Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La France contrainte de cesser l’étiquetage discriminatoire contre les produits israéliens

La France a suspendu son obligation d’étiquetage anti-Israël dans l’attente d’une décision de la Cour de justice européenne sur la question.

 

Les autorités françaises ont annoncé plus tôt ce mois-ci la suspension d’une obligation d’étiquetage discriminatoire et politisée imposée aux produits israéliens, dans l’attente d’une décision de la Cour de justice des Communautés européennes.

L’exigence française imposait que les produits israéliens de Judée-Samarie et des hauteurs du Golan soient étiquetés « colonies israéliennes ».

Cette exigence a été promulguée en 2015 après que la France et 15 autres pays de l’Union européenne (UE) aient exhorté le bloc à clairement étiqueter les produits vendus dans les pays membres originaires de ces zones israéliennes, qu’ils prétendent être « occupées ». Cependant, les marchandises provenant de ces régions non produites par les Israéliens peuvent continuer à dire « produit de la Palestine ».

Le ministère israélien des Affaires étrangères a critiqué le double standard préjudiciable, en déclarant « qu’il est déroutant et troublant que la France adopte un double standard par rapport à Israël, tout en ignorant 200 conflits territoriaux qui se déroulent actuellement dans le monde ».

Lire l’article entier sur europe-israel.org

Voir aussi, sur E&R :

 

À lire chez Kontre Kulture :

 






Alerter

66 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Bof, Déjà les gensse foutent du "made in China" ; "made in Thailand" et d’autres, alors que tout le monde sait ce que ça recouvre en terme de système et de qualité de vie.

    Cette politisation des moyens de productions n’est qu’un moyen detourné (quasi terroriste, objectivement) d’agir sur le "conflit" Palestinien.
    En plus tout le monde sait qu’Israèl tire principalement des ressources des aides,arnarques,dons,technologies de surveillance et de pointe,bourse, et autre principe anti-humains.

     

    Répondre à ce message

  • Si je devais avoir un quelconque rapport pécuniaire avec l’israel, ce serait pour aller me recueillir sur la tombe du Christ, à Jérusalem... C’est pas demain la veille. .

     

    Répondre à ce message

  • CORA Mulhouse : Un très bon étiquetage. Des petits panneaux donnent l‘origine des denrées. Par exemple, par solidarité d’origine d’une partie de ma famille je peux « préférer » les bananes de Martinique à celles d’ailleurs (A ce sujet, ces bananes sont plus belles et moins chères que celles des supermarchés de là bas).
    Donc, aux légumes, le stand « Salades », bien « frais » et bien tenu indique « Origine Israël » pour une gamme « attirante » et à prix compétitif.
    Vous n’imaginez pas le nombre de ménagères en foulard, tchador et autres accoutrements symboliques qui s’y sert.

     

    Répondre à ce message

  • La notion de boycott étant récurrente sous cet article, voyons plus grand camarades : que ceux qui ne l’ont pas encore vu visionnent le film "La belle verte", dispo sur dailymotion en entier, et appliquons tous ensemble le "boycott" évoqué dans le film !

     

    Répondre à ce message

  • #2067291

    Je fais un petit H.S bien que l’on parle des mêmes.

    J’ai trouvé ce commentaire sur le site de la LDJ (Je je savais pas qu’ils avaient un site) à propos de l’interview de Yahia Gouasmi sur le sionisme :

    ChretienSioniste
    21 octobre 2018 at 17 h 39 min

    "C’est l’inverse : dans 5 ans l’Iran ne sera plus une République ISLAMIQUE mais une Syrie bis où tout le monde s’entre-tuera. On y travaille… t’inquiète coco."

    Voilà, après on ira dire que la plus grande démocratie du Moyen Orient avec l’armée la plus morale du monde et sans doute les services secrets les éthiques et sains du monde n’y est pour rien dans toute cette affaire.

     

    Répondre à ce message

  • Il n’y a plus aucun doute possible : le simple appel à boycotter des produits israéliens est totalement illégal en France. Et sévèrement puni. Deux arrêts de la Cour de cassation du 20 octobre, passés inaperçus en dehors des réseaux militants et des juristes spécialisés, font de la France l’un des rares pays du monde, et la seule démocratie, où l’appel au boycott par un mouvement associatif ou citoyen pour critiquer la politique d’un Etat tiers est interdit.

    Concrètement, la Cour de cassation a confirmé la condamnation par la cour d’appel de Colmar de 14 militants du mouvement Boycott, désinvestissement, sanctions (BDS) à 28 000 euros de dommages et intérêts aux parties civiles et chacun à une amende de 1 000 euros avec sursis. Il leur est reproché d’avoir, le 26 septembre  2009 pour les uns et le 22 mai  2010 pour les autres, participé à une manifestation dans un magasin Carrefour à Illzach, près de Mulhouse (Haut-Rhin), «   appelant au boycott des produits en provenance d’Israël  ». Ils portaient des tee-shirts avec le slogan «  Palestine vivra, boycott Israël   » et distribuaient des tracts aux clients sur lesquels était écrit   : «  Acheter les produits importés d’Israël, c’est légitimer les crimes à Gaza, c’est approuver la politique menée par le gouvernement israélien.  »

    Il n’a été relevé aucune dégradation, aucune entrave au fonctionnement du magasin (qui n’a pas porté plainte) ni aucun propos antisémite. Le mouvement BDS déploie sa stratégie dans de nombreux pays (Grande-Bretagne, Etats-Unis, Belgique, Allemagne, etc.) au moyen d’appels aux boycotts commerciaux, universitaires ou culturels pour faire pression sur Israël.

    Lire aussi Le boycott d’Israël torpille la paix

    Pour la haute juridiction française, cela est néanmoins constitutif du délit de «   provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race, ou une religion déterminée   » (article 24 alinéa 8 de la loi sur la presse).
    Seuls les embargos sont légaux

    La campagne BDS lancée par des militants propalestiniens en 2005 à travers le monde fait l’objet depuis 2010 de poursuites systématiques dans l’Hexagone. Une circulaire aux procureurs datant de février 2010 – Michèle Alliot-Marie était alors ministre de la justice – visait spécifiquement les «  appels au boycott de produits israéliens  » et recommandait aux parquets d’apporter «   une réponse ferme   ».

     

    Répondre à ce message

  • La France.... Quel France, celle du sionisme, ou celle de de Gaulle...

     

    Répondre à ce message

  • Pas d’étiquettes pas d’achat .J’aime bien savoir ce que je mange .Ce n’est pas la peine de se planquer .En tous cas en ce qui me concerne .

     

    Répondre à ce message

  • Perso, ca ne me gene pas, je refuse d’acheter tout ce qui vient d’israel (et pas eulement des colonies)

     

    Répondre à ce message

  • #2069286

    Pour les légumes et fruits, si vous ne voulez pas acheter "israelien" alors, ne jamais acheter "made in Netherland" "made in Argentina" "made in South Africa" car souvent ces produits sont de provenance d’Israel et pas terrible au niveau goût !
    N’achetez vos fruits et légumes que "made in France" "made in Spain" et "made in Marocco"

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents