Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Voïvodine, prochain pseudo-État en Europe ?

par Wayne Madsen

Les États-Unis et l’Union européenne s’apprêtent à terminer la guerre qu’ils ont menée, en 1999, contre la Serbie. Après l’avoir amputée du Kosovo, ils devraient lui ôter la Voïvodine. Pour ce faire, ils en modifient actuellement la population, placent une nouvelle équipe au pouvoir en Croatie voisine, et achètent tous les médias en Serbie.

Si l’Union européenne (UE) et l’OTAN parviennent à leurs fins, la province serbe de Voïvodine ira rejoindre le Kosovo, auparavant arraché à la Serbie par l’Union européenne et l’OTAN pour devenir un État ethniquement albanais gouverné par les terroristes de l’Armée de libération du Kosovo (ASL), en tant que prochain ersatz d’État indépendant dans les Balkans.

Après avoir vu la province du Kosovo lui être arrachée par les troupes de l’OTAN à la suite des machinations de l’Union européenne, la Serbie est sur le point de perdre la fertile province de Voïvodine dans bassin du Danube, au profit des découpeurs de frontières de Bruxelles. Si les récents commentaires de l’ex-secrétaire générale adjointe de l’OTAN pour la « diplomatie publique » et future présidente de Croatie Kolinda Grabar-Kitarović peuvent servir de guide, la Croatie jouera bientôt le rôle de bastion dans les plans de l’OTAN pour soustraire cette région au contrôle de la Serbie. Elle sera proclamée province multi-ethnique et pluri-linguistique, « patrie » indépendante des Hongrois, Roms, Slovaques, Croates, Roumains, ainsi que des réfugiés Albanais nouvellement expédiés par bus entiers dans la région par l’UE depuis la partie méridionale de ce qui fut autrefois la Yougoslavie.

 

JPEG - 12.6 ko
Dans la plus grande discrétion, le fonds d’investissement KKR a racheté, en janvier 2015, les principaux médias et télévisions de Serbie. KKR a confié la direction de son think tank au général David Petraeus, ancien patron de la CIA.

 

La Voïvodine est déjà désignée par les médias et les ONG financés par George Soros, comme le « Kosovo Hongrois », même si 66 % de la population de la province est Serbe. Avec 25 groupes ethniques, c’est l’une des régions ethniquement les plus diverses d’Europe. Pour les stratèges de l’OTAN et les ingénieurs démographes de Soros, la Voïvodine représente un terrain fertile pour les conflits ethniques et pour la poursuite du morcellement des Balkans.

Les Hongrois ne représentent que 13 % de la population tandis que les Croates totalisent 2,7 % et les Slovaques 2,6 %. Soros et les médias manipulateurs néo-conservateurs ont appelé la Voïvodine à devenir la patrie des Roms (peuple « gitan »). Toutefois les Roms ne constituent tout au plus que 2,1 % de la population. Les aspirations irrédentistes des Roumains sur la province sont risibles si l’on considère qu’ils ne représentent qu’un tout petit 1,3 % de la population de Voivodine. Les Bunjevci (assimilés à des Croates) et les Russes représentent une part encore moins importante de la population totale.

 

JPEG - 19 ko
Kolinda Grabar-Kitarović a passé toute son enfance aux États-Unis. En 1993, elle intègre le ministère croate des Affaires étrangères, puis se fait élire députée, en 2003. Elle devient alors ministre de l’Intégration européenne, puis ambassadrice aux États-Unis, et enfin secrétaire générale adjointe de l’Otan. Elle est élue présidente de Croatie, fonction qu’elle exerce depuis le 15 février 2015. Elle est membre de la Commission Trilatérale.

 

Après avoir vaincu d’un cheveu l’actuel président croate Ivo Josipović avec une marge douteuse, de l’ordre de 50-49, certains diraient un pourcentage à la Soros, Grabar-Kitarović n’a pas perdu de temps pour jeter le gant à la Serbie dans son discours post-électoral. Elle a déclaré qu’elle luttera pour l’autonomie des Croates en Voïvodine, soit en « langage codé » qu’elle soutiendra la sécession de la région d’avec la Serbie. Grabar-Kitarović a également annoncé qu’elle restaurerait les relations étroites avec l’Allemagne, ce qui n’est pas une surprise compte tenu des liens historiques de son parti, la Communauté démocratique croate (HDZ), parti des oustachis croates qui créèrent un État fantoche sous le « Troisième Reich ». L’irrédentisme de Grabar-Kitarović concernant les Croates de Voivodine, surtout dans le district à majorité croate du Srem et en Herzégovine, dans l’actuelle Bosnie-Herzégovine, représente ce que l’on désigne comme le néo-oustachisme (nazisme) dans la Croatie actuelle.

Grabar-Kitarović a aussi réagi négativement à la récente décision de la Cour de justice internationale (CIJ) de La Haye de rejeter la plainte déposée contre la Serbie pour génocide commis durant la guerre de 1991-1995 entre la Croatie et ce qui était alors la République fédérale de Yougoslavie dominée par la Serbie. La CIJ a également écarté la contre-plainte de la Serbie contre la Croatie fondée sur l’accusation de génocide commis par les forces croates, soutenues par les mercenaires US, durant l’opération « Tempête ». Cette guerre éclair menée par les forces croates et leurs conseillers états-uniens contre la République serbe de Krajina en Croatie orientale avait pour but de réaliser le nettoyage ethnique des Serbes des régions orientales de la Croatie.

 

JPEG - 9.9 ko
Jadranka Jureško-Kero devrait être nommée Premier ministre de Croatie.

 

Et pour illustrer un nouvel exemple des liens étroits existant entre néo-nazisme et sionisme, le conseiller politique de Grabar-Kitarović et chef du pouvoir de transition est la réalisatrice de films documentaires Jadranka Jureško-Kero, encore un implant états-unien dans les structures de gouvernance est-européennes soutenant passionnément Israël et la cause sioniste. Jureško-Kero a habité l’Upper East-Side à Manhattan depuis 1999 et elle est mariée à Domagoj Kero. On sait que si le HDZ triomphe lors des prochaines élections parlementaires, Grabar-Kitarović choisira Juresko pour être son Premier ministre, donnant à la nation un duo gouvernemental féminin. Alors qu’elle était ambassadrice aux États-Unis, Grabar-Kitarović a conclu des accords commerciaux entre la grande compagnie alimentaire croate Podravka et les distributeurs US, portant entre autre sur du goulash de bœuf croate et du pâté de poulet. Il se trouve que les opérations nord-américaines de Podravka sont dirigées par le mari de Jadranka Jureško-Kero, Domagoj Kero, l’ancien consul général croate à New York.

Grabar-Kitarović et ses alliés néo-conservateurs répètent le refrain maintenant entendu plus fréquemment en Voïvodine selon lequel la région n’a jamais été historiquement serbe, mais faisait partie avant la Première Guerre mondiale de l’empire austro-hongrois. Et en un remake de ce qui s’était passé en Ukraine orientale après le putsch mené conjointement par les sionistes et les néo-nazis contre le président démocratiquement élu Viktor Ianoukovytch, la langue serbe et l’alphabet cyrillique en Voïvodine sont éclipsés par le désir des non-Serbes de reconvertir cette région en nation germano-hongroise utilisant l’alphabet latin. En cela, les séparatistes de Voïvodine ont le soutien ouvert de Victor Orban et du nouveau président allemand de Roumanie, Klaus Iohannis.

Les signes indiquant que la Voïvodine est la prochaine cible de l’alliance de Soros et des néo-conservateurs sont clairs. L’Union européenne est en train de déplacer vers cette région les Albanais du Kosovo, de Macédoine et du Monténégro. Une fois qu’ils arrivent à Novi Sad, la « capitale » de Voïvodine, des interlocuteurs de l’UE donnent aux Albanais 35 euros pour se payer un taxi, se disperser à travers la province et déposer une demande de résidence permanente. Le dernier recensement n’a dénombré que 3 360 musulmans dans la province. Toutefois, la transplantation de musulmans albanais venant d’autres parties de l’ancienne Yougoslavie par l’UE est clairement destinée à ajouter de l’huile afin d’allumer une rébellion indépendantiste dans le style de ce qu’a vécu le Kosovo.

Les diverses agences de Soros et des néo-conservateurs sont hyperactives en Voïvodine. Elles comprennent la National Endowment for Democracy et l’Open Society Institute de Soros. Bojan Pajtić, le président du gouvernement provincial de Voïvodine, qui parle couramment hongrois et anglais, est à l’aise avec les cadres d’ONG financées par Soros et la CIA, qui collaborent étroitement avec le secrétaire d’État adjoint pour les Affaires européennes Victoria Nuland, la personne qui a conduit à la victoire Grabar-Kitarović en Croatie et qui est prête à provoquer une guerre pour l’indépendance de la Voïvodine avec la complicité des provocateurs professionnels récemment arrivés de Roumanie, de Hongrie, d’Albanie et des camps de Roms des Balkans.

Si l’Ukraine est en quoique-ce-soit un modèle, ce que Nuland et ses néo-conservateurs gardent en réserve pour la Voivodine nettoiera la province de ses Serbes et fournira un pays ami pour les compagnies pétrolières et gazières occidentales afin exploiter les réserves d’hydrocarbures existantes dans l’est de la Voïvodine, une région appelée Banat.

Tout comme le Kosovo a été arraché à la Serbie afin de faciliter le passage du pipeline transbalkanique et de fournir aux États-Unis une base militaire permanente à camp Bondsteel, une Voïvodine indépendante est censée alimenter l’OTAN en ressources disponibles de pétrole et de gaz naturel du Banat et avec la fertile bassin du Danube pour la production d’aliments génétiquement modifiés. Comme l’Ukraine, la Voïvodine est prise pour cible par le complexe militaro-commercial occidental pour l’extraction des hydrocarbures et l’agro-business de Monsanto.

Ce qui est en train de se passer en Voïvodine n’est rien moins qu’une manipulation démographique ; une tentative de marginaliser la population serbe à la manière dont les Serbes vivant dans les enclaves de Zubin Potok, Zvečan, Kosovska Mitrovica et Leposavić dans le nord du Kosovo ont été tout à fait oubliés dans la précipitation de l’UE à proclamer le Kosovo un État albanais indépendant.

Actuellement, l’OTAN et les autres provocateurs occidentaux ont placé les villes ukrainiennes de Lugansk, Donetsk et Marioupol en première page de la presse mondiale en tant que zones de conflit. Si les démons néo-conservateurs comme Grabar-Kitarović, Jureško-Kero et Nuland arrivent à leurs fins, bientôt les récits de bains de sang seront rapportés depuis Novi Sad, Sremska Mitrovica, Kanjiza et Subotica, villes établies sur les lignes de séparation ethnique en Voïvodine.

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1123174

    Là-bas comme ailleurs, l’Empire utilise l’immigration musulmane comme une arme de division et de destruction des Nations européennes.

     

  • #1123184

    Ce sera donc le 52è état des Etats-Unis, le 51è étant l’Ukraine.

    "On est bien obligés de tordre le bras des pays qui ne font pas ce que nous voulons."
    Barack Obama
    (citation tirée d’un article du même titre publié le 21-2-2015 sur le site de Russia Today)

     

  • ah oui oui...ca a deja un statut particulier...il y a le kosovo au sud avec Pristina...belgrade au centre capitale de l’ex-yougoslavie...et novicad au nord beaucoup plus riche

    les serbes fortunés sont au nord...moi je suis passé a belgrade ca s’arrange deja bien

    mais mon frere etait invité a novicad par une fille mannequin avec qui il logeait a paris sa maison etait enorme !!!


  • #1123388

    Le "Droit des peuples à disposer d’eux-mêmes" a disparu du vocabulaire des relations internationales : il a été remplacé par le "Droit des sionistes à disposer des peuples" - ce qui a TOUJOURS été le cas, et ce qui a toujours été occulté par l’histoire officielle .

     

    • #1124003

      Depuis 30 ans les principes de la diplomatie , hérités des traités de WESTPHALIE , qui , tant bien que mal, pendant trois siècles ont régi les relations internationales : " on ne se mele pas des problèmes internes du voisin" ! Ont volé en éclats , ezt le droit international avec , au nom du "droit d’ingérence " ....35 ans de guerre , et sans dote la troisième mondiale en approche .


  • #1123423

    ca repetera dans les balkans,l’histoire a une memoire ,a vouloir jouer aux apprentis sorciers,le peuple ne recoltera que des malheurs


  • #1123446
    le 19/02/2015 par ·٭·щargueri†e·٭·
    La Voïvodine, prochain pseudo-État en Europe ?

    les Serbes malheureusement pour eux sont des Slaves, orthodoxes, de langue et d’alphabet, de culture, très proches de celle des russes.
    allié naturel et potentiel du Grand Ennemi déclaré, leur sort est scellé...

    D’ailleurs,pour les Grecs, leur culture orthodoxe profonde, et leur écriture en alphabet grec, le parent du cyrillique, ne sont sûrement pas étrangers à l’acharnement qui s’abat sur eux...

     

    • #1123592

      Oui, c’est vrai, merci de m’avoir ouvert les yeux. Il s’agit d’un complot anti-cyrillique. Cet alphabet est trop compliqué, il faut le détruire. Les bulgares et les macédoniens seront les prochaines victimes de cette odieuse mise à mort


    • #1123800
      le 19/02/2015 par Woo-Tong Pyjama
      La Voïvodine, prochain pseudo-État en Europe ?

      @zuzulo

      Pas la peine de faire de l’ironie à 2 balles : le contrôle de la langue des peuples est une des armes de l’empire.
      Imposer sa langue / son alphabet à un peuple qu’il a vaincu permet au vainqueur de lui inoculer plus facilement sa vision du monde.
      L’une des premières choses que les américains ont fait quand ils ont soumis le japon, c’était de procéder à une simplification de leur écriture (ils voulaient même carrément leur faire abandonner le signes chinois).
      Les maçons, quand ils ont gagné en Turquie, ont adopté l’alphabet occidental.
      Et pour en revenir sur le contrôle de la langue, pour vaincre le peuple, les maçons lui désapprennent à parler ou à écrire dans nos propres écoles.

      Donc oui, le cyrillique est un alphabet qui représente un obstacle au moins passif à l’atlantisation de la Serbie.


  • L’auteur nage en plein délire. La Voîvodine étant composée de 66 % de serbes, l’autre tiers étant composée de minorités les plus disparates les unes que les autres, je ne vois pas comment la Voïvodine pourrait faire sécession et se détacher de la Serbie...


  • #1123650

    Petite rectification, l’Armee de Libération du Kosovo n’est pas l’ASL (Syrie)
    mais la KLA ou l’UÇK.


  • #1123839

    Etant originaire de là-bas, ça me débecte, ça me donne envie de vivre là-bas pour me battre contre ça...
    Le problème est aussi l’énorme inertie du peuple serbe qui, point commun avec les français, refusent de voir la réalité en face et pire, tout comme les français, ils s’auto-flagellent ! Beaucoup de serbes de Voïvodine sont pour l’indépendance totale de la province, sans mesurer une once des origines et des lobbies qui poussent à cette indépendance...
    Ajouter à cela que ces mêmes serbes se laissent piller les particularismes culturels de la région (folklores, musiques typées tamburica...) ex : http://www.unesco.org/archives/mult... en fait, c’est grandement de notre faute à nous, les serbes qui se laissons voler TOUT ! Nous sommes des veaux et ça me désolent...


  • #1123858

    Ca va etre difficilement réalisable car les serbes constituent la grande majorité en Vojvodine et les autres ethnies sont tellements disparatres et désunies . Il faudrait que les serbes eux-memes votent pour une independance vis a vis de la Serbie ce qui est completement absurde. D autant plus qu il n y a pas de problemes ethniques dans cette region, toutes les composantes ont le meme mode et niveau de vie. La capitale de cette region Novi Sad est peuplée de moins de 400 000 habitants, le reste de la region c est des champs de blé et autres. Enfin des cacahuetes quoi. Aucun interet.

     

    • #1123984

      Hélas c’est tout à fait plausible. Pas dans l’immédiat bien entendu mais comme je l’ai déjà dit beaucoup de serbes veulent eux-même l’indépendance complète de la province par ignorance ou par stupidité. Après je ne connais pas réellement les chiffres d’immigration mais je sais que du temps des dernières guerres beaucoup de serbes ont fuit les zones de conflits (Krajina, Kosovo etc.) et sont venus s’installer en Voïvodine. Maintenant que tout est plus ou moins redevenu calme, quelques uns commencent à retourner d’où ils ont fuit. Pas impossible que la situation s’inverse de celle actuelle surtout s’il y a des pressions externes, comme le montre l’article.
      Quant à un mélange homogène des populations, il existe des villages entiers de minorités croates, des villages entiers de hongrois, des villages avec beaucoup de slovaques, des ukrainiens etc.
      Enfin, champ de maïs certes, mais beaucoup de compagnies agro-alimentaires viennent faire des expérimentations d’hybridation (il suffit de voir les petits panneaux à côté des champs et sur le bord de la route) et peut-être même sur des ogm car ils profitent d’absence de réglementation ! La Voïvodine a par le passé porter le surnom de "grenier de l’Europe"...

      L’article est peut-être très alarmiste, mais il est loin d’être faux.


    • #1124064

      reponse a Mich,
      Il y a un risque de volonté de grignotage de la Vojvodine par les extremistes hongrois, roumains et croates. Mais l ensemble de la Vojvodine sera difficile a convaincre de s eloigner d avantage de Belgrade. D autant plus que la majorité des refugiés serbes de Bosnie , Croatie et Kosovo ne comptent pas rentrer dans les pays ou regions dont ils ont ete chassés. Leur seul garant reste Belgrade et non le gouvernement de Pajtic ou autre. D ailleurs le maintient de la Vojvodine comme region autonome est stupide , illegal et je me demande bien qui a interet que ce statut reste ainsi ? J imagine que l Allemagne regrette que ses ressortissant eu ete chassé apres la premiere et seconde guerre mondiale, et je pense qu elle souhaite en premier ce maintient et faire renaitre son autorité sur la Vojvodine grace a une accentuation de la regionalisation europeenne...


    • #1124956
      le 21/02/2015 par Vojvodina je Srbija
      La Voïvodine, prochain pseudo-État en Europe ?

      LeMonténegro était bien peuplé de 80% de monténégrin orthodoxe, qui sont à 99% similaire au serbes, mais à force de bourrage de crâne sur l’identité monténégrine et les différence avec les serbes ont était accentué et le Monténegro est aujourd’hui indépendant, donc la Voivodine peut tout à fait se détacher de la Serbie si on part du principe que les serbes de Voivodine ne sont pas des serbes mais des voivodinois, et de plus en plus de personnes pensent comme cela aujourd’hui malheuresement. La Voivodine et la région la plus riche il suffit de très peu de propagande pour faire croire à ses habitants que la Serbie profite d’eux et qu’ils seraient encore plus riche s’ils étaient indépendants.


  • #1124613

    D’où vient cette volonté de "punir" la Serbie ? Pourquoi cette acharnement ?

     

    • #1124939

      le refus eternel de la soumission. Meme Hitler ne souhaitait pas attaquer la Yougoslavie en 1941. Il proposa au gouvernement de Belgrade que ce dernier lui autorise a traverser la Yougoslavie (route vers la Grece) et si il ne participe pas a ses coté , au moins qu il ne soit pas contre le Reich Allemand. En contre partie, la Yougoslavie aurait ete épargné et aurait bénéficié d accords économiques juteux comme la garantie de l achat par l Allemagne de tous les productions agricoles et industrielles du pays. Le peuple serbe refusa, se souleva , alors que les slovenes , les croates, les bosniaques et les albanais ouvrirent leur bras acceuillant aux nazis.


  • Afficher les commentaires suivants