Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

L’holocauste de quatre milliards (ou quarante millions) de juifs au deuxième siècle

Nous mettons ici à disposition du public un texte que nous avons reçu à la Rédaction et qui s’intitule L’holocauste de quatre milliards (ou quarante millions) de juifs au deuxième siècle. Il est signé par deux auteurs italiens : Omar Di Benedetto et Giuseppe Fallisi.

 

***

Dans le Talmud babylonien nous pouvons trouver les toutes premières histoires d’horreur de l’Holocauste. 6 000 000 ne sont rien en comparaison des massacres de juifs attribués par ces derniers aux Romains.

Dans le traité Gittin 57b, le rabbin Hiya b. Abin affirme que « 6 millions de juifs » ont été tués à Alexandrie en Égypte en 135 après J-C par les Romains sur les ordres de l’empereur Hadrien, et « 4 milliards de juifs » (d’aucuns disent 40 millions) ont été tués par l’empereur Vespasien dans la ville de Béthar pendant la révolte de Bar Kochba au IIe siècle après J-C [1].

« La voix est la voix de Jacob et les mains sont les mains d’Esaü » (Gén. XXVII, 22) : « la voix » se réfère ici (aux pleurs causés par) l’empereur Hadrien, qui tua à Alexandrie soixante myriades sur soixante myriades d’individus (6 millions), soit deux fois plus que ceux qui étaient sortis d’Égypte.

« La voix de Jacob » : ceci est le pleur causé par l’empereur Vespasien, qui tua dans la ville de Béthar quatre cent mille myriades (4 milliards) ou, comme le disent certains, quatre mille myriades (40 millions).

« "Les mains sont les mains d’Esaü" : ceci est le gouvernement de Rome qui a détruit notre Maison, brûlé notre Temple et nous a expulsés de notre terre. » (Gittin 57b, le rabbin Isidore Epstein, The Babylonian Talmud, Londres, Soncino Press, 1936, p. 262) [2].

Le Talmud de Jérusalem rapporte que « les Romains tuèrent tant de (juifs) et firent un si grand massacre qu’un cheval s’enfonce dans le sang jusqu’aux narines. Le sang fit rouler des roches d’un poids de quarante séas [293 kg] et se déversait dans la mer (la colorant en rouge) jusqu’à quatre milles de la côte (Ta’anit, 69a) » (Giulio Firpo, Le Rivolte Giudaiche, Editori Laterza, 1999, p. 79). Répété aussi dans le Midrash Rabba (Lamentations Rabbah, 2.5).

(...)

Le rabbin Zéra, dans le traité précédent de Gittin 57a, déclare que les Romains utilisaient les cadavres (le sang) des Juifs comme « engrais » pour les vignes : « R. Zéra a déclaré au nom de R. Abbahu qui a cité R. Johanan : Celles-ci sont les quatre-vingt [mille] trompettes de guerre rassemblées dans la ville de Béthar lorsqu’elle fut prise et les hommes, femmes et enfants y furent tués, de sorte que leur sang se répandit dans la grande mer. Pensez-vous que cette dernière était proche ? Elle se trouvait à un mille entier de distance [3].

Il a été enseigné : R. Éléazar le Grand a dit : « Il y a deux ruisseaux dans la vallée du Yadaim, l’un court dans un sens et l’autre dans un autre sens, et les sages ont estimé que [à l’époque] ils couraient avec deux parties d’eau à une de sang. Dans un Baraitha il a été enseigné : Pendant sept ans les païens rendirent fertiles leurs vignes avec le sang d’Israël, sans besoin d’utiliser du fumier. » (Gittin 57a, I. Epstein, op. cit., p. 260).

En revanche, dans le traité Gittin 58a, Rab Judah affirme que « 64 millions d’enfants juifs » ont été, par les Romains, enveloppés dans des rouleaux, bastonnés et brûlés vifs ! «  Rab Judah a rapporté le dicton attribué à Samuel, au nom de Rabban Simeon b. Gamaliel : Que signifie le verset : “Mon œil touche mon âme, à cause de toutes les filles de ma ville” ? (Lam. III, 51). Il y avait quatre cents synagogues dans la ville de Béthar, et dans chacune il y avait quatre cents instituteurs, et chacun avait sous lui quatre cents élèves [64 millions d’enfants juifs], et quand les ennemis y entrèrent, ils les percèrent de leurs bâtons, et quand les ennemis l’ont emporté et les ont capturés, ils les ont enveloppés dans leurs rouleaux et les ont brûlés avec le feu. » (Gittin 58a, I. Epstein, op. cit., p. 269) [4].

Notes

[1] Voir https://en.wikipedia.org/wiki/Betar...).

[2] Chaque « myriade » ( אובר , Arbua) correspond à 10 000 unités. « Le nombre de dix mille ; dix mille personnes ou choses. » (http://biblehub.com/topical/m/myriad.htm). Quant aux montants des tués, vraiment disproportionnés et insensés, rapportés dans le Talmud, « Ci-après nous donnons quelques-uns des chiffres transmis ou calculés pour la population du monde gréco-romain, qui nous semblent plus sûrs ou du moins plus intéressants. Parmi les villes grecques, celle dont la population est la plus sûre est Athènes, qui au début de la guerre du Péloponnèse devait compter environ 150 000 habitants, tandis que pour tout le IVe siècle elle a dû toujours osciller autour de 100 000 habitants sans les esclaves, dont le nombre est inconnu. La population de Sparte n’est certainement pas calculable, car le chiffre de 8 000 citoyens de sexe masculin de plein droit au moment des guerres de Perse donné par Hérodote, VIII, 234, a été contesté, vu que dans la période de la guerre du Péloponnèse les hoplites spartiates sur le terrain sont au plus 2 000, ce qui conduit à un nombre d’environ 3 000 citoyens à part entière. Pour Rhodes, on sait qu’en 304 elle opposa à Démétrios Poliorcète, qui l’assiégeait, 6 000 soldats citoyens et 1 000 métèques, ce qui conduit à une population libre d’environ 30 000, de laquelle, pourtant, est exclue une éventuelle portion représentée par des contingents militaires clos hors de la ville. Pour Halicarnasse, un décret du IIIe siècle fait état de 4 000 citoyens présents à l’assemblée du peuple ; Pergame à l’époque des Antonins comptait 40 000 citoyens, chiffre que nous a transmis Galien (V, p. 49, éd. Kühn) mais dont on discute pour savoir s’il incluait ou non les enfants, ce qui conduit à une oscillation entre 120 000 et environ 180 000 habitants en tout. Apamée en Syrie avait, en l’an 6 après J-C, 117 000 habitants (Dessau, Inscr. Lat. Sel., 1683). Séleucie sur le Tigre, d’après Pline, Nat. Hist., VI, 122, 600 000 habitants (?). Selon Hécatée d’Abdère (in Flavius Josèphe, Contre Apion, I, 22), la population de Jérusalem à l’époque d’Antiochos Ier était de 120 000 habitants ; les données de Josèphe pour la période de la rébellion juive (66-70 après J-C) sont en revanche toutes indignes de foi. Pour l’Égypte, Diodore (I, 31) affirme qu’elle comptait autrefois 7 millions d’habitants et qu’en son temps elle n’en comptait pas moins de trois millions. Flavius Josèphe, lui (Guerre des juifs, II, 16, 4), donne pour la population de son temps le chiffre de sept millions et demi. D’où l’hypothèse raisonnable selon laquelle les trois millions de Diodore seraient corrompus et devraient être modifiés en un chiffre beaucoup plus proche de sept millions. Pour Alexandrie, le même Diodore (XVII, 52) donne une population libre de 300 000 ; Syracuse à l’époque de Timoléon (Ve siècle) comptait 50 000 ou 60 000 citoyens (Diod., XVI, 82 ; Plutarque, Timoléon, 23) ; Panorme au moment de la première guerre punique comptait environ 30 000 habitants (Diod., XXIII, 18). Les Helvètes apprivoisés par César était de 110 000, selon le recensement ordonné par ce dernier (Guerre des Gaules, I, 29), et les chiffres moins certains qu’il donne sur la levée en Gaule belge et sur les contingents de l’armée fédérée gauloise recrutée pour secourir Alésia sont également à comparer dans ses écrits (ibid., II, 4 ; VII, 75-76). Quant aux résultats du recensement romain, leur évaluation numérique dépend évidemment de l’interprétation qui leur est donnée. Si, comme cela semble probable, les 900 000 censés après la guerre sociale représentent tous les citoyens, il est vraisemblable que la population totale de l’Italie fût alors de 6 à 7 millions d’habitants. A cet égard on peut tirer moins des données des censés, qui de 28 avant J-C à 47 après J-C indiquent des chiffres passant d’environ 4 millions à environ 6 millions, car ces chiffres représentent en tout cas des groupements de citoyens romains dispersés dans tout l’empire, avec son noyau en Italie qui aurait difficilement augmenté en nombre pendant la période des guerres civiles. Alors il est évident que la population des familles de citoyens romains sera bien identique à ces chiffres-là dans le cas où les recensements comprendraient femmes et enfants et que, dans le cas contraire, elle doit être multiplié par un peu moins de quatre. »

(http://www.treccani.it/encyclopedia... Italiana).

[3] I. Epstein écrit dans une note : « [J., on lit “quatre milles”. Le site de Béthar est encore incertain, v. JE. sv]. » (Gittin 57b, I. Epstein, op. cit., p. 260, note 22). Toutes les citations talmudiques sont vérifiables en ligne sur le site hébraïque DTorah (http://dtorah.com/otzar/shas_soncino.php), où elles sont tirées directement de l’édition suscitée de The Babylonian Talmud, avec texte hébreu (E-daf, Ed. Vilna) Tosafot et commentaire de Rachi.

[4] Le calcul est obtenu en multipliant 400 synagogues x 400 instituteurs x 400 élèves = 64 millions (!). Dans le Talmud de Jérusalem, en revanche, les synagogues (avec les instituteurs et élèves respectifs) deviennent 500 (cf. Ta’anit, 69a, 22), portant au nombre total de 125 millions de personnes (! !!).

À mettre en parallèle avec :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

39 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants