divorcent pour ça trouvent une autre raison car ce n’est pas moralement acceptable de quitter quelqu’un parce qu’il a perdu son emploi). L’infidélité représente 30% des demandes de divorce. Je pense que ce sont des femmes qui ont peur que leur mari ne parte pour leur maitresse et donc demandent le divorce avant que celui-ci ne le fasse.C’est un divorce préventif.
      Avoir des enfants est un peu le but de la vie, si tu ne veux pas d’enfant il y a une solution : Ne te marie pas ou carrément devient nonne.
      Le droit de vote était dans l’ancien temps une récompence envers ceux qui allaient se battre. Avant, seuls les nobles votaient car c’était eux qui allaient faire la guerre. Les femmes ont eux le droit de vote sans contrepartie. Maintenant, elles peuvent être soldat, mais par exemple dans l’armée des USA, 99% des soldats morts chaque année sont des hommes.
      Dans l’armée française entre 2002 et 2007, sur les 2112 soldats morts, 2027 étaient des hommes.

      Mais de toute façon comme disait Alexis De Tocqueville, " Je ne crains pas le suffrage universel, les gens voteront comme on leur dira. " et vu que les femmes sont encore plus que les hommes influençables par la publicité et les médias en général, le vote ne sert pas à grand chose. En fait, la soit-disant démocratie est une vaste blague car nous ne décidons de rien. Nous élisons des gens qui ne sont même pas obligés légalement de suivre le programme pour lequel ils ont été élus.

      Pour en revenir à ce Jonathan, c’est sûr que c’est une merde. Il aurait dû faire comme tout homme sensé, virer sa mégère et se trouver une autre femme. Il aurait vu qu’il serait tout de suite devenu beaucoup moins impuissant.


    • @FREDERIQUE vous dites que maintenant les femmes peuvent choisir librement leurs études et qu’avant elles étaient cantonées aux études littéraires.

      Mais selon les statistiques les femmes choisissent librement en majorité les études en lettres et sciences humaines et les études paramédicales et sociales. Cela malgré qu’elles soient poussées à choisir autre chose.

      Je connais plein de femmes qui n’ont pas fait les études qu’elles voulaient et les raisons la plus souvent invoquées est que ces études n’existaient pas du tout dans leur pays ou qu’elles avaient abandonné parce qu’elles n’étaient pas assez douées dans ce domaine, ce qui sont les mêmes raisons pour lesquels les hommes ne font pas les études voulues. Il y a aussi les raisons financières.

      Mais dans notre monde les femmes sont plus que libres de choisir des études autres que littéraires, elles sont encouragées.
      De plus, les femmes sont, d’après plusieurs études, avantagées par rapport aux hommes. A copie égale, les femmes recoivent une note 6% plus élevées que les hommes.
      Les élèves de sexe féminin sont aussi plus soutenues par leur professeurs ; leurs absences ou retards en cours éventuels plus facilement excusés et elles recoivent des aides de toute sorte que les hommes ne recoivent pas. J’ai vu, par exemple, une de mes ex-condisciple recevoir l’autorisation de repasser plusieurs fois des examens (alors qu’un homme avait demandé la même chose et se l’était vu refusé) ; et une autre recevoir le droit de passer des cours de l’année académique suivante sans avoir réussi ceux de l’année en cours. J’ai aussi vu des professeurs fermer les yeux sur des tricheries perpétrées par des femmes et donner un zéro à un homme suspecté de tricher au même examen, etc.
      La vie étudiante des femmes est beaucoup simplifiée par rapport à celle des hommes, c’est peut-être en partie ce qui explique le pourcentage grandissant de femmes dans les universités.


    • @ BobCitron-GauthierPerlouze et Cie

      Je répète - mais ce sera la dernière fois - la misandrie et la misogynie sont le revers et l’avers d’une même médaille, elles sont aussi pitoyables/ridicules/méprisables l’une que l’autre, représentent l’une comme l’autre un véritable danger pour la bonne entente entre les hommes et les femmes, et les synthèses - au masculin comme au féminin - qui en sont les adeptes sont tous et toutes bien à plaindre...

      Voili-voilà, et bonne nuit à tous les aigris/aigries, qui nous pompent l’air avec ce genre de discours pathétique et misérable ! ;-)


    • @Frederich, c’est roi qui est pitoyable. T’es arguments n’en sont pas et ta diatribe est la même que l’on nous sert depuis 50 ans avec les résultats que l’on connaît.


    • @ Zacharie

      Merci de relire - ou de vous faire expliquer.. - mon post de 00H05, et sans vouloir être désagréable, d’utiliser votre correcteur et/ou d’acheter dico + Bescherelle ! ;-)


  • @aino corona
    Nous échangeons "entre amis". Cela me surprend toujours lorsque je lis des réponses discourtoises sur ce site. Sur les autres, ça ne m’étonne pas, hélas ... Mais sur E&R, modérons-nous, n’est-ce pas ? N’imitons pas M. Ploncard d’Assac qui a seul raison contre tous.

     

    • Je tiens à vous remercier - ainsi que la modération, qui a laissé passer ma réponse à ce drôle d’oiseau - pour votre intervention !

      Il n’y a déjà pas beaucoup de femmes sur ce site, il serait dommage - en effet - d’en chasser les rares qui osent s’y aventurer, en leur volant dans les plumes avec des attaques ad hominem totalement délirantes.

      Mais elles peuvent aussi avoir du répondant... ;-D


    • Oh, c est les écrans, ça. Face à face, il y en a qui seraient moins virulents. Et puis, on ne fait d effort. Et puis, on oublie que même en désaccord, on est sensés avoir quelques petites choses en commun puisqu on consulte ER. Et puis on veut faire du Soral et ça donne ce que vous dites, la pertinence et l humour en moins. M enfin...


    • @ Nadia

      Merci à vous, et vous avez tout à fait raison !

      Il y a en effet quelques olibrius qui, s’ils ont lu AS n’en ont retenu que l’écume et rien de la profondeur : les luttes transversales - vaines et stériles - feront toujours le jeu du pouvoir et rendront toute lutte verticale impossible : dommage que lesdits olibrius ne le comprennent pas...

      Effectivement aussi, dommage qu’ils ne comprennent pas davantage que les hommes ne sont pas supérieurs aux femmes, pas plus que les femmes ne sont supérieures aux hommes, mais complémentaires, et que hommes et femmes qui viennent sur ce site
      - ont le même ennemi commun : le Système créé par ces pseudo élites auto proclamées,
      - ont le droit d’avoir des divergences de points de vue personnels : E&R n’est pas une secte !

      Souhaitons seulement qu’ils finissent par comprendre, une bonne fois pour toutes, que des grains de sable dans un rouage - même bien huilé - finissent toujours par enrayer la machine, et que c’est bien là que réside le seul et véritable danger, quand le but final est une lutte verticale...


  • Je ne suis pas ennemi des analyses sociologiques d’E&R, ni ignorant du fait que l’évolution promue des relations hommes femmes soit très malsaine voir détestable. Ceci dit, prendre ce meurtre sordide comme pouvant être en partie explicable par ce type d’évolution societale me semble une facilité rédactionnelle malsaine. On est dans cette affaire dans du pathologique lourd et un homme humilié (ça existe évidemment) a toujours d’autres moyens d’en sortir qu’un meutre odieux suivi d’un comportement odieux. Ne pas vouloir faire feu de tout bois, s’il vous plaît.... Et félicitations pour 99% du reste.

     

    • Effectivement, un homme disons un vrai a toujours moyen de se sortir plus dignement de telles humiliations .....par un divorce à l’ amiable par exemple...
      Les Chrétiens ici ne pourront sans doute pas comprendre la sagesse que puisse renfermer une telle décision, mais quand, dans un couple, l un des deux n arrive plus à vivre dans cette harmonie sacrée que seul le mariage semble offrir, il faut tout simplement songer à une séparation vertueuse où chacun souhaite le meilleur à l autre en priant pour lui...
      Mais aujourd’hui, hommes et femmes sont visiblement trop affaiblis mentalement et spirituellement pour assumer un tel choix, pourtant empreint d’une si grande sagesse...


    • Le divorce c’est la sagesse ? La destruction de la famille parce qu’on n’a plus le frisson adolescent c’est de la sagesse ?
      Non c’est tout le contraire.


    • L’Eglise, dans sa grande sagesse, reconnaît la nullité du mariage dans certains cas, notamment l’impossibilité de procréer, l’impuissance... elle n’en fait pas une nullité automatique, et il a pu y avoir des couples très saints sans enfants et peu pratiquants de la chose... mais ce n’est pas la normalité, ni le but du mariage. Aussi, pour ceux qui le demandent, Elle étudie le dossier.

      Donc bien entendu, l’Eglise ne pousse pas à l’absurde, mais à la sagesse, à la vie, à ce qui porte du fruit, pour que l’homme vivie en vérité, et non selon ses fantasmes ou ses peurs. Inutile de l’attaquer ou la défendre ici pour de mauvaises raisons...


  • Très bon article qui rétabli les rapports de force dans cette triste affaire.
    merci


  • On voit surtout une bien mauvaise défense de Daval.
    On a l’impression que la famille de la victime a totalement dirigé les débats vers la où elle voulait aller :la préméditation et la personnalité machiavélique du mari.
    Or il semblerait qu’il n’y ait ni l’un ni l’autre mais une relation de couple très complexe qui est devenu toxique.
    ( L’homosexualité du mari n’a même pas été envisagé par la défense )
    La belle-mere a tellement vampirise ce procès que les avocats de la défense se sont quasi excuses que leur client n’est pas pris la perpétuité que la belle mère réclamait.
    On a fait tout un tapage autour de ce procès pour finalement ne rien apprendre sur la personnalité du coupable et de savoir où, il prenait et avec qui son plaisir puisque ce n’était pas avec son épouse.
    La victime et la douleur de la famille ont été sacralisees Des " ténor du barreau " auraient fracassé ces interdits.
    Ils ont été très inconsistans

     

    • Personnellement, je trouve que les avocats ont plutôt été bons. Il ne faut déjà pas oublier que c’est eux qui alors que les preuves accablantes s’accumulaient ont incité leur client à sortir du mensonge en mettant dès le départ en évidence le caractère dominant de la victime. Il ne faut pas éviter les coups bas qu’ils ont reçus (au moment des premiers aveux puis la plainte pour soit disant violation du secret de l’instruction (alors qu’elle a été bien plus évidente et avérée côté journalistique, notamment en orchestrant la marche blanche et en fabriquant "le monstre qui a menti à la France"), les pressions évidentes pour que leur client ait la plus grosse peine possible (ils avaient l’opinion médiatique, publique, les parties civiles et l’avocat contre eux), des pressions pour dire le moins de mal possible sur la victime... Ils ont quand même réussi à faire rejeter les charges d’empoisonnement, de viol post mortem (certes grossière). Et le tout avec un client quand même difficile à défendre au delà de son homicide (il faut avouer que c’est un peu Rainman et qu’il a été très bête de lancer la piste du complot familial pour revenir sur ses premiers aveux) et un jury quasi exclusivement féminin (tirage au sort intégral ou sous contrainte ?) : avoir évité la vraie peine potentielle de 30 ans (car la perpétuité, politiquement et juridiquement, ce n’était pas tenable) avec tout ça : c’est objectivement pas mal ^^



    • L’homosexualité du mari n’a même pas été envisagé par la défense



      L’homosexualité n’a été reconnue par personne car par auto-censure personne ne pouvait décemment dire que Jonathann est homo. Il ne pouvait donc désirer sa femme donc devant la colère de cette femme qui ne se sent pas désirée et donc désirable, et qui donc l’humilie et veut le quitter, il n’a plus qu’un moyen pour s’en sortir : la tuer.

      Donc conclusion si on raccourcit : c’est parce qu’il est homo qu’il l’a tuée !

      Evidemment c’est pas le fait d’être homo qui fait un meurtrier mais dans ce cas précis c’est la raison profonde. Mais personne NE PEUT DIRE CA, c’est beaucoup trop risqué ! Donc personne n’en a parlé, ni même lui (alors que c’était une super stratégie de défense !).


  • Perso je l’aurais larguée la meuf qui me dit des horreurs pareilles

    Sans quoi c’est évident que l’on finit par craquer et la tuer

    Et c’est pareil du côté des filles...

    Qd une personne nous respecte pas on s’en éloigne

    C’est la base


  • Ce que je retiens (du coup, il y a des choses sur lesquelles je suis d’accord d’autre pas) :
    on nous parle beaucoup des féminicides mais rarement du fait que dans 30-40% des cas concernés, l’alcool est impliqué. Pire : Schiappa va jusqu’à dire "ça ne saurait être la cause, certains boivent en grande quantité et ne seront pourtant jamais violents. ça en dit long sur sa volonté de résoudre le problème, un peu comme SOS Racisme... En tout cas : il dit avoir pris un digestif avant la dispute, revenait d’un repas où il a probablement bu et c’est elle qui conduisait...
    cette affaire a d’abord servi à montrer les hommes qui regardent les femmes, je vous rappelle les marches blanches quand le mensonge prenait et que tout ça ressemblait à un rôdeur... sauf que via le secret d’instruction bafoué, de toute évidence les médias savaient dès le départ que c’était probablement le mari... Par contre, ils ont pas hésité à montrer du doigt son avocat pour pas grand chose...
    Il y a eu des charges délirantes sans fondement : viol post mortem (d’un gars impuissant qui manifestement n’aime plus sa femme !), mise en cause de la mère de l’accusé (sur la seule base d’un cheveu dans le coffre de la voiture...), empoisonnement (alors que la mère déclare à la barre que quand elle parlait à sa fille de la perte de poids, elle évitait le sujet..), utilisation des médias ("souhaitez moi bonne chance les journalistes")... tout ça avec l’approbation médiatique.

    Ma conclusion : le fait divers en lui même est banal (rainman l’intrinsèquement soumis a un soir pété un câble à force de refouler, sans doute après avoir un peu trop bu, puis a tout fait pour tenter de masquer son meurtre : c’est pas Lelandais, faut arrêter...), c’est son instrumentalisation qui doit nous faire réagir. Et arrêter de dire qu’il a menti à la France entière : pour le coup, ce sont les médias qui ont fait coup double en transformant ce type en monstre absolu.

     

    • L’homosexualité réelle ou supposée de l’accusé a été passée sous silence pour les raisons que l’on sait tous ici.
      Elle ne le faisait pas bander car au fond il etait pédé,il l’aurait donc tué car il était pédé ?
      C’est cette déduction foireuse,ce raccourci facile que la société progressiste dans laquelle nous vivons ne veut pas.

      Je ne sais même pas si utiliser l’homosexualité comme argument de défense aurait été pertinent ou pas.
      On parle d’un "feminicide"quand même suivi d’une tentative de camouflage foireuse(comment un soit disant informaticien ne sait pas que son véhicule de société est équipé d’un tracker ?).

      Le cinéma qu’il a joué avec ses beaux parents était très malsain,puis les accusations bidons contre le beauf pathétiques.

      J’ai pas vraiment envie de le défendre,ça tape un malaise vagal mais pour trainer et cramer un corps en pleine forêt puis jouer le veuf incosolable entouré de beau papa et belle maman là ça pète la forme
      ...
      Et les beaux parents,parlons en,je n’ose vraiment pas imaginer ce qu’ils ont pu ressentir mais il y a une impudeur qui me dérange chez ces gens,


  • Ce type a empoisonné sa femme qui refusait de prendre même un effaralgan, acharnée qu’elle était à vouloir tomber enceinte, (elle écrit à sa sœur, qui lui dit de prendre du paracétamol alors qu’elle a mal à la tête, par texto, versé aux scellés : je ne peux rien prendre, et ne prendrai même pas un paracétamol), il l’empoisonne donc pendant plusieurs mois avec du Myolastan (anti inflammatoire interdit à la vente depuis 2013), du Tramadol (anti-inflammatoire opioïde), des somnifères et des anxiolytiques, il a ensuite bombé sa femme de 15 coups de poing dans la gueule (le visage d’Alexia a été retrouvé massacré, le nez éclaté, il l’a ensuite tué à mains nues en l’étranglant pendant 4 à 5 minutes a établi l’enquête lors de la reconstitution du meurtre, suite à cela il a ensuite violé son épouse post mortem, des traces de sperme ayant été retrouvé dans son vagin, sur son short et sur l’ensemble des vêtements qu’Alexia portait alors qu’elle a été retrouvé en morte en forêt, des traces d’échymoses anales ont également été retrouvées sur le corps de sa femmeil l’a changé alors qu’elle était déjà morte, en lui mettant son short de footing, des baskets et son tshirt, . Il a ensuite trainé le corps par les pieds, lui a fait dévalé les escaliers et l’a mis dans le coffre de sa voiture. DAVAL est ensuite aller dormir.
    Le matin, il s’est réveillé, est allé transporter le corps dans la forêt, et a foutu le feu principalement sur les parties intimes de sa femme. Au magistrat instructeur, ayant l’intime conviction que c’était pour cacher ses viols post mortem, et qui lui demandera "pourquoi avoir insisté sur les parties intimes de sa femme", l’accusé répondra : "je sais pas, ça s’est fait comme ça."Suite à cela, il va boire un café dans le bar de son beau père, ensuite il se dirige chez sa belle mère en lui disant que sa femme a disparu.Ensuite, gendarmerie, recherche du corps d’Alexia, et mensonges aux gendarmes (qui ne seront pas dupes dès les premiers instants et n’auront de cesse d’accumuler tous les éléments contre Daval).Marche blanche.Daval éploré, Jogging de soutient avec un Daval qui se pointe souriant, serrant la louche à tout le monde,et ensuite funérailles avec sa veste de mariage barriolé ou, il se vautre sur le cercueil.Il vit chez ses beaux parents chez lesquels il se répand en larmes pendant plus de 3 mois.Il se fait coffrer par la patrouille et après avoir avoué au mobile de sa femme chiante,accuse ensuite la famille de la victime de meurtre.Simple rappel.

     

    • Un gars bien et équilibré assurément... Heureusement qu’il ne lui a jamais fait de gamins.


    • Rappel utile, merci !

      En fait, un pauvre type, qui fait partie de ceux qui ne pensent pas avec leur cerveau mais exclusivement avec un organe - en principe érectile - situé à l’opposé, et le sien étant ce que l’on en sait, il ne pouvait pas aller bien loin dans quoi que ce soit qui soit digne d’un homme.

      Un malfaisant, qui ne mérite pas le nom d’homme et ne fait aucunement partie de ceux qui sont - quoi qu’en disent ces hystériques féministes d’aujourd’hui - heureusement encore majoritaires, pourvu que ça dure !

      Une tragédie pour cette jolie fille, qui a rencontré ce taré à 16 ans, et qui aurait dû le larguer tout de suite, mais que sait-on de la vie quand on n’a que 16 ans et que c’est le premier ?...


    • Soyons clairs : ce qu’il a commis ne peut être excusé (au mieux comprendre le pourquoi et le comment) et est plus violent qu’une affaire ordinaire. Et le verdict est logique compte tenu de l’horreur, de la dissimulation et de la mise en accusation de l’ex belle famille. Maintenant, il y a des choses qui ne tiennent pas trop non plus :
      L’empoisonnement n’avait pas été retenu, quand même remis sur la table pendent le procès (pour une raison tactique : obtenir la charge "préméditation"), et au final écarté dans le verdict. Tout simplement parce que tout ce qui était concret, c’était la présence de médicaments autres que son traitement (tout comme le cheveu de la mère du coupable dans le coffre de la voiture ne prouvait nullement sa participation). Maintenant, un peu de réalisme : si vous vouliez tuer votre conjoint en bonne santé de moins 30 ans sportif, tenteriez vous de l’empoisonner à petit feu ? ça ne tient pas debout, désolé... L’automédication volontaire est pour moi la seule piste pas trop déconnante (quand on vous fait des remarques sur votre poids et que vous faites tout pour éviter le sujet, c’est le signe que vous savez des choses mais ne voulez pas en parler).
      lL’ultra-violence n’est absolument pas incompatible avec un pétage de plomb par définition non prémédité.
      Le viol postmortem a été fortement mis à mal au cours du procès. Et objectivement, c’est ubuesque : on a un homme qui a des problèmes d’érection et évite sa femme (et manifestement il ne pouvait plus la voir en peinture)... Donc désolé, ça ne colle pas.

      Pour tout le reste, c’est dramatique mais c’est ainsi : vous avez un lâche qui a tenté de maquiller son homicide à lui en un autre type d’homicide, et qui ne trainait plus exactement un être humain vivant mais un cadavre... Même si je vous accorde les zones d’ombre pour la crémation (ça aurait été plus "rationnel" - compte tenu de son horrible logique - de complètement le brûler)

      Enfin, ne pas oublier que tous les protagonistes ont été pollués par les médias. Sans les médias, il aurait sans doute été coffré plus tôt, n’aurait peut être pas accusé sa belle famille (je parie qu’il l’a fait en regardant cette famille à la TV quand il était en détention pour se venger de leurs propos ou et de leur omniprésence médiatique) et aurait sans doute pu donner plus d’explications (attendues) à la famille...


  • certaines femmes aimeraient beaucoup que celui qui ne bande pas pour elle soit nécessairement pédé. Et je vois ici que beaucoup d’hommes le leur accordent volontiers..
    il ya de nombreux motifs d’impuissance (excès de porno déviant, masturbation excessive, empêchement à bander en face de l’objet désiré..), surtout si celle-ci est arrivée progressivement..
    ce couple a quand même duré. et elle l’appelle aussi "mon amant" dans un de ces courriers.. ce serait quand même grotesque s’il ne l’avait jamais pénétré.

    Peut-être une impuissance récente ? sans doute n’a-t-il jamais été vraiment vigoureux, mais l’impossibilité s’est elle aggravée avec le temps

     

    • Ce n’est pas juste une question d’impuissance ou de ne pas arriver à avoir une érection ! Alexia dit dans un texto, versé au dossier, à une amie : "Lorsque j’essaie de m’approcher de lui, de le caresser, il me repousse. Il ne veut PAS que je le touche." WTF ?!?!


    • Quand tu es impuissant, tu n’as surement aucune envie de faire face à l’échec, et tu repousses l’acte. Je ne vois rien de très étonnant jusque là.
      L’a-t-il repoussé pendant 7 ans, ou était-ce un phénomène récent ? Su cela durait depuis aussi longtemps, elle aurait surement fini par abandonner pour aller voir ailleurs. La frustration et la colère qui ont été la siennes ce soir là sont plutôt le signe que c’était récent (quelques mois, au plus 1 ou 2 ans).


    • Quoi qu’il en soit, rien, absolument rien, ne justifie une barbarie pareille, qui ne ressort absolument pas du coup de folie d’un crime passionnel, mais de la violence la plus extrême et de la manipulation des plus perverses !

      On peut lui trouver des circonstances atténuantes, mais certainement pas excuser tout cet enchaînement d’actes odieux et inhumains : aucun homme digne de ce nom ne peut être capable d’un enchaînement d’atrocités de ce degré-là.

      Il aurait mérité la perpétuité, il pourra demander la conditionnelle dans 8 ans seulement : on ne peut que craindre le pire pour celles qui croiseront alors sa route...


    • Rien ne justifie le crime FREDERIQUE. Je réponds juste à ceux qui raisonnent un peu vite sur sa supposée pédérastie.
      Quant à votre interprétation psychologique, pareil je la trouve très personnelle. Il est rare de tuer une femme en un coup, qui plus est sans le vouloir. Le crime passionnel est toujours un crime, et rarement involontaire, je ne comprends pas bien la distinction que vous voulez faire ici. Cet homme est un craintif, ankylosé de secrets. Ces gens-là préféreront toujours tout supprimer plutôt que d’être découverts, et une fois le cou serré ils ne peivent plus faire machine arrière. Pervers narcissique ? Pourquoi chercher des termes compliqués. Un lâche, point.


    • Bien sûr que le crime passionnel est aussi un crime sur le fond, mais il est de nature différente dans sa forme.

      C’est en effet une sorte de coup de folie - souvent sous l’emprise de la drogue ou de l’alcool - qui pousse à tuer d’un seul coup de poing, ou avec une arme à portée de main, la mort de la victime survenant alors sans aucun acharnement du meurtrier, ce qui est loin d’être le cas ici, où toutes cette suite d’atrocités - indignes d’un être humain - ont été commises de sang froid, sur le long terme, et avec une rare perversité, si je me réfère au post de Diane, puisque n’ayant, personnellement, suivi cette affaire que de très loin.

      Il est d’ailleurs surprenant qu’il n’ait pas été qualifié d’assassinat plutôt que de meurtre, qu’il n’ait pas pris la perpétuité, et qu’il puisse demander la conditionnelle dans seulement 8 ans...

      Et quoi qu’il en soit, je suis absolument d’accord avec vous : ce type est un lâche, et sur toute la ligne !


  • Le problème du couple, ils sautent aux yeux de n importe qui de sensé, même un tocard en à parler, qui pense que le Jonathan est hétéro ? Jamais vu un mec aussi fragile de toute ma vie, Pascal Sevran a l air d un commando Hubert a côté de ce gars.


  • Est il hétéro ? C est l unique question à se poser, la réponse semble tellement évidente.

     

    • Il faut reconnaître qu’à partir du moment où sa "conjugophobie" avait été établie (de fait : n’a eu ses problèmes d’érection qu’une fois marié), son éventuelle homosexualité refoulée n’apportait rien de plus. Surtout,les avocats de Daval avaient des raisons objectives de ne pas aller sur ce terrain : le scénario potentiel ne colle pas avec l’image imposée par tous du féminicide telle qu’on voulait nous l’imposer (non pas la femme tuée parce que femme que l’auteur soit un homme ou pas, mais le meurtre d’une femme par un homme... nécessairement hétéro...) et pas évident à démontrer en justice, donc ils se seraient faits enfoncer....
      Mais effectivement les tabous sont parlants : quand je vois cet avocat (qui a l’air gay non refoulé d’ailleurs) se faire autant incendier quand il dit "mon opinion personnelle : homosexualité refoulée" et qu’on lui rétorque directement que l’homosexualité ne mène pas au crime, c’est que clairement on ne veut imposer qu’une seule vérité.
      Ou comment d’un cas on fait exemple pour taper sur tous les mâles hétéros... même si il faut le reconnaître femmes et gays sont des consommateurs bien plus rentables pour les annonceurs !


    • votre commentaire m’a l’air particulièrement LGBT compatible :

      1) qui voit des gays partout (pour s’en féliciter ou le déplorer, peu importe -> c’est s’entendre sur la réalité du phénomène, et lui accorder une forme de vérité)

      2) qui valide le concept d’homosexualité refoulée (terme fourre-tout inventé par les prosélytes de la fesse qui suggère que l’homosexualité serait une identité qu’on accepterait ou pas... et qu’on emploie un peu comme on veut : ainsi, une fiotte serait un pd refoulé, tout comme un homme crispé et excessivement macho, etc.. aucun sérieux dans ce concept multiforme, plus proche de l’insulte facile que du diagnostic)

      Le trouble sexuel, la crispation, la défaillance, seraient donc des signes que le type n’est en réalité pas assez déviant, et qu’il lui faudrait franchir concrètement sa frontière identitaire pour enfin trouver une jouissance à sa mesure.
      C’est effectivement le prêche LGBT de la sexualité libérée, choisie, face à l’obscurantisme hétérobanal, limitant, insuffisant. Lequel incite donc à s’enfoncer davantage dans ses vices plutôt que d’y renoncer et d’avoir la patience de récupérer une libido assainie, productive (cf les récents articles E&R sur le problème de la pornographie, l’éclosion du marché des poupées gonflables "réalistes", etc).
      Tous ces peines à jouir fabriqués par la modernité (féminisme, ethnomasochisme, porno..) seraient donc des "hétéro refoulés", soumis à une identité sexuelle mystico-innée (étouffée par le patriarcat, l’Eglise, la Haine, ou que sais-je) un genre de mantra contre lequel il serait absurde de lutter, et dont l’assouvissement constituerait le Salut, la libération...
      Vite, au backroom, à se faire exciter le point G pour vérifier qu’on en est bien un..

      Je me félicite pour ma part qu’ici les médias ne se soient pas empressés de nous placer ce produit fumeux pour répondre à la demande qu’ils ont participé à propager chez tous les fragilisés de notre temps (conséquences de la subversion et distorsion généralisée dont ils se font l’echo)


  • Au delà des faits, c’est surtout le traitement médiatique sur lequel il faut taper. Ne serait-ce que d’un point de vue enquête (ce serait sûrement allé plus vite, aurait très probablement évité que les parents soient accusés par Rainman de complot familial -car ce volet là, c’est plus la conséquence de la pollution médiatique des protagonistes qui l’a engendré - et le coupable aurait peut être donné plus de réponses aux questions légitimes de l’ex belle famille) mais surtout manipulation d’opinion.
    Cette affaire a d’abord été (quand le mensonge du coupable prenait) une occasion de taper de manière totalement illégitime au lendemain de l’émergence "MeToo" (qui soit dit en passant pemettait à Weinstein d’être noyé dans la masse...) sur tout mâle regardant ou draguant les femmes. Sous prétexte qu’effectivement ça ressemblait de loin à l’acte d’un rôdeur.
    Cette affaire a ensuite été l’occasion pour la presse de faire d’un simple minable non représentatif "le monstre qui a menti à la France entière". Or, il est avéré que les médias ont très rapidement eu vent d’éléments sérieux sur Daval dès la recherche du corps et l’ont comme tout le monde vu chialer plus que les autres... mais nous ont d’abord imposé le veuf éploré gendre idéale qui se montre (en réalité, il avait pas trop le choix à partir du moment où les médias avaient largement convaincu la belle famille)...
    On oublie encore moins l’utilisation abusive (quantitativement et qualitativement) du mot "féminicide", juridiquement inexistant. La seule définition sérieuse qui a été donnée : "femme tuée parce qu’elle est une femme". C’est peu dire que Daval, c’est pas ça : le conjoint aurait été un homme de même corpulence qui l’irritait tout autant, ça aurait été pareil...C’est surtout une revendication dangereuse à travers ça qui a été véhiculée : la vie d’une femme vaudrait plus que la vie d’un homme... ou que même d’une gamine de 9 ans et d’un jeune militaire réunis n’est ce pas (vu que ça se déroulait au même moment mais pas avec le même retentissement médiatique, y compris contre l’avocat pourtant bien moins irréprochable de Lelandais...)
    Enfin, travers dangereux : la manipulation médiatique à double sens de la belle famille pour faire en sorte que ce cas serve d’exemple. Sans oublier non plus toutes les pressions contraires pour à que l’accusé donne une histoire qui leur va (et qui n’aurait sans doute pas été la réalité)


  • 1/2

    Ce fait divers particulièrement atroce et pervers ne peut que susciter remarques et interrogations sur des réalités encore obscures aujourd’hui.

    Remarques :

    - L’utilisation du mot féminicide - au sens de "parce que c’est une femme" - de façon politique/impropre/dictatoriale par ces nuisibles du genre humain que sont les féministes 2.0, devrait être proscrite, et remplacée par celui d’uxoricide - du mot latin uxor signifiant épouse - le meurtre d’un être humain n’ayant pas à être genré, car impliquant une inégalité aux yeux de la loi.
    Tuer une femme, un homme ou un enfant, c’est toujours tuer un être humain !
    Ce qui n’empêcherait pas la circonstance aggravante de "plus fort sur plus faible".

    - Ce mot ne devrait, en effet, être utilisé que dans des cas très particuliers comme - par exemple - les crimes """d’honneur""", les viols suivis de meurtre lors de guerres, ou les mutilations génitales suivies de mort.

    - En dehors de ces cas spécifiques, les meurtres de femmes - généralement accomplis dans la sphère familiale - sont motivés (cf : rapport 2.019 de l’Inspection générale de la Justice) par la séparation (43%) ou la jalousie (31%), souvent perpétrés sous l’emprise de l’alcool et/ou de la drogue, et liés majoritairement à la persistance dramatique et délétère d’un schéma inégalitaire hommes-femmes dans le couple :
    = la Femme est inférieure à l’Homme
    = la Femme est la propriété de l’Homme
    d’où le sentiment brutal de "dépossession" ressenti par ceux qui - hélas - en sont encore là...

    - Des chercheurs ont aussi noté un lien entre une figure maternelle haïe et celle de l’épouse/compagne, celle-ci subissant alors ce qu’ils n’ont pas pu/osé faire à leur mère.

    - Par ailleurs, ces meurtres font - pour un tiers - partie de ce qui est appelé "over-kill" : acharnement défiant l’entendement + coups en nombre considérable + plusieurs modes opératoires dans l’exécution de la victime.

    - Quant à ces meurtres, ils ne sont possibles que parce que
    = la Femme est physiquement plus faible que l’Homme
    = des femmes continuent de vivre avec un """homme""" qu’elles auraient dû quitter depuis longtemps, le drame survenant - très majoritairement - après une longue suite d’injures + coups + blessures, le plus souvent non déclarés et donc sans dépôt de la moindre plainte.

    Viennent alors les interrogations...


  • 2/2

    Et là, nous pouvons nous interroger sur le pourquoi de

    - la poursuite d’une relation, perverse et mortifère, sans le moindre signalement dans 2/3 (? !) des cas : Jacqueline Sauvage, battue et insultée pendant des dizaines d’années mais restée au domicile conjugal, et qui ne sort le fusil qu’en apprenant que son mari a une maîtresse, n’aurait jamais du être graciée...

    - certains hommes, qui en sont encore à penser que la femme est inférieure à l’homme, plutôt que complémentaire à celui-ci

    - cette minorité d’hommes, pour lesquels leur femme/compagne est leur propriété/esclave/chose, plutôt que leur amie-amante et la mère de leurs enfants

    - la sortie - coûteuse et compliquée - du domicile conjugal pour femme et enfants, plutôt que pour la brute, avec bracelet électronique + injonction de suivi médical et psychologique

    - la non-intervention de l’État - Police-Justice - malgré la déclaration de coups et sévices par les futures victimes de meurtre

    - l’absence de condamnation de l’État, pour non-suivi du respect de sa peine par la brute, qui - malgré sa condamnation au port du bracelet électronique et à l’injonction d’éloignement parviendra à ses fins.

    Mais la plus grande interrogation, et la plus surprenante pour ne pas dire sidérante, réside sans doute dans le fait que le genre humain soit la seule espèce sur Terre, dans laquelle les mâles tuent les femelles de leur propre espèce...


  • Un gode ceinture et de la vaseline auraient éviter peut-être le drame, comme quoi ?


  • Tiens, le titre n’est-il pas la phrase clé de l’avocat de la défense de madame Sauvage , et complaisamment repris avec militantisme par tout les Médias ?

    Mais aujourd’hui ça sonne différemment et les Médias ne pensent pas à le dire. Pas de bol.


Commentaires suivants