Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Géopolitique des élections américaines

Un consensus centenaire des élites américaines

L’expression même de « géopolitique des élections américaines » semble assez inhabituelle et inattendue. Depuis les années 1930, la confrontation entre deux grands partis américains – le Great Old Party (GOP) et les Blue Democrats – est devenue une compétition basée sur l’accord avec les principes de base de la politique, de l’idéologie et de la géopolitique acceptés par les deux parties. L’élite politique des États-Unis était fondée sur un consensus profond et complet – tout d’abord, sur la dévotion au capitalisme, au libéralisme et à l’affirmation des États-Unis comme principale puissance du monde occidental. Qu’il s’agisse des « républicains » ou des « démocrates », il était possible de s’assurer que leur vision de l’ordre mondial était presque identique – mondialiste, libérale, unipolaire, atlantique et americano-centrique.

Cette unité a été institutionnalisée au sein du Council on Foreign Relations (CFR), créé au moment de l’accord de Versailles après la Première Guerre mondiale et réunissant des représentants des deux partis. Le rôle du CFR ne cesse de croître et, après la Seconde Guerre mondiale, il devient le principal siège du mondialisme montant. Pendant les premières étapes de la guerre froide, le CFR a permis la convergence des deux systèmes, avec l’URSS, sur la base des valeurs communes des Lumières. Mais en raison du net affaiblissement du camp socialiste et de la trahison de Gorbatchev, la « convergence » n’était plus nécessaire, et la construction de la paix mondiale était entre les mains d’un seul pôle – celui qui a gagné la guerre froide.

Le début des années 90 du XXe siècle a été la minute de gloire des mondialistes et du CFR lui-même. À partir de ce moment, le consensus des élites américaines, quelle que soit leur affiliation politique, s’est renforcé et les politiques de Bill Clinton, George W. Bush ou Barack Obama – du moins en ce qui concerne les grandes questions de politique étrangère et l’attachement à l’agenda mondialiste – ont été pratiquement identiques. Du côté des républicains – analogue à la « droite » des mondialistes (représentés principalement par les démocrates) – se trouvent les néoconservateurs qui ont évincé les paléoconservateurs à partir des années 1980, c’est-à-dire ces républicains qui maintenaient la tradition isolationniste et qui restaient fidèles aux valeurs conservatrices, ce qui était caractéristique du Parti républicain au début du XXe siècle et aux premiers stades de l’histoire américaine.

Oui, les démocrates et les républicains divergeaient en matière de politique fiscale, de médecine et d’assurance (ici, les démocrates étaient économiquement de gauche et les républicains de droite), mais c’était une dispute au sein du même modèle, qui n’avait que peu ou pas d’incidence sur les principaux vecteurs de la politique intérieure, et encore moins sur les vecteurs étrangers. En d’autres termes, les élections américaines n’avaient pas de signification géopolitique, et donc une combinaison telle que l’expression « géopolitique des élections américaines » n’avait pas cours, en raison de son absurdité et de sa vacuité.

 

Trump est en train de détruire le consensus.

Tout a changé en 2016, lorsque l’actuel président américain Donald Trump est arrivé au pouvoir de manière inattendue. En Amérique même, son arrivée a été quelque chose d’assez exceptionnel. Tout le programme électoral de Trump était basé sur la critique du mondialisme et des élites américaines au pouvoir. En d’autres termes, M. Trump a directement contesté le consensus des deux partis, y compris l’aile néoconservatrice de son Parti républicain, et… il a gagné. Bien sûr, les quatre années de présidence de Trump ont montré qu’il était tout simplement impossible de restructurer complètement la politique américaine d’une manière aussi inattendue, et Trump a dû faire de nombreux compromis, y compris jusqu’à la nomination du néoconservateur John Bolton comme son conseiller à la sécurité nationale. Mais quoi qu’il en soit, il a essayé de suivre sa ligne, au moins en partie, ce qui a rendu les mondialistes furieux. Trump a ainsi brusquement modifié la structure même des relations entre les deux grands partis américains. Sous sa direction, les républicains sont partiellement revenus à la position nationaliste américaine inhérente aux premiers GOP – d’où les slogans « America first ! » ou « Let’s make America great again ! ». Cela a provoqué la radicalisation des démocrates qui, à partir de l’affrontement entre Trump et Hillary Clinton, ont en fait déclaré la guerre à Trump et à tous ceux qui soutiennent sa guerre à lui en matière politique, idéologique, médiatique, économique, etc.

Pendant 4 ans, cette guerre n’a pas cessé un seul instant, et aujourd’hui - à la veille de nouvelles élections - elle a atteint son apogée. Elle s’est manifestée

• dans la déstabilisation généralisée du système social,
• dans le soulèvement des éléments extrémistes dans les grandes villes américaines (avec un soutien presque ouvert du Parti démocrate aux forces anti-Trump),
• dans la diabolisation directe de Trump et de ses partisans, qui, si Biden gagne, seront menacés d’une véritable épuration, quel que soit le poste qu’ils auront occupé,
• en accusant Trump et tous les patriotes et nationalistes américains de fascisme,
• dans des tentatives de présenter Trump comme un agent des forces extérieures – principalement Vladimir Poutine –, etc.

L’aigreur de la confrontation entre les partis dans laquelle certains républicains eux-mêmes, principalement des néoconservateurs (comme Bill Kristol, l’idéologue en chef des néoconservateurs) se sont opposés à Trump, a conduit à une forte polarisation de la société américaine dans son ensemble. Et aujourd’hui, à l’automne 2020, sur fond d’épidémie persistante de Covid-19 et de ses conséquences sociales et économiques, la course électorale représente quelque chose de complètement différent de ce qu’elle avait été au cours des 100 dernières années de l’histoire américaine – à partir du traité de Versailles, les 14 points mondialistes de Woodrow Wilson et la création du CFR.

 

Les années 90 : une minute de gloire mondialiste.

Bien sûr, ce n’est pas Donald Trump qui a personnellement brisé le consensus mondialiste des élites américaines, mettant les États-Unis pratiquement au bord d’une guerre civile à part entière. Trump était un symptôme des profonds processus géopolitiques qui se sont déroulés depuis le début des années 2000.

Dans les années 90, le mondialisme a atteint son apogée, le camp soviétique était en ruines, la Russie était dirigée par des agents américains directs et la Chine commençait tout juste à copier docilement le système capitaliste, ce qui a créé l’illusion de la « fin de l’histoire » (F. Fukuyama). Ainsi, la mondialisation n’a été ouvertement contrée que par les structures extraterritoriales du fondamentalisme islamique, à leur tour contrôlées par la CIA et les alliés des États-Unis, d’Arabie saoudite et d’autres pays du Golfe, et par certains « États voyous » – comme l’Iran chiite et la Corée du Nord encore communiste, qui ne représentaient pas en eux-mêmes le grand danger. Il semblait que la domination du mondialisme était totale, que le libéralisme restait la seule idéologie capable de subjuguer toutes les sociétés et que le capitalisme était le seul système économique. On est allé jusqu’à la proclamation du gouvernement mondial (c’est l’objectif des mondialistes, et en particulier, le point culminant de la stratégie du CFR).

 

Les premiers signes de la multipolarité

Mais quelque chose a mal tourné depuis le début des années 2000. La désintégration et la dégradation de la Russie se sont arrêtées avec Poutine, cette Russie dont la disparition définitive de l’arène mondiale était une condition préalable au triomphe des mondialistes. S’engageant sur la voie de la restauration de sa souveraineté, la Russie a parcouru en 20 ans un long chemin, devenant l’un des pôles les plus importants de la politique mondiale, bien sûr, encore bien souvent inférieure à la puissance de l’URSS et du camp socialiste, mais cessant d’être l’esclave soumise à l’Occident, comme elle l’était dans les années 90.

Dans le même temps, la Chine, en entreprenant la libéralisation de l’économie, a gardé le pouvoir politique entre les mains du parti communiste, échappant au sort de l’URSS, à l’effondrement, au chaos, à la « démocratisation » selon les normes libérales, et devenant progressivement la plus grande puissance économique, comparable aux États-Unis.

En d’autres termes, il y avait les conditions préalables à un ordre mondial multipolaire, qui, avec l’Occident lui-même (les États-Unis et les pays de l’OTAN), avait au moins deux autres pôles assez importants et significatifs – la Chine et la Russie de Poutine. Et plus on s’éloignait, plus cette image alternative du monde apparaissait clairement, dans laquelle, à côté de l’Occident libéral mondialiste, d’autres types de civilisations basées sur les pôles de pouvoir croissants – la Chine communiste et la Russie conservatrice – faisaient entendre leur voix de plus en plus fort. Des éléments du capitalisme et du libéralisme sont présents à la fois ici et là. Ce n’est pas encore une véritable alternative idéologique, ni une contre-hégémonie (selon Gramsci), mais c’est autre chose. Sans devenir multipolaire au sens plein du terme, le monde a cessé d’être unipolaire sans ambiguïté dans les années 2000. La mondialisation a commencé à s’étouffer, à perdre son cap. Cela s’est accompagné d’une scission imminente entre les États-Unis et l’Europe occidentale. En outre, le populisme de droite et de gauche a commencé à se développer dans les pays occidentaux, ce qui a rendu visible un mécontentement croissant de l’opinion publique face à l’hégémonie des élites libérales mondialistes. Le monde islamique a également poursuivi sa lutte pour les valeurs islamiques, qui ont toutefois cessé d’être strictement identifiées au fondamentalisme (contrôlé d’une manière ou d’une autre par les mondialistes) et ont commencé à prendre des formes géopolitiques plus claires :

• la montée du chiisme au Moyen-Orient (Iran, Irak, Liban, en partie Syrie),
• l’indépendance croissante – jusqu’aux conflits avec les États-Unis et l’OTAN – de la Turquie sunnite d’Erdoğan,
• les oscillations des pays du Golfe entre l’Occident et d’autres centres de pouvoir (Russie, Chine), etc.

 

L’élan de Trump : un grand coup de théâtre

Les élections américaines de 2016, qui ont été remportées par Donald Trump, se sont déroulées dans ce contexte – à une époque de grave crise du mondialisme et des élites mondialistes au pouvoir.

C’est alors que la façade du consensus libéral a conduit à l’émergence d’une nouvelle force – cette partie de la société américaine qui ne voulait pas s’identifier avec les élites mondialistes au pouvoir. Le soutien de Trump est devenu un vote de défiance à l’égard de la stratégie du mondialisme – non seulement démocratique, mais aussi républicain. Ainsi, le schisme s’est installé dans la citadelle même du monde unipolaire, dans le siège de la mondialisation. Sous le poids du mépris, ils devenaient les « déplorables », une majorité silencieuse, une majorité dépossédée (V. Robertson). Trump est devenu un symbole du réveil du populisme américain.

Ainsi, aux États-Unis, la vraie politique est revenue, les disputes idéologiques ont repris et la destruction de monuments de l’histoire américaine est devenue l’expression d’une profonde division de la société américaine sur les questions les plus fondamentales.

 

Le consensus américain s’est effondré.

Désormais, élites et masses, mondialistes et patriotes, démocrates et républicains, progressistes et conservateurs sont devenus des pôles à part entière et indépendants – avec leurs stratégies, programmes, points de vue, évaluations et systèmes de valeurs changeants. Trump a fait sauter l’Amérique, a brisé le consensus des élites et a fait dérailler la mondialisation.

Bien sûr, il ne l’a pas fait seul. Mais il a eu l’audace – peut-être sous l’influence idéologique du conservateur atypique et antimondialiste Steve Bannon (un cas rare d’intellectuel américain familier du conservatisme européen, et même du traditionalisme de René Guénon et de Julius Evola) – de dépasser le discours libéral dominant, ouvrant ainsi une nouvelle page de l’histoire politique américaine. Sur cette page, cette fois, on lit clairement la formule « géopolitique des élections américaines ».

 

L’élection américaine de 2020 : tout est remis en jeu.

En fonction du résultat des élections de novembre 2020, les éléments suivants seront redessinés :

• l’architecture de l’ordre mondial (transition vers le nationalisme et la multipolarité réelle dans le cas de Trump, poursuite de l’agonie de la mondialisation dans le cas de Biden),
• la stratégie géopolitique globale des États-Unis (l’Amérique d’abord dans le cas de Trump, un saut désespéré vers le gouvernement mondial dans le cas de Biden),
• le sort de l’OTAN (sa dissolution en faveur d’une structure qui reflète plus strictement les intérêts nationaux des États-Unis – cette fois-ci en tant qu’État, et non comme un rempart de la mondialisation dans son ensemble (dans le cas de Trump) ou la préservation du bloc atlantique en tant qu’instrument des élites libérales supranationales (dans le cas de Biden),
• l’idéologie dominante (le conservatisme de droite, le nationalisme américain dans le cas de Trump, le mondialisme de gauche, l’élimination définitive de l’identité américaine dans le cas de Biden),
• la polarisation des démocrates et des républicains (poursuite de la croissance de l’influence des paléoconservateurs au sein du gouvernement en cas de victoire de Trump) ou retour au consensus bipartite (dans le cas de Biden avec une nouvelle croissance de l’influence des néoconférences au sein du gouvernement),
• et même le sort du deuxième amendement constitutionnel (son maintien dans le cas de Trump, et son éventuelle abrogation dans le cas de Biden).

Ce sont des moments si importants que le sort de Trump, les murs de Trump, et même les relations avec la Russie, la Chine et l’Iran s’avèrent être quelque chose de secondaire. Les États-Unis sont si profondément et si complètement divisés que la question est maintenant de savoir si le pays survivra à des élections aussi inédites. Cette fois, la lutte entre les démocrates et les républicains, Biden et Trump, est une lutte entre deux sociétés disposées agressivement l’une contre l’autre, et non un spectacle insensé dont rien ne dépend fondamentalement. L’Amérique a atteint un clivage fatal. Quel que soit le résultat de cette élection, les États-Unis ne seront plus jamais les mêmes. Quelque chose a changé de manière irréversible.

C’est pourquoi nous parlons de la « géopolitique de l’élection américaine », et c’est pourquoi elle est si importante. Le sort des États-Unis est, à bien des égards, le sort du monde moderne tout entier.

 

Le phénomène du « Heartland »

La notion de géopolitique la plus importante depuis l’époque de Mackinder, le fondateur de cette discipline, est celle de « Heartland ». Cela signifie le noyau de la « civilisation terrestre » (Land Power), s’opposant à la « civilisation de la puissance maritime ».

Mackinder lui-même, et surtout Carl Schmitt, qui a développé son idée et son intuition, parle de la confrontation entre deux types de civilisations, et pas seulement de la disposition stratégique des forces dans un contexte géographique.

La « Civilisation de la mer » incarne l’expansion, le commerce, la colonisation, mais aussi le « progrès », la « technologie », les changements constants de la société et de ses structures, à l’image de l’élément très liquide de l’océan – la société liquide de Z. Bauman.

C’est une civilisation sans racines, mobile, mouvante, « nomade ».

La « civilisation de la terre », au contraire, est liée au conservatisme, à la constance, à l’identité, à la durabilité, à la méritocratie et aux valeurs immuables ; c’est une culture qui a des racines, qui est sédentaire.

Ainsi, le « Heartland » acquiert lui aussi une signification civilisationnelle : il n’est pas seulement une zone territoriale aussi éloignée que possible des côtes et des espaces maritimes, mais aussi une matrice d’identité conservatrice, une zone de fortes racines, une zone de concentration maximale d’identité.

En appliquant la géopolitique à la structure moderne des États-Unis, on obtient une image étonnante par sa clarté. La particularité du territoire américain est que le pays est situé entre deux espaces océaniques – entre l’océan Atlantique et l’océan Pacifique. Contrairement à la Russie, il n’y a pas aux États-Unis de tendance nette au déplacement du centre vers l’un des pôles – bien que l’histoire des États-Unis ait commencé sur la côte Est et se soit progressivement déplacée vers l’Ouest ; aujourd’hui, dans une certaine mesure, les deux zones côtières sont plutôt développées et représentent deux segments de la « civilisation de la mer » distincte.

 

Les États-Unis et la géopolitique électorale

Et c’est là que le plaisir commence. Si nous prenons la carte politique des États-Unis et que nous la colorions avec les couleurs des deux principaux partis en fonction du principe de savoir quels gouverneurs et quels partis dominent dans chacun d’eux, nous obtenons trois bandes :

• La côte Est sera bleue, avec de grandes zones métropolitaines concentrées ici, et donc dominées par les démocrates ;
• la partie centrale des États-Unis – zone de survol, zones industrielles et agraires (y compris « l’Amérique à un étage »), c’est-à-dire le Heartland proprement dit – est presque entièrement en rouge (zone d’influence républicaine) ;
• la côte ouest concentre à nouveau des mégalopoles, des centres de haute technologie, et par conséquent la couleur bleue des démocrates.

Bienvenue dans la géopolitique classique, c’est-à-dire en première ligne de la « Grande Guerre des continents ».

Ainsi, US-2020 ne se compose pas seulement d’échantillons variés de population, mais exactement de deux zones de civilisation – le Heartland central et deux territoires côtiers, qui représentent plus ou moins le même système social et politique, radicalement différent du Heartland. Les zones côtières sont la zone des démocrates. C’est là que se trouvent les foyers de la contestation la plus active du BLM, des LGBT+, du féminisme et de l’extrémisme de gauche (groupes terroristes « antifa »), qui ont été impliqués dans la campagne électorale des démocrates pour Biden et contre Trump.

Avant Trump, il semblait que les États-Unis n’étaient qu’une zone côtière. Trump a donné sa voix au cœur de l’Amérique. Ainsi, le centre rouge des États-Unis a été activé. Trump est le président de cette « deuxième Amérique », qui n’a presque aucune représentation dans les élites politiques et n’a presque rien à voir avec l’agenda des mondialistes. C’est l’Amérique des petites villes, des communautés et des sectes chrétiennes, des fermes ou même des grands centres industriels, dévastée et dévastée à répétition par la délocalisation de l’industrie et le déplacement de l’attention vers des zones où la main-d’œuvre est moins chère. C’est une Amérique qui est déserte, loyale, oubliée et humiliée. C’est la patrie des vrais Américains – des Américains avec des racines, qu’ils soient blancs ou non, protestants ou catholiques. Et cette Amérique centrale est en train de disparaître rapidement, à l’étroit entre les zones côtières.

 

L’idéologie du cœur de l’Amérique : la vieille démocratie...

Il est révélateur que les Américains eux-mêmes aient récemment découvert cette dimension géopolitique des États-Unis. En ce sens, l’initiative de créer un Institut de développement économique complet, axé sur des plans de relance des microvilles, des petites villes et des centres industriels situés au centre des États-Unis, est typique. Le nom de l’institut parle de lui-même : « Heartland forward » ; « Heartland forward » ! En fait, il s’agit d’un décryptage géopolitique et géoéconomique du slogan de Trump « Let’s make America great again ! »

Dans un article récent du dernier numéro du magazine conservateur American Affairs (Automne 2020. V IV, № 3), l’analyste politique Joel Kotkin publie des documents du programme « The Heartland’s Revival » sur le même sujet : « La renaissance de Heartland ». Et bien que Joel Kotkin ne soit pas encore parvenu à la conclusion que les « États rouges » sont, en fait, une civilisation différente des zones côtières, de par sa position pragmatique et plus économique, il s’en rapproche.

La partie centrale des États-Unis est une zone très spéciale avec une population, où prévalent les paradigmes de la « vieille Amérique » avec sa « vieille démocratie », son « vieil individualisme » et sa « vieille » idée de la liberté. Ce système de valeurs n’a rien à voir avec la xénophobie, le racisme, la ségrégation ou tout autre substantif péjoratif que les Américains moyens des États intermédiaires se voient généralement attribuer par les intellectuels et les journalistes arrogants des mégalopoles et des chaînes nationales. C’est l’Amérique, avec toutes ses caractéristiques, la vieille Amérique traditionnelle, quelque peu figée dans sa volonté initiale de liberté individuelle depuis l’époque des pères fondateurs. Elle est surtout représentée par la secte amish, encore habillée dans le style du XVIIIe siècle, ou par les mormons de l’Utah, qui professent un culte grotesque mais purement américain, rappelant très vaguement le christianisme. Dans cette vieille Amérique, une personne peut avoir toutes sortes de croyances, dire et penser ce qu’elle veut. C’est la racine du pragmatisme américain : rien ne peut limiter ni le sujet ni l’objet, et les relations entre ceux-ci ne se révèlent que dans le feu de l’action. Encore une fois, cette action a un seul critère : ça fonctionne ou ça ne fonctionne pas. Et c’est tout. Personne ne peut prescrire un éventuel « vieux libéralisme » selon lequel chacun devrait penser, parler ou écrire. Le politiquement correct n’a aucun sens ici.

Il est seulement souhaitable d’exprimer clairement sa propre pensée, qui peut être, théoriquement, tout ce que l’on veut. Dans une telle liberté de tout, tout est l’essence du « rêve américain ».

 

Deuxième amendement à la Constitution : protection armée de la liberté et de la dignité ...

Le cœur de l’Amérique ne se résume pas à l’économie et à la sociologie. Elle a sa propre idéologie. C’est une idéologie amérindienne – plutôt républicaine – en partie anti-européenne (surtout antibritannique), reconnaissant l’égalité des droits et l’inviolabilité des libertés. Et cet individualisme législatif s’incarne dans le libre droit de posséder et de porter des armes. Le deuxième amendement à la Constitution est un résumé de toute l’idéologie d’une telle Amérique « rouge » (au sens de la couleur GOP). « Je ne prends pas ce qui est à toi, mais tu ne touches pas non plus à ce qui m’appartient. » C’est le résumé de ce que véhicule un couteau, un pistolet, une arme à feu, mais aussi une mitrailleuse ou un pistolet mitrailleur. Il ne s’agit pas seulement de choses matérielles, mais aussi de croyances, de modes de pensée, de choix politiques libres et d’estime de soi.

Mais les zones côtières, les territoires américains de la « Civilisation de la mer », les États bleus, voilà ce qui est attaqué. Cette « vieille démocratie », cet « individualisme », cette « liberté » n’ont rien à voir avec les normes du politiquement correct, avec une culture de plus en plus intolérante et agressive, avec la démolition des monuments aux héros de la guerre de Sécession ou avec le fait de baiser les pieds des Afro-Américains, des transsexuels et des monstres à corps positif. La « civilisation de la mer » considère la « vieille Amérique » comme un ensemble de « déplorables » (selon les termes de Hillary Clinton), comme une masse de « fascistophiles » et de « dissidents ». À New York, Seattle, Los Angeles et San Francisco, nous avons déjà affaire à une autre Amérique – une Amérique bleue de libéraux, de mondialistes, de professeurs postmodernes, de partisans de la perversion et d’un athéisme prescriptif offensif, qui chasse de la zone de tolérance tout ce qui ressemble à la religion, à la famille, à la tradition.

 

La Grande Guerre des continents aux États-Unis : proximité de l’issue.

Ces deux Amériques – Earth America et Sea America – rassemblent leurs forces aujourd’hui dans une lutte acharnée pour leur président. Et tant les démocrates que les républicains n’ont sciemment aucune intention de reconnaître un gagnant s’il vient du camp opposé. Biden est convaincu que Trump « a déjà truqué les résultats des élections », et que son « ami » Poutine « s’en est déjà mêlé » avec l’aide des services secrets, la GRU, du « nouveau venu », des trolls Holguin et d’autres écosystèmes multipolaires de la « propagande russe ». Par conséquent, les démocrates n’ont pas l’intention de reconnaître la victoire de Trump. Ce ne sera pas une victoire, mais une « fake news ».

Les républicains les plus conséquents le considèreraient également comme une falsification. Les démocrates utilisent des méthodes illégales dans la campagne électorale – en fait, les États-Unis eux-mêmes ont une « révolution des couleurs » dirigée contre Trump et son administration. Et les traces de ses organisateurs, parmi les principaux mondialistes et opposants de Trump George Soros, Bill Gates et autres fanatiques de la « nouvelle démocratie », les représentants les plus brillants et les plus conséquents de la « civilisation de la mer » américaine, sont absolument transparentes derrière cette révolution. C’est pourquoi les républicains sont prêts à aller jusqu’au bout, d’autant plus que le ressentiment des démocrates contre Trump et les personnes nommées par ce dernier au cours des quatre dernières années est telle que si Biden se retrouve à la Maison-Blanche, la répression politique contre une partie de l’establishment américain – du moins contre toutes les personnes nommées par Trump – aura une ampleur sans précédent.

C’est ainsi que la tablette de chocolat américain se brise sous nos yeux – les lignes de fracture possibles deviennent les fronts de la véritable guerre elle-même.

Ce n’est plus seulement une campagne électorale, c’est la première étape d’une véritable guerre civile.

Dans cette guerre, deux Américains – deux idéologies, deux démocraties, deux libertés, deux identités, deux systèmes de valeurs s’excluant mutuellement, deux politiciens, deux économies et deux géopolitiques – se font face.

Si nous comprenions l’importance actuelle de la « géopolitique de l’élection américaine », le monde retiendrait son souffle et ne penserait à rien d’autre – ni même à la pandémie de Covid-19 ou aux guerres, conflits et catastrophes locales. Au centre de l’histoire du monde, au centre de la détermination du destin de l’avenir de l’humanité se trouve la « géopolitique des élections américaines » – la scène américaine de la « Grande Guerre des continents », la terre américaine contre la mer américaine.

Alexandre Douguine
(Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc)

 

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2573454
    le 21/10/2020 par Francois de tramecourt
    Géopolitique des élections américaines

    C’est bizarre , sur la carte , la hearth America est nettement supérieure en états et en superficie que la sea America , pourtant les démocrates pourraient reprendre la main ? ... ou c’est une histoire de type de scrutin , qui est visiblement compliqué , peut être à souhait ? ...

     

    • #2573600
      le 21/10/2020 par Anonyme
      Géopolitique des élections américaines

      Ca ne fonctionne pas en nombre de voix mais en nombre de grand électeurs. Le Texas et la Floride sont déterminants. New York et la Californie sont démocrates car bastion du mondialisme ( finance, divertissement et GAFAM)


  • #2573468
    le 21/10/2020 par becalme
    Géopolitique des élections américaines

    « Dans cette guerre, deux Américains – deux idéologies, deux démocraties, deux libertés, deux identités, deux systèmes de valeurs s’excluant mutuellement, deux politiciens, deux économies et deux géopolitiques – se font face. »

    Il y’a eu la première guerre mondiale et, la seconde guerre. Comme il y’a eu la première guerre de sécession, la seconde s’impose

    « la scène américaine de la « Grande Guerre des continents », la terre américaine contre la mer américaine. »

    Je préfère une terre nourricière qu’une mer engloutissante .

     

    • #2573617
      le 21/10/2020 par Fátima
      Géopolitique des élections américaines

      Je ne crois pas que cette opposition aux états unis soit si importante. Longtemps les céréaliers et les industriels se sont accommodé des commerçants maritimes leur assurant des débouchés.
      Selon l’adage, quand le foin vient à manquer les ânes se battent.
      La politique est clairement de l’économie par d’autres moyens. Si la prospérité de tous continuait, les américains se fichent comme d’une guigne de qui la leur fournit. Et les intérêts de cette nation composite sont tellement divergents que ça en est étonnant qu’elle ait tenu si longtemps.
      Leur équilibre intérieur est assuré à bon compte par le dollar que tous les pays acceptent en paiement tandis qu’eux se contentent de l’imprimer.


  • #2573478
    le 21/10/2020 par Jérômeproudhon
    Géopolitique des élections américaines

    Je ne vis pas dans le même monde, vous êtes persuadé que l’ouest à gagné la guerre froide ? Je ne peux plus pisser sur un arbre, plus fumer sans me faire surveiller, j’ai la liberté d’expression contrôlé, je dois mettre un masque, être puni, j’ai même l’impression d’être impuissant de temps en temps, c’est comme si je me sentais en Chine ou en urss que l’histoire nous a raconté ? Le NOM est plus compliqué que ça ! C’est l’athéisme le coeur de tout, c’est la croyance à l’argent et maintenant aux chiffres qui détruit tout, deuxièmement ! L’Amérique n’est pas une nation, sous Trump, elle apprend a en devenir une, ce pays était un business, je pense que la ou les guerres civiles sont inévitables pour ce pays. Et le capitalisme gagne avec ou sans bloc, avec n’importe quel idéologies, frontières ou pas. Vous croyez en quoi Alexandre ?


  • #2573489
    le 21/10/2020 par Diogène
    Géopolitique des élections américaines

    Cet article demande du temps pour être lu par le menu, mais mérite vraiment sa lecture, pour bien comprendre les enjeux mondiaux de notre époque.

    Pour ceux qui suivent et essayer de comprendre ce qui se joue actuellement, ils ont déja compris beaucoup de chose, mais cette analyse de M. Douguine est vraiment la cerise sur le gâteau pour éclairer la complexité de la situation.

    Merci à M. Douguine pour son travail, et à E&R pour la mise à disposition.


  • #2573491
    le 21/10/2020 par Zelda Zonk
    Géopolitique des élections américaines

    Sequere Deum...


  • #2573492
    le 21/10/2020 par Espallergues Mathias
    Géopolitique des élections américaines

    La mer est le lieu de vie des poissons.
    La tete du poisson est morte sous peu, et ceux qui formaient sa queue sont deja de petits poissons qui nagent librement par bans, groupements de familles.
    La derniere etape pour la majorite formant cette civilisation de la mer est de reprendre pied sur terre, reforné des villages de familles paysannes, traditionnaux.
    Cet à dire pour reprendre la metaphore filée utilisée, devenir verseau, créant nos propres mondes propre à nos etres profonds, et liés à nos familles, racines, traditions, et ainsi rompre avec la dualite de mer contre terre puisque la relation que nous aurons avec les autres continents pourra se faire avec respect, et echange de connaissances, partage.
    Cela est possible si et seulement si nous reprenoms les pieds sur terre, (pour ceux faisant toujours partie de la civilisation mer, poisson), car le pont a besoin de deux arcs boutés, pour reliées deux continents, et nous humains avons besoin de deux jambes pour marcher, faire se contracter notre periné, et faire monter l’energie le long de notre colonne vertebrale afin d’etre à penser, reflechir, construire la civilisation.


  • #2573495
    le 21/10/2020 par Anonyme
    Géopolitique des élections américaines

    Article exceptionnel mais il manque trois précisions :

    "une Amérique bleue de libéraux, de mondialistes, de professeurs postmodernes, de partisans de la perversion et d’un athéisme prescriptif offensif, qui chasse de la zone de tolérance tout ce qui ressemble à la religion, à la famille, à la tradition" L auteur n a pas voulu écrire le satanisme avec l’omniprésence du chiffre 6.

    Aucune mention des leaders du mondialisme sauf Gates. Parler des Rockefeller et Rot Child semble être interdit. Et du Swift & banques centrales également

    La Chine quel rôle elle a ? Son système de surveillance totale de population va être mis en place et Soros a affirmé en 2009 que le NOM passerait par la Chine. D’où la position anti chinoise de Trump et son équipe.

    A cette année 2020 restera dans l histoire en bien ou en mal. Mais les moutons pensent toujours que le C19 est hautement mortel et contagieux.


  • #2573498

    ne sommes-nous pas en phase d’hyper-concentration du capital (Banques, banques centrales, GAFA) ? En outre, il y a un mouvement contraire : le capital hyper-concentré doit s’étendre aux masses émergentes, alors que le monde blanc traditionnel est en contraction.

    Dès lors, le choix est vite fait pour les oligarques, quelle que soit leur inclination personnelle. Liquider le vieux monde blanc en ralentissement, et promouvoir et investir le monde cosmopolite émergent. C’est la logique interne du Capital actuelle.

    Les états et les institutions internationales sous contrôle, sont en train de mettre en place cette nouvelle configuration.

    Le monde blanc n’a guère de secours à attendre. Il n’est plus intéressant pour le capital de masse. Il doit se communautariser asser vite, à mon avis. Former une sorte d’apartheid. Et se spécialiser plutôt dans les apports haut-de-gamme (scientifiques, militaires ou culturels) nécessaires malgré-tout au fonctionnement du capitalisme émergent.

    Il faut former des ensembles nationaux restreints mais cohérents, avec une haute conscience identitaire (et de la nouvelle configuration historique). Dans ce système communautaire, il faut prendre en charge "nos pauvres", grâce à notre action dans les secteurs à haute-valeur-ajoutée. Ce qui implique aussi de mettre fin à la baisse du niveau intellectuel, culturel et physique des blancs.

    Si nous ne le faisons pas à titre collectif blanc, les milieux bourgeois éduqués blancs le feront à titre familial (ils le font déjà). Car les petits-blancs seront totalement dissous (numériquement, économiquement, culturellement) dans les masses émergentes.

    On se retrouvera alors dans une situation "à la brésilienne" ou comme dans certains pays du moyen-orient, de cosmopolitisme intérieur : les élites "blanches" étant contraintes d’abandonner les petits blancs, pour se maintenir de manière discrète mais bien réelle, dans le cercle dominant. En professant en public la doxa cosmopolite, et en privé une stratégie identitaire au niveau familial.


  • #2573511
    le 21/10/2020 par Snayche
    Géopolitique des élections américaines

    De très intéressantes analyses de Monsieur Douguine qui amènent à penser que si le plan divin a laissé se développer le progressisme de la mer américaine (de l’Ocean land) pour que la civilisation s’élève qualitativement pendant un temps technologiquement au détriment du conservatisme moral (de l’Heartland), le point de bascule vers un retour du conservatisme moral de l’Heartland prenant le contrôle de la technologie qui a été favorisé par l’Oceanland semble inévitable, car tout est une question du maintien de la civilisation et de son amélioration.
    D’ailleurs, il apparaît même que les technologies actuelles dont laBlockchain et la 4G pourraient être suffisantes à l’épanouissement maximal de l’humanité tel presque un point culminant, et que la 5G n’y serait donc pas nécessaire à part peut être pour une partie du secteur médical ou autre secteur particulier pouvant être gérés en dehors des villes.
    En résumé, ça sent bon l’élection de Trump, et le retour de Jésus, même s’il peut y avoir encore pendant quelques temps le mondialisme progressiste qui se débat dont avec ce Covid, à moins que Trump soit réélu nettement...

     

    • #2574306
      le 22/10/2020 par paramesh
      Géopolitique des élections américaines

      Les technologies et les sciences n’ont pas attendu l’idéologie libérale du progressisme pour évoluer.
      Le progressisme libéral qui considère le temps comme un coût n’a fait qu’accélérer un progrès déjà présent, au risque de déstabiliser l’humanité en lui faisant perdre toutes ses assises traditionnelles et tous ses repères : c’est le cycliste condamné à pédaler sans fin pour ne pas tomber.
      Je ne vois pas de dessin divin là dedans mais plutôt un plan diabolique.
      Regardez les civilisations romaines chinoises ou indiennes, traditionalistes et conservatrices et pourtant créatrices d’une technologie d’enfer dans tous les domaines, pas besoin de progressisme pour avancer ; il s’agit juste de prendre en compte les risques de destruction que peuvent provoquer les changements (et ça prend du temps). l’humanité actuelle est en train de perdre la compréhension des temps longs et donc des cycles.
      Car le temps n’est qu’une dimension, un découpage conceptuel de la réalité, mais il n’a aucun effet sur la réalité, c’est la réalité qui se transforme dans le temps, peu importe à quelle vitesse, seul le résultat compte (à moins de faire la course où là il faut gagner du temps).


  • #2573550
    le 21/10/2020 par Philippulus
    Géopolitique des élections américaines

    article très intéressant !
    voir aussi le site "Chronique du grand jeu" sur le thème de l’ heartland
    merci E&R ...


  • #2573595

    Trump est arrivé après Poutine, pas de Poutine, pas de Trump, Douguine le rappelle, et il ne faudrait pas l’oublier. Faute d’avoir pu corrompre/réduire le pouvoir russe durant les années 2000, les forces dominatrices américaines ont du tenter de reprendre la main, en intégrant ce nouveau paradigme "anti-mondialiste". Il n’est pas dit du tout que cela était voulu, c’est plutôt quelque chose que la Russie, et d’autres nations combattant pour le maintien de leur souveraineté, ont imposé aux élites américaines. Et c’est une grande victoire pour les nations, si on se souvient du cauchemar qu’a été le moment unipolaire Us, début 2000.


  • #2573627
    le 21/10/2020 par Carlyle
    Géopolitique des élections américaines

    Elections américaines : à la suite de l’énorme affaire du laptop du fils de Joe Biden, on peut dire que la campagne électorale de ce dernier est finie. C’est facile de se renseigner si on le désire.

     

    • #2573901

      Tout le problème est la : est-ce que les gens veulent la vérité qui fait mal ou vivre dans le mensonge.
      C’est pas simple de se rendre compte que tu fait avoir, que tu a été un imbécile, qu’on t’a fait fait marcher, agir contre tes propres intérêts, remettre tout son système de pensée, repartir à zéro.
      Beaucoup préfèrent mourir et même aller jusqu’à tuer ceux qui leur montre la vérité.


    • #2574186
      le 22/10/2020 par paramesh
      Géopolitique des élections américaines

      c’est bien vrai et j’en connais même qui se cloîtrent dans le déni du je ne veux pas savoir, comme si quand tu n’es pas conscient d’un truc, il ne peut pas t’atteindre (je mets ma tête dans le sable comme ça personne ne me verra).


  • #2573655
    le 21/10/2020 par Un passereau solitaire sur un toit
    Géopolitique des élections américaines

    Plus on s’éloignera de la sainteté de la Tradition chrétienne, plus le monde s’autodétruira.


  • #2573850

    Une question aux lecteurs : Selon vous, pourquoi en 1994 les occidentaux ont intégré la Russie dans le G7 qui devint G8 ?
    Car la Russie était loin d’être la 8ème puissance économique en 1994, mais plutôt vers la 15ème place.

    Ils devaient y avoir un but caché...

     

  • #2573865
    le 22/10/2020 par Pastounak
    Géopolitique des élections américaines

    Qu’est-il arrivé à la version française de Katehon ?


  • #2573931

    Je commente rarement, mais je dois dire que ce texte est juste excellent. J’ai été captivé du début à la fin. Bravo à l’auteur !


  • #2573943
    le 22/10/2020 par anonyme
    Géopolitique des élections américaines

    J’ai la prétention de bien connaître les Etats-Unis. En gros, les démocrates, ce sont :
    1) les prolétaires idiots de service (de moins en moins),
    2) les Noirs idiots de service (de moins en moins) et
    3) les progressistes (les francs-maçons et les sionistes, et leurs ouailles LGBT et féministes).
    Les deux premières catégories sont, malheureusement pur la troisième, formés d’hommes et de femmes aux valeurs, principes et religions "classiques". Reste la 3e catégorie, qui ne représente pas grand chose. Seul le tapage médiatique et l’argent lui permet encore d’exister. La tendance mondiale est au retour des valeurs "classiques", d’où la lutte acharnée contre le dernier écueil de la franc-maçonnerie : l’islam ...


  • #2574447
    le 22/10/2020 par mon cœur
    Géopolitique des élections américaines

    le cœur du Heartland français se trouve pas loin de Pouilly en Auxois (triple point de partage des eaux ; Loire, Rhône, Seine).
    et le triple point du partage des eaux pour l’Europe occidentale (Seine, Meuse, Rhône) se trouve pas loin de Langres

     

    • #2575356
      le 23/10/2020 par Sedevacantiste
      Géopolitique des élections américaines

      Il se trouve que le fameux "heartland" états-unien recoupe un peu près la Nouvelle France, l’ancienne province française d’Amérique du Nord.


  • #2574898
    le 23/10/2020 par Un passereau solitaire sur un toit
    Géopolitique des élections américaines

    Il y a là des éléments d’analyse qui sont valables, mais mêlés à un ésotérisme discret.


Commentaires suivants