Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’euro fort efface la croissance du chiffre d’affaires trimestriel de Renault

Renault a fait état jeudi d’une hausse de 5,1% de ses immatriculations de voitures dans le monde au premier trimestre, grâce au rebond observé en Europe, tandis que son chiffre d’affaires a stagné à cause des effets de change négatifs.

Le constructeur automobile a vu ses ventes bondir de 17,7% sur le marché européen alors qu’elles ont baissé de 7,9% hors d’Europe, selon un schéma diamétralement opposé aux années précédentes où la croissance avait été tirée surtout par l’international hors Europe.

"Le marché européen a été meilleur que prévu sur le trimestre, ce qui est une bonne nouvelle. Nous avons sans doute été un peu trop prudents dans nos prévisions annuelles au début de l’exercice", a déclaré Dominique Thormann, directeur financier du groupe, au cours d’une conférence avec les analystes.

Renault a relevé à 2%-3% sa prévision de croissance du marché automobile européen en 2014, alors qu’il tablait sur +1% en janvier.

Cette vigueur du marché européen, conjuguée au ralentissement des ventes et à la dégradation de la visibilité sur plusieurs marchés émergents comme l’Argentine, la Russie, la Turquie ou l’Algérie, a ramené à 43% la part des ventes du groupe hors d’Europe, contre 49% un an plus tôt.

Hors effet de change et à structure comparable, le chiffre d’affaires ressort en hausse de 5,1% à 8,26 milliards d’euros sur les trois premiers mois de l’année. En revanche, après un impact défavorable de 5,3 points lié à la hausse de l’euro face à plusieurs devises émergentes, il stagne d’une année sur l’autre.

"Renault a publié des chiffres inférieurs à nos attentes à cause principalement des effets de change, qui ont largement éclipsé ce qui aurait été sinon un très bon trimestre pour le groupe du point de vue des ventes", commente ISI dans une note.

Le groupe a confirmé ses objectifs 2014, notamment une hausse des ventes et du chiffre d’affaires à taux de change constants, une progression de la marge opérationnelle en valeur du groupe et de l’automobile et un free cash flow (Ndlr : flux de trésorerie disponible) opérationnel de l’automobile positif.

L’action Renault a clôturé jeudi à 73 euros (-1,7%) avant cette publication. Depuis le début de l’année, le titre a grimpé de 27%, après un bond de près de 44% en 2013.

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Et alors... !? Renault entreprise en déficit chronique durant des décennies, renflouée sur l’argent public ne devrait plus exister depuis longtemps. Faudrait-il désormais que ce gouffre se nourrisse sur une dévaluation qui s’en prendrait, entre autres, aux épargnants sans prendre en compte une notion de bilan économique national global. C’est trop compliqué... ?

     

    • Bonne idée ! Coulons Renault, et faisons définitivement fabriquer toutes nos voitures en Chine !

      "Et quand tout le monde sera au chomage, il restera qui pour acheter vos merdes ?"


    • @federikoff, pourquoi... ? Est-ce qu’il n’y a pas 5 millions de chômeurs ? Et est-ce que le fait d’avoir constamment renfloué Renault pendant 45 ans sur l’argent de l’impôt (faites le compte ça représente 15 millions d’Euros par JOUR pendant 45 ans) n’est pas aussi responsable de cette situation, il n’y a pas de rapport de cause à effet... ? Les canards boiteux qui vivent sur l’impôt ça ne tire pas le système vers le bas ? En fin de compte, ça ne renchérit pas le coût du travail !? ça serait bien d’avoir des chaînes de raisonnement à plus de deux maillons, vous progresseriez. Enfin, c’est dommage que maintenant qu’ils sont sortis du rouge ils ne se mettent pas a rembourser ce qu’ils ont palpé, mais ça n’est sans doute pas nécessaire...la subvention c’est la prime à l’incompétence.


    • N’oubliez pas que Renault est un groupe international qui comporte plusieurs marques (Logan, Nissan).
      Je me demande combien d’emploi Renault à encore en France par rapport à sa masse globale de salarié.
      On est plus sous de Gaulle ! Renault n’est plus français et ne fait plus travailler les français !


  • Qui part en Renault rentre en vélo !


  • Comme le note l’article, l’action Renault a pris 71% depuis le début de 2013, il ne faut pas trop en demander... Par contre depuis début 2011 l’action Peugeot a perdu 60%, du fait sans doute de l’interdiction sioniste d’exporter vers l’Iran 450 000 véhicules/an... Et puis Peugeot est-il peut-être puni du fait qu’il pompe trop sur les modèles allemands et que ça finit par se voir...


  • Moi je dis juste que c’est bizarre que la France au vue de son passé historique et technologique soit en 2014 "à la ramasse" .... ou alors c’est les autres pays qui sont tout simplement plus fort !
    Saboterons la France ? Parano quand tu nous tiens ?


  • Bonjour

    Dans le même temps les ouvriers de chez Renault ont été augmenté de 5.1% ....
    T’es fou toi quenelle !!!


  • Renault, la tête sous le capot !!! Perso, c’est ma 4 ième Renault et ma dernière. Avec je n’ai que des pannes... Pourtant j’ai une laguna 3... qui est censé être plus fiable. Et ils vendent les pièces détachées une fortune.