Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

L’enseignement de la Shoah jugé contre-productif par un responsable de la propagande

Ça fait du bien de voir nos analyses confirmées par le camp (idéologique) d’en face. Depuis le temps qu’on avertit les autorités sionistes que leur propagande shoatique est complètement à la ramasse, qu’on ne peut pas bourrer le mou de millions de Français et d’enfants avec la culpabilité, une culpabilité française, s’entend. Et que cette propagande produit logiquement un effet inverse : non cet « antisémitisme » tant fantasmé par la DILCRAH ou le CRIF, mais un rejet des méthodes d’intoxication de toute une population qui n’est pour rien dans la persécution des juifs européens de 1933 à 1945.

 

À Sup de Shoah, on apprend tout par cœur sans comprendre et on recrache devant les caméras

 

On le répète encore une fois, pour les durs de la feuille : la Shoah c’est les Chleuhs, pas les Français. Et ce ne sont pas les quelques Français qui ont collaboré qui vont changer cette réalité, même si les autorités sionistes s’appuient sur ces collaborateurs (il y en a dans chaque guerre ou occupation) pour maintenir la pression sur tout un pays. Il était temps que ce délire mémoriel s’arrête, et il va s’arrêter. Mais pas pour nos beaux yeux de Français patriotes qui refusons la sentence éternelle, comme François Mitterrand devant Jean-Pierre Elkabbach : parce que la méthode de bourrage de mou quotidien est inefficace.

Elle a produit toute une génération de jeunes rétifs à la Shoah, car pour eux, Shoah équivaut à bourrage de mou, pas à histoire précise et circonstanciée de la persécution, dont ils savent d’ailleurs peu de choses. Au lieu de nous emmerder avec une culpabilité construite de toute pièce, il vaudrait mieux enseigner l’Histoire, et l’Histoire profonde, aux jeunes. Tout le monde a à y gagner, et ça ferait baisser cette tension artificiellement maintenue par les ultras du shoatisme, il n’y a pas d’autre mot.
Le Monde du 30 janvier 2020 rend compte de la stérilité de la propagande.

Iannis Roder, professeur d’histoire-géographie dans un collège de l’éducation prioritaire, auteur déjà de plusieurs ouvrages sur l’éducation, est responsable des formations au Mémorial de la Shoah. Il n’en est pas moins confronté à « l’antisémitisme virulent et décomplexé » de certains élèves, « issus de l’immigration, principalement maghrébine ou subsaharienne ». Une formulation politiquement incorrecte qui lui vaudra d’être accusé de stigmatisation, même s’il se garde de généraliser, s’attache aux nuances et rappelle que l’antisémitisme n’est pas dépourvu de racines chrétiennes. Symétriquement, il sera loué par ceux qui aiment répéter, sans égards avec les faits, que l’on ne peut plus enseigner la Shoah.

Iannis Roder propose ni plus ni moins de « sortir de l’ère victimaire », on ne le lui fait pas dire. Et qui dit victimisation dit culpabilisation. Mais comment vont faire les ultrasionistes qui font pression sur nos gouvernements successifs pour conserver leur influence s’ils renoncent au levier de la culpabilité française, une culpabilité admise à tort par Chirac en 1995 ?

En même temps c’est leur problème, ils ne pourront pas indéfiniment imprimer leur version des faits dans des têtes de plus en plus rétives, car formées à l’information dissidente, ou alternative, sinon différente, pour ceux qui n’aiment pas les grands mots.

Cependant, quand on lit bien l’article du Monde, on voit qu’il reste du boulot à faire. L’éducation à la Shoah aurait dû empêcher les meurtres de juifs, qui sont, on le rappelle, résiduels en France. Mais on en entend énormément parler, comme s’il fallait absolument trouver un fil entre la Shoah d’hier et les microshoahs d’aujourd’hui, comme si tout revenait toujours à Auschwitz. Quand un taré tue une vieille dame, ce qui arrive malheureusement trop souvent, il ne se passe médiatiquement rien si la dame n’est pas juive. Si elle l’est, le grand orchestre se met à jouer et on retombe toujours sur Auschwitz, comme un chat sur ses pattes.

 

Iannis Roder prône « l’évangélisation républicaine »...

Son nouveau livre mérite pourtant bien mieux que cette polarisation et en constitue même une entreprise de dépassement. C’est en praticien qu’il en est venu à prendre acte de ce qui lui apparaît comme un échec collectif et à prôner une nouvelle approche, proposant de « sortir de l’ère victimaire ». L’échec, c’est le constat, glaçant, que le « plus jamais ça ! », appuyé sur la mémoire, l’émotion et la compassion envers les victimes, ne fonctionne plus et n’a pas empêché, ces dernières années, l’impensable : des juifs, en France, ont été tués en tant que juifs. L’invocation de la Shoah n’est pas le bouclier que l’on croyait contre le retour de la haine.

Que Iannis Roder et Le Monde se rassurent, en quelque sorte : il y aura toujours des meurtres en France, hélas, et donc, proportionnellement, quelques meurtres de juifs sur les centaines de meurtres de non-juifs, s’il faut compter comme cela. Nos têtes pensantes, toujours dans le faux, cherchent désormais le moyen d’obtenir le même consentement, mais sans la force, ou la loi.

Partant de ce constat, Iannis Roder, combatif, ne s’y installe pas et s’attache à faire l’inventaire de tout ce qui n’a pas marché ou ne marche plus. L’approche par l’émotion, analyse-t-il, a nourri la concurrence victimaire en donnant « l’impression d’une confiscation de la compassion », les juifs apparaissant « comme ceux qui accapareraient le statut de victime ». D’où, par exemple, les détournements du mot « génocide », appliqué aux Palestiniens de Gaza ou à l’oppression coloniale, et la dilution de la spécificité historique de la Shoah comme entreprise obsessionnelle d’élimination totale.

 

Toute propagande massive produit sa résistance, et il sera difficile pour Iannis Roder de trouver un moyen neutre ou impartial d’enseigner la Shoah, s’il veut toujours en faire quelque chose d’unique, d’indépassable, alors que les massacres, les ethnocides ou génocides ont toujours existé dans l’histoire de l’humanité. Peu importe le moyen, pourvu qu’on ait la fin !

Le malheur dans cette histoire, au-delà des vies perdues il y a maintenant presque 80 ans, c’est l’énergie et l’argent engloutis dans un combat stérile, celui qui consiste à faire pleurer dans les chaumières et à culpabiliser des innocents. Si les enfants des déportés, vivants ou morts, ont à juste titre des séquelles psychologiques, en quoi les Français sont-ils des descendants de bourreaux pour autant ?
C’est pourquoi, quand la pression shoatique se fait trop forte sur les Français, une partie de ceux-ci détournent le tir vers Israël et sa politique de conquête territoriale, carrément du Lebensraum, et d’éradication d’un autre peuple, qui était là avant, les Palestiniens.

Toujours les sionistes auront cette épine dans le pied qui ruine leur combat médiatico-politique, qui pourrait être juste et honorable, sur la Shoah. Mais qui, aujourd’hui, ignore les souffrances des juifs pendant la guerre ? Personne, pas même les Palestiniens. Ce qui est tordu, c’est la récupération de la souffrance des juifs des années 30-40 pour en faire une souffrance et une victimisation contemporaine exploitables.

Tous les juifs ne sont pas des survivants d’Auschwitz et tous les non-juifs ne sont pas des nazis !

« On voit qu’Hitler par exemple, est devenu un des personnages référents de l’histoire de France »

À ne pas manquer, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

89 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • le plus amusant dans tout ça,c’est que les plus virulents anti-shoatistes(moi au mieux,né en 1953,je n’y suis pour rien,mes grands-pères ont fait la guerre de 14,mon père celle de 39,et puis leur histoire j’en ai trop rien à foutre,meme si j’imagine que c’était une mauvaise période pour beaucoup de gens),sont les descendants directs de ceux dont en 1980,sous mitterrand,ils appelaient la venue,à grand renfort d’antiracisme,car,qui à l’époque,manoeuvrait à la tete de toutes ces assoces à la noix,et qui les avait créées ?ça s’appelle l’effet boomerang.


  • Une petite fille récite : "Nous avons eu la chance de visiter le Pletzetl, l’ancien quartier juif de Paris. "

    L’équivalent Paris des Shtetl d’Europe centrale, du ghetto de Varsovie, en quelque sorte.

    Sauf qu’il n’a jamais existé de ghetto juif à Paris, ni de quartier juif, c’est-à-dire réservé aux juifs et où ils vivent entre eux . Il y a eu au Moyen-ëge une rue des Juifs près des Halles, minuscule, comme il y a eu une rue des Lombards, ce qui voulait dire rue des usuriers.

    En cherchant ce Pletzel, il s’agirait d’après Wikipedia de la Place Saint-Paul, rue de Rivoli, métro Saint-Paul, qui serait l’ancienne petite-place qui se dit en yidish "Pletzel".

    Que des Juifs frais arrivés des ghettos d’Europe centrale aient appelé la Place Saint-Paul : "petite place" dans leur idiôme yidish, admettons, ça n’en a pas fait une place juive.

    Cette place tient son vrai nom de l’église Saint-Paul, ancienne église de l’ordre des jésuites qui l’ont construite, première égise à Paris de style baroque, qui est le syle jésuite et de la Contre-réforme.

    Il y a eu des Juifs qui ont habité dans le Marais, mais ça a toujours été une toute petite minorité de la population du quartier qui est surtout un ancien quartier aristocratique avec des splendides hôtels particuliers : Archives nationale, Colbert de Villacerf, Carnavallet, Musée Picasso, etc..

    Ce n’est pas dans le Quartier Saint-Paul, ni dans le Marais que les Juifs ont construit leur plus ancienne synagogue, celle des Victoires qui est dans le IXe à côté de l’église de la Trinité. Ni qu’ils avaient leurs commerces de confection mais dans le Sentier. Les Juifs bourgeois habitaient le XVIe arrondissement avec les autres bourgeois.

    On apprend aux petits collégiens naïfs des histoires entièrement fausses sur les Juifs.

     

    • "..des histoires entièrement fausses..."celà ne s’appèle-t-il pas un mensonge ?
      Et pour cacher un mensonge,ne faut-il pas un nouveau mensonge ?
      De mensonges en mensonges...


    • Vous soulevez un problème : la micro-histoire. Il y en a beaucoup qui s’appuie dessus pour réécrire l’Histoire...


    • @PL
      Il y a un parallèle à ne jamais perdre de vue, plus on va bourrer le crâne des gens avec la shoah et plus on dilue les droits des palestiniens dans l’oubli, voire la négation. C’est assez frappant au cours des années cette évolution, la shoah est devenue le premier représentant argumentant seule pour les sionistes le grand israel. Les européens ne sont que des idiots utiles dans cette histoire, ils recevront le retour du boomerang datant de la seconde guerre mondiale entre les dents, simple question de temps, mémoire ou pas. Les lumières, la haine et la vengeance, ils les cultivent. A moins d’un arrêt totale des colonisations et d’une création d’une terre palestinienne vivable. Trump prépare la catastrophe pour les européens dans les 50 ou 60 ans à venir.


  • Ma Fille a été participer à la Journée de Défense et de Citoyenneté (Alsace). Compte-rendu (en diagonale) :
    - Journée bien organisée, bon accueil, encadrement sympathique et sérieux ;
    - Sujets abordés par les Militaires d’encadrement (Défense et Citoyenneté), conformes (n’ouvrant pas à polémique du moins) ;
    - Ah, si, (dixit) un Gendarme nous a demandé si on connaissait la Choa, il nous en a parlé...
    J’ai alors donné mon avis, mais là c’est « cadre familial », je ne m’étends pas. Je suppose que nombre de Parents ont un rôle « pédagogique » de bon sens et de juste mesure qui remet les pendules à l’heure, et ce plus qu’on ne croît... Pour l’instant.


  • Disons que ce n’est plus nécessaire vu que l’Occident est en ruines et que le transhumanisme frappe à la porte...


  • Ce type voit loin : les jeunes "matheux" risquent de se questionner...

     

  • en fait il faut l ériger en discipline scolaire

    en créant un master 1 et 2 voir un dea

    pour l agrégation attendons un peu


  • Heureux de cette évidente réalité décrite dans le paragraphe d’intro.


  • toute une population qui n’est pour rien dans la persécution des juifs européens de 1933 à 1945. d’autant plus que certains français sont à des milliers de km de l’Europe
    et dont beaucoup de leurs proches ont combattu le Nazisme et morts pour l’armée française , beaucoup plus que les planqués de la télévision qui agitent leur drapeau alors qu’ils ne parlent jamais des innocents morts en Syrie ou même de l’abandon lâche des kurdes par toute cette racaille planquée au chaud qui fait toujours bosser les autres à sa place


  • Pauvres gosses , obligés d’ingurgiter toute cette propagande mensongère dont un des résultats et pas des moindres sera une certaine détestation de leur pays et de son histoire . Plus un formatage destiné a réduire toute analyse a une vision binaire du monde et de la politique .


  • l’antisémitisme virulent et décomplexé » de certains élèves, « issus de l’immigration, principalement maghrébine ou subsaharienne ».
    Analyse complètement con de ces manipulateurs. Assurément, au sein des familles Chrétiennes de France, le discours est quasi le même (avec la souplesse Catholique de bon aloi, du genre n’appelons pas à l’éradication mais, quand même Merde, qu’ils se démerdent).
    Non, finalement, et l’article le montre, « On » commence à en avoir marre...

     

  • Dans le lycée professionnel où j’étais, l’enseignement professionnel représente 60% de l’emploi du temps de la semaine.(3 heures par semaine max de cours de français-histoire-géo).


  • Il aurait fallu détruire Auschwitz, c’est devenu un lieu de pèlerinage "pratiquement obligé".et ce n’est jamais bon de conserver des vestiges de guerre car cela en entraîne une nouvelle... Mais n’est-ce pas le projet ?...

     

    • Marie-Claude - C’est du bon sens... Je pense qu’il faut aussi dynamiter tous les blockhaus en France, sur la côté Atlantique, etc.


    • Pourquoi vous voulez dynamiter le Blaukaus du Mur del’Atlantique ?

      Personne ne les utilisent pour faire de la propagande.

      Un historien s’est intéressé aux fortifications de Belle-ïle par les Allemands pendant la WW2, et il en a fait un livre où j’ai appris des choses que je n’aurai pas imaginé.

      Tous les bunker ont été construits par des ouvriers libres qui étaient payés 50 % de plus qu’un ouvrier normal, ce qui fait que les patrons français avaient du mal à recruter du personnel, d’autant plus qu’il y avait beaucoup d’homme prisonniers. Un grand nombre de ces ouvriers étaient des républicains espagnols qui se sont reconvertis en FFI à la fin de la guerre.

      Il y avait un réseau de cables téléphoniques qui rejoignait les différents blockaus sur les côtes, la gaine passait dans les fossés des routes sans être enterrée. L’un d’eux a été saboté. Le commandant allemand a capturé 12 hommes comme ôtages qu’il a condamné à faire la garde dans des casemates avec des soldats allemands pendant 40 jours. Le première nuit, l’un d’eux est littéralement mort de peur. Gros scandales, rumeurs accusant les Allemands de l’avoir assassiné, et le commandant les libère tous pour ne pas avoir toute la population sur le dos. Les habitants ont été reconnaissants de cette indulgence, car les ôtages auraient dû être fusillés. Il n’y a pas eu d’autres sabotages jusqu’à la capitulation de l’Allemagne.
      Les soldats et leurs officiers se sont constitués prisonniers, ils ont été débarqués à Quiberon ou des soldats FFI les ont fusillés.

      On apprend aussi que les Anglo-américains avaient planifié deux débarquements, celui de Normandie et un autre à Quiberon qui a été décommandé parce que celui de Normandie n’a pas rencontré d’opposition réelle. Il y a dans ce livre une reproduction d’un plan américain des bombardements qui auraient dûs être faits pour préparer le terrain : Belle-Île et Quiberon auraient été entièrement écrasées sous les bombes. Auray, Vannes, Carnac, Sarzeau, Pénestin, Le Croisic, Pontivy, Ploermel auraient eu le même traitement que Caen.


    • PL - Vous cherchez la petite bête, là où il n’y a rien à chercher... ni à trouver, du reste !
      C’est du bon sens : je trouve tous ces blockhaus laids et de plus, visuellement, ils encombrent le paysage... La première fois que je suis allée à Calais, j’ai été surprise par la vue de ces énormes blocks de béton qui sont des constructions de guerre et qui surplombent toujours la falaise, après tout ce temps passé. Je ne savais pas qu’ils étaient encore là. Si j’avais eu des responsabilités municipales, par exemple, il y a longtemps que j’aurais fait sauter tout çà à la dynamite pour laisser la nature reprendre ses droits et nous donner de jolis paysages qui font du bien à l’œil et au coeur. L’être humain ne se nourrit pas seulement de pain, mais aussi et surtout de beauté à tous les niveaux. Et je pense aussi aux enfants à qui l’ont impose dès le plus jeune âge, de pareils laideurs.
      Trop simpliste peut-être pour vous ! Je passe mon chemin.
      Bonne nuit !


    • En plus, l’idée du mur de l’Atlantiques est loin d’être sotte. Elle reprend l’idée du blocus continental de Napoléon. C’est à reprendre. Il faut barrer le route maritime aux yankees et les mettre sous embargo. Il est anormal que ce soit eux qui le fassent , c’est eux qui font le blocus à volonté en affamant des peuples. Affamons les ! .

      Plus un grain de blé plus un bœuf ne doit entrer en Europe. C’est la seule manière de se débarrasser de cette Amérique satanique. Couper la route du chewing gum.

      Si l’Allemagne hitlérienne a eu une bonne idée, c’est celle-là.


  • tout ça pour en arriver là ….. comme pour le Brexit , ils nous bassinent toujours avec des thèses que personne ne contredit à part Zemmour , invitez des gens sérieux avec des débats qui feraient avancer les choses - de quoi avez-vous peur si vous maitrisez bien le sujet !!!! envoyez le fisc ou les flics chez les gens ou même des milices dans certains endroits ne fait qu’augmenter la curiosité des gens pour découvrir la vérité puisque personne ne vous fait confiance depuis les armes de destruction massive de l’Irak


  • Enseigner la Shoah oui à condition de montrer aux gosses les arrestations d’enfants palestiniens,les destructions d’habitations pour établir des nouvelles colonies et le saccage de récoltes ou d’arbres fruitiers pour priver les palestiniens d’un petit revenu.

     

    • j’ai déjà vu des documents sur l’incruste dans des maisons palestiniennes pris de force par ces colonisateurs installés là par les nations - unis ( encore une idée d’origine américaine regroupant 193 États et comme par hasard , personne ne les voulait chez eux ) et dès le lendemain du vote, la guerre civile éclate entre les communautés palestiniennes juive et arabe.


  • Contrairement à ce que vous dites le bourrage de crâne lié à la shoah porte ses fruits : J’ai entendu un jeune noir de banlieue dire lors du voyage de Macron au Mémorial des Déportes en Israel dire : "l’étude de la shoah m’a permis de comprendre comment l’être humain pouvait être méchant !!! " . Etonnant non pour un jeune noir dont le peuple a subi pendant plus de 400 ans le pire des crimes contre l’Humanité:Celui qui consiste à dire à un Homme qu’il est un bien meuble ! .

     

    • Chez moi au contraire, j’ai été abasourdi d’entendre ma fille dire à la maison qu’elle commençait à en avoir assez de l’enseignement de l’Holocauste à l’école. Que les malheurs de juifs en Histoire et ailleurs ça commençait à la saouler, que c’était too much... Elle avait 17 ans et elle était en première.


    • A JLD, J’espère que vous vous êtes montré pédagogue, comme d’ailleurs nombre de Français je suis sûr, en conseillant à la Petite de ne pas prendre officiellement position (le rayon !), tout en lui expliquant... Bien sûr, ça ouvre à le réflexion de la Jeunesse, à une résistance « qui couvera », mais n’en est-on pas là ? Sur un média trottoir assurément les réponses sont bien différentes du débat « Off »...


  • La shoah ? Je reprendrai de la tarte Tatin. Et les enfants, vous avez bien compris : on répète la leçon pour avoir une bonne note, le reste, je vous expliquerai


  • collégien de 2001 à 2005, mon lieu de pèlerinage était à l’ouest, le mémorial de Caen & les plages du débarquement ;(normandie).


  • Aucun psy pour enfant ne dénonce les ravages émotionnels et psychologiques de ces gosses très jeunes que l’on traîne de force dans ces camps d’horreur ou l’on en rajoute dans la souffrance !! Les séquelles sont réelles sur des enfants sensibles ne connaissant rien à l’Histoire, ni aux tenants et aboutissants de la 2nde guerre mondiale ! Beaucoup d’enfants, sensibles par nature, en sortent traumatisés ! C’est purement de la maltraitance jamais dénoncée, ni jamais condamnée ! Ce bourrage de crâne et cette propagande sont une HONTE !

     

    • @sous-France infantile

      J’ai vu une vidéo où un groupe d’enfants Israëliens visitait le camps d’auschwitz et qui a été interviewé après. Certains pleuraient à chaudes larmes, d’autres non et disaient qu’ils ne ressentaient rien et s’en voulaient beaucoup. Là je me suis dit que l’on traumatisait ces enfants pour de longues années, d’autant que le matraquage va continuer.


    • Assez d’accord ! J’ai le souvenir qu’en classe de CM1, notre charmante professeur (j’aurais volontiers fait une macronade) nous avait projeté le film sur Jeanne d’Arc, qui a bien des égards est bien plus instructif et plus sain pour la jeunesse que des longs films exhibants des corps souffrant et des cadavres. Vers la fin du film, la scène du bûcher à la fin avait retourné le bide de plus d’un de mes camarades. Juste pour illustrer le fait que je m’en souviens encore 20 ans après, les images qui provoquent des émotions fortes marquent à vie !


    • Gaëtan - C’est un constat qui rejoint nos traditions : les garçons doivent être enseignés par des hommes... et les filles par des femmes. Je ne vous fait pas la morale, c’est simplement une question d’énergie vitale. C’est objectif, pas subjectif.


  • Je repense à cette gamine qui a prit la parole pour insulter les musulmans en ligne, et je constate que pour ce genre d’acte il n’y a aucune loi sur " la haine en ligne " qui s’applique , non au contraire, c’est soutien total , encouragement et "droit au blasphème" .
    Non pas que je cautionne ceux ( tout autant attardés qu’elle) qui l’ont menacé , mais ça donnerait presque envie de faire une vidéo a mon tour , moi aussi au nom du droit au blasphème, pour dire tout le bien que je pense d’une certaine religion de pédophiles et d’escrocs, ( je donne mon avis en généralisant exactement comme cette jeune fille à donné le sien en généralisant ...façon Charlie)
    j ’imagine que j’aurais à mon tour le soutien de toute la classe politique.


  • La nouvelle religion d’État !
    "Il n’y a de Dieu que Dieu et le Crif est son prophète (de malheur)"

    El Crif wakbar !


  • Oui il y a clairement un ras le bol général de sortir à toutes les sauces la shounia (chez les moins de 30 ans, j’entends). Ca explique en partie le succès de Dieudo, qui fait rire aussi bien les Blancs que les Noirs.
    Bon de là à dire que tous ces gens soient éveillé, ou sortis de la Matrice, n’exagérons rien. Mais la bonne nouvelle est là : le bourrage devient contre-productif, même en Allemagne, c’est dire !


  • choa ad nauseam et ad vomitum. Ca fait gerber la choa.

     

  • Désormais il va y voir Shoah dès le lever, pendant le petit déjeuner, le déjeuner, le goûter, le dîner, le souper,… avec remplissage du QCM Blanquer le soir. Pour toute note inférieure à 17/20, l’EN proposera un soutien à domicile d’une à deux heures par jour, voire pendant les week-end afin de devenir incollable et, à très court terme, totalement passionné et au point (empathique, totalement perméable à La Souffrance des Lumières) lors du pèlerinage à Auschwitz-Birkenau, réalisé en totale immersion, qui se déroulera pendant les grandes vacances scolaires (les zones A, B, C et les calendriers seront réaménagés en conséquence, dans cent ans sûrement encore ).
    Des sites web éducatifs, des ateliers pédagogiques avec brainstorming « pour que plus jamais ça ! » seront organisés et restitués aux formats numériques standards du marché : DVD blue ray 4K, jeux vidéo, son du crincrin encodé en FLAC 16bits, support papier : cahiers de vacances, posters "Non au Zyklon b !"… stickers et goodies et commercialisés par la maison d’édition Fernand Nathan.


  • putaiiin !! le prosémitisme sur le service publique, ça doit nous coûter 1 pognon de dingue !


  • Le noeud gordien demeure toujours le révisionnisme historique, désolé.....seule la vérité pourra rétablir une sorte d’équilibre....

     

    • Hélas, non...
      Le nœud de l’Histoire reste cette volonté qu’ont les peuples de choisir la vérité qui les arrange au moment qui les arrange.


    • @Grz
      Ce n’est pas exact, ces foules ignares sont forcées, par une entreprise de terreur mafieuse, vers le déracinement et l’acculturation, dans un vaste plan de soumission chaotique. En ce qui concerne les peuples inscrits dans une civilisation, une tradition, ils sont accompagnés dans leur cheminement de logique et de sagesse par un vaste corpus historique, scientifique et philosophique. D’où leurs réactions de rejet face aux assauts des succubes du faux pouvoir.


  • On nous baigne dans une terreur d’un passé pour que le présent nous paraissent toujours plus acceptable, mais l’horreur du présent n’a rien a envier à celle du passé.


  • Plus ils en parlent et plus ils me donnent la gerbe. C’est normal docteur ?


  • Y’a une manière de chialé particulière ou on chiale comme on le sent.

     

  • On parle d’enseignement alors qu’il s’agit de lavage de cerveau.. un peu de respect pour les victimes de l’endoctrinement que les médias font de nous !


  • Iannis Roder que j’ai bien connu a maintenant les cheveux blancs, mais toujours intelligent, responsable de toutes sortes de programmes shoatiques rémunérés.
    Il a compris que face au phosphore blanc, Shoah de Lanzmann c’est has-been. Le pilpoul c’est emmener les élèves dans une synagogue pour rigoler. Et valoriser l’oral, car il ne savent pas écrire au Collège Pierre de Geyter à Saint-Denis.
    Et faire parler faire parler des élèves de 14 ans ans qui ne comprennent rien, pour mieux les embourber. Céline parle parfaitement de l’embrouille permanente du baratin.

    On est dans une bataille d’image, revendre le pantalon à une jambe à l’heure de la G5 et des attentats.

    Beau lapsus de Léa, "Une minute de juif. " La minute de silence est forcément pour eux.

    Le gros Demorand avec son casque moitié mis est largement au-delà du ridicule.


  • Ras-le-bol de tous ces reportages sur la 2ème GM. Surtout sur Arte. Ils n’ont pas encore passé le cap de la culpabilisation, qu’on leur rappelle sans doute sans cesse. Pareil avec RMC découverte. Pas étonnant que nos gamins parlent de ça comme LE moment historique de notre histoire. Mais enfin, c’était seulement 6 ans dans l’histoire du monde. Merci de parler d’autre chose. Ou d’autres génocides ou ethnocides qui ont émaillé l’histoire de l’humanité. Ça nous changera... Moi, leur culpabilité, je m’en balec...


  • Evidemment ! Car toute transmission d’un savoir positif implique réflexion, interrogation, esprit critique...or avec tout ce qui a trait à l’histoire qui n’est pas une science exacte l’esprit critique peut amener au doute ! Or la transmission de la Shoah n’autorise pas le doute sous peine de sanctions légales. Donc en théorie soit il faudrait faire de la Shoah une religion qui relève de la foi avec ses dogmes au-dessus de toute critique, ce qui dans une société moderne est impossible car légalement le blasphème n’est pas interdit, de plus il serait techniquent difficile de faire d’un événement historique de ce genre une religion authentique...soit on considère la Shoah comme un événement historique parmi d’autres et donc devrait pouvoir être soumis à l’analyse critique. Donc de toute évidence ces deux scénarios ne sont pas applicables. La solution ? Et bien ils auraient du maintenir ce qui avaient toujours été fait, c’est à dire une sorte de traitement à mi-chemin entre ces deux modalités, c’est à dire parler de l’holocauste mais pas trop, juste ce qui faut pour faire en sorte à ce que les gens en aient connaissance, ne pas rentrer dans les détails, en parler un temps juste suffisant pour susciter une émotion et puis s’arrêter juste à temps avant que l’esprit critique se mette en branle...finesse et subtilité...mais si on fait rentrer dans les cerveaux à grands coups de masse l’enseignement de la Shoah cela va automatiquement chez les uns exciter l’esprit de contradiction, chez les autres la curiosité intellectuelle et l’esprit de recherche pour en savoir plus avec le risque de prise de conscience que finalement à l’image de beaucoup d’autres "faits" historiques les éléments matériels peuvent être peu abondants, certains aspects techniques difficiles à expliquer et par voie de conséquence semer le doute.


  • L’on trouve des classes et d’autres lieux bien moins académiques où est enseignée la Shoah et qui se trouvent fort bien renseignés cependant que les étudiants ont un degré de compréhension élevé et une volonté de savoir hors du commun : mais seuls, les plus forts y sont.


  • "La Shoah c’est les Chleus pas les français" totalement d’accord avec E&R mais aussice que l’on entend jamais (y compris chez E&R ?) est que c’est assez scandaleux de mettre ça sur la tronche des français car que je sache quand les juifs étaient persécutés avant la guerre, les juifs trouvaient refusent en France. La France les accueillait. Pour les protéger. C’est un fait indiscutable. Puis ensuite la France a déclaré la guerre à l’Allemagne. C’est aussi un fait. On ne marchait pas main dans la main avec l’Allemagne. Donc guerre et défaite française on est bien d’accord. C’est cela qu’on nous reproche ? D’avoir perdu ?

     

  • #2377700

    Marre d’entendre parler de " shoaaaaa " , dés que ça en reparle , systématiquement on zappe pour avoir la paix !
    On dirai qu’ils ne savent pas ce que c’est la paix , on dirait qu’ils sont en guerre permanente contre le monde entier , ils sont paranos à un point ou bien que tout le monde les envies .
    Ces adeptes on vraiment un problème , qui doit relever de la psychiatrie ...
    Personne ne parle jamais ou presque d’autres génocides , de bien plus grande ampleur !
    Tout ce qu’ils ont réussi à faire , c’est montré au monde entier , qu’il y en a que pour eux ! et que ça cache leurs saloperies !
    Grave erreur !


  • Chirac était très fort, pour faire culpabiliser les autres, au sujet d’évènements qui ne les concernaient pas. Mais lui, surnommé : "Le Grand" a-t-il jamais culpabilisé de l’assassinat commandité de Robert Boulin ?


  • De manière générale, il est à remarquer que c’est toujours quand la Vérité est altérée, cachée, quand l’erreur triomphe, qu’on en impose l’étude à la jeunesse.
    Cependant, une réaction se produit, la contradiction naît, c’est-à-dire l’effort pour renverser l’interprétation nouvelle et ramener l’idée à son origine, et ce n’est que sous l’oppression que la pensée s’éteint, s’arrête, hésite, du reste pour reprendre son élan aussitôt que la liberté renaît.


  • Comment, à l’heure de la séparation de l’église et de l’état, afin d’étouffer le catholicisme en France, peut-on introduire en force et de force une autre religion sous le nom de chaud ah !
    Ayant le pouvoir, ils interdisent aux autres ce qu’ils s’autorisent.
    Où sont-ils les représentants et défenseurs des autres religions ?

     

    • Si je puis me permettre cette remarque : bon constat et bonne réflexion !
      Dans une "halte spirituelle" j’ai été qualifiée de "complotiste" ; et pourtant je ne disais rien de particulier... peut-être ai-je été, pour quelques personnes, trop claire et trop réaliste dans une de mes phrases. C’est vous dire l’état de coma avancé de beaucoup de gens qui sont devenus des morts vivants ; ils rêvent leur vie ! Ils sont incapables de discerner la réalité et les faits, par eux-mêmes... c’est triste de passer à côté de la vraie vie ! Alors, quoi dire des Institutions dites religieuses de notre époque ?! A mon avis, elles sont complètement dans le brouillard et auraient bien besoin d’une boussole et d’une corne de brume ! Complètement à l’ouest comme on disait ! Complètement à la botte de l’idéologie matérialiste du système ; des idéologies du monde. Alors que "normalement" une religion devrait plutôt aider les personnes à se connaître elles-mêmes et à s’éveiller à Dieu ; à "relier" au Tout Autre, à La Transcendance... Ce qui veut dire concrètement : mettre l’attention de ses adeptes sur l’aspect transcendant et spirituelle qui sous-tend toute existence humaine... c’est pour çà que je suis un peu solitaire... car si j’ai bien compris le sens de la vraie vie, ce n’est pas vraiment le but principal recherché par l’Institution religieuse actuelle. De ce fait, je lis les Saints et les mystiques. Tous les autres théologiens et autres intellectualisants etc, m’ennuient et m’indiffèrent... Le temps imparti sur La Terre nous ait compté... Ils sont complètement absorbés dans l’éphémère et le relatif ; dans l’esprit du monde. Ils sont aussi occupés à maintenir leurs postes et le système dont ils font partie... ainsi le groupe est devenu sa propre finalité et s’est éloigné de l’Etre et de l’Esprit-Saint de Dieu. Voilà, c’est dit ! Souhaitons qu’ils se réveillent enfin... et le plus tôt possible. Il y a le feu à la Maison et ils n’entendent pas le tocsin qui sonne depuis longtemps !


  • C’est très amusant de voir que ces lycéens assis sur les marches sont habillés exactement comme des lycéens des années 1980.


  • Par contre l’éducation sexuelle est en marche !
    Ça zouk !

    « "Avant on mutait les professeurs pédophiles dans les Outre-mer" : les propos de Ségolène Royal provoquent l’émoi en Guyane »
    https://actu.orange.fr/politique/av...

    "Ça m’a rappelé cette période de souffrance, parce que j’ai fait les premières instructions contre la pédophilie dans le milieu scolaire", a expliqué l’ex-présidente de la région Poitou-Charente, fustigeant un "tabou". "Avant on mutait discrètement les (professeurs) pédophiles et si possible dans les Outre-mer comme ça c’était loin et on n’en entendait plus parler", a-t-elle poursuivi, racontant avoir subi "des menaces" alors qu’elle travaillait sur des cas de suicides d’enfants victimes d’agressions sexuelles.

    Merde mais qu’est-ce que ça fout là ?


  • cela fait partie de l’histoire de France mais il ne faut pas en faire une exclusivité historique, et malheureusement c’est ce qui se passe, car c’est pour une cause tout autre et un but déologique précis
    Tout ceci n’est que stupidité et bourrage de crâne .Une guerre, c’est toujours immonde et cruel, mais il n’y a pas de thermomètre comparatif à ce niveau, le faire est une erreur monumentale et contre-productive .
    L’histoire est ce qu’elle est, et chacun doit en juger à sa façon, mais en aucun cas vouloir en faire une arme idéologique .


  • Quand j’étais jeune, on ne nous parlait pas de la shoa ; ce mot était inconnu pour les gens du Peuple de France. On a commencé à nous parler de "l’holocauste" avec l’étude du "Journal d’Anne Franck" en classe de 6e... Bien sûr, nous nous identifions à cette jeune fille qui écrivait et nous partageait si bien son vécu...mais, c’est tout ! C’était une adolescente qui faisait écho aux cœurs des ados. Puis, il y a eu à la TV ce film "Nuit et brouillard." Je me souviens seulement de ces tas de cadavres... sur le moment, je n’ai pas vraiment compris de quoi il s’agissait, n’étant pas concernée. A 11 ans, on se construit en tant qu’adolescent... et c’est beaucoup, me semblet’il ! Les adultes ne doivent pas faire peser sur les pré-ados tous les malheurs du monde ; ce sont des considérations abstraites... d’autant que nous n’étions pas riches en France dans les années 50, début 60. Les photos et les documentaires de l’époque en sont la preuve irréfutable !
    Avec le recul : je constate que çà fait un moment qu’on nous conditionne à ce propos. A croire qu’il n’y a eu que ces gens qui ont eu des problèmes et qui souffrent sur La Terre ! Et puis la culpabilisation permanente, c’est stupide... Mon grand Père était un Résistant pendant la guerre, mes parents étaient enfants... de fait, je n’étais pas née.
    Conclusion : Je ne suis pas concernée par toutes leurs histoires macabres qui tournent en boucle. La culpabilisation, çà n’a pas fonctionné avec moi ; je n’ai jamais été dûpe.
    La vie se vit au présent de son être. C’est ce que nous dit Le Seigneur Jésus dans les Evangiles, à plusieurs reprises. Le Royaume des Cieux est au-dedans de nous et pour y entrer il convient de vivre, en conscience, Le temps présent... Ce qui ne veut pas dire de renier son passé et ses racines, bien sûr, mais il convient d’en tirer les leçons de vie pour mieux vivre le Présent et préparer ainsi l’avenir des générations futures, dans les meilleures conditions possibles.
    Ces gens ne sont pas de la même culture que nous : ils sont obsédés par "La Mémoire." et leur passé ; en particuliers tout ce qui est "négatif." Ils nous rabâchent sans arrêt un passé, que nous n’avons pas connu et dont nous ne sommes pas responsables. Ils nous ennuies et nous lassent... C’est à l’opposé de ce qu’est le Christianisme... je dirais même que c’est incompatible. A mon avis, ils devraient retourner chez eux et vivre entre-eux dans leur culture ; arrêter d’ennuyer le monde entier avec leurs plaintes sans fin.

     

    • A Patricia, Belle intervention.
      Moi (âge Soralien + 7), c’était l’inverse. Enfin, je veux dire que quand nous étions petits ma Grand-Mère qui avait connu l’atrocité (subie aussi au sein de la Famille, mais moins grave que pour d’autres évidemment), nous réunissait de temps en temps pour évoquer le « drame de l’holocauste », les « Justes » de la famille, Tom et Les Glières, la Patrie, le Drapeau, les soldats, et Pétain et tout. Il aura suffit d’une génération, et l’accumulation, enfin bref, aujourd’hui...
      Bien à vous,


    • Merci Rancunier - Comme quoi, c’était différent pour chaque famille ! Votre grand-mère était sans doute en souffrance. Je ne la juge pas, juste un constat. Cela a dû être pesant pour la famille, vous et les enfants... Au mieux, les adultes ne devraient pas faire porter leurs fardeaux aux enfants. Mon grand père était un Résistant mais il n’en parlait jamais... je l’ai appris après sa mort. Et pourtant, d’après ce que j’entends maintenant, et par comparaison, lui, était vraiment un Résistant. Il était de ceux qui, de manière anonyme et sans chercher de récompense ni de reconnaissance, ont défendu La France contre l’occupant et la milice, au risque de leur vie et de celle de sa famille. De même, il cachait beaucoup de gens... Maman était pensionnaire chez les sœurs, de fait ! Mon grand père respectait le Général de Gaulle... et moi aussi. Bonne fin de journée. Bonne continuation à vous, jour après jour !


    • Patricia ! Le Christianisme prône t-il ce genre de phrase ? :"A mon avis, ils devraient retourner chez eux et vivre entre-eux dans leur culture ; arrêter d’ennuyer le monde entier avec leurs plaintes sans fin."


    • - Les gouvernements ainsi que certains chefs dits "religieux" ont crucifié leurs Peuples et leurs fidèles. Ils devront en rendre compte devant l’Histoire et les Etres Humains, mais aussi et surtout devant Dieu.


  • Cette vidéo des gosses est clownesque.
    La mémoire des victimes -juives et autres- est bafouée.

    Thémistoclès


  • Pauvres choux à qui on injecte ce poison mais qui ne seront pas dupes très longtemps.
    Attention au retour kick comme sur les gros mono-cylindre.
    Ça peut faire très mal.


  • Mouais... De plus en plus de monde commencent à douter de cette extermination. Le fait que tous ceux qui sortent un tant soit peu des clous soit accusés de plein de maux imaginaires tout en étant assimilé à Hitler, par exemple comme Trump, commence à faire en sorte que beaucoup de gens en arrivent à se demander si Hitler était réellement coupable de tout ce dont on l’accuse.

     

    • De toute façon comme l’a découvert le Pr. Faurisson, au tribunal de nuremberg des arricles permettaient a l’accusation de se passer de preuves... le dire était la preuve, et la défense devait la fermer.

      L’histoire de la guerre a été écrite dans ce tribunal avec du vrai et de l’inventé... pour faire un scénario parfait a livrer aux peuples.

      On comprend le besoin de lois aujourd’hui pour interdire toutes recherches sérieuses, la propagande depuis le plus jeune âge nécessaire a « lélite ».. on comprend aussi pourquoi maintenant tout cela est vomi par un nombre grandissant de personnes... intuitions de mensonges+trop de gavage = rejet.

      Tant mieux ^^


  • La stratégie est simple
    Pourquoi freiner plutôt qu’accélérer ?


  • Date de l’invention : milieu des années 50 (holocauste)
    Date du changement de nom : milieu des années 80 (Shoah)

     

  • Cet ahuri de prof d’ histoire qui croit au vrai ( judeo américain protestant )et au faux ( tous les autres peuples & religions) : il doit, par exemple, enseigner à ses élèves ( programme scolaire oblige) que Staline est le pire des monstres à égalité avec Hitler (classés ds "totalitarisme ")sans se demander pourquoi le peuple russe considère Staline majoritairement comme le plus grand heros de tous les temps . Ce larbin a pour mission de soumettre les enfants musulmans au judaïsme tout puissant : pas de pleurniche pour les palestiniens et aller se prosterner dans un synagogue ! HALLUCINANT !
    Il ne comprend rien aux religions : un seul martyr a plus de valeur pour ses coreligionnaires que tous les martyrs de toutes les autres religions. Il n’a pas compris que les religions, leurs guerres, leurs dizaines de millions de morts sont irrationnelles et impossibles à hiérarchiser ( bien ou mal...c’est suivant ton camp).
    Quant à la vérité de la version officielle de l’histoire, il ne connaît pas la phrase définitive de Bonaparte : l’histoire n’est qu’une fable sur laquelle on s’est mis d’accord.
    IL FAUT NETTOYER LES ÉCURIES D’ AUGIAS : MEDIAS ET ÉDUCATION NATIONALE EN PRIORITE.


  • « la Shoah c’est les Chleuhs »
    Que l’on soit prudent à cause de la loi Fabius-Gayssot, je comprends, mais ce n’est pas une raison pour cautionner la version officielle à ce point…
    En plus, alors que Vincent Reynouard vient de recevoir le 2e prix Robert Faurisson et se lance dans une série de vidéos synthétiques, c’est d’une ironie certaine.


  • Après avoir bien entendu le prof. qui a fait des QCM en direction des enfants et dont le constat principal est : que les enfants sont obnubilés par la guerre, etc. je peux vous dire que si j’étais Maman actuellement, je ne laisserais pas mon enfant entre les mains de ces gens-là. Je lui épargnerais le passage par l’E.N. fabrique à républicain bornés... et je lui ferais l’école moi-même ou encore je le mettrais dans une vraie école non affiliée à l’Etat républicain franc-maçon matérialiste et mondialiste... Je le mettrais sans aucun doute dans une école religieuse, une vraie. où l’on respecte la Personne dans son être et son entièreté et où les apprentissages sont cohérents et traditionnels ; respectueux de l’innocence et de l’intégrité complet des enfants. Je peux en témoigner : j’ai connu les deux... l’école laïque et l’Institution religieuse. Je peux vous dire en pleine conscience que j’étais nettement plus à l’aise et que je travaillais mieux chez les sœurs. C’était peut-être plus strict, avec plus de discipline, mais au moins c’était plus cohérent et il y avait moins de bruit, plus de silence favorable à l’étude et à l’épanouissement harmonieux d’un petit être. Là, j’ai reçu des repères fiables et vérifiables qui m’ont été utiles dans ma vie, surtout dans les moments délicats, voire difficiles de mon existence. Dans l’école laïque, au lyçée, c’était l’incohérence : le bruit, la dispersion et l’agitation. Il y avait aussi, les injustices des profs qui favorisaient leurs préférées ; celles qui étaient bien dans le moule et possédaient bien les codes républicains, comme on dit maintenant ! Plus tard, je n’ai pas gardé les carnets de notes et de correspondance... j’ai réfuté l’autorité abusives de ces profs qui étaient loin d’être toujours à la hauteur. Je n’ai gardé que les diplômes que j’ai bien mérité... Ils ne m’ont pas vraiment servi car je n’avait pas de réseau relationnel influent. Pour conclure : je ne suis pas nostalgique de l’école laïque qui n’a jamais été "un ascenseur" social pour moi ni pour beaucoup de personnes. Je le sais maintenant ; c’est un leurre. Ce constat, je le valide, plus encore, avec le temps.
    - Nous sommes les esclaves d’une matrice du berceau jusqu’à la tombe et l’E.N. est le creuset principal de cette imposture. Pour sortir de cette prison : il faut s’éveiller au Réel et vivre relié à la dimension de l’Esprit-saint de Dieu ; du Transcendant, hors de la dualité de ce bas-monde. Il faut écouter son coeur.


  • Il y a une forte résonance religieuse dans le terme. Ce qui est exigé n’aboutit à rien... On désensibilise, déshumanise l’individu par toutes ces mesures économiques et ensuite on lui demande d’être une sorte de pleurnichard sentimental ? Un être faux au final. Mais surtout un psychopathe entrainé dans la meilleure école du cinéma : faire des grimaces de belle âme à « la demande ». Des êtres vides, ce sont ceux qui sont capables du pire. Sans aucun remord.


  • Pour la majorité des gosses, après 12 ans passés dans l’éducation dite nationale, les connaissances en histoire se résument à trois thèmes : les lumières et la révolution , l’esclavage, la shoah….Sur l’ holocauste, un adolescent matraqué finit par se poser les questions qui dérangent :" quelles sont les vraies raisons qui , sérieusement ont conduit le peuple allemand à cette détestation des élus " ?- " Comment expliquer que dans les pays d’Europe centrale et orientale, au XIX ème /XXème siècles , la communauté ait en son pouvoir toute l’activité économique, de l’épicerie de village au commerce international , en passant par la banque " ?


  • Trop de shoah a tué la shoah.

     

    • Salut,
      Hier sur France Intox était annoncé (Paix à son âme) le décès du sympathique Monsieur qui avait découvert la grotte de Lascaux (enfin qui l’a « inventée » pour être exact, c’est le terme consacré). Alors ils disaient que ce Monsieur était Juif et que son aïeul avait été victime des camps de concentration. J’ai pas trop vu le rapport...


    • @ Hologrotte

      Le révisionnisme concerne également d’autres sujets tels que l’archéologie, la paléontologie, l’évolution darwinesque, les datations historiques etc...

      Et concernant l’art pariétal, certains seraient d’avis qu’il ne serait pas aussi vieux que l’on nous le dit, loin s’en faut !

      Donc, comme il y a litige également concernant la date officielle de sa réalisation, et l’origine/identité exacte du/des auteur(s), sortir la carte magique est assez logique, ça évitera quelques questions gênantes...

      Matrice de mensonges et d’illusions...

      Cordialement.


    • @Hologrotte

      C’est parce que tous les chemins mènent à Auschwitz.


  • L’anecdote se passe dans les années 1995...je devais avoir 9 ans.. Depuis tout jeune je buvais les paroles de mon grand père,lors des repas de famille,qui relatait la 2nd guerre..à l’époque il avait 10 ans et aujourd’hui encore il en parle avec les larmes aux yeux. De par ces récits je fus très vite au courant des faits de résistances dans ma région sous l’occupation notamment par les relations de ma famille avec d’anciens résistants,forces vives d’alors et auteurs du livre quasiment introuvable aujourd’hui et dont j’heriterais"Ombres et espérances en Quercy - 1940-1945, les groupes Armée secrète Vény dans leurs secteurs du Lot". Voici que nous est donnée,à nous jeunes témoins de la paroles des anciens,la possibilité d’aller visiter le MUSEE DE LA RÉSISTANCE de la région avec l’école. Je m’attendais donc m’entendre parler de ces hauts faits de patriotes dont j’avais la connaissance déjà..que dalle !! Trois fusils et deux besaces pourries a l’entrée du musée dit de la résistance...le reste des trois étages du bâtiment était réservé au souvenir de la chounia !! A grand renfort de témoignages de rescapés et de photos de morts vivants... !!mais le plus dur n’était pas là.. ! Les larmes de mon vieux grand père et l’héroïsme de quidams qui se sont battus en dehors de toute Armée régulière et donc destinés à la fosse commune était relayé au même niveau qu’un paillasson d’entré.. !! Entre les CHIOTES et la caisse enregistreuse bien-sûr. Mes amis il y a des choses qui ne s’oublies pas. L’intitulé du site était une farce..NI PARDON NI OUBLI. ! Honte à nos dirigeants d’hier et d’aujourd’hui qui font passer nos vrais héros pour des sent-la-pisse. NUIT ET BROUILLARD sur ceux qui refont l’Histoire

     

    • Lio - Je vous ai lu attentivement. Merci pour votre témoignage. Je comprends votre étonnement et votre tristesse. Objectivement, cela ne m’étonne pas plus que çà… pour ces gens qui se sont emparés de notre Pays ancestral, nous ne sommes que du bétail et notre Histoire et notre âme doivent disparaître. Il suffit de constater les faits pour le confirmer. D’ailleurs, nous avons entendu qu’ils seraient "l’avant-garde" de la république… et çà tombe bien pour moi, car je ne suis pas une adepte de l’idéologie républicaine des FM. Bonne continuation, Lio.


    • Merci Patricia. J’abonde dans votre sens sur la fin de votre réaction. l’on sait bien que la république est naît dans des flots de sang,nourrie de fausses valeurs et embellie par de faux héros.
      Croyez bien que mon étonnement et mon incompréhension d’alors ont laissé place aujourd’hui a une incrédulité sans faille face aux grands discours et envolées (pas lyrique du tout) de nos dirigeants contemporains..
      merci patricia ET merci à E&R de remettre les pendules a l’heure avec de tels articles


    • Tous les chemins mènent à Auschwitz.


Commentaires suivants