Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La souffrance ouvrière depuis 1789

Résoudre la question sociale avec Kontre Kulture :

En complément, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

27 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2120639
    le 10/01/2019 par uzfr
    La souffrance ouvrière depuis 1789

    Même le président Turc Erdoğan avait déclaré après l’une des manifestations des gilets jaunes en s’adressant aux vrp de la "démocratie" : " ne soyez pas surpris si demain ils (les manifestants) commencent à dire que la tyrannie a commencé en 1789"...
    Le réveil des masses est tardif mais mieux vaut tard que jamais.

     

    • #2120707
      le 10/01/2019 par Dudu
      La souffrance ouvrière depuis 1789

      Vivement éclairé ce président turc...


    • #2122011
      le 11/01/2019 par Michelly58
      La souffrance ouvrière depuis 1789

      Le roi qui devra régner jusqu’à sa mort, devra choisir et former son successeur afin que les acquis sociaux ne soient jamais révoqués. Un conseil élu par le peuple devra veiller à ses acquis ne soient préservés.


  • #2120666
    le 10/01/2019 par anonyme
    La souffrance ouvrière depuis 1789

    L’acte IX va être sportif :

    https://www.youtube.com/watch?v=C2I...

     

  • #2120713
    le 10/01/2019 par Catholique & Français
    La souffrance ouvrière depuis 1789

    "...Qu’ils soient persuadés que la question sociale et la science sociale ne sont pas nées d’hier   ; que, de tous temps, l’Église et l’État, heureusement concertés, ont suscité dans ce but des organisations fécondes   ; que l’Église, qui n’a jamais trahi le bonheur du peuple par des alliances compromettantes, n’a pas à se dégager du passé et qu’il suffit de reprendre, avec le concours des vrais ouvriers de la restauration sociale, les organismes brisés par la Révolution et de les adapter, dans le même esprit chrétien qui les a inspirés, au nouveau milieu créé par l’évolution matérielle de la société contemporaine   : car les vrais amis du peuple ne sont ni révolutionnaires ni novateurs, mais traditionalistes..." Saint Pie X in "Lettre sur le Sillon" (25 août 1910)

     

    • #2121452
      le 11/01/2019 par paramesh
      La souffrance ouvrière depuis 1789

      que l’Église, qui n’a jamais trahi le bonheur du peuple par des alliances compromettantes




      ben dis donc, tu as une facheuse tendance à reécrire l’histoire, l’Eglise au XIXème siècle a signé la plus belle des compromissions avec la république des honnêtes gens (doux euphémisme pour : bourgeois capitalistes), prônant la soumission du prolétariat et du petit peuple (la république s’est servie de ce chien de garde idéologique tant que ses hussards de la république (les instituteurs) n’étaient pas encore parfaitement opérationnels.
      l’eglise était toujours là pour justifier l’armée quand elle cassait les grèves.
      Cela dit, il y eut quelques réfractaires (qui ont eu bien des soucis avec leur hierarchie) qui ont véritablement tenté de faire du bien : les catholiques sociaux avec Albert de Mun, mais cela ne commence qu’en 1871 après la commune, ce qui a laissé tout son temps à l’Eglise pour son travail de garde chiourme du prolétariat depuis 1789 jusqu’en 1871)
      l’encyclique Rerum Novarum du pape Léon XIII publiée en 1891 est l’acte fondateur de la doctrine sociale (officielle) de l’Eglise, çà fait un peu tard non ? il fallait rattraper les prolos qui fuyaient les eglises pour remplir les syndicats.
      il faut lire l’immense Octave Mirbeau le grand auteur de cette période (avec Zola)


    • #2121579
      le 11/01/2019 par lincredule2
      La souffrance ouvrière depuis 1789

      "Absolument !"

      L’abbé Barruel annonçait dès 1798 ce qui allait advenir du monde, dans sa grande oeuvre "Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme", que je recommande à tous ceux qui veulent être "éclairés" sur les "Lumières", par un contemporain ayant vécu la révolution dite française, qu’il serait plus exact d’appeler révolution contre le peuple de France.


    • #2121767
      le 11/01/2019 par Catholique & Français
      La souffrance ouvrière depuis 1789

      "Paramesh" : autant de lignes sur un texte de 1910, presqu’autant d’âneries !
      - l’Eglise Catholique a toujours été fermement anti-républicaine jusqu’en 1892 (date du "ralliement" à la République imposé de force par Léon XIII, qui a attendu pour cela la mort de Mgr Freppel). L’Eglise "garde-chiourme du prolétariat" pendant la Révolution (et après...) : y-a vraiment de quoi faire mourir de rire même un chimpanzé !!! Allez-dire ça aux Vendéens, par exemple !
      - L’Eglise Catholique de France, après la catastrophe de la Révolution a tenté par tous les moyens, malgré l’hostilité constante des nouvelles "élites", d’en contrecarrer les conséquences socio-économiques : par la plupart de ses évêques, par ses ordres religieux (explosion des ordres d’assistance et de Charité), par ses intellectuels (bien avant 1871 !!!) et par ses saints, nombreux et pleins de zèle au XIX°s.
      - C’est un énorme mensonge de prétendre que "l’Eglise a justifié l’armée quand elle cassait les grèves".
      - ...Et, cerise sur le gâteau, se réclamer d’Emile Zola pour juger de l’action de l’Eglise au XIX°s, ce Zola, vicieux, imposteur, socialiste et profondément anti-clérical, c’est faire aveu d’une terrible malhonnêteté (Mirbeau, à ce que j’en sais, est du même acabit) !


    • #2121840
      le 11/01/2019 par Joarc
      La souffrance ouvrière depuis 1789

      Dieu bénisse sa Sainte Église.


    • #2123402
      le 14/01/2019 par kalel
      La souffrance ouvrière depuis 1789

      Rerum Novarum du pape Léon XIII publiée en 1891 est l’acte fondateur de la doctrine sociale (officielle) de l’Eglise, çà fait un peu tard non ?



      Complètement faux... L’Église n’a fait que condenser dans un texte, comme elle l’a toujours fait , des idées qui étaient présente bien avant, il y a des siècles... Des principes tel que la dignité ou la solidarité ont toujours existé dans l’Église, et ceci, bien avant tous les penseurs humanistes...
      La Doctrine Sociale de l’Église n’est qu’une synthèse d’idée que l’Église a toujours défendu, l’adaptant au contexte de l’époque.
      C’est la même chose pour les proclamations publiques des doctrines.


    • #2123461
      le 14/01/2019 par paramesh
      La souffrance ouvrière depuis 1789

      catholique français, votre malhonnêteté est pitoyable, vous me faites dire ce que je n’ai pas dit.(je parle exclusivement de la révolution industrielle du XIXème siècle et non de la révolution de 1789. Maintenant, allez -y citez moi un seul membre du haut clergé français qui parle contre la bourgeoisie et le capital : une citation, une seule qui défende le prolétariat avant 1871 (d’ailleurs les communards ne s’y sont pas trompés au sujet de la collaboration de classe entre curés et notables. vous oubliez un peu facilement la bénédiction des troupes qui allaient casser du prolo. c’est bien beau d’idéaliser une religion, mais ce n’est pas faire de l’histoire. Henri Guillemin, chrétien social est lui un vrai historien, écoutez le, lisez le et prenez en de la graine. le problème des néo catholiques et autres néo royalistes c’est qu’ils idéalisent tout quitte à glisser sous le tapis tout ce qui n’est pas conforme à leur orthodoxie.
      De plus, j’ai été éduqué par les oratoriens, les meilleurs éducateurs catholiques qui soient et cette histoire de l’Eglise du XIXème siècle ce sont eux qui me l’ont apprise. donc désolé, mes sources n’ont rien d’anticlérical.
      tiens, méditez sur la mort de Lamennais, enterré dans la fosse commune du père Lachaise, tel un renégat et apostat. oui il y a eu des prêtres pour défendre le peuple, mais si peu......


    • #2123949
      le 14/01/2019 par Catholique & Français
      La souffrance ouvrière depuis 1789

      "...l’Eglise pour son travail de garde chiourme du prolétariat DEPUIS 1789 (sic !) jusqu’en 1871..." (signé "Paramesh") +"...je parle EXCLUSIVEMENT (sic !) de la révolution industrielle du XIXème siècle et non de la révolution de 1789..." (signé "Paramesh") : avant de discuter, faudrait déjà vous mettre d’accord avec vous-même et éviter de vous contredire d’une phrase à l’autre !!! Après seulement, on peut commencer à parler de choses sérieuses... avec des gens sérieux.


    • #2127912
      le 20/01/2019 par Joarc
      La souffrance ouvrière depuis 1789

      paramesh
      Et si vous cherchiez plus loin avant de vous enflammer pour rien ?
      Voici ce texte de Mgr Gaume ;

      On sait aujourd’hui que des fonds considérables, venus de Londres, ont été distribués aux insurgés pendant le règne de la Commune.
      De Londres, où il était en sûreté, Karl Marx dirigeait tout, et c’est à cette intelligence redoutable que nous devons le triste honneur d’avoir vu se débattre chez nous, à coups de fusil, la question économique.
      C’est en France que le mouvement doit être essayé, avait dit Jacobi ; hors de là il avortera. Avec son puissant esprit d’organisation, Karl Marx, bien que trouvant le moment mal choisi et mal préparé, essaya de réglementer la marche de l’insurrection.
      La lutte entre le comité et la Commune nous sauva du désastre. Bien que victorieux, le comité, empêtré de Rossel et ensuite de Delescluze, ne put exécuter les ordres venus de Londres et d’Allemagne.
      Ce ne sera pas une chose de médiocre intérêt que la publication de ces documents, qui sont tout entiers en mains sûres, et qui jetteront un jour nouveau sur la coalition du banditisme européen.
      Les vrais chefs du complot, c’étaient Karl Marx, Jacobi, Diebneck et le Russe Tonatchin. C’est à ce dernier et à Jacobi que l’on doit l’idée de brûler Paris ; c’est à Karl Marx que nous devons l’organisation de l’Internationale et le plus clair de la demi-organisation des bandits cosmopolites qui ont envahi la capitale de la France.
      Le crime a été un crime international. Les représailles doivent être universelles.
      Sus aux incendiaires de Paris, mais sus aussi à leurs chefs. Nous savons que, du fond de leur repaire de Londres, les grands lamas de l’Internationale dressent de nouvelles listes de proscriptions, préparent de nouvelles troupes. Nous savons qu’avant six mois Lyon, Marseille, Barcelone, Turin, Rome, Naples, Vienne, Berlin, Moscou, l’Irlande, l’Espagne et les provinces danubiennes doivent être en feu. — Quel qu’en soit le danger, nous ne cesserons d’avertir les gouvernements : c’est à eux de veiller.

      Mgr Gaume – Où en sommes-nous ? (1871)

      Pourquoi les insurgés n’ont jamais attaqué les banquiers, leurs châteaux ou leurs banques ?
      Selon Edouard Demachy, c’est un détachement d’insurgés qui gardait l’Hôtel particulier des Rothschild à Paris durant la Commune.

      Vous voyez, il y a l’histoire qu’on raconte, et l’autre... Et l’Église était évidemment au courant du dessous des cartes... On comprend mieux sa réaction.


  • #2120723
    le 10/01/2019 par en colère
    La souffrance ouvrière depuis 1789

    Oui la souffrance ouvrière et quand l’ouvrier veut s’exprimer on lui répond "ferme là" , la lutte des classes éternelle .


  • #2120760
    le 10/01/2019 par Monsieur Bill
    La souffrance ouvrière depuis 1789

    Le 1er mai 1891 la fusillade de Fourmies fit NEUF morts, les victimes étant des manifestants pacifiques qui réclamaient le journée de 8 heures . Macron a fait beaucoup mieux : il a fait tuer ONZE Français et Françaises depuis 6 semaines, et il est bien résolu, la petite ordure, à ne pas en rester là . Ignoble assassin imagines-tu que nous soyons assez naïfs pour aller participer à ton "Grand Débat National" ? On ne "débat" pas avec un assassin, on le chasse du pouvoir, comme avec une chasse d’eau .


  • #2120865
    le 10/01/2019 par bertin
    La souffrance ouvrière depuis 1789

    Très intéressante vidéo ,

    Quelques vérités élémentaires,qui font mal
    aux oreilles des libéraux,toujours à la pointe
    du combat antisocial .
    Curieux que les "marxistes",aient trouvé un progrès
    dans la domination de la Banque,par rapport aux
    corporations ,contrairement à Proudhon ..


  • #2120895
    le 10/01/2019 par machin
    La souffrance ouvrière depuis 1789

    La fusillade de Fourmies et le rôle du sous-préfet Ferdinand Isaac ont été dénoncée en leurs temps par Edouard Drumont dans son livre Le secret de Fourmies.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Fusil...


  • #2120985
    le 10/01/2019 par Lovyves
    La souffrance ouvrière depuis 1789

    Bonsoir,
    Il n’y aura pas de "marche arrière".
    L’avenir est dans l’humanitarisme, mettre l’humain en priorité.
    L’épanouissement de l’humain en priorité ; c’est à dire la fin du travail.
    Le Revenu Minimum d’Existence, tant que l’argent est un moyen d’échanges.
    Et fin de l’argent, quand les robots feront toutes les tâches.
    Alors ce sera la gratuité… et une humanité civilisée.


  • #2120994
    le 10/01/2019 par anonyme
    La souffrance ouvrière depuis 1789

    La lutte des classes existait déjà au temps de l’ancien régime. Les paysans et les plébéiens se sont soulevés de nombreuses fois contre la corruption manifeste des élites nobiliaires et ecclésiastiques. Oui la république a fait bien pire car elle a industrialisé la production, la répression et les massacres, mais elle n’a rien inventé en terme de lutte des classes.

     

    • #2122069
      le 12/01/2019 par Michelly58
      La souffrance ouvrière depuis 1789

      Il n’y a jamais eu de lutte des classes, déjà le terme ouvrier n’est apparue qu’avec la révolution industrielle. Avant c’était des artisans, il n’y avait pas de chômage car les artisans étaient protégés par leurs corporations.


    • #2122282
      le 12/01/2019 par anonyme
      La souffrance ouvrière depuis 1789

      Michelly58,

      La lutte des classes ce n’est pas les ouvriers contre les patrons, c’est un rapport classes dominantes/classes dominées. Si depuis la révolution le pouvoir bourgeois ascendant à déporté la paysannerie dans les villes pour la mettre au turbin usinier, ceux qui sont devenus ouvriers étaient avant paysans. Les nombreuses jacqueries et autres croisades populaires sont l’expression médiévale de la lutte des classes.


  • #2121083
    le 10/01/2019 par anonyme
    La souffrance ouvrière depuis 1789

    Très instructif cette vidéo... Une honte la République, voilà les mensonges de la République... La gauche des lumières.... Le temps est venu de remettre de l’ordre et de la justice en n’oubliant pas de les jugé pour leurs crimes...

     

    • #2121223
      le 10/01/2019 par Pitchou
      La souffrance ouvrière depuis 1789

      Restons concentrés sur le mouvement des gilets jaunes, la moindre relâche ou je ne sais quelle nostalgie se disant mettre l’histoire à l’endroit et nous serons cuits Je suis chaudronnier de métier, j’ai envie de laisser à mes enfants et tous nos enfants la fierté du savoir manuel, je me fous du roi, de la république, des syndicats ainsi que de tous les partis gauche ou droite, ils nous ont tous oppressés chacun à sa manière durant toute notre Histoire, je ne reconnais que Dieu dans sa bonté. Mon souhait le plus ardent en cette nouvelle année en "jaune" en finir avec la domination par l’escroquerie des fondements économiques et institutionnelles par lesquels nous sommes soumis, nous les ouvriers.
      L’utopie, c’est toujours demain m’ a un jour dit maître chaudronnier pendant mon apprentissage.


  • #2121471
    le 11/01/2019 par Fougasse
    La souffrance ouvrière depuis 1789

    Je propose une Gross Quenelle aux banques #giletsjaunesbankrun , retirez des sous aujourd hui 11 Janvier !


  • #2121910
    le 11/01/2019 par nicolasjaisson
    La souffrance ouvrière depuis 1789

    Rousseau et sa croyance dans le "peuple souverain", dont la loi est l’expression de la volonté collective ont joué un rôle désastreux en faisant abolir les "privilèges" souverains, qui protégeaient les corps intermédiaires contre les empiétements de l’Etat et de l’aristocratie d’argent. Autant les individus sont souverains et détiennent réellement un vote ; lorsqu’ils agissent et choisissent à l’intérieur d’un groupe homogène constitué disposant de ses droits particuliers en vertu d’un code personnel, autant ils sont dénués de tous droits et de toute représentativité réelle dans un corps social passé sous la nivelante du droit social public. C’est pourquoi la démocratie directe n’est qu’un leurre, qui dissimule la nécessite d’aplanir toutes les différences par le mécanisme contraignant de la machine administrative collectiviste qui constitue le bras armé du droit égalitaire républicain.On aboutit ainsi à une dictature qui fait fi des différences entre les corps constitués, qui sous le régime personnel de la Monarchie permettait à chacun d’exister en suivant sa loi propre dictée par l’expérience et la tradition, loin des lubies révolutionnaires de l’homme régénéré par le contrat social et standardisé de manière à satisfaire aux canons égalitaires du pouvoir en place dont la volonté pour s’imposer à tous réclame un corps social homogène. Ainsi l’Etat révolutionnaire a abrogé tous les droits particuliers pour les remplacer par le droit public qui de socialiste, qu’il était, est devenu progressivement capitaliste lorsque la Banque de France s’est emparée des ressources de l’Etat et que les banquiers sont devenus les organisateurs de l’économie nationale.


  • #2122005
    le 11/01/2019 par Michelly58
    La souffrance ouvrière depuis 1789

    Plus j’en apprend sur la révolution française, et plus je suis convaincu que seul un retour à la royauté rendra sa grandeur à la France.


Commentaires suivants