Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Bretagne et la Vendée, avant, pendant et après la Révolution – Conférence de Marion Sigaut et Reynald Secher à La Roche-sur-Yon

L’équipe d’E&R Vendée a reçu Marion Sigaut et Reynald Secher le 2 juin 2018 à La Roche-sur-Yon pour une conférence intitulée « La Bretagne et la Vendée, avant, pendant et après la Révolution ».

 

 


Retrouvez Marion Sigaut
dans le Cycle de formations E&R saison 2018-2019 :

Marion Sigaut – L’Histoire par les procès

 

Cliquez sur l’affiche pour télécharger le livret pratique des formations

Voir aussi, sur E&R :

Retrouvez Marion Sigaut chez Kontre Kulture :

Pour soutenir les sections régionales d’Égalité & Réconciliation :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Fascinant ! cela change tellement de nos cours d’histoire enseignés en primaire et secondaire par des idéologues ne jurant que par l’esprit de 1789. La plupart des enseignants vouaient une admiration sans faille à Voltaire, Turgot, Condillac, Condorcet, Michelet, d’Alembert, Locke, Diderot, La Mettrie & cie. Je souligne qu’un village fort magnifique en Ariège possède un musée en l’honneur de Pierre Bayle, initiateur de l’Encyclopédie avec Diderot, Voltaire...

    Madame Sigaut, si vous deviez faire prochainement une conférence en Ariège, arrêtez-vous quelques heures dans ce beau village aux couleurs magiques.

     

  • La libéralisation du commerce des grans n’est pas arrivée par hasard, mais à causes des disettes ou famines à répétition qui sévissaient dans les régions affectées par une baisse de production des denrées agricoles. Il faut se replacer dans le contexte de l’époque marqué par une grande vulnérabilité de la population aux aléas climatiques et autres du fait de la faiblesse des rendements et de l’inexistence des capacités de stockage. Par exemple Jean Bart sauve le Royaume de France exangue de la famine sous Louis XIV, en permettant à des convois chargés de blé russe de rejoindre Dunkerque à partir de la Baltique. C’est un exemple de libéralisme forcé aux dépens de nos rivaux anglais et hollandais, qui illustre bien la nécessité de laisser circuler les marchandises en cas de besoin. Faut-il rappeler aussi que les essais le libéraliser le commerce des farines ont été sabotés délibérément par des accapareurs qui voulaient la peau de la Monarchie française en bloquant les réformes indispensables à la modernisation de l’économie privée et de l’administration publique. ce sont les mêmes "grands noms" aristocrates qui ont abusé des statuts de la banque centrale de Law pour fare échouer la première tentative de monétiser la dette comme moyen de relance de l’économie nationale par les dépenses publiques. Donc la défense des intérêts du peuple trouve ses limites, quand elle consiste à masquer la réalité de réformes dont dépendait à l’époque la survie du Royaume de France. En Angleterre, en Prusse et aux Pays-Bas, ces réformes ont été appliquées avec succès, alors qu’en France leur échec nous a plongé dans les horreurs de la Révolution jacobine précipitant le déclin national.

     

    • Hier, dans un autre fil, votre argumentation fallacieuse abondait dans le sens des intérêts néo-libéraux.
      Vous recommencez aujourd’hui. Cela confirme l’hypothèse que j’avais émise hier : vous suivez un agenda.
      Votre argumentation est fallacieuse car :
      Vous partez du principe évident selon lequel le transport à longue distance de grosses cargaisons de grains permet de remédier à une famine locale. Et alors, tour de passe-passe, vous prétendez avoir ainsi démontré que la libéralisation du commerce du grain était utile et nécessaire. Pour ce faire, vous tordez la réalité. C’est flagrant lorsqu’on examine la manière dont vous relatez l’action de Jean Bart :
      - l’action de Jean Bart est à l’opposé du libéralisme. Le convoi de blé, 110 navires venant de la Baltique, était payé par Louis XIV sur ses deniers. Si le corsaire Jean Bart permet au convoi d’arriver en France, malgré l’attaque des Hollandais, c’est parce que cela fait partie de la mission qu’il a reçue du Roi. Voila donc une action économique réussie par l’État. Vous osez prétendre que c’est un succès du libre-échange. Admirons l’audacieuse escroquerie intellectuelle tentée par un imbécile.
      - en outre, aucun règlement n’interdisait à l’initiative privée, en cas de famine locale, d’organiser des importations de céréales. Ainsi David Gradis sauva une fois sa ville de Bordeaux, raison pour laquelle il y a encore aujourd’hui une rue à son nom. Sauf que, s’il fut ainsi honoré, c’est que son action n’était pas banale. Autrement dit, l’initiative privée, d’une manière générale, n’était pas un remède contre le risque de famine.
      - examinons, en passant la performance historique du libre-échange des grains, contre les famines. Au 19ème siècle, un million d’Irlandais sont morts lors d’une grande famine (une maladie ravageait les pommes de terre). Au même moment, l’Irlande produisait assez de blé pour nourrir toute la population. Mais par l’effet de la libéralisation, le blé irlandais était exporté vers des pays qui n’en manquaient pas, mais étaient plus riches et l’achetaient donc à un prix supérieur. Rajoutez, également pendant la domination anglaise, les millions de victimes des famines en Inde, par la faute d’un mécanisme économique similaire.

      Votre espèce de troll sévit depuis les débuts de l’Internet. On veut passer pour un savant, alors qu’on n’en possède ni le QI ni le bagage intellectuel. Alors on régurgite - c’est à la portée d’un idiot - les éléments de langage de la propagande économique néo-libérale.


    • @JP
      Alors là,un grand merci : je m’apprêtais à répondre quand j’ai trouvé votre post.
      Je suis incapable de dire mieux.
      Sursum corda !
      Marion


  • Grâce à cette conférence, j´ai enfin compris d´où venaient ces dégénérés d´anti-fascistes bretons que je n´ai jamais vu en étant lá-bas, plutôt influencé par Tabarly, Hinaut, et des marins aux convictions dures comme le fer ; et résolu un grand mystère.

    La richesse même du pays, et son indépendance de par le traité de 1532 a créé une élite de bourgeois indépendante du peuple de Bretagne, et du Roi de France, qui n´est pas pour rien dans la Révolution.
    Il faudrait suivre le fil sur 200 ans, mais il est plus que probable que ces zombies de gauchistes qui peuplent la région soient les produits et les idiots utiles de cette même bourgeoisie d´élite.
    René Le Chapelier, Isaac de son petit nom vient de lá, un petit topo serait à faire sur ce personnage.

    Marion Sigaut et Reynald Seycher sur un plateau, ca décoiffe de complémentarité.

     

  • Réponse à JP
    Vous n’avez pas d’arguments pour me répondre, sauf des insultes et des slogans correspondants à votre doxa marxiste.Faire l’impasse sur toutes les réflexions économiques du XVIIème et XVIIIème siècle qui tentaient de répondre aux problématiques nouvelles posées par la montée en puissance du monétarisme, la croissance exponentielle des échanges internationaux et la première révolution industrielle, sous prétexte de mauvais coup libéral relève de l’amateurisme le plus primaire. Votre façon de réagir était la même lors de mon premier post concernant les problèmes posés par la redénomination de la dette en monnaie nationale, où vous faites preuve de la même méconnaissance des mécanismes des marché obligataires, du fonctionnement de la dette de l’Etat et des conséquences de la mondialisation, comme si il suffisait de revenir à la monnaie nationale pour sortir du piège de la dette en euros. Vous oubliez que l’euro est le fruit du système socialiste fédéraliste mis en en place par la Commission pour remédier aux écueils des sanctions monétaires que rencontraient les Etats trop dispendieux, comme celui Du programme commun de J ; Delors et F Mitterrand ; Si vous voulez revenir à une monnaie nationale vous êtes obligé de réduire drastiquement les dépenses de l’Etat (57% du PIB),faute de financement par le marché. C’est justement le recyclage de la dette par le marché qui transforme les actifs bancaires en titres collatéralisés de refinancement des dettes qui permet de juguler l’hyperinflation monétaire. La création monétaire banque centrale est en effet circonscrite aux canaux bancaires de marché à des fins de refinancement d’actifs bancaires et non de financement directe de l’économie réelle. En cas de financement direct par la banque centrale, ie planche à billets, la monnaie crédit part directement dans l’économie réelle pour être transformée en monnaie fiduciaire.sans contrepartie productive, d’où l’hyperinflation.
    En ce qui concerne l’Irlande dont la production de blé aurait suffit à nourrir sa population lors de la famine su XIXème siècle, je ne réponds même pas, tellement l’argument est une contre vérité historique.Voir l’étude ci-dessous à propos des importations de grains par l’Irlande entre 1840 et 1914. For example, in the case of wheat,foreign imports accounted for 92 per cent of imports in 1867 and 57 per cent in 1905
    http://www.efm.bris.ac.uk/ecesc/Art...

     

    • - Vous hallucinez lorsque vous croyez que la vérité historique serait de votre coté. Même wikipedia vous donne tort, malgré que le plus souvent son biais éventuel soit en faveur de votre camp libéral. Voir son article "Grande Famine en Irlande"
      - Vous hallucinez en croyant avoir démontré quelque chose avec ce pdf qui affirme juste (pour une période sans rapport avec la famine) que les éventuelles importations de blé entrant en Irlande, elles provenaient essentiellement d’autres pays que l’Angleterre (et pour cause, puisque l’Angleterre aspirait la production irlandaise de blé)
      - En outre, sous l’effet de la vexation, vous en oubliez la nécessité de cacher que vous utilisez simultanément un autre pseudo "Bruno", afin de répandre encore la propagande néo-libérale. Chacun pourra vérifier en cliquant ici. Il est avéré que vous utilisez 2 pseudos. Sinon, pourquoi m’attribuer une "doxa marxiste" ? Sinon, pourquoi ci-dessus votre tirade hors-sujet sur la sortie de l’Euro par l’Italie ?
      Bref vous avez réagi comme si votre narcissisme venait de prendre une grande gifle. Très classiquement, vous déconnectez temporairement de la réalité. Cela vous permet de garder intact le sentiment de votre propre valeur. Vous êtes incapable de tirer un bénéfice narcissique de votre entreprise de propagande néo-libérale, ici.
      Tentez votre chance dans un autre domaine, tel qu’une activité un peu plus altruiste.

      Je n’ai même pas voulu lire cette tirade sur l’Italie. Je sais que vous avez intensément transpiré afin qu’elle paraisse très savante ; vous en aviez grand besoin. Mais je ne m’intéresse pas aux théories, quand bien-même leur logique paraitrait irréfutable, lorsqu’elles prétendent réfuter la réalité avérée. Vous êtes un idéologue ; je serais toujours un scientifique qui privilégie l’observation et l’analyse du réel.
      Dans le cas de l’Italie :
      - réalité N°1 : vu l’enjeu, ce qui sera déterminant, ce n’est pas les règles mais le rapport de force, tel qu’il découle des risques encourus par chaque partie, et de sa volonté à les affronter.
      - réalité N°2 : l’expérience historique de l’Italie avant, versus depuis, son entrée dans l’Euro démontre que "There is no alternative" à la sortie du système actuel de l’’€, quelque en soit le coût. Les bases de votre TINA sont justes théoriques ; elles ne font pas le poids.


  • Le bourreau brandit la tête du Roi... On n’a pas fait mieux que Daesch. D’accord, mais à quasi 3 siècles près. Soit ils sont des arriérés sanguinaires, soit nous nous sommes avachis, incapables de répondre à niveau. Et quand un traître à la Nation comme le trembleur dit qu’il faut vivre avec...
    Simple élément de réflexion (Mais les bonnes vieilles méthodes...).


  • J’y etais. Vraiment une super conference tout c’est bien deroule. Beaucoup de gens sympatiques et un bon acceuil...
    Cependant pourquoi la video ici a ete coupe ? ou sont les questions du public ? il y a encore une demi-heure au moins derriere...
    merci