Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Turquie a quitté la liste des plus gros détenteurs de dette publique américaine

Suite à la Russie, la Turquie a réduit ses investissements dans la dette publique des États-Unis, ce qui l’a fait sortir en juin de la liste des principaux détenteurs de titres du Trésor américain, d’après les données du département du Trésor des États-Unis.

 

Les statistiques du mois de juin du département du Trésor des États-Unis révèlent que la Turquie ne fait plus partie de la liste des plus gros détenteurs de dette publique américaine, en ayant réduit ses investissements dans la dette publique US.

Ainsi, en juin les investissements d’Ankara dans la dette publique des États-Unis ont diminué à 28,8 milliards de dollars, alors qu’en mai cet indice s’élevait à 32,6 milliards de dollars.

Depuis novembre 2017, la Turquie a continuellement réduit ses investissements dans les obligations du gouvernement américain, leur volume étant à l’époque de 61,2 milliards de dollars.

La Russie a quitté cette liste au mois de mai lorsqu’elle a fortement réduit ses obligations américaines de 48,7 milliards à 14,9 milliards de dollars.

La Chine est en tête de la liste, avec des investissements estimés à 1.179 milliards de dollars, ce qui est toutefois de 0,4 % plus faible qu’au mois de mai.

Le Japon occupe la deuxième place avec des investissements plus faibles de 1,75 % par rapport au mois précédent et estimés actuellement à 1 030 milliards de dollars.

Le Brésil est le troisième détenteur le plus important de dette nationale américaine, ses investissements s’élevant à 300,1 milliards de dollars.

Voir aussi, sur E&R :

La Turquie dans le Grand Jeu,
lire sur Kontre Kulture

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ca explique en partie pourquoi la lire turque est attaquée.... Mais n’oublions pas les problèmes structurels : http://lesakerfrancophone.fr/pourqu...


  • La Russie a quitté cette liste au mois de mai lorsqu’elle a fortement réduit ses obligations américaines de 48,7 milliards à 14,9 milliards de dollars.

    En précisant que les 48,7 milliards ne sont eux même que le reliquat d’un montant initial qui était de l’ordre de 100 Milliards, et dont la moitié venait d’être liquidée (juste pendant le mois précédent, si ma mémoire est exacte).

    Au total, c’est presque 90% de 100 milliards que Poutine a bazardé. Le petit reste ne serait justifié que par des nécessités purement techniques.

    Pour revenir au Grand Turc, l’hypothèse selon laquelle l’Europe, plutôt que la Chine, viendrait au secours de la livre turque gagne en probabilité aujourd’hui :
    L’Empereur Erdogan et Son Altesse Sérénissime Emmanuel 1er ont taillé une bavette au bigophone aujourd’hui. Il en ressort que le Palais de l’Elysée déclare officiellement être attaché à la stabilité financière de la Sublime Porte, et concrètement, Bruno Lemaire va bientôt rencontrer son homologue turc.

    Hier, la bavette Merkel / Erdogan aurait débouché sur la discussion, aujourd’hui, des ministres des finances turcs et allemands.

    Bon, il y a des banques allemandes et françaises qui seraient bien plantées si la débandade de la livre turque perdurait....


  • Sans être fan d’Erdogan, tout ce qui peut nuire à l’état profond US est bienvenu.
    Les ennemis de nos ennemis sont (presque) nos amis.

     

  • C’est certain qu’il y a un lien de cause à effet.
    Impatient de voir ce que ces pays, une fois désengagés de la dette US, vont faire.
    Clairement, l’initiative a changée de camp et les BRICS suivent leur planning.
    Les néocons doivent l’avoir mauvaise...cool


  • Petit rappel aux gauchistes primaires et jaloux qui postent ici

    le PIB US est de 20 trillions
    L endettemet US est inferieur a celuide Marianne, cette pute
    Son taux de croissance est de 4%

    La vente des Bon’s par la Turquie ou la Russie arrange l US
    Le pl us fort a toujours interet au conflit contre le plus faible
    Et le plus faible contre le plusfort seulement quand il n a plus le choix

     

    • Oui, mais si les plus faibles s’unissent contre le plus fort ........c’est jouable n’est ce pas ?
      Le total du PIB de la Turquie, la chine, l’Iran, le Venezuela, la Russie .....ça fait combien ?
      sans parler de l’état des infrastructures des USA , la désindustrialisation , les dettes des produits dérivés, la violence de la lutte entre les "globalistes" et les populistes.......
      bien à vous.


  • j’espère que tout le monde ici a bien compris comment les USA,le pays le plus endetté au monde (et la courbe ascendante de sa dette suit exactement celle de l’augmentation de son budget militaire) finance son endettement : en obligeant tous les pays à utiliser le dollar comme monnaie de réserve depuis qu’il n’est plus échangeable en or. ce qui fait que tous les pays qui reçoivent des dollars en paiement de leurs exportations sont obligés de les convertir dans les bons du trésor américain pour en tirer un petit intérêt (d’ailleurs moins élevés que la perte de valeur de cette monnaie).
    .or tout le monde sait que les USA ne pourront jamais rembourser leur dette abyssale alors qu’ils obligent tous les pays (sauf Israel) à rembourser la leur, rubis sur l’ongle .
    le dollar ne tient que par la puissance militaire des USA, et jamais dans l’histoire du monde la finance n’a été aussi interconnectée avec la guerre. c’est donc open bar pour la création de monnaie pour l’oncle Sam qui peut encore créer plus de dollars en fourgant ses bons du trésor. et austérité pour tous les autres pays
    dernier point, les USA interdisent aussi de prendre le contrôle d’une société US, donc impossible aussi d’investir véritablement ses dollars dans le pays qui les produit. la boucle est bouclée


  • Une crise économique se profile... quand elle sera là, comme la chose se passe toujours traditionnellement, le dollar, monnaie de réserve internationale, servira encore de valeur refuge et à cause la demande son taux de change grimpera par rapport à la plupart des autres monnaies du monde.
    C’est pour cela que vendre ses bons du trésor américain, en ce moment, c’est idiot du point de vu de la pure gestion financière. Les pays qui le font le regretteront surement dans 6 mois.

     

    • quand vous aurez saisi que tous les pays qui vendent leurs bons du trésor US achètent de l’or en contrepartie, justement pour assoir leur monnaie nationale en prévoyance de la prochaine crise, vos comprendrez que ce sera au contraire le dollar la prochaine victime de la finance qui a déjà choisi son camp : l’asie et une monnaie de réserve fondée entre autres sur le yan et l’or.(De plus si le dollar montait un temps soit peu ce serait toute l’économie américaine qui s’effondrerait à commencer par l’industrie du gaz de schiste.


  • Par contre il faut à tout prix éviter de s’endetter en dollar et/ou rembourser un maximum ses crédits déjà contracté maintenant. Quand les taux grimperont, les emprunteurs se retrouveront étranglés.