Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La mort programmée des petits producteurs laitiers

Comment la méthanisation tue l’industrie laitière

De nos jours, de très nombreux producteurs laitiers travaillent à perte. En effet, avec un prix de base de 25 cents le litre (qui devrait encore descendre à 22 cents, voire même plus bas dans les prochains mois), le producteur de lait peut espérer obtenir 30 cents le litre si les teneurs en protéines et en matières grasses sont excellentes. Les coûts de production, eux, s’élèvent au strict minimum à 25 cents et peuvent grimper jusqu’à 35 cents si des investissements importants ont été réalisés dans l’outil de production laitière.

 

Je précise bien « laitière » car il existe aujourd’hui un autre outil de production associé qui, s’il demande aussi un investissement important, est par contre très rentable grâce aux subventions. Je parle de la méthanisation des effluents de production.

Nombre de producteurs européens l’ont bien compris. La situation est telle que Laurent Leroy, secrétaire national chargé de l’élevage à la Confédération paysanne en France, déclare : « Le risque, c’est que l’élevage laitier devienne un sous-produit de la méthanisation. »

 

Vendre l’énergie est plus rentable

Ce sont les propos d’un chauffeur flamand venu chercher le troupeau entier d’un client qui arrête de traire qui m’ont interpellé. « Chez nous, on ne dit plus ferme laitière mais usine à lait. » À Tirlemont, il possède 1 400 vaches mais il n’élève plus les génisses. Juste produire du lait ! Et c’est en effet par dizaines que se comptent les usines à lait en Flandres.

La production industrielle de cochons les a sans doute inspirés. Avant de calculer la rentabilité de la production laitière, on calcule celle de l’investissement en biométhanisation, sans oublier les panneaux photovoltaïques que l’on pourra poser sur le toit de l’étable. Marc Benninghoff, producteur allemand, possédait 75 vaches laitières en 2005. Suite à une législation extrêmement incitative par la loi sur les énergies renouvelables baptisée EEG, il a investi dans la biométhanisation. En 2013, sa ferme ne comptait pas moins de 1200 vaches et il estimait son coût de production laitière à 29 cents le litre. Son quota s’élevait alors à 6,1 millions de litres de lait. Grâce à son gigantisme, il a pu négocier un prix minimum sur les 4 années à venir résultant d’une moyenne de cinq laiteries allemandes dont 3 choisies par lui-même, et produire 8,5 millions de litres sans pénalités.

Lire la suite de l’article sur contrepoints.org

 

Ici, un exemple de CIVE (culture intermédiaire à valorisation énergétique), une expérience menée dans le Tarn sur des « couverts végétaux » :

 

Les pinces du libéralisme se referment sur les agriculteurs, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

78 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1384651

    Pas très bon à la santé le lait, en fromage c’est moins nocif.

     

    • #1384693

      Précisons même : fromage de chèvre/brebis au lait cru :)


    • #1384756
      le 30/01/2016 par Pépé le Moko
      La mort programmée des petits producteurs laitiers

      N’importe quoi ...

      Le lait froid n’est pas très bon pour la santé ...

      Et avec du lait correcte , on peut faire beaucoup de choses !!!

      Les veaux qui deviennent des grand / gros taureaux boivent du lait (mais pas froid !!!)


    • #1384782

      Oui tout à fait.
      J’adore le fromage, mais la recommandation des laitages trois fois par jour est une aberration sanitaire qui est la marque du lobbying forçant le politique.


    • @ Pépé le Moko,

      Les jeunes veaux n’ont que quelques heures et leur vie commence par un déchirement.
      A peine mis au monde, ils sont aussitôt arraché à leur mère. Pour des raisons économiques, ils ne profiteront pas du lait maternel, ne serait-ce qu’un seul jour.
      Leur mères sont programmées pour produire du lait, pas pour nourrir des veaux, pas même les leurs. L’avenir de ces veaux est tout tracé, tout ça pour faire plaisir à des gamins et des adultes humains sevrés depuis longtemps.

      Pour comprendre toute l’injustice et l’horreur de l’exploitation animale, rendez vous ici : http://www.l214.com/vaches

      Mais peut être que comme tant d’autres, le plaisir culinaire et le prétexte de la survie des producteurs dépassent le droit à la vie des autres êtres vivants. Les laits végétaux meilleurs pour la santé existent aux 1000 parfums et le produire pourrait faire vivre bons nombres d’agriculteurs, mais obstinément c’est le lait des êtres vivants que les adeptes veulent exploiter. Finalement c’est à se demander si ce n’est pas le plaisir de faire souffrir et de dominer qui est sous jacent.

      La promotion du livre "Lait mensonge et propagande" révélant la vérité sur les laitages et sur les pratiques de l’industrie laitière, le lobby laitier et les effets réels du lait sur la santé est pourtant sur E&R !


    • #1384887
      le 30/01/2016 par Pépé le Moko
      La mort programmée des petits producteurs laitiers

      " Vegan "

      Vous faite un amalgame gratuit entre produits laitiers , et la manière abominable dont la plupart des animaux sont traités dans une société dite " civilisée " ...

      Moi je crois ... au contraire .. ; qu’il faut mettre en avant les produits laitier de qualité , pour que les gens se rendre compte du fait que la vache est comme une mère nourricière universelle ,et qu’il faut arrêter de les maltraiter et les charcuter ...

      Je me bat depuis 40 ans pour que les gens arrête de manger de la chaire animale , donc vous pouvez garder vos leçons de morale condescendantes, ainsi que vos recettes pour lapins vegan !!!


    • Expliquez-moi comment est-il possible de satisfaire les envies de milliards d’humains en chair et dérivés d’animaux sans faire souffrir ceux qui sont sacrifiés. C’est quoi une mère nourricière universelle ? Un nouveau concept ? Depuis quand le lait des vaches sert-il aux éléphanteaux, girafons, chatons, chiots, et le reste de la création ? Il n’y a que les humains qui s’octroient cette substance dont ils n’ont fondamentalement pas besoin et qui est destinée aux petits de celle qui la produit.
      Votre réflexion sur les recettes de lapins vegans est surprenante pour quelqu’un qui se dit végétarien ...


    • #1385279
      le 30/01/2016 par Pépé le Moko
      La mort programmée des petits producteurs laitiers

      La production de viande est , à part la souffrance gratuite infligée , un gaspillage énorme sur le plan énergétique ...on peut produire 9 à 10 tonnes de légumes pour l’énergie , l’eau , etc ...nécessaire pour produire 1 tonne de viande de misère ...

      Les produits laitier par contre sont une vrai mine d’or , puisque les vaches mangent principalement ... de l’herbe , qui , jusqu’a nouvel ordre ne nous sert à rien ( à moins que vous poussiez vos idées " lapineuses " jusqu’a tondre le gazon ) , et produisent ce miracle ... le lait ...

      Moi , je sais nourrir des bucherons et des soldats avec mes recettes lacto-végétariennes ( surtout ) Hindoues ( pas d’oeufs par contre ) , mais vous ne pourriez pas ... à la longue ...


    • @Vegan :

      Entièrement d’accord.
      Le lait est mauvais pour la santé.
      On en consomme par confort, parce que c’est bon au gout.
      Cette passion, qui est la gourmandise, aveugle le jugement des hommes qui se trouvent 150 000 excuses pour consommer du lait.

      Pour 1000 personnes qui me contrediront en me disant " naaan si tu élèves ta propre vache c’est très bien ! " combien n’iront pas demain à carrefour acheter du lait Candia ?

      Quel scandale, ce monde...


    • #1385355
      le 31/01/2016 par Pépé le Moko
      La mort programmée des petits producteurs laitiers

      " Alex "

      Il suffirait pour les " humains " d’arrêter d’agirent comme des barbares vis à vis des vaches et autres animaux ( et d’arrêter de les envoyer à l’abattoir ) ...

      Mais à part ça , de demander aux gens d’être végétariens , sans aucun produit laitier, est simplement de nouveau un autre extrême dont l’occident a le secret ( les Occidentaux aiment les extrêmes )

      Donc, pour toi , ça sera ni viande ( heureusement !!! ) , mais aussi plus jamais de beurre , yaourt , crème fraiche , crème fouettée , fromage sur la pizza , lait dans le café , crème glacée ,caramel , etc...etc .

      D’accord ?!?


    • @ Pépé le moko,

      Je persiste à vous envoyer les liens des substituts aux produits laitiers car mon commentaire à ce sujet semble être passé à la trappe (merci aux modérateurs de bien vouloir le valider). Vous pouvez sans problème continuer à vous délecter de fromages, crème glacée, et autres crèmes fouettée puisque cela existe sans souffrance pour les fabriquer et aussi savoureux.
      http://www.unmondevegan.com/vegusto...

      http://www.unmondevegan.com/fromage...

      http://www.unmondevegan.com/fromage...


    • #1385630
      le 31/01/2016 par Pépé le Moko
      La mort programmée des petits producteurs laitiers

      " Vegan "

      Il n’y a pas de " substitut " pour des produits laitier venant de vaches épanouies et heureuse ...

      Comme il n’y a pas de substitut pour l’or ...

      La seule question à se poser , c’est comment arrêter les mauvais traitements et cette cruauté gratuite envers les animaux !!!


    • @ Pépé le moko,

      Pour satisfaire à la demande de milliards d’humains désirant consommer la viande et ses dérivés, il n’y aura jamais d’exploitation d’animaux épanouis et heureux. Et quand bien même vous arriveriez à en produire par je ne sais quel miracle, on en fait quoi des veaux des vaches épanouies et heureuses ? Ca en fait des veaux à chaque fois qu’elles devront faire du lait ! Donc pour arrêter les mauvais traitements et cette cruauté gratuite envers les animaux, et satisfaire à la demande de ceux qui veulent consommer des produits laitiers, la réponse est les substituts que je vous ai mis en lien. Que vous ayez du mal à franchir le cap du végétalisme est une chose, mais de grâce en tant que végétarien ne vous comportez pas comme un carniste qui se voile la face pour ne pas changer ses habitudes et ses privilèges de dominants sur le reste de la création.


  • #1384654
    le 30/01/2016 par Mille Sabords !
    La mort programmée des petits producteurs laitiers

    le film sur Cive est tout simplement hallucinant !
    ils parlent tous comme des banquiers, meme celui qui se dit agriculteur et porte evidemment un tee shirt amerloque...
    Cultures intensives, pretendue rotation, mais avec un sol qui ne se repose pas, 3 recoltes sur 2 ans, et des tracteurs à 100 000€ en pagaille ! le systeme s’emballe dans toute sa laideur...
    halte a la methanisation forcée !

     

    • #1384791
      le 30/01/2016 par le barbu chevelu
      La mort programmée des petits producteurs laitiers

      Je me suis fait mot pour mot les mêmes réflexions.


    • #1385194
      le 30/01/2016 par Georges 4bitbol
      La mort programmée des petits producteurs laitiers

      @mille sabords
      Même impression de technicité hermétique. Si l’agriculteur n’a pas fait bac +10, il est mal.


    • #1385229

      @vegane, tu dis n’importe quoi, même si le veau est enlevé à sa mère c’est bien le lait de celle ci qu’on lui donne dans les élevages laitiers, déjà le colostrum qui est indispensable à sa survie puis le lait des 10 premiers jours de lactation qui est trop chargé en cellules immunitaire pour être livré en laiterie, la plupart des veaux reste sur l’exploitation 3 semaines avant de partir chez un engraisseur ou il sera mis à une machine d’allaitement qui prépare du lait à base de poudre à la demande, pour accepter une tétine en caoutchouc, le veau ne doit connaître que ça, si il à tété sa mère il refusera les tétines artificielles, je dis pas que c’est bien mais c’est le système actuel, lors de la "dernière crise" les veaux pur laitiers mâles partaient à 10 euros la pièce à 3 semaines...


    • @ laurent71,
      Ok c’est le lait des vaches qui est donné aux veaux les premières semaines de sa vie par le biais d’une tétine (tant de chaleur réchauffe le coeur y’a pas à dire ^). Et la finalité des vaches et des veaux c’est quoi dans l’histoire ? La vache est violée régulièrement pour être engrossée et faire des petits pour avoir du lait. Ses petits passeront des semaines voir des mois dans des chambres noires 23h sur 24 pour avoir une chair plus blanche et finir dans vos assiettes. Comme d’habitude, il faut voir plus loin que le bout du doigt quand on vous montre la lune.


    • #1385638
      le 31/01/2016 par Pépé le Moko
      La mort programmée des petits producteurs laitiers

      " Vegan "

      Ce que tu décrit , sont les façons abominables avec lesquels sont traités les vaches et autres pauvres animaux de ferme dans notre société complètement démoniaque ...

      Mais ceci n’a rien à voir avec le fait que le lait venant de vaches heureuses , et utilisé correctement , selon les règles de l’art , par des végétariens qui ont du coup besoin de produits laitier ... est le top du top !!!

      Pas d’amalgame gratuit SVP ...


  • Ce n’est peut-être pas plus mal, car le lait n’est pas conseillé pour la santé finalement... hum.

     

    • Vous ne pouvez pas généraliser !
      La consommation quotidienne de lait UHT de supermarchés n’est pas utile et est même néfaste pour l’être humain à cause de la caséine, des hormones naturelles de la vache, des antibiotiques...
      En revanche, la consommation occasionnelle de lait cru (que vous aurez fait bouillir) acheté directement aux paysans locaux est bien différente !
      Renseignez-vous sur le lait cru !


    • #1384764
      le 30/01/2016 par Pépé le Moko
      La mort programmée des petits producteurs laitiers

      Au contraire ...

      Du lait pur , bouilli et légèrement concentré , avec un peu de sucre de canne , bu très chaud , est excellent pour développer les fins tissus du cerveau , sans parler d’autres choses qu’on peut faire avec du lait , dont vous n’avez probablement aucune idée !!!


    • #1384786

      Cela fait des dizaines d’années que je bois un litre de lait par jour en moyenne, je ne suis jamais malade . Je n’en dirai pas autant de ceux qui trinquent, au propre et au figuré, en buvant "le bon vaing de nos pères"...


    • #1384815

      @fdf : malheureusement les gens ne savent plus (ou pas) ce qu’est le lait du producteur cherché dans un bidon. Ils trouvent que ça a "un goût"... Encore heureux, c’est le contraire qui devrait les inquiéter !


    • #1385466

      @vegan il est depuis longtemps interdit de faire les veaux de lait dans le noir, en bon Français voilà plusieurs décennies que l’on me traite de raciste alors tu ne me fera pas le coup du spéciste, milite pour l’égalité animale tant que tu veux, je mène des troupeaux depuis plus de vingt ans, tu ne connais rien aux animaux tu es tout juste capable de faire de l’anthropomorphisme larmoyant tu es l’égale de la vache ? retourne brouter.


    • @larent71,
      Cette pratique n’a peut etre plus cours mais d’autres ne valent pas mieux. Je ne connais tellement rien aux animaux que j’en ai chez moi des dizaines sortis de maltraitance ou de l’errance. A moi seule je m’occupe d’un petit refuge (sans cage) et sans l’aide de personne. Je suis née avec les bêtes et j’ai toujours vécu avec. Je fais peut-être de l’anthropomorphisme mais toi tu devrais faire preuve d’empathie car à ne pas se mettre à la place de ceux qui ressentent, on fait comme toi, on se voile la face et on les mène à l’abattoir.


    • #1385603

      Se réjouir de la mort des campagnes et de ceux qui la font vivre montre à quel point la réconciliation nationale va être compliquée. Avant de donner des leçons, essayez donc de comprendre ce qu’est l’agriculture. Allez voir les paysans chez eux, pas celui qui vous loue un gite à la campagne l’été, ceux près de chez vous.... vous serrez surpris de voir à quel point se sont de vrais professionnels certainement les meilleurs du monde.


    • @ Azertiptop,

      Défendre les animaux ne veut pas dire se réjouir de la mort des campagnes. Les vrais défenseurs du vivants aspirent dans une très grande majorité à vivre à la campagne et à les faire revivre. Un végétalien ne peut que se réjouir d’une agriculture bien menée et prospère, mais pas de celles dont on nous rabâche les oreilles à longueur de temps. Pas de celles qui pour nourrir le bétail que vous mettez dans vos assiettes, tuent les sols et l’environnement. Votre agriculture est mortifère, la notre c’est le contraire, à l’image de ce que l’on défend. Je préfère me taire sur ce que je pense des agriculteurs dont vous parlez, ça m’ennuierai d’être tricard d’E&R.


  • #1384669

    L’avenir des agricultures est simple : de moins en moins de paysans sur des exploitations de plus en plus vastes, grâce à la mécanisation toujours plus performante et sophistiquée .

     

    • #1385769

      @vegan, tu t’occupes toute seule d’un refuge et sans aide (fortune personnelle ?), je vis avec mes bêtes et je produis grâce à elles de quoi nourrir ma famille et mes voisins. Mes bêtes pâturent, et je produis la totalité de leur ration hivernale sur ma ferme, j’n’écorne pas je ne serre pas mes animaux au bâtiment elles ont une vrai vie, j’ai 6 chèvres dans mon troupeau qui ont 14ans et qui produisent encore parce que je les traite bien comme la plupart de ceux qui vont crever dans cette "nouvelle crise", la majorité des éleveurs connait la misère pas leurs troupeaux ! Nos ainés pratiquait déjà ainsi bien avant l’apparition du premier végan il existe une agriculture de très haute qualité dans ce pays et c’est celle qui disparait en ce moment sous les crachats de guignols qui lui reprochent les dérives de l’agroindustrie qui va triompher. Tout est foutu, les vilains paysans ont tout bousillé ce n’est plus la peine de se battre puisqu’il ne reste rien a sauver, voilà ce que j’entends dans vos tristes commentaires, en même temps c’est devenu tendance de cacher la lâcheté derrière le désespoir. Réjouis toi, des milliers de tortionnaires des animaux et de pollueurs de rivières vont crever, 2016 promet une bonne récolte de pendus mais la souffrance animale ne disparaîtra pas, elle va se généraliser.


    • @laurent71,

      Oui toute seule et sans fortune personnelle bien que j’estime que d’avoir finis de payer un bien immobilier à 45 ans c’est une richesse de nos jours. Je travaille dur dans des emplois qui sont en bas de l’échelle sociale depuis que certains de la bien pensance gauchiste antifa antispé ont mis fin à ma carrière d’artiste que j’exerçais depuis une douzaine d’années.
      Pour en revenir à vos bêtes, si vous ne prélevez que les oeufs de poules qui vivent en liberté, ainsi que le lait de vos brebis ou vaches sans les tuer, parfait, c’est ce que j’appelle une cohabitation intelligente et respectueuse. Si par contre vous les mangez malgré le fait qu’elles vivent en liberté, ce n’est pas plus acceptable que si vous les déteniez en cage. Les êtres sentants non humains n’ont pas à finir dans les assiettes pas plus que les sentants humains. Votre interprétation de mes commentaires est erronée et en terme de lâcheté, en tant que vegan et paria d’une société qui m’a moi aussi accusée de complotisme et de fascisme pour avoir relayée une tonne d’infos sur le sujet, je ne me sens pas concernée. Je vous accorde que ce qui m’anime souvent est l’énergie du désespoir pour tenter de sauver ce qui peut l’être en ces temps de crétinerie et de cruauté sans fond, mais sauver des tortionnaires d’animaux humains et non humains, hors de question, et pour ne rien vous cacher, je me réjouis plutôt en effet de leur disparition. Ne m’accusez pas de pessimisme à la lecture de votre dernière phrase.


  • #1384677

    Pas concerné. J’ai toujours dit que "Je boirais du lait quand les vaches ne mangeront que du raisin", et pas sulfaté ou mosantonisé !

     

    • #1386435

      @vegan, ton "amour des animaux" à du mal à masquer ta haine des humains, et puis toi aussi au bout du compte tu fais des catégories puisque tu te réjouis de la disparition de certains êtres "sentants" ( Même le correcteur n’ en veut pas de ce truc). Maintenant que je te connais mieux je vais pas dire que je te comprends mais je sais que tu est prête au sacrifice ultime, aussi à la fin, avant que les pompiers ramassent ta dépouille, tes amis à quatre pattes te rendront un dernier hommage en commençant par les parties molles...


  • Le lait pasteurisé est un véritable poison pour la santé de toute façon.

     

  • #1384694
    le 30/01/2016 par Auguste Pignard, la Meute Bevron
    La mort programmée des petits producteurs laitiers

    En France, même la nature devient dingue.

    Les abricotiers qui font des feuilles début janvier et qui fleurissent fin janvier, c’est du jamais vu.

    S’il y a un coup de froid en février, un tel arbre ne donnera aucun fruit cet été.

     

  • #1384698

    Le capitalisme est nécessairement monopolistique. Il tue tout ce qui est petit ... Le choix qu’il restera aux populations sera le suivant : être dominées par l’oligarchie mondiale ou le communisme national ! Comme les peuples sont politiquement incultes, nous subirons les oligarques jusqu’à la fin des temps. La servilité est tellement plus facile à vivre ...

     

    • Les premières victimes du capitalisme sont les animaux. Chaque année dans le monde ce sont des centaines de milliards d’animaux qui sont élevés, exploités, tués pour être mangés, expérimentés, utiliser leur peau, lait, pour les loisirs, etc. Jamais un aussi grand massacre perpétré par l’espèce humaine et renforcé depuis l’arrivée du capitalisme n’a eu lieu de façon aussi banalisée.

      Le système capitaliste base son économie sur la productivité, le profit, la compétitivité et fait de ce monde une marchandise qui détruit la planète, affame les pauvres, rend les riches encore plus riches et multiplie les inégalités. Les animaux se situent en bas de l’échelle de cette société ultra hiérarchisée en se trouvant victimes de spécisme.

      Le spécisme est la discrimination fondée sur l’espèce : la domination qu’exercent les humains sur les autres espèces animales. Les animaux sont des individus sensibles qui ressentent du plaisir, de la souffrance et ils sont pourtant considérés comme de vulgaires marchandises que les humains peuvent utiliser comme bon leur semble. Ils sont élevés en batteries puis tués en masse dans les abattoirs, torturés dans les laboratoires, emprisonnés dans les cirques, zoos, delphinariums, etc.

      En devenant vegan, en mettant en pratique votre refus d’exploiter les animaux, vous ne cautionnez plus ce massacre planétaire. Je ne parle pas spécialement pour vous, mais de façon générale, quand on veut dénoncer toutes les formes d’exploitations et de dominations, on va jusqu’au bout, sinon on est encore dans la demi mesure et on nage en pleine hypocrisie.


  • #1384707

    La méthanisation comme tout les systèmes scientifique de culture et de transformation n’est pas néfaste en soit. C’est l’échelle et l’usage qui en sont fait qui permettent à la Banque de continuer son processus d’appropriation et de mise au pas du vivant et pour ce faire les paysans se sont fait prolétariser.
    Certains devenant gestionnaires d’exploitation (l’équivalent des cadres et patrons de l’industrie) et les autres (les fils de petits propriétaires ne pouvant plus tenir la concurrence) se vendent comme ouvriers agricoles.
    Les rares à rester indépendant sont les pigeons et les vaches à lait du système qui les forces à courir une course perdue d’avance en s’endettant jusqu’à la saisie, pour copier les gros et acheter toujours plus de terrains, grosse machines... (Ils sont à l’agricole ce que certains artisans sont à l’industrie).
    Le petit reportage est parlant et illustre très bien ce phénomène :
    Intervenants qui causent tous comme des ingénieurs, que des termes technico-scientifiques, aucune notion d’amour.
    "Investissements bla, bla bla, gestion, bla, bla, bla, rendement, bla, bla, investissements. Avec en fond, la danse morbide des machines écrasant toujours un peu plus la terre.

    Paysan, réveils toi ! Tu es l’héritier amnésique d’un savoir faire pluri-millénaire, souviens toi !
    La technologie n’est qu’un outil de plus, pas le but, pas la finalité.

    Cette harangue est valable pour tous les français, nous sommes tous les héritiers de cette terre, une des plus fertile du monde ! Honte à nous si nous n’arrivons pas, demain, à la reprendre à ces chétifs (ou obèses) bankster qui nous en ont spolié. Ils n’ont réellement comme armes que leur maitrise de la duperie et leur fausse monnaie, les contremaitres qui les servent sont, au plus haut, des traitres qu’il faudra abattre et en intermédiaire des ignorants qu’il faut informer.


  • #1384754

    "Renseignez-vous sur le lait cru"

    J’habite en plein centre ville (Bruxelles). Tu pourrais pas me dire où je pourrais trouver une vâche ? Soit un peu sérieux. Pour les gens habitant la ville, il est quasi impossible de trouver ton lait cru ; et puis, je ne crois pas au bien fait du lait à partir d’un certain âge. Dans certains pays, comme l’Asie, la consommation de lait y est quasi inexistant. C’est seulement depuis quelques années, ricanisation oblige, que l’on vend de plus en plus des produits laitiers. C’est ce qui m’avait frappé quand j’étais y a 2 ans en Thaïlande.

     

    • #1384831
      le 30/01/2016 par Pépé le Moko
      La mort programmée des petits producteurs laitiers

      En Inde , le lait et ses dérivatifs sont hautement appréciés !!!


    • #1384844

      Faut nuancer votre propos.
      La génétique des asiatiques et celle des européens n’est pas exactement la même, il est vrai que la consommation de lait à l’age adulte est un peu un non sens, mais les produits issues du lait peuvent être assimiler par les européens, qui pour des raisons climatiques évidentes on de longue date "appris" (le corps) à s’en servir pour emmagasiner et "passer l’hiver" idem pour les céréales.
      Alors c’est sûr dans une société entièrement urbaine, hyper sédentarisée, ou la production alimentaire sera automatisée et dévolue aux machines, plus besoin des produits laitiers... Pourquoi pas se nourrir de pilules déshydratées après tout ? Sauf qu’ici pas mal d’entre nous refuse cette société. Et puis personne ne m’empêchera de dire : Un bon morceau de camembert avec un petit coup de rouge, ça vous flatte le gosier en fin de repas !


    • A durandal le lait animal c’est inadapté à l’humain après qu’au gout tu aimes ça....n’a rien avoir avec la santé. Et les céréales , c est pire moi qui suit cancerologue et chercheur à l’oncopole je peux te dire qu’un tiers des cancers c’est à cause de la consommation régulière de céréale ! Et crois moi que cette information on ne peut pas la sortir sinon on perd notre boulot et tout pour quoi on a durement travaillé !


    • #1385986

      @ Tony,

      A vous aussi je conseillerais, avec toute mon humilité de néophyte, de nuancer votre propos (votre explication a tendance assertive).
      Quel type de lait ? Sous quelle forme ?... Quelle céréale (produite comment) ? Sous quelle forme et en quelle proportion ? Encore une foi, loin de moi l’idée de renier les effets néfastes de notre mode de vie sédentaire occidental et de nos habitudes alimentaires moyennes actuelles mais de là à jeter le bébé avec l’eau du bain. J’aimerais qu’on me fournisse plus qu’un simple "croyez moi", un petit lien ou deux vers de la doc médicale par exemple.


  • #1384802

    Etes-vous sûr que vous buvez du lait ? renseignez-vous sur ce qu’est un crackink.
    Un indice ? le gout du lait varie selon la saison, varie-t-il quand il est en boite ? Qui peut produire en dessous du cout de revient ? personne a moins que l’on ne fasse du lait reconstitué. Où va toute la graisse que l’on enlève sur une carcasse (60 kg quand même) ? faire du lait reconstitué ? comme pour l’aliment d’allaitement artificiel ?
    Les teneurs en mg augmentent pour le paiement au producteur, pas dans le lait qu’achète le consommateur, question subsidiaire où va la différence etc.. ;etc à votre bon sens messieurs


  • #1384819
    le 30/01/2016 par Махсуд Махкамов
    La mort programmée des petits producteurs laitiers

    Non, le fromage est juste une forme de conservation du lait où le lactose a disparu (ça ne concerne que les intolérants à cet ose). Pour le reste, c’est strictement identique pour la santé.

    Je fus élevé à l’ancienne : je m’enfilais, enfant de 4 à 11 ans, un bol de lait par jour et ado, 1 litre à 1,5 litre de lait entier (de ferme), suivant ce régime jusqu’à plus de 20 ans. Je vivais dans une maison rustique chauffée à 14°C ; je ne portais que des culottes courtes même en hiver, y compris au collège, avec parfois les mollets pleins de griffures de ronces ou de piqûres d’orties...

    Résultat : en 15 ans d’exercice professionnel, 1 journée d’arrêt pour maladie. Et encore, si ma femme ne m’avait pas poussé chez le médecin, je serais allé bosser quand même...

     

    • #1384861
      le 30/01/2016 par Махсуд Махкамов
      La mort programmée des petits producteurs laitiers

      Oups, c’était une réponse à rk, 30 janvier, 10h30.


    • #1384873
      le 30/01/2016 par Pépé le Moko
      La mort programmée des petits producteurs laitiers

      Le meilleur fromage au monde , c’est :

      Faire bouillir de 4 à 6 litres de lait cru ( remuer le fond pour que ça colle pas ) , quand ça boue ,y jeter une cuillerée bombée d’acide citrique ( Pharmacie ) , ou le jus de 4-5 citrons ...

      La réaction sera immédiate ( remuer gentillement pour répartir les acides ) , vous aurez " l’eau " jeaunâtre / verdâtre qui sera séparée du fromage ...

      C’est du fromage frais , meilleurs pour la santé que des vieux frometons encroutés , aussi nourrissant que la viande , avec quoi on peut faire des milliers de recettes salées ou sucrées ...

      C’est ce que Gengis Khan donnait à ses troupes à manger , pour qu’ils aient beaucoup d’énergie


    • #1384898
      le 30/01/2016 par Махсуд Махкамов
      La mort programmée des petits producteurs laitiers

      Perso, je mange justement ces vieux fromage encroûtés, avec des acariens dans la croûte.

      Par ailleurs, du fromage de lait bouilli ? Non, c’est mieux au lait cru !


    • #1385168

      Aaah les louveteaux, courir en short dans les bois, en pleins hiver, sous la pluie, dans les champs de ronces des forets, faire son guerrier nordique, gaulois, viking, et se rire des chefs en pantalons, craignant de se salir, et etc... : )

      Puis revenir en meute à la civilisation, pleins de boue, et d’éraflures, dans les trams, métro, bus, pour enfin revenir à la maison, bon bain, bon repas, bien dodo...


  • #1384897

    Les laitiers délaisseraient le maïs pour du fourrage traditionnel, ils seraient déjà moins dépendants du lobby de type monsanto et leur lait serait certainement de meilleure qualité sans compter le bénéfice pour les sols. Je vis dans une de ces campagnes, j’ai vu l’évolution sur une trentaine d’années. Mais quand on signe avec le diable, il faut s’attendre à ce qu’il fasse payer le prix de ses cadeaux.

     

    • #1385270

      @Pépé le moko, avec du lait bouillit et de l’acide citrique tu fais du fromage frais et le meilleur du monde en plus, en France, pays où il y a assez de fromages traditionnels pour en manger un différent chaque jour de l’année ? Le fromage frais c’est une pâte lactique, c’est à dire qu’après la traite tu ensemences ton lait cru avec des ferments lactiques(petit lait de la veille ou lactofermentation en début de saison) qui vont se multiplier et acidifier le lait qui sera ensuite emprésuré (chymosine active extraite de caillette de veaux ou de chevreaux) pour le faire cailler, après 24h de caillage tu pourras mouler à la louche ce caillé dans des faisselles à partir de là tu pourras le consommer comme tu veux du frais au sec affiné suivant le temps et le soin que tu lui apporteras. pour les recettes sucrées et salées peut être pas des milliers mais assez pour faire varier le plaisir sur l’année. En même temps si t’arrives à bouffer ta bouillie oublies l’assiette trouves toi un ratelier...


    • #1385374
      le 31/01/2016 par Pépé le Moko
      La mort programmée des petits producteurs laitiers

      " Laurent "

      Il faut filtrer le résultat dans un cotton à beurre ... bien sur ...

      Le fromage restant est solide ,mais malléable , et ne fond pas durant une cuisson ...

      C’est mieux pour le corps et le cerveau que des vieux fromages puants ...


  • #1384934

    "C’est ce que Gengis Khan donnait à ses troupes à manger" (le fromage)

    Oui, en effet. Même que quand ses troupes s’étaient retrouvés aux portes de Vienne, on avait interdit toute fabrication et vente de fromages. Mais heureusement qu’un membre sa famille décéda opportunément (histoire vraie) et qu’il fit rappeler toutes ses troupes. Dans tous les pays qu’il a dévastés jusqu’à maintenant les gens en veulent encore aux fromages( surtout le camembert paraît-il) ; ce qu’il n’était pas vraiment un enfant de choeur ton Gengis Khan.

     

  • #1385036

    Moi quand j’étais jeune, il n’y a pas si longtemps, une laitière faisait des tournées pour vendre du lait direct de sa ferme.
    Mais elle a été obligée de fermer à cause des normes.

    Ils font ça dans tous les domaines. C’est aussi vrai pour les labos de ville qu’ils veulent faire fermer au profit de grands centres techniques.

    En fait de grands groupes graissent la patte à des politiques pour qu’ils fassent passer des lois qui empêchent les petites exploitations de tourner. En particulier au niveau de l’union européenne.
    Et c’est vrai dans tous les domaines. Ca se voit aussi au niveau des commerces de ville par rapport aux grandes surfaces. Rien n’est fait pour eux et les centre ville se désertifient.

     

    • #1385591
      le 31/01/2016 par Махсуд Махкамов
      La mort programmée des petits producteurs laitiers

      Et tout cela est fait avec la complicité des élus socialopards, notamment du Sénat.

      A propos de la destruction des petits laboratoires d’analyses médicales, j’ai fait une liste de ces vendus. Je la garde de côté et la ressortirai le jour de la Révolution, en faisant en sorte qu’ils n’aient surtout pas le temps de préparer leurs valises.


    • #1385798

      Ca c’est une bonne idée.

      Moi j’ai une maladie non reconnue, et je pense qu’il faudrait faire pareil. Pour que ceux qui continuent d’agir en toute connaissance de cause aujourd’hui ne s’en sortent pas le moment où le scandale va éclater. (sang contaminé, population non soignée, méprisée)...


  • #1385111

    Pas de viande (sous toutes ses formes), pas de sucre (sous toutes ces formes) et pas de lait (sous toutes ses formes). End of story !

    Seuls les bébés, enfants et ados en pleine croissance doivent consomer du lait.

    Mendes-France nous faisait boire du lait en primaire, mais plus au lycée où on avait du jus de pomme à la cantoche. Les producteurs de lait n’ont qu’à planter des pommiers et des vignes. Foutez la paix aux meuh-meuh !

     

  • Mes grand-parents étaient (tous-) petits éleveurs laitiers. Malheureusement je n’en ai pas énormément de souvenirs. Quand j’étais gamin (j’ai 37 ans) chez mes grand-parents, le matin c’était le lait avec la crème au dessus et les viennoiseries invendus du tonton boulanger que ma grand-mère conservait et qu’elle réchauffait dans le four du poêle à bois (putain j’ai vécu ça...). Ils avaient leur petite maison, leur petite étable, leur petit troupeau dont la traite se faisait à la main et remplissait les bidons en métal. Au dessus de l’étable, il y avait la réserve de foin (souvenirs d’enfance que de faire les foins assis sur le garde-boue du tracteur). Le potager faisait la longueur de la maison. Ma grand-mère lavait le linge à la main sur une table à l’extérieur et passait aussi le café à la main. Dans les près, il y avait des pommiers pour le cidre, quelques poiriers et selon l’époque des champignons. Mon grand-père partait à la chasse et ramenait une ou deux lapins mais à la fin il ne voyait plus grand chose et s’approchait trop, cela faisait fuir le gibier, ma grand-mère rigolait. Mon grand-père a finit sa vie à côté de son poste de radio en écoutant la valise d’RTL et en crachant dans son seau... Ma grand-mère est partie vivre en ville ensuite.

    Voilà, c’est dans ce contexte que j’ai consommé du lait étant enfant. Le lait qui sortait de la mamelle et n’était pas dénaturé.


  • #1385375

    Quand j’étais londonien avec mon meilleur pote et qu’on rentrait de "soirée" au petit matin on fauchait les pintes de lait que le milkman déposait devant les portes. Il y avait même parfois des oeufs que l’on gobait. Il fallait choisir la pinte avec la capsule dorée, c’était le Jersey. Qui a bu du lait de Jersey ne peut plus en boire d’autres.


  • #1385459

    Meme si c’est "pas bon pour la sante", un bon vieux fromton, sur une croute de bon pain quasi carbonise, d’un vrai boulanger epuise par toute une nuit de petrin... avec ou sans pinard (en appui a un arbre), vaut bien mille repas de chez Fauchon !


  • Le lait animal est un poison pour l’être humain.

     

    • #1385596
      le 31/01/2016 par Махсуд Махкамов
      La mort programmée des petits producteurs laitiers

      Je reprends donc mon message d’hier : un bol par jour depuis que je m’en souviens (de 4 à 11 ans). Après, arrivé à l’âge vorace, ce furent 1 L à 1,5 L par jour que je mm’enfilais, ce jusqu’à 20 ans passés.

      15 ans d’exercice professionnel, une journée d’arrêt maladie prise suite aux suppliques de ma femme, sinon je serai parti...

      J’ai mis mon fils au régime lait de ferme.


    • En effet le lait de vache selon le Pr Henri Joyeux, ne serait pas adapté au corps humain car le lait de vache contient des facteurs de croissance qui, vu la taille adulte des bestiaux, font grossir le veau de plus de 365 kg par an.
      https://www.youtube.com/watch?v=fPl...


  • #1385575

    perso, je m’en fout complètement. je bois pas de lait. car comme tous les mammifères, depuis que j’ai des dents, je n’ai plus dans mon système digestif ce qu’il faut pour digérer le lait. et encore moins celui d’une vache fait pour un veau.
    ce genre d’usine c’est vraiment immonde. comment peut-on faire dans le morbide à ce point et pensent 1 sec "nourrir" les gens. c’est de l’empoisonnement en masse ! et destruction de la nature. comment dirait Irène Grosjean : "on a inventé des tas de choses pour nous détruire".

     

    • #1385995
      le 31/01/2016 par Махсуд Махкамов
      La mort programmée des petits producteurs laitiers

      Eh bien si, justement, l’Homme continue de produire de la lactase à l’âge adulte...

      Bien sûr, il faut boire du lait artisanal pris sur les marchés ou à la ferme..


    • #1386220

      Près de 75 % de la population mondiale connait l’hypolactasie à l’age adulte,ce qui est tout à fait normal. De plus la caseine représente plus un problème que le lactose.


  • #1385967

    @Vegan

    Bonjour, votre profession de foi est bien belle, mais tout comme l’antiracisme, l’antispécisme sonne pour moi comme un des nombreux faux nez de la diversion systématique appliquée aux réactions populaires et donc un outil de plus du capital.
    Ne pas hiérarchisé sa pitié est un non sens anthropologique voir même un non sens tout court pour toute espèce vivante. Je vois mal la tigresse prendre pitié de sa proie et laisser son petit crever de faim sous prétexte de solidarité avec la biche... Exemple un peu caricatural, il est vrai, mais jusqu’à preuve du contraire, l’homme est omnivore. Je veux bien m’entendre avec les végétariens modérés sur le fait que notre consommation actuelle de viande en occident est hors de raison, mais de là à supprimer tout produit animal, je comprends pas bien la logique. Après libre à chacun de se voir en herbivore.
    Moi je consomme de la viande parce que mon corps me le demande, (pas en grande quantité il est vrai), je comprends que vous essayez de me faire changer d’avis individuellement. Mais, selon moi, la ligne E&R c’est trans-courant mais avec un fond nationaliste pas juste un fourretout idéologique.
    Je défend donc notre agriculture nationale malgré ses erreurs. Prenons le pouvoir il sera toujours temps de militer pour une meilleur façon après.
    La logique : participons à la destruction du truc (la nation France en l’occurrence) ce sera plus facile de reconstruire à notre idée après, ça sent le gauchisme mal digéré.
    Dans la vraie vie, une foi le socle détruit il est bien plus dur de se défendre contre le capital (il y a tant d’exemples historiques).
    C’est ce qui fait que, pour ma part, je ne vois pas de problème à ce qu’on vende des armes à droites ou à gauche dans la mesure où on serrait sûr qu’elles reste dans les mains d’un pays allier objectifs de la France (ce qui n’est pas le cas pour l’instant).
    Petite question rhétorique pour vous : Pour ou contre la livraison des mistrals à la Russie ?

     

    • #1386224

      Disons que le besoin de viande et l’opposition aux souffrances qu’elle génère dans le système actuelle sont deux choses bien différentes. L’un est un fait et l’autre une démarche éthique personnelle.
      Ton besoin de viande n’est pas un besoin de protéines (tu aurais autant envie d’ortie ou de spiruline si c’était le cas) mais un besoin d’hormones. Tu ne fabriques pas assez d’hormones parce que ton système endocrinien est fatigué.


    • @ Durandal,
      Excusez moi de ne répondre qu’aux phrases que je comprends et sujets que je maitrise. Humblement, je n’ai pas d’avis sur tout ni réponse à tout.

      Jusqu’à preuve du contraire l’homme est bien omnivore, c’est à dire qu’il peux manger de la chair animale (humaine aussi si on va par là) mais il peut parfaitement s’en passer. Moralement, le carnisme n’est pas plus défendable que le cannibalisme. En cas de famine, et encore, on peut comprendre ces affreuses dérives, mais il vous serait assez insupportable de manger votre voisin même en tant de guerre car ses caractéristiques sont de ressentir des émotions et que la souffrance qu’il pourrait endurer vous révolte. Quand on intègre la sentience comme principe fondamental du respect du vivant, cette logique devient évidente même en ce qui concerne les animaux. Cette manière de voir les choses est difficilement acceptable dans nos sociétés où la place de l’animal non humain est reléguée au rang de chose depuis longtemps. Mais puisque l’éducation est l’outil des sociétés évoluées, il n’est pas excusable de rester dans l’ignorance de ces sujets. L’homme ayant l’intelligence plus développée que celle des animaux (de moins en moins vu le degré de connerie planétaire), vous devriez comprendre que le tigre de par sa constitution carnivore n’a pas d’autre choix que de tuer la biche.

      La modération est bien pratique quand on veut faire dans le deux poids deux mesures. Elle n’est pas forcément juste et éthique. On ne pardonne pas aux violeurs de violer modérément parce qu’il ne vont pas jusqu’à tuer n’est pas ?

      Inutile de caricaturer le vegetalien en le traitant sans cesse d’herbivore car j’ose espérer que vous savez maintenant toute la richesse et la saveur de ses aliments.

      Ce n’est pas votre corps qui réclame de la viande et du lait, mais votre cerveau. Le lait par exemple, contient une substance dopamine faite pour attirer le veau vers la mère afin qu’il la tète. Cette substance produit les effets addictifs sur les humains s’ils en consomment régulièrement.

      La ligne E&R est intéressante à bien des points de vues, mais je ne suis pas censée adhérer à la totalité de ses analyses ni de ses solutions. Comme sur n’importe quel autre forum de discussion de quelque bord qu’il soit, je ne vois pas pourquoi les interventions devraient caresser le site dans le sens du poil. Cela reviendrait à se vautrer dans la pensée unique et annihiler toutes formes de débats.


    • #1386761

      @ Vegan

      Bonjour,
      Encore une foi, je ne vous reprochais pas vos convictions ni même le fait que vous militiez pour au quotidien et ici sur le site. Je ne suis pas partisan d’une quelconque pensée unique, si je vous ais fait croire le contraire peut être me suis-je mal exprimé, mais ce que je peux reprocher aux idéologies jusqu’au-boutiste, comme l’antispécisme, c’est de ne pas voir la complexité du réel, le réel impose des choix qui parfois sont partiellement immoraux.
      La vie est une série de choix difficiles, être objecteur de conscience c’est toujours très noble sur le papier mais il y a parfois des choix qui doivent être fait et parfois cela implique de tuer un autre être vivant.
      On peut s’en attrister et l’homme étant un animal avec un plus de conscience il est surement de son devoir de tendre vers une homéostasie dans ses interaction avec le reste du vivant. Je suis moi même pour que la défense du vivant prenne une plus grande place dans le débat publique (notamment sur les questions de l’euthanasie et de l’avortement). Mais pour ne pas mettre la charrue avant les bœufs, je pense qu’il faut hiérarchiser ses priorités, sauvons d’abord notre agriculture nationale et quant on en aura l’occasion battons nous pour qu’elle soit plus conforme avec notre idée d’une juste interaction avec la nature... Cela implique forcément de faire des choix politiques (au sens de tactique) et de composer avec des gens avec lesquels ont n’est pas forcément d’accord, voir qui vous dégoutent. L’essentialisme des mouvements comme le féminisme, antiracisme, antispécisme sans la notion de compromis risque fortement de gêner l’avancer d’une lutte politique ou métapolitique utile pour le peuple. C’est ce peuple qu’on doit défendre en premier, avant les autres peuples et avant les animaux. Pourquoi ce choix, cette hiérarchisation ? Parce-que c’est dans notre nature, et que ça permet de garder un objectif atteignable.


    • A vouloir hiérarchiser les priorités, on ne fait rien ou pas grand chose, car il y aura toujours des souffrances subjectivement plus grandes que les autres selon où l’on se place. Qu’est ce qui vous empêche d’être patriote et vegetalien et d’oeuvrer pour une agriculture prospère en choisissant de cautionner des agricultures maraichères plutôt que tortionnaires ? Pourquoi continuer à subventionner des agriculteurs qui exploitent les animaux si le sort de ces derniers vous inquiète ? Si la prospérité d’une nation ou d’un paysan passe par le sacrifice et l’esclavage des êtres les plus faibles, fuck l’un et l’autre. Avec votre remise à plus tard de la question animale, les pauvres bêtes ne sont pas prêtes de voir leurs conditions de vie infernales s’améliorer. Les gens qui disent qu’il faut d’abord oeuvrer pour les humains avant d’oeuvrer pour les animaux se mentent à eux meme et aux autres. C’est parce que vous savez parfaitement qu’avec cette logique, vous n’êtes pas pret de voir votre assiette remplie de souffrance vous être confisquée. Vous devriez méditer plutôt sur cette phrase car moi, tout comme son auteur, je pense sincèrement que les avancées pour les hommes commenceront quand on commencera à s’occuper concretement du sort des animaux : " La vrai bonté de l’homme ne peut se manifester en toute pureté et en toute liberté qu’à l’égard de ceux qui ne représentent aucune force. Le véritable test moral de l’humanité (le plus radical, qui se situe à un niveau si profond qu’il échappe à notre regard), ce sont ses relations avec ceux qui sont à sa merci : les animaux. Et c’est ici que c’est produite la plus grande faillite de l’homme, débacle fondamentale dont toutes les autres découlent." M. Kundera
      La question n’est pas "Pourquoi suis-je vegan ?" mais "Pourquoi vous ne l’êtes pas ?" Et vos raisons comme à tout ceux qui ne le sont pas, sont ma foi plutôt obscures.


    • #1386929

      @Vegan
      Votre réponse parle d’elle même, elle est clivante, du point de vue qui est le mien, la priorité est de sortir le pays de l’ornière économique et politique dans laquelle il se trouve. Les autres questions sont effectivement secondaires car leur levier d’action se situ à l’échelle de l’individu (comme tout ce qui constitue les revendications sociétales). Je ne vous dis pas de ne pas appliquer à vous même vos croyances, préférences, revendications... Mais en refusant d’adhérer ou juste soutenir tel ou tel mouvement, parti, ligne métapolitique,... sous prétexte que vous êtes en opposition sur ce point précis qui au yeux du reste de vos concitoyens, reconnaissez le, est absolument secondaire, vous participez à la lutte de tous contre tous en vous marginalisant complètement.

      En refusant tout en bloc l’idéaliste, manque souvent de bonnes occasions de faire de belles avancées dans le domaine qu’il défend. Honnêtement je ne vous juge pas, j’essaie juste de vous faire comprendre mon point de vue, qui est celui de la recherche du maximum d’efficacité.
      Que vous ayez raison ou pas moralement, éthiquement, philosophiquement n’empêchera pas que votre combat personnel sera noyé dans la masse des autres échecs s’il n’y a plus rien ni personne à convaincre, en tout cas pas sous la forme actuelle...


  • #1386336

    Tant que l’agriculture n’arrivera pas à produire sa propre énergie afin de la restituer dans ses méthodes de culture en autosuffisance, et qu’elle sera dépendante de produits phytosanitaires métabolisés comme certains principes actifs compatibles avec des OGM, alors il n’y aura aucun espoir de faire du bio rentable, même avec des prix élevés. Le bio n’est pas forcément un gage de qualité, et l’indépendance énergétique prend forcément le dessus sur l’aspect productif et qualitatif. Ce qu’il faut maintenant aux agriculteurs, ce sont des machines énergétiquement performantes, peu consommatrices de main d’œuvre, et surtout capables de produire au moins 4 fois plus qu’elles ne consomment. Et là, clairement, c’est pas pour demain...


Commentaires suivants