Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’ex-directeur de campagne de Trump accusé de "complot contre les États-Unis"

L’ex-directeur de campagne de Donald Trump est visé par douze chefs d’inculpation, a annoncé le porte-parole du procureur spécial de l’enquête russe.

 

Paul Manafort, l’ancien directeur de campagne de Donald Trump, est arrivé ce lundi matin au FBI. Il est notamment inculpé de complot contre les États-Unis, blanchiment, fausses déclarations et non-déclarations de comptes détenus à l’étranger, a annoncé le porte-parole du procureur spécial de l’enquête russe. Il a été sommé de se livrer à la justice dans le cadre de l’enquête sur l’affaire russe menée par le procureur spécial Robert Mueller. Un associé de Paul Manafort, Rick Gates, a reçu la même injonction. Il s’agit des premières inculpations dans le cadre de cette enquête sur l’ingérence de la Russie dans l’élection présidentielle de novembre 2016.

L’acte d’inculpation de 31 pages ne fait toutefois aucune référence à la campagne présidentielle de Donald Trump. Il ne suggère pas non plus une quelconque collusion entre l’équipe du candidat républicain et les autorités russes visant à fausser le résultat du scrutin.

[...]

Le Président, dans une série de tweets dimanche, a encore réfuté la moindre « collusion » avec la Russie durant la campagne. « Toutes ces histoires (russes) juste quand les républicains s’attaquent à une baisse et réforme historiques des impôts. Est-ce une coïncidence ? Non ! » a-t-il tweeté. Lui-même ne semble pas visé, dans l’immédiat, par l’enquête. C’est ce qu’a assuré le gouverneur républicain du New Jersey Chris Christie, un allié, dimanche : « Le Président ne fait pas l’objet d’une enquête ». « Personne ne lui a dit qu’il l’était », a-t-il dit en expliquant que les avocats des suspects étaient généralement en contact avec les procureurs avant une mise en examen. « Quoi qu’il arrive, ce n’est que le début », a estimé le sénateur indépendant Angus King, apparenté au groupe démocrate, sur CNN.

Lire l’intégralité de l’article sur lepoint.fr

L’Empire prêt à tout pour déstabiliser Trump,
lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1829978

    Je vous conseil de lire les commentaires sur Le Point... succulent de bêtise (aucune preuve dans l’article) et de partie pris ; du genre "l’étau se ressert", "Trump est cuit" etc.

    Si Le Point avait eu la moindre envie d’informer ses lecteurs, il aurait parlé du rôle de la Clinton Fondation et Podesta dans la vente d’Uranium à la Russie ainsi que l’argent qu’à touché Bill Clinton des "pays de l’est".

     

    Répondre à ce message

  • #1829994

    Mettre cette contre-attaque en relation avec ce qu’il

    s’est passé il y a quelques jours !!!

    Arrestation de trafiquants d’enfants => https://www.egaliteetreconciliation...

     

    Répondre à ce message

  • Je comprend pas pourquoi Trump n’utilise pas le scandale du Pizzagate !
    Il doit surement avoir des documents bien croustillants, en plus ça tomberait pile poil avec les affaires hollywoodiennes...

     

    Répondre à ce message

  • Cette accusation repose sur les activités de Manafort lorsqu’il travaillait pour Podesta, avant de travailler pour Trump.

     

    Répondre à ce message

  • Mais les médias français vont ils parler de l’enquête du FBI sur les liens entre anarchistes-antifa américains et al-qaida et Daesh ?? Voir l’enquête d’Edward Klein à ce sujet

     

    Répondre à ce message

  • #1830142

    Le procureur général, Robert Mueller était directeur du FBI en 2001.
    Il a toujours caché les données des boîtes noires du vol 93 même en ayant écouter les bandes ...
    Qu’il rouvre le dossier du 11/9 plutôt

     

    Répondre à ce message

  • Les sionistes vont pousser Trump dans ses derniers retranchements ! Soit il obéit en engageant son pays plus loin encore dans les guerres contre les musulmans qu’ ils soient arabe où non, soit les problèmes vont se succéder pour lui et ses fidèles ,qui tombent les uns après les autres ,sous les coups montés par les suppôts de satanyahou , terroristes à l’origine du merdier planétaire qui s’étend chaque jour davantage ! l" ennemi mortel qui agit dans l’ombre (Comme toujours ) se trouve dans son entourage direct et dans son parti gangrené par la secte qui veut dominer le monde par le chaos ,avec pour capitale Jérusalem !!

     

    Répondre à ce message

  • #1830268

    Ils harcèlent les proches de Trump de manière à faire le vide autour de lui et donc le couper de ses soutiens. Les gens tendent à s’éloigner des gens qui portent la poisse et ceci d’autant plus que dans le monde politique et des affaires pour ainsi dire tout le monde est susceptible d’avoir commis un acte, enfreint une loi, un règlement, volontairement ou non, passible de poursuites judiciaires. Je ne sais pas si Trump a suffisamment de soutien au FBI, dans les services et dans la magistrature mais il serait temps qu’il utilise à son profit les dossiers concernant les mœurs particulières (euphémisme) de certains de ses adversaires. Je ne sais pas si les récentes actions du FBI aux USA et au Brésil contre les réseaux pédocriminels sont des prémices à quelque chose de plus sérieux...

     

    Répondre à ce message

  • "Complot contre les États-Unis" signifie, dans ce contexte, que les accusés auraient tenté de cacher des revenus afin de ne pas payer leurs impôts fédéraux. Rien à voir avec un complot visant à nuire matériellement ou humainement, même si cela peut être le résultat indirect.

    Bref, c’est ni plus ni moins qu’une affaire de blanchiment à grande échelle et qui ne concerne Trump en rien du tout.

     

    Répondre à ce message

  • #1831095

    Souvenez vous du Watergate : En mars 1974, le président Nixon envoya le général Vernon Walters, alors directeur adjoint de la CIA, en tant que représentant spécial pour une réunion secrète avec deux dirigeants de l’OLP, Khalad Hassan et Majed Abu Sharar, qui représentaient le Fatah, la plus grande et la plus influente des factions palestiniennes qui composaient l’OLP.
    Bien que la réunion se termine évidemment avec de grandes promesses d’un règlement global au Moyen-Orient, le journaliste britannique Alan Hart rapporte que peu de temps après, Henry Kissinger a saboté les efforts du président Nixon pour rétablir la paix.
    Bien que les détails soient clairement énoncés dans la biographie de Yasser Arafat par Hart, peu d’Américains savent - bien qu’ils devraient savoir - que le président Arafat et les deux frères Hassan ont dit à Hart, selon Hart, qu’ils étaient convaincus que le gouvernement d’Israël et le Le lobby juif en Amérique avait profité de l’affaire Watergate pour casser Nixon avant qu’il ne force Israël à faire les retraits nécessaires pour la paix.
    Khalad Hassan a également déclaré à Hart qu’il (Hassan) avait discuté des initiatives de paix de Nixon avec le roi Feisal d’Arabie Saoudite qui avait joué un rôle dans l’effort. Evidemment, selon l’interprétation de Hart, le président Nixon lui-même a dit au roi Feisal :
    "Si [Nixon] trouvait son chemin bloqué par Israël et le lobby juif, il jetterait son texte préparé quand il ferait son prochain rapport sur l’état de l’Union [en janvier 1975] et qu’il dirait au peuple américain, en direct à la télévision et à la radio, toute la vérité sur la façon dont Israël et ses amis en Amérique étaient l’obstacle à la paix. "
    En d’autres termes, Nixon se préparait à exposer la manière dont le gouvernement d’Israël et ses partisans en Amérique contrôlaient la politique étrangère américaine.
    Le président Nixon n’a jamais eu l’occasion de faire un geste aussi audacieux. Les médias se sont concentrés sur le scandale naissant du Watergate qui l’a chassé de ses fonctions. Grâce à une source interne aujourd’hui connue sous le nom "Deep Throat", le Washington Post a dirigé le battement de tambour pour le retrait de Nixon du bureau. Bref, "ils" recommencent ces batards, et les gogos n’y voient qu’une formidable liberté de presse.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents