Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

La guerre contre la Russie dans sa dimension idéologique

La guerre contre la Russie est actuellement la problématique la plus discutée en Occident. Il ne s’agit encore que d’une suggestion et d’une possibilité. Cela peut devenir une réalité en fonction des décisions prises par les différentes parties impliquées dans le conflit ukrainien (Moscou, Washington, Kiev, Bruxelles).

Je n’entends pas discuter ici tous les aspects de ce conflit ainsi que son histoire. J’aimerais proposer à la place une analyse de ses racines idéologiques profondes. Ma vision des principaux événements s’appuie sur la Quatrième Théorie politique dont j’ai exposé les principes dans mon ouvrage du même nom (publié en français aux éditions Ars Magna). Je ne vais ainsi pas étudier la guerre de l’Occident contre la Russie en évaluant ses risques, dangers, problèmes, coûts et conséquences mais plutôt sa signification idéologique à l’échelle du monde. Je vais ainsi réfléchir sur le sens d’une telle guerre et non sur la guerre elle-même (réelle ou virtuelle).

L’essence du libéralisme

L’Occident moderne ne connaît qu’une seule et unique idéologie dominante : le libéralisme. Il en existe bien des formes aux nombreuses nuances mais l’essence demeure toujours identique. La structure interne fondamentale du libéralisme est composée des principes axiomatiques suivants :
- individualisme anthropologique (l’individu est la mesure de toute chose) ;
- progressisme (le monde se dirige vers un futur meilleur, le passé est toujours pire que présent) ;
- technocratie (le développement technologique et sa performance effective sont perçus comme les meilleurs outils pour juger de la nature d’une société) ;
- eurocentrisme (les sociétés euro-américaines sont considérées comme l’unité de mesure fondamentale pour le reste de l’humanité) ;
- l’économie comme destin (l’économie basée sur le libre marché est l’unique modèle économique valable, toutes les autres alternatives sont à réformer ou à détruire) ;
- la démocratie comme règne des minorités (qui se défendent contre la majorité qui serait toujours prompte à dégénérer en totalitarisme ou en « populisme ») ;
- la classe moyenne est le seul acteur social existant et devient la norme universelle (indépendamment du fait que la personne ait déjà atteint ce statut ou soit sur le point de l’atteindre) ;
- un monde unique, mondialisme (les êtres humains sont essentiellement identiques, il ne peut exister que des différences individuelles, le monde devrait être unifié sur une base individualiste : cosmopolitisme, citoyenneté mondiale).

Telles sont les valeurs centrales du libéralisme, qui n’est qu’une des trois tendances nées de la philosophie des Lumières, aux côtés du communisme et du fascisme, qui ont proposé des interprétations alternatives de l’esprit authentique de la Modernité. Au cours du XXème siècle, le libéralisme a vaincu ses deux rivaux et acquis, après 1991, le rôle d’unique idéologie dominante à l’échelle mondiale. Au Royaume du libéralisme, la seule liberté de choix était entre le libéralisme de gauche ou d’extrême gauche ou bien entre le libéralisme de droite ou d’extrême droite. Le libéralisme agissait ainsi comme le système opérationnel des sociétés occidentales et de toutes les sociétés placées sous l’influence de l’Occident. Le libéralisme est ainsi devenu à partir d’un certain moment le dénominateur commun à tout discours politiquement correct, le critère permettant de distinguer les discours acceptés par l’idéologie dominante de ceux rejetés dans la marginalité. La sagesse populaire est elle-même devenue libérale.

Sur un plan géopolitique, le libéralisme s’est inscrit dans un modèle américano-centré où les anglo-saxons constituaient le cœur et où l’OTAN, le partenariat atlantiste entre l’Europe et l’Amérique, représentait le noyau stratégique du système de sécurité mondiale. La sécurité du monde était assimilée à la sécurité de l’Occident et, en dernière instance, à la sécurité de l’Amérique. Le libéralisme n’est ainsi pas qu’un pouvoir idéologique mais également un pouvoir politique, militaire et stratégique. L’OTAN est profondément libéral. Il défend les sociétés libérales. Il combat pour le libéralisme.

Le libéralisme comme nihilisme

Un élément de l’idéologie libérale est responsable de sa crise actuelle. Le libéralisme est profondément nihiliste dans ses fondements mêmes. L’ensemble des valeurs défendues par le libéralisme est lié à l’idée centrale de liberté, de libération. Cependant, la liberté dans la vision libérale est essentiellement une catégorie négative : on exige d’être libre par rapport à (John Suart Mill), et non pas d’être libre pour. Cela n’est pas un point secondaire, il s’agit de l’essence même du libéralisme.

Le libéralisme est une lutte contre toute forme d’identité collective, contre tout type de valeurs, projets, stratégies, buts et fins qui s’établiraient sur une base collectiviste, ou à tout le moins non-individualiste. C’est la raison pour laquelle l’un des plus importants théoriciens du libéralisme, Karl Popper (suivant Friedrich van Hayek), affirme dans son important livre La Société ouverte et ses ennemis (considéré par George Soros comme sa bible personnelle) que les libéraux doivent combattre toute idéologie ou philosophie politique (de Platon et Aristote à Hegel et Marx) qui proposerait aux sociétés humaines un but commun, une valeur commune, un sens commun.

Lire la suite de l’article sur 4pt.su

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Si je ne devais retenir qu’une seule phrase ce serait celle-là :



    Cependant, la liberté dans la vision libérale est essentiellement une catégorie négative  : on exige d’être libre par rapport à (John Suart Mill), et non pas d’être libre pour. Cela n’est pas un point secondaire, il s’agit de l’essence même du libéralisme.



    Les habitants de Crimée ne sont donc pas libres d’organiser un referendum par rapport aux standards du libéralisme occidental.
    Par contre ils sont libres d’organiser un référendum pour leur autodétermination.

    L’expression même de la dégénérescence de la pensée libérale oligarchique, le fameux principe du : un poids, mais deux mesures. Quelle belle preuve d’égoïsme et d’effronterie.


  • Pour vous donnez un aperçu de l’arnaque du Capitalisme ultra-libérale fusionné avec un système politique a parti multiple nommé Démocratie !! Lisez ceci>>

    Une économie ultra-libérale est une économie dominé par le privé, par des groupes privés qui n’ont aucun compte a rendre au gouvernement !

    Donc le gouvernement démocratiquement élu qui ’’représente’’ le peuple n’a en fait aucun pouvoir sur l’économie et les entreprises(bancaire inclusivement) car ces dernières sont propriété du privé et non du publique(gouvernement)...

    Donc le peuple n’a en fait aucun pouvoir car son gouvernement démocratiquement élu n’a aucun contrôle réel de l’économie dominé par le privé !!

    Suivant la logique, le gouvernement est donc le chien des groupes privés qui sont les véritables patrons des richesses et économies des pays...

    La voilà la fameuse arnaque de notre système !!

    >>La Russie quand a elle est un capitalisme d’État semi-libérale, c’est à dire le gouvernement possède et gère la majorité des grande entreprises du pays sauf que le problème avec la Russie c’est quel n’est pas du tout démocratique, il y a un groupe(le FSB) représenté par Poutine qui domine complètement le système politique donc le peuple n’a pas un mot a dire sur les décisions prises !! Et de toute façon le peuple russe sort de 70 ans de lavage de cerveaux par l’URSS donc ce peuple est facilement manipulable.. Ce qui profite au FSB et Poutine bien sûre qui eux sont issus du KGB donc ils connaissent parfaitement les méthodes pour manipuler le peuple russe comme l’URSS et les Tsars l’avait toujours fait avant eux !


  • Les sionistes qui veulent monter la peau de Poutine en abat-jour se foutent pas mal de "la dimension idéologique" d’une éventuelle guerre contre la Russie, c’est juste un charabia et un habillage destiné à embrouiller les cons prétentieux .


  • #759824
    le 17/03/2014 par Yéti déporté au Benêtland
    La guerre contre la Russie dans sa dimension idéologique

    Michéa (la nvlle égérie de Zemmour) résume bien le libéralisme ("La double pensée", "L’Empire du moindre mal").

    La 4eme théorie politique viendra avec la découverte de l’immortalité, totale métaphysique de l’Être qui tuera le dieu libéral de l’Avoir, Caddie, s’il ne s’est pas tué lui-même avant.

    Le système capitaliste a fonctionné sur la branche des anciennes valeurs (honneur, pays, travail bien fait, etc ...), qu’il a scié méthodiquement (finance, melting-potes, destruction de tous les holismes, religieux, nationaux, de classes, idolâtrie de l’argent facile).

    Alors aucun benêt moderne ne voudrait sortir de son canapé Darty pour aller se battre contre l’armée russe, même pour Caddie, encore moins pour sa patrie qui n’existe plus, ou son Dieu mort, ses voisins d’hôtel attalien qui ne sont que des concurrents sur le Marché et bientôt plus pour ses gamins achetés à une société qatarine de location de ventres bengalis .... Sans dieu ancien, sans patrie, sans terre, sans peuple, sans éthique, et bientôt sans famille ... pas de raison de se battre ... on n’est plus en 1914 ... Sauf à vouloir dézinguer les traitres de la caste ?

     

    • #760265

      Mefiance
      Les liberaux sont très performant lorsqu’il s’agit de trouver de créer de toute pièce des foux furieux. On a vue récement le nombre important d’Occidentaux partie grossir les rangs des Jihadiste anti Assad, et on a vue sur facebook un grand nombre de type d’extreme droite se demander s’ils seraient possible d’aller "aider" en Ukraine, citant pelle mele des references au corps francs et la possibilité de créer une "enclave blanche". A defaut d’avoir leur Jihad/Reconquista à domicile, ce qui doit travailler H24 quelques bon milliers d’excité du chapeau en France, il est possible que les guerres "proxy" à l’étranger deviennent pour nombre de personnages violents et frustrés par la chape de plomb en occident , la possibilité d’aller vivre leur vie fantasmé" à l’étranger.
      N’oublions pas que la societé liberale creer tout autant de "deçu" pret a embrasser le premier hydre venu, pour peu qu’il les autorise à assouvir leurs fantasmes, que des "loyaux sujets" (sinon une grande partie de la jeunesse americaine ne se flinguerait pas pour des gangs qui ne se differencie que part le fait d’arborder des noms de rue ou des tatouages).


    • #760573
      le 18/03/2014 par Yéti déporté au Benêtland
      La guerre contre la Russie dans sa dimension idéologique

      Les gangs se battent pour le pognon (avec des notions de territoires ou de races qui sont génétiques, la méfiance de l’altérité ou la notion de territoire du mammifère supérieur).
      Les barbus se battent maintenant pour l’Empire mais sans allégeance (voir Ben Laden !), par défaut, s’ils gagnent au Moyen Orient, l’Empire sera le prochain ennemi. L’Islam est universaliste (à l’opposé du Judaïsme et son "peuple élu").
      Poutine a déclaré à que "la race blanche est en voie d’extinction", si la vision russe est multi-peuples (Eurasisme), elle est grandement raciale/culturelle (ethnocentrique).
      http://www.youtube.com/watch?featur... (éloquent)
      L’extrême droite ukrainienne a été gelée pendant 70 ans par l’URSS ... restée au paradigme de la 2e guerre mondiale, mais quasi tous les nationalistes européens regardent vers l’Est maintenant. Et d’ailleurs Poutine espère/croit en leur montée.
      Le pb d’E&R est d’intégrer dans une vision nationaliste européenne le Grand Remplacement, ce qui n’est pas évident du tout ... La France est une nation pas un Empire, un Empire supporte par définition plusieurs nations-peuples, comme la Russie, une nation unique demande "l’assimilation"
      ex d’Empires : la Oumma du Califat, le St Empire, Rome, et l’Empire Ploutocratique qui est en fait une nation-monde multi-acculturelle car les peuples y sont melti-potés et perdent leurs identités, au contraire d’un vrai Empire qui garde des vrais peuples différents, voir ce que dit Poutine de la Crimée et des tatars :

      "Nous respectons toutes les ethnies de Crimée. C’est leur maison commune, leur pays natal et il sera juste pour la Crimée d’adopter trois langues d’Etat : le russe, l’ukrainien et le tatar [...]
      La Crimée est une alliance unique en son genre de cultures et traditions de différents peuples, et c’est en cela qu’elle ressemble à la grande Russie où aucune ethnie n’a disparu et ne s’est dissoute au cours des siècles. Russes, Ukrainiens, Tatars de Crimée et les représentants d’autres peuples ont vécu et travaillé côte à côte sur le sol de cette péninsule, en préservant leur particularismes et traditions, leur langue et leur foi [...]
      Il fut une période où les Tatars de Crimée, comme certains autres peuples, ont subi une injustice cruelle [...] Les Tatars de Crimée sont revenus sur leur terre natale. J’estime que toutes les décisions politiques et législatives nécessaires doivent être adoptées pour achever leur processus de réhabilitation."

      .


  • Les sionistes qui veulent la peau de Poutine ne s’embarrassent pas de charabia "idéologique", ils veulent le foutre en l’air pour pouvoir voler les Russes autant qu’ils exigent .

     

    • #759905

      Les sionistes veulent la peau de Poutine ??? Ahahahaha ! Renseigne toi sur ce sujet. Beaucoup de gens autour de Poutine sont ouvertement sionistes comme par exemple son ami d’enfance (judoka lui aussi).


  • Liberalisme...libre marché...allons...allons restons serieux...ce fut vrai à une époque lointaine où il y avait des lois anti-trust et que la finance n’avait pas vampirisée l’économie réelle.
    si on prend tous les groupes industriels et financiers je parie que ce sont des poupées Russes...on pourrait toutes les emboiter jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’UNE....le problème avec la Russie c’est que la maffia pseudo libérale n’a pas pu prendre le control de l’économie Russe...et que la Chine est un autre gros morceau...mais faisons confiance aux Rothchild : ce qu’ils ne peuvent pas controler,avaler...ils le détruisent.
    Libre marché,quand la NSA(et j’en passe) est capable de tout espionner ? Quelle bonne blague...si vous avez une idée revolutionnaire,qui vaut de l’or ...vaut mieux accepter que la maffia ait 51% de votre affaire...pas étonnant que Ford ait viré la carte.


  • #760048

    Penser que le libéralisme est l’idéologie des mondialistes ..... incroyable.
    L’idéologie mondialiste, comme toute idéologie contre-nature, suppose l’écrasement de toute concurrence, elle est donc foncièrement anti-libérale, anti-liberté.
    Par ailleurs l’identité peut coexister avec la liberté.

     

    • Ecoutez un peu de Henri Guillemain ou de Marion Sigaut sur la révolution Française bourgeoise libérale ou encore du Asselineau qui explique la vision du libéralisme et du libre-échangisme américaine. Vous pouvez aussi aller aux textes pour vérifier directement, John Locke ou John Adams ou autre. Ou écoutez Naomie Klein sur l’ultra-libéralisme de Friedman et son école de Chicago, les fameux Chicago Boys auxquels Obama est allé rendre hommage pour sa première investiture.
      Tout est clair quand on est informé : le libéralisme vise à détruire toute les règles et à casser les états, les rendre le plus faible possible, pour que les riches puissent se livrer à leur "libre concurrence", c’est à dire à manger les petits, constituer des oligopoles, puis asservir les producteurs et les consommateurs et faire des "profits maximum".
      Le même schéma se reproduit constamment depuis la révolution Française, et Voltaire, grand libéral lumineux, a toujours essayé de faire pendre ceux qui lui faisait concurrence.
      Le traité transatlantique est un modèle de libéralisme bien compris : il va tuer le droit du travail, le code du commerce et les normes environnementales et instaurer des tribunaux d’arbitrage privés (affaire Tapie) pour permettre aux multinationales de poursuivre les états qui oseraient mettre une quelconque barrière pour limiter leur commerce.
      Réveiller vous et sortez de votre faux paradigme, il vous plonge dans la servitude volontaire : le libéralisme n’a rien a voir avec la liberté, c’est une anarchie contrôlée de telle sorte qu’elle permette à un petit nombre de faire tout ce qui lui plait tandis qu’elle impose la servitude au reste de la société, le grand nombre, qui doit obéir et nourrir le petit nombre avec son travail. Friedman a fait des déclarations qui sont limpides.


    • #760610
      le 18/03/2014 par Yéti déporté au Benêtland
      La guerre contre la Russie dans sa dimension idéologique

      L’idéologie du mondialisme c’est Stirner, ou Nietzsche (décrit par Lukas). Car le libéralisme en niant toute recherche d’un "système pensé du bien"

      (religion, communisme etc), en se basant sur l’aversion pour ce qui contraint l’individu, et se reposant QUE sur "la neutralité du Marché et de la Loi équilibrant la lutte de tous contre tous dans leurs intérêts bien compris" (fin des morales imposées (tabous, religions, holismes) remplacées par une diarrhée réglementaire issu de la lutte des lobbies, droitdelhommisme sans fin) nie toute éthique "bonne dans l’absolu", et se repose juste sur des rapports de force des lobbies "démocratiques", et nie aussi toute décence innée à l’homme. Au final le Seigneur Capitaliste est le lobby le plus fort.

      La brute blonde a raison, pas de morale, pas de Dieu, pas de Nation, pas de Peuple, pas d’entraide, le Seigneur Capitaliste devient le cyborg immortel, se fout des autres car la pitié est une faiblesse, l’argent et sa puissance absolue d’achat, sont les seules valeurs. Et Stirner est là. (lire Michéa, Lucas, Clouscard, Orwell). Seulement existe la "décence commune", la morale innée du mammifère grégaire, pierre d’achoppement du libéralisme (personne ne trouve normal qu’un trader gagne autant que 10000 infirmières par ex).


  • #760068

    Vous écrivez que la Bible de SOROS lui dit que :
    "les libéraux doivent combattre toute idéologie ou philosophie politique (de Platon et Aristote à Hegel et Marx) qui proposerait aux sociétés humaines un but commun, une valeur commune, un sens commun."
    On comprend bien le "il faut divisé pour régner" parce que seul Israël a le droit à avoir "un but commun, une valeur commune, un sens commun" dont un élément très important qui est la possession du pouvoir par la finance qu’ il a acquis au fil des siècles par tout les moyens : dont aujourd’hui en Ukraine en fomentant une insurrection et ensuite en attaquant cyniquement au portefeuille en se justifiant par un comportement de " jeune fille effarouchée" !


  • Riche analyse, instructive et stimulante. Merci E&R !


  • #760193

    s’il y a trop de quoi, il n’y a pas assez de...
    Alain Soral a montré que ces concepts portés convenus ne reposent pas sur l’adhésion de masse. Ils cachent le travail d’une poignée de mafieux dégénérés essayant de gérer le monde avec le peu d’intelligence qu’ils ont, mélangeant talmud, atome, pédophilie et bande dessinée. Le libéralisme négrier n’est pas une proposition mais la fin accélérée du règne des nains.
    .
    Le libéralisme nihiliste (démocratie=problématie) serait-il une lecture sémitoïde des pensées d’Asie comme l’hindouisme (le samadhi est à la fois mort et libération) et le bouddhisme (le nirvana ou cessation, néant) dans leur exploitation délirante ego-centrée et asociale ?
    Cette escroquerie désabusée utilise t’elle le vice et le chaos pour se substituer au travail divin de purification et de détachement ? Dans le but d’accélérer la venue d’un messie, d’un ordre nouveau, d’un nouvel age d’or pyramidal, (avec) avant ou après la destruction du monde des objets ? Forcer un bouton de rose à éclore tue le bouton et la rose, dit le proverbe indien.
    .
    Le libéralisme a t’il vraiment gagné, quand il ne touche, pour un temps qu’à la surface, la périphérie de nos êtres par ses mensonges auto destructeurs ?
    Pas une fois n’apparaissent les mots dieu et amour dans cet article. Ils sont pourtant les seuls éléments de réalité au coeur du déploiement du prochain siècle. A quoi allez-vous vous raccrocher de sûr, solide, direct et droit, apaisant et salvateur ? On ne chasse pas la l’obscurité disent les textes, on fait juste entrer la lumière.
    .
    Sur Poutine, les USA et La Syrie lire (en anglais) l’article de William Engdah, extrait de son livre Mythes, mensonges et guerres du pétrole . Les analyses d’Engdah rejoignent celels de Soral. Encore un comploteur averti.
    http://www.engdahl.oilgeopolitics.n...


  • Pourquoi on n’entend jamais parler des projets Nabucco, southstream et Northstream qui changent dorénavant et depuis peu la donne des acheminements des gazoducs ???


Commentaires suivants