Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

France Inter : "enseigner l’histoire de la Shoah" est "un sujet délicat"

Heureusement !

C’est le titre d’un article de France Inter, qui n’a d’autre actualité que de relayer l’empressement du lobby sioniste à imposer un enseignement historique considéré comme supérieur aux autres. Et par les autres on entend le génocide arménien, le génocide rwandais, le génocide des Indiens, etc. L’histoire des hommes fourmille de massacres ethniques ou d’ethnocides, on a le choix. Parfois c’est toute une tribu, parfois tout un peuple qui disparaît dans la tectonique des affrontements interhumains.

« La question est sensible. Pour en parler, les enseignants n’ont pas toujours accès aux dernières connaissances et, depuis les attentats, le sujet de l’antisémitisme resurgit. Alors, certains d’entre eux ont décidé de se former. »

On n’a pas entendu qu’il y a de la formation pour les autres génocides, ce qui nous fait dire qu’il y a un intérêt politique actuel à imposer celui-là aux profs et aux élèves. Au fait, pourquoi enseigner la Shoah ? On ne va pas tourner autour du pot : parce que enseigner la Shoah, c’est enseigner la culpabilité, et ça, les Polonais l’ont bien compris, eux qui ont essayé de sauvegarder leur nationalisme. Mais c’était sans compter sur la pression internationale, qui vient souvent de Tel-Aviv.

Pourquoi enseigner la culpabilité ? Parce que la culpabilité donne un avantage moral, qui se transforme en avantage juridique, qui lui-même se transforme en avantage politique, et qui finit en avantage économique. La dernière déclaration de notre Premier ministre sur les efforts en direction des descendants des juifs qui ont été spoliés pendant la Seconde Guerre mondiale va dans ce sens. Fillon, en son temps, lorsqu’il était Premier ministre de Sarkozy, avait consacré 400 millions aux réparations et autres indemnisations.

 

JPEG - 46.3 ko
Profs français à un cours de Shoah au Mémorial

 

On le voit, l’enseignement, c’est-à-dire l’entretien de la Shoah dans la mémoire des petits Français, n’est pas anodin. Il mène à un avantage politique et économique que l’on vérifie chaque jour que Dieu (pas Yahvé) fait. Mais ça, tout le monde le sait. Ce n’est pas l’analyse de France Inter, qui trouve qu’il y a un manque de formation des professeurs :

« Expliquer les processus qui mènent à un génocide pour enseigner l’histoire de la Shoah... Une vision que partage Iannis Roder. Mais, selon le responsable des formations au Mémorial de la Shoah, les enseignants ne sont pas toujours parés pour répondre aux questions des élèves. Si le thème est "omniprésent dans le champs politico-médiatique", la formation universitaire est, paradoxalement, "pratiquement inexistante". »

Qui est ce Iannis Roder, qui semble faire les programmes à la place du rectorat ou du ministère ? Ah, le « responsable des formations au Mémorial de la Shoah »... Tiens, on n’a pas l’équivalent au mémorial du soldat français tombé entre 1914 et 1918 avec 1 400 000 de ses camarades. On ne voit pas la Marne (250 000 morts et blessés côté franco-britannique), Verdun (163 000 morts et 216 000 blessés), le Chemin des Dames (187 000 morts et blessés), la Somme (100 000 morts en un mois), ces batailles terriblement sanglantes, enseignées en France avec autant de verve, c’est curieux, non ?

Il faut mieux former les profs mais il y a un hic : les élèves musulmans. Le cours de Shoah se brise sur le rocher musulman. Apparemment, ces jeunes turbulents sont un peu rétifs à cette partie de l’histoire, du moins à cet enseignement-là. Effectivement, pourquoi se sentiraient-ils coupables ? C’est la question qu’on pourrait poser aux concepteurs du projet.

« C’est le cas de France Calvetti, au lycée Jean Monnet à Montpellier. Depuis quelques années, elle constate qu’"il est de plus en plus difficile de faire passer ce message de la déportation des Juifs et de la Shoah", notamment "dans la communauté musulmane" de son établissement.

"Il y a une espèce de crispation vis-à-vis du sujet", analyse l’enseignante qui regrette de n’avoir pu se rendre à Izieux – où s’est déroulée une rafle, en avril 1944 – "parce qu’une partie de la classe refusait". Un "blocage" que France Calvetti ne va pas jusqu’à qualifier d’"antisémitisme". »

Ah, voilà l’antisémitisme, l’épée de Damoclès, ce drone qui plane sur qui ne se soumettrait pas à ce régime spécial, à cette propagande surabonde (oui, car elle se rapporte aux heures sombres).
Si l’on comprend pourquoi le lobby sioniste impose ses directives à l’Éducation nationale – qui n’a qu’à apprendre à se défendre, ce gros con de mammouth – on ne comprend pas l’engouement des profs visés par la mesure :

« L’école est finie, mais 105 professeurs de collèges et lycées se sont portés volontaires pour s’asseoir à nouveau sur les bancs d’un amphithéâtre, pendant leurs vacances. Six jours pour apprendre à enseigner l’histoire de ce génocide, au Mémorial de la Shoah. La formation est très demandée, car certains professeurs éprouvent des difficultés à aborder le sujet avec leurs élèves. »

On va mettre ça sur le compte de la soumission et de l’ignorance, tout le monde n’étant pas hyper lucide dans le secteur de l’enseignement. Ce qui est intéressant, c’est que l’histoire de la Shoah ne s’arrête pas en 1945 : au contraire, elle continue aujourd’hui, et de plus belle. Cette Shoah élastique, élaborée par Claude Lanzmann avec la bénédiction de ses hautes protections, permet de conserver un avantage moral sur la France, taxée pendant des décennies de raciste (par SOS Racisme) ou de fasciste (par BHL) alors qu’Israël est le pays (volé aux Palestiniens) le plus raciste et le plus fasciste du monde, et il le prouve chaque jour.

En vérité, la Shoah permet de camoufler les crimes de l’entité israélienne (tous les pays ne l’ont pas reconnue en tant qu’État) en Palestine et ailleurs. C’est donc de la pure propagande israélienne.

 

Bonus

La série Auschwitz, un cours d’histoire, avec un petit générique qui ressemble étrangement à la virgule musicale de Friends ! Vu le manque d’empressement des Français à s’emballer pour le sujet (les manifs de la LICRA et de SOS Racisme font un bide monumental), bientôt le lobby va devoir mandater Gad Elmaleh pour accompagner les malheureux lycéens en Pologne et susciter un engouement minimal...

 

 

 

 

 

L’avantage de cette série en quatre épisodes sur le Net, c’est que l’Éducation nationale, qui ne roule déjà pas sur l’or (arf), pourra économiser un maximum d’allers-retours France-Auschwitz !

La propagande, c’est bien, mais la propagande pas chère, c’est mieux !

Le sionisme contre les valeurs de la France,
lire sur Kontre Kulture

 

L’entretien très intéressé de la flamme de la Shoah, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

56 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • MDR vous écrivez "Shoah élastique" !! Excellent, j’adore. Je la reprends celle-là !

     

  • Techniquement, c’est l’histoire de la deuxième guerre mondiale, au cours de laquelle un Holocauste a eu lieu.

    Révisionnisme narcissique.

     

  • Quand la Shoa devient un camp de concentration de la pensée . La shoa devient une clôture mentale et morale destinée a étouffer toute tentative d’échapper au piège du sionisme internationale et du capitalisme mondialiste tout en permettant a Israel de commettre ses atrocités sans avoir a se justifier .


  • Je préfère lire le dernier livre de Pierre Jovanovic sur Hitler que d’écouter leurs pleurnicheries rentables ....sniff !!


  • Ce n’est certainement pas un sujet délicat, mais une volonté de le rendre délicat, nuance .
    Tous génocides doivent être condamnés, quel qu’il soit, petit ou grand, mais en aucun cas différencier l’un par rapport à l’autre . L’histoire appartient à tout le monde , mais on n’impose pas une histoire .Et si on s’intéresse à n’importe quelles de ses histoires, elles ne doivent en aucun qu’à être entravée par une idéologie quelconque, mais étudié scrupuleusement et sans tabous avec respect et dignité sans en faire une propagande idéologique de victimisation éternelle . L’histoire est une traversée du temps, parsemé de faits "heureux, et cruels " , car l’histoire continue inexorablement, laissant derrière elle de bons et de mauvais souvenirs sans pour cela s’y arrêter définitivement.

     

  • Toute personne s’intéressant aux différents types de déportations, aux persécutions variées et aux événements de la deuxième guerre mondiale peut très largement s’informer, grace aux centaines de livres publiés.
    Mais depuis trois décennies la recherche pure, sur documents ou sur le terrain est quasi inexistante.
    Si quelqu’un peut m’indiquer un travail significatif, un éclairage nouveau sur ces sujets je suis preneur. Quelque chose de sérieux et d’étayé. Pas du rabachage, sous contrôle de fondations orientées comme par exemple Les Bourreaux Volontaires de Hitler par David Holdhagel. Après la lecture de cet "essai", j’ai cessé de m’intéresser à la question, après quinze ans d’un travail d’enquète censé me rendre libre...
    N’oublions jamais ? Je n’oublierai jamais ce misérable intermittent sur des échasses entre les tombes de Verdun. Je ne peux pas oublier la misérable péroraison de Hollande, ce jour-là, un laïus de chef-lieu de canton....
    Quant aux professeurs, la question de leur niveau et de leurs compétences est plus que jamais posée..


  • #2013444

    Vu le nombre de cancres dans les collèges, de bacheliers qui ont un niveau 5éme CPPN et des lycéens avec un niveau de petites sections de maternelles et de BAC pro avec un niveau CAP ça va pas être jolie, jolie tout ça ,autant apprendre la théorie des cordes et du combat rapproché en période de guerre civile à « Pablo & Sonny » les Antifas de Nice la croisette ou le shopping-survivalisme en banlieue (Les 4000 / LA COURNEUVE 93) à Arnaud Gauthier-Fawas !
    On va pas aller loin avec ce genre d’initiative


  • ras le bol de la shoah,c’est le sentiment général au café du commerce(à 99,99%)

     

  • c est du bourrage de crane une sorte de dictature douce .le prof qui teste ce qui marque le plus les éléves la visite ou le sujet abordé en classe sans le visuel c est révoltant répugnant


  • Dans les années 90, alors que j’avais une petite dizaine d’années, je suivais avec une très grande passion les mercredis de l’histoire. On peut dire que j’ai bouffé sur la guerre ; je repense notamment aux documentaires de Guido Knopp, les complices d’Hitler que j’adorais.
    Rétrospectivement, je ne peux plus voir ce genre de reportage qui ne s’attaque qu’à l’aspect racial de la seconde guerre mondiale ; où le nazi tient le rôle de la bête immonde et ce sans jamais interrogé le public sur les raisons qui a pu pousser le peuple allemand, nation qui a vu naitre Goethe, à opter pour la voix des bottes et de la « Totaler Krieg – Kürzester Krieg ».

    Bien entendu, Katyn est éludé tout comme Dresde, les viols de masses des G.I et des libérateurs de Berlin. Il y avait une phrase qui circulait à l’époque et qui disait pour une femme qu’il valait mieux avoir un russe sur soi qu’un américain sur sa tête.

    Et je vous passerais les psychologismes à tout va. Si Goebbels était si dictatorial, c’est qu’il se rattrapait par rapport à son handicap, si Hitler était si antisémite, il faut le rechercher en partie dans son éducation et dans son rapport à son père qui le battait, etc.

    Et encore, je vous parle là des années 90, décennie où les folles incantations de la Licra et leur démesure de la repentance n’étaient pas encore suivies constamment en Coeur par les décideurs politique.

    Et même, il y avait parfois de belles pépites comme un hôpital psychiatrique en Israël où était enfermé d’anciens déportés des camps de concentration et la moindre chose que l’on puisse dire est que les millions de Deutsch Mark gracieusement offerts à Israël en signe de dédommagement éternel, ces millions n’allaient pas aux déportés. C’est d’ailleurs un secret de polichinelle que celui-ci, les anciens déportés juifs vivent pour la plupart comme nos pensionnés, petitement et dans l’indigence !

    Je me souviens également d’un documentaire qui suivait le combat d’un ancien déporté qui portait plainte contre IG Farben ; lui-même ayant était esclavagisé dans cette usine fortement implanté dans les camps, notamment à Auschwitz. Sur le principe, je peux souscrire au combat de cette personne qui demandait une réparation morale et matériel car il avait vécu dans sa chaire les affres de la guerre mais bon sang les autres parasites de la mémoire qui se gavent de millions d’Euros de compensation pour leur arrière grande tante ne sont que de vulgaires escrocs !


  • Tous les descendants d’immigrés qui représentent 50% des naissances en 2018 s’en battent complètement de la shoah, c’est même une provocation car la shoah a provoqué la confiscation de la terre sainte.

     

    • 100% des naissances de 2018 se battent les rognons de la shoa, pas besoin d’être "descendants d’immigrés".
      Je veux bien qu’on me définisse le terme d’ailleurs, vous remontez sur combien de générations ?
      Tout être humain sensé, après la seconde de compassion qui s’impose pour les millions d’âmes perdues dans les guerres humaines souvent stériles, devrait s’en tamponner de la sainte shoa, pas plus sainte qu’un autre massacre d’humains.
      Il serait temps qu’on arrete de se laisser ballader comme ca, je confirme


    • au contraire,la shoah, ils pourraient en tirer une pédagogie montrant que gonfler tant et plus des gens gentils avec des conneries peut condure à des exactions regrettables..."les allemands, y zont pas eu la patience"....les pauvres.


  • Que de temps perdu pour tout le monde sur des conneries.
    Et 55 % des élèves arrivent au bac incapables d’écrire 5 lignes de dictée française sans avoir commis les 5 fautes à 4 points/faute qui leur auraient valu 0/20 il y a seulement 25 ans !
    Ne parlons pas du calcul et des maths.
    Evidemment, côté élites, Peuple Elu, etc., les scores sont bien meilleurs. Il est important d’occuper la jeunesse à ce qui justifie son utilité politique, sociale et économique future.
    Et puis de toutes façons tout le monde a le bac, sauf les illettrés profonds (au sens d’il y a un quart de siècle).


  • Que d’esprits gâchés, dévitalisés, à qui on stoppe tout enthousiasme, toute curiosité, toute soif d’apprendre, avec cette espèce de chape de plomb shoatique.

    À mon époque c’était "Nuit et brouillard" (qu’on m’a fait voir trois fois !)

    L’Éducation nationale est un cimetière. Avec du recul, je vous le dis les jeunes : vous avez envie d’envoyer tout balader ? eh bien c’est vous qui avez raison, car vos profs sont de vieux cons soumis, aveugles et ignorants !


  • Il est des gens naïfs qui croient que l’histoire est le récit exact des faits du passé. Ils semblent ignorer que le monde est, depuis longtemps, régi par le mensonge et que le désordre de la société actuelle en est la conséquence.
    Il est curieux d’étudier comment cet ordre de choses a commencé, quels ont été les mobiles des premières erreurs voulues, et quels hommes, les premiers, ont eu l’audace de les écrire.
    A toutes les époques, il y a eu des partis qui, voulant s’emparer d’un pouvoir auquel ils n’avaient pas droit, ont appuyé leurs prétentions sur une idée, un système, une théorie religieuse ou sociale, qu’ils ont propagée par violence, par fraude ou par ruse. Deux moyens furent notamment employés pour faire disparaître les témoignages gênants de la splendeur du régime antérieur, celui qu’ils avaient renverser : la destruction et l’altération des textes.
    Puis, lorsque ces partis triomphaient, ils avaient soin d’abord d’écrire l’histoire passée, la montrant comme une longue préparation de leur triomphe qu’ils justifiaient par une aspiration des foules existant depuis longtemps.
    Pour répandre l’histoire ainsi écrite, ils créaient un enseignement obligatoire dans lequel ils ne manquaient pas d’avilir leurs ennemis, ceux qu’ils avaient vaincus et qu’ils représentaient toujours comme des barbares ou des gens de mauvaises mœurs. Eux-mêmes se représentaient comme des sauveurs apportant tous les progrès.
    Or, tout cela était mensonge et il importe aujourd’hui de rechercher la Vérité .


  • Il faut , de maniere definitive et irrevocable , pour les generations passes , presentes et futures , designer la Chouina comme meilleur produit du millenaire ! En vente dans tous les etablissements , toutesl les librairies , toures les bibliotheques et tous les musees ! Non mais !!!!....Sainte Chouina , nous te venerons , nous t aimons !!!


  • On doit refuser toute forme de culpabilisation, quelle qu’elle soit. Quelque part, le "rejet" d’une partie des élèves quant à ce délicat sujet, c’est un juste retour de bâton. Ils ne veulent pas comprendre la contre-productivité de leur obsession, tant pis pour eux. Je pourrais vous raconter deux anecdotes de cet odieux chantage que j’ai vécu personnellement, à 12 ans et à 17 ans (j’en ai 35 aujourd’hui). Ou quand la naïveté vous fait mettre le doigt là où il ne faudrait surtout pas...


  • Dans la même optique, à quand l’enseignement de la Mythologie Grecque... ?

     

  • Tous ces jeunes adolescents sont merveilleux... car ils ne sont en rien différents à l’humanité des 300,000 dernières années : c’est d’entre eux que sortiront les soumis de l’avenir, c’est d’entre eux que sortiront les résistants de l’avenir. Comme il en a toujours été.

    Il m’a fallu des années pour le comprendre : l’humanité est ce qu’elle est, peu importe la géographie et les époques. Quand on réfléchit bien, finalement c’est l’optimisme qui doit l’emporter sur le pessimisme.

    Longue vie et prospérité. Le plan de Dieu se déroule sous nos yeux. La vérité vaincra.


  • Je vais me couper une tranche de mon fruit prefere.

     

  • Ces mômes de « zone sensible » (même ceux triés sur le volet pour l’interview), me paraissent très intelligents. Ils ont bien compris, d’emblée, la conduite à tenir. C’est le cas de la plupart des Français qui, interrogés par un merdia sur ce sujet en iront de leur pleurniche « associative » mais qui, le dos tourné...


  • A ranger au même niveau que le gavage des oies dans le Sud Ouest...
    Et encore, je trouve que nos délicieux palmipèdes ont bien souvent cette lueur dans les yeux quand elle a disparu de ceux de nombreux profs.
    Comme dirait Dieudo : "mettez nous Chicken Run plutôt !"


  • #2013642

    Enfin de quoi renforcer la crédibilité de nos professeurs d’histoire !


  • En ce qui concerne l’enseignement de la 2eme guerre mondial, quand j’étais au collège, l’apogée a été la visite du musée du débarquement (caen) & la visite des plages du d-day (6 juin 1944).

     

  • je me souviens d’un lycée professionnel mixte ou on séparait les élèves dès leur arrivé dans la cour, les garçons d’un côté, les filles de l’autre... les garçons rentraient dans leur classe et les filles étaient tout de suite envoyées au concours de pets.


  • Un seul livre : « Dites la vérité, vous humilierez le diable » de Gérard Ménuhim.

     

    • Je me méfie de ces livres auto-édités par des auteurs sortis de nulle part, bourrés de fautes, et qui commencent à inonder le marché (nivellement).

      Cela dit merci pour la ref, je le mets de côté (même s’il est horriblement cher).


    • Gerard Menuhin est le fils du grand Yehudi. Comme "auteurs sortis de nulle part", on repassera !

      Qu’un tel monsieur ait rejoint le combat révisionniste et antisioniste, ce n’est pas rien !
      (Mais ce n’est pas si étonnant quand on connaît les prises de position personnelles de son père.)


    • @ le boss

      S’auto-publier devient de nos jours indispensables. J’ai des amis ecrivains edites par de grandes maisons d’editions depuis des annees qui ont du s’auto-publier lorsqu’ils se sont mis a ecrire sur des sujets un peu contreverses (ex : comment j ;ai gueri d’un cancer "incurable" naturellement). Et comme publier un livre coute cher, en general les auteurs n’ont pas les moyens de s’offrir 2 ou 3 relectures d’ou un nombres de fautes plus eleve dans les textes.
      L’auto-publication est un acte de souverainete intellectuelle pour eviter la censure des "grands". Soutenons les. Le prix des livres est plus cher parce que ce n’est pas de la grande distribution, c’est de l’artisanat.


    • Je confirme. A lire et à offrir sans modération.
      La réflexion est profonde avec un grand souci d’honnêteté pour dénouer l’écheveau du mensonge qui dure depuis trop longtemps.
      Une bonne piste pour les étudiants et les chercheurs de vérités non calcifiées dans une loi.


    • @Rie L’auto publication va devenir de plus en plus salvatrice, puisque qu’elle met fin au monopole de l’édition, les monopoles tuent le divertissement car cela implique de n’être fidèle qu’à une poignée d’auteurs et d’éditeurs, tandis que l’auto publication permet d’avoir un choix plus large et permet plus facilement l’émergence des talents.


  • "Si le thème est "omniprésent dans le champs politico-médiatique", la formation universitaire est, paradoxalement, "pratiquement inexistante"."

    Si ils ont vraiment besoin de quelqu’un qui maîtrise le sujet ils peuvent proposer à Robert d’intervenir dans les lycées...


  • Est-ce que les cours sont dispensés par

    le Professeur Faurisson et le Professeur Reynouard ?

     

  • proposition de problème aux profs de maths auschwitziens
    soit 5 fours
    compter 1h30 pour l’incinération d’un corps
    sachant que les fours "tournent" 24h sur 24h
    calculez le n.bre de c.ps brûlés chaque jour
    ...chaque mois
    ...chaque année
    calculez , enfin , le temps qu’il faudra pour brûler 6 M de corps

     

    • Alors, prenons un exemple concret récent, à savoir l’incinération de volailles victimes de la grippe aviaire.
      1h30 par individu, ça fait 16 individus par jour et par four. Donc 80 individus par jour. Soit 29.200 par an. Soit 175.200 individus sur 6 ans. Parmi les volailles, il y avait des coqs de toutes les tailles.


  • Ça ne dérange personne quand le révisionnisme est faite par les sionistes concernant la Palestine, mais plus particulièrement sur l’histoire du Monde en général.... Il ne prennent bien sûr que ce qui les valorise le contraire serait mêmes de l’antisémitisme....


  • Et dire qu’il aura fallu 2 guerre mondiale pour voir la Palestine et les pays Arabes en plein chaos et le Monde souffrir du chantage perpétuelle à l’antisémitisme....


  • Mais c’est très simple en fait ! Tous ces gens regrettent qu’on ne puisse pas enseigner l’Histoire de cette période : hé bien mais c’est le prix de la loi Fabius-Gayssot. À partir de l’instant où une vérité historique est officielle par la loi, il devient complètement impossible 1- d’en parler publiquement 2- de l’enseigner ! Personnellement je refuse systématiquement d’évoquer cette période avec quiconque. J’oppose un ferme « il est impossible d’avoir une conversation sur ce sujet. C’est interdit par la loi. Tu peux aller lire les attendus du tribunal de Nuremberg si tu veux... au passage fait gaffe, ce que tu affirmes est illégal »
    Ça calme.
    IL EST TOTALEMENT IMPOSSIBLE d’enseigner cette période historique. Pourquoi ? c’est illégal, c’est tout.
    De l’art de se tirer une balle dans le pied...

     

    • Non. Cette loi interdit de contredire la version officielle sioniste mais pas de la divulguer. Au contraire même.
      Cette loi participe au chantage à l’antisémitisme que nos enseignants pratiquent en permettant d’avoir des bases juridiques très floues maléables (à partir de où on contredit ?) qui n’existaient pas avant et qui permettent de renforcer le pouvoir des organes sionistes comme la Licra, et donc d’ancrer Israël comme une entité intouchable.

      Ce n’est meme plus de la propagande cette histoire de Shoa, car la propagande c’est quand on essaie, là c’est directement du contrôle et du maintien actif de la soumission.


  • Ils l’utilisent aussi à Guantanamo. Rapidement, les prisonniers racontent tout ce qu’ils veulent entendre


  • #2014542

    A consommer sans modération, matin, midi & soir


  • ils amènent tous les gosses, tout le monde, comme ça, en visite, dans les camps d’extermination ?!

    Qu’est ce qu’ils peuvent être cons, ces athées, ce genre de lieux ont de très mauvaises vibrations, c’est pire que les châteaux du moyen âge. à fuir absolument !
    ça peut avoir un impact négatif sur les gens.
    mais bon, à l’heure actuelle, dire ça, c’est parler à un mur...

     

  • la bonne de nouvelle, c’est que trop de shoah finira par tuer la shoah


Commentaires suivants