Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’armée française prise à partie en Centrafrique

En mission de reconnaissance dans la région de Batangafo, dans le nord-ouest de la Centrafrique, la force française Sangaris a été massivement attaquée par les rebelles centrafricains de la Séléka.

D’après les informations rapportées par Le Figaro, l’état-major des armées françaises a indiqué que des affrontements ont opposé dans la journée du lundi 4 août des militaires français à des hommes armés appartenant probablement à la Séléka. Ces affrontements se sont produits dans la région de Batangafo.

La force Sangaris a été prise à partie au cours d’une mission de reconnaissance. L’état-major a indiqué dans un communiqué : "Ce matin (lundi) alors qu’elle était engagée dans une mission de reconnaissance, la force Sangaris a été violemment prise à partie par un groupe d’une centaine de combattants lourdement armés dans la région de Batangafo. Face à l’agressivité de ce groupe, elle a fermement riposté avec l’appui d’avions de chasse Rafale venus de N’Djamena et d’hélicoptères de la force Sangaris", précisant qu’il n’y avait aucun blessé dans les rangs de la force française.

L’état-major a en outre annoncé que cette patrouille de reconnaissance intervenait à la suite d’affrontements qui se sont déjà produits dans ce même secteur entre des Séléka et des Anti-Balaka, il y a quelques jours. Ces affrontements surviennent alors que fin juillet les rebelles centrafricains de la Séléka, majoritairement musulmanes, ont signé à Brazzaville un cessez-le-feu avec les milices chrétiennes "anti-balaka". Cet accord apportait un espoir de paix dans ce pays plongé dans le chaos depuis mars 2013.

De son côté, le bureau politique de l’ex-Séléka se dit surpris de la conduite des troupes françaises contraire aux accords de cessation des hostilités signées à Brazzaville. "Un convoi de six véhicules de la force française Sangaris et huit véhicules des Anti-Balaka … avec le soutien de deux avions types mirages et deux hélicoptères, ont ouvert le feu sur les éléments …", a dénoncé le bureau politique dans un communiqué publié le 4 août et cité par l’AFP.

"Nous prenons l’opinion nationale et internationale à témoin sur ces agressions contraire à la lettre et l’esprit de l’accord de Brazzaville et exprimons notre étonnement par rapport à l’attitude de l’État centrafricain et des forces internationales présentes en RCA qui n’ont en aucun moment condamné ou dénoncé ces agressions", conclut le communiqué en précisant que plusieurs pertes en vies humaines et de nombreux blessés ont été déplorés suite à la brusque attaque des soldats français appuyés par certains miliciens Anti-Balaka.

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #924276

    C’est plutôt ces "rebelles" centre africains qui ont été pris à parti par les troupes françaises.


  • Des agents israeliens ont probablement PAYE les Seleka pour qu’ils attaquent les Francais, pour les Israeliens il ne faut surtout pas qu’un accord de paix soit durable entre musulmans et chretiens, ils cherchent par tous les moyens a dresser le peuple centre africain contre les Francais : ils cherchent a provoquer des emeutes anti francaises comme en Cote d’Ivoire en 2004 , qui amenerent 2/3 des francais a rentrer definitivement en metropole ; ils laisserent la place aux entreprises israeliennes .


  • On n ’a rarement le point de vue de l ’adversaire...
    Qu est ce qu ils appellent "mission de reconnaissance"
    On croirait que les soldat français se promenaient tranquillement en sifflotant quand les méchants séléka les ont attaqués.
    Bien sur on ne le saura jamais mais ça sent la provocation surtout s ils "patrouillaient avec les anti balaka"
    Ils sont censés être une force d interposition et non prendre parti.


  • Mais si une paix était entrain de s’installer, alors qu’est-ce que fout l’armée française là-bas bordel ?!


  • En s’éternisant, notre présence ne fait que se conclure par un fiasco politique. On n’a pas les moyens de ce genre de politique, ferait mieux de rester chez nous merci Naboléon


  • #925209

    Une guerre inutile où des membres de notre famille y laisseront. Combien de génération d’enfant perdu dans les dernières menées et qui seront remplacées par mes cousins d’afrique ou d’Asie ?


  • #927287

    Il n’y a plus d’armée française mais une bande de mercenaires au service des intêrets économiques hexagonaux.....