Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La redistribution pallie les inégalités, elle ne les corrige pas

La France est championne de la pauvreté avant redistribution. Une fois les transferts effectués, le taux de pauvreté tombe à un peu plus de 14 %. Preuve de l’efficacité de la politique de redistribution. Mais cette politique, écrit Pierre Cahuc, ne traite pas les inégalités de manière structurelle, elle ne fait que les compenser.

 

[...]

Explosion des inégalités

[...] la France est le pays où le taux de pauvreté avant impôts et transferts (mesuré par la proportion de personnes dont le revenu primaire est inférieur à 60 % du revenu médian) est le plus élevé. Il atteint 41 % en 2016. Il est de 10 points plus élevé qu’aux États-Unis ! Mais la France est aussi le pays qui réduit le plus le taux de pauvreté grâce à la fiscalité, puisqu’il tombe à 14,3 % après impôts et transferts, soit une chute de 27,2 points.

Malgré cet effort en matière de redistribution, d’autres pays font mieux que la France en termes de pauvreté.

 

[...]

Des dysfonctionnements bien identifiés

Ainsi, le problème essentiel de la France est d’être la « championne » de la pauvreté avant redistribution des revenus. Cette situation résulte de la conjonction de plusieurs dysfonctionnements bien identifiés : un marché du travail qui exclut de l’emploi les personnes les moins productives ; un système éducatif qui reproduit voire accroît les inégalités sociales ; une formation professionnelle particulièrement inefficace ; une grande difficulté à évaluer et éliminer un ensemble de dispositifs coûteux qui ont tendance à enfermer des publics dans la précarité plutôt qu’à leur mettre le pied à l’étrier.

La redistribution, malgré son ampleur considérable en France, ne fait que pallier ces dysfonctionnements, elle ne les corrige pas. Seules des réformes structurelles, maintes fois évoquées, de notre marché du travail et de nos systèmes de formation et d’éducation sont susceptibles d’éradiquer les racines profondes des inégalités dont souffrent les plus démunis d’entre nous.

Lire l’article entier sur lesechos.fr

 

Les racines de la pauvreté, sur E&R :

 






Alerter

38 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2362035

    "Redistribution" si l’on veut... Car comme toujours, en bout de course, ce sont les classes moyennes et le petit patronnat qui passent à la caisse pour les plus pauvres. Les 150 milliards par an d’évasion fiscale des grandes multinationnales et de la finance ne contribuent donc pas à la "justice sociale"...

     

    Répondre à ce message

  • #2362044

    Avec le capital, quoi de plus normal ? En plus avec la Ve raie publique, la population paye plus de 61% (depuis deux ans selon le mode de calcul, ce serait 62,6 environ, record mondial) de taxes et impôts pour un état-fantôme et même oppresseur, incapable d’assurer la sécurité minimale et le plein-emploi ou les soins médicaux. Sans parler du droit au logement.
    La structure sociale commence à ressembler à celle d’un pays du tiers monde avec une petite bourgeoisie de plus en plus réduite, phénomène qui augmentera avec la précarisation des fonctionnaires. Débutée sous scharcklo avec le renvoi pour insuffisance professionnelle, qui sera encore plus étendu. Alors que la véritable inflation se poursuit, les salaires n’augmentent plus avec la mécanisation. Il faudra trouver une solution.

     

    Répondre à ce message

    • #2362416
      Le 12 janvier à 09:55 par anonymous19
      La redistribution pallie les inégalités, elle ne les corrige pas

      Par nature, l’Etat ne peut que grossir. Il passe de plus en plus de lois, de règlements. Il crée de plus en plus de bureaucratie et de bureaucrates.
      Pour financer cela, il s’appuie sur un secteur productif de plus en plus restreint puisque l’Etat ne fait que consommer sans rien produire.

      On a jamais vu un Etat se réformer par lui-même. Il faut attendre l’effondrement.
      "Le socialisme ne dure que jusqu’à ce que se termine l’argent des autres."

       
  • #2362070

    Le Français est toujours à quémander un bol de riz alors qu’il serait temps de virer tout ces politiques ... !

     

    Répondre à ce message

  • #2362214

    Une enquête sans Envoyé Spécial, avait révélé que la quasi totalité de l’argent pour la "formation professionnelle" était détourné pour tomber dans les poches des syndicats !
    Petits grognements à droite à gauche et plus rien !

     

    Répondre à ce message

  • #2362252

    Le Nord et la Provence ont été sacrifiés, plus d’usines et grand remplacement dans la gueule 40 ans avant les autres !
    Les Bretons vivent au pays de oui-oui, quand j’y vais leur arrogance anti facho devient insupportable.

     

    Répondre à ce message

    • #2362723
      Le 12 janvier à 18:20 par Nouveau Gone
      La redistribution pallie les inégalités, elle ne les corrige pas

      Eh bien, je confirme ! Ne et vécu mes 25 premières années dans le sud-Finistère, j’en suis parti pour raisons professionnelles et parce que je voulais voire autre chose. A 46 ans en 2010, j’ai rencontré ma future femme (mi bretonne mi picarde) alors qu’elle était en vacances à Nice (j’y vivais deja depuis plusieurs années), j’ai alors quitté amis, travail, habitudes pour revenir avec elle près de Quimper. Tout s’est très bien passé entre nous(et ça dure !) mais le gros gros soucis a été de me réintégrer à mon ex région après une absence de plus de 20 ans (j’y revenais en vacances voir mes parents 2 fois l’an) là, j’ai pris une claque monumentale ! Relations sociales compliquées, dans le contrôle, arrogance béate , orgueil mal placé, chauvinisme outrancier , peu d’ouverture d’esprit sur ce qui sort de leurs "" frontières ""c’est à dire le periph’ rennais, en gros.. Pour résumer , une mentalité de gauchiste moralisante, béni oui oui, épouvantable, et qui les empêche et empêchera d’avancer. . Bon, et la cerise, impossible de trouver une activité professionnelle pérenne et payée correctement (tous au smic en Bretagne..) jamais vu ça ! Les recruteurs sont frileux, je m’y suis cassé les dents, perdu confiance, dégouté définitivement de l’esprit régnant. Je ne parle même pas du climat trop changeant sur 7 ou 8 mois, mais la, c’est vrai on n’y peut rien mais participe au mal être. Mais.. . En 2015, je n’en pouvais plus j’ai annoncé à ma femme qu on avait le choix de partir... ou de partir. Intelligente, elle a bien compris. Depuis 4 ans nous sommes à Lyon,
      où en 3 semaines, comme par hasard, j’ai retrouvé un Cdi à plus de 50 ans.... Lyon test une splendide ville que j’aime beaucoup elle m’a redonné confiance en moi . , Lyon, beaucoup de bobos LREM.. Oui, rien n’est parfait, . Pour revenir à la Bretagne, région certes la moins pauvre, mais il y a peu de grandes richesses, précisons le.

       
  • #2362254

    Ne pas oublier que l’autre versant de la redistribution est la spoliation. Non pas des ultra-riches, mais de la classe moyenne, avec un petit profit au passage pour les politiciens et les hauts fonctionnaires.
    Il faudrait remplacer la lutte contre les inégalités par la lutte contre la pauvreté.
    Et réduire le train de vie de l’Etat obèse

     

    Répondre à ce message

  • #2362300
    Le 11 janvier à 23:07 par alderic-dit-le-microbe
    La redistribution pallie les inégalités, elle ne les corrige pas

    C’est devenu une spécialité d’enfoncer les portes ouvertes.

    Pas certain qu’on puisse exporter ce genre de services pour équilibrer la balance commerciale.

    C’est l’essence du socialisme : permettre les pires inégalités en venant les corriger par la redistribution, juste ce qu’il faut pour éviter que les populations étripent les gros pilleurs, des banquiers aux grands groupe style Vinci.

    Qu’on puisse encore faire l’éloge de cette idéologie de nos jours, c’est criminel.

     

    Répondre à ce message

  • #2362381

    En France, le racket fiscal se porte bien : https://www.youtube.com/watch?v=6vD...

     

    Répondre à ce message

  • #2362417
    Le 12 janvier à 09:57 par anonymous19
    La redistribution pallie les inégalités, elle ne les corrige pas

    L’objectif inavoué du socialisme - municipal ou national - était d’accroître la dépendance. La pauvreté n’était pas seulement le sol nourricier du socialisme : elle en était l’effet délibérément recherché.

     

    Répondre à ce message

  • #2363056

    Comme d’habitude on s’aperçoit que l’ïle de France à le taux le plus bas.... Grâce à nos impôts nationaux. Ras le bol de payer pour cette enclave...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents