Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le Havre : 150 grévistes envahissent la mairie et engloutissent les petits fours !

 

 

Il s’en passe de belles au Havre, la ville de notre Premier ministre, dont il espère redevenir le maire (il l’était en 2010) quand il aura été éjecté de son siège de numéro deux du pays, suite à l’obstination des Français qui contestent ses réformes. Les grévistes ont investi la mairie ce vendredi 10 janvier 2019 à 18 heures, alors que le maire devait donner un raout petits fours & champagne...

 

 

Les petits fours et le champagne étaient destinés aux personnalités invitées par le maire qui voulait leur adresser ses vœux. La ruée populaire peut être considérée comme une forme de redistribution plus ou moins volontaire, et cela a réchauffé les cœurs des 150 « invités » d’en bas.

 

 

Les 4000 grévistes qui ont bloqué le port (ce sont les Chinois qui ne vont pas être contents [1]) ont envoyé un signal fort au Premier ministre, qui n’a pas laissé que de bons souvenirs de son passage...

 

 

Ce que certains ont résumé de la sorte :

 

 

Deux jours avant l’opération Tempête sur la mairie, les pompiers signifiaient leur mécontentement en arrosant l’hôtel de ville, une bâtisse qu’on croirait sortie d’un cauchemar stalinien :

 

 

Et encore un jour plus tôt, le 7 janvier, c’était au tour des avocats des barreaux de Normandie de participer au mouvement :

 

 

Et puisqu’on parle d’avocats, un petit détour par Paris pour voir le discours du ministre Belloubet ruiné par un jet de robes de toute beauté :

 

 

Pardon, ça c’est la version parodique, voici les vraies, dans lesquelles vous pourrez mesurer la popularité du garde des Sceaux :

 

 

 

 

 

 

Dans le tweet suivant, l’internaute se moque du français approximatif du ministre de la justice. L’exactitude étant encore plus importante que la vérité nous a-t-on enseigné, Mme Belloubet n’a jamais dit « si je serais (...) » mais simplement « je serais (...) » ce qui est parfaitement français. Par honnêteté, nous signalons donc que c’est en toute mauvaise foi que nous relayons l’information !

 

 

Notes

[1] En octobre 2011, Édouard Philippe, alors maire du Havre, signait leur vente en grande pompe, dans les salons de l’hôtel de ville, annonçant «  la création de 200 à 700 emplois  ». Aujourd’hui [En 2017, NDLR], certains lots font l’objet d’une expertise judiciaire et, le 21 novembre, le tribunal de grande instance du Havre se prononcera sur une procédure d’expulsion engagée en référé à l’encontre d’un des locataires des lieux, les Restos du cœur (Ouest-France).

Une partie du peuple n’écoute plus les oligarques

 






Alerter

77 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents