Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Turquie : le bras de fer entre Erdogan et Trump provoque une crise financière

La valeur de la livre turque a fondu de près de 40% face au dollar et à l’euro depuis le début de l’année. Le président Erdogan appelle à une « lutte nationale », mais les marchés s’inquiètent de sa politique économique et des conséquences de la lutte douanière engagée avec les États-Unis.

 

La descente aux enfers s’accélère en Turquie. Ce vendredi après-midi, au moment même où le ministre turc de l’Économie dévoilait en direct son nouveau « modèle économique », un tweet de Donald Trump annonçant le doublement des taxes douanières sur l’acier et l’aluminium provoquait un nouvel effondrement de la livre turque. En l’espace de quelques minutes, la monnaie a ainsi de nouveau chuté de 6,66 livres pour un dollar à 6,99.

Dans un discours prononcé à la mi-journée, le président Recep Tayyip Erdogan avait précédemment exhorté ses concitoyens à changer leurs devises étrangères pour soutenir la monnaie nationale.

« Si vous avez des dollars, des euros ou de l’or sous votre oreiller, allez dans les banques pour les échanger contre des livres turques. C’est une lutte nationale », a-t-il lancé depuis Bayburt, dans le nord-est du pays.

Un discours teinté de sa désormais habituelle rhétorique belliqueuse : la Turquie, a-t-il promis, « ne perdra pas la guerre économique ». La veille, lors d’un déplacement sur les bords de la mer Noire, il s’était déjà appliqué à dénoncer les « nombreuses campagnes qui sont menées » (contre la Turquie). « S’ils ont leurs dollars, nous avons notre peuple, notre Dieu », avait-il insisté, en référence à la chute de la livre qui a perdu 40 % de sa valeur depuis le début de l’année.

[...]

La chute drastique de la livre turque, à l’agonie depuis plusieurs mois, s’explique en partie par l’actuelle crise diplomatique avec les États-Unis – la plus grave en quarante ans. La semaine dernière, Washington a pris la décision radicale d’imposer des sanctions contre son allié au sein de l’OTAN, en visant directement deux ministres, celui de la Justice et celui de l’Intérieur. À l’origine de cette décision : la volonté de « punir » la Turquie pour la détention du pasteur américain Andrew Brunson. Accusé de « terrorisme » et « d’espionnage », ce dernier vient de passer un an et demi en prison et a récemment été placé en résidence surveillée pour la durée de son procès. Pour l’heure, les tractations diplomatiques n’ont permis ni d’apaiser les tensions, ni de rassurer les marchés. Bien au contraire.

[...]

Lire l’article entier sur lefigaro.fr

La Turquie dans le Grand Jeu,
lire sur Kontre Kulture

 

Erdogan se fait-il rappeler à l’ordre par l’Empire ?
Voir sur E&R :

 






Alerter

48 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2022738

    Les Franco-Turcs, plus Turcs que Français de mon point de vue, mettront un point d’honneur à se solidariser avec leur Pays en investissant leurs Euro convertis là bas.

     

    Répondre à ce message

  • « Un discours teinté de sa désormais habituelle rhétorique belliqueuse : la Turquie, a-t-il promis, « ne perdra pas la guerre économique » »
    Alors que les États-Unis sont zentils et ne veulent que leur bien. Mais que voulez-vous ! Ce sont des turcs et, partant, ils ne comprennent rien. Ils sont trop forts au Figaro. Un pays dont la monnaie est attaquée et qui se défend = Ce pays est donc belliqueux. Conclusion : si t’es gentil, allonge-toi ! T’as compris, toi le turc ? :-)

     

    Répondre à ce message

    • #2023022

      Non si t’es gentil, tu baisses ton pantalon, tu fais un triple salto arrière et fais ton service du soir au moulin rouge comme une bonne fille. Ça va faire 40 ans que nos dirigeants font le french cancan pour amuser les Raclures-Unis.

       
  • L’empire états-unien,spécialiste des guerres,saisît le moindre prétexte,ou incident mineur pour agresser les nations. Pour cet empire maléfique,la fin d’une agression est synonyme du déclenchement d’une autre. Il lui est impossible de vivre en paix. Et si l’humanité entière devrait disparaître,et que l’empire oligarchique devrait rester face à lui-même ,et bien ils s’entre-dévoreront entre-eux jusqu’au dernier individu...
    Voilà la vraie nature de cette entité : guerres,agressions,morts,sang et larmes.
    S’agissant de la riposte de la Turquie,il est vitale qu’elle regarde les faits en face. Céder à un agresseur de cette nature,l’inciterait à fomenter une nouvelle agression. Erdogan ne peut se contenter de mesures techniques. Le défi est par sa nature même,et les intentions subversives de l’oligarchie,d’ordre stratégique. Cela veut dire qu’un bouleversement des alliances est un impératif que la Turquie ne peut contourner.
    L’ouverture sur les grandes puissances,Chine et Russie,et les puissances régionales,Iran,Inde et Pakistan est l’option la plus évidente. Ouverture signifie,clairement,coopération militaire,économique,universitaires et échanges technologiques.
    A souligner que le jeu alambiqué de Trump,qui joue"l’amitié"avec
    Poutine,rappelle la ruse kissingerienne,au temps de Nixon,qui,pour
    affaiblir l’urss et la Chine maoïste,a dressé ces puissances communistes l’une contre l’autre. C’est ce que Kissinger appelait"la politique triangulaire".C’est à ce retournement qu’Erdogan devrait s’atteler. D’ailleurs russes et chinois sont stratégiquement mis dans le collimateur de l’empire,et en outre,régulièrement soumis à des sanctions provocatrices,qui s’apparentent plus à l’humiliation. Manœuvrer en solitaire et recourir,au coup par coup,à des mesures de rétorsion contre une entité,foncièrement maléfique,c’est faire le jeu du prédateur qui mise sur l’usure d’abord,et,l’effondrement ensuite. La tragédie de l’effondrement de l’URSS est là pour le rappeler à ceux qui préfèrent caresser les illusions plutôt que de regarder les faits et les traiter comme tels.

     

    Répondre à ce message

  • #2022854

    La Turquie possède 2 à 3 millions de "migrants" qu’elle peut décider de laisser partir vers l’Europe quand elle veut. Vous voyez ce que je veux dire ?
    Contre les guignolades de nos dirigeants, les gesticulations de nos "belles âmes droit-de-l’hommistes" et la grande gueule de Trump aux ordres de Satanyahou, c’est le réel qui va l’emporter, comme d’hab !

    Viktor Von Berg

     

    Répondre à ce message

  • Apparemment, les banques européennes sont très exposées au marché turc. Donc si la dévaluation diminue , en connaissant la fragilité systémique des banques européenne cela peut faire des dégats. Beaucoup de créances douteuses vont s ajouter a la montagne estimée a 1000 milliard euros " ou dollars" en stock dans les banques de la zone euro.
    Ça finira par péter.

     

    Répondre à ce message

  • #2022889

    Erdogan sait ce qu’il fait.
    Attendez-vous à une sortie par le haut.
    Bye bye le dollar.
    Bye bye l’euro.
    Les Turcs tiendront le coup.
    Par contre, je doute fort que l’UE tienne le coup.
    Rien que la Grèce ça leur a mis le « cafard »...
    Si l’Italie tombe, l’Europe tombe.

     

    Répondre à ce message

    • #2022950

      Mehmet, je vous suppose Turc, Erdoganiste, pas trop pro-Gülen... Bon on va attendre et voir,
      Ceci dit, si votre communauté pouvait ne pas trop nous enquiquiner ici avec vos affaires internes (On a déjà donné, c’est gonflant).
      En toute cordialité,

       
    • @ Mehmet YILDIZ, ce qui se joue est effectivement plus complexe qu’une attaque économique, n’est en rien spontané et surtout pas lié à la crise de la détention du "Pasteur Brunson".
      Pour ceux qui comprennent le jeu atlantiste en Syrie et son (pour le moment) échec à cause du renversement d’alliances opéré par la Turquie suite à la tentative de coup d’état, ils avaient pu prédire ses attaques économiques. Les gens ont compris qu’il s’agit d’attaques extérieures et, surtout, que ce n’est que le début, que ça va aller en empirant puisque dans le remodelage du proche-orient (Grand-Israel), les territoires n’étant pas extensibles, pour qu’il y ait un Grand Israel tous les autres pays (ou ceux qui existeront encore) seront tous plus petits. Les Etats-Unis ont besoin de contrôler les ressources du proche orient et, le Grand Israel en est la finalité, ils ne feront pas de quartier et, pour le moment ils essaient de nous "ramener gentiment à la niche" en nous privant de gamelle, si ça ne marche pas, et ils ne s’en priveront pas, en dernier ressort, c’est la guerre, la vraie. A mes yeux, jusqu’à l’acquisition du parapluie anti-missiles Russes (S-400), officiellement prévu en Septembre 2019, ils peuvent créer un prétexte pour nous attaquer, après ils n’auront plus aucun moyen de nous faire plier, nous sommes, en cela, foncièrement différent des Européens dans le sens où on peut manger du pain noir s’il le faut si c’est le prix de notre liberté et de notre indépendance.

       
    • #2023044

      Je me demande s’il ne le fait pas exprès, je le soupçonne de s’être allié à Trump et Poutin pour faire sauter l’euro.

       
    • Mais bien sûr, erdogan est le grand stratège musulman qui va recréer l’Empire ottoman ! Ton pays la Turquie et ton président erdogan ont toujours été un pays de traiter et de collabo atlantiste et pro occidentale. Je vous rappelle que la Turquie entretien des liens commerciaux, diplomatique et militaire avec l’état d’Israël qu’ils ont toujours reconnu. Si erdogan voulait s’opposer aux atlantosioniste , il l’aurait joué a l’iranienne en cessant sa reconnaissance de l’état d’Israël, en se retirant de l’OTAN et en virant les base américaines de son pays. Erdogan a joué un jeu trouble en laissant les terroristes de daesh partir en Syrie en croyant que cette alliance avec les atlantistes sionistes allait faire de lui le roi du pétrole. Maintenant il comprend ce qu’il en coûte de pactiser avec le diable.

       
    • @ El Didou, merci tout d’abord de montrer à quel point vous êtes un guignol. Quand les gens comme vous se taisent, on a l’impression que l’intellect est en hausse...Merci, merci, merci
      Un "pays de traître" ?..
      Pour vous aider à comprendre (pardon de faire des phrases), je vais vous donner quelques exemples, si des pays comme le Japon ou l’Allemagne vivent avec des contingents militaires US suffisant pour envahir un pays (entre 40000 et 50000 soldats stationnés en permanence depuis 1945) ce n’est, déjà pas un choix de ces 2 pays, pas une mesure pour les protéger mais bien une mesure pour les maintenir occupé. Idem quand les Saouds achètent pour 400 Milliards de dollars d’armement c’est juste du racket et rappeler aux princes de pacotille à qui ils doivent leur place.
      Là, c’est la même chose, si la Turquie a collaboré avec l’Otan depuis 1952 c’est, déjà parce qu’elle n’avait pas le choix et qu’elle n’était pas menacée frontalement. Ce laps de temps de 1952 à 2018 a permis à la Turquie de devenir une puissance ce que le Maître Etats-Unien déteste par dessus tout. Autre exemple pour (tenter au moins) de m’exprimer avec des exemples à votre portée, c’est comme un grand propriétaire (les Etats-Unis) qui aurait un laquais des plus obéissants (la Turquie) et qui, au début, aux premiers signes de désobéissance essaie de lui faire une piqûre de démocratie (le coup d’état), dans un second temps, pour le punir, lui change son alimentation (au lieu de lui filer du pâté 4 étoiles, il lui file de la bouffe discount et de moins en moins : les sanctions / ambargo économique) et il attend de voir si son laquais revient le zboub entre les jambes se faire castrer sciemment (acceptation du Grand Israel et donc d’une petite Turquie) ou, s’il n’obéit toujours pas : l’euthanasie du laquais désobéissant.
      Autre énormité de votre message "la jouer comme l’Iran".
      L’Iran est autonome du point de vue énergetique alors que la Turquie est le pays au monde qui en est le plus dépendant, les Iraniens peuvent dire "merde" alors que la Turquie, par rapport à cette dépendance énergétique et d’investissements étrangers doit constamment chercher une position d’équilibre. Si vous m’avez lu, vous serez toujours probablement un guignol et ne vous privez surtout pas de continuer à le montrer mais, si vous y arrivez, essayez, par respect pour vous même, de réfléchir un minimum. Bonne journée à vous

       
    • @Mehmet Yildiz
      Puissiez-vous avoir raison : comme ça, les turcs qui vivent chez nous pourront retourner définitivement dans l’eldorado Ottoman, et ça nous fera des vacances, en France.

       
    • Uzfr
      Je vous avoue que vous me faites bien rire
      Me traiter de guignol et écrire un texte qui ne répond en rien a mes arguments prouve la schizophrénie turc.
      Votre pays a toujours été aligné sur la politique atlantosioniste et ses liens étroits avec Israël prouve son positionnement de laquais mais bien évidemment vous ne pipez pas un mot dessus. Les Iraniens sont autonome ? Certes mais la Malaisie aussi est dépendante des énergie fossiles pourtant c’est un pays qui s’est tjs opposé a Israël avec le grand Mohammed mahatir. l’Iran des mollah est le seul opposant réel a Israël, la Turquie possède une responsabilité énorme sur la destruction de la Syrie et l’éternel fini toujours par faire payer les traîtres et faux semblants.

       
    • @ El Didou, si je vous ai encouragé à le montrer, pas trop souvent non plus. La Malaysie n’est pas en plein sur la carte du "Grand Israel", elle n’est pas entourée de bases de l’Otan et ses voisins ne sont pas TOUS soumis au Sionisme, la situation de ce pays n’est donc pas comparable avec celle de la Turquie...
      Pour ce qui est de l’Iran, entre Mossadegh et Khomeini il y a eu le Chah Ali Riza Pahlavi, LA marionette des US. Ça devrait vous donner une idée des moyens que déploient les US pour dominer cette région, la Malaysie est, de ce point de vue, plus tranquille donc quand vous comparez des choses comme vous le faites, sans tenir compte de leur situation géographique et géopolitique vous montrez juste à quel point vous êtes à côté de la plaque.
      Pour les accointances avec le Sionisme, c’était effectivement une réalité on ne peut plus palpable, mais ça ne l’est plus depuis 2003 : Erdogan s’est opposé à l’invasion de l’Irak en 2003 par les US (pour dénoncer le raccourci qui ferait moi un "pro-Erdogan", ce n’est pas à lui que j’impute ces changements, pas uniquement en tous cas, les évènements montrent juste que le Plan Oded Yinon s’accélère et que sans réaction le pays va à une destruction certaine) en 2009, après l’attaque du Mavi Marmara, la collaboration militaire avec Israel a été interrompu unilatéralement par la Turquie... Le problème, et c’est ce qui se passe, c’est qu’ils sont partout au proche orient donc il leur suffit d’attaquer depuis un autre endroit. S’opposer pour s’opposer comme le fait l’Iran, ça n’est possible que si vous n’êtes pas dépendant au niveau énergétique et que vos alliés à même de faire contrepoids vous suivent (Chine, Russie). La Russie (avec la Chine en embuscade) suit et soutient effectivement l’Iran mais, là encore pour des raisons pragmatiques, cela ne les empêchent pas de discuter et de composer avec la réalité Atlanto-Sioniste. Si l’Iran tombe, tout le proche-orient tombe mais, là dedans, ce qui gêne le plus la Russie et la Chine c’est que cette chute signifierait 2 choses :
      - que ceux qui leur font confiance en tant que contrepoids à l’hégémonie Américaine y refléchiront à 2 fois dans la priorisation de leurs alliances (entre avancer froc baissé posture cambrée vers les US ou prendre le risque de travailler avec Russie/Chine).
      - que leur zone d’influence va diminuer et qu’ils seront encore plus pris en étau.
      Vous ne comprenez rien à ce dont vous parlez, des doigts, un clavier et du réseau ça ne donne pas un cerveau

       
    • #2023329

      Wouh je vois que le sujet éveille les passions comme d’habitude.
      Je ne suis pas français et j’habite pas la France. Et d’ailleurs ça change quoi ?
      Erdogan sait ce qu’il fait.
      Si les attaques continuent, l’armée turque est prête à entrer en Israël. Pour humilier Tsahal aux yeux du monde. D’homme à homme. En vrai bras de fer.
      Je signale par ailleurs aux débiles qui ne connaissent pas le sujet et déballent leurs imbécilités... La plupart des turcs qui sont en France sont des réfugiés politique ayant fui la Turquie. On veut bien que la France nous envoie les milliers de cadres du PKK, du FETÖ de DAECH et autres organisations classée terroristes... Notament le ASALA... Donc oui, nous on veut bien que la France fasse son boulot et nous envoie ces milliers de turcs qui vous posent un problème.

       
  • #2023025

    Les choses sont claires à présent, les Racailles-Unis ont autant de considération pour ses larbins que pour ses putes, c’est à dire aucune. Mais Erdogan est bien outillé, son or repose au chaud sous son matelas et non dans les coffres de la FED, il ne cour aucun risque de faillite avec une monnaie basée sur l’or contrairement aux États-Unis et leur monnaie d’escrot qui ne repose que sur du vent et le chantage.

     

    Répondre à ce message

  • Retour de baton pour le petit Calife de Constantinople ...
    Il va même jusqu’à refuser de monter les taux d’intérêts pour contrer la chute de la monnaie. C’est pourtant ce qu’a fait la banque centrale de Russie et ça a parfaitement fonctionné.
    Des années à faire le mariole et maintenant il envoie son pays dans le mur. Je ne verserai pas une larme.

     

    Répondre à ce message

  • Erdogan a joué contre plus fort que lui. La Turquie va le payer chèrement

     

    Répondre à ce message

  • #2023682

    ah ces yankees...tellement débiles qu’ils vont réussir à faire aller la Turquie du coté de la Chine et de la Russie...le terminus de la route de la soie sera ainsi vérrouillé et adieu l’empire khazar....décidément c’est vrai Dieu rend fous ceux qu’ils veut perdre...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents