Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’affaire des œufs contaminés au fipronil en quatre actes

Un insecticide "modérément toxique" selon l’OMS

Sept pays européens sont pour l’instant concernés par le scandale des oeufs contaminés au fipronil, un insecticide « modérément toxique » pour l’homme selon l’OMS. Pour répondre à la crise, les autorités sanitaires nationales ont imposé la destruction des millions d’œufs concernés et le blocage des ventes pour tous les fournisseurs soupçonnant une contamination. Mais d’où est partie cette pollution, comment s’est-elle propagée et comment les autorités en ont-elles été informées ? Franceinfo fait le point.

 

 

Novembre 2016 : les premières traces de fipronil sont détectées aux Pays-Bas

La Belgique, qui a été le premier pays à enclencher le système d’alerte européen pour la sécurité sanitaire, a tenu à mettre au jour l’origine de la contamination. Le ministre belge de l’Agriculture a présenté, mercredi 9 août, un rapport de son Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) :

« L’Afsca, via un certain nombre de contacts, s’est vue transmettre par hasard des informations internes, […] un rapport de l’agence néerlandaise (de la sécurité alimentaire) transmis à son ministre néerlandais […] qui fait état du constat de présence de fipronil au niveau des œufs néerlandais dès la fin novembre 2016 », a-t-il expliqué.

Juin 2017 : l’agence sanitaire belge est notifiée et lance une investigation

[...]

Une fois alertée, l’Afsca lance une série de tests et de contrôles, et bloque un certain nombre de lots. Elle tente de remonter à la source de la contamination, en suivant deux pistes : l’alimentation des animaux et le traitement contre le pou rouge, un parasite qui s’attaque aux poules. La Belgique établit rapidement le lien avec une entreprise basée aux Pays-Bas, et l’Afsca fait une première demande d’information à son homologue néerlandaise le 19 juin, réitérée à deux reprises au cours du mois, selon le ministre belge de la Santé.

 

Juillet 2017 : la Belgique, les Pays-Bas et l’Allemagne déclenchent le système d’alerte européen

Selon le ministre belge de la Santé, l’Afsca n’obtient qu’une réponse partielle de l’agence hollandaise, et ce le 13 juillet :

« Un mois sans avoir la moindre information […], ça veut dire quoi ? Ça veut dire que nous n’avons pas pu avoir accès à la liste de clients de la firme hollandaise, ça veut dire que l’agence n’a pas pu déterminer plus tôt avec précision le périmètre suspect qu’elle a pu déterminer par la suite et qui concerne 86 exploitations. »

[...]

Août 2017 : l’affaire est révélée au public, le scandale s’étend à la France

[...]

En France, le ministère de l’Agriculture a annoncé, mercredi 9 août, qu’une enquête nationale était en cours chez « l’ensemble des fabricants d’ovoproduits ». Plus tôt, le ministère signalait que cinq entreprises d’ovoproduits avaient été identifiées comme ayant importé des œufs contaminés au fipronil. Dans un communiqué, la préfecture du Maine-et-Loire précise que les premières analyses effectuées par la société Igreca se « sont révélées négatives ». Si les tests réalisés dans un élevage du Pas-de-Calais se sont eux avérés positifs, d’après le ministère, « aucun œuf issu de cet élevage n’a été mis sur le marché ».

Lire l’article entier sur francetvinfo.fr

Contre la médiocrité industrielle mondialiste,
la qualité et la solidarité françaises,
à appliquer avec Kontre Kulture

 

Alimentation et industrie, sur E&R :

 






Alerter

35 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1781958

    La grande distribution encore dans le collimateur ,main dans la main avec nos industriels ,nos marchands de mort écoulant leurs marchandises très chères ,pendant que nos cultivateurs et éleveurs crèvent .Il faudrait tous les envoyer chier avant qu’ils ne nous fassent tous passer à trépas .

     

    Répondre à ce message

  • #1782000

    Si les tests réalisés dans un élevage du Pas-de-Calais se sont eux avérés positifs, d’après le ministère, « aucun œuf issu de cet élevage n’a été mis sur le marché ».

    Ouf de justesse ! Il s’en est fallu de peu ! Pas un oeuf toxique sur le marché !

    Excellent nous venons de découvrir la première industrie d’élevage qui laisse pondre ses poules précieuses euh... par envie, ou convivialité pour le plaisir, un caprice et non pas pour la vente, le profit.

    Après la ligne Maginot qui a arrêté nuage de tchernobyl, c’est extraordinaire comment on nous parle dans ce pays !

    Allez-y gober ces oeufs avec le reste puisque les français gobent tout.

     

    Répondre à ce message

  • #1782001
    Le 10 août à 10:59 par temet.nosce
    L’affaire des œufs contaminés au fipronil en quatre actes

    On désinfecte les poules avec cet insecticide MAIS on le retrouve dans les oeufs DONC c’est "modérément toxique".......Ok.........je reviens, je vais prendre une cuite.

     

    Répondre à ce message

  • #1782017

    Cette histoire d’œufs contaminés est anecdotique par rapport au scandale général que constitue le mode de production des oeufs. Rien ne ressemble plus à un œuf qu’un autre œuf ? Erreur ! Pas évident Il faut une poule. Or la vie des poules en Europe va de l’atroce à l’abominable. Certaines poules sont élevées dans des conditions inimaginables d’indignité et de cruauté. On a même inventé des chambres à gaz pour leur poussins mâles et de vastes fours crématoires. On gaze, on incinère les poussins mâles dans l’enfer de Dante des élevages de poules. A vrai dire, les femelles ne perdent rien pour attendre. Leur conditions de vie est abominable et brèves. Des oeufs en sortent. Et on les mange !

    Or il est relativement simple de se révolter et de contester le système : tout simplement lire les mentions sur les oeufs, celles-ci étant simples à comprendre.

    Sur chaque emballage, le mode d’élevage doit être précisé et sur chaque œuf est inscrit un code : il indique les conditions de vie de la poule qui l’a pondu. Devant les lettres du pays d’origine (FR par exemple), un chiffre allant de 0 à 3 permet de savoir si cette poule vit en cage, au sol en bâtiment fermé, ou si elle a un accès au plein air.

    CODE 3 - EN CAGE : Code 3 : en cage Mention obligatoire sur la boîte : « œufs de poules élevées en cages ». En général, écrit en tout petit ! Exigeons que cette mention soit inscrite en caractère énorme, comme "le tabac tue" sur les paquets de tabac.

    Et de plus précisons que 68% des poules en France vivent enfermées dans des cages qui ne leur laissent même pas la place d’étendre leurs ailes sans se gêner les unes les autres. Tour d’horizon sur les poules en cages : 16 poules/m² (l’équivalent d’une feuille A4 par poule !) Pas de sortie à l’extérieur. Pas de lumière du jour. Sexage : les poussins mâles sont broyés ou gazés. Épointage : les becs sont souvent coupés peu après la naissance. transport / abattage après un an de ponte.

    Ne parlons pas de ce qu’on leur donne à bouffer. A une époque, on leur donnait à bouffer la chair de leurs congénères, en en faisant des cannibales.

    Bonne omelette et bon appétit.

     

    Répondre à ce message

  • #1782047
    Le 10 août à 12:42 par Juda Nanas
    L’affaire des œufs contaminés au fipronil en quatre actes

    « aucun œuf issu de cet élevage n’a été mis sur le marché »

    C’est comme le nuage de Tchernobyl qui s’est arrêté à la frontière à l’époque ...

    Je mange plus d’œufs c’est décidé ...

    Cette affaire met en lumière encore une énième fois la super construction européenne ... Elle est belle l’unité Européenne ...

     

    Répondre à ce message

  • #1782106

    Regardez la composition des pipettes anti puces et tiques de nos boules de poils et vous vous apercevrez que vous vivez avec...

     

    Répondre à ce message

  • #1782154
    Le 10 août à 16:08 par jacques l’atlantiste
    L’affaire des œufs contaminés au fipronil en quatre actes

    si j’étais conspirationniste, je dirais que ça m’à tout l’air d’une contamination expérimentale. Les gens croient de moins en moins aux vaccins vous savez, il faut bien trouver des alternatives... puis les chemtrails, c’est pas toujours si efficace que ça.

    enfin ça, c’est si j’étais conspirationniste, heureusement pour moi je ne le suis pas, donc tout va pour le mieux dans les meilleurs des mondes. amen.

     

    Répondre à ce message

  • #1782173

    Bouffez de la viande, chassez l’éléphant, le panda géant et le rhinocéros, ratissez le fond des mers, éperonnez les baleines, mais ne mangez surtout pas pas d’œufs de poules (gallus gallus domesticus).

    Les historiens estiment que ce coq de race originaire de l’est de l’Inde comme le faisans, a été domestiqué au moins autant sinon plus pour son caractère distractif (coqs de combat), que pour sa chair ou ses oeufs.

    Le combat de coqs, il n’y a que ça ! C’est très drôle, plus drôle que les canassons, pas de snobs, pas de Brigitte Bardot, cela dure pas plus qu’une ou deux minutes, et on peut gagner pas mal (paris clandestins).

     

    Répondre à ce message

  • #1783087

    J’aime bien les commentaires sur les sujets agricoles, l’avis de l’internaute est simple, si les œufs sont de la merde et la vie des pondeuses un enfer, c’est bien de la faute de ces enfoirés de producteurs avides d’argent facile gagné grâce à des méthodes indignes...
    Prix du marché cette année, pour 100 œufs, le producteur est payé 5 euros et 80 centimes.
    Pour produire 100 œufs par jour, il faut 125 poules(0.8 œuf /jour/poule.).
    avec le prix d’achat de la poule, l’amortissement du bâtiment, le coût de la ration, le coût de la main d’œuvre, le coût du transport, les impôts et taxes divers, quel est le prix plancher du basculement investissement ou suicide ?
    Vous avez une heure.
    Tant que les gens achèteront des prix plutôt que des produits pour se nourrir, ils ne mériterons rien d’autre que de creuser leurs tombes avec leurs dents !

     

    Répondre à ce message

  • #1784225

    La semaine derniere, à coté de Quimper, un gros élevage de poules pondeuses a étrangement pris feu.Il ne reste rien.
    L installation était récente, avec les dernieres normes.
    On a meme entendu une explosion avant l’incendie.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents