Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Turquie annonce mettre fin à son offensive contre les Kurdes des YPG en Syrie

Le ministère turc de la Défense a fait savoir qu’il mettait fin à son opération militaire dans le nord de la Syrie contre les YPG. Après la visite d’Erdoğan en Russie, ces informations marquent une étape importante dans la résolution du conflit.

 

Ankara a assuré qu’elle ne reprendrait pas son offensive militaire contre la milice kurde des Unités kurdes de protection du peuple (YPG) – considérée par Ankara comme terroriste – dans le nord de la Syrie, après avoir constaté leur retrait des zones frontalières avec la Turquie. La nouvelle a été rendue publique par le ministère turc de la Défense dans un communiqué mis en ligne le 22 octobre au soir.

« À ce stade, il n’existe pas de besoin de mener une nouvelle opération », a fait valoir le ministère dans le document, soulignant qu’« au terme de la période de 120 heures, les États-Unis ont annoncé que le retrait des YPG de la zone [était] achevé ». D’après une source diplomatique turque reprise par l’AFP, ce retrait a été confirmé par le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, à son homologue Mevlut Cavusoglu, lors d’une conversation téléphonique. Ce serait donc potentiellement là la fin de deux semaines de conflit.

 

 

Vers une résolution du conflit ?

Le 9 octobre, la Turquie avait lancé, suite au retrait des troupes américaines, l’opération « Source de paix » dans le nord de la Syrie, visant à déloger les YPG de leurs positions le long de la frontière turque. Le 17 octobre, à l’initiative du vice-président américain Mike Pence, Ankara avait accepté une trêve de cinq jours, qui a pris fin le 22 octobre à 19h GMT. Cet accord prévoit la mise en place d’une « zone de sécurité » de 32 kilomètres de large en territoire syrien.

Dans le même temps, les présidents russe et turc, qui se sont entretenus à Sotchi le 22 octobre, se sont accordés sur une prise de contrôle commune de la frontière turco-syrienne. Recep Tayyip Erdoğan et Vladimir Poutine ont assuré vouloir, dans un premier temps, déployer des patrouilles, formées des gardes-frontières syriens et de la police militaire russe, du côté syrien de la frontière nord-est du pays. Passées les « 150 heures » données aux Kurdes pour évacuer la zone de 32 kilomètres, de nouvelles patrouilles, cette fois-ci russo-turques, devraient être mises en place dans la région d’après une déclaration de Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères.

Néanmoins, la Turquie conservera le contrôle de la zone située entre la ville de Tal Abyad, reprise aux Kurdes dès le début de l’offensive, et celle de Ras al-Aïn, dont les combattants des YPG ont débuté leur retrait le 20 octobre. Cette zone couvre une surface de 120 kilomètres sur les 440 kilomètres initialement réclamés par Ankara.

« Avec Vladimir Poutine, nous avons conclu un accord historique », s’est réjoui le président turc à l’issue des négociations. « Ces décisions sont selon moi très importantes, voire décisives, et vont permettre de régler une situation très tendue », a pour sa part affirmé son homologue russe.

Vladimir Poutine s’est par la suite entretenu par téléphone avec le président syrien, Bachar Al-Assad. Celui-ci a assuré, faisant allusion aux Kurdes, que « ceux qui ont des desseins séparatistes étaient responsables des événements qui se sont produits », d’après des propos rapportés le 22 octobre par l’agence de presse officielle Sana. Il a également rappelé son « total refus de toute invasion de terres syriennes sous aucun nom ou sous aucun prétexte ».

Si ces annonces constituent des avancées majeures vers une possible résolution du conflit, plusieurs points de friction sont encore à l’ordre du jour comme le retour des réfugiés syriens déplacés par l’offensive turque, ou encore le sort des milliers de combattants djihadistes de l’organisation État islamique encore détenus par les forces kurdes.

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Enfin une bonne nouvelle dans tout ce merdier.

     

  • Et la Syrie est toujours là, non partitionnées, souveraine et indépendante ... Une erreur de plus dans les théories fumeuses de la dissidence 2.0

     

    • Elle est partitionnée de fait, Puisqu’au moins trois forces étrangères y sont stationnées ! Dont la Russie impossible à déloger vu qu’elle passe pour avoir sauvé le pays ; pays dont elle détient les clés par ailleurs ( protection anti aérienne)...Poutine jour double jeu, Bayin, ouvre les yeux et oublie la propagande officieuse qui court sur Internet, propagande plus insidieuse encore que celle officielle...


    • @u roitelet (qui avait pourtant promis de ne plus me répondre...)



      Elle est partitionnée de fait,



      Alors pourquoi la Syrie a-t-elle un siège à l’ONU et proteste-t-elle pas ? Peut-être parce qu’elle existe toujours.



      Puisqu’au moins trois forces étrangères y sont stationnées ! Dont la Russie impossible à déloger



      La Russie est une force étrangère qui a été INVITEE par la Syrie à venir et ne reste que parce que la Syrie le veut bien.



      vu qu’elle passe pour avoir sauvé le pays



      Elle passe ? Tu as des preuves concrètes et fiables que la Russie a manipulé les groupes terroristes pour justifier son intervention ?
      Désolé, mais la Russie a chassé les terroristes et a sauvé la Syrie : donc elle a gagné son droit à ne pas passer pour une banale puissance impérialiste de plus.



      pays dont elle détient les clés par ailleurs ( protection anti aérienne)...



      Sauf que les S-300 sont aux mains des militaires Syriens. Donc, ce sont eux, au final, qui ont les manettes de la défense aérienne.



      Poutine jour double jeu,



      Preuves s’il te plaît ? Il n’y en a aucune ... tu n’en donnes jamais ! Donc Poutine ne joue pas double-jeu. Cette simple absence de preuve le prouve, tu seras d’accord avec ça.



      Bayin, ouvre les yeux et oublie la propagande officieuse



      Déjà, on écrit correctement le pseudo de son interlocuteur quand on lui demande quelque chose. Ensuite, roitelet, ouvre les yeux ! Il faut arrêter avec les théories fumeuses de la dissidence 2.0. Elles viennent d’être battues en brèche devant nos yeux. L’occident a perdu, ses élites ont prouvé que, aussi mégalomanes qu’elles soient, elles ne sont pas omnipotentes. La Russie a gagné et a prouvé qu’elle n’était pas l’esclave ou l’alliée de l’occident. La Syrie existe toujours : son président est toujours à sa tête. On y parle toujours Arabe et on y commerce toujours pas en Rouble ou en Dollar. La Syrie est toujours la Syrie. Il faut accepter la réalité.



      qui court sur Internet, propagande plus insidieuse encore que celle officielle...



      La "propagande officieuse" qui a eu raison pour Trump (il n’est pas l’allié de la Banque puisqu’on essaie faire un impeachment et qu’il a perdu les midterms) qui a eu raison sur le Brexit (qui est le souhait du peuple Britannique) elle a eu raison sur Poutine, sur la Syrie, l’Ukraine, etc. ...
      Par contre, tes théories de dissidents 2.0, elles, se sont toujours révélées fausses.


    • La Russie n’est pas si différente de l’occident mais juste plus intelligente.
      Le retrait des occidentaux et l’engagement de la Turquie avait surement l’objectif de prendre les positions de l’Iran en Syrie.
      Sauf que la Russie et la Turquie on du négocié.(a mon avis ne doit pas plaire a l’oncle et aux occidentaux qui vont tout faire pour viré la Turquie de l’otant)

      La Turquie est tombé dans le piège ou forcé a tomber dans le piège. Elle va avoir une relation dégradante voir hostile avec la Syrie-Iran et la Russie va pencher du coté iranien. La Turquie va avoir beaucoup d’ennemis extérieur (Europe, USA,, Russie, Iran avec toute une coalition de plusieurs pays) et de l’intérieur.
      Le punch manqué prouve que la stabilisation du pays est dirigé par une main de fer qui peut-être à double tranchant en cas de révolution. La communauté kurde de plus en plus favorable a un état kurde pourrai aussi favorisé cette pensé de révolution.
      On rajoute un blocus mondiales et on peu imaginé la suite.


    • @ chockjo

      Faire un blocus mondial de la Syrie ? Il faudrait pour ça que l’occident dirige le monde.
      Or, c’est de moins en moins le cas. On est plus dans les années 90 : le monde entier dégueule l’occident et je le comprends.
      Les Turcs ne laisseront pas un Kurdistan se créer, c’est un fait et de plus, de plus en plus de Kurdes préfèrent leur identité Turque, Irakienne, Iranienne ou Syrienne à ce rêve irréalisable tant les Kurdes sont divisés.
      Les Turcs ont eux aussi leurs bases à l’étranger.
      Enfin, les Russes veulent la stabilité dans la région et ne sont pas dans une logique de "ni pardon ni oubli" si cher à qui vous savez. La preuve, au lendemain de la destruction d’un avion Russe il y a quelques années par des Turcs (possiblement) il n’y a pas eu de déclaration de guerre de la Russie à la Turquie ... tout ça parce que le Kremlin avait senti la manipulation OTANienne et n’est pas tombé dans le piège...car, non, Russie et occident ne sont PAS dans le même camp.


  • Une zone de sécurité de 32 km de large ? Le futur Kurdistan ? En fait, Erdogan réclamait à l’origine un territoire de 14000 km2 pour y créer un territoire autonome. Où est l’intégrité syrienne promise ?

     

    • @u roitelet

      1) Kurdistan il n’y aura pas puisque la Turquie ne l’acceptera jamais.
      2) L’intégrité de la Syrie est respectée : puisque les occidentaux n’y sont pas, que les Kurdes ont dégagé que Turcs, Russes et Syriens sont en train de discuter (tous souverainement) du futur de cette bande de terre.
      3) Je ne savais qu’il y avait des chars Turcs en ce moment à Damas.
      4) On ne peut pas condamner l’existence (incontestable) de la souveraineté Syrienne tant que les négociations n’auront pas pris fin.


    • @u roitelet

      1) Kurdistan il n’y aura pas puisque la Turquie ne l’acceptera jamais.
      2) L’intégrité de la Syrie est respectée : puisque les occidentaux n’y sont pas, que les Kurdes ont dégagé que Turcs, Russes et Syriens sont en train de discuter (tous souverainement) du futur de cette bande de terre.
      3) Je ne savais qu’il y avait des chars Turcs en ce moment à Damas.
      4) On ne peut pas condamner l’existence (incontestable) de la souveraineté Syrienne tant que les négociations n’auront pas pris fin.


    • Le roitelet est en colère, son copain Bibi n’a pas réussi à former un gouvernement. Ca tient à pas grand chose, la mauvaise humeur.....


    • Bayin....
      1) La Turquie accepterait un Kurdistan en territoire Syrien ; c’est pour cela qu’elle se démène autant..,
      Cette expérience de la fable de la « protection russe » sera déclinée au Venezuela...

      2) Il ne fait prendre au premier degré tout ce que tu lis dans la presse ; les vraies négociations ont lieu en coulisses, pas au JT du soir...


    • « Il ne fait prendre au premier degré tout ce que tu lis dans la presse »
      Une fois que lnin a dit ça, on n’a à peu près rien dit.
      « les vraies négociations ont lieu en coulisses, pas au JT du soir... »
      Waouh le scoop ! Et comme vous n’y avez pas non plus accès ... !


    • « Une fois que l’on a dit ça, on n’a à peu près rien dit. »


    • @u roitelet

      L’accord entre Russe et Turc spécifie que les Turcs ne rentreront pas dans Minbej ou Kobané.

      Donc, question ! Comment constituer un chimérique état Kurde sur le territoire Syrien...sans tenir une seule ville, juste du sable ?

      Les Turcs ne veulent pas d’un état Kurde et ils ne le peuvent pas : un état sans ville, juste une bande de terre, ça n’existe pas ! Et puis comment découper un pays si on ne garde même pas une ville (30 km à l’intérieur de la Syrie, c’est pas énorme) ?

      Un simple petit exemple qui prouve que les thèses des dissidents 2.0 s’appuient sur du vent.


    • Bayin...
      Une bande de terre de 30km de large sur 120 km de long, soit 3600 km2 ( l’équivalent du Vaucluse, tout de même)


    • @u roitelet



      Une bande de terre de 30km de large sur 120 km de long, soit 3600 km2 ( l’équivalent du Vaucluse, tout de même)



      Sans AUCUNE ville de quelque importance que ce soit pour loger les Kurdes qui devraient alors bien immigrer quelque part à la longue ! Que l’on tisse une théorie farfelue, passe ... mais sans se donner la peine de l’appuyer sur quoi que ce soit de concret ! Quelle paresse ! Désolé mais 3 600 km², s’il n’y a même pas une agglomération ne serait-ce que de moyenne importance : c’est que dalle ! Et comme Kobané et Manbij vont rester dans le girond Syrien (et non Kurde ou Russe) cela prouve bien que la Syrie existe toujours. Parce que des villes appartenant à un non-état, ça n’existe pas.


    • @u roitelet (qui avait juré de ne plus m’adresser la parole)



      Une bande de terre de 30km de large sur 120 km de long, soit 3600 km2 ( l’équivalent du Vaucluse, tout de même)



      Sans AUCUNE ville de quelque importance que ce soit pour loger les Kurdes qui devraient alors bien immigrer quelque part à la longue ! Que l’on tisse une théorie farfelue, passe ... mais sans se donner la peine de l’appuyer sur quoi que ce soit de concret ! Quelle paresse ! Désolé mais 3 600 km², s’il n’y a même pas une agglomération ne serait-ce que de moyenne importance : c’est que dalle ! Et comme Kobané et Manbij vont rester dans le girond Syrien (et non Kurde ou Russe) cela prouve bien que la Syrie existe toujours. Parce que des villes appartenant à un non-état, ça n’existe pas...donc la Syrie est indépendante, souveraine et la Russie n’est pas là pour la soumette "à l’américaine" mais pour la libérer et défier les Américains sur la définition du droit international (se poser en sage là où l’occidental se pose en brute épaisse ... et ça marche : tous les pays Africains demandent déjà à être libérés par la Russie néo-Westphallienne dirigée par Poutine qui est le De Gaulle de notre époque (l’une des plus grandes statues de De Gaulle a été érigée à Moscou où il reste un homme admiré car il était partisan du respect des petites nations (discours de Phnom-Penh, indépendance de l’Algérie, reconnaissance de la Chine populaire, politique arabe, etc.))).
      De plus, le Vaucluse, qui a comme chef-lieu Avignon héberge 559 014 habitants au km² (dans une région qui est cultivée et approvisionnée par le reste de la France)...le "kurdistan grand comme le Vaucluse" (rien que cette phrase sonne ridicule ! Si la Turquie voulait créer un état tampon, elle le ferait sur TOUTE la frontière, or, elle n’y est même pas) pourrait héberger combien de Kurdes sachant qu’ils sont entre 12 & 15 millions en Turquie & pas loin de 2 à 3 000 000 en Syrie ? Ils auraient un accès à la mer, à la limite, je dis pas...mais même ça, ils en l’ont pas !
      Les dissidents 2.0 ne connaissent rien au monde réel, voilà pourquoi ils se trompent sans cesse.


    • Bayin..,
      Relis-toi avant de publier des âneries ! Paris intra muros abrite 2,5 millions d’habitants pour une superficie de 100 km2 ; et Monaco, 30 000 habitants ... sur 2km2 ! Alors 3600 km2, c’est amplement suffisant pour accueillir 1 ou 2 millions de Kurdes. Et personne n’a dit que TOUS les Kurdes allaient rejoindre leur nouvelle « terre promise »...


    • @u roitelet (qui avait juré de ne plus me répondre)



      Relis-toi avant de publier des âneries !



      Excellent conseil, tu te l’appliques quand ?



      Paris intra muros abrite 2,5 millions d’habitants pour une superficie de 100 km2



      Et elle est où la ville de la même importance que Paris dans ton Kurdistan fantasmé...au passage : Paris serait quoi sans la province qui l’alimente en produits de toutes sortes ?



      et Monaco, 30 000 habitants ... sur 2km2 !



      Relis-toi avant d’écrire des âneries : les Kurdes sont bien plus nombreux que les monégasques et n’ont aucun accès à la mer pour les alimenter en marchandises diverses. Le réel n’est pas un délire de dissident 2.0 : il s’appuie des faits concrets. Tu ne peux pas créer un état fantoche juste parce que tu le proclames, il faut quelques éléments importants pour qu’il puisse exister.



      Alors 3600 km2, c’est amplement suffisant pour accueillir 1 ou 2 millions de Kurdes.



      Sans ville, sans accès à la mer, sans ressources suffisantes ... c’est impossible car non-viable. Informe-toi sur le sujet avant d’écrire. Une nation, ça ne se proclame pas : c’est une longue construction faite par les peuples au long des siècles et des millénaires.



      Et personne n’a dit que TOUS les Kurdes allaient rejoindre leur nouvelle « terre promise »...



      De toute façon as-tu une preuve écrite, concrète et tangible que les Turcs vont créer un état Kurde autonome ? On attend ! Leur absence prouve que tes affirmations sont fausses.


    • Bayin.... l’intérêt de la Turquie est de favoriser la création d’un Kurdistan HORS de la Turquie ! Et puis une fois crée, le fameux Kurdistan sera soutenu de mille façons par l’Occident, ne t’inquiètes pas...
      Et puis d’un point de vue sécuritaire, Poutine a intérêt à créer un État Kurde , au même titre qu’Israel et même Erdogan...


    • @u roitelet

      ELLE EST OÙ LA VILLE QUI SERAIT LA CAPITALE DE CE KURDISTAN ?



      Bayin.... l’intérêt de la Turquie est de favoriser la création d’un Kurdistan HORS de la Turquie !



      C’est déjà fait de facto en Irak ... ils n’ont pas besoin d’un 2ème.



      Et puis une fois crée, le fameux Kurdistan sera soutenu de mille façons par l’Occident,



      1) As-tu des preuves écrites, concrètes et fiables de ce que tu avances ? Leur absence prouve que ce que tu affirmes n’est étayé par rien du tout.

      2) Occident qui a été discrédité en abandonnant ses "alliés Kurdes" ... ça va être un peu compliqué. D’autant que les Turcs ne permettront pas à l’occident de ravitailler par son sol ou son espace aérien un Krudistan qui serait une zone de menace terroriste à sa frontière surtout s’il faut déjà gérer le Kurdistan Irakien.

      3) L’occident est en cours d’effondrement économique (entre autres) : la preuve, son armement s’est révélé insuffisant face aux Russes qui ont GAGNE en Syrie.



      ne t’inquiètes pas...



      Je suis surtout inquiet de l’absence d’arguments dans ton propos.



      Et puis d’un point de vue sécuritaire, Poutine a intérêt à créer un État Kurde



      Je ne savais pas qu’il y avait des Kurdes en Russie. Tu as des preuves de ce que tu avances, seulement ? Leur absence sera une preuve que tu dis faux.



      au même titre qu’Israel



      Ce sont principalement les occidentaux qui ont crée israël.
      De plus Israël a un accès à la mer...le Kurdistan, non !



      et même Erdogan



      Erdogan n’a pas crée israël non-plus. Sérieusement, tu devrais plus t’intéresser à la géopolitique de la région avant d’en parler.


  • Ils peuvent tous dire merci a Vladimir Poutine le faiseur de paix.
    Leurs faux amis les US , BHL est consors, ne voient les Kurdes que comme de la chair à canon pour défendre les intérêts d’ Israël.

     

  • après marchandage avec l’empire,autrement dit on te met des sanctions qui vont couler ton économie ou tu marches au pas.


  • Vladimir Vladimirovitch Poutine fait du bon boulot !

    (Pas pour Israël !!)