Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

L’agriculture biologique peut-elle nourrir toute la planète ?

La réponse de Claude et Lydia Bourguignon

Voir aussi, sur E&R :

Apprendre à préserver le sol avec Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

28 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les Bourguignon encore et encore... E&R n’aura de cesse de les montrer...

    Nicolas FABRE pour l’avoir rencontré à la main d’or, je file pour acheter son bouquin... J’avais un budget limité lors de la scéance de dédicace.

    Revenons à Claude & Lydia nos biologistes des sols... https://www.youtube.com/watch?v=7-w...

    Quel beau métier, où le soir quand tu rentres et que tu te poses devant la cheminée, avec la douce fatigue d’avoir oeuvré pour l’humain...

    Longue vie à eux !

    Et ce livre de Pierre RABHI "vers la sobriété heureuse"


  • #1125297

    Avant de penser à nourrir la planète, ça serait déjà pas mal si cela suffisait à nourrir la France entière.

     

    • Étrange remarque dans la mesure où personne ne dit le contraire.


    • ne soyez pas égoïste et restez réaliste. Dans les pays comme le vôtre ce n’est pas par manque de denrée mais bien un problème économique. Comme la plupart des pays riches vous devez gaspiller votre part de nourriture qui finira à la poubelle. Mélangez pas tout.


    • Vous dites n’importe quoi. Il n’y aurait aucun mal à nourrir correctement chacun si c’était une volonté prioritaire.
      - Vous n’avez, donc, aucune idée de la quantité gaspillée mais, aussi, détruite volontairement en Occident.
      - Vous ne savez, donc, pas les ravages que font la surproduction de nourriture que l’on refourgue en Afrique, notamment, à des prix virtuels, détruisant ainsi les cultures vivrières des pays concernés.
      - Vous ne savez, donc, pas qu’il est mieux considéré, aujourd’hui, de spéculer sur les aliments de base, notamment, quitte à en détruire une partie, plutôt que de satisfaire la faim de ses semblables.
      - Vous ne savez, donc, pas que les guerres, nombreuses, ne facilité pas l’agriculture et l’élevage.
      - Vous ne savez, donc, pas que l’on transforme des quantités phénoménales de production agricoles pour en faire des biocarburants ...
      - ...
      Vous faites partie de ces gens arrogants qui ne savent pas grand chose et ne font rien pour que ça change mais qui s’exprime avec assurance plein de cette certitude de ceux qui ne font que répéter ce qu’ils ont entendu dire par la doxa.


    • Personnellement je dirais que le paysan doit se nourrir lui-même - avant même de sortir une quelconque production dans le reste de la France ou soyons fous, le reste de la planète. Ce serait un bon début.


  • Dire que le citoyen n’a aucune part de responsabilité dans la mort des sols est un peu facile. Pour nourrir le bétail que les carnistes mettent dans leurs assiettes, l’agriculture intensive a besoin de recourir à tous les subterfuges mortifères que l’on connait car les carnistes utilisent sept fois plus de vegetaux que les végétaliens. Le principe de l’offre et de la demande, c’est le citoyen qui en est le décisionnaire. S’il n’achète pas, les industriels ne vendent pas. Donc si les gens consentaient à réduire leur consommation carnée ou à la stopper, l’agriculture bio pourrait reprendre ses droits.

     

    • Et en avant pour de la propagande vegan. Selon une étude du CREDOC (Centre de Recherche pour l’étude et l’Observation des Conditions de vie), la consommation de produits carnés a baissé de 17 % entre 1999 et 2003.

      Ensuite vous dites que les carnistes utilisent 7 fois plus de ... Mais fermez là si c’est pour régurgiter des données arbitraires qui tombent de je ne sais quel pseudo scientifique pro vegan qui tente de vous vendre son idéologie. Vous croyez vraiment qu’on nourrissait le bétail avec ce que l’homme pouvait manger ? Vous avez déjà mangez du foin, peut être voulez vous en manger à la place du bétail ? Et brouter les pâturage ça vous dis ? La viande c’est la transformation de matière végétale impropre à la consommation humaine. Après l’élevage intensif n’est absolument pas représentatif, tout comme le massacre des terre par l’agriculture intensive. Personne n’a demandé ça, et surement pas qu’on nourrisse le bétail avec des céréales que l’homme peut manger (Si vous saviez comment le soja et le gluten était nocif aux hommes).

      Ce procédé malhonnête que vous utilisez est honteux. D’un coté les gentils vegan qui mange bio, comme s’il n’y avait pas de végan qui bouffait de la merde bourré de pesticide. Et de l’autre que des carnivores qui mange de la viande tout les jours, et bien sur la viande issue de l’élevage intensif, bourré d’hormones, qui n’a jamais vu le soleil, etc.

      Bref rien à voir avec les consommateurs, on vous a jamais appris que l’homme est un opportuniste ? Ils mangent ce qu’ils trouvent, et là on trouve de la viande à toute les étales !


    • Roubeche vous êtes mal placé pour m’accuser de propagande et de données arbitraires, quand celles de votre mode de conso carnée et ses dérivés sont matraquées sur tous les supports possibles et imaginables depuis des décennies à longueur de journée et que votre CREDOC est une émanation gouvernementale partisane avec les mensonges et manipulations qu’on leur connait. Ayez un peu de suite dans les idées et comprenez que sur les sols qui sont cultivés pour nourrir les êtres sentients que vous mangez, ce ne sont pas des végétaux pour la consommation humaine qui sont plantées mais des céreales pour animaux, ce qui ne change rien à la problématique de l’agriculture intensive.

      Bien entendu tous les vegans ne mangent pas bio, mais parce que leurs finances ne leur permettent pas de se nourrir de la sorte, sinon soyez assurés que tous le feraient car c’est dans la logique vegan de protéger la nature et l’environnement. Oui malheureusement l’homme est un opportuniste et surtout dans l’ensemble, égoĩste et pas très courageux, à l’image de ses mauvais choix devant les étales où se côtoient vegetaux, mal bouffe et cadavres et desquelles il préfère remplir son caddie avec les deux dernières catégories.

      Bref, vos arguments dans l’ensemble sont assez incohérents.


    • Vous réduisez la viande à un produit issue d’une agriculture intensive, hors c’est faux, il y a de la viande bio. Tout ce qui est issue de l’agriculture intensive est également mortifère, les sols meurent (et toute la vie qu’ils renferment). Votre empathie pour les animaux est elle limité aux plus gros ? Ou vous avez aussi de la considération pour les insectes et autres petits organismes qui se font éradiquer par cette culture ? Et vous le dites très bien, les gens n’ont pas les moyens de manger bio tout le temps, pour la viande c’est encore plus vrai.

      L’élevage intensif tout comme l’agriculture intensive sont des fléaux, tout le monde est d’accord.

      Mais l’élevage classique n’a rien de problématique, il est sain, les animaux sont bien traité, bref, et on vous priera de ne pas mettre les gens qui mangent de la viande dans la catégorie qui vous arrange et surtout merci de ne pas leur faire porter le chapeau.

      Pour info, j’ai du mangé 500 gr de viande en plus de 6 mois. C’est un choix, car je recherche à manger des produits sains, sans cautionner des méthodes d’élevage contestable. J’achète ma viande dans une boucherie bio, et du coup j’en mange très rarement.

      Regardez donc la conférence sur ce même site intitulé "vive la faillite" de Michel Drac. Tout es lié, il y est expliqué comment l’oligarchie entretient et provoque les inégalités, inégalités qui d’après moi conduisent inévitablement les plus pauvres à subir un mode de consommation déplorable (supermarché discount avec son lot de produit mortifère, végétal comme animal).


    • Vegan je doute fort que vous ayez une quelconque compétence agricole. Voudriez-vous labourer là où de tout temps il n’a poussé que de l’herbe (donc des sols pauvres mais préservés) ?


    • Je suis d’accord avec vegan.

      « Mais l’élevage classique n’a rien de problématique, il est sain, les animaux sont bien traité, bref, et on vous priera de ne pas mettre les gens qui mangent de la viande dans la catégorie qui vous arrange et surtout merci de ne pas leur faire porter le chapeau. »
      Réaction défensive de celui qui refuse de se remettre en question par confort moral ; cela rappelle les bien-pensants qui piquent une crise quand on leur explique les conséquences de leur soutien tacite au Système.
      Les gens sont un peu tous les mêmes.


    • D’accord avec Vegan ... la production de viande, de la manière dont elle est faite de nos jours est la chose la moins écologique qui soit ... pour un kg de viande il faut une quantité énorme de pétrole, d’eau et ça génère beaucoup de gaz à effet de serre. Je suis fils de boucher, j’ai mangé de la viande plus qu’à mon tour, aujourd’hui je suis quasi végétarien. C’est un problème de conscience aussi, conscience qu’on ne peut plus au vu de notre nombre tous manger de la viande tout le temps (ce que nos grands parents ne faisaient pas d’ailleurs), conscience de l’inhumanité dont on fait preuve dans l’élevage des animaux en mode industriel ... plus rien à voir avec le cochon du grand père que l’on tuait d’un coup de merlin dans la cour de la ferme, et qui avait mangé les épluchures de patate et les vieilles pommes du verger, qui était respecté et qui mourrait sans stress, ni mauvais traitement. En plus, je vous assure qu’au niveau santé, c’est le jour et la nuit. A chacun de faire selon sa conscience.


    • L’alimentation carnivore existe depuis toujours chez une foule d’espèces et n’a jamais posé aucun problème sur le plan écologique. La preuve : on est là pour en parler.
      Par ailleurs, il est possible d’être autonome à 90% en fruits et légumes sans pesticides en travaillant deux heures par jour dans le potager. J’ai des exemples concrets (famille, amis).


    • L’élevage est un gaspillage de ressources (selon viande-info)

      Un rapport de la FAO de 1992 indiquait que les animaux sont de piètres convertisseurs d’énergie en alimentation humaine : si on les nourrit avec des céréales, ils ingèrent en moyenne 7 kcal pour en restituer une sous forme de viande (3 kcal pour les poulets, 16 kcal pour les bovins).
      Le président du GIEC, Rajendra Pachaury, illustre d’une autre façon cette inefficacité : il faut 7 à 10 kg de végétaux pour faire 1 kg de viande boeuf, 4 à 5,5 kg pour 1 kg de viande de porc.

      Il s’ensuit qu’il faut beaucoup plus de terres agricoles pour produire de la viande que pour produire directement des céréales destinées à l’alimentation humaine.

      Les terres arables utilisées dans le monde

      33% des terres cultivables de la planète sont utilisées à produire l’alimentation des animaux d’élevage ; 26% de la surface des terres émergées non couvertes par les glaces est employée pour le pâturage.

      Au total, ce sont 70% des terres à usage agricole qui, directement ou indirectement, sont consacrées à l’élevage. Cela représente environ 30% des terres émergées non couvertes par les glaces.

      Près de 85% de la production de mondiale de soja est destinée à l’alimentation animale. Tant les céréales que le soja sont des denrées hautement nutritives, directement consommables par les humains. Les affecter à la l’alimentation animale constitue un détour de production particulièrement inefficace.

      En France

      Les terres agricoles françaises sont accaparées par les animaux d’élevage : 2/3 des terres agricoles sont destinées à l’alimentation animale, que ce soit en pâturages ou en cultures de plantes pour l’alimentation des animaux. L’alimentation animale est par exemple aujourd’hui le principal débouché industriel des céréales françaises : elle en consomme 10,2 millions de tonnes, ce qui représente la moitié des utilisations en France. Par ailleurs, la France importe des tourteaux de soja, principalement du Brésil et d’Argentine, contribuant ainsi à la déforestation en Amérique latine et aux problèmes sociaux liés au développement des grandes cultures intensives au détriment des petits paysans. Avec 4,5 millions de tonnes de soja importés chaque année, la France est le premier importateur européen : 22% du soja exporté par le Brésil lui est destiné. Le soja d’importation destiné à l’alimentation est en grande partie génétiquement modifié.


    • Pas faux, quel végan mangerait du tourteau de soja ?

      Je ne vais prendre aucun à priori sur l’animal.
      Mais quand une bête crève, si on la mange pas c’est ses protéines, son intéret biologique nutritif qui parte en fumée !?
      Après il faudrait une pyramide alimentaire générale en relative adéquation avec ce que la nature permet de développer dans des conditions normales. Il est évidement que l’on produit trop de viande pour être raisonnable et ou durable du point de vue de la nature, cette surconsommation de viande est pas mal déterminté par la demande et les profits que ce type de production permet.

      Attention sur le gluten on est aussi sur un mythe alimentaire moderne.
      Bien que les blés modernes en ont un taux plus élevé, il faut savoir qu’avant le pain se faisait au levain qui prédigérait ce gluten.
      Après on voit bien qu’il y a un fossé entre :
      * remanger des pains à l’ancienne
      * un segment de marché particulier qui pousse à vous convertir au bouddhisme à porter des châles couleur safran et affirmer que l’on est dans la juste voie alimentaire veganisé.
      Alors qu’objectivement sans trop blessé, on peut observer que vous êtres un déraciné sans culture sans religion qui se soumet à une mode.
      _ :
      L’homme un opportuniste oui ; je me souviens ce collègue dans un cantine de client qu m’avait rétorqué :
      - tu ne manges que du poisson à la cantine, tu es presque végétarien ?
      - euh, pas vraiment, je mange du poisson car pour le même prix (forfait) d’un point de vue de l’intérêt biologique pressenti, c’est ce qu’il y a de mieux dans cette cantine


    • @ Lucien Cerise, je n’ai jamais entendu parler d’animaux autres qu’humains pratiquant l’élevage et l’agriculture pour se nourrir. La foultitude de vrais carnivores ne risque pas de nuire à l’équilibre de la planète et leur mode alimentaire n’est pas immoral et pas à discuter car inhérent à leur constitution, contrairement à nous.

      @ Roubèche, à propos de la conf de Drac, il cite lui même les chiffres que vous me contestez ...

      L’élevage classique n’est pas plus éthique que l’élevage industriel même s’il est censé faire moins de dégât sur l’environnement. Outre les fléaux polluants, il y a celui de la domination des plus forts sur des êtres sentients qui ne peuvent pas se défendre et dont les hommes pourraient parfaitement se passer.



    • Réaction défensive de celui qui refuse de se remettre en question par confort moral



      Bien essayé sauf que ces 7 derniers mois j’ai mangé moins de un kilo de viande. La parole est d’argent mais le silence est d’or, la prochaine fois vous saurez que votre silence est plus précieux que votre parole.

      La différence c’est que je suis RÉALISTE, là où vous faites des théories sur la consommation humaine. C’est un fait que l’Homme mange de la viande, alors que le végétalisme est un concept basé sur une idée que l’homme pourrait s’abstenir de viande.

      Je l’ai déjà dit, l’homme est opportuniste, il mange ce qu’il trouve, et surtout il mange ce qui est le plus simple à trouver. Malheureusement, le plus simple à trouver de nos jours sont les fastfoods, et ces derniers proposent toujours des menu avec de la viande, il doit y avoir 90 % de menu carné, contre 10 % de menu végétalien. La demande c’est un mythe, elle est forgée par l’offre. Y a qu’à voir comment fonctionne Apple, Apple crée le besoin là où il n’existait pas.

      Chacun ses opinions, et c’est surement pas en stigmatisant ou en culpabilisant les gens que vous allez changer les choses.

      Moi qui mange quasi plus de viande car ayant décidé de boycotter l’industrie abusive et l’exploitation barbare des animaux, vous m’avez juste saoulé. Vos méthodes sont contre productif, et l’industrie mortifère ne vous considère absolument pas comme une menace.

      De plus je me situe sur un autre plan, j’aspire car je suis imparfait et faible, à boycotter tout produit qui ne respecte pas une certaine morale. Cependant je n’y arrive pas totalement, il m’arrive encore d’acheter des produits qui polluent, etc.

      J’ai réussi à boycotter tout les fastfoods classique qui vendent de la viande toxique, car mon corps en a souffert, digestion douloureuse, prise de poids, etc. C’est par la santé que j’ai voulu changer, et la consommation modérée de viande issue d’une agriculture respectueuse est bonne pour la santé, la dernière fois que j’ai remangé de la viande je me suis sentie bien, car elle était d’excellente qualité, et j’en ai mangé peu.

      Donc la remise en question elle a été faite depuis longtemps.


    • Il y a quelque chose qui m’interpelle quand même quand vous dites que CREDOC est partisane etc....pouvez vous prouvez avec des preuves bien sur que cela rend leur étude fausse ?


    • @skds,
      "Le CRÉDOC est subventionné par l’État à hauteur de 10 % de ses revenus et dépend du ministre chargé de la consommation et du commerce. Pour les 90 % restants, il répond à des appels d’offres formulés par le secteur public, para-public et à des demandes de clients privés. Son modèle repose, depuis 20 ans, sur un financement qui fait appel essentiellement au marché concurrentiel2. L’émission Cash investigation présentée par Élise Lucet a mis en doute une étude du CRÉDOC, en partie financée par Coca-Cola, qui avait affirmé qu’il n’y avait pas de corrélation entre la consommation de sodas et l’obésité3,4, or l’étude en question affirmait qu’il n’y avait pas de corrélation statistique entre les quantités de sodas consommés et l’IMC (en d’autres termes, l’étude montre que les grands consommateurs de sodas ne sont pas plus en surpoids ou obèses que les petits ou non consommateurs à la date de l’enquête). Les conclusions de cette étude avaient été relayées par les médias, ainsi que par la communication de Coca-Cola, co-financeur de cette étude5. En juin 2012, des journalistes d’Arrêt sur images mettent en doute les études du CRÉDOC qui seraient orientées dans le sens des entreprises qui les financent6.

      Parmi les clients du CRÉDOC, on compte des entreprises de tous secteurs (Danone, Orangina, Panzani, Bongrain, GDF-SUEZ, RATP, Henkel...) des distributeurs (Carrefour, Auchan, Monoprix...) des organismes publics ou parapublics (Ademe, Caisse Nationale des Allocations Familiales, Pôle emploi, Agence Nationale pour la Cohésion Sociale et l’Égalité des Chances..."

      Source wiki


    • Je vous remercie sincèrement car j’aime quand les choses sont dites mais aussi quand elle sont justifié objectivement. Quand vous en parliez dans vos messages précédent c’était plus une réaction d’agacement qu’une véritable réponse qui mettrait en échec la crédibilité du chiffre,j’aurai pu chercher c’est vrai mais c’était à vous de fournir la preuve du moins des pistes pour vérifier et c’est chose faite voilà merci.


  • Un résumé de la problématique d’un modèle agricole "intensif", ce modèle est mort, ça n’est qu’une question de temps ; la réhabilitation des sols est un des sujets majeurs pour la survie de l’humanité. Merci à Claude et Lydia Bourguignon qui sont des gens formidables, généreux, intelligents, altruistes.


  • C’est aussi un grave problème de sante publique.
    Les petites bestioles ne peuvent survivre dans les sols detruits/empoisonés quid des grosses bestioles (les hommes) ?


  • Je suis végétarien depuis + de 40 ans et ne mange que BIO (le fait de ne pas ingurgiter de cadavre compense très largement au niveau de mes dépenses le fait de manger bio ; dans les supermarchés, je suis toujours effaré et consterné par le volume de viande que le peuple consomme, une attirance pour la bidoche qui semble être d’autant plus importante que les autres aliments sont raffinés et frelatés).

    E&R se constitue en parti politique et c’est très bien.
    Il pourrait commanditer une étude nationale et en son propre nom : la comparaison des régimes alimentaires (la pollution comme en Bretagne où ça empeste la merde de cochon, le gaspillage des ressources et impact sur la santé). Il serait temps que cette question soit abordée par les politiques.


  • C’est passionnant de savoir enfin comme le système agro et foresto marche.
    Néanmoins on est toujours à la même question : qui bosse ?
    C’est bien beau de dire ça marche comme ci faudrait faire ça, beaucoup des générations passées auraient voulus le savoir même si intuitivement ils avaient des bases mais pas toutes. Aussi ça peut servir en cas de situation à venir très dégradée.

    Après qui prendre la binette ? ou la grelinette ?
    En Chine ça se fait car il y a encore pas mal de masses dans l’arrière pays, mais dans la vieille Europe ?


  • C’est une très bonne vidéo, etc. Je suis tout à fait d’accord avec ce qu’ils disent... Mais cette vidéo vient directement du Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie... Il n’y a pas un problème quelque part ?


  • Locataire dans un studio en rez-de jardin , je viens de commencer une butte Hugelkultur remplie de vieux bois devant ma porte d’entrée . Mon propriétaire et ami qui m’avait pourtant donné son accord pour que je crée mon petit potager a failli faire un infarctus en voyant la tranchée remplie de bûches et de branchages . Il m’a ordonné de faire disparaitre le plus rapidement possible mon intolérable bazar biologique . Voulant défendre ma cause en prononçant les mots " permaculture " et " vers de terre" ,j’ai provoqué chez lui la même incompréhension qu’il y a un mois en lui expliquant le phénomène " Charlie" .

    En politique comme en vie du sol , c’est hypnose pour tous . Je vais quand même revenir à la charge en lui expliquant le principe de la Worm Tower que je compte bien expérimenter .

     

    • A première vue la comparaison agriculture bio / réactions à Charlie pouvait paraitre incongrue mais en vous lisant c’est tout à fait pertinent et juste ! Il faut revenir à la base et sauver les verres de terre sans quoi nous serons perdus..

      Que votre expérience soit positive !

      Vincent