Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La propagandosphère au secours de Nadia Daam, persécutée sur le forum de jeuxvideo.com

Nadia Daam est dans la tourmente. Heureusement, la gauchosphère vole à son secours. D’après nos calculs, cela ne va pas arranger les choses. Rappel des faits.

 

Deux activistes féministes, Elliot Lepers et Clara Gonzales, lancent un numéro de téléphone pour que les femmes dénoncent leurs porcs ou leurs gros lourds qui les draguent, le 06 44 64 90 21. Jusque-là, rien de bien grave. C’est là qu’interviennent les fidèles du forum « Blabla 18-25 » de jeuxvideo.com. Les deux compères à l’origine de ce numéro anti-relous se retrouvent sous pression, avec une ligne complètement saturée et des individus qui se présentent devant chez eux, mais sans menace physique directe.
Nadia Daam évoque cette situation et prend la défense de Lepers & Gonzales, tout en jetant sa hargne et sa rogne sur les utilisateurs du forum maudit. C’est là qu’elle reçoit la foudre, une foudre électronique s’entend, à travers tous les canaux possibles dont le fameux réseau Twitter. L’Obs annonce même des « menaces de mort », des « tentatives d’intrusion à son domicile la nuit », et des « menaces de viol ».

On ne peut pas dire qu’elle soit persécutée pour ses idées, puisqu’elle n’en a pas. Mais Nadia Daam, la chroniqueuse d’Europe 1 et d’Élisabeth Quin sur Arte, a marché sur la queue du tigre. On n’insulte pas les gens de la sorte, même s’ils vous ont manqué de respect. Mais qui a versé le premier sang ?
Loi numéro un de l’Internet : ne jamais insulter le peuple, sinon on se retrouve définitivement du mauvais côté, celui de l’oligarchie. Et pour aggraver encore son cas, Nadia Daam se fait défendre par tous les journalistes mainstream possibles. Vu l’image que ces traîtres à la Nation ont dans l’opinion, ça ne va pas arranger les choses. Alors comment faire pour arrêter l’incendie ?
C’est simple, présenter ses excuses aux fameux « 18-25 » qui règnent sur ce forum où règne encore un peu de liberté d’expression. Oui mais voilà, Nadia est convaincue d’être dans le camp du Bien, et qu’elle peut traiter de « cons » qui n’en fait pas partie. Erreur fatale !

Ces jeunes détestent ces journalistes, qui ne travaillent que pour des intérêts privés et qui les conchient en permanence. Leur réaction quelque peu impolie est à l’image de la violence oligarchique qu’ils reçoivent depuis toujours et qu’ils ont bien cernée. Saine colère ! Et cette pauvre Nadia qui n’a rien compris à ce conflit majeur, qui pense qu’elle pense et que les autres ne pensent pas... Ô vanité des ignorants ! La déchirure entre ce Haut et le Bas est actée depuis longtemps, il faut vraiment être aveugle pour ne pas s’en apercevoir, et un journaliste aveugle ne peut être qu’un idiot ou un pantin.

Combien de fois avons-nous vu et entendu Nadia intervenir sur le plateau d’Élisabeth Quin, jamais à court d’une sottise politique ou géopolitique, domaines qu’elle ne maîtrise absolument pas ! Il faut la voir défendre les « rebelles » syriens qui se font « gazer » par le boucher de Damas, les migrants qui se font gazer à Calais par les vilains CRS-SS, ou vanter cette Union européenne si bancaire et si antipopulaire... Vraiment, un perroquet à âneries impayables venues d’en haut, de la chaîne hiérarchique qui part du pouvoir profond, qui passe par le président, par le ministre de l’Information (il n’existe pas mais c’est tout comme), puis le PDG de la chaîne Arte, et enfin la direction des programmes. Tout cela forme la colonne vertébrale du formatage, cet arrangement des choses dans l’intérêt bien compris de ceux qui dominent.

Et en bout de chaîne on trouve qui, la pauvre Nadia, qui ne comprend rien à rien, et qui fatalement marche sur une mine en croyant bien faire. Ils sont nombreux ceux qui aujourd’hui la soutiennent, et ils viennent tous du sérail, défendant leur fonction, une fonction grassement payée mais qui est gravement menacée. Ce ne sont pas les insultes ou les menaces contre Nadia qui les inquiètent, mais contre leur corporation, totalement dévalorisée par la trahison permanente. Les journalistes étaient en charge de l’opinion, ils l’ont perdue, et définitivement. Non seulement elle ne reviendra plus, mais elle ne se laissera plus faire comme avant. Malgré leur maladresse, les jeunes ont compris cela, mais les commissaires politiques du pays ne l’ont toujours pas compris. Ils n’ont pas fini de se faire allumer.

 

La liste de Schindler de soutien à Nadia

Voici le soutien corporatiste à Nadia Daam des propagandistes de notre pays :

« Nous, femmes et hommes, consœurs et confrères de Nadia Daam, et pour certains ses amies et amis, voulons simplement dire aux brutes qui la persécutent qu’elle n’est pas seule, que nous pensons, comme elle, qu’ils sont des êtres lâches, minables et méprisables, et que nous attendons patiemment, mais avec confiance, que la justice et la communauté même du web les mettent hors d’état de nuire. »

« Lâches, minables et méprisables »... Voilà qui va apaiser le débat (c’est un débat, pas un conflit). Parmi les signataires de cette tribune d’un courage sans nom, on retrouve les habituels zélateurs de la bienpensance et délateurs du « fascisme », qui ont tous leur rond de serviette dans les médias dominants :

Sofia Aram, Claude Askolovitch, Raphaëlle Bacqué, Ali Baddou, Yacine Bellatar, Sorj Chalandon, Ariane Chemin, Pascale Clark, Patrick Cohen, Renaud Dely, Rokhaya Diallo, Raphaël Glucksmann, Pierre Haski, Johan Hufnagel, Hélène Jouan, Thomas Legrand, Maïa Mazaurette, Matthieu Mollard (notre ami de StreetPress !), Edwy Plenel, Karim Rissouli, Vanessa Schneider, Fabienne Sintes, Augustin Trapenard, Marion Van Renterghem, Alex Vizorek...

La gauchosphère dans toute sa splendeur ! Les bienpensants grassements payés qui nous ont tous insultés ou villipendés un jour ou l’autre... Eux ont le droit d’insulter, mais pas les manants, les croquants, les vilains que nous sommes. Le « deux poids deux mesures » fonctionne à plein régime... démocratique.
Cette solidarité de classe montre bien que le conflit n’est plus personnel mais bien systémique.

Pour mesurer la « pensée » de Nadia, voici une de ses chroniques « journalistiques » sur Europe 1 :

 

(Nous avons désactivé les commentaires pour cette vidéo)

Et voici quelques répliques bien senties du même perroquet oligarchique dans 28 Minutes sur Arte :

Le 4 juillet 2017 : « Si on parle du régime syrien qui gaze son peuple »

Le 17 mai 2017 : « Donc il faudrait purger, il faudrait purger entièrement le clan al-Assad ? Comme on l’a fait en Irak à l’époque ? »

Le 28 décembre 2016 : « 80% des affirmations de Donald Trump étaient fausses, c’est un menteur pathologique et pourtant ça ne l’a pas pénalisé. Marie-Cécile Naves comment vous expliquez qu’aujourd’hui pour les électeurs les faits, la vérité, c’est pas important ? »

Le 26 octobre 2015 : « C’est pas toujours ce qu’en pense la population notamment après les attaques au gaz etc., c’est lui [Assad] aussi qui fait fuir ces gens, ces réfugiés. C’est le régime. »

Le 28 janvier 2016 : « Est-ce qu’il y a une mysogynie quotidienne quand on est une femme, quand on fait de la BD, quand on se rend dans un salon, est-ce qu’on entend des choses ? »

Un journaliste qui appelle à l’élimination directe d’une famille – le clan Assad – n’est pas journaliste ; c’est un agent d’influence qui travaille pour un clan (visiblement opposé au « clan » Assad), pas pour le peuple français, et ce dernier l’a très bien compris.

Triangulation informationnelle pour loger politiquement les « Nadia Daam »,
lire sur Kontre Kulture

 

Nadia Daam, princesse de la Bienpensance, voir sur E&R :

 






Alerter

32 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents